de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Une BD ajoute au mystère Graham Greene

Une BD ajoute au mystère Graham Greene

Quand la bande dessinée s’empare de la littérature, on s’autorise une hésitation dictée non par le mépris mais par la prudence. Il est vrai qu’elle lui a souvent faire de mauvaises manières (voir A la recherche du temps perdu & co). Non que ce soit tabou ni même interdit. Avec Simenon et quelques autres, ca s’est plutôt bien passé, grâce au talent de Loustal notamment. Mais l’adaptation est rarement réussie. Aussi ai-je ouvert avec une certaine appréhension Le Coup de Prague (110 pages, 18 euros, Aire libre) du scénariste Jean-Luc Fromental et de l’illustrateur Miles Hyman. Mais le résultat s’impose et force l’admiration, foi de greenien blanchi sous le harnais et jamais vraiment échappé du greenland ! Pas de méprise : c’est bien de Graham Greene et non de Julien Green qu’il s’agit. Le tour de force a été cette fois de transporter en cases et bulles le Troisième homme (1949), chef d’œuvre néo-expressionniste du réalisateur Carol Reed scénarisé et dialogué par Graham Greene d’après un roman qu’il avait ébauché après la fin de la guerre, et qu’il a ensuite novelisé d’après son script dans le sillage de l’immense succès du film.

Greene s’était inspiré d’une affaire particulièrement glauque, un trafic de pénicilline frelatée qu’il eut à connaître lors de ses activités d’espionnage pendant la guerre. Hyman et Fromental, eux, s’inspirent clairement du film davantage que du livre assez pauvrement écrit, il faut le reconnaître (et pour cause !) ; comment auraient-ils pu résister aux décombres encore fumants de Vienne, aux souterrains poisseux, aux tunnels en clair-obscur de la capitale autrichienne divisée en quatre secteurs d’occupation ? La puissance d’imprégnation du film sur ses spectateurs envoûtés tenait beaucoup à la lumière en clair-obscur et aux cadrages obliques de Robert Krasker, à la présence brève mais pénétrante d’Orson Welles et à l’air entêtant interprété à la cithare autrichienne par Anton Karas. L’ombre du film, tenu par les auteurs pour « le plus grand film noir européen de l’après-guerre », plane donc sur l’album ; s’agissant de Graham Greene, ce n’est pas son ombre mais bien sa présence qui le domine, fût-ce en trompe l’oeil.notre-homme-a-vienne-le-troisieme,M52383

Fromental et Hymans se sont souvenus du point de départ de l’écrivain lorsqu’il avait été se balader le nez au vent dans Vienne nid d’espions : un homme croise dans la rue un ami aux funérailles duquel il a assisté quelques semaines avant… A partir de là, ils ont brodé, raccroché des éléments vécus et d’autres imaginaires. Ce qu’un romancier se permet classiquement lorsqu’il fait des repérages. A partir de cette base biographique, Fromental a pris des libertés et c’est tant mieux : il imagine qu’en 1948, guidé par la troublante et si hitchcokienne Elisabeth Montaigu de Beaulieu, Greene, expert en double jeu, n’est pas venu là que pour se documenter mais pour enquêter sur une taupe de la haute administration britannique qui aurait été recrutée par le KGB quinze avant alors qu’elle était en poste à Vienne… On pense tout de suite au fameux Kim Philby et c’est bien de lui qu’il s’agit pour les auteurs de l’album. Fromental, qui en fait le troisième homme du réseau clandestin constitué avec Burgess et McLean, explique :

« Le troisième homme, en effet, pourrait être Nicodème qui, dans les l’évangile qui porte son nom, est présent à la mise au tombeau du Christ aux côtés de Jean l’Evangéliste et de Joseph d’Arimathie. Savoir que cet évangile a été exclu du Nouveau Testament par les Pères de l’Eglise parce qu’il relate la descente aux enfers du Sauveur, qui offre la rédemption à tous les damnés sans condition de repentir, bafouant par là même les dogmes fondateurs du christianisme, éclaire l’histoire d’un jour nouveau. »

Le fait est que Greene avait effectivement travaillé pour l’Intelligence service pendant la guerre et qu’il aurait très bien pu enquêter ainsi sur cet homme qu’il avait si bien connu… Mais qu’importe à la limite ! L’histoire est formidablement menée et mise en images. On a oublié à quel point la ville, autrefois et aujourd’hui si chantante, était à l’époque en loques, affamée, écrasée, humiliée ; on y croit tant qu’on s’y croirait ; comme toute bonne histoire d’espionnage, on découvre des masques sous les masques, du mensonge à tous les étages, de vrais faux secrets derrière les rideaux. Une parfaite métaphore de la condition humaine. L’album aurait pu s’intituler plutôt « L’autre coup de Prague », car le coup de Prague a vraiment existé : il désigne la prise du pouvoir en février 1948 par le PC tchèque qui fit basculer la Tchécoslovaquie dans le camp soviétique. A la fin, on lira avec profit un passionnant « Dossier Greene » dans lequel Jean-Luc Fromental fait preuve d’une impressionnante connaissance de son sujet. Il a vraiment fouillé partout et fait un usage nuancé de l’enquête iconoclaste que Michael Shelden avait consacré aux zones grises de la vie de Graham Greene dans The Enemy Within.

696x391_meaAlors, le Greeneland ? Un territoire de l’imaginaire aux frontières si floues mais si prégnantes qu’il faut s’en échapper pour savoir qu’on y a été. Un monde où la déloyauté est une vertu, où tout se passe la nuit, où il pleut tout le temps et où celui qui tire les ficelles de l’histoire se fait toujours l’avocat du diable pour les individus hors limites. Dieu, la Grâce, le Salut, dans cet ordre et sans oublier les majuscules : La Puissance et la gloire, Le Fond du problème et La Fin d’une liaison n’ont cessé de tourner autour en un temps où nombre de lecteurs à travers le monde partageaient le grand souci métaphysique sans oublier le Rocher de Brighton, tout aussi travaillé par l’intranquillité spirituelle.

