de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Quel est votre meilleur livre de l’année ?

Quel est votre meilleur livre de l’année ?

D’accord, nous ne sommes pas des Anglais ni des Américains. Les listes ne nous obsèdent pas, non plus que les nomenclatures, palmarès, classements et, d’une manière générale, tout ce qui pourrait relever de la taxinomie littéraire. N’empêche qu’à l’heure du bilan annuel, ce serait bien de savoir quel livre (roman, document, français, étranger et tutti frutti) vous a paru être le meilleur. Entendons-nous bien : la littérature n’est pas une catégorie olympique. Il ne faut donc pas lire « meilleur » dans son acception sportive. Ni performance, ni exploit.

Quoi alors? Votre meilleur livre de l’année  n’est pas le meilleur livre de l’année mais celui qui vous a le plus durablement marqué que ce soit par ses qualités d’écriture, la force d’imprégnation de ses personnages, l’originalité de sa composition, sa puissance d’évocation, sa capacité à se détacher du lot, à s’extraire du tout-venant de la librairie, la prise de risque ou la mise en danger de l’auteur. Où l’on voit des critères personnels rejoindre des critères universels. Rien de plus subjectif, rien de plus arbitraire. Encore qu’un tel jugement ne relève pas du « j’aime/j’aime pas » qui tient lieu désormais de critique en ligne et de prescription tous azimuts. Il faut et il suffit qu’il soit paru entre le 1er janvier et ce jour en langue française ou même, voyons large, dans toute autre langue.

Après avoir hésité entre Esquisse d’un pendu (Verdier) de Michel Jullien et Naissance (Grasset) de Yann Moix, en ce qui me concerne, c’est fait : Le garçon incassable de Florence Seyvos publié par les éditions de l’Olivier. Un roman auquel je pense encore souvent des mois après l’avoir lu. Il m’a touché et troublé au-delà de ce que j’imaginais. Et pour ne pas me répéter, je renvoie à ce que j’en disais dans ces colonnes le 25 juillet. Mon seul regret : paru le 2 mai, il n’a pas été distingué par les Prix d’automne en raison de l’implacable couperet de la rentrée.

Et vous ?

(Photo Sakamaki)

Cette entrée a été publiée dans vie littéraire.

387

commentaires

387 Réponses pour Quel est votre meilleur livre de l’année ?

Highlander dit: 13 janvier 2014 à 11 h 45 min

Ah d’accord, je ne comprenais rien : on a renversé l’ordre des messages.Je lis en tête et je me disais mais bon Dieu, pourquoi ça a foiré la disccusion dès les deux premiers messages, c’est pas possible que quelqu’un n’ait pas parler d’un bon bouquin. Mais j’ai compris quand quelqu’un disait à Abdel de ne pas dire des conneries, et pour moi Abdel n’avait pas parlé du tout, alors je me suis dit que le premier avait dû déviner que Abdel allait lâcher une connerie, mais ensuite j’ai vu Abdel qui disait un truc, et c’est là que j’ai compris : le monde à l’envers.

du Brésil dit: 10 janvier 2014 à 22 h 21 min

Mon livre préféré: « Qu’avons-nous fait de nos rêves ? « en anglais « A Visit from the Goon Squad » de Jennifer Egan. Un roman qui a d’ailleurs remporté le Prix Pulitzer de l’œuvre de fiction en 2011. Incroyablement innovant, contemporain. Un chapitre écrit en « power point » par ex. mais qui réussit à créer beaucoup d’émotion malgré l’absence des phrases. J’ai trouvé cela très fort. Des descriptions parfois rigoureuses, j’ai pensé en le lisant à certains passages des romans de P. Roth. Les scènes se déroulent, on peut pas lâcher le livre. J’ ai lu bcp en 2013, mais celui là est sans doute mon préféré.

sonia dit: 8 janvier 2014 à 13 h 12 min

Rigoureusement obsessionnelle, l’UE pourrait effectivement bientôt tout interdire de peur de devoir tout autoriser. Manger des brioches à la cannelle, du gingembre peut être bientôt et sans doute aussi bientôt tellement taxer les chirurgiens esthétiques qu’on ira se faire refaire le portrait physique pas encore littéraire en Tunisie
http://www.tunisie-chirurgie.com/

Jean dit: 2 janvier 2014 à 18 h 33 min

Meilleur livre de l’année : Dominique Aubier, « Don Quichotte prophète d’Israël » (Éditions Ivrea – Champ libre).

des journées entières dans les arbres dit: 30 décembre 2013 à 14 h 25 min

Jacques Barozzi, Leonardo Di Caprio revient bientôt avec « les brasier de la colère ». Mais comme producteur.
La personnalité de Di Caprio, en tant qu’acteur est hors norme, dans la plupart de ses rôles titre.
Je ne trouve pas cela étonnant qu’il produise un film qui mette en scène deux frères.

des journées entières dans les arbres dit: 30 décembre 2013 à 14 h 05 min

voilà, j’ai un problème de date.
Un énorme problème de date.
« Michael Schumacher, qui aura 45 ans le 3 janvier, est à ce jour le pilote de Formule 1 le plus titré au monde, avec sept titres de champion du monde entre 1994 et 2004 et 91 victoires en Grand Prix. »

des journées entières dans les arbres dit: 30 décembre 2013 à 12 h 37 min

Jacques Barozzi dit: 30 décembre 2013 à 9 h 27 min

j’aime/j’aime pas.
Et voilà, c’est plié.

Jacques Barozzi dit: 30 décembre 2013 à 9 h 27 min

« é-norme. »

Enorme, en effet, et aussi caricatural que le film de purs effets réalisé uniquement sur le savoir-faire de Martin Scorsese : je n’ai jamais aimé le théâtre de guignol !

Le chat dit: 30 décembre 2013 à 0 h 22 min

Non changé,
en français :
Mescal et Cantina’s,
et le ravin pour final !.
Pour le prochain Têt,
Cheval !.
Bleu ?.

un julot down & out dit: 29 décembre 2013 à 23 h 08 min

Excellent choix.
Rien ne prouve en effet, je pense, que Julia, la jeune femme du commissariat aux romans, membre de la ligue anti-sexe des juniors, n’est pas tout le temps restée un agent de l’appareil sans qui les vélléités de Winston n’auraient jamais pris corps.
Pourquoi ne pas /vraiment/ la croire quand elle dit « je t’ai trahi » ?
Quant à Big Brother, il est l’image idéale de despotes très 20ème.
Vous savez ce qu’il faut faire pour vous faire apprécier ensuite ?
Il faut faire rire au début.

des journées entières dans les arbres dit: 29 décembre 2013 à 21 h 55 min

D. dit: 29 décembre 2013 à 15 h 10 min

tss, D., vous jouez la montre, là.
J’ai écrit Le pendule.
Plus de précision, ici (pas d’indulgence avec les extra-terriens) :
http://math.univ-lyon1.fr/~mizony/penduleF.htm

Jacques Barozzi, vous avez détesté Le loup de Wall Street ?
Alors vous seriez un grand sentimental. (heu, c’est pas à cause de la chasse que se prend le majordome au moins, dites ?)
Au delà de cette consécration du dieu money, et de l’appât de « l’opportunité », et de toutes ces dérives addictives, Leonardo Di Caprio, qui repousse ses limites, et comme toujours, é-norme.

rose dit: 29 décembre 2013 à 21 h 40 min

Merci à tous en ce qui concerne l’aide technique du câble en haut du WTC, tout particulièrement Giovanni (et Marcel malgré votre erreur d’orientation votre aide fut judicieuse), je garde l’idée en tête du petit filin conduisant le gros câble.

Ai lu un peu les infos.
Comprend l’obsession de la quenelle.
Ai lu un forum à mourir de rire sur porc/ bananes/quenelles bonjour les régimes de début d’année prochaine et l’estouffe belle-mère.
Sur quoi ne pas se disputer ?

Je trouve que peupler Détroit avec des écrivains c’est une super bonne idée. Vous n’êtes obligés d’avoir la trouille comme moi, in situ.

Vous pourriez poser votre candidature tous les écrivains de ce blog. Détroit est à deux encablures de Chicago. Proche des grands lacs. De Toronto. De l’Arctique.

Ce pourrait être une ville des écrivains et des enfants. Tous auraient le même salaire.

Je vous emmènerais des biscuits à Noël puis je rentrerai chez moi cueillir les olives.

Savez-vous que si vous caressez des olives elles sont douces ? La peau des olives c’est incroyablement doux. Et sain.

Bises

salut,

en 2014 on va essayer d’être heureux.
Promis, juré.
Petit à petit.
>Chantal mon bonjour particulier à vous.

