de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
Romain Rolland au-dessous de la mêlée

Romain Rolland au-dessous de la mêlée

Rien de tel que des scellés sur un manuscrit pour exciter la curiosité. Le lecteur se dit aussitôt que, pour se voir appliquer un traitement de services secrets, il doit être particulièrement saignant. Le cas du Journal de Vézelay 1938-1944 (1180 pages, 39 euros, Bartillat) de Romain Rolland (1866-1944). Avec un tel intitulé, on se dit que les révélations doivent y alterner avec le souci du spirituel, voisinage et ambiance obligent.

On ne mesure plus guère le prestige qui fut celui de Romain Rolland dans la première moitié du XXème siècle. Son influence n’allait pas de soi car il eut autant de partisans que d’adversaires, si l’on en juge par l’écho que ses positions suscitèrent chez les uns et les autres. Qu’importe l’étiquette qu’on lui colla (« conscience » paraît préférable à « guide » ou « référence »), le fait est qu’il compta autant comme modèle que comme anti-modèle, autant pour la popularité que lui valut le cycle romanesque de Jean-Christophe (10 volumes entre 1904 et 1912) que pour l’appel à la jeunesse qu’il publia le 15 septembre 1914 dans le Journal de Genève  et lui valut de retrouver son nom accolé pour la vie à son titre : « Au-dessus de la mêlée ». Tout un programme- pour le meilleur et pour le pire. Rarement une expression-slogan de trois mots aura connu un tel destin d’étendard. Les pacifistes de tous poils ne furent pas les seuls à le brandir ; il est vrai que Rolland ratissait large puisqu’il fourrait dans le même sac tous les impérialismes bellicistes. Et comment des intellectuels refuseraient-ils de signer au sortir de ladite Grande guerre une « Déclaration d’indépendance de l’esprit » ? C’est après que cela se complique. Sa lucidité si aiguë est à géométrie variable : d’un côté, il est des rares (de même qu’André Suarès, Cassandre trop rarement cité) à dénoncer très tôt les dangers fasciste et nazi. Refuser la médaille Goethe en 1933, quel geste alors que Stefan Zweig en est encore à s’interroger sur la vraie nature du régime ! D’un autre côté, son militantisme au comité de vigilance des intellectuels antifascistes l’amène à voyager du côté de Moscou et à devenir jusqu’à la fin de ses jours un compagnon de route fort utile au PC. Etonnant comme sa clairvoyance ne s’est exercée que d’un côté.

Le diariste du Journal de Vézelay a 72 ans. Il raconte sa vie sous l’Occupation sans pour autant tenir la chronique de mon-village-à-l’heure-allemande. Des notes à leur date avec leur charge de malentendus, de contradictions et d’ambiguïtés. Il tient une correspondance fournie, reçoit des visiteurs (écrivains, prêtres, militants et Maurice Thorez). Il ne s’est pas mis à la retraite mais placé en retrait. Pour tout autre (Malraux par exemple), on se posera la question de l’opportunité d’un tel surplomb par rapport aux évènements ; mais pour celui qui s’était voulu au-dessus de la mêlée un quart de siècle avant ? Il tient qu’il ne peut décemment pousser à l’engagement des autres par les armes en ne s’engageant lui-même que par la plume. Il n’y a pas que cela : on le sent désenchanté par la trahison du pacte germano-soviétique, désabusé de toute politique. La vigueur pamphlétaire le reprend pour écrire en leitmotiv aussi souvent que possible : « Delendum est Hitler »

L’écriture est tenue, la main ne tremble pas. On y apprend des choses, on y redécouvre d’autres choses. Des choses vues, lues, entendues. Des portraits d’une acuité et d’une justesse remarquables, tel celui de Le Corbusier qui lui rend visite après une escale de plusieurs mois à Vichy, ou du « Maréchal et ses curés, leurs dégoûtantes patenôtres, leur phraséologie de sacristains » qu’il abhorre. Des traces d’humilité s’y mêlent à des éclats de prétention : «… les Cahiers de la Quinzaine, sans moi, n’eussent pas existé ; et s’ils n’avaient existé, ils n’eussent pas vécu : ce sont mes œuvres seules qui les ont fait vivre ». Il suit l’actualité depuis sa thébaïde. Ce qu’il retient de la drôle de guerre : à Noël 1939, « le stupide vandalisme » des soldats français accusés de voler et de piller en Alsace. : « C’est une peuple toujours de Gaulois indisciplinés, anarchistes au fond, indifférents à la communauté, et qui ont besoin d’un poing solide qui les oblige à marcher au pas, -d’un Etat fort,- d’un Napoléon. » Le philosophe Jean Lacoste, éditeur attentif de ce volume, a raison de souligner que ce millier de pages est d’une parfaite cohérence, et qu’elle forme un tout avec le reste de son œuvre. Pas de surprise car pas de hiatus : c’est bien du Romain Rolland du début à la fin. Le Journal remplit son office. On peut même aller jusqu’à solliciter sa manière et, comme nous y invite l’éditeur, trouver une dimension musicale à son usage permanent des tirets comme autant de pauses du grand beethovénien ; ou que l’abus de virgules reflète le souffle oppressé dont il ne cessa de se plaindre tant il en souffrait.

Que contenait-il donc qui méritât de demeurer si longtemps cadenassé dans les coffres de la BnF et de la Bibliothèque universitaire de Bâle? Des lignes, jadis caviardées et désormais rétablies, sur la maitresse de Paul Claudel et sa fille, que le poète avait confié à la garde son ami de jeunesse. De beaux moments sur Péguy qui l’envoûte et auquel il s’emploie à consacrer un essai afin de le soustraire à son instrumentalisation par Vichy (par une ruse de l’Histoire, lorsque, après la guerre, la gauche voudra faire entrer Rolland au Panthéon, la droite s’y opposera en lui préférant Péguy, brandissant le patriotisme charnel du catholique contre le patriotisme abstrait du pacifiste). Des indulgences pour des copains de toujours tel Alphonse de Chateaubriant dont l’hitlérophilie est excusée par la « demie-folie » (dire qu’il le croit aussi doué que son autre ami intime, Pierre-Jean Jouve !) Des pages sur les visites d’officiers allemands si fiers de rencontrer le grand écrivain –et on comprend qu’ils aient voulu approcher le « réconciliateur » qui, dans son Journal des années 1943-1944, veut se « réconcilier » avec l’Allemagne dans une Europe vaincue et dominée par elle.

Le problème, c’est qu’à force de s’entendre dire qu’il était une grande conscience, il a fini par le croire. On ne le sent guère animé par la haine de soi. Il faut évidemment s’efforcer de lire et juger ce Journal avec les lunettes de l’époque, comme pour tout document de cet ordre. Il l’a voulu vivier de son œuvre. Un mémento moral où le provisoire l’emporte sur le définitif, où aucune pensée n’est gravée dans le marbre et où domine l’impression d’une heure. Mais tout de même ! Jean Lacoste, éminent germaniste et traducteur de Walter Benjamin, a dû parfois souffrir en rédigeant les notes, notamment page 1058 : tout en insistant sur son philosémitisme, Rolland y expose toute l’aversion, tant épidermique que morale, que provoquent en lui les Juifs allemands. Pour ne rien dire de ce que lui inspire le statut des Juifs « injuste sans doute et hostile, mais non outrageant ». Il y a des passages d’une cécité et d’une naïveté confondantes sur les intentions d’Hitler, telles que celui-ci les expose dans ses interviews et ses discours de 1938 ; il le croit sur parole, comme s’il n’avait jamais lu Mein Kampf où (presque) tout était déjà écrit et annoncé à ciel ouvert. Le 28 août 1940, il en est encore à vitupérer Churchill, à croire dans les vertus d’une « loyale discussion avec le vainqueur » et à rappeler son implacable et chronique hostilité contre l’impérialisme britannique « propulseur hypocrite des guerres –de 1914 comme de 1939- entre la France et l’Allemagne ». Et quand il évoque dans les tous derniers jours de 1943 « l’attente angoissée de l’offensive massive qui va détruire une partie de l’Occident », ou un peu plus tard, lorsqu’il pointe « la réprobation de l’Occident » contre ceux qui prétendent venir l’aider, on est en droit de s’interroger sur son gâtisme. L’un de ses nombreux admirateurs aurait lu ce Journal en 1940 qu’il aurait aussitôt déposé les armes et renoncé à toute résistance. On se frotte les yeux lorsqu’en avril 1941 il compare les troupes de choc allemandes aux sans-culottes de Valmy et Jemmapes au motif qu’ils auraient au cœur un commun élan et une même flamme. Et ce « Chacun son tour » comme si l’occupation de la Rhénanie avant celle de la France se valaient !

