de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
Comment on est passé de « Fatma de Prisunic » à « Bayadère de carnaval »

Comment on est passé de « Fatma de Prisunic » à « Bayadère de carnaval »

S’il est un classique qui a éprouvé de longue date les foudres du politiquement correct, c’est bien Hergé. Son œuvre ayant régulièrement été dénoncée comme colonialiste, raciste et misogyne, il s’était résolu dès l’après-guerre à la modifier dans les rééditions de ses albums. Non par conviction mais pour céder aux pressions de son éditeur lui-même soumis à la pression des associations ad hoc (en deux mots). Pour lui, la cause était entendue : il s’agissait de « Noirs de fantaisie », caricaturaux comme tous les personnages de son oeuvre. L’examen de sa correspondance avec Casterman est à cet égard édifiant.

La refonte de ses albums avait commencé pendant l’Occupation mais pour des raisons purement techniques (mise au format etc). Après la guerre, il s’agira aussi de rectifier le tir. Techniquement mais aussi moralement et politiquement. Très tôt soucieux de faire accéder son héros à l’universel, Hergé l’avait de fait rendu de moins en moins belge et catholique, de plus en plus européen et laïc. En 1946, Casterman lui avait forcé la main pour « blanchir » une mère et son bébé, le portier d’un hôtel ainsi qu’un gangster, tous noirs de peau, dans Tintin en Amérique. A la demande de Simon&Schuster, il en fit autant dans Le Crabe aux pinces d’or tout en se défendant de blanchir les personnages ainsi qu’il s’en expliqua dans une lettre :

« Ils sont, dirais-je, de race indéterminée. On voit qu’ils ne sont pas de « chez nous », mais quant à savoir d’où ils sont, mystère… Le souhait de l’éditeur américain était : pas de Noirs. Et pas plus de bons Noirs que de mauvais Noirs. Car les Noirs ne sont ni bons ni mauvais : ils n’existent pas (comme chacun le sait aux USA)… ».

Le matelot noir du Karaboudjan ne l’étant plus, les insultes durent s’adapter et passer de « Moricaud ! Anthracite ! » à « Emplâtre ! Doryphore ! ». Sauf que ces aménagements à l’intention du public américain s’étendirent également à tous les lecteurs. L’Etoile mystérieuse reflétant un peu trop l’air du temps de sa création (1941), après la guerre le quartier général des « méchants » se déplaça de New York à Sao Rico, capitale d’un Etat imaginaire ; leur chef, le banquier Blumenstein, fut rebaptisé de manière plus anodine Bohlwinkel, ainsi que l’on nomme les confiseries du côté de Bruxelles, et la courbe de son nez, rectifiée… Ce qui n’empêcha pas une Madame Bohlwinkel de s’en plaindre auprès d’Hergé !

Pour la refonte de l’Île noire en 1965, il s’agissait avant tout de moderniser des détails (voitures, paysages, billets de banque) ou de corriger des erreurs (uniformes des policiers censés être ceux du Sussex, architecture des maisons etc). Mais deux ans après, pour celle de Coke en stock, Hergé dut désamorcer tout reproche de racisme envers les Noirs et les Arabes. On lui demanda d’atténuer les traits des pèlerins se rendant à la Mecque, d’éviter que des personnages parlent « petit nègre ». C’est ainsi qu’une dizaine de vignettes virent leur lexique bousculé, « Toi, pas te fâcher, missié » se métamorphosant en « Ecoute, m’sieur… Faut pas te fâcher… », les « nègres » en « noirs », « la graisse d’anthracite » en « graisse de hérisson », un « par la barbe de votre prophète ! » très mal vu par un plus œcuménique « par tous les diables ! », le très imagé « bougres de zouaves à la noix de coco » en « bougres d’ectoplasmes à roulettes » et l’historique « Fatma de Prisunic ! » cédant la place à « Bayadère de carnaval » !

Quant à Tintin au Congo, quoique refondu, il était introuvable car épuisé, moins par crainte de la réaction des Africains que par « celle des pro-Africains de France » comme disait le dessinateur par allusion au lobby intello-tiers-mondiste. Il dut menacer son éditeur de rééditer l’album ailleurs pour ce que lui-ci consente à le faire circuler à nouveau en 1970. Ce qui n’empêchera pas alors les écologistes de demander son remaniement au motif qu’on y massacrait gazelles, crocodiles, serpents et buffles ! Pas question de céder. Un avertissement fut juste concédé en liminaire.