Giovanni Sant'Angelo dit: 29 décembre 2013 à 19 h 00 min


…pour la longueur du câble,…tout dépend de la sûreté des intervenants et des réelles applications en enjeux,…
…dans ce sens,…si c’est pour des bateaux,…un jeux de 3 X la distance à joindre,…est une prudence et une sûreté,…
…les mouvements des vagues,…
…est-ce des trimarans,…
…la technique n’est que précisions,…mais avec des vagues de 3 mètres,…c’est sûr,…
…d’accoster au harpon avec treuil,…et poteau à poulie sur votre bateau,…

…cette technologie me fait penser au fait,…que sur les drakars wikings,…existaient un gros piquet comme un mat,…en plus du mat à voile,…
…est ce qu’il servait de système d’abordage à poulie sur les côtes,…faut imaginer!,…
…on est déjà loin du câble de cirque,…etc,…
…encore mille bisous!,…

rose dit: 29 décembre 2013 à 18 h 21 min

Marcel dit: 29 décembre 2013 à 18 h 16 min

Merci Marcel mais le passage du câble se fait à l’horizontale, pas à la verticale, avec un immense espace à franchir. Merci beaucoup, je peux aller de l’avant.

rose dit: 29 décembre 2013 à 18 h 18 min

Génial ; j’ai pigé. On fait comme cela avec les gros bateaux. Punaise j’avais rien vu du tout. On envoie une amorce fine, fixée d’un côté ; quand elle est arrivée on treuille le gros câble ( donc pas besoin qu’il soit de trois fois la longueur car il y avait du coup le poids à porter énorme).

OK.

J’ai pigé. Plus simple que ce qu’il paraît.

Merci !

D’accord, merci, je peux le visualiser maintenant.

Marcel dit: 29 décembre 2013 à 18 h 16 min

rose dit: 29 décembre 2013 à 17 h 53 min

Me restent deux problèmes : le poids du câble six longs tourillons enroulés les uns sur les autres) et la distance à franchir 64 mètres.

-tu vois tu peux pas lancer à la manière des cow-boys comme un lasso. Trop loin, trop lourd.

Ce problème est classique rose. On utilise une corde plus légère que l’on monte au point voulu et dont on fait decendre un bout jusqu’au sol, puis on y attache le câble et on le monte à l’aide de la corde. Si la corde est trop lourde, on utile une autre corde plus légère et on monte la première corde, et ensuite le câble…
Voilà, voilou.

rose dit: 29 décembre 2013 à 18 h 13 min

Un des films que j’ai pas mal aimés a été Moby Dick, film américano-anglais, réalisé par John Huston sorti en 1956 d’après le roman homonyme d’Herman Melville écrit en 1851.
La folie du capitaine Achab incarné par Gregory Peck est stupéfiante de réalité (en terme d’idée fixe, là, tu as un sommet).
Mes deux passages préférés sont quand un type style visionnaire annonce sur le quai à Dagoo qu’il peut préparer son cercueil, chose qu’il fera d’ailleurs.
Puis, à la table à carte, quand le capitaine Achab montre sa carte des mers et les trajets des baleines qu’il a relevés d’après les constatations des autres baleiniers. Comme si, je ne sais pas si c’est vrai, les trajets des baleines étaient comme l’autoroute des vacances nord/sud, bison futé. Sauf le dimanche classé rouge. Puis retour. Après les amours.

J’ai adoré cela : la carte du trajet des baleines sur les océans.

Giovanni Sant'Angelo dit: 29 décembre 2013 à 18 h 11 min


…tout le plaisir est pour moi,…
…pour les bisous,…ne nous forçons pas avec les temps qui courent,..je dois faire attention aux les huiles des élites,…etc,…

Giovanni Sant'Angelo dit: 29 décembre 2013 à 18 h 06 min


…le poids du câble, vous l’attacher par un bout,…sur une des deux cordes lancer au pieux et vous faite coulisser,…plusieurs câbles d’acier peuvent faire passer les bicyclettes à vapeur,…
…( Non l’acier transparent, on l’a pas encore réalisé,…),…( sauf enrober de geler opacifiant pour cirque ),…des trucs de cirque, sans corporations,…mon oeil!,…etc,…

rose dit: 29 décembre 2013 à 18 h 02 min

J’ai aimé lire Billy Budd marin de Herman Melville.

Je viens de parcourir ce qui est dit sur Wiki et je ne partage pas du tout ce qui est écrit. Je n’ai pas compris le livre ainsi.

Cela n’a aucune importance. Si je puis vous le dire, peut-être évitez de lire la préface avant de lire le bouquin car elle est très longue et elle dit tout.

Si vous entrez ainsi dans le livre, tout de go, vous serez saisi d’une impression puissante.
Et vous aurez toujours le loisir de lire l’exégèse ensuite, ou pas.

Pour ma part, j’ai été scotchée par ce roman. Il est testamentaire mais aussi il dit tout : surtout l’injustice et l’absence de sens des choses.
Et la foi du charbonnier.

rose dit: 29 décembre 2013 à 17 h 53 min

Voilà ; je n’avais pas pensé au pieu. En fait en matelotage on ne vise pas la bite. On vise le quai. Quelqu’un saisit le cordage mais le bateau est très proche du quai. Lorsqu’il y a du vent cela s’avère très difficile;
Ok aussi pour la poulie je n’y avais pas pensé non plus.

Merci.

Bises.
Me restent deux problèmes : le poids du câble six longs tourillons enroulés les uns sur les autres) et la distance à franchir 64 mètres.

Ensuite, je lirai son bouquin.

Merci boug. bisous,

-tu vois tu peux pas lancer à la manière des cow-boys comme un lasso. Trop loin, trop lourd.

Pas de plaque en plastique transparent, le vide. T’occupes pas c son problème, il l’a résolu, il l’a fait et répété.

rose dit: 29 décembre 2013 à 17 h 45 min

>JC
non merci j’y suis j’y reste

en fait le câble doit faire à peu près trois fois la longueur j’imagine, en le lançant il reste un tiers en suspens et deux tiers à choper puis caler fixer vérifier etc. Je vais taper sur gougueule je crois cela plus sûr. Si c’est comme les masques punu je peux toujours mariner dans mon jus.

Quant à la mauvaise foi je sais pas à quoi tu fais allusion. Sois clair et juste.

J’ai gardé des olives pour après demain. J’en ai jamais autant récoltées. Je sais pas si le participe s’impose mais sans doute plus d’un kilo.

Le bonheur fou ; je sais pas si à Détroit les oliviers pousseraient.

Je ne tiens pas du tout à me poser les questions que tu te poses : beaucoup trop compliqué / casse-tête chinois.

Giovanni Sant'Angelo dit: 29 décembre 2013 à 17 h 43 min


…pour les transfo,…grillés,…Direction poubelle,…au prix que c’est,…acheté du neuf,…dans les mêmes descriptions de puissance que le modèle  » grillé « ,…etc,…

Giovanni Sant'Angelo dit: 29 décembre 2013 à 17 h 36 min


…avec une sorte de catapulte,…lancer une double-corde sur un solide pieux ( préparé ) en face sur l’objectif,…

…et une fois le lancer consolider,…jouer en poulie,…le câble à l’horizontale,…ou une longue plaque en plastique transparent juste marcher et pour pas déraper avec le vent,…etc,…illusions un luxe exhibitionniste,…
…comme pour s’attaquer au donjon par une tour annexe,…
…c’est mieux qu’Archimède,…mais nous somme loin après lui,…etc,…
…en deux mots,…

Marcel dit: 29 décembre 2013 à 17 h 27 min

bouguereau dit: 29 décembre 2013 à 17 h 17 min
Sélènes

trés joli mot que je découvre…

Jean-Marie a un cheval qu’il a appelé Haine, et quand il part en campagne, il selle Haine. Oh, le joli maux.

