de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

Non classé

N° 11 Bossus & cockers studies

19

commentaires

Le subjonctif et les écrouelles (abcès du cou, d’origine tuberculeuse). Après son couronnement, le roi effleurait du doigt les écrouelles en disant : « Le roi te touche, Dieu te guérit. » C’était un peu fanfaron, pour ne pas dire bravache. À partir de 1722 (sacre de Louis XV), la formule devint plus prudente : « Le roi te touche, Dieu te guérisse. » * Uncle·aunt Sam·e. Chez les éditeurs américains, des sensitivity readers traquent dans les manuscrits la moindre trace de racisme, de sexisme et de grossophobie. * (Suite) Création, dans de nombreuses universités américaines, de Fat studies. Pas encore de Stupid studies. * (Suite) Le […]

lire la suite .../ ...
N° 10 La clef au comble du bonheur

3

commentaires

Houellebecq se marie. Le maire lui tend son livret de famille. Houellebecq se retourne et le transmet à Samuelson, son agent littéraire. * Clef / clé. Quelle histoire ! personne n’est d’accord. Voici ce que dit le TLF (Littré admet les deux graphies et ne les discute pas) : « Buben, 1935, § 5 et 198, explique que c’est d’un pluriel clés qu’on a tiré une nouvelle graphie du singulier clé, admise aujourd’hui au même titre que clef, et que c’est grâce à la variante orthographique clé que la prononciation par [e] fermé persiste dans le mot. La plupart des dictionnaires admet clef […]

lire la suite .../ ...
Bernard Buffet jamais loin des livres et des écrivains

1176

commentaires

On n’imagine pas que l’artiste qui consacra des expositions à l’Enfer de Dante, au Quichotte, à Vingt mille lieues sous les mers, à l’Odyssée n’ait pas été d’abord un grand lecteur tant ces choix témoignent d’une proximité, sinon d’un commerce ancien et permanent, avec la littérature en ses classiques. De ses lectures de jeunesse il a longtemps conservé la trace mnésique ; elles ne l’ont jamais quitté, notamment le Grand Meaulnes d’Alain-Fournier, l’Hôtel du nord d’Eugène Dabit, la poésie de Rainer Maria Rilke et les Souffrances du jeune Werther de Goethe, un livre dont il avait mémorisé des passages au point […]

lire la suite .../ ...
David Cornwell lève le voile sur John Le Carré

1517

commentaires

« A 20 ans, on est achevé d’imprimer ». Simenon en avait fait un adage. Appliqué à un écrivain, il n’a jamais été aussi vrai que dans le cas de David Cornwell alias John le Carré. Abandonné par sa mère à l’âge de 5 ans, il fut élevé par un père impossible, lequel apparaît dès la troisième ligne de la première page de ses Mémoires et ne le lâche plus jusqu’à la fin de son récit. Pour l’enfant, ses parents étaient un mystère ; ils le sont restés pour l’homme au soir de sa vie. Tout romancier est un menteur. Celui-ci étant l’un des […]

lire la suite .../ ...
La guerre vue par le regard des appelés d’Algérie

990

commentaires

De tous les points de vue exprimés dans des livres sur la guerre d’Algérie, c’est encore celui des appelés qui fait le plus défaut. Il y a bien des témoignages mais isolés, parcellaires et le plus souvent littéraires. L’originalité de Lettres filmées d’Algérie (inclus un DVD-vidéo de plus de 2 heures d’archives, 360 pages, 35 euros, nouveau monde éditions) est de nous inviter à faire un pas de côté car on voit toujours mieux de biais. Grâce à l’historien Jean-Pierre Bertin-Maghit, auteur déjà remarqué pour ses recherches sur les documenteurs de l’Occupation, on ne contente pas de les écouter parler : on […]

lire la suite .../ ...
Big Orwell

Big Orwell

593

commentaires

Quoi de neuf ? 1984. S’il est un classique d’une brûlante actualité, c’est bien le roman de George Orwell (1903-1950). Il est pourtant paru pour la première fois en français en juin 1947 chez Gallimard dans la traduction d’Amélie Audiberti. Depuis, il n’a cessé d’être lu, analysé, disséqué, comparé, commenté, imité. Nombreuses sont les œuvres littéraires, philosophiques, poétiques, cinématographiques, télévisuelles, théâtrales qui lui doivent quelque chose. Parfois, l’essentiel. Le cas actuellement du 2084, le roman de Boualem Sansal qui détient probablement pour cette rentrée le record de sélections sur les listes des prix. Aux trois grands empires Océania, Eurasia, Estasia, auxquels […]

lire la suite .../ ...
Pour ceux qui aiment vraiment le théâtre

172

commentaires

Au fond, qu’est-ce que le théâtre ? Peut-être quelque chose comme ça. Nous sommes en 1943 à Auschwitz. Une française du nom de Charlotte Delbo, déportée pour faits de résistance, réussit à échanger à des Gitanes une ration de pain contre un petit livre qu’elles avaient volé entre autres choses : une édition du Misanthrope dans la collection des Petits Classiques Larousse. Chaque soir, celle qui avait été avant-guerre l’assistante de Louis Jouvet de l’Athénée en apprenait quelques pages par cœur ; chaque matin elle se les récitait durant les heures interminables passées debout dans le froid dans la cour au moment de […]

lire la suite .../ ...
Gonzalo du lac, ou le bond du perturbateur

538

commentaires

C’est un théâtre au bord de l’eau. D’ailleurs, on l’appelle comme cela quand on ne dit pas Vidy. Cet endroit semblable à peu d’autres est à Lausanne et à l’entracte, ou au souper, on peut effectivement tremper l’orteil dans le Léman. On dit que le miracle de ce lieu tient à cette proximité, à ce concept du Théâtre-Maison qui a longtemps été l’apanage du théâtre russe. René Gonzalez y avait très provisoirement posé ses bagages en 1990. Le metteur en scène Mathias Langhoff, alors à la tête de Vidy, l’y avait appelé pour lui succéder. Il savait qu’il pouvait compter sur […]

lire la suite .../ ...
Vers un humanisme numérique

Vers un humanisme numérique

898

commentaires

Convenons qu’il ne va pas de soi d’accoler deux mots a priori aussi antinomiques que « humanisme » et « numérique ». On se frotte les yeux. On doit à l’historien des religions Milad Doueihi, l’un des rares à avoir entrepris une anthropologie de l’homo numericus dès sa naissance, d’avoir répandu l’expression dans le public par ses essais et ses articles. Il y est revenu à l’occasion d’une conférence prononcée il y a un peu plus d’un an et reprise dans un bref livre intitulé Qu’est-ce le numérique ? (55 pages, 7 euros, Puf). Un titre qui sonne hélas un peu comme « Le numérique pour […]

lire la suite .../ ...
Les prix littéraires : des accélérateurs de particules

489

commentaires

C’est rare, un observateur de la chose littéraire qui ose parler des Prix sans les réduire systématiquement à la corruption, aux magouilles et aux manœuvres. Rare, appréciable et au fond assez gonflé car cela lui sera reproché par ceux qui n’ont rien d’autre à en dire. Quelque chose de positif. Par exemple que les Prix font lire, qu’ils font tourner les librairies, qu’ils permettent parfois de soutenir les écrivains de manière sonnante et trébuchante, qu’ils constituent d’excellents cadeaux et qu’ils focalisent l’attention du public à l’automne ce dont on ne saurait se plaindre. Le romancier Tanguy Viel a parfaitement nommé le […]

lire la suite .../ ...