De nos jours, l’air du temps n’a jamais été aussi favorable aux associations antiracistes qui, depuis des années, exigent que Tintin au Congo soit cantonné au rayon » Adulte » des librairies ; elles aimeraient, à force d’actions en justice, que l’ouvrage soit retiré de la vente ou, à tout le moins, précédé d’un avertissement dénonçant « ses préjugés racistes » de manière à « repositionner l’album dans son contexte historique ». Comme Mein Kampf et les pamphlets de Céline ! D’autres fronts pourraient s’ouvrir. Pas de quoi déboulonner son statut mais tout de même. Tintin étant racisé depuis des dizaines d’années, va-t-on désormais s’aviser de ce qu’il est étrangement genré ?

(« Tintin au Congo », Hergé/ Moulinsart)

Cette entrée a été publiée dans Bandes dessinées.

1430

commentaires

1 430 Réponses pour Comment on est passé de « Fatma de Prisunic » à « Bayadère de carnaval »

Jazzi dit: à

« qu’il y avait aussi des colonies de vacances pour les petits africains. »

Des vacances en ghettos ou des ghettos de vacances !?

renato dit: à

« Toujours préférer l’hypothèse de la connerie à celle du complot. La connerie est courante. Le complot demande un esprit rare. »
Michel Rocard

B dit: à

Je rappelle pour finir que le post supposé incriminé par Sasseurcuisineaubeurre est vraisemblablement celui adressé à celui o7 celle qui emprunte Marc comme pseudo , est-ce une preuve à l’appui de l’identification ? Ce serait logique et je ne me serais pas trompée? C’est grotesque, Christiane a repéré  » des flèches empoisonnées » au sujet de ce pseudo nouvellement apparu, au curare, les flèches? Cela reste en suspens.

et alii dit: à

Melanie est demandeuse de rencontres pour faire connaître son association des « bouches du rhône »;c’est aux journalistes de se bouger;voilà pourquoi je l’ai indiqué sur la RDL, pas pour supporter des erdélien-ne-s

Jazzi dit: à

« Ce midi je mange du maquereau aux endives. »

Jicé fait le maquereau et toi l’endive, D. ?

et alii dit: à

remarque l’agisme est considéré comme un racisme:
or c’est un retraité de 9O ans qui a percé le mystère
de l’érection des pierres de Stonehenge:c’est sur artnet

Jazzi dit: à

Elle est au courant Mélanie que vous racontez sa vie sur ce blog, et alii ?

B dit: à

effets.

j’avoue faire partie d’un cluster, qui me préserve de cette infection.

Pour une fois, vous retrouvez le fil de la raison tant il est préférable de ne pas être positif pour toutes les maladies infectieuses. On ne peut pas cocher toutes les cases non plus, mieux vaut qu’il en manque.

et alii dit: à

qu’elle

et alii dit: à

QU’ON ME nous MONTRE LA SUPPOSEE LETTRE DE P.Assouline SUR CE BLOG!

et alii dit: à

Mélanie m’a raconté que son fils avait fait ses études d’ingénieur au Canada et qu’il était retourné en Afrique comme consultant (fonctionnaire)
qu’lle travaillait à l’alphabetisation,et que la mairie organisait des voyages en car;
qu’il y avait aussi des colonies de vacances pour les petits africains.

B dit: à

Voir en dernière date, la vieille marginale, veulerie personnifiée, dont l’ethylisme ne lui permet plus de comprendre si c’est le jour ou la nuit.