L'heure du vidangeur microcéphale ... dit: 29 décembre 2013 à 17 h 23 min

bouguereau dit: 29 décembre 2013 à 17 h 06 min

On croirait un portrait de l’intérieur de la tête à Chaloux

vu qu’il l’a dans l’cul t’es téméraire jean marron, j’aime!

bouguereau dit: 29 décembre 2013 à 17 h 17 min

Sélènes

trés joli mot que je découvre aidé par l’intendance qui suit..merci à toi..certain cul ont comme une lumière c’est certain

bouguereau dit: 29 décembre 2013 à 17 h 06 min

On croirait un portrait de l’intérieur de la tête à Chaloux

vu qu’il l’a dans l’cul t’es téméraire jean marron, j’aime!

bouguereau dit: 29 décembre 2013 à 17 h 01 min

n’oublie jamais que tout ce qui est technique est facile à résoudre…

fais gaffe a cque l’intendance ne te suive de trop prés jicé

bouguereau dit: 29 décembre 2013 à 17 h 00 min

Chez moi il n’y a pas de meilleur, le boug : j’ai aimé ou j’ai pas aimé, ça n’engage que moi et je l’ai dit chez la grande Sophie, point barre…

t’es dans la cavalerie baroz..trés engagé et au galop..j’aime, point barre

JC..... dit: 29 décembre 2013 à 16 h 58 min

« Je ne connais pas le poids du câble mais comment est-il possible de lancer le câble du sommet d’une tour à l’angle de l’autre & de le rattraper puis ensuite de le fixer avec des haubans etc… »

Tu as de la chance d’avoir des problèmes de cet ordre à te poser, Rose ! Si tu étais à ma place ….
(n’oublie jamais que tout ce qui est technique est facile à résoudre… on a a marché sur la Lune)

kicking dit: 29 décembre 2013 à 16 h 57 min

(un poil sur un œuf aussi tant que vous y êtes ?)

si tu tiens avec tant d’insistance à ne montrer que ta mauvaise foi autant faire appel à un artiste pour te cacher dans la soie, en effet..

bouguereau dit: 29 décembre 2013 à 16 h 55 min

J’ai d’ailleurs beaucoup de mal à comprendre comment on peut lire des livres récents alors qu’il y a tellement de bon livres anciens qu’on a pas lu

..c’est certain, et gratos sur gogleu pour la nuit des temps..explosante fisque de bonheur infini..temps suspendu..plus de cons, que des intelligents sur leur montagne d’âme..hihan

Giovanni Sant'Angelo dit: 29 décembre 2013 à 16 h 55 min


…les Visiteurs,…

…un Moyen-Âge aux recettes à l’excès de substances adipeuses alcooliques,…sans vitriol,…encore,…au chloroforme de SoeurBonne de la quenouille,…
…la potion du Graal,…d’Azyncour,…etc,…

rose dit: 29 décembre 2013 à 16 h 52 min

non mais je comprends le truc de le lancer le câble avec un ustensile approprié mais je ne comprends pas la réception ; à cause du poids et de la propulsion. Ni comment caler la bonne distance : sur les toits y a plein de trucs qui stagnent.

bouguereau dit: 29 décembre 2013 à 16 h 51 min

rose, vous n’avez pas remarqué qu’une façade c’est DEJA un mur ?

..que le siège du grand orient dirait sergio

rose dit: 29 décembre 2013 à 16 h 42 min

J »ai une question technique à poser si quelqu’un pouvait me tendre la perche je lui serais très reconnaissante. Cela concerne Philippe Petit et la tension de trois tonnes du câble qui lui a servi à traverser entre les deux ex-tours du World Trade Center. 64 mètres je crois de distance. Je ne connais pas le poids du câble mais comment est-il possible de lancer le câble du sommet d’une tour à l’angle de l’autre & de le rattraper puis ensuite de le fixer avec des haubans etc…
Je pense à la manœuvre d’un paquebot au port et ne peux envisager le même acte en hauteur. J’aimerai comprendre comment cela peut se dérouler.

C’est ds le roman de Colum Mc Cann cette traversée du funambule Et que le vaste monde poursuive sa course folle

JC..... dit: 29 décembre 2013 à 16 h 40 min

Revenons aux fondamentaux, avant l’échéance 2014… Oui ! je suis un bâtard du Maréchal-Président Paul von Hindenburg, homme d’Etat qui connut ma mère Elvira Enea von Ertete en vacances en Sicilia en juin 1923. Elle tomba enceinte bien plus tard et donna naissance à votre serviteur.

Curieusement, mon père Paul passa par le Maroc, Casablanca, l’année suivante… Ma mère s’y trouvait . Rebelote. Un enfant naquit, Pierrot, casé en nourrice chez les A.; honorablement connus au Maroc.

Ainsi, Pierre A. et moi sommes frères ! …mais on ne sépare pas aussi facilement des Von Hindenburg, nous sommes restés proches !

kicking dit: 29 décembre 2013 à 16 h 38 min

le « get real » moderne..
et aussi..
l’enfant brandit, l’enfant sur lequel on s’assied, l’enfant nounours, l’enfant roi..
je fais du sous-giovanni.. problème d’influence probablement.. tant pis..
s’intéresser aux autres pour ce qu’ils sont.. sans artifice.. sans « plus » ajouté.. pour commencer..

rose dit: 29 décembre 2013 à 16 h 35 min

rose, on ne rêve pas tous de lever des armées (et si c’est en plus pour ne rien assumer..)

je ne comprends pas ce com. Si vous pouviez le clarifier. Merci.

kicking dit: 29 décembre 2013 à 16 h 33 min

c’est pas à soi de faire les constats sur soi

la porte ouverte à toutes les façades, du coup autant renoncer à jouer les experts en alcôves

rose dit: 29 décembre 2013 à 16 h 33 min

J’vais cueillir qq olives ; après j’vais r’venir. Hier c’était sous une pluie battante. Ce matin c’aurait été sous un soleil radieux.
Cette fin de journée ce va être sous un froid glacial.

Le secrétaire de Marcel dit: 29 décembre 2013 à 16 h 29 min

Assouline RdL Gang, Davos, Chairman of the Board….. dit: 28 décembre 2013 à 18 h 53 min

Ce n’est pas très gentil, monsieur le Chairman, de vous moquer des handicapés du psycho-sanatorium de la RDL. C’est même très pouilleux.
Si l’aimable Marcel va dans cet établissement pour distraire les pensionnaires souffreteux, c’est très louable à lui de déclamer des textes en vers et contre toux.

rose dit: 29 décembre 2013 à 16 h 28 min

JC….. dit: 29 décembre 2013 à 15 h 41 min

c de la dérision critique
avant c’était pas mieux
c’est pas à soi de faire les constats sur soi ; cela me tue, ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !
Mais l’auto-dérision ça oui.
Le chui beau, j’me plais, c’est moi l’meilleur » ne me convient pas du tout (même si c de la méthode coué).

Si l’autre écrit, dit  » c’est bien ce qu’il fait, il vaut pour elle, alors cela a un sens ».

Pour ça que je ne supporte pas chevillard. Et tous ceux qui prennent ce pli.

JC..... dit: 29 décembre 2013 à 16 h 13 min

Jouanno : « La quenelle d’Anelka est un geste nazi »

Nous avons le plaisir de faire +1 dans le compteur à conneries, car c’est faux ! (Apprendre l’Histoire aux enfants et aux hommes/femmes politiques est nécessaire…)

Chaloux dit: 29 décembre 2013 à 16 h 11 min

Pablo, je suis exactement comme vous, sauf pour quelques écrivains, comme Quignard, si bêtement malmené ici.
Sauf pour l’histoire. Entre autres, j’ai trouvé très intéressante la tentative d’Évelyne Lever « le Crépuscule des rois » dont le second volume est paru cette année.

Pablo75 dit: 29 décembre 2013 à 16 h 07 min

Moi j’ai lu cette année 5-6 douzaines de livres et aucun publié en 2013. J’ai d’ailleurs beaucoup de mal à comprendre comment on peut lire des livres récents alors qu’il y a tellement de bon livres anciens qu’on a pas lu. Quand je vais dans une grande librairie et je vois d’un côté quelques centaines de volumes de la Pléiade et de l’autre des centaines de nouveautés littéraires sur des tables, je plains les acheteurs qui regardent les tables.

Quant aux essais sur les thèmes qui m’intéressent, j’attends qu’ils sortent en poche.

À part ça, les dix meilleurs livres de l’année 2013 (dont deux français) pour 56 critiques et journalistes de El País:

http://cultura.elpais.com/cultura/2013/12/23/actualidad/1387800848_386395.html

Giovanni Sant'Angelo dit: 29 décembre 2013 à 16 h 06 min


…l’art de la quenouille,…les images des signes  » cachés « ,…des maçonniques que je vous dis,…pour malentendants sourds et muets comme des  » carpes « ,…

…d’ailleurs G.Braque se met au cubisme ( fascisant ), dès qu’il s’aperçoit que ses paysages de style  » fauves « ,…contiennent des images de suggestions érotiques en  » sandwich « ,…des lupanars en paysages,…Ou çà!,…Ah!,…le pied c’est adroit !…

…Oh,…le grand port à braques s’exclama t’il,…tout mat de haut,…

…Oui,…ma Soeur-bonne Supérieur c’est du Braque,…mais vous en faite une tête,…
…vous voyez des révélations,…Non ne quittez pas votre soutane,…il n’est encore que fauve,…
…attendez le en cubiste à la croisez des chemins,…un monte en l’air d’un coup de pinceau,…
…l’oeil, le cadre, et sans esquisses, fondre les espaces à desseins d’équivoques suggestives,…Oh!,…
…Oui!,…la jeunesse en champagne,…quelqueues quenouilles en soubresauts,…et le bouchon se flashe dans la gueule,…ad hoc,…etc,…
…envoyez,…aux artistes!