Au moins, ses jugements sur l’actualité en marche auront-ils le pouvoir de susciter le débat, ne fût-ce que, par exemple, celui où il se dit prêt à sacrifier les milliers de vies humaines de toute une armée pour sauver une œuvre d’art telle que la chapelle sixtine. Ce n’est même plus le militant pacifiste qui parle là : c’est le Nobel de littérature 1915 qui se sent protégé par son aura. Faut-il que les pages exaltant le génie de Claudel soient belles pour faire oublier celles-là… Malgré ses grands morceaux, le Journal de Vézelay est d’un homme au-dessous de la mêlée car il n’invite guère à se pencher sur ces années-là avec une certaine hauteur de vues, ce qui serait à peine remarqué s’il ne s’agissait pas d’un intellectuel d’une telle stature.

Au fond, on comprend pourquoi les ayants droit de Romain Rolland (sa veuve, sa sœur et les deux amis qui furent ses exécuteurs testamentaires) ont longtemps préféré le garder sous la cire rouge des scellés, prolongeant même la date de communication jusqu’à 2000. Pas pour les secrets des autres mais pour les révélations sur lui-même. En regard, le Journal des années noires de Jean Guéhenno, autre humaniste, n’en est que plus grand.

(« Débarquement allié sur la côte normande, juin 1944 » photo de Robert Capa/Magnum ; « Romain Rolland » photo de Gisèle Freund ; « Romain Rolland et Gandhi » photo D.R.)

735

commentaires

735 Réponses pour Romain Rolland au-dessous de la mêlée

W dit: à

Parce que s’il est question de ce genre de chose avec un homme (pas un homo?vous vous proposez à Ueda…,)je me rendrai disponible à condition de ne pas générer de forcing évidemment

W dit: à

et en quoi consiste une vidéocapsule?on s’envoie en l’air dans l’espace en tournoyant ?

W dit: à

sérénité nacres et fumée blanche,un nouveau pape vient-il d’être désigné?

W dit: à

l’an dernier sa mère me l’a confié pour que je tente une thérapie ,j’ai cerné ses problèmes essentiellement sexuels ,il suffit juste de l’entendre mais nous n’avons pas pu aller bien loin dans l’élaboration de solutions,il se dérobe,refuse le soin,en fait il reste enfermé dans son trouble d’ordre obsessionnel ,pas moyen de le faire progresser pour l’ouvrir à des objectifs de substitution,toute sa vie est orientée vers la satisfaction de ses bas instincts et quand ce n’est pas de cela qu’il s’occupe il espionne ses proches,regarde par le trou des serrures,écoute les conversations,déforme les propos ;presqu’un délire hallucinatoire il voit des formes phalliques à tous les coins de rues!

W dit: à

c’est un etre indiscipliné il n’obeit pas meme à ses pulsions ou à ses satisfactions,nous n’en feront rien pour cette république,hélas hélas hélas + 1

CRG dit: à

En tout cas Bouguereau ne réagit pas au quart au fouet et à la baguette …

C’est parce qu’il faut viser le gras de la fesse, ailleurs ça ne marche pas.

W dit: à

Je vois que vous avez tourné quelques pages et que nous en sommes à Pearlharbor ,c’est bien…

Jiro dit: à

Yanzi s’inclina, son maître le bourra et se retira.

ueda dit: à

« Maître, dit Yanzi, j’ai voulu enseigner à Janfoutre Tige-de-Jade le peu de choses que je savais sur la voie, mais n’ai obtenu de sa part que des propos incohérents.

C’est que vous l’avez interrompu au cours d’un échange de souffles mâle-et-femelle, dit le maître.
Occupé qu’il était au renouvellement de l’ordre cosmique, comment aurait-il pu vous répondre?
Le sage ne questionne qu’après que le nuage-et-pluie se soit dissipé ».

Yanzi s’inclina et se retira.

dardar dit: à

Il a même donné des cours à maître Suzuki

ueda dit: à

« Maître, dit Huizi, m’étant rendu dans le pays de Chu questionner Maître D sur la voie, il ne m’a répondu que par le sanglot d’un vieillard et le rire d’un enfant.
N’est-ce pas là, dit le maître, le signe d’un sage véritable?
Huizi s’inclina et se retira.

ueda dit: à

« L’intelligence de l’homme de savoir s’applique à de nombreux domaines; il n’en préserve en lui que fort peu, peut-il n’être pas perspicace?
L’intelligence de l’homme stupide ne s’applique qu’à de rares domaines; il en préserve en lui de nombreux, peut-il n’être pas insensé? »

(Kôshi)

Subtil, is it not?

Kôshi est un maître que étudions dès l’enfance, et beaucoup mieux que nos voisins les chinois, qui sont des jean-foutres, et tant qu’à faire gardons son nom latin de Confucius.

Denis D dit: à

« L’indécent n’est pas le nu mais le troussé. »

Chaloux dit: à

Sana rit dit: 15 février 2013 à 13 h 45 min
JC, bloomophobe dit: 15 février 2013 à 12 h 49 min
je ne suis pas payé, par la collectivité, à trimballer ma fatuité au delà des frontières du pays.

Aussi con que Kron avec D ou Chaloux avec John Brown.

Le troisième s’est dénoncé tout seul. Bravo !

Etablir quelque parallèle entre D. qui est la finesse même et Johnny te classe grand vainqueur, ami courageux.

W dit: à

à propos de fouet ,je voyais hier que nos hommes politiques ressemblaient à des dompteurs enfermés dans une cage remplie de fauves rugissants et affamés mais privés de cet instrument prompt à les diriger .

W dit: à

En tout cas Bouguereau ne réagit pas au quart au fouet et à la baguette …

W dit: à

D revisite maintenant son Sade remixé avec le petit chaperon rouge ?

W dit: à

D ? vous nourrissez mon doute sur l’authenticité de la provenance,en cela nous devrions pouvoir admettre les contrôles qui nous éviteraient de manger du cheval en provenance de l’UE .

W dit: à

Que diriez vous du dernier sous la torture?

W dit: à

D il me serait utile que vous renonciez à nos soirées vidéo d’ailleurs je perds les cassettes au fur et à mesure et je ne vois plus comment vous intéresser autrement qu’à préparer des bons plats du terroir.

W dit: à

le haricot chevrier? faut que je le cherche sur Google ,désolée D mais je ne suis pas une fine cuisinière ,ça se saurait!

D dit: à

W est sympathique, mais une petite leçon de temps à autre ne lui fait pas de mal.

W dit: à

à ce propos je pense que Bloom nous raconte des fadaises ,avez-vous remarqué son histoire d’attentat à la mangue?

