de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Reductio ad Hitlerum et… Godwinum ?

Reductio ad Hitlerum et… Godwinum ?

Connaissez-vous le point Godwin, ce machin qui désormais dépasse en notoriété le point G ? Pas un blog, pas un forum, pas un site ouvert aux commentaires n’y échappe quel que soit le sujet du jour. Non, ce n’est pas un gadget rhétorique. Juste un constat établi au début des années 1990 sur le réseau Usenet par l’avocat américain Mike Godwin (1956), lequel, restons simple, préfère parler de « loi de Godwin »). Il tient en ceci : plus une discussion en ligne dure, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Hitler se rapproche de 1. Il désigne donc le cap d’un échange d’arguments dans lequel l’une des parties invoque une référence à la seconde guerre mondiale, à l’Allemagne nazie, à la solution finale, ce qui a pour effet de clore le débat. Ainsi le point Godwin marquerait un point de non-retour au-delà duquel la conversation devient pourrie. Considéré comme un objet philosophique, il est l’accroche de Reductio Ad Hitlerum (176 pages, 15 euros, Presses universitaires de France) de François de Smet, et vaut qu’on s’y attarde pour ce qu’il nous renvoie de notre société.

On dira qu’il n’y a rien de neuf sous le soleil : après tout, qu’est-ce d’autre que la version 2.0 de la Reductio ad Hitlerum conceptualisée par le philosophe Leo Strauss dans Droit naturel et histoire (1953) en résonance avec l’argument rhétorique reductio ad absurdum ?

« Ce faisant, nous aurons à atteindre le seuil au-delà duquel l’ombre d’Hitler commence à obscurcir la scène. Et il n’est malheureusement pas inutile d’ajouter qu’au cours de notre examen nous devrons éviter l’erreur, si souvent commise ces dernières années, de substituer à la réduction ad absurdum la réduction ad Hitlerum. Qu’Hitler ait partagé une opinion ne suffit pas à la réfuter » expliquait Leo Strauss.

A ceci près que sur la Toile, tout se déploie en accéléré et en intensité. C’est moins des dérapages du Net, des nouveaux usages engendrés par les réseaux sociaux et de la néo-conversation à l’heure des nouvelles technologies, que de la question du Mal qu’il s’agit. Partant, le philosophe s’interroge aussi sur les limites de notre liberté d’expression.

On contestera tel ou tel point à François de Smet, et notamment ce poncif qui a la vie dure selon lequel « l’histoire est écrite par les vainqueurs » ; mais il fait un utile retour sur les expériences des années 60, celle de Ash sur l’instinct grégaire et celle de Milgram sur l’autorité, qui permettent de mesurer le degré de conformisme. Surtout, il enrichit le débat en insistant sur l’effet de meute, la menace qu’exerce et la peur que provoque  ce confort que l’individu revendicateur trouve à quitter une forme de solitude pour rejoindre une masse photomontage1937en mouvement armée de fourches, l’agneau cédant ainsi à la tentation de revêtir une peau de loup. Or le point Godwin, rappel à l’homo connecticus de sa propre barbarie, est négatif. Le  rebelle/réfractaire, héritier du héros antique, croit désormais s’incarner positivement dans la figure de l’Indigné, ce qui est une fuite illusoire ; cela évite de mettre des actes au bout de ses idées et surtout de s’engager dans un camp :

« S’indigner pour s’indigner, c’est se mettre en colère pour s’épargner une consultation chez le psychanalyste, c’est s’acheter une voiture pour montrer qu’on en a les moyens, bref, c’est manifester qu’on est en vie – mais ce n’est rien de plus ».

Analysé comme un symptôme, le point Godwin apparaît comme « le fil révélateur d’une modernité en irrévocable déliquescence existentielle ». Il permet de fuir le souvenir de ce que nous étions en meute « avant la civilisation, avant l’Etat » ; il rappelle aux hommes leur goût de la force, de la volonté de puissance, du conformisme en les ramenant à une animalité enfouie, étant entendu que diabolisation et fascination sont les deux faces d’une même médaille.