Depuis, il semble que l’inquiétude ait modifié ses paramètres, ce qui va ne pas sans retirer une certaine profondeur à la fiction contemporaine, l’adultère ne conduisant plus à la sainteté. Même son constant éloge de la déloyauté risque fort de paraître inactuel en nos temps de surveillances des mœurs et des esprits par le politiquement correct. N’empêche que la souffrance issue de la trahison tourmente l’essentiel de son oeuvre. Il nous entraine dans le labyrinthe des couples illégitimes de l’amour à la haine en passant par la jalousie, le spectre de l’ennui, l’insupportable attente, l’excitation du danger, les délires d’interprétation et ce doute incessant qui corrode les âmes les mieux armées plus profondément que toute culpabilité.

Greeneland ! L’’intéressé détestait cette A.O.C. qui nimbait son œuvre. Pourtant, cet univers métaphysique et même psychologique s’identifiait à l’œil nu. François Gallix, l’un de ses meilleurs connaisseurs, le ramasse ainsi :

« Un arrière-plan très typé donnant une fausse impression de réalisme et donc la couleur locale n’est pas totalement absente, tout en étant très imprégné de symbolisme, avec des personnages entre deux âges, esseulés, à bout de course, aux vies souvent ratées –anti-héros solitaires qui sont amenés à faire des choix cruciaux tout en étant capables d’actes de courage. »

Encore faut-il préciser qu’un mot-clef ouvre la porte de ce monde gris à la frontière entre le bien et le mal : seediness que l’on rendrait improprement par « sordidité » ou « sordidisme ».Le_Troisieme_Homme

Vingt-six romans et un grand nombre de nouvelles traduits en quarante langues entre 1926 et 1990. A quoi il convient d’ajouter des milliers d’articles, une correspondance très fournie, le noircissement quotidien de petits carnets et d’agendas Hermès. Greene, dont rien ni personne ne bridait la curiosité, a touché à tous les genres : roman policier (Un Américain bien tranquille), roman de divertissement (Notre Agent à La Havane), roman d’espionnage (Le Facteur humain), thriller (Le Ministère de la peur), l’essai autobiographique (Une sorte de vie, Les chemins de l’évasion), le scénario (Le Troisième homme), le pamphlet (J’accuse) les lettres au courrier des lecteurs des grands journaux, anthologie des plus savoureuses dans le registre de l’understatement (Avec mes sentiments les meilleurs) et jusqu’à l’interprétation de ses rêves (Mon univers secret) ! On allait faire l’impasse, impardonnable s’agissant d’un écrivain anglais, sur les nouvelles dont il éoquait le goût comme « une boisson fraîche dans une bouche brûlante ». Le meilleur, et donc le plus troublant et le plus ambiguë, y est reflété d’un écrivain qui admirait Dickens et Conrad avant d’être lui-même admiré par John Le Carré ; c’est peu dire qu’il a inspiré ce dernier du moins pour le tourment de la trahison.

(Illustrations de Hyman extraites de l’album Le Coup de Prague ; photos extraites du film Le Troisième homme)

Cette entrée a été publiée dans Bandes dessinées, cinéma, Littérature étrangères.

963

commentaires

963 Réponses pour Une BD ajoute au mystère Graham Greene

renato dit: 19 mai 2017 à 8 h 18 min

Janssen J-J, très courte info.

Hermann Gillich modeste prof universitaire d’esthétique, université de Garching, hypnotisé par Mein Kampf et lecteur critique de la morne œuvre littéraire du jeune Napoléon (Clisson et Eugénie, etc.) qui avait vu en Platon le premier théoricien du bolchevisme, et fut arrêté par la Gestapo juste au moment où il s’apprêtait à coucher sur le papier les derniers mots de son Le Syndrome de Néron.

Rien sur le net, c’est vrai.

Janssen J-J dit: 18 mai 2017 à 19 h 40 min

Je souhaitais lire « Le Bolchevisme de Platon à Marx » d’Hermann Gillich, mais il semble que cette référence sous ce label n’existe pas. Et que par ailleurs, cet honorable citoyen allemand qui ne demandait rien à personne ni surtout à la poésie soit décédé l’an passé, le 14 avril. A quoi bon mettre les gens sur de fausses pistes ? c franchement pas très malin (cf. dernier message sur graham greene)
http://www.mittelbayerische-trauer.de/traueranzeige/hermann-gillich/46432535

renato dit: 18 mai 2017 à 8 h 48 min

« … d’où les poètes sont exclus… »

Avez-vous lu Le Bolchevisme de Platon à Marx d’Hermann Gillich ?

renato dit: 18 mai 2017 à 8 h 05 min

« Prise de guerre » ?!

À un moment il faudra qu’ils améliorent leur approche des choses et faute d’un langage résolument contemporain, qu’ils choisissent des poncifs moins inspirés au monde ancien.

XYZ dit: 18 mai 2017 à 5 h 14 min

Sur de nombreux tableaux, et pas des moindres.

Cassandre, un metier a mi-temps. Pas de compte a rendre, le flou des propos vaut carte syndicale.

la vie dans les bois dit: 17 mai 2017 à 22 h 57 min

J’espère que Court ne s’est pas perdu à Arles.
C’est au sud, Court, au sud.

Petit Rappel dit: 17 mai 2017 à 20 h 56 min

En quoi est-ce la classe qu’une éditrice soit nommée à la Culture? Comment fera-t-elle le poids sur les autres questions? A-t-‘elle la moindre vue sur le patrimoine? Bel exemple de Du saupoudrage pour lecteurs nostalgiques d’Actes Sud bonne époque.

la vie dans les bois dit: 17 mai 2017 à 20 h 31 min

Je pense que le jeune maire de Tourcoing- 6ème ville la plus pauve de France- va se prendre un appel du 18 juin, comme une belle veste en laine du coin.