D dit: à

W, tu causes, tu causes, mais ce que tu dis n’éclaire personne, et surtout pas moi.
Parle-moi du haricot chevrier, et ensuite on verra pour le reste. Il faut procéder graduellement.

D dit: à

(Je fais de la saucisse d’Aurillac avec.)
Bouguereau, ton avis ?

D dit: à

Le haricote chevrier, vous le feriez à la cocotte minute ou 2 h à petit bouillon ?
J’ai peur qu’il soit trop ferme.

W dit: à

Parce que n’est-ce pas vous parlez de guerre et hormis les guerres civiles qui opposent l’état à une partie de la population civile ,les guerres se passent loin de nous et les relais médiatiques ne nous renseignent pas de toute l’horreur du vécu,je loue les Dieux et les Saints de n’avoir pas à subir ce genre d’expérience qui se parent de nouveaux mots comme guerre propre, théâtre des opérations,frappes chirurgicales,nettoyage ou ménage …

W dit: à

Logique 18h48
une aimable sollicitation à ce que vous fournissiez les verbes, éventuellement les compléments à votre début d’exposé de politique étrangère pour une meilleure compréhension de votre positionnement.

renato dit: à

Fermo restando la connerie, des deux, la consommation d’énergie du suivant et supérieure à celle du non suivant car il est évident pour tout le monde qu’une voiture à l’arrêt ne consomme rien. Bon, on peut me dire qu’il y a des cons qui restent à l’arrêt avec le moteur en marche, mais même en ce cas la consommation d’essence ne serait pas la même du gars qui roule, par exemple, à 50 km/h. C’est déchirant d’injustice, je comprends, mais c’est comme ça.

Logique dit: à

Il y a des guerres qui doivent être conduites. De la politique, autrement faite. Inévitable.

W dit: à

ça dépend , les cons qui suivent sont d’affreux
opportunistes qui cherchent à tirer profit de leur compréhension alors que ceux qui ne suivent pas n’en sont pas moins cons mais peuvent être inoffensif quoiqu’à ne rien comprendre il soit possible de devenir un danger innocent et con à la fois.

renato dit: à

« Aucune différence entre un con qui suit et un con qui ne suit pas. »

Je ne serais pas si catégorique…. mais vous avez lu, je suppose, « Logique sans peine » de Lewis Carroll, je m’abstient donc de vous expliquer pourquoi il y a au moins une difference…

W dit: à

il faudrait alors logiquement compter les morts et le camp qui a subi le plus de pertes devrait bénéficier de mesures extraordinaires lui permettant de panser ses plaies et d’enterrer la guerre.

Logique dit: à

Aucune différence entre un con qui suit et un con qui ne suit pas.

Logique dit: à

La haine appelle la haine, W… et l’agresseur reste l’agresseur.

renato dit: à

Millet fait de son vice une vertu, c’est l’hypocrisie à l’état pur. Et les cons qui ne savent pas ce qu’est une difference le suivent aveuglement…

W dit: à

Vous pourrez en rajouter des lignes,des phrases des insultes c’est aussi comme ça là-bas parce qu’il s’en rajoute de part et d’autre des morts des blessés des veuves des orphelins des mutilés des prisonniers comme des propos injurieux et aveugles que ça n’en finira jamais ,combien pèsent l’arbitraire,la haine,le deuil,la souffrance à échanger par dessus les barbelés?

ueda dit: à

Euh, ML, je l’ai visité, ce foutu tombeau
(joli cauchemar monothéiste, les deux sectes modernes présentes sur les lieux étant aussi butées l’une que l’autre).

Mais j’ai aussi consulté d’excellents archéologues israéliens.

Au travail, paresseux!

@Millet dit: à

« Je ne regarde jamais sans une certaine pitié ces pauvres hères qui ont sucé dès le berceau le lait de l’antiracisme : probes, pâles, fades, ennuyeux, intolérants à force d’incanter l’idée d’intolérance, ils partagent avec les militants de tous bords la bêtise des idées toutes faites et aussi la cruauté souriante de ceux qui vous envoient à l’échafaud. Mélange extraordinaire qui est une des figures du démoniaque : sous le masque de la vertu institutionnelle, les préjugés marchent avec la fausse innocence. »

Merci, Richard !

bouguereau dit: à

..nous les européens on est les gonzesses..ceux qui casquent les conneries des virils dracul..bah abaraham n’était pas sexy, ça ça fait l’uunanimité

bouguereau dit: à

Non, bien sûr. Incultes, ces Européens, incultes !

au texas il y croit aussi dur que le blue steel de leur colt que toi à ton uzi dracul

bouguereau dit: à

C’était mon steak, Bougey, et tu vas l’ramasser.

certainement..hollywood sans les nazis c’est comme un steak sans poivre..show must go on

La mauvaise langue dit: à

Evidemment, eh, patate, qu’il a existé Abraham ! Le tombeau des patriarches, tu connais ? Non, bien sûr. Incultes, ces Européens, incultes ! Terrifiants.

ueda dit: à

C’était mon steak, Bougey, et tu vas l’ramasser.

bouguereau dit: à

Si vous y référez comme à un mythe, porteur de sens, en revanche je n’ai rien à dire.

ho toi camembert..t’es bien assorti pour faire le bis avec une batte de baisebol comme dans tarentino..super gr!t

ueda dit: à

« Grâce au fameux serment du puits, il a octroyé à Abraham un puits. »

Attention quand même à votre réputation, ML, vous donnez à entendre que vous croyez vraiment qu’il a existé un Monsieur Abraham.

Si vous y référez comme à un mythe, porteur de sens, en revanche je n’ai rien à dire.

(Mais j’ai bien noté que votre fort, c’est les lettres et non l’histoire).

bouguereau dit: à

C’est vraiment rageant que vous n’ayez pas été aux commandes, ML, en 1982 comme en 1940

aux commandes de quoi exactement ?.. »l’histoire vous jugera etc.. » t’imagines que l’histoire c’est le prolongement de la bible dracul et que t’es un bon qui gagne à la fin.. »aujourdhui comme hier etc.. » la science la technique à ta botte ?..c’est un souvenir de yavé..comme le pétrole en arabie saoudite

La mauvaise langue dit: à

Melkisedek, lui, fut loyal envers Abraham. Grâce au fameux serment du puits, il a octroyé à Abraham un puits. Melkisedek, c’était autre chose que les prétendus Palestiniens d’aujourd’hui. Il avait le sens de l’hospitalité, lui !

bouguereau dit: à

Les Palestiniens se foutent de notre gueule !

..tu causes comme un mélkisédèque au nom de ses trois moutons et ses trois cailloux..t’es chauve dracul

La mauvaise langue dit: à

On peut toujours nié ! L’histoire jugera les lâches et les pervers d’aujourd’hui.

bouguereau dit: à

Même pas

dracul c’est pas jésus..pourtant il s’en donne du mal..mais voilà les éléments, les faits quoi ne lui obéissent pas

Jacques Barozzi dit: à

A mauvais élève mauvais maître, comme disait en patoisant votre grand-mère, ML !

La mauvaise langue dit: à

Même pas, c’est dire…! combien est grande votre cécité…

Jacques Barozzi dit: à

« Aveugles, tous. »

Mais grâce à ML on a retrouvé la lumière !

La mauvaise langue dit: à

presque tous oui…

La mauvaise langue dit: à

Et vous pensez que les dirigeants de ces pays au Proche-Orient n’avaient pas de quoi agir ?

On ne peut rien faire avec un montre comme Arafat qui n’a aucune parole. Les autres c’est pareil. Quand est-ce que vous comprendrez ? C’est comme avec R. Rolland. Aveugles, tous.