Je rappelle à l’assistance sans frontières que je ne bois jamais, que ces accusations sont pure diffamation, je ne suis ni marginale, ni alcoolique, ni erotomane, ni rattachée à ordre des vanités. Cette dame rendue folle de haine et de jalousie au prétexte de sa position et de son pignon sur rue assez phallique il est vrai se croit en droit de mépriser d’honnêtes personnes dont je suis. Elle est la méchanceté personnifiée et ne tolère pas que ceux qu’elle a dans le collimateur pour des raisons insensées puissent être présent ici. Folle tout court, de jalousie injustifiée, adepte du racisme social, le reste d sa mentalité erratique à l’avenant. Appréciez sa nymphomane si vous voulez, je ne suis pas intéressée car non lesbienne ni d’ailleurs pédophile au féminin, ni mère incestueuse, ni prostituée de bas etage ou haute volée, pas speculatrice, pas de compte en Suisse au propre et au figuré, pas menteuse, pas toxicomane non plus pas plus qu’à la rue . Je ne suis responsable de la mort de personne. Voila pour la prétendue marginalité.

Jazzi dit: à

« Tu es et alii et sur cet et alii j’établis mon atelier d’écriture »
Passou, dans l’une de ses lettres aux erdéliens !

B dit: à

Voir en dernière date, la vieille marginale, veulerie personnifiée, dont l’ethylisme ne lui permet plus de comprendre si c’est le jour ou la nuit.

Je rappelle à assistance sans frontières que je ne bois jamais, que ces accusations sont pures diffamation, je exquis ni marginale, ni alcoolique, ni ottomane, ni rattachée à ordre des vanités. Cett3 dame rendue folle de haine et de jalousie au prétexte de sa position et de son pignon sur rue assez phallique il est vrai se croit en droit de mépriser d’honnêteté personn3s dont je suis. Elle est la méchanceté personnifiéd et je tolère pas que ceux qu’elle a dans le collimateur pour des raisons insensées puissent être présent ici. Folle tout court, de jalousie injustifiée, adepte du racisme social, le reste d sa mentalité erratique à l’avenant. Appréciez .

Jazzi dit: à

« Je ne sais pas parler de la mer. Tout ce que je sais c’est qu’elle me débarrasse soudain de toutes mes obligations. Chaque fois que je la regarde, je deviens un noyé heureux. »
Romain Gary de Nice

et alii dit: à

SI CE BLOG ETAIT UN ATELIER D ECRITURE ET QUE P.ASSOULINE avait voulu l’orienter en ce sens, il l’aurait précisé en désignant des porte parole.

D. dit: à

Ce midi je mange du maquereau aux endives.

B dit: à

Vous disposez d’une…etc. Sans oublier vos costumes d’emprunt.

et alii dit: à

la dame mélanie de la côte d’ivoire m’apprend qu’il y a à marseille une association de gens noirs de la côte d’ivoire dont elle est la présidente depuis 90 et qu’ils organisent des expos dans les mairies etc;
avec renseignements de première main sur la « traite négrière » elle a prononcé le mot;donc voilà pour les journalistes une source d’enquête;
le neveu de mélanie était recteur ;il vient de mourir.

Jazzi dit: à

Depuis quand les phrases se terminent-elles par un point-virgule ?

B dit: à

Une bestialité de la part de contributeurs, all inclusive, qui eux, hélas, ne laissent plus aucun doute sur leurs faits et gestes, peu reluisants, rapportés ça et là, soit par eux-mêmes, soit à l’occasion de psychodrames, dont le commentarium est la salle des échos, la cause et les effets.

Il est vrai qu’avec votre colllection d’insultes vous êtes en mesure de rivaliser avec certains que je ne citerai plus. Quant aux faits et gestes, vous atteignez le sommet du déni, tout inclus. Regardez vous encore un peu pour mieux vous voir et relisez vous. Visualisez d’une critique à plusieurs vitesse. Génie sans bouillir, l’important souvent, c’est que cela mousse. C’est d’un bel effet.

et alii dit: à

j’ai prévenu que je n’entrerais plus en conversation avec celles et ceux qui ne travaillent pas d’un peu près sur le billet et m’agressent de dépit , pour se mettre en avant ;

Jazzi dit: à

« LA VIE DEVANT SOI GARY est en folio »

En voilà une nouvelle qu’elle est fraîche, et alii !

Jazzi dit: à

« gary »

à une lettre près, il était gay !

Jazzi dit: à

« Marilyn Dead »

Au même âge que l’enfant de la photo, j’ai découvert pareillement la une des journaux ce jour-là !