D. dit: 17 mai 2017 à 20 h 24 min

La France risque de payer très cher d’avoir choisi Macron. Sur de nombreux tableaux, et pas des moindres.

D. dit: 17 mai 2017 à 20 h 22 min

L’une des personnalités les plus redoutables pour la France est Sylvie Goulard, cantonnée à la Défense, mais même là c’est très inquiétant de l’y trouver.
La défense française a été bien mise à mal par les gouvernements successifs de droite et de gauche et cela a principalement commencé sous Chirac.
Alors que nous devrons probablement contenir l’Afrique sub-saharienne et même le Maghreb d’une main de fer pour éviter qu’elle tombe aux mains des factions islamistes, la nouvelle ministre va probablement accentuer le détricotage national au profit de l’inutile tricotage européen, inutile car ne pouvant pas être mis en branle sans plusieurs accords, sans donc que des semaines ou des mois ne se passent.
Détricotage national qu’il faudra donc retricoter en 2022 et tricotage européen qu’il faudra détricoter.
Dommage, nous qui sommes menacés. Si la contagion islamiste parvenait en Algérie, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne viendraient-il à la rescousse, en réalité ? Évidemment non. Tout resterait sur le papier et cantonné dans les casernes.

Widergänger dit: 17 mai 2017 à 19 h 56 min

Macron président philosophe… Pourquoi pas après tout ? On se plaît à y croire.

Mais n’oublions quand même jamais que la République de Platon ressemble plus à une dictature qu’à une république, et d’où les poètes sont exclus…

Mais sa femme plaidera sans doute pour nous !

Nicolas dit: 17 mai 2017 à 19 h 29 min

C’est vrai que contre le patron de Publicis j’ai peu de chance, mais bon sur un malentendu…

la vie dans les bois dit: 17 mai 2017 à 19 h 28 min

Je viens de voir que la situation des Chantiers de Saint Nazaire n’est pas vraiment sereine.
Un carnet de commande plein, un actionnaire minoritaire italien, aux côtés de la DCNS, et pourtant la grève continue.

Que se passe-t-il donc ?
http://www.20minutes.fr/nantes/2068483-20170515-saint-nazaire-malgre-carnet-commandes-plein-chantiers-navals-stx-bientot-arret

Décidément, entre les lave-linge au Nord, les bateaux à l’Ouest, les voitures au Centre, la nouvelle dream-team de la Macronie ( bloom, même en France on sait innover dans le culcul la praline, pas besoin d’un dea d’anglais pour cela) le gouvernement a intérêt de se mettre vite au boulot, les Français risquent de ne plus marcher longtemps dans le sfumato.

_____________________________

A peine nommés, des élus déjà menacés.
En effet, ceux- très rares – qui, comme ne l’a pas fait le président macron, remettent en jeu leur mandat électoral lors des prochaines législatives, et ne réussiraient pas le test de compatibilité avec les Français, devront démissionner.
Double peine, les pôvres.
Je n’ai pas tout compris sur le non-cumul des mandats instauré en hollandie et validé par le nouveau président.

Janssen J-J dit: 17 mai 2017 à 19 h 13 min

c vrai que les twits de b pivot sont cmplt débiles quand on y réfléchit, onc, ourkoi les signaler ? la confraternité compassionnante n’attelle point de limites ? un orage s’annonce, mouettes et merles se sont tus. et des feuilles remuent? J’ai pris 3 kg de plus depuis mon arrêt total du tabac le 28 janvier ; j’ai repris assidument le joging intensif mais sans suprimer totalement les apéros mojitas, or même les apéros oussifs, birgouth me les interdit, donc je les absorbe en cachexte. Le nouveau paysage politique franco-Us est bien triste, consternant, déprimé comme la rdl devenue. Dany Laferrière sauve la mise, parfois : par exemple, l’odeur du café, de petits souvenirs sans prétention mais ce post exotisme, ça désaxe un brin, pas comme gragramgrine.

bérénice dit: 17 mai 2017 à 18 h 59 min

Le premier ministre Edouard Philippe, à Matignon, le 15 mai.
ANALYSE
Gouvernement Philippe : le pari d’une mixité politique inédite
La droite hérite de Bercy, le centre et la gauche occuperont les fonctions régaliennes et internationales, la société civile récupère les ministères sociaux et sociétaux, les femmes sont écartées des postes clés.

bérénice dit: 17 mai 2017 à 18 h 54 min

Nicolas, tout le monde connait vos préférences cependant il n’est pas certain qu’elle vous retiendrait si elle vous rencontrait, elle est confrontée sans doute chaque jour à de cruels dilemmes et les provinciaux ne l’intéressent vraisemblablement pas ne serait-ce que pour simplifier l’addition.

bérénice dit: 17 mai 2017 à 18 h 47 min

D, BL est-il seul à Bercy? qu’a-t-il fait pour le mériter à part être mauvais comme une teigne quand il répond à quelqu’un qui lui parle de défendre la cause ouvrière?

la vie dans les bois dit: 17 mai 2017 à 18 h 46 min

Et les Chantiers de St Nazaire… bien réels ceux-là, où en sont-ils les « marcheurs » ?

bérénice dit: 17 mai 2017 à 18 h 44 min

Hulot n’aura pas à en débattre puisque Elizabeth Borne est au ministère de la transition écologique et aux transports.

bérénice dit: 17 mai 2017 à 18 h 37 min

Sur OUEST-FRANCE on se demande si Nicolas Hulot a abandonné les poursuites contre Notre Dame Des Landes pour un poste de ministre, cela ne lui ressemble pas. Je suppose que nous devrions obtenir une réponse rapidement, Ségolène n’était pas pour et en dehors du bénéfice d’une relance économique éphémère par l’octroi des chantiers quelle utilité d’un truc décidé dans les années 60 ou 70 bien avant que les problèmes environnementaux que nous connaissons apparaissent comme un enjeu qui devrait être prioritaire.

