de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

Littérature étrangères

Conversation d’Eckermann avec Jean-Yves Masson

829

commentaires

Sans Goethe, qui connaîtrait Eckermann ? Le cas n’est pas isolé dans l’histoire, et pas seulement dans celle de la littérature. Sauf que celui-ci est particulièrement saillant dans la mesure où il éclate dès la couverture des fameuses Conversations avec Goethe (Gespräche mit Goethe in den letzen Jahren seines Lebens) que Johann Peter Eckermann (1792-1854) publia une première fois en 1836, et dont il publia une nouvelle version enrichie en 1848. Ce portrait du Maître en mouvement perpétuel, offert au public avec ses esquisses dans leur saisissante vérité, devint rapidement un classique ; comme les Propos de table de Luther, l’un et […]

lire la suite .../ ...
Comment j’ai traduit « Last exit to Brooklyn »

Comment j’ai traduit « Last exit to Brooklyn »

Jean-Pierre Carasso

13

commentaires

Tout le monde (ou presque) doit connaître cette plaisanterie : le restaurateur dit à un client : « Comment avez-vous trouvé votre bifteck ? » Le client : « Par hasard, en soulevant une frite. » À la question : « Comment avez-vous traduit Last Exit to Brooklyn ? » je suis tenté de répondre par le même genre de pirouette : « Avec les plus grandes difficultés ! » Pour commencer, il nous a fallu, à Jacqueline Huet et à moi, consentir l’effort de surmonter une vraie répugnance à certains des traits les plus sordides des descriptions d’Hubert Selby Jr. Les filaments de vomi sanguinolents du malheureux troufion passé à tabac ; le mélange de sperme, d’urine et […]

lire la suite .../ ...
Comment les mots de Cortazar ont traduit les dessins de Cedron

5

commentaires

Parlons traduction et histoire, car tout est lié dans cette œuvre majestueuse créée en France en 1977, traduite et publiée en 2013 La racine de l’ombú, un inédit d’Alberto Cedrón et Julio Cortázar. Mais les mots clairvoyants que Cortázar a mis sur les dessins fantastiques (dans les deux sens du terme) de Cedrón ne sont-ils pas aussi une forme de traduction (c’est d’ailleurs ce qu’il laisse entendre dans sa préface, même s’il n’utilise pas ce mot) ? LE CONTEXTE D’ABORD Il y a à Buenos Aires des trésors littéraires inestimables. Des ouvrages en langue espagnole, française et anglaise, l’Argentine ayant toujours été […]

lire la suite .../ ...
Dona Tartt, l’oiseau rare

Dona Tartt, l’oiseau rare

Marie Tourres

17

commentaires

Donna Tartt affiche une chevelure noire corbeau taillée au cordeau, un mince sourire impénétrable et n’accorde que quelques apparitions choisies dans les media comme sur la scène littéraire. A force de discrétion énigmatique, elle s’est forgée une réputation d’auteur culte. A travers le monde, des fans obsessionnels lui vouent une dévotion vertigineuse, un rien gothique. Ils alimentent via internet les interprétations les plus diverses de ses œuvres, se languissent en attendant de potentielles bribes d’information sur la sortie d’un prochain opus, commentent rumeurs et mystifications au sujet de la Dame : est-ce réellement la voix de TS Eliott sur son répondeur ? […]

lire la suite .../ ...
Qui est Joseph Castorp ?

Qui est Joseph Castorp ?

Elisabeth Monteiro Rodrigues

42

commentaires

En 2012 paraissait au Portugal O teu rosto será o último qui consacre l’entrée en littérature de João Ricardo Pedro. Le roman connaît aussitôt un immense succès critique et public. Il y est question de l’agonie de la dictature salazariste, des ravages de la guerre coloniale, de la transmission et de l’inscription dans l’histoire. On y découvre la fresque de la famille Mendes sur trois générations : le grand-père Augusto, médecin de campagne dans un village « au nom de mammifère », son fils António traumatisé par la guerre coloniale en Angola, son petit-fils Duarte pianiste virtuose. Je voudrais partager ici le […]

lire la suite .../ ...
Mourir… dormir, dormir ! Rêver peut-être !

