de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres

Poésie

Traduire la poésie d’idées de Javed Akhtar

Traduire la poésie d’idées de Javed Akhtar

Vidya Vencatesan

6

commentaires

Javed Akhtar est l’une des voix les plus justes de la poésie ourdoue contemporaine. Elle exprime une sensibilité postmoderne, radicalement différente des autres voix de sa génération. Il habite les deux mondes de la métaphysique et du concret avec la même facilité ; entre eux ni opposition ni hiérarchie. Exemple de l’hétérotopie qu’évoque Michel Foucault, sa poésie est une invitation à découvrir d’autres mondes encore, des lieux qui permettent de contester, des lieux de doute, de clair-obscur, d’autres mondes que ceux qui nous sont familiers. Héritier d’une riche tradition poétique familiale, Javed Akhtar réussit pourtant à trouver un mode d’expression dont le timbre frais […]

lire la suite .../ ...
La religion de la poésie selon Yu Jian

La religion de la poésie selon Yu Jian

Françoise Siri

1

commentaire

Yu Jian est impassible, comme une statue de bronze, sur la scène de la Maison de la Poésie de Paris. On devine, derrière le masque du visage, une fébrilité, une inquiétude et une grande attention. Il commence par lire en chinois, avant d’être traduit. Sa langue est très musicale : il répète souvent le même son, comme une litanie, comme un martèlement, par exemple celui du mot qui signifie “mur” et qui donne son titre à un poème de son tout dernier recueil. Le mur, le mur qui enferme les hommes en Chine, le mur dans la culotte des garçons […]

lire la suite .../ ...
Le droit inaliénable du poète en fin de droits

1285

commentaires

Vous, je ne sais pas ; mais moi, je n’y comprends rien à ce conflit des intermittents du spectacle. L’affaire a tout de la patate chaude que l’on se refile de gouvernement en gouvernement, de ministre de la Culture en ministre de la Culture (ici les dernières propositions d’Aurélie Filippetti) en espérant chaque fois l’envelopper dans une serviette pour ne pas se brûler, le temps que passe l’été de tous les dangers en raison des menaces d’annulations qui résonnent comme autant de mises à mort des festivals. La grève ? Pas vraiment la solution. A titre d’exemple, 80% des intermittents du […]

lire la suite .../ ...
François d’Assise, écrivain visionnaire

François d’Assise, écrivain visionnaire

Philippe Godoy

7

commentaires

Une belle parution dans le domaine de l’édition : la publication de  Cantique  de frère Soleil  par François d’Assise. Pourquoi être enthousiaste de cette parution en France ? Tout d’abord, elle rentre dans l’actualité universitaire puisque ce texte est au programme de l’agrégation d’italien; mais surtout c’est un texte fondateur de la littérature italienne, bien au-delà de son  mystique. Il a été composé à une époque où le latin était encore langue officielle (1225). Or il est écrit en dialecte d’Ombrie, une des sources de la langue italienne moderne, d’où  sa lisibilité aujourd’hui. A cet intérêt linguistique, s’ajoute une vision du cosmos, révélatrice […]

lire la suite .../ ...
Comment Baudelaire est entré par effraction dans un vers de Brodsky

771

commentaires

Déjà, une maison d’édition qui a inventé de s’appeler « Les doigts dans la prose », cela donne envie d’y aller voir, d’autant qu’elle annonce fièrement militer « en faveur de l’édition élégante, élitiste et durable pour tous » ; plus encore si elle donne à lire des poèmes de Joseph Brodsky (1940-1996), dont l’œuvre fut couronnée par le prix Nobel de littérature en 1987; et notre curiosité est à son acmé si elle ose les publier en en proposant quatre versions différentes superposées, histoire de nous permettre de comparer dans l’instant. Le cas de ses Vingt sonnets à Marie Stuart (192 pages, 18 euros, […]

lire la suite .../ ...
La poésie de Philippe Jaccottet comme une lame creusant dans l’opaque

766

commentaires

Si le comité Nobel de l’Académie suédoise, régulièrement sollicité en ce sens depuis des années, se décidait un jour à laurer Philippe Jaccottet, nul doute que ce volume d’Oeuvres (1728 pages, 59 euros, La Pléiade/ Gallimard) y serait pour beaucoup. Par « Œuvres », il faut entendre l’œuvre poétique. Encore faut-il s’accorder sur ce qui en relève. Le sommaire est éloquent. Il est le quinzième auteur à entrer de son vivant dans le temple, quatrième suisse à y être convié après Rousseau, Cendrars et Ramuz, mais-ceux-là à titre posthume ; encore est-il davantage fêté en France qu’en Suisse, où on l’étudie plus qu’on […]

lire la suite .../ ...
Jean Rigaud, poète, en cours de découverte

Jean Rigaud, poète, en cours de découverte

Nadia Katz

11

commentaires

Jean Rigaud (1924-2005) s’est trouvé très jeune projeté hors de la norme quotidienne. Passant de la Khâgne à la Résistance, il est entré dans Paris en Août 1944 sur un char de la Division Leclerc, avant de s’enrôler, pour la durée de la guerre, dans le Premier Régiment de Parachutistes. Il a ensuite consacré une grande partie de sa vie aux mythes grecs et à l’histoire des religions. Sont-ce là les fondements qui l’ont amené à porter sur le monde un regard singulier où le temps et l’espace n’obéissent plus à la mesure commune, mais à une recomposition subjective ? Toujours est-il […]

lire la suite .../ ...
Deux poèmes inédits de Sappho

Deux poèmes inédits de Sappho

DIRK OBBINK

An “Oxford secret” is supposed to be a secret you tell one person at a time. Add social media and it’s across the world within hours, often in garbled form. In this case, the “secret” was the discovery on a fragment of papyrus of two new poems by the seventh-century BC Greek poetess, Sappho. The first concerns her brothers, “The Brothers Poem” for short. The second, “The Kypris Poem”, is about unrequited love and addressed to Aphrodite (by her other name, “Kypris”). The full evidence will be presented in an article in Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik (2014), and I am grateful to the […]

lire la suite .../ ...
2014 : Voeux à volonté !

2014 : Voeux à volonté !

556

commentaires

 « Qui le connaît, celui qui détourna sa face du Réel pour la plonger dans un autre réel que seules les pages vite tournées interrompent parfois violemment ?   Sa mère même ne serait sûre que c’est bien lui qui lit ce que son ombre abreuve. Et nous qui possédions les heures, savons-nous combien lui en échappèrent   jusqu’à ce qu’il levât péniblement les yeux : dressant sur ses épaules ce que le livre recelait, avec des yeux qui, loin de prendre dans le don se heurtaient à la plénitude du monde : ainsi des enfants calmes, ayant joué tout seuls, découvrent soudain ce […]

lire la suite .../ ...
Jacques Dupin, corps clairvoyant

Jacques Dupin, corps clairvoyant

Bernard Pokojski

8

commentaires

Nous savions tous que Jacques Dupin était né ce 4 mars 1927 à Privas, en Ardèche et depuis peu qu’à Paris il referma ses yeux, le 27 octobre de l’an 2012… mais puisque mourir est moins que pisser… Jacques Dupin vivra alors ses premières années dans sa ville de naissance à l’asile psychiatrique que dirigeait son père, médecin. Mais cela ne l’empêchera nullement de noter « dès le premier jour de ma vie derrière les barreaux des fenêtres de la folie, une note de lumière ». Dans la bibliothèque paternelle il découvrira Proust, Balzac, Baudelaire, Rimbaud et Mallarmé. Ajoutons à […]

lire la suite .../ ...