Jazzi dit: à

« notre vie entière n’est que prostitution… »

Tu veux pas nous raconter ta vie de pute, JiCé ?

Jazzi dit: à

Sant’Angelo Giovanni tel qu’en lui-même, obsédé par le grand capital qui lui piquerait ses économies !

Jazzi dit: à

« j’avoue faire partie d’un cluster, qui me préserve de cette infection. »

Marie Sasseur nous fait encore son complexe de l’appartenance à une élite. Celle du diner de cons dont, à coup sûr, elle se croit la reine !

Jazzi dit: à

« Je pose une question à TOUTES les télés : Pourquoi avez-vous flouté le visage de ces ordures ? »

N’est-ce pas la loi ?
Idem pour le sexe des enfants.
Auquel cas, il faudrait poser la question aux députés et aux sénateurs…

Bloom dit: à

Je pose une question à TOUTES les télés : Pourquoi avez-vous flouté le visage de ces ordures ? Par crainte que l’on puisse les reconnaître , les identifier et les interpeller ?

Leurs attributs vestimentaires parlent d’eux-mêmes, de même que les objets utilisés pour rouer de coup la victime. Ils sont une cinquantaine dans le quartier: le but n’est pas de les exhiber à la vindicte populaire, mais de les arrêter, d’établir leur culpabilité et de les juger.
On n’est pas encore tout à fait dans la minute de Haine à la Orwell. Rien de plus dangereux que la vindicte populaire.

Sant'Angelo Giovanni dit: à

…mercredi 5 juillet 2020 à 8 h 34 min.

…quand, tout est du domaine de  » l’économie « ,…en tout genres,…à subconscient de générosités pour des profits escomptés; avec ruses, presque sans limites,…
…au genre,  » J.R. Dallas « ,…& Pubs,…
…de subterfuges de banditismes imputés aux hasards des évènements  » provoquées « ,…

…la pandémie au covid-19,…peut, aussi bien, résultée,…de spéculations capitalistes planifier, pour réduire le nombres des vivants, à nourrir et à ménager en commun, sur terre,..
…la pandémie comme une  » Shoah « , sans noms, la guerre officielle, sans ennemis, une collaboration motus et bouches cousues,!…
…entre identités d’états complices intérieures aux profits.
…C.Q.F.D.

Marie Sasseur dit: à

# « vous vous ne supportez pas d’être identifiée à ce que vous montrez de vous  »

C’est faux. Mais c’est à nuancer.
C’est faux, car des réflexions qui avaient prétention à vouloir personnaliser, à la suite de commentaires, ont été plus d’une fois amusantes. Je veux bien en être complice, d’ailleurs, sans que ce qui légitime un égo en soit altéré.

C’est faux, et en même temps, ça l’est moins, quand une véritable volonté de nuire se met en place. Un tabassage pervers, comme celui d’une secte.
Voir en dernière date, la vieille marginale, veulerie personnifiée, dont l’ethylisme ne lui permet plus de comprendre si c’est le jour ou la nuit.
Une bestialité de la part de contributeurs, all inclusive, qui eux, hélas, ne laissent plus aucun doute sur leurs faits et gestes, peu reluisants, rapportés ça et là, soit par eux-mêmes, soit à l’occasion de psychodrames, dont le commentarium est la salle des échos, la cause et les effets.

j’avoue faire partie d’un cluster, qui me préserve de cette infection.

rose dit: à

À part la fin (je ne comprends pas le.merveilleux cadeau) bel interview de Gary à la Paz, 5000 mètres écrivant sur les éléphants et l’Afrique et recevant son premier prix Goncourt.

JiCé..... dit: à

Pourquoi nous adorons les prostituées ?
Ben, c’est évident, notre vie entière n’est que prostitution…Entre putes, on s’entraide, on s’estime, on se respecte !