D. dit: 17 mai 2017 à 18 h 37 min

Delaporte, même si c’est vrai, on ne dit pas des choses comme ça qui peuvent démotiver une personne. On parle de compétences à développer, de trucs en cours d’acquisition..

Bloom dit: 17 mai 2017 à 17 h 58 min

remuer du vent, et même du néant.

Il est vrai que dans ce domaine, vous êtes expert très expert, cher Tristus. Plus chillant qu’un weekend avec Marc Lévy, une demi-heure avec Dusoupirail!

Delaporte dit: 17 mai 2017 à 17 h 57 min

Bloom, votre jugement est respectable, mais vicieux. Vous êtes trop influencé par votre profession. Vous voyez les choses par le petit bout de la lorgnette. Ce qui n’empêche pas que vous ayez d’autres qualités, mais assez secondaires.

Bloom dit: 17 mai 2017 à 17 h 55 min

L’anglais n’a pas tardé qui fait de Macron un nom commun, sur le mode de la « panenka » – to do a Macron…
Titre du Guardian: « Doing a Macron: can Austrian minister copy French election success? »
Langue hospitalière, souple et caoutchouteuse, qui grappille à droite & à gauche, comme Macron…

Delaporte dit: 17 mai 2017 à 17 h 54 min

« Le Drian, excellent pour la diplomatie française. »

Il me semble que jusqu’à présent il n’a remué que du vent. C’est un peu le cas de tous ces nouveaux ministres, qui vont remuer du vent, et encore remuer du vent. Macron aussi va remuer du vent, et même du néant.

la vie dans les bois dit: 17 mai 2017 à 17 h 52 min

Ah voui Sergio, c’est de la pipe, comme on dit désormais. Une pote de chambrée de cohn bendit.

Sergio dit: 17 mai 2017 à 17 h 43 min

la vie dans les bois dit: 17 mai 2017 à 16 h 48 min
Et les militaires vont faire une trouvaille

Elle est pas mal… Et avec ce prénom elle est dans les bois, aussi !

Bloom dit: 17 mai 2017 à 17 h 18 min

Le Drian, excellent pour la diplomatie française. Il est venu nombre de fois à Delhi en tant que Ministre de la défense. Il connait Lorient & l’Orient.
Hulot va devoir passer de la parole aux actes: obligation de résultat & « reality check ».

chantal dit: 17 mai 2017 à 16 h 45 min

Françoise Nyssen, belge, éditrice en Arles, licenciée en chimie et architecture de l’université libre de Bruxelles à la Culture, enfin quelqu’un de compétent et pluridisciplinaire en charge d’une politique d’ouverture … moins parisiano – centrée.

Bob dit: 17 mai 2017 à 16 h 07 min

Delaporte dit: 17 mai 2017 à 14 h 43 min
« des têtes antédiluviennes, des vieux de la vieille, rien de neuf ni de jeune.  »

Est-ce bien étonnant

la vie dans les bois dit: 17 mai 2017 à 15 h 54 min

Y’a pas mal de vieux déjà connus dans ce gvt. Les Bayrou, Le Drian, Colombe Hulot .et j’en passe.
Je me demande si business France d’où vient la nouvelle ministre du travail n’est pas cette agence qui organise des virées un peu onéreuses, pour Las Vegas, par exemple.

D. dit: 17 mai 2017 à 15 h 35 min

Les deux plus gros dégâts c’est Lemaire à l’économie et Bayrou à la Justice. On avait pas besoin de ça. De telles concessions vont coûter très cher à Macron. Son image de marque déjà un peu écornée va en prendre un coup supplémentaire.

Delaporte dit: 17 mai 2017 à 15 h 33 min

« Delaporte s’est enfui par la fenêtre »

J’ai l’impression d’être en train de couler sur le Titanic (ta mère).

Delaporte dit: 17 mai 2017 à 15 h 31 min

Il est un peu tôt pour dire à quel point c’est désastreux. Nous saurons rapidement l’intensité des dégâts, après les premiers cafouillages ministériels qui ne vont pas tarder. Une éditrice à la culture, c’est une vaine tentative. C’est pour faire de l’esbroufe, mais ça ne résoudra rien. Le mal ne fera qu’empirer.

la vie dans les bois dit: 17 mai 2017 à 15 h 27 min

Ministère de la culture du gouvernement Philippe, est nommée une éditrice bienveillante. C’est bien pr la RDL , ses électeurs.

D. dit: 17 mai 2017 à 15 h 25 min

Françoise Nyssen, en effet une personne de valeur. Pas de chance pour elle d’être choisie par ce gouvernement.

D. dit: 17 mai 2017 à 15 h 00 min

Bien, il est 15 h. J’invité chacun at se rendre immédiatement sur BFM-TV pour écouter la composition du gouvernement.

D. dit: 17 mai 2017 à 14 h 52 min

Edouard Philippe, dans son remarquable ouvrage intitulé Dans l’ombre (JC Lattès), écrit « Marylin a des petits seins. Normalement je n’aime pas ça. Mon truc, je l’avoue, ce serait plutôt les poitrines un peu rondes. Pas accablée et avachies, non, pas lourdes au point d’être tombées, mais enfin, quelque chose en relief. Pas les petites excroissances décharnées et hasardeuses. Les mannequins qui défilent en offrant leur verticale platitude me laissent sans voix. Une vraie poitrine, c’est rond, c’est confortable, c’est accueillant et on doit pouvoir mettre son nez au milieu avec jubilation. »

J’adhère sans réserve à ce point de vue. Ce Premier ministre est décidément prometteur.