482

commentaires

Est-ce le roman de la disparition ou celui du sommeil ? A moins que ce ne soit l’un dans l’autre, ce qui disparaît de nous lorsque nous nous abandonnons au sommeil. Katharina Hagena a si bien enchevêtré les deux dans son deuxième roman L’Envol du héron (Vom Schlafen und Verschwinden, traduit de l’allemand par Corinna Gepner, 380 pages, 22 euros, Editions Anne Carrière) qu’on s’y laisse prendre. Sa construction n’a pourtant rien de machiavélique, rien de sophistiqué non plus. Au contraire, la fluidité et la douceur même pour faire surgir de page en page le lien secret entre ses trois personnages. Celle […]

lire la suite .../ ...
Shakespeare, toujours aussi déconcertant

851

commentaires

Déconcertant : c’est le mot. Celui qui revient le plus souvent pour évoquer les comédies de Shakespeare. Leur interprétation y semble ad infinitum.  On dit de cet univers qu’on peut s’y perdre comme dans l’ordonnancement labyrinthique d’un jardin anglais. Leur structure est pleine d’énigmes. Dès qu’en surgit la part dissimulée le doute envahit le lecteur/spectateur (la, précision s’impose car on en connaît qui n’apprécient pas Shakespeare au théâtre mais s’en régalent lorsqu’ils en tournent les pages). On aura beau ranger ces comédies sous l’étiquette bien commode de « maniériste », avec tout ce que cela suppose d’énergie dans le scepticisme, il en faudrait […]

lire la suite .../ ...
La vérité, version John Le Carré

618

commentaires

J’avoue avoir eu une pensée émue pour John Le Carré le 9 novembre 1989. Ce jour-là, on a pu craindre que la destruction du mur de Berlin ne le réduise au chômage technique, la chute des régimes communistes en Europe ne tardant pas à entraîner l’effondrement de l’Union soviétique et la dissolution du Pacte de Varsovie. Mais Berlin demeurait dans l’imaginaire collectif le siège même de la guerre froide. C’est bien là que tout avait commencé pour David Cornwell lorsque cet agent du MI6 à Hambourg trouva un pseudonyme qui ne tournait pas rond, par son regard happé à la […]

lire la suite .../ ...
Traduire, une histoire de maux

Traduire, une histoire de maux

William Desmond

3

commentaires

Le Monde a publié, en 2008, un article sur un traducteur reconnu, Pierre-Emmanuel Dauzat. Comme tous mes collègues ayant lu ce papier, je n’ai pu m’empêcher de tiquer sur une affirmation rapportée par le journaliste qui l’interrogeait : P-E Dauzat prétendait en effet qu’il traduisait de plusieurs langues, même de celles qu’il ne connaissait pas. Ou P-E Dauzat est un plaisantin (ce que je ne crois pas, comme l’atteste son œuvre de traducteur) ou le journaliste s’est laissé berner par une boutade destinée à voir jusqu’où pouvait aller sa crédulité. On peut cependant faire de cette provoc le départ d’une […]

lire la suite .../ ...
Le Booker Prize 2013 : une pépite

Le Booker Prize 2013 : une pépite

Marie Tourres

0

commentaire

De la Nouvelle-Zélande, on connaissait surtout le haka des All Blacks. Le roman d’Eleanor Catton n’en impose pas moins. The Luminaries vient d’être récompensé par le Man Booker Prize. Sans même évoquer le prestige dont ce prix auréole chaque année un écrivain du Commonwealth, la lauréate 2013 est un véritable phénomène. Eleanor Catton peut en effet se prévaloir d’un multiple record dans l’histoire du booker prize : à 28 ans, elle est le plus jeune auteur récompensé, à l’unanimité, pour le plus long roman – 832 pages –, et l’un des deux seuls écrivains néo-zélandais primés. La performance a de quoi impressionner […]

lire la suite .../ ...