JiCé..... dit: à

Mercredi 5 août 2020, 5h33

….Euh, non…rien !…les nuits du 4 août ne sont plus ce qu’elles étaient…

et alii dit: à

Les Racines du ciel est un roman de Romain Gary publié le 5 octobre 1956 aux éditions Gallimard. L’œuvre a obtenu le prix Goncourt la même année.
le tchad, des éléphants à sauver

et alii dit: à

« : « La culpabilité du cul, ce n’est rien par le temps qui court. Par tous les temps d’ailleurs. La culpabilité du cul, c’est presque la sainteté, comparée au reste. »
et puis avec Gary , vous retrouverez l’Afrique

et alii dit: à

LA VIE DEVANT SOI GARY est en folio

et alii dit: à

gary pour la tendresse :Madame Rosa ( » « Momo » pour les intimes, un petit garçon arabe. Il vit avec plusieurs autres enfants chez Madame Rosa. On comprend vite que ces enfants sont des enfants de prostituées, recueillis et hébergés par une vieille femme, elle-même ancienne prostituée. Sauvés de l’abandon et de la misère, sans père officiel, ils sont élevés par Madame Rosa qui les cache pour ne pas que les services sociaux viennent les prendre. »

et alii dit: à

r.GARY d’après son entretien avec M.Anissimov ;
et d’après son oeuvre pour la tendresse
et aussi un bref CR obs:
Il gagne sa vie comme marchand de glace, puis comme serveur dans un restaurant russe, et passe ses nuits dans les maisons closes de la capitale, où il interviewe des prostituées pour le compte d’un journaliste qui lui soustraite le job. Monde fantastique où, dit-il, sa part obscure manque de prendre le dessus

Je me suis souvent trouvé à Paris entre deux métiers, n’ayant guère de quoi vivre, je n’avais que deux chemises, je vivais de concombres et de pain et je me souviens d’un épisode particulièrement pénible […] à Miromesnil, un établissement pour dames où à la fois des messieurs pervers et des dames un peu trop libérées à l’époque et trop affranchies venaient pour se satisfaire. « Un camarade américain m’avait proposé contre très forte rétribution d’aller en quelque sorte procurer les satisfactions que vous imaginez à ces dames. »

Marc dit: à

Sur ce blog, c’est moi le plus beau, le plus intelligent et le plus fort.
Je ne dis pas ça pour me vanter, pas du tout.
Je le dis plutôt pour me pleuvoir, me neiger et me venter aussi… Hihihihihi

Chaloux dit: à

Bayadère de carnaval, va…

et alii dit: à

elles l’attendrissaient aussi

et alii dit: à

Pristituées? vous me faites penser à R GARY qui en recevait chezlui, à ce qui a été dit,sans doute parce qu’elles l’attendrissait lui aussi, je crois

B dit: à

(mais tout de même pas dans le genre de Bérénice, la pauvre vieille, qui sent la brasserie à vingt kilomètres à la ronde – comme une queue de pelle…si j’ose dire! Hurkhurkhurk!),

Tant que ce n’est pas cette odeur d’égout que vous charriez dans toutes vos cylindrées. Je vous ai fait part d’un souhait, plutôt que pauvre vieille, je suis réellement pauvre et vieille, je préfère filer la métaphore pour vieux lama, je vous recrache au visage sans honte et sans fatigue. Pauvre riche malade que vous êtes. Pauvre taré.

B dit: à

Miss thyf à fornication. Vous êtes hu hu hu hu hu, le mot m’échappe… une drôle. Tiens, ca vous va très bien

Chaloux dit: à

Il faut le rappeler, quoi que cela coûte, Clopine n’est pas une personne très intelligente. C’est une bavarde impénitente, souvent insultante elle aussi (mais tout de même pas dans le genre de Bérénice, la pauvre vieille, qui sent la brasserie à vingt kilomètres à la ronde – comme une queue de pelle…si j’ose dire! Hurkhurkhurk!), et particulièrement limitée; elle dit d’énormes bêtises, mais on ne peut pas se réjouir, pour autant, de ses souffrances. En tout cas, moi, je n’aurais pas cette inhumanité. Je suis humain. Parmi les humains. Je souhaite qu’elle dégage ses doigts coincés dans les portes de la vie, tout en en conservant le plus grand nombre possible, – de doigts. Beaucoup de gens font semblant d’être gentils, mais moi je le suis vraiment, quoiqu’on en die. Je suis même un abîme de bonté. Il faut que ça se sache! Et cela se saura!

Marc dit: à