Chaloux dit: 29 décembre 2013 à 15 h 58 min

Tout est possible dans le monde tel qu’il est. N’empêche, supposer et affirmer autant de thonneries sans savoir, c’est là qu’est le problème.

le libraire de JC..... dit: 29 décembre 2013 à 15 h 46 min

Le meilleur livre de l’année….

Moi : « j’en sais rien ! je lis pas un livre tous les ans, j’suis libraire, donc commerçant ! Business first ! »
Lui : « pour un libraire, t’es vraiment con ! Une année ?! tu te rends compte l’importance, nulle, que ça a …???!!!

excusum dit: 29 décembre 2013 à 15 h 45 min

chaloux
des gens trouvent bien écrits des textes dont ils n’ont pas lu l’origina, dont ils ignorent jusqu’à la langue de l’original
Quant aux titres ils sont souvent dénaturés, que ce soit par l’éditeur ou le traducteur frustré qui veut laisser une marque voyante

le titre du roman de Schnitzler « Der Weg ins Freie » a été traduit en français par « Vienne au crépuscule »

Chaloux dit: 29 décembre 2013 à 15 h 39 min

John Brown, je ne sais pas qui ce (ou cette) si sympathique correction. Juste un mot : tu t’es fait traiter de gros con et tu ne l’as pas volé.

Correction automatique dit: 29 décembre 2013 à 15 h 31 min

désolé dit: 29 décembre 2013 à 15 h 17 min

Il voulait écrire « désolant ».

C’est corrigé.

désolé dit: 29 décembre 2013 à 15 h 17 min

chaloux *
vous êtes curé?
un texte ‘bien écrit’ peut être mal traduit, être une trahison, une adaptation, du rewriting, de l’original

D. dit: 29 décembre 2013 à 15 h 10 min

12.47 « Enfin, pour moi Foucault, ça reste la pendule ».

Pauvres blogueuses perdues dans les branches d’Eco, néo-maître, on a parfois un peu pitié !… Mais soyons indulgents, c’est de saison.

kicking dit: 29 décembre 2013 à 15 h 09 min

Ah, les idées reçues… et les littérateurs qui les « cultivent » allègrement…

la position de distributeur c’est tellement chic, n’est-il pas renato ?

Un portrait de John Brown dit: 29 décembre 2013 à 15 h 08 min

Fabienne Durand-Bogaert dit: 16 décembre 2013 à 12 h 35 min

« Il est regrettable que le blog de Pierre Assouline — qui a tant fait pour les traducteurs par ses prises de position réfléchies et son rapport pour le CNL — serve ici non pas à faire avancer la réflexion sur le traduire, mais à reconduire les idées reçues les plus éculées dans ce domaine. »

« La confiance est une condition souhaitable à l’établissement d’une bonne traduction. C’est aussi une très belle chose en soi, qui ne regarde que les deux personnes concernées par ce lien. Je déplore qu’elle soit ici galvaudée par des remarques aussi arbitraires que stupides. «
(…)
« Les détracteurs ont-ils seulement lu ce roman dans l’édition française? J’en doute…

– Tes « idées » sont les « les idées reçues les plus éculées dans ce domaine ». On pourrait ajouter dans tous les domaines.
– « qui ne regarde que les deux personnes ». Ca je passe, tu peux pas comprendre.

– Je déplore qu’elle soit ici galvaudée par des remarques aussi « arbitraires que stupides. ».

Indiscret, arbitraire et stupide,

Un portrait criant de vérité.

leonard dit: 29 décembre 2013 à 15 h 03 min

ce soi disant comédien a d’ailleurs choisi comme parrain d’un de ses pauvres mioches un borgne qui a torturé vos frères

leonard dit: 29 décembre 2013 à 15 h 02 min

Abdel
celui que vous qualifiez de comédien est proche de ceux qui comme le nain de pq haïssent « les Arabes »et souhaitent qu’ils crèvent, il a d’ailleurs choisi comme parrain d’un de ses pauvres mioches un borgne qui a torturé vos frères

chantal dit: 29 décembre 2013 à 14 h 30 min

la quenouille, ou massette, qui pousse en bord d’eaux calmes ?

villes fantômes, chancres urbains, c’est parfois une chance pour les gamins qui peuvent s’y inventer des histoires de chercheurs d’or et de pirates, pas mal de souvenirs de terrains vagues.

John Brown dit: 29 décembre 2013 à 14 h 21 min

Il y a les maisons démolies à Détroit, en ruines : ce qu’on ne photographie pas, pourquoi ? ce sont les maisons qui jouxtent, entières, avec les enfants qui jouent devant la véranda.
Les maisons démolies, elles ont été au préalable brûlées par ceux qui ont foutu le camp ailleurs, vers de l’herbe plus verte. (Renato)

On croirait un portrait de l’intérieur de la tête à Chaloux.

rose dit: 29 décembre 2013 à 14 h 18 min

Il y a les maisons démolies à Détroit, en ruines : ce qu’on ne photographie pas, pourquoi ? ce sont les maisons qui jouxtent, entières, avec les enfants qui jouent devant la véranda.
Les maisons démolies, elles ont été au préalable brûlées par ceux qui ont foutu le camp ailleurs, vers de l’herbe plus verte.
Mais c’est vrai que cela fait peur ; comme une des villes fantômes, une des chercheurs d’or par exemple, qui depuis sont devenus touristique à fantasmes du bon vieux temps (et mon cul c du poulet)
http://www.2tout2rien.fr/wp-content/uploads/2013/01/ville-fantome-bodie1.jpg

Une ville-fantôme fout systématiquement les boules.
Passqu’on comprend pas pourquoi y a plus personne.

John Brown dit: 29 décembre 2013 à 14 h 16 min

Il ne faut pas confondre la quenouille de JB avec le fuseau de Diderot (Des Journées…)

Exact. D’autre part, il y a quenouille et quenouille. L’exemplaire que je possède est un modèle sur mesure qui m’a été légué par ma grand-mère paternelle, Pénélope. Il s’agit d’une quenouille télescopique à gland, fabriquée spécialement pour elle par un tourneur sur bois de ses amis. Elle s’en servait pour tuer le temps lors des nombreuses absences de son époux, retenu loin du lit conjugal par des opérations de maintien de l’ordre français républicain ici et là dans le monde comme il allait pas bien.
Il existe un croquis par Hans Bellmer de ma grand-mère en train de se quenouiller. L’illustre artiste a très bien mis en valeur la signification anti-hachémitique et pro-nasique du geste auguste de la quenouilleuse.

des journées entières dans les arbres dit: 29 décembre 2013 à 13 h 57 min

Jacques Barozzi, ce n’est pas une question philo, ça; c’est une question véto.
Rose, le fuseau, peut être très seyant. Question de point de vue.

A bientôt, on n’est pas encore au bout de l’année.
Profitez-en pour remmetre la lumière chez Chaloux, il est encore en panne de jus.

Chaloux dit: 29 décembre 2013 à 13 h 51 min

La bêtise humaine s’est exprimée dans toute sa béate immensité dans la rubrique « traduction », heureusement vertement et justement remise en place. Plus la matière est précise, plus cette bêtise, qui hante céans comme jamais, se détecte à l’œil nu. Dommage pour certains.

Jacques Barozzi dit: 29 décembre 2013 à 13 h 41 min

A part que Nietzsche, devenu subitement fou, n’a pas eu la présence d’esprit de tuer le cocher turinois, des journées… !
Moi je me suis surtout demandé, voyant la scène du film chinois, si le cheval avait été réellement battu à mort avant de s’écrouler sur ses pattes arrières ?

des journées entières dans les arbres dit: 29 décembre 2013 à 13 h 31 min

D’ailleurs Jacques Barozzi, j’y pense. Elle est tès nietzschéenne, cette scène.

des journées entières dans les arbres dit: 29 décembre 2013 à 13 h 27 min

Indeed, Jacques Barozzi, c’est la formulation de Sophie qui ferait penser à une balade en calèche.