Soixante-dix ans après la fin de la guerre, son emprise sur les esprits est toujours aussi forte. La référence compulsive aux nazis est le signe de notre impuissance à désigner le Mal avec des valeurs morales et des repères éthiques qui ne soient pas amarrés à l’Histoire. C’est une boussole bien pratique en un temps où les citoyens sont déboussolés par les crises identitaires. Ni le stalinisme, ni l’islamisme n’ont vraiment remplacé cet absolu de l’inhumanité faite homme dans l’inconscient collectif. Il leur a « manqué » le nihilisme ontologique d’avoir mis en œuvre la Shoah, entreprise de dévalorisation progressive d’une catégorie d’individus précédant leur extermination en masse. Cet épouvantail du Mal est notre dernière certitude métaphysique

 « Le nouveau totalitarisme n’aura plus demain, les atours d’une petite moustache et d’une mèche. Il ne s’appellera certainement plus nazisme ou fascisme. Mais il prendra à coup sûr l’image de la force. Il se proposera de replier le chaos du monde sur une ou deux idées simples. Il fera de la Cohérence son drapeau. Il flattera les forts et s’adjoindra les faibles. Et, une fois encore, sa séduction sera irrésistible ».

Cette conclusion de François de Smet, on hésite à la dire lucidement pessimiste ou tragiquement réaliste.

(Illustration de Kristian Hammerstad et Photomontage de 1937)

Cette entrée a été publiée dans Essais, Histoire, La vie numérique.

1035

commentaires

1 035 Réponses pour Reductio ad Hitlerum et… Godwinum ?

Giovanni Sant'Angelo dit: 20 novembre 2014 à 7 h 38 min


…les réseaux mafieux infiltre les pharmacie européennes, pas mal, aussi,!…

…le gode à bouguereau en passe, tout s’explique,!…made triangle des Bermudes,!…
…Ah,!Ah,!…etc,!…

Monique dit: 20 novembre 2014 à 7 h 34 min

Il aurait étudié, non pas « Mein Kampf » mais Harry Potter, nous eussions évité WWII !

La culture ne réussit en aucun cas à faire rempart contre la nature, elle permet tout au plus d’énoncer avec plus ou moins de raffinement pervers ou en tenue de camouflage une volonté hégémonique à l’adresse d’un public compris entre l’indivisible et la totalité.

Giovanni Sant'Angelo dit: 20 novembre 2014 à 7 h 28 min


…Eliot Ness Sénat U.S.A.,…
…………………,trois saintes – banques,!…accuser de manipuler les prix des matières premières,!…quelles répercutions,!…

…la tête mondialiste,!…du grain du foin de l’avoine,!…Allé Hue,!…avance banane,!…
…etc,!…

Anonyme reconnu..... dit: 20 novembre 2014 à 7 h 10 min

François Delpla a raison : revenons à notre Adolf !

Ne serait-ce que pour souligner qu’Hitler ne se convertit au djihad nazi que soumis à l’influence de mauvais conseillers qui n’étaient pas allemands de souche et après avoir lu un mauvais Livre Saint écrit par un cinglé anonyme.

Il aurait étudié, non pas « Mein Kampf » mais Harry Potter, nous eussions évité WWII !

Giovanni Sant'Angelo dit: 20 novembre 2014 à 6 h 44 min


…contrôle des pseudos,!…

…c’est pas des marionnettes, ne pas leurs faire dire, ce qu’ils n’ont pas dis,!…

…pour en faire un amalgame politique pour se nettoyez ses culs aux Pampers,!…

…le 21 h 18 mn,…
…le 21 h 37 mn,…
…le 22 h 08 mn,…
… des usurpations ,…pour me mettre aux ridicules aux Louis XIV, XV, XVI,…en échecs et mat, dans l’histoire à l’Optimum à Paretto,…et feux d’artifices des prestiges inexistants pour les régnants d’€urope, & d’ailleurs,!…
…la planète un  » gros « d’argent Caca-pipi,!…
…Ah,!Ah,!…service,!…la voie de son maître,!…Belgique-Caca Culture lèche-Culs,!…l’€urope des merdes transparentes aux Rosetta,!…