Delaporte dit: 17 mai 2017 à 14 h 45 min

Pujadas va être aussi vite oublié que Poivre d’Arvor. Il n’avait rien d’original, à part l’ennui à haute dose. Son journal, que j’ai regardé dans le temps, n’avait strictement aucun intérêt.

Phil dit: 17 mai 2017 à 14 h 45 min

votre tête à vous, dear Delporte, on aimerait bien la voir. lard ou cochon, ça se devine comme l’ombre du troisième homme. tâchez pas de finir buté dans un égout.

Delaporte dit: 17 mai 2017 à 14 h 43 min

Ce gouvernement, ça va être que des têtes antédiluviennes, des vieux de la vieille, rien de neuf ni de jeune. Les Français vont être déçus de chez déçus. Et tout le quinquennat sera comme ça.

Petit Rappel dit: 17 mai 2017 à 14 h 26 min

De Suhamy, un merveilleux bouquin sur Walter Scott.
Pourquoi l’imparfait? Aurait-il quitté ce monde?

D. dit: 17 mai 2017 à 14 h 00 min

Bon maintenant j’ai décidé de ne plus m’exprimer sur rien qui ne soit livre, poésie, cinéma, théâtre, photo.
Je ne m’en étais pas aperçu mais nous sommes tous tombés dans l’indécence à passer ici notre temps à commenter l’actualité, celle notamment politique. Cet endroit mérite mieux.

la vie dans les bois dit: 17 mai 2017 à 13 h 56 min

D. Pujadas va devenir une icône du journalisme de l’information, pour les téléspectateurs français, qui ont suivi les débats et émissions politique de la campagne présidentielle.
Le plus célèbre d’entre eux, le voyait déjà…

«David Pujadas depuis quelques années était devenu une icône, il n’était pas seulement rentré dans le « club très fermé » des journalistes politiques (Cotta, Elkabbach, Duhamel et quelques autres) ayant dans l’histoire des médias été considérés comme d’un niveau suffisant pour arbitrer un débat présidentiel d’entre deux tours, il avait surclassé tous ses prédécesseurs par sa fermeté courtoise, son calme, son aptitude surtout à ignorer les insultes, à recentrer les affrontements qui partaient en vrille, à leur redonner l’apparence d’une confrontation digne et démocratique.»
Read more at http://www.atlantico.fr/atlantico-light/quand-david-pujadas-devient-icone-plume-michel-houellebecq-1940945.html#aXu20Fp48sDtUUkV.99

la vie dans les bois dit: 17 mai 2017 à 13 h 47 min

C’est dommage, avec ce limogeage sans ménagement du journaliste d’information, D. Pujadas, la majorité des téléspectateurs va penser que la télé, incarnée par le directeur de l’information du groupe, M. Field, est aux ordres.

JC..... dit: 17 mai 2017 à 13 h 46 min

On ne peux pas se tromper !

Lapix ressemble à un hamster rassasié, Ockrent à une hyène castrée, Ferrari à un vélo sans guidon ….

bérénice dit: 17 mai 2017 à 13 h 41 min

Sans explication, son équipe se refuse à préparer le journal, que vont ils recevoir comme justificatifs: trop vieux, pas assez sexy, trop consensuel, pas assez présent, trop langue de bois, je ne regarde quasi jamais le Deux mais l’audience est dans ce créneau horaire en hausse , Sollers avait sauté du Journal du dimanche par caprice de Marianne, là les journalistes circulent d’une chaîne à l’autre depuis quelques temps, Pujadas serait le guillotiné de la révolution médiatique ?

JC..... dit: 17 mai 2017 à 13 h 40 min

Bloom dit: 17 mai 2017 à 13 h 14 min
« Tous deux furent mes profs – j’eu l’immense honneur d’être un de leurs étudiants. »

Les ayant interviewé pour mon quotidien PORQUEROLLES EVENING STANDARD, ils m’ont confirmé leur fierté d’avoir fait du jeune BLOOM ce que vous êtes !….uhuhu !

bérénice dit: 17 mai 2017 à 13 h 29 min

Bloom, le Christ lui-même ne conseilla-t-il pas de tendre l’autre joue? mon observation est que si Shakespeare fut antisémite comme les hommes le sont depuis la nuit des temps , cela vous dérange tout de même un peu . Je ne sais plus top si c’est dans les marchands mais le fait est que ce que j’en lus me surprit , était-il antisémite ou ne s’est-il contenté que de mettre en prose des opinions répandues pour mieux les combattre en les exposant ou comme tendant un miroir à ses lecteurs ou au spectateur.

Bloom dit: 17 mai 2017 à 13 h 13 min

Deux des meilleurs spécialistes français de Shakespeare sont/étiaent juifs: Henri Suhamy & Richard Marienstras. Tous deux furent mes profs.
« O brave new world / That hath such people in ‘t! » – The Tempest.
Chez les anglophones, Harold Bloom, Andrew Riemer…

Bloom dit: 17 mai 2017 à 12 h 46 min

Phil, il ne me semble pas que G.Greene ait été antisémite – comme Orwell, il partageait les préjugés de cette upper lower middle class anglaise « born Into privilege », et persuadée de son ascendance naturelle sur le reste de l’humanité. L’image du Juif levantin lascif est un topos de la littérature du premier demi-siècle dernier., cf. le David Golder ou Le maitre des âmes d’Irène Nemirovsky.
S’il fallait arrêter de fréquenter les auteurs pas franchement philosémites, il faudrait se priver de Balzac, de Gide, de Céline, d’E. Waugh, de DH Lawrence, de TS Eliot, et de bien d’autres encore, ce qui serait dommage, n’est-ce pas?