Jacques Barozzi dit: 29 décembre 2013 à 13 h 24 min

Après que l’un des héros de « A touch of sin » a tué son salopard de maître, le cheval dérive bien en solitaire sur la route, des journées…

des journées entières dans les arbres dit: 29 décembre 2013 à 13 h 22 min

Rose,
Il ne faut pas confondre la quenouille de JB avec le fuseau de Diderot :

Le fuseau est un morceau de bois leger, rond sur toute sa longueur, terminé en pointe par les deux extrémités, renflé dans le milieu, & long d’environ cinq à six pouces ; il y a un peu au-dessus de la peinte inférieure, une petite éminence qui retient le fil & qui l’empêche de tomber.

La quenouille est un roseau ou bâton leger, rond, long de trois à quatre piés, percé par un bout, & garni à ce bout d’un ruban large & fort.

Ce sont les sorcières qui m’ont appris cela.

Jacques Barozzi dit: 29 décembre 2013 à 13 h 20 min

Quel Charlot ce Ti’punch, Clopine !

Belle idée que ce « roman » : « Je pourrais construire mon nouveau livre ainsi. Des petites histoires animales et quotidiennes, potagères et brayonnes, disposées en cercles concentriques, allant se resserrant, autour d’un des meilleurs textes que j’ai jamais écrits… »

pour le titre, « Une femme d’intérieur » ?

des journées entières dans les arbres dit: 29 décembre 2013 à 13 h 13 min

Jacques Barozzi, je me demande si Sophie regarde vraiment les films qu’elle chronique.
J’en veux pour preuve son « cheval qui trottine » dans  » A touch of sin ».
Mais cet aprèm’, c’est avec Leonardo Di Caprio, que je vais aller voir les loups .

Jacques Barozzi dit: 29 décembre 2013 à 13 h 04 min

« c’est quoi tes 2 meilleurs films de l’années. »

Chez moi il n’y a pas de meilleur, le boug : j’ai aimé ou j’ai pas aimé, ça n’engage que moi et je l’ai dit chez la grande Sophie, point barre…

des journées entières dans les arbres dit: 29 décembre 2013 à 12 h 47 min

« Oups, petit rectificatif … il fallait lire 1972-1973 pour le cours de MF, bien évidemment… Et ça ne nous rajeunit pas ! »

Eh beh, tu parles de tracteurs …!
surveillez et punir sauce remixée, on aurait pu attendre un peu plus de discernement qu’une reddition sans concession. Et surtout pour avoir vilipendé, avec T. Bernhard les maîtres anciens, leur esprit vide.
Enfin, pour moi Foucault, ça reste le pendule.

J’avais oublié un truc. Non pas de pardonner Moix, dont les gesticulations médiatiques sont en effet, pour lui, une vraie mise en danger, -encore que s’allonger sur le divan, … bref- mais de sauver, une nouvelle fois, François Sureau et son chemin des morts.

Bonne année, mais vous êtes en avance Diagonal.
Le calcul calendaire, il faut laiser cela aux surdoués. Cest par exemple un don développé par un « aspergé ». Il s’appelle Daniel Tammet, connaissez pas ?

le charcutier de JC..... dit: 29 décembre 2013 à 12 h 35 min

L’élévation d’âme de ce client fiable m’incite à poétiser à la Gherassim Luca :
(..en hommage à Marcel Calebrique…)

« Il est là, le boudin
Blanc, blanc,
Il est blanc le boudin
Blanc ! Blanc !

Ah ! Dis donc
A Didon, blanc
Elle l’a le boudin
Blanc ! Blanc !

Énée parti
Didon pâtit
Didon boudin,
Blanc ! Blanc !

Quenouille
Mouille
Didon boudin
Boudin bon ! »

Correction automatique dit: 29 décembre 2013 à 12 h 31 min

bouguereau dit: 29 décembre 2013 à 10 h 48 min

un faciès vraiment
mussolinien

pour le gland zouzou dirait que c’est plutôt le codyo

devient :

pour le grand zouzou

Marcel dit: 29 décembre 2013 à 12 h 26 min

Pierrot, devant la grossièreté qui se développe dans son blog comme la vérole sur le bas clergé breton, vient de demander à des informaticiens géniaux de pondre un logiciel capable de mettre un terme à cette dérive. Ainsi, l’ayant testé sur ce rebutant rébus parlant de soudards : « dard/1 con cul pissant nœud vit queue deux rats pine, con vin le con cul bain à con fesse », il n’en demeura plus que : « /1 deux rats, vin le bain à », ce qui est incontestablement un langage des plus châtié. On aura remarqué cependant que le logiciel pousse la pudibonderie jusqu’à effacer le mot fesse. Pierrot a donc demandé à nos informaticiens de corriger ce bogue. Quand tout sera au point, les grossiers personnages de ce blog …gieux, (qui n’acceptera plus presse tige) n’auront qu’à bien se tenir s’ils ne veulent pas que leurs posts deviennent in…préhensibles pour le commun des mortels.

JC..... dit: 29 décembre 2013 à 12 h 08 min

un ex-erdélien malheureux dit: 29 décembre 2013 à 11 h 50 min
« Toute acheteuse de livres qui condescendra, armée de sa seule pitié, à franchir le seuil de l’entrepôt à bouquins d’un libraire en pré-chomedu, se verra offrir une « cravate de nota » en sus de l’achat de six Pléiades. »

Sexisme dévoyé, et racoleur ….

JC..... dit: 29 décembre 2013 à 12 h 00 min

MES AMIS ! MES AMIS ! N’AYEZ PAS PEUR …
La quenelle ? c’est has been, dépassé, ridicule, méchant !… Ecoutez moi ça :

« Dimanche, c’est la Grande Mosquée de Paris qui a condamné «énergiquement tout acte ou propos à caractère antisémite ou raciste dans le monde sportif». Dans un communiqué, signé par Dalil Boubakeur, recteur de l’Institut musulman de la Grande Mosquéee de Paris, celle-ci qualifie la «quenelle» de «geste hybride entre le salut nazi et le bras d’honneur inversé», ajoutant que le sport représente «des valeurs hautement humanistes et universelles de paix, de convivialité et de fraternité».

Vous rendez-vous compte ! Un «geste hybride entre le salut nazi et le bras d’honneur inversé» !!!!!!!!!!

ASSEZ D’HYBRYDATION ! Que la quenouille brownienne, bien française, remplace la quenelle, interdite car venue d’ailleurs où tout est moche…

Tous ensemble ! Tous ensemble, notre slogan 2014 :
« BOUDIN BLANC ! BOUDIN BLANC ! »

un ex-erdélien malheureux dit: 29 décembre 2013 à 11 h 50 min

Toute acheteuse de livres qui condescendra, armée de sa seule pitié, à franchir le seuil de l’entrepôt à bouquins d’un libraire en pré-chomedu, se verra offrir une « cravate de nota » en sus de l’achat de six Pléiades. C’est la fin, ça sent le sapin. Mais ce n’est pas une raison pour mettre en berne le kamasoutra du libraire installé dans la bonne ville de la Garenne-Bezos. Pas molli ti-moune-là !

chantal dit: 29 décembre 2013 à 11 h 48 min

Bonne année à vous et aux vôtres Clopine, ce n’était qu’une facétie, j’avais écris « écrivaine féministe américaine » suite à votre promotion de Tracey Chevalier. Votre campagne vous va bien, Detroit c’est risky bizness !

Le moving camera, oscillation vent nord atlantique à la suite du chien c’est drôle !

Merci au cameramen qui a chiadé son effet.

Clopine Trouillefou dit: 29 décembre 2013 à 11 h 09 min

Bon, alors, bonjour à tous ! Juste préciser à Chantal que je ne souhaite en rien devenir une écrivaine anglaise. D’abord, j’ai bien vu cet été : quand le soir, au pub, je disais « the », le garçon branchait l’anti-moustique, alors !

Merci à Barbara pour son attention. Mon petit livre est scandaleusement cher : mais je peux lui fournir à beaucoup moins (me contacter à [email protected]).

Je confirme qu’Alice Munro, c’est épatant.

Et quoi d’autre ? Allons, ne soyons pas chien :

http://clopine.over-blog.com/

Diagonal dit: 29 décembre 2013 à 11 h 00 min

Oups, petit rectificatif … il fallait lire 1972-1973 pour le cours de MF, bien évidemment… Et ça ne nous rajeunit pas !

Diagonal dit: 29 décembre 2013 à 10 h 56 min

*** Le cours de Michel FOUCAULT au Collège de France 1982-1983, commenté par Bernard E. Harcourt (La société punitive, Paris, EHESS, Gallimard, Seuil). 13 leçons bien plus passionnantes que la somme de Surveiller et Punir (1975) et très étonnamment, assez profondément différentes. Pas pris une seule ride ! Foucault s’exprimait oralement comme peu d’écrivains poussifs sauraient écrire aujourd’hui. Un festival d’intelligence absolu !