Jacques Barozzi dit: à

Puisque je vous dis que je me repentis, ML, ces Palestiniens, tous des enculés !

Jacques Barozzi dit: à

Et moi qui étais prêt à dire que ueda en avait une grosse ! Toi aussi, mon frère, mon chéri aux cuisses athlétiques, mon poussin adoré, ma tête d’or argentée, tu me trahis !

ueda dit: à

C’est vraiment rageant que vous n’ayez pas été aux commandes, ML, en 1982 comme en 1940.

Tant d’erreurs auraient pu être évitées.
Parfois, ça ne tient qu’à un cheveux.

La mauvaise langue dit: à

Barak avait offert à Arafat Jérusalem Est (ce qui était criminel) mais il l’avait fait. Arafat a refusé, et a même pris soin de demander à Chirac par téléphone ce qu’il devait faired evant cette offre des Israéliens.

Les Palestiniens se foutent de notre gueule ! Ils n’ont jamais voulu la paix. C’est le djiad perpétuel qu’ils veulent, c’est tout. Le reste ça ne les intéresse pas.

La mauvaise langue dit: à

Baroz, vous oublierez toujours qui avait déclenché cette guerre au Liban ! Or, c’est précisément Arafat qui a donné l’ordre de bombarder un village chrétien qui ne lui avait rien fait, simplement pour installer le chaos au Liban. C’est ce genre de criminels que vous protégez et soutenez.

renato dit: à

Il y a eu des inondations sur l’île de Porquerolles ?

amis de la poésie... dit: à

Un vrai Zola des blogs ce Barozzi!
Jacuzze serait mieux.

ueda dit: à

Porte ta croix en paix, JC.
Que veux-tu, ils te préfèrent Barrabas!

Jacques Barozzi dit: à

Encore merci, ML, je ne réciterai plus mon Sabra et Chatila de saint Genet avant de me coucher !

renato dit: à

Faire la part des choses, cela se fait encore ?

JC dit: à

M’enerve pas, Zhu ! je suis en pétard quand je vois l’étendue des dégats. Que les anges te frôlent de leurs ailes bienveillantes … !

La mauvaise langue dit: à

Bonne idée, tiens ! Je vais l’appeler comme ça maintenant, Monsieur Jacuzzi !

La mauvaise langue dit: à

Si c’est à bon escient alors…

JC dit: à

« Fatigue du sens » comme dirait Millet …
Bonne soirée enfiévrée à tous !

ueda dit: à

On ne dit pas mon pauvre Jacky, JC.

On dit Jacuzzi, ou Monsieur Jacuzzi.

sifflet du match dit: à

on est là pour l’ouvrir!
A bon escient,à bon escient…

JC dit: à

Mon pauvre Jacky, quand on voit comment la bêtise propagandiste, imbécile, irréaliste, mensongère, peut aliéner le cerveau de ceux que l’on croyait assez intelligent pour décoder une réalité simple… on perd le sens de l’humour et la fierté d’avoir des amis ! Lavage de cerveau réussi …

On est pas le ballon, les mecs! dit: à

@renato
Nous avions compris, c’est de la prise de distance..Soleil chez vous.

ueda dit: à

« On s’incline et on ferme sa grande gueule ! »

Eh oh, avec tous ces grands artistes qui meurent comme des mouches, on n’arrête pas de s’incliner ici, et en république on est là pour l’ouvrir!

La mauvaise langue dit: à

Oui, t’auras appris quelque chose aujourd’hui, mon pauvre Baroz dont les Palestiniens ont lavé le cerveau !

Thé citron dit: à

Je bois tes parole ML, mais arrête donc de nous mâcher tes mots. Prends-moi comme je suis et éclaicit ta voix..

renato dit: à

Hé ! ‘On est pas le ballon, les mecs!’

C’est entre guillemets parce qu’on la doit au clavier de notre ML nationale — la RdL étant une république ; et répété trois fois pour souligner la nature comique de la chose.

La mauvaise langue dit: à

Quand on regarde la carte d’Israël, c’est comme si on avait réduit la France au Creusot !

Ces fichus Anglais ont tout donné aux Arabes, d’immenses territoires lors du partage de l’empire ottoman. Les Arabes n’ont qu’à aller dans les pays arabes et laisser les Juifs vivre en paix en Judée-Samarie et à Gaza. Les Egyptiens n’ont rien à faire à Gaza. Gaza a été juive durant des siècles et des siècles. Il y a encore une synagogue à Gaza si ces monstres de prétendus Palestiniens ne l’ont pas détruites.

Jacques Barozzi dit: à

Grâce à ML, je sais au moins que les jacuzzis y sont légion à Gaza et les épiceries abondamment remplies. Me voilà bien informé désormais. Merci mes chéris !

La mauvaise langue dit: à

Et toi, Baroz, que sais-tu de Gaza ? Rien de rien ! T’es nul en histoire contemporaine, mon gaza oui oui !

polder dit: à

Ma foi, dans ce petit théâtre il y çà et là de forts jolis échanges :
– On s’incline et on ferme sa grande gueule ! – Après vous, mon chéri !

On est pas le ballon, les mecs! dit: à

renato dit: 16 février 2013 à 16 h 06 min

« Je suis ici pour rétablir la vérité des choses. »

« Je suis ici pour rétablir la vérité des choses. »

« Je suis ici pour rétablir la vérité des choses. »
Par le Père, le Fils et le Saint-Esprit, renato?
Bon on parlait d’être au-dessus de la mêlée sur ce blog..

Jacques Barozzi dit: à

JC aurait-il perdu son sens légendaire de l’humour !

JC dit: à

Qu’est ce que ça peut te foutre, où je passe mes vacances, grand benêt ? Vraiment stupide !

Jacques Barozzi dit: à

On s’incline et on ferme sa grande gueule !

Après vous, mon cheri !

JC dit: à

Quand allez-vous comprendre qu’Israel se DEFEND ? et que les agresseurs sont les arabes du voisinage qui veulent sa disparition ?
(c’est pourtant simple pour des cervelets gorgés d’humanisme …)

Jacques Barozzi dit: à

Je répondais seulement à l’épicier ML, JC, toi aussi tu passes tes vacances au club Méd’ de Gaza ?

La mauvaise langue dit: à

Il est indéniable que les sacrifices de la Russie dans la dernière guerre sont énormes. 200 millions de morts, je crois bien. On s’incline et on ferme sa grande gueule !

La mauvaise langue dit: à

Tués par la faute de qui, Baroz ?

C’est facile de faire pleurer à ce compte-là ! C’est lâche et démago !

Moi, je pourrais aussi vous parler des enfants de Gaza soignés et sauvés d’une grave maladie dans les hôpitaux israéliens !

Votre propagande est honteuse tout simplement.

JC dit: à

On touche le fond du déshonnête lorsque on constate à 16:29 Barozzi diffuse des montages antisionniste de basse propagande, comme seuls les nazis et les communistes savaient en créer…
jaccky, tu devrais être honteux de t’accepter comme valet de l’impérialisme palestinien islamique antijuif !

ueda dit: à

Alors, et le match?
Bandes hitlériennes ou bandes staliniennes?

Des livres comme Bloodlands (Snyder) permettent d’arbitrer la partie.
C’est zéro partout.

Sergio dit: à

Bloom dit: 16 février 2013 à 15 h 58 min
des soviétiques des nazis plus nazis que les Allemands…

Warum nicht le communisme est soluble dans le Hugo Boss…

renato dit: à

Certes que des « cargaison de jacuzzis » sur un territoire qui fait 360 km2 ça fait une concentration de jacuzzis qui n’a de pareil même pas en Floride ou en Californie…

Jacques Barozzi dit: à

Les jacuzzis de Gaza, beau titre de roman, ML !