D. dit: 17 mai 2017 à 12 h 25 min

Combien de temos Hulot Nicolas durera-t-il à l’Ecologie/Environnement ?
Je parie sur trois mois. Six s’il accepte de faire quelques concessions.

Petit Rappel dit: 17 mai 2017 à 12 h 20 min

« Azoulay semble bien accrochée à son poste ».
Et d’autant mieux ancrée qu’elle n’a rien fait de mémorable, surtout pas sur le patrimoine…

bérénice dit: 17 mai 2017 à 12 h 16 min

D, Nicolas hier écrivait qu’en matière de trahison, votre interrogation portait sur le Maréchal Pétain. Ce matin à propos de pertinax j’effectuai une recherche et trouvai sur la page 1 ce qui suit sans comprendre en quoi l’article pouvait être lié , je vous donne le lien. au jeu des discours, rester vigilant:

https://cdlm.revues.org/2933?lang=en#tocto1n4

D. dit: 17 mai 2017 à 12 h 10 min

Je me réjouis par avance de regarder la charmante Anne-Sophie Lappix en remplacement du sournois petit Pujadas gris et parcheminé. Merci Macron.

JAZZI dit: 17 mai 2017 à 11 h 56 min

Pujadas ne plairait-il pas au nouveau président ?
/2069707-20170517-eviction-david-pujadas-france-2-jt-mercredi-soir

JAZZI dit: 17 mai 2017 à 11 h 45 min

Tu as raison d’être prudent, Bloom, les choses ne se passent pas toujours comme on le pense et Azoulay semble bien ancrée à son poste…
Peut-être un autre ministère ?

Bloom dit: 17 mai 2017 à 11 h 25 min

Erik Orsenna à la Culture ? Bloom, prépare le champagne !

Ah, Baroz, comme tu y vas…wait & see.

Phil dit: 17 mai 2017 à 11 h 04 min

merci bérénice. de la bonne série b, à voir en relief lunette 3D. illustration pour un colloque sur Téton premier.

Petit Rappel dit: 17 mai 2017 à 10 h 38 min

Et Pertinax le glabre, Renato, fit l’objet d’une mauvaise tragédie représentée au Français fin Restauration début Monarchie de Juillet ou le héros éponyme fut surnommé « Père Tignasse! »

JAZZI dit: 17 mai 2017 à 10 h 13 min

L’OPA à droite est une véritable saignée !

« 173 personnalités LR et UDI désormais prêtes à répondre à «la main tendue» de Macron »

JAZZI dit: 17 mai 2017 à 10 h 10 min

Mieux que JC, donnons la parole à son modèle !

«  »Macron est un beau garçon qui a une belle maman. » Lors d’un déplacement dans le cadre d’un meeting en Lombardie lundi 15 mai, l’ancien chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a plaisanté sur le couple formé par Brigitte et Emmanuel Macron.
Après avoir brièvement analysé la campagne et les résultats de l’élection présidentielle française, il Cavaliere a tenu à faire part de son analyse sur la différence d’âge entre le nouveau président de la République et son épouse, de 24 ans son aînée. De son côté, Silvio Berlusconi est en couple avec Francesca Pascale, qui a 49 ans de moins que lui. »

JC..... dit: 17 mai 2017 à 9 h 57 min

Quittons nous sur une actualité footballistique absolument délicieuse : un papier sur Karim Benzema :

« Dans un entretien fleuve à L’Equipe, l’international français livre le fond de sa pensée sur sa situation, les Bleus et la pression dont il s’estime avoir été victime. » (Le Figaro)

Le fond de la pensée de Benzema … ! On ne rit pas !

JAZZI dit: 17 mai 2017 à 9 h 49 min

Oui, renato, ce n’est pas aussi simple que cela :

« Il apparaît cependant que la mode du cheveu court et de la barbe rase est largement dominante dans l’Empire entre le I° siècle avant J.-C. et la période d’Hadrien. C’est probablement Ovide qui a dressé le meilleur portrait de ce que devait être à ses yeux l’apparence capillaire idéale du romain : « Une simplicité sans art est l’ornement qui convient à l’homme.[…] Que tes cheveux, mal taillés, ne se hérissent pas sur ta tête; mais qu’une main savante coupe et ta chevelure et ta barbe. » (Ovide, Ars. Amat., I, 503-522). Mais la réalité est un peu plus complexe, plus variée. »

Phil dit: 17 mai 2017 à 9 h 47 min

Bloom, surpris des saillies antisémites qui émaillent le parcours de l’orient express de Graham Greene, écrit début des années 30. trouve-t-on pareil chez Le Carré ? ce premier livre n’est pas d’espionnage, son auteur l’a dit simplement « Entertainment », comme un galop d’essai pour la suite, son Juif n’étant « que » commerçant (ist)ambulant à la sexualité vacillante.
A la date du Troisième Homme, les réflexes de censures en Europe du cinéma n’étaient pas encore établis, en France le CNE n’avait pas produit ses effets dans les productions, le dictionnaire Bardèche du cinéma pouvait ressortir sans grandes coupures. d’où les surprenants personnages viennois pur sucre qui apparaissent dans le film. L’époque est aux sissis (déguisés en espions) plus qu’à Sisi.

bérénice dit: 17 mai 2017 à 9 h 47 min

JC et puis les chanteurs, on s’en fiche tant qu’il nous reste les chanteuses, pour cent voix de femmes combien d’hommes qui nous délivrent du mal?

bérénice dit: 17 mai 2017 à 9 h 45 min

9h42, JC, justement, je tentais d’attirer votre attention sur la face cachée de la lune.

JC..... dit: 17 mai 2017 à 9 h 42 min

Désolé de vous décevoir, Béré, mais l’activité culturelle actuelle de Bloom est récente : je l’ai connu chanteur de jazz pour vieilles dames à l’Eierschale, à Berlin, en 1972.