En littérature générale, adoré : CANADA (Ford) et L’ENFANT DE L’ETRANGER (Hollinghurst), & détesté, hélas : FUGITIVES (Munro).

et… hors du temps, mais toujours avec un immense plaisir : Guerre et Paix (le 2e tome en Folio) et Casanova (le 1er tome chez Bouquins/Laffont).

Bonne année à la RDL de Passoul et à ses internautes !

bouguereau dit: 29 décembre 2013 à 10 h 46 min

Je n’ai pas mis assez de N dans la cannelle !

alors baroz, c’est quoi tes 2 meilleurs films de l’années..j’espère que tu l’as pas déja dit

John Brown dit: 29 décembre 2013 à 10 h 46 min

OK, Johnnie ! Fais nous une quenouille, mais une belle … (JC)

Le geste,dérivé du fameux poing fermé des internationalistes, est excessivement simple et peut se maîtriser en cinq minutes d’entraînement devant la glace de la salle de bains (j’en sors). Il consiste à empoigner avec une vigueur virile au niveau du pubis le gland d’une quenouille imaginaire, puis à l’élever, avec une lenteur provocatrice, jusqu’à la hauteur du chapeau (je prends ma douche avec mon chapeau). Le tout est de conserver au long de l’opération un regard fixe et un faciès vraiment
mussolinien (pour la mise au point du détail, revoir le sketch bien connu de Bénureau).

bouguereau dit: 29 décembre 2013 à 10 h 45 min

c’est-y pas une détumescence?

c’est la dépéninsulisation..que dis je la dépéninsulisation, un animal triste!

bouguereau dit: 29 décembre 2013 à 10 h 40 min

l’UE étant conçue par des antilibertaires incultes

bientôt il vont nous interdire le pinard ces kommissars analphabètes

Giovanni Sant'Angelo dit: 29 décembre 2013 à 10 h 23 min


…l’état de quenouille,…
…échoir aux mains de femme,…par successions,…et filatures en laine,…

…finir en eau de boudin,…ne plus avoir droit au chapitre,…se limiter aux lignes et versets,…
…sens développés, par analogie,…se faire alambiquer en somme,…autres,…etc,…

John Brown dit: 29 décembre 2013 à 9 h 48 min

J’ai inventé cette nuit un geste odieusement anti-hachémite et pro-nasique, autant dire à haut potentiel subversif : la quenouille. Est-ce que quelqu’un veut que je la lui sorte ?

JC..... dit: 29 décembre 2013 à 9 h 44 min

Clairement, les Pères Fondateurs de l’Europe post-WWII étaient couillus, décidés, visionnaires, motivés … Et véritablement européens, adeptes du vivre ensemble entre européens.

Leurs successeurs sont des castrats, bien intentionnés mais mous, lâches, à courte vue, trop protégés par leur statut de privilégiés et qui préfèrent ouvrir le domaine européen que d’avancer avec mesure en consolidant l’existant légué par les membres premiers de l’UE.

Nous ne voulons plus de l’Europe en cours car elle ne peut réussir. Elle est sans vision politique, machine à perdre, administration technocratique fonctionnant en circuit fermé.

Giovanni Sant'Angelo dit: 29 décembre 2013 à 9 h 23 min


…5,8 million de chômeurs préposés aux collabora-sionnismes  » social-corporatisme « ,…
…des gay un jour,… » gay’s toujours « ,…pour les emplois en vacuité pour la non-croissance étranglé par l’état,…
…des victimes désignés ces résistants du travail-gay, sinon rien,…au Stalag 13 à l’€uro,…
…D,…Ö’rion,…et Bételgeuse ensemble des segmentations hiérarchiques à l’Ôpus d’Ö’rire Dei,…les brioches à la connerie-narcotique,…
…les amuses-gueules du Pacha en pauvre lardon,…
…sans-cris,…ou avec  » le Cris  » de Munch,…
…au harem Désir nouveau à la pincette d’or,…serti de diamants en dix-versions connectés aux Bazars mondialistes made of zizanies & cultures en trust’s d’opinions du lingot de mes deux,…etc,…

…de quoi,…on cause les crève-la-faim,…
…pas touche à mes châtelains de l’espace, mes potes pas cassés en pantoufles,…de la dure de guerre-sociale en  » Pantavisionscope « ,…comme si vous y étiez,…le nouveau-Games-Story de 9 à 99 ans d’Ö’rion du Pacha,…Ah!,..Ah!,…Oh!,…Oh!,…etc,…Bip!,…Bip,…à deux glands de guy’s,…en partage!,…à la Castafiore à perlin-pinpin!,…etc,…
…le prince à Casa-blanca,…allez plus vite,…l’heure c’est l’heure,…et Dieu t’aidera,…à la SoeurBonne en main-courante!,…Genièvre,…qu’elle grappa,…un must,…etc,…Oh!,…

renato dit: 29 décembre 2013 à 9 h 03 min

« Mauvaise nouvelle pour les amateurs. La brioche traditionnelle danoise à la cannelle – kanelsnegle – devrait être interdite en Europe… parce qu’il y a trop de cannelle dans la recette. À l’origine de cette terrible menace, une loi adoptée en 2008 par Bruxelles, réglementant la quantité de cannelle autorisée dans les aliments. »

Evidemment, l’UE étant conçue par des antilibertaires incultes, l’idée même de confédération comme premier pas vers un vivre ensemble civilisé semble inconcevable…

JC..... dit: 29 décembre 2013 à 8 h 11 min

Les mangeurs de brioches danoises à la cannelle seront poursuivis ! Cet acte gourmand est définitivement classé antisémite, quenellisé, nazifié, judéophobe, antisioniste, immonde, abject, raciste et nauséabond !

(Tout ! Tout ! Tout ! Càd n’importe quoi, plutôt que d’évoquer le sort des 5,8 millions de chômeurs en France et la non-croissance de l’économie étranglée par l’Etat…)

Jacques Barozzi dit: 29 décembre 2013 à 8 h 00 min

De la quenelle à la canelle !

« Mauvaise nouvelle pour les amateurs. La brioche traditionnelle danoise à la cannelle – kanelsnegle – devrait être interdite en Europe… parce qu’il y a trop de cannelle dans la recette. À l’origine de cette terrible menace, une loi adoptée en 2008 par Bruxelles, réglementant la quantité de cannelle autorisée dans les aliments. »

JC..... dit: 29 décembre 2013 à 6 h 10 min

Il est parfaitement explicable d’aimer le football lorsqu’on habite un immeuble de grande hauteur sinistre : voir de la pelouse bien verte sur laquelle batifolent 22 vicelards et 3 corrompus en noir… ça fait du bien. On va voir ce qu’on a pas, verdure et pratique sportive.

De même, venir sur un blog littéraire prestigieux, côtoyer d’admirables sorbonnards quand on a lu toute sa vie principalement des tomes de l’Equipe, plutôt qu’Heidegger et côtoyé des mouches et des moustiques … ça fait du bien. On aime toujours ce qui vous manque.

Et plus on est en manque, plus on est paré pour la haine…

Giovanni Sant'Angelo dit: 29 décembre 2013 à 4 h 32 min


…un esprit sein dans un corps sein,…Oui!,…mais jamais sans mes pantoufles masturbatoires du pied levé,…etc,…à Orion,…

Giovanni Sant'Angelo dit: 29 décembre 2013 à 4 h 28 min


…encore un secrétaire d’Abdelkader qui ne dors pas la nuit,…un compagnon garde-champêtre sous le ciel étoilé,…
…c’est de saison!,…of course,…
…et D,…qui se la coule douce avec Orion,…
…décidemment,…tout le monde est en croisière ou en offshore de mes deux !,…
…etc,…

abdelkader dit: 29 décembre 2013 à 3 h 45 min

oui ma bonne dame, je persiste et signe…je prefere a chaque fois, et de tres loin, les matchs de foot a la masturbation intellectuelle et a l’enculade de pauvres mouches qui ne m’ont jamais rien fait…

Giovanni Sant'Angelo dit: 29 décembre 2013 à 3 h 32 min


… » la restauration « ,…de la guerre de cent-ans,…en recoins et coins bien serrés,…my Lord’s,…à poil’s de biches,…& horse’s d’arabie,…of course,…
…l’autruche la tête dans le sable à dos de chameaux,…
…çà on a aussi,…en €urope,…depuis Champollion de mes deux à Bonaparte,…etc,…