La mauvaise langue dit: à

Père nourricier… N’importe quoi !

renato dit: à

Nous avons une chance inouïe : nous avons ici quelqu’un qui est ici pour rétablir la vérité des choses… mais nous ne mesurons pas la portée de la chose.

ueda dit: à

« Si vous voulez cogner sur Israël, visez mieux. »

Je ne cogne pas sur Israël, c’est votre posture de père nourricier qui me fait poiler!

renato dit: à

« Je suis ici pour rétablir la vérité des choses. »

« Je suis ici pour rétablir la vérité des choses. »

« Je suis ici pour rétablir la vérité des choses. »

La mauvaise langue dit: à

Mais cneff, vous êtes comme Bloom, aussi malveillant. C’est pas glorieux !

culture de la perle dit: à

Je suis ici pour rétablir la vérité des choses.

culture de la perle dit: à

Vous êtes excessifs et tout ce qui est excessif est insignifiant !

Vous dites n’importe quoi comme souvent dès qu’il s’agit des Juifs.

La mauvaise langue dit: à

ueda, vous manquez manifestement d’informations et vous êtes victime (consentante ?) de la propagande anti-israélienne organisée par les Palestiniens à destination de l’Europe. Je suis ici pour rétablir la vérité des choses.

Si vous voulez cogner sur Israël, visez mieux.

renato dit: à

Des « cargaisons de jacuzzis » et des archives et c’est parti…

cneff dit: à

@ML – dans son post de 15:59 Bloom a tout dit ! Dem ist nichts hinzuzufügen !

La mauvaise langue dit: à

Mais c’est vous qui délirez, Bloom, en me collant sur le dos des propos qui ne sont nullement les miens. Vous êtes excessifs et tout ce qui est excessif est insignifiant !

Et les archives, Bloom, ça existe ! J’ai retrouvé les traces de la mort de mon arrière grand-père à Odessa grâce aux archives de la ville, installées dans l’ancienne grande synagogue d’ailleurs.

Vous dites n’importe quoi comme souvent dès qu’il s’agit des Juifs.

renato dit: à

« De quoi chasser les miasmes du cul… »

On ne se connait pas dans la réalité, il ne faudrait donc pas transférer sur moi l’expérience que vous avez de vous même.

cneff dit: à

Le test3 n’a pas réussi ! cneffpaysages n’est plus accepte sur la RDL ! Ce que je trouve étrange – que les posts insultants ils passent, et surtout les posts faisant plus au moins ouvertement de la propagande d’extrême droite – ceux-là ils semblent passer sans problèmes ! Ou peut-être je fais une erreur de perception, je me trompe peut-être– was solls !

Bloom dit: à

Bientôt, dans ses délires, ML fera des soviétiques des nazis plus nazis que les Allemands…

ueda dit: à

« On ne manque de rien à Gaza. Les marchés sont pleins à craquer, les supermarchés aussi. Chaque jour, plus de 5000 tonnes de marchandises et de nourriture entrent dans Gaza depuis Israël par la porte de Kerem Shalom. »

On leur envoie des jouets aussi, à ces grands enfants?

C’est vrai qu’ils sont gais comme des pinsons, les Gazouillis.

Une petite fessée de temps en temps, tout au plus.

Jacques Barozzi dit: à

Merci pour le Paul d’air de 15 h 35 min.
De quoi chasser les miasmes du cul à renato !

renato dit: à

Faut que je demande si le quartier chinois de Milan ‘contient’ encore des Chinois.

Bloom dit: à

Ceci aussi : en Russie il n’y a aucun Mur des Noms pour rappeler le souvenir des Juifs assassinés par les Nazis.

Les Einsatzgruppen étaient bien moins systématiques dans l’organisation, mais tout aussi efficace. Ils ne s’appuyaient pas sur une administration locale, friande de petits papiers ert de fichiers. Ils buttaient les Juifs, un point c’est tout. Et bien plus que les communistes.
Il a fallu que ce soit un prêtre français qui s’intéresse à cela; que foutaient les Israéliens, dont le mépris pour les rescapés des camps est historique. Combien de survivants des camps de la mort vivent en-desous du seuil de pauvreté en Israel?
Honte des hontes.

La mauvaise langue dit: à

Je vous répète que l’Ostjudentum a quasiment disparu ! Le quartier juif d’Odessa ne contient plus un seul juif.

La mauvaise langue dit: à

En plus, il est excessif de prétendre que l’Armée Rouge aurait « libéré » les camps de la mort !

Les camps de la mort se sont tout simplement trouvé sur son chemin, c’est tout. Les généraux soviétique n’ont jamais reçu quelque ordre que ce soit de libérer quelque camp de la mort que ce soit ! Un général soviétique même s’en scandalise ! J’ai son livre dans ma bibliothèque.

Il n’y a pas que les Américains qui savaient pour Auschwitz. Les Russes aussi. Qu’ont-ils fait pour sauver des Juifs ? Rien, comme les autres. Alors arrêtons les mensonges de l’Histoire reconstituée !

renato dit: à

Des « cargaisons de jacuzzis »…

cneff dit: à

@ml: j’aurais du écrire « Sans l’armée rouge l’Ostjudentum aurait tout simplement complètement disparu »

La mauvaise langue dit: à

Gaza meurt-elle de faim ?

La réponse est non. On ne manque de rien à Gaza. Toutes les marchandises et en quantité suffisante sont transférées vers Gaza. Les marchés sont pleins à craquer, les supermarchés aussi. Chaque jour, plus de 5000 tonnes de marchandises et de nourriture entrent dans Gaza depuis Israël par la porte de Kerem Shalom située à la frontière. Les Gazaouis commandent des produits en tous genres. Les basics : oeufs, farine, féculents, produits laitiers, viande, fruits et légumes, électroménager, voitures, médicaments, mais aussi des produits de luxe. Il n’est pas rare de voir des cargaisons de chocolat belge, de fromage français et même de jacuzzis entrer dans Gaza ! Seuls quelques éléments pouvant permettre aux terroristes de construire des explosifs sont interdits.

renato dit: à

« che cullo… »

Che culo, je suppose. Vous entendez par là que j’ai beaucoup de chance ?

Bloom dit: à

Vrai, Cneff. Mais où sont donc passés les Juifs russes aujourd’hui ? En Israel où, du côté de Kyriat Shmona, certains sont victimes de l’antisémitisme d’autres Russes venus s’installer en Israel à la faveur d’une modification de la « loi du retour »…
Une partie de ma famille a fait le voyage Crimée-Paris, ou Londres, pour être ensuite astreinte à porter l’étoile jaune et à vivre cachée sous un faux nom au fin fond du Loir et Cher…
Das hat aber keinen Sinn…

La mauvaise langue dit: à

Mais il a disparu l’Ostjudentum ! Allez à Odessa, vous vous en rendrez compte. Lisez aussi J.-Cl. Milner dans Les penchants criminels de l’Europe démocratique.

Comme si aussi les communistes n’avaient pas dès 1921 participé au carnage contre les juifs dans la guerre civile en Russie, notamment à Odessa, où mon arrière-grand-père, Jacob Schneider, a très probablement été assassiné par les communistes.

Ceci aussi : en Russie il n’y a aucun Mur des Noms pour rappeler le souvenir des Juifs assassinés par les Nazis.