Il faisait le gigolo pour payer ses études, et chantait comme un pied, of course …

JAZZI dit: 17 mai 2017 à 9 h 40 min

On me dit que la barbe et le costume bleu sombre et chaussures marrons, c’est très chic tendance !

JC..... dit: 17 mai 2017 à 9 h 37 min

« Les astronautes chinois Jing Haipeng et Chen Dong sont rentrés sur Terre dans la nuit de jeudi à vendredi, après un mois d’expériences scientifiques dans la station Tiangong-2. Avec 47 jours de vol cumulé, Heipeng est le Chinois ayant passé le plus de temps dans l’espace. » (Libé, 18 novembre 2016)

bérénice dit: 17 mai 2017 à 9 h 36 min

aéronautique.

JC, employez-vous à sa tâche et on en reparle ensuite, le maniement des idées est hobby qui le passionne , il travaille à autre chose que l’abstraction aussi pure qu’elle puisse vous paraître ou importante qu’elle continue d’être.

JC..... dit: 17 mai 2017 à 9 h 33 min

« hélas même notre Dieu n’est pas si bon qu’on le croit  »

Dieu est un incompétent notoire…

bérénice dit: 17 mai 2017 à 9 h 32 min

, on s’essaie au domaine spatial.

Pour le moment il en sont à faire décoller un avion entièrement conçu et fabriqué en Chine, domaine aéranautique.

JC..... dit: 17 mai 2017 à 9 h 31 min

bérénice dit: 17 mai 2017 à 9 h 15 min
« Bloom se croit intelligent. Il l’est…/… »

Je regrette, Béré, ça reste à prouver : dans la culture, on simule parfaitement l’intelligence !

JC..... dit: 17 mai 2017 à 9 h 30 min

Les amis Chinois ont longtemps pratiqué la défense de l’Empire, une fois celui-ci constitué, plutôt que l’expansion.

Changement de logiciel depuis Deng : on sort des murs …

On éduque sa population, on gagne des marchés, on achète, on capitalise, on aborde l’implication capitalistique mondiale, on s’essaie au domaine spatial.

Révolution culturelle autrement plus puissante, et porteuse de développement géostratégique, que la précédente de feu Mao Zedong !

bérénice dit: 17 mai 2017 à 9 h 26 min

JC , l’intelligence produit des êtres incalculables comme par ailleurs certaines formes de folies et c’est par cet aspect parmi d’autres qu’elle trouve à se rendre néfaste, si elle se plaçait toujours et invariablement sous le sceau du bon, du juste, de l’irréprochable nous l’aurions enregistré depuis toujours , hélas même notre Dieu n’est pas si bon qu’on le croit mais il me faudrait lire toutes les études en théologie et je résume facilement cette problématique par cette phrase qui reste accrochée de travers dans mon vestiaire: Dieu créa l’homme à son image. Il aurait du faire preuve de plus d’imagination, il en existe de toutes sortes pour qu’ensemble et assemblés, la personnalité de ce Dieu auquel il nous faudrait croire paraît incertaine et duplice, les jésuites réputés pour leur intelligence n’ont d’ailleurs pas toujours bonne réputation, un peu trop prompts à s’orienter dans le sens du vent dominant.

bérénice dit: 17 mai 2017 à 9 h 15 min

Bloom se croit intelligent.

Il l’est, ce qui comme pour chacun ne réussit à rayer tous les défauts.

bérénice dit: 17 mai 2017 à 9 h 12 min

JC cela ne répond pas à ma question, ils sont preneurs de terres cultivables pas pour occuper un espace stratégique même s’il est possible que cela le soit mais pour y faire pousser de quoi nourrir une population et ou accroître leur puissance commerciale, la vaste surface de la Chine est-elle à ce point stérile ou incultivable?

XYZ dit: 17 mai 2017 à 9 h 07 min

Mais on est habitué à votre arrogance et à votre cuistrerie.

on s’habittue a tout…sic transit intestinal

JC..... dit: 17 mai 2017 à 9 h 06 min

Comme tous les cauns, Bloom se croit intelligent. Ainsi, nous voilà frères de sang…uhuhu !

JC..... dit: 17 mai 2017 à 9 h 04 min

Les Chinois voient loin, d’un point de vue des relations géostratégiques, et l’Afrique est à prendre incapable de se gérer à peu près normalement !

Par ailleurs, une partie du monde occidental passera à la trappe économique si notre paresse perdure, en quelques décennies….

closer dit: 17 mai 2017 à 9 h 03 min

Bloom, le message de Delaporte ne demandait une réponse méprisante de votre part…

Mais on est habitué à votre arrogance et à votre cuistrerie.

bérénice dit: 17 mai 2017 à 8 h 41 min

JC, vouloir en modifier l’état n’est pas de notre ressort et nous avons tant à faire ici, ce grand pays se voit contraint de payer pour ses erreurs et une ambition à sa mesure et réadapte ses objectifs, ses buts, sa politique en fonction de ses résultats, il est d’ailleurs moins crétin que les USA avec son président border-line et bien qu’il faille déplorer les dégâts occasionnés par sa soif et son besoin de croissance, pauvres chinois, à quelles conditions doivent-ils faire face et comment sont-ils logés, avez vous vu ces résidences bâties au sommet d’une montagne de terre non stabilisée au milieu de nulle part et on s’étonne de l’effondrement de terrain? Ils sont cependant habiles et pour accès aux brevets occidentaux qui leur manqueraient rachètent les industries fort de leur puissance économique, vraisemblablement quand ils posséderont les secrets d’une technologie qui leur manque iront-ils continuer de croître et prospérer en améliorant leur marché interne soumis à l’amélioration du niveau de vie des citoyens tout en menant une politique d’annexion intelligente des terres et des richesses en Afrique notamment , d’ailleurs j’y pensais hier soir et puisque vous êtes un connaisseur, leur pays est si vaste, pourquoi ce besoin de terres agraires ailleurs ? Besoin qui peut-être aidera les Africains à faire fructifier leur richesse bien que sous cette forme ils s’en verront dépossédés parce que cela ressemble sans violence ni massacre à un néo-colonialisme.