… » des belles « ,…à préférer les matchs,…
…chacun ses  » aspiration’s « ,…my Lord’s,…à deux balles,…etc,…

Giovanni Sant'Angelo dit: 29 décembre 2013 à 3 h 14 min


…vu le niveau des alambics bien fermés,…

…un petit tour,…aux club’s des  » Opus Dei « ,…
…tenta-culaire’s & doct-rinaire’s,….se ressourcer en lèche-cul’s,…et ses substitutions bourgeoise’s des usures royales,…
…ou les marionnettistes corporatistes du pouvoir de subdivision des  » sans gênes « ; aux €cu’s d’héritiers,…etc,…

…voir,…l’opuscule Avril-Mai 2012,…
… Manière de voir,…Le Monde diplomatique / 122

…Politique-Entreprise-Ecole-Famille,… » ou se cachent les pouvoirs « ,…

…déjà réveillez ! Oui !…etc,…

abdelkader dit: 29 décembre 2013 à 2 h 48 min

cette histoire de quenelle est ridicule…une tempête dans une tasse de thé…perso, je ne savais même pas ce que ca signifiait ni avant ni après avoir vu le match a la TV…et même, j’avais pris ca pour un grand bras d’honneur, mais bon…Anelka est un ancien d’Arsenal et un bon joueur qui aurait pu être de classe mondiale s’il avait été mieux conseillé …perso, je suis accroc au foot et donc je visionne a peu près tout ce que je peux (il m’est déjà arrivé de décommander un rendez-vous avec une belle que je poursuivais de toute mon ardeur sarrasine parce que j’avais un ticket pour un match d’Arsenal ce soir-la… oui je sais, je devrais consulter), mais franchement chez vous, vous regardez Aston Villa v West Ham? ca serait un peu comme regarder Ajaccio v Lens, quand on est espagnol…un joueur black accusé de racisme et d’incitation a la haine raciale? Waoou…z’etes encore obsédés par le nazisme, l’’antisémitisme, Morand, Chardonne et Drieu la Machine (viz le billet précédent) ? mais le racisme ordinaire, celui bien plus pernicieux de tous les jours, vous laisse indifférents ? au pays de Voltaire, un ministre propose sérieusement de bannir un comédien ? pourquoi pas le FN ? sont bien plus dangereux, non ?regardez donc pas plus loin que chez vous …a Porquerolles , par ex, et gardez ces histoires pour vous-autres…ici nous sommes obsédés par le foot et pas grand chose d’autre…

D. dit: 29 décembre 2013 à 0 h 26 min

La trève des confiseurs est particulièrement néfaste à notre économie.
Nous n’avons aucunement besoin de ces deux semaines de « vacances » qui ne font que nous affaiblir par intoxication dûe à l’excès de substances adipeuses et alcooliques.
Seul Noël devrait être fêté, sobrement, la nourriture et les cadeaux placés bien après l’essentiel : la louange et la contemplation devant la naissance de Notre Rédempteur.
Fêter la « nouvelle année » est particulièrement stupide, le 1er janvier ne correspondant à aucun événement astronomique, contrairement au 21 décembre et au 17 janvier.
Se souhaiter une bonne année est une démarche superstitieuse et ne comptez pas sur moi cette fois-ci pour les simagrées habituelles.
Les enfants prennent de bien mauvaises habitudes avec ce genre de vacances « de Noël » : l’habitude d’attendre ce qui ne leur est aucunement dû, l’habitude de ne pas rendre gloire à Celui qui a permis qu’ils naissent et qui portera le péché de toute leur vie.

escalade & biding dit: 29 décembre 2013 à 0 h 08 min

c’est souvent en plaine que les murs s’édifient ; faut trimmer pour s’élever … un monde fait de projections planifiées

Smourov dit: 28 décembre 2013 à 23 h 47 min

Bon n’en alors, si on n’est pas obligé de se limiter à cette année, moi c’est « Le Guetteur » de Nabokov.

renato dit: 28 décembre 2013 à 22 h 48 min

Dentier ? Perruque ? mais où vivent-ils ?!

Cela dit, que La montagne magique verse une larme parce que le sanatorium de Davos est en dépôt de bilan, c’est plutôt une bonne nouvelle.

D. dit: 28 décembre 2013 à 21 h 45 min

Bien entendu j’aurais pu condenser toutes ces considérations en un seul commentaire, mais à quoi bon en définitive -pourquoi se fixer des limites contraignantes que personne ne vous impose ?

D. dit: 28 décembre 2013 à 21 h 32 min

« Assouline peut répondre à cette question, d’abord parce que c’est son métier de rendre compte des nouveautés »

1) Monsieur Assouline ou bien Pierre Assouline

2) Pas du tout. Pierre Assouline est d’abord un écrivain.

John Brown dit: 28 décembre 2013 à 21 h 27 min

Quel est votre meilleur livre de l’année ? Assouline peut répondre à cette question, d’abord parce que c’est son métier de rendre compte des nouveautés, et puis parce, membre du jury Goncourt, il a l’habitude de ce genre de désignation, puisqu’il faut un meilleur et que le meilleur gagne. Mais moi, simple lecteur, je ne lis qu’un nombre très limité des nouveautés de l’année, et, de toute façon la seule idée d’établir un palmarès dans les domaines de la littérature et de l’art me hérisse. En plus, question enthousiasme, engouement et tout, je n’arrive pas à trop bien faire la différence, par exemple, entre un roman et un ouvrage de vulgarisation scientifique. Cette année j’ai beaucoup aimé « Nue » de Jean-Philippe Toussaint, mais « La Flèche du temps », d’Etienne Klein et alii, m’a passionné. Mais je crois que le livre qui m’a encore le plus marqué cette année, c’est l’ « Histoire d’Italie », de Francesco Guicciardini, une fameuse bouteille, de plus de quatre siècles d’âge. En matière d’ouvrages de l’esprit, l’actualité est une notion très relative. Tiens, cette année, comme l’adaptation qu’en a faite Badiou m’avait quelque peu agacé, j’ai relu « La République » de Platon : eh bien, ça n’a pas vieilli du tout. J’ai lu aussi avec beaucoup d’intérêt et de plaisir « Souterrain Blues « , une pièce de Peter Handke, parue en Allemagne en 2003, mais traduite en français seulement en 2013. Assouline, qui s’intéresse beaucoup aux problèmes de traduction, n’a pas abordé, autant que je le sache, cet aspect des choses : le temps souvent très long qu’il faut pour que paraisse la première traduction française d’un ouvrage étranger important. Quelquefois, il faut même plusieurs siècles. Je crois que ça a été le cas du roman de Baltasar Gracian, « le Criticon », dont la première traduction française (presque) intégrale remonte à quelques années seulement.

Giovanni Sant'Angelo dit: 28 décembre 2013 à 21 h 06 min


…bon,…tout ces commentaires,…c’est tout de même  » très limite « ,…pour un feux d’artifice,…
…juste des pétards de consolidation d’édifices,… » groupir!,…groupir! « ,…
…ou est passer la 7° Compagnie,…par les fesses !,…etc,…
…occuper à lire  » CLUNY les moines et la société au premier âge féodal « ,…PUR 2013.

…faire travailler et dépendre les autres pour le bénéfice à soi,…un art vertueux en groupes,…des galipettes,…etc,…
…flashé les pages sur film équidistant & lith,…les combines à nations,…etc,…
…envoyez,…

Un avis parmi d'autres... dit: 28 décembre 2013 à 20 h 17 min

abdelkader dit: 28 décembre 2013 à 18 h 42 min

Un poème pour Bouguereau dit: 28 décembre 2013 à 16 h 23 min
a bit harsh maybe, but fair…

kicking dit: 28 décembre 2013 à 20 h 14 min

si on peut mettre de la gnôle dedans

tant que tu rajoutes pas de l’opium pour dépasser les bornes jusqu’à t’y casser les dents t’auras pas besoin de bonnet à pointe pour percer les manchons moisis des bandits à maman, ouaf ouaf ouaf, vaut mieux nager comme un chien que jouer du fer à repasser sur le titanic

Chaloux dit: 28 décembre 2013 à 20 h 13 min

Le Boug, grosse truie immonde, c’est à toi de dégager. Tes petits contrôles de personnalité (tu ne sais rien faire d’autre) commencent à emmerder tout le monde, Guépéou.

bouguereau dit: 28 décembre 2013 à 20 h 07 min

un peu que je t’escuse cheuloux..va va mon ambulance, va te faire plomber ailleurs, en vendant tes bonnes journées et tes aurevoirs mités comme peau de lapin..va

Sergio dit: 28 décembre 2013 à 20 h 05 min

Chaloux dit: 28 décembre 2013 à 20 h 00 min
le « g… c… »

Ca dépend, si on peut mettre de la gnôle dedans… Comme la canne à Toulouse-Lautrec…

Chaloux dit: 28 décembre 2013 à 20 h 00 min

Et puis tu vois, si tu connaissais un peu les femmes, tu saurais que le « g… c… », ton animal de compagnie favori, c’est pas pour elles… Le fait que tu en parles sans arrêt, ce serait plutôt à moi que ça donne raison…Pour une fois, enlève-le, va dodo, essaye de dormir sans, tu le remettras demain, et lâche un peu de lest. Ça vaudra mieux pour ta grosse trogne enfarinée.

