de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

Ugo Foscolo et l’écriture d’un « problème italien »

Par Romeo Fratti

romeo-1En octobre 1796, alors que le général Bonaparte apporte en Italie le germe de la révolution, la vieille République de Venise refuse l’alliance avec les Français et proclame sa neutralité. Empreint de convictions démocratiques, le jeune poète Ugo Foscolo s’indigne de voir la Sérénissime reculer devant ce qu’il considère comme un combat pour la liberté. La composition, au même moment, du sonnet À Venise (A Venezia), marque l’avènement en Europe d’une poésie à la fois historique et patriotique et donne le ton héroïque et civique des poèmes politiques qui vont suivre : Aux nouveaux républicains (Ai novelli repubblicani) et Bonaparte libérateur (Bonaparte liberatore), respectivement écrits en octobre 1796 et mai 1797.

En avril 1797, soupçonné à juste titre de jacobinisme, Ugo Foscolo est contraint de quitter Venise pour aller se réfugier à Bologne, où il s’enrôle dans la légion cispadane ; un mois plus tard les troupes françaises pénètrent dans la cité des Doges. L’enthousiasme du poète consécutif à la proclamation de la République démocratique de Venise est de courte durée : le 17 octobre 1797, le traité de Campoformio signé par Bonaparte cède à l’Autriche une démocratie qui n’aura duré que cinq mois. Un événement qui porte un coup dur aux idéaux historiques de Foscolo, qui n’a d’autre choix que de s’exiler une nouvelle fois. Il semble judicieux de dire « historiques » plutôt que « nationaux », puisque dans l’Italie de cette fin de siècle, la formation de la nation, c’est-à-dire l’organisation des peuples d’Italie en un groupe humain uni par des liens culturels et politiques, est encore loin d’être achevée.

Toujours est-il qu’Ugo Foscolo est le patriote dont s’inspireront Giuseppe Mazzini et toute la génération du Risorgimento. Aujourd’hui encore, le poète fait figure de l’un des éveilleurs les plus hardis de la conscience nationale italienne. Et pourtant, à plusieurs reprises, Foscolo s’est réclamé d’une patrie qui n’est pas l’Italie. Au moment même où il voyage sans cesse à travers les territoires italiques en proie à une crise historique sans précédent, où il défend le toscan de Dante Alighieri et l’unité de l’Italie évoquée comme « nourrice des muses » (« nudrice alle muse »), le poète se plaint dans plusieurs sonnets d’être un exilé qui erre de nation en nation :

J’espérais, hommes et Dieux m’ayant mené

En long exil parmi des peuples parjurés

Loin du beau pays (…)

 

Sperai, poiché mi han tratto uomini e Dei

In lungo esilio fra spergiure genti

Dal bel paese (…)

(Alla sua donna lontana, À sa bien-aimée lointaine, v. 5-7)

 

Un jour, si je ne vais toujours fuyant

De peuple en peuple (…)

 

Un dì, s’io non andrò sempre fuggendo

Di gente in gente (…)

(In morte del fratello Giovanni, À mon frère Giovanni mort, v. 1-2)

 

Fils malheureux, amant désespéré,

Et sans patrie (…)

 

Figlio infelice, e disperato amante,

E senza patria (…)

(Che stai? Già il secol…, Que fais-tu? Déjà le siècle…, v. 9-10)appiani-ritratto-ugo-foscolo

 

Comment peut-il se sentir et se dire à la fois italien et exilé en Italie ? Né en Grèce, Vénitien d’adoption lorsqu’en 1792, suite à la mort de son père, il s’installe durablement à Venise, Foscolo est, en un sens, « gréco-vénitien », bien plus qu’italien. Natif d’une île politiquement rattachée à la République de Venise, mais bel et bien grecque par son climat, ses mœurs et sa culture, le poète exprimera toute sa vie son amour filial envers la terre hellénique par un mélange de respect solennel et de tendresse élégiaque. En témoignent les vers du sonnet À Zacynthe (A Zacinto) :

Et plus jamais n’atteindrai-je tes rives sacrées

Où, enfant, mon corps reposa

Ô ma Zacynthe, toi qui te mires dans l’onde

De la mer grecque d’où vierge vit le jour

 