JC..... dit: 17 mai 2017 à 8 h 11 min

作使徒的保罗,(不是由于人,也不是借着人,乃是借着耶稣基督,与叫他从死里复活的父神)

Traduction libre :
« Capitalistes ! on est prié de laisser la Chine populaire et démocratique dans l’état où on l’a trouvée ! »

Bloom dit: 17 mai 2017 à 7 h 51 min

作使徒的保罗,(不是由于人,也不是借着人,乃是借着耶稣基督,与叫他从死里复活的父神)

Delaporte, vous êtes certainement capable d’aller au delà du copie-coller et de donner:
1 la version pinyin
2 la traduction littérale
Ni bu shi xiaoren ba?

Bloom dit: 17 mai 2017 à 7 h 39 min

Phil, la lecture de G.Greene m’a toujours procuré beaucoup de plaisir, comme celle du Joyce d’avant Ulysses, celle de Sean O’Faolain, d’Edna O’Brien, d’Orwell et de John Updike, pour ne citer que ceux qui me viennent immédiatement à l’esprit. Il ne joue pas à l’écrivain, il EST écrivain, « tout simplement », ce qui présuppose beaucoup de travail comme on le sait depuis les confessions de Flaubert.

JC..... dit: 17 mai 2017 à 7 h 18 min

On ne peut pas se passer de textes sacrés !

En Chine, après le Petit Livre Rouge du gros défunté fucker de petites jeunettes, on enchaine naturellement avec la Bible, ou le Wall Street Journal …

Delaporte dit: 17 mai 2017 à 0 h 11 min

La Bible n’est pas interdite en Chine, où on la trouve en livre et en ligne. Premier verset de l’épître aux Galates :

作使徒的保罗,(不是由于人,也不是借着人,乃是借着耶稣基督,与叫他从死里复活的父神)

Sergio dit: 16 mai 2017 à 23 h 47 min

Bihoreau, duc de Bellerente dit: 16 mai 2017 à 23 h 29 min
Il y a des raclées qui se perdent…

Ca m’est déjà arrivé ! Au premier coquard le gus tombe ; bon halor on le ranime dans les douches ; i se réveille i me rattaque ! je lui en remets une il retombe dans les pommes ; On le retransporte sous la douche… I se reréveille i veut recommencer !

Finalement j’ai profité d’une phase coma pour m’esbigner sans ça on y serait encore… Sans parler de la facture d’eau !

l'ombelle des talus dit: 16 mai 2017 à 23 h 28 min

Haprès faudra voir si on écoute le porc n° 119 ou bien le n° 563.

Tentez la procure pour défroqués; n’importe quel moteur de recherche sur l’Internet fera l’affaire – le web pour tous

Sergio dit: 16 mai 2017 à 23 h 04 min

Nicolas dit: 16 mai 2017 à 22 h 13 min
la superbe application mobile de la RDL

Non mais y a des purs héros… Dans le métro sous la pluie… Non dans la pluie sous le métro havec un téléphone miniaturisé comme dans Coplan et même sous le tir rasant des gatlings et le cocktail Molotov sous le bras ils harrivent encore à poster !

Nicolas dit: 16 mai 2017 à 22 h 13 min

Déjà que je ne suis pas aidé, que ca n’a pas beaucoup d’importance dans les commentaires de blog et qu’en plus j’écris de la superbe application mobile de la RDL autant dire que ce genre de faute d’hortohraphe (lol) est le dernier de mes soucis! Bisou

Delaporte dit: 16 mai 2017 à 22 h 13 min

Pire que les écrase-merde marrons :

« Le nouveau premier ministre a reçu un « blâme » pour avoir refusé de se plier aux lois votées après le scandale Cahuzac, qui l’obligeaient à livrer des informations sur son patrimoine. »

Un citoyen qui a peut-être des choses à cacher…

la vie dans les bois dit: 16 mai 2017 à 22 h 08 min

C’est simple en fait, la chasse aux « rosebud », c’est comme la chasse aux pokémon.
Tu trouves des signes.

Delaporte dit: 16 mai 2017 à 22 h 07 min

Nicolas dit: 16 mai 2017 à 22 h 04 min
Petite précision : des chaussures marron, « marron » adjectif invariable.

Nicolas dit: 16 mai 2017 à 22 h 04 min

D’accord avec vous Delaporte sur les chaussures marrons, avec une cravate noire en plus. N’imp !
Bere, je ne suis pas historien mais je pensais que D. faisait référence à Petain. Very simplement.
Si you toumarho

Delaporte dit: 16 mai 2017 à 22 h 00 min

A noter un élément qui détonne dans la tenue du premier ministre : ses chaussures marron. GQ a l’air de lui trouver des circonstances atténuantes. Pas moi. Il lui faudra bien vite corriger ce point de détail, pour se couler dans la silhouette type du locataire de Matignon.

bérénice dit: 16 mai 2017 à 21 h 44 min

Lvdlb, vous savez que nos propos sont à faible portée pourquoi dépenser tant d’énergie à la critique, au dénigrement , ne ressentiriez-vous pas parfois l’impression d’être une parente éloignée d’un personnage célèbre de Cervantès et ceci dans un contexte où il nous est encore permis d’espérer 1 million d’emplois pour développement d’une économie Verte. La pays en a grand besoin et bien ce nouveau venu ne puisse afficher plus blanc que blanc, espérons qu’il initie une politique qui respecte la nécessité et l’engagement du président à honorer l’eau, l’air et l’écologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*