Chaloux dit: 28 décembre 2013 à 19 h 52 min

Bon tu m’excuses, Le Boug, j’ai plus le temps. Et puis te voir égrener ton manuel du parfait mouchard-dompteur ça me gonfle. Tout ça commence à s’épuiser sérieusement, je ne suis pas le seul à m’en apercevoir. Ce qui pue ici, c’est toi. Tu pues le petit chantage, la mise en cause privée, tout l’attirail de la petite frappe collaborationniste en temps d’occupation ou de révolution. Mais je connais très bien tes méthodes de minable et c’est moi qui finirai par te les faire bouffer. On n’en est qu’au début.

Mère Brazier dit: 28 décembre 2013 à 19 h 43 min

QUENELLES NATURES A LA COLETTE
Recette familiale John Brown

Ingrédients :

Un pliant de cuisine
200 g de farine type 55
3 oeufs
250 ml d’eau
50 g de beurre ou de margarine végétale
1 bonne pincée de sel

Préparation :

Dans une casserole à fond épais, faire bouillir eau + beurre + sel.
Verser la farine d’un seul coup comme pour la pâte à choux, cuire 5 mn à feu doux en remuant pour dessécher la pâte.
Retirer du feu et incorporer 1 à 1 les oeufs en remuant entre chaque oeuf.
Quand la pâte est tiède, en faire un gros boudin sur une planche farinée et le détailler en 20 tranches.
Prendre chaque tranche et la façonner en quenelle entre les 2 mains, (ou la faire rouler sur la planche) d’une longueur d’environ 7 à 8 cm.
Les pocher dans de l’eau frémissante salée et quand elles remontent à la surface les mettre dans une sauce tomate chaude avec olives et champignons et les laisser mijoter pendant 1 quart d’heure.

On peut les mettre directement dans la sauce tomate chaude et les cuire dedans. Dans tous les cas ne pas les laisser trop longtemps dans la sauce sinon elles éclatent et vous aurez de la bouillie. On peut aussi les couper en rondelles sans les avoir pochées et les faire frire.

N’oubliez pas d’en offrir une au Ministre de l’Intérieur !

bouguereau dit: 28 décembre 2013 à 19 h 34 min

la main dans la main avec John Brown qu’il affectionne de plus en plus, et Marcel passé en voisin

et pourquoi pas..et toi te voilà mon cheuloux honteux de tes amitiés et de tes renforts allumant tes contrefeux d’escrêment séchés..plus t’as beau souffler pour atiser, plus ça pue mon cheuloux..plus ça pue

Voltairien simplet..... dit: 28 décembre 2013 à 19 h 21 min

Entre celui qui dit avec franchise ce qu’il pense et exécute une franche quenelle pourrie, et celui qui ment au plus haut sommet de l’Etat en trompant le peuple pour être élu …. qui est le plus à plaindre, le plus à blâmer ?

Assouline RdL Gang, Davos, Chairman of the Board..... dit: 28 décembre 2013 à 18 h 53 min

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le Grand Marcel a accepté le poste de poète officiel de notre établissement.

Chaque soir, un poème, tiré au sort par les patients les plus cultivés dans une liste ne comprenant qu’un seul nom, Calbrix, sera proposé par notre ami Marcel aux erdéeliens les plus agités.

Il est prévu de lier étroitement ces derniers à leur fauteuil de cuir afin d’éviter les risques : fuites, hallucinations, bagarres, agressions diverses, viols collectifs et tournantes poétiques. Merci Marcel !

(Personnel : Monsieur Marcel en CHAMBRE 2…)

Caroline dit: 28 décembre 2013 à 18 h 45 min

Petites palmes, David Bosc, La Claire Fontaine, pour son style raffiné et doux bien que ce ne soit pas d’une folle originalité. Concerto pour la main morte d’Olivier Bleys, un peu ampoulé mais flattant mon goût pour la musique.
Marcel Cohen, Sur la scène intérieure. Pas un roman mais bouleversant sans mièvrerie par la seule grâce d’un jouet découpé dans un bout de toile.
Palme aussi à Yann Moix que je n’aimais pas, mais Naissance m’a séduite par sa démesure.
Puisqu’on en est aux palmes, palme quant aux contributeurs de RDL à la Reine des Coms dont chaque intervention (trop rare!) exerce sur moi une véritable fascination. Ce mélange de profondeur, d’impertinence fine et caustique, et de poésie est vraiment très inhabituel. Une sorte d’élégance réfractaire dont je suis fan!
J’avais beaucoup aimé Le garçon incassable, mais Passou pourquoi n’avoir pas fait en sorte de le soutenir?… Votre… Job?
Avec mes meilleurs voeux.

Marcel dit: 28 décembre 2013 à 18 h 23 min

D. dit: 28 décembre 2013 à 14 h 29 min
Je pensais qu’on était enfin débarrassé de Marcel et de Bouguereau mais j’avoue avoir été naïf. Quelles plaies ces deux-là.
Jamais rien de constructif, tout en dehors du sujet, commentaires sur les commentaires des commentaires, mauvais esprit et tutti quanti comme dirait renato.

Bien vu D. Dommage qu’à cette occasion ton commentaire soit un (commentaire)^4.

Marcel dit: 28 décembre 2013 à 18 h 08 min

Jacques Barozzi dit: 28 décembre 2013 à 13 h 14 min
Vous n’avez jamais songé à vous (nous) raser, Marcel ?

Je me rase tous les dix ans, mon Jacounet, et si tu veux me voir imberbe, il faudra attendre 2020. Inch Allah !
Quand à songer à vous raser, il me serait barbant de jouer votre barbier d’autant qu’un barbot m’a barboté ma barboteuse de merlan.

chantal dit: 28 décembre 2013 à 18 h 04 min

crémier de JC, je reconnais là vos belles qualités humaines, les ardennes sont vastes, de modeste altitude, mais recèlent bien des trésors enfouis, on y respire, en zigzagant entre les cours d’eau et les frontières ..
J’y ai rencontré une truite vagabonde ..

#Bienen14àvous#

Chaloux dit: 28 décembre 2013 à 17 h 52 min

Pour se consoler, Le Boug écoute ans le noir cette (« magnifique », affirme le commentaire) chanson de Gérard Chambre (ça ne s’invente pas), la main dans la main avec John Brown qu’il affectionne de plus en plus, et Marcel passé en voisin.
Ils sont trois, mais qu’importe.

http://www.youtube.com/watch?v=H1GOEtRUXqA

le crémier de JC..... dit: 28 décembre 2013 à 17 h 47 min

Chantal, soyez certaine que mon client pensera à votre rondelle (de Marcassou ardennais, c’est où les Ardennes ?), le Premier Janvier de cette merveilleuse année à venir … Bien à vous, une fois n’est pas coutume.

chantal dit: 28 décembre 2013 à 17 h 25 min

commande-le et lis-le toi-même au lui d’espérer vainement que passou rachète pour tes gros vilains noeils cupides l’hôtel magique à Davos ..

je penserais fort à toi en me coupant une rondelle de marcassou le 1er de l’an à la baraque fraiture ..

DHH dit: 28 décembre 2013 à 17 h 25 min

@
chantal
merci de ce conseil de lecture ,que je vais m’empresser de suivre
je n’ai encore rien lu de Piperno
le commentaire de moi que vous avez lu sur le livre de toledano est un extrait d’un papier plus etoffé que j’avais donné ailleurs lorsque j’ai lu le livre cet été

Mesures et Poids dit: 28 décembre 2013 à 17 h 25 min

boudegras soudain muet, barricadé, la zigounette tremblotante entre ses guibolles flageolantes…
le trouillomètre à zéro

JC..... dit: 28 décembre 2013 à 17 h 20 min

« Heureux les fêlés, car ils laissent passer la lumière ». Passou a aimé, en juillet. Je veux bien ! mais j’aurais aimé le point de vue d’un simple lecteur de ce « garçon incassable »… Tant pis…Bonne soirée, les lutins !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*