Vénus (…)

 

Rien d’autre tu n’auras que le chant de ton fils

Ô ma terre maternelle ; à nous le destin

Prescrivit sépulture dénuée de larmes

 

Né più mai toccherò le sacre sponde

Ove il mio corpo fanciulletto giacque,

Zacinto mia, che te specchi nell’onde

Del greco mar da cui vergine nacque

 

Venere (…)

 

Tu non altro che il canto avrai del figlio,

O materna mia terra; a noi prescrisse

Il fato illacrimata sepoltura

(A Zacinto, À Zacynthe, v. 1-5 et 12-14)

 

Cette vision d’un âge d’or hellénique est une profession de foi sentimentale. Or, au moment où il écrit ces mots, Foscolo se trouve en Italie : à ses yeux donc, mourir en Italie signifie mourir dans la solitude et l’exil. Paradoxalement, malgré cet exil qu’elle lui fait subir, c’est bien l’Italie que le poète choisit. À Venise, avant même que ne résonne en lui l’ardeur patriotique, le jeune Foscolo, dont l’instruction première est grecque, s’efforce de devenir un écrivain italien, car l’inexistence d’une littérature grecque vivante ne lui offre pas d’alternative et rend la langue italienne inévitable comme moyen d’expression artistique et politique pour un artiste comme lui, qui refuse la perspective d’une mort littéraire. Le chemin de l’Italie est donc nécessaire pour acquérir la gloire.

La Grèce correspond au souvenir de l’enfance, au paysage maternel fantasmé ; elle représente également le souvenir atemporel de la beauté antique et l’idéal d’une harmonie immuable. L’Italie dessine le champ de l’action politique et littéraire. La Patrie foscolienne repose ainsi sur deux entités : une Grèce antique située dans le mythe et une Italie moderne, qui a rendez-vous avec l’Histoire ; une Grèce de la mémoire et une Italie de la conscience.

ROMEO FRATTI

(« Romeo Fratti » photo D.R.; « Portrait d’Ugo Foscolo » par Andrea Appiani, huile sur toile, 1801-1802, Pinacoteca di Brera)

1

commentaire

Une Réponse pour Ugo Foscolo et l’écriture d’un « problème italien »

xlew dit: 19 novembre 2016 à 13 h 36 min

Toujours émouvant d’entendre parler de poètes italiens dans les colonnes de blogs français.
Le grand Gozzano le mentionne dans l’un de ses poèmes (et pas du tout d’une façon « crépusculaire »), je pense qu’il repérait en lui quelque chose de l’héritage d’un Aratos de Soles, peut-être aussi de Lucrèce et de Virgile, et qu’il en fait rétrospectivement l’un des « farfalle’ de son inspiration.
Foscolo a sans doute permis l’éclosion d’une très belle poésie de la nostalgie (non cultivée pour elle-même, cela dit), une fois passé le bruit (plus ou moins beau, quelque fois même assez délicat) produit par l’aile des oiseaux suiveurs Parini et Mascheroni, une poésie éclose comme naît un papillon.
La Via del Rifugio de Gozzano doit quelque chose à Foscolo, qu’est-ce qui ressemble le plus à un exil intérieur que le filage, le soufflage, du verre du sentiment « fin de siècle » ches les écrivains très finement swinburniens et proustiens ?
L’imprégnation de Foscolo aura peut-être assuré que celui-ci ne devînt pas un bibelot posé sur « l’Autel du Passé » (toutes mes guillemets emprisonnent des titres de Gozzano).
Même le Superuomo de d’Annunzio n’est pas sans réverbérer quelques uns de ses éclats.
Napoléon avec son blocus continental économique aurait pu réussir s’il avait laissé jouer sans tricher les règles du nouveau marché interne, son blocus poétique (des poètes et philosophes allemands célèbres connurent aussi la même gueule de bois) finit dans le delta des eaux d’un identique désastre (l’occhiolino).
Comment ne pas penser aux frère de Chirico en lisant votre article, à l’Etrurie de Raymond Bloch (l’un des premiers à avoir préssenti la véritable origine de ces vieux italiens historiques.)
Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*