…suivant , un original en cours du soir de promotion sociale avec contraintes tout azimut,!…la guerre totale toujours,!…
…aux Eliots – Ness traîtres des peuples,!…Ollé,!…

…par Caca l’état-belge aux Pampers – Rois Cupides des connivences,!…Ollé,!…Viva les états libres d’€urope,!…Ollé,!…
…Vive l’intransigeance totalitaire pour abrutis,!…il en restera un bon coin, pour frapper monnaies d’or,!…Ah,!…Ah,!…
…Vive les lèches-culs belges encore libres,!…

B comme BERLIN dit: 20 novembre 2014 à 1 h 40 min

« François Delpla dit: 19 novembre 2014 à 23 h 26 min »,

Il faut reconnaitre, puisque le sujet était le P. Gourdin***, qu’il a été plutôt bien évité … .. .
Pourtant, + de 1000 commentaires.

M’enfin, ce jour du 19/11/14, un mercredi, il semblerait que les enfants se soient donnés RdV sur la RdL.

Passons à Kenzaburô Ôé.

Nonne note.

*** Correction automatique pour Godwin !.
Bien trouvé.

B comme BERLIN dit: 20 novembre 2014 à 1 h 29 min

« Ulysse itou »,

Ah que maintenant,il faut attaquer Finnegans !…
Là, ça dépote.
Bonne nuit Sergio.

D. dit: 20 novembre 2014 à 0 h 02 min

Ça veut dire quoi au juste, avoir ses lunes ?
Tout ce que je sais de la Lune, c’est que sur sa face cachée se trouvent d’immenses structures implantées par la civilisation qui nous surveille depuis quelques millénaire et qui aura raison de nous tôt ou tard.
Les quelques astronautes qui ont tourné autour de la Lune attestent tous sans exception de cela, et quelque uns d’antre eux ont même pu voir les immenses vaisseaux-mère en stationnement orbital bas.

D. dit: 19 novembre 2014 à 22 h 57 min

Moi les gros mollets je suis plutôt pour.
J’aime bien les fins aussi.
En fait, en la matière c’est la norme qui m’ennuie, comme pour les nichons et les popotins d’ailleurs.

bérénice dit: 19 novembre 2014 à 22 h 56 min

. Je suis sûr que Bérénice aurait beaucoup apprécié mes remarques

pas lues. j’ai mes lunes et je vous e ….e

Il faut bien s'occuper dit: 19 novembre 2014 à 22 h 55 min

Chaloux dit: 19 novembre 2014 à 19 h 41 min
Non, j’arrive à l’instant.

Et il essaie de nous faire croire que sa première action est de se précipiter sur la rdl.
Ridicule.
A part jouer les keupu et les boudegras, que fait-il ?
Des lettres pour la Kommandantur ?

La vie brayonne est bien difficile dit: 19 novembre 2014 à 22 h 52 min

Clopine dit: 19 novembre 2014 à 19 h 27 min

Plaidoyer pour une malade.
Pauvre d’elle.

Sergio dit: 19 novembre 2014 à 22 h 43 min

bof dit: 19 novembre 2014 à 22 h 01 min
tout le monde se fout des articles de Passou

Non, j’ai lu plusieurs ouvrages, déjà des de Passou soi-même, ensuite le Singe en hiver, un Chardonne (Barnery), Fermina Marquez à force de parler de Larbaud, un Angot évidemment, un Nothomb, maintenant du Richard Millet pour voir si c’est si sulfurique, et j’en oublie sûrement… Y a que Moto-Revue que je lisais avant !

Les Bienveillantes, la Recherche parce que c’est obligé, Ulysse itou etc. etc.