Jacques Barozzi dit: à

Mais on l’aperçoit très bien au travers du rideau du blog sans fenêtre, le boug.
che cullo, renato !

polder dit: à

A ne pas manquer, en effet, le bel article de J.-P. Amette sur Claude Simon.
 » (…) L’auteur s’éloigne superbement des cuisines romanesques de son époque pour devenir le Tacite de la défaite de 4O. Bien sûr c’est un Tacite des années « Nouveau Roman » qui n’ignore rien du monologue joycien , et du signifiant de Barthes. Il n’ignore rien non plus du fiévreux tohu-bohu faulknérien. Cet aède nous plonge dans le fleuve aux ombres écarlates de l’Histoire, de la guerre. Quel charroi : autant de corps d’hommes que de chevaux, de végétaux que de lumières foisonnantes et frissonnantes, comme s’il avait aussi gardé intact la fraicheur d’un vaste premier poème du monde. A le relire, il apparaît contemporain d’Ovide, de Lucain (qu’il appréciait ) et de Tacite.
Sa grande originalité, c’est qu’il écrase sa montre.
Pour Simon, le temps n’est qu’éclats coupants de verre qui reflètent soleil et feuillages, photos de famille, visages, paysages dans le flou de la vitesse, quelque chose d’indistinct comme vu par un myope ébloui en été (…) « 

renato dit: à

« Arrête de jouer la comédie de la pensée… »

C’est à quel propos ?

renato dit: à

Voilà une conception bien limitée de la vanité.

Sergio dit: à

Jacques Barozzi dit: 16 février 2013 à 14 h 15 min
En manga, Hitler ressemble

Oui enfin c’est pas encore l’Apollon du belvédère…

au dessus de la mêlée dit: à

Arrête de jouer la comédie de la pensée cul nu, renato, on risque de t’apercevoir au travers de la fenêtre sans rideau du blog!

Jacques Barozzi dit: à

renato, « vanité » est un qualificatif qui ne convient pas à « Popol ». Pour l’avoir lu ici ou là, et pour l’avoir plusieurs fois rencontré, je puis témoigner qu’avec lui le partage littéraire se conjugue toujours sur le mode du plaisir : sans vanité ni fausse modestie, mais toujours avec curiosité et passion.

renato dit: à

il ne se passe rie > il ne se passe rien… mais vous l’aviez compris, je suppose

renato dit: à

Citation : « Le Premier Ministre du Japon dit que le Yen est trop haut et le Yen baisse ; le Président Hollande dit que l’Euro est trop fort et il ne se passe rie ; Mme Merkel et M. Draghi disent que l’Euro est à sa bonne valeur et l’Euro part à la hausse ».

Bloom dit: à

Danke sehr, hildenstein. Edifiant. contrairement à ce que dit un commentateur, 45 000 ex , ça fait beaucoup plus que 45 000 lecteurs…
Baroz, le Fureur ressemble comme une goutte d’eau au général Zia Ul Haq, l’ancien dictateur qui dirigea le Pakistan dans les années 80 et 90 avant d’exploser en vol (voir le grand roman de Mohamed Hanif, lui-même ancien pilote de l’armée de l’air pakistanaise, Attentat à la mangue).
A croire que pour dictater, il faudrait un certain profil.

cneff dit: à

Bonjour Bloom
Pour revenir sur notre discussion sur l‘armée rouge.
Il a y un point ou je croix être d’accord avec vous – sans l’armée rouge il n’y aurait eu aucune trace de « Ostjudentum ». Sans l’armée rouge l’Ostjudentum aurait tout simplement disparu, et pas seulement l’Ostjudentum ! Heureusement l’armée rouge avait su repousser le front vers l’ouest et ainsi libéré les camps de la mort !
Dans le Film „Nicht alle waren Mörder“ (http://de.wikipedia.org/wiki/Nicht_alle_waren_M%C3%B6rder_%28Film%29), qui reprend le roman autobiographique de Michael Degen, il y une scène très émouvante, à la fin du film, quand on voit comment la famille Degen fut libéré par l’armée rouge, par un jeune lieutenant de l’armée rouge, un jeune officier juif, qui laisse réciter le Kaddish par le jeune Michael Degen, pour être sur de ne pas être tombée dans un complot. Le film mériterait une projection en France, et le livre une traduction française … bien à vous Bloom !

renato dit: à

« … des choses intéressantes à en dire… »

On va quand même pas nourrir l’agonisante critique littéraire française, qu’elle meure de sa vanité.

Jacques Barozzi dit: à

En manga, Hitler ressemble plus à Bruno Ganz qu’à Hitler lui-même !

hildenstein dit: à

autre site
C’est que l’hitlérisme et l’esthétique nazie semblent fasciner nombre de Japonaishttp://www.citizenside.com/fr/photos/grand-angle/2011-08-20/41795/adolf-hitler-superstar-au-japon.html#f=0/290949

renato dit: à

Tiens, JC est sorti du trou !

rose dit: à

les reporters sont otages aussi

rose dit: à

j’aurais mieux z’aimé en lieu et place d’instruit sais serrer les boulons de douze (de treize et de quatorze) le reste ça va bien

enfin ce qu’homme veut, dieu y travaille

à +

Jacques Barozzi dit: à

Et si vous causiez plutôt de Claude Simon, en commentaire de l’article de « Popol », ça ne serait pas mieux, renato ? Vous avez certainement des choses intéressantes à en dire…

JC dit: à

renato qui cause popol c’est comme un gars qui ferait occasionnellement du porno et qui viendrait causer de Rocco XVI …!

renato dit: à

… causer du jeu de Madeleine Renaud… en vertu du fait que lui aussi fait du cinèma…

renato dit: à

Popol qui cause Claude Simon c’est comme un gars qui fait occasionnellement du porno et viendrait causer du jeu de Madeleine Renaud…

Bloom dit: à

« Delendum est Hitler »

Vraiment? Il est des pays où Mein Kampf est en vente libre et les Versets sataniques interdits…
Ne jamais oublier qu’en dehors du monde occidental, la barbarie nazie reste un sujet lointain, abstrait, voire un sujet d’émerveillement.

Trouman chaud dit: à

> quand on l’introduit

Toulouse, t’habites ? Tu trouves que c’est un jeu drôle ce symposium à démêler ?

Jacques Barozzi dit: à

W, la guerre joyeuse, c’était le sujet d’une précédente note sur Roland, de Roncevaux, non Rolland le pacifiste unanimiste…

JC dit: à

W,
La guerre étant devenue « honteuse » pour les pacifistes, alors qu’elle est si normale*, un Capa ne pourrait plus travailler au plus prés. Les reporters sont depuis le viet-nam, embarqués/contrôlés/castrés.

* voir la nouvelle définition

Jacques Barozzi dit: à

(Car la stratégie de l’Araignée n’aura jamais raison du cuir épais de l’hippopotame, mon animal emblématique.)

W dit: à

Parcourue une exposition consacrée à Robert Capa et je me souviens avoir été surprise par l’écartèlement des mondes qu’il parcourait ,la douceur la vie joyeuse mondaine et parisienne peuplée de jolies femmes duquel il s’extirpait, du moins le laissait-il pour rejoindre les fronts qui lui coûtèrent la vie,aujourd’hui encore l’occasion nous est offerte de saluer le courage des reporters qui vont chercher la vérité des conflits au plus près, à chaud ,reporters de guerre comme des militaires qui dans la balance posent le poids de leur propre vie .

Jacques Barozzi dit: à

Phippe Régniez, irez-vous assister à la dernière messe du pape ? Un évènement historique millénaire ! Ainsi, plus tard, à la veillée, pourrez vous dire à vos petits enfants : « Lorsque l’Eglise de Rome a basculé dans la Réforme, du fait d’un pape allemand, j’y étais ! »

Jacques Barozzi dit: à

CHLOE, pour ma part je ne faisais que parler de « risque d’impasse », nuance « malvaillemment » interprêtée par l’Araignée…

@joel dicker dit: à

Joel, dégage !
(pub contre-productive…)

Mac Donald dit: à

Subway déteste l’homophobie, et la bonne bouffe !

Spanghero dit: à

Espoir, désir, lutte… en cadeau, un demi de mêlée !
(j’en ai un de disponible : 1m80/78kg/ instruit)

True ? trou ! dit: à

Photo ancienne. Le soldat s’appelle JC, débarquant sur la plage d’Argent de son île, sous le feu des humanistes Ricard tentant de s’opposer à cet envahissement déshonorant.

W dit: à

D’un billet l’autre
jouons à saute-mouton.

rose dit: à

>Spanghero
c’est pour cela qu’un petit rugbyman ça va. Justement le charme de quand il se rencontrent…ou bien quand ils dansent au mariage de l’un des piliers avec une fille de soixante kilos toutes plumes confondues et que le plancher menace…
Un petit demi de mêlée tu crois que j’ai mes chances Spanghero ?

Bon fini pour moi de rêver avec les rugbymen je reviens au sujet.

rose dit: à

>Spanghero

je n’ose pas l’écrire mais si tu savais plutôt que de manger du cheval l’ampleur des possibilités, je ne peux l’écrire, cela m’effraie.
—————————————-
Sinon, la chapelle Sixtine pour la vie d’un enfant sous les bombes : un enfant, un.
—————————————-

Ai vu la Valse de Bachir : même image que la première de Robert Capa, soldats sortant de l’eau. Nus (dans le film en BD) portant des kalanichkov ; c’est une scène récurrente.

Spanghero dit: à

Rose, ton « petit » demi de mêlée, en équipe actuelle, il fait en moyenne 1m80 et 80 kilos !
C’est vrai qu’un pilier, il peut traîner à 2 mètres / 130 kilos et que parfois, ils se rencontrent … le charme de la diversité rugbystique.

W dit: à

Chloé ,merci de cette précision,sans cela difficile de bien saisir le sens de votre remarque .

W dit: à

page 240 COLLATION
Michel Butor _ L’orchestre des voitures

Et tout un choeur de lianes fibreuses grouille autour des précédentes dont elles sont issues,introduisant leurs fourmis,doigts,essaims entre les épaves des métaux à la voix des archanges moussus qui murmurent:

« remettez-vous!reposez-vous!certes vous auriez pu partir plus tot. Le trajet est encore bien long.Personne ne vous reproche de ne pas bien conduire.Calmez-vous!Dégagez-vous! Arrêtez-vous!Regardez-vous! »

lianes épineuses introduisant leurs ciseaux,émulsions,aiguilles,effervescences,scalpels,fouillis,cheveux,éruptions,gouges entre épaves de métaux et lambeaux de textiles ou plastiques à la récitation des archanges flamboyants qui inscrivent en lettres de caoutchouc noires et puantes ces quelques vers:

« Rappelez-vous l’objet que nous vîmes,mon âme
Ce beau matin d’été si doux,
Au détour du chemin une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux »,

écumeuses introduisant leurs inondations,griffes,émeutes accompagnées par l’orchestre des voitures fantômes:

« évidemment les fanfares des avertisseurs,surtout lorsque dans la foule un soliste à trois ou quatre notes plonge dans l’improvisation,mais au premier chef la douceur du ronflement quand le régime est optimal,l’élément des effets Doppler-Fizeau lors des rencontres,la délicatesse des changements de vitesse bien menés,toutes les clochettes des objets qui s’entrechoquent,les sistres des pièces de monnaie sur le tableau de bord en prévision des péages,de temps en temps la radio avec ses parasites sous les lignes à haute tension,les crissements des pneus sur la route pluvieuse,parfois les freins,les dérapages,toute une gamme de timbres de plus en plus inquiétants:froissements,déchirements,chocs,jusqu’aux tonnerres des explosions et collisions. » _

Spanghero dit: à

Si tu continues, rose, tu vas finir dans un plat cuisiné Findass …

rose dit: à

le petit joueur -demi de mêlée- dans wiki a un rôle important :
Généralement le plus petit joueur de l’effectif, ses qualités premières sont l’intelligence tactique, le vice, l’agilité et la vivacité
C’est lui qui donne le ballon aux gros balèzes.

rose dit: à

ben ce n’est pas forcément un sentiment de supériorité de se positionner au-dessus de la mêlée, ce peut être un refus d’aller au conflit, de faire partie du troupeau ; cela ne signifie pas que l’on a raison. C’est peut-être un choix de s’isoler face au groupe.

Je ne vois pas pourquoi cela n’a rien à voir avec le rugby. Qui dit mêlée dit rugby quand même.

Spanghero dit: à

Le con qui se veut « au-dessus » de la mêlée, c’est un petit joueur. Faut aller dedans, au charbon ! Sinon, faites de la danse en tutu, pas du rugby.

renato dit: à

Alors, être au-dessus de la mêlée c’est de la vraie sagesse ou une sagesse simulée ? C’est juste un manque d’intérêt, de la bêtise, de la lâcheté ? Il se peut que plus banalement on s’en moque, qu’on ne se sente concernés car on n’a pas compris que c’est aussi notre affaire.

Bloom dit: à

Dans le TLF
Au-dessus de la mélée:
[Gén. p. allus. à l’oeuvre de R. Rolland, Au-dessus de la mêlée (1914-1915)] (Être, rester, se placer, se situer…) au-dessus de la mêlée. En dehors du conflit (ou en gardant tout son sang-froid) pour se mettre en position d’arbitre. Erreur, orgueil aveugle de Romain Rolland qui se croit au-dessus de la mêlée alors qu’il n’a pu en prendre l’horizon et qu’il se tient au-dessous (BARRÈS, Cahiers, t.11, 1917, p.264).

Se dit ‘above the fray’ en anglais, ou ‘the fray = the fight’. Aucun rapport avé le rrruby , conn. (d’ailleurs au rrruby, on est au milieu de la mélée ou on n’est pas).

CHLOE dit: à

W, excusez-moi, je suis hors billet : je répondais à Jacques Barozzi à propos de l’article de Jacques-Pierre Amette, que vous retrouvez dans « le coin du critique ».

rose dit: à

( Elle ne comprend décidément rien de ce dont elle nous parle!)

ah cette affection première et foncière

demi de mêlée … qui accomplit le geste : décidément il ne sait pas écrire

ici aussi, chez Passou les articles sont bels et bons !

Spanghero dit: à

Le demi de mêlée introduit franchement le ballon entre les deux lignes … Il ne le glisse pas !
(par contre, Hamon nous l’introduit bien-bien)

W dit: à

CHLOE sans vouloir paraître ne pas suivre disposeriez-vous des repères indispensables à situer votre propos sur le sentier balisé des commentaires,je remonte et je ne trouve pas la citation et pour Rolin y’a quelques pages à lire ,j’ai peur de passer à coté d’une des ses perles et de me perdre chez Gide où vous résidez aux dernières nouvelles,symphonie! !Quand nous tient tire à nos jeunesses!

Coatching dit: à

rose dit: 16 février 2013 à 10 h 35 min
L’arbitre ne « glisse » rien, il ne prend pas parti. C’est le demi de mêlé de l’une ou l’autre équipe qui accompli le geste.
( Elle ne comprend décidément rien de ce dont elle nous parle!)