D. dit: 19 novembre 2014 à 22 h 37 min

Ce billet est très intéressant. J’aurais dû le lire plus tôt. Il est trop tard pour commenter à présent et je le regrette. Je suis sûr que Bérénice aurait beaucoup apprécié mes remarques.

Admiration sincère dit: 19 novembre 2014 à 22 h 31 min

H.R. est un commentateur, rebaptisé renfield par bouguereau, qui a eu son heure de gloire en ces lieux. Il ne vient plus. Il était connu pour avoir tété sa tante à l’âge adulte et pour son emploi récurrent du mot rataplouf qui faisait la joie de l’abominable JC.

J.-C. Azerty dit: 19 novembre 2014 à 22 h 18 min

seule la foire d’empoigne généralisée justifie encore ce lieu sinistré (Bof)

tu vas voir comment que je vais me les faire tous, j’ai une queue en acier trempé ! Et vas-y que je te troufignole à cheikh et champ vache Line !

La Vérité sortant du puits dit: 19 novembre 2014 à 22 h 17 min

bof dit: 19 novembre 2014 à 22 h 01 min
tout le monde se fout des articles de Passou

A commencer par toi, mon pote, sinon tu perdrais pas ton temps à lire les commentaires.
Tu viens de te trahir.

Giovanni Sant'Angelo dit: 19 novembre 2014 à 22 h 08 min


…Ah!,Ah!,… çà va y allé,!…Azerty et Clopine sur la comode,!…

…la choucroute de la mère,!…avec saucisse de Strasbourg,!…

…le spectacle et dans la rue,!…Bip!,Bip,!…

…pas mètre la charue avant les boeux,!…dans le troufinion,!…

…etc,!… Go!,Go!,…

bof dit: 19 novembre 2014 à 22 h 01 min

vu le nombre de cinglé(e)s qui sévissent ici, la question qui se pose: pourquoi ce site est il encore ouvert. tout le monde se fout des articles de Passou, seule la foire d’empoigne généralisée justifie encore ce lieu sinistré, un fukishima en quelque sorte

Rirette, haltérophile sautillante dit: 19 novembre 2014 à 22 h 00 min

Eh ! Azerty, vous en êtes déjà au tutoiement ? C’est un plaisir de vous savoir sur le point de conclure. Est-ce ueda qui tiendra la chandelle ? Il adore regarder sans intervenir, vous ne serez pas déçu.

un des meilleurs commentateurs de la RdL dit: 19 novembre 2014 à 21 h 43 min

J.-C. Azerty dit: 19 novembre 2014 à 21 h 34 min
moi, la Clopine, depuis le temps qu’elle m’excite, le cul

Ah, mon cher Azerty, on est tous là, c’est plus une vie, jour et nuit qu’on pense à elle et à ses appas, même Barozzi a viré sa cuti, c’est dire.

Giovanni Sant'Angelo dit: 19 novembre 2014 à 21 h 37 min


…une chaloupe à la mer de 17 h 44,!…n’est pas de Sant’Angelo aussi,!…
…la vengence sera terrible,!…avec des frittes,!…

…préparer les cerceuils,!…Angelo attack,!…

…Ah!,Ah!,…Bip!,Bip,!…etc,…

…etc,…

Boubou dit: 19 novembre 2014 à 21 h 30 min

Le patrimoine de P. Assouline est considérable, ses revenus annuels faramineux, ses royalties et droits d’auteur feraient pâlir Paul-Loup Sulitzer et, au dire d’une correspondante du Pays de Bray et d’un certain Michel A., professeur de lettres à Paris, il gère un blog qui rapporte des millions.

CONTRÔLE FISCAL dit: 19 novembre 2014 à 21 h 24 min

Clopine dit: 19 novembre 2014 à 19 h 27 min
Pierre Assouline est un homme « installé », il dispose de capacités financières (!) sans commune mesure

Compte tenu de la récurrence des allusions à la fortune supposée de Pierre Assouline, nous prenons note.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*