W dit: à

La Gloire

Coiffée d’un diadème d’épines
Et des éperons plein les talons
toute nue sous mon manteau d’hermine
La femme à barbe entre au salon
Je suis la grandeur d’âme
Je donne des leçons de diction
Des leçons de prédication de claudication de prédiction
de malédiction de persécution de soustraction de multiplication de bénédiction de crucifixion de moralisation de mobilisation de distinction de mutilation d’autodestruction et d’imitation de Notre-Seigneur Jésus-Christ avec le programme complet de la soirée et de la photographie de tous les grands hommes qui ont joué dans la pièce et en prime je donne la clef des singes publiée sous la haute direction d’un célèbre anthropopithèque national
Et aussi le manuel du parfait gradé
Le Kamasoutra expurgé
Et la liste compète et officielle
De tous les lots non réclamés
Et aussi un catéchisme de persévérance
Et douze bouteilles d’eau minérale
Avec la petite clef spéciale
Qui sert à les déboucher.

Jacques Prévert
Paroles

rose dit: à

« Delendum est Hitler »

il a fait ses humanités

Delenda est Carthago : troisième guerre punique, les romains détruisirent complètement Carthage.

CHLOE dit: à

Jacques Barozzi, c’est que l’article de Jacques-Pierre Amette est bel et bon, les commentaires aussi. Je vous ai trouvé un peu sévère sur « l’impasse », parce que ce terme n’est pas valable pour tous.
Mais c’est une joie que votre citation d’Olivier Rolin.

rose dit: à

quand on est pompé, y’a plus rien qui arrive au cerveau.

—————————————

mettre le feu aux poudres
—————————————

de quoi me mêlé-je ?

—————————————-

rose dit: à

je suis très contente d’apprendre que le ballon est au-dessus avant : mais non erreur colossale : lorsque la mêlée est constituée, un (l’arbitre ?) glisse le ballon par le côté entre les jambes des joueurs et le flanque au centre et là c’est la mêlée, puis un joueur le chope après pas mal d’embûches et le sort au-dessus de la mêlée.
Peut-être y-a-t-il un vague moment où l’arbitre met le ballon au-dessus pour que tout le monde le voit mais les joueurs ne le voient pas parce qu’ils sont déjà en position de lutter pour ce foutu ballon ovale.

Jacques Barozzi dit: à

Bonne nouvelle : C.P. est revenu (par la petite porte entrouverte sur Claude Simon par Jacques Pierre Amette) !

alcotest dit: à

Un ballon ne fait rien en soi, on contrôle simplement son débit.

Coatching dit: à

Être au-dessus de la mêlé, c’est le rôle de celui qui introduit le ballon ( pas au ballon qui est passif et agit par les joueurs..)et qui lève la tête pour prendre de la distance et rapidement évaluer les possibilités de jeux à mettre en place après la sortie du ballon. Nuance!

rugbyman cassoulet style Spanghero dit: à

« le ballon au dessus des têtes qui hop sort du corps à corps des rugbymen. » rose.
Il est au-dessus aussi, quand on l’introduit..le ballon.

Romain Groland dit: à

– L’Armée Française remonte jusqu’au Nord du Mali pour en chasser les islamistes et la charia, parait-il ?
– Hé bé ! Si en remontant vers le Nord, il pouvait arriver jusqu’au nord de Marseille…

rose dit: à

cela vaut son besant d’or !!!
Libérer : commencez en défaisant a accroc de clou de girofle. Déroulez après la corde. En conclusion, défaites l’autre accroc de clou de girofle.
Efficacité : 100%.
Avertissement : A fouetter le bâton si soyez employé dans tous les projets fouettants où personnel sûreté est un souci.
Matériaux : Deux longerons, 15 – 20 pieds de corde.
Utilisations : Attacher deux longerons à a angle droit là où les longerons notre propre et du diamètre égal ; si pas vous employez a fouetter fin ou quand la sécurité de fouetter est essentielle.
Commentaires : Essentiel à l’efficacité de ceci fouetter est l’étanchéité de se fouetter. Utilisation de a fouetter le bâton est conseillé.

palalala c’est sur Qwika : tapez « fouetter rond »

Dorothée dit: à

Et le bouguerau qui rote sa bière dans ses mots!

rose dit: à

vous lirai + tard attentivement.
Ai lu le billet de Passou en entier.
Romain Rolland ne le connais pas.
Être au-dessus de la mêlée c’est un terme de rugby : le ballon au dessus des têtes qui hop sort du corps à corps des rugbymen.
adore le rugby plus que le baseball. n’y comprends rien, mais je kiffe : c’est inversement proportionnel.
Ce film où les mineurs irlandais ne sortent de la misère que lors des matchs de rugby, le titre m’échappe, j’ai beau chercher.

Dorothée dit: à

@Olivier
Vous avez oublié cette odeur forte, persistante et masculine, le mal rasé des idées, le jean-foutre de la pensée…

bouguereau dit: à

lolivier circonlocute pour nous dire que lui fouette du rond..et que ça en fait un plus grand fandament que dracul..et rose viens brumiser la dessus..l’idée est forte

rose dit: à

la moindre personne un tant soit peu cultivée entend bien « il voulut être César il ne fut que Pompée », avec la maj. On entend les maj, veux-je dire.
Grave destinée.
Marie N’Diaye vient de sortir Ladivine (le dire collé/serré sinon à l’oreille on va entendre la Divine -marlène- où le sujet est ce que vous évoquez elle voulut être divine,elle fut Ludivine, la , lo, lu n’importe quoi fera l’affaire comme préfixe).

Dormi comme un bébé, huit d’heures d’affilée. Hier soir Serge Tisseron a dit (sujet l’enfermement) qu’il y avait trois stades au niveau de sa relation à l’écran :
-la rêvasserie
-la rêverie
-l’imagination
Aussi, que tant que l’on est ds qq.chose de créatif, faut pas s’inquiéter.

J’ai pas osé lui dire que ns ici, ns ns disputons tt le tps.

ET puis il a parlé du nbre de couples morts.
Vivants mais morts.
Cela m’a rassurée un peu.

Olivier J. dit: à

cfga dit: 16 février 2013 à 6 h 15 min
Moi j’ai excellemment dormi,couché heureux après être sorti voir le dernier Tarantino, enchanté.
Un film qui deviendra culte en ce qu’il nous raconte l’histoire des westerns ( de flèche brisée aux spaghetti afro-italiens) levé à 8h10.
Ici vers 9h15 avec pas qu’une petite impression d’un local mal aéré qui sent de la bouche et des pieds.De lits défaits dont on a pas changé les draps depuis belle lurette Mais avant-hier dans la nuit ce fut pire.
Beau week-end en perspective!

renato dit: à

« Mais moi, JE SUIS socialiste… » … « à gauche et à droite je suis entouré d’une pile de bouquin, comme cerné par le savoir… C’est proprement effrayant… » … « Bon, je vais retourné au lit… dodo ! ».

Le savoir nous cerne, sort de ses tiroirs secrets toute une panoplie de courges sculptées qu’il anime en une espèce de fantaisie disneyenne, et même les esprits le plus forts que cette société désormais moisie arrive à produire perdent la paix. Une question fondamentale pour l’évolution de l’espèce se pose : Est-ce que l’inénarrable prof put trouver le sommeil après cette effrayante révélation relative au savoir ?

Jacques Barozzi dit: à

Dans vos rares moments de lucidité vous avez su choisir le bon pseudo : Mauvaise Langue. En effet, vous n’avez pas la bonne langue pour dire ce que vous n’avez pas compris…

Jacques Barozzi dit: à

M et ML, quel beau duo de théâtre : En attendant l’asile !

ML, que de choses vous ne devez pas oublier de mettre dans votre roman… improbable, indigeste, impossible, insupportable, insurmontable !

Jacques Barozzi dit: à

Bravo, ML ! Information ou propagande ?
Quand on veut noyer son chien on dit qu’il a la rage
Quand on veut génocider tout un peuple on tourne Le Juif Süss
Quand on veur évacuer le problème palestinien on dit qu’ils sont tous comme ces chiens enragés du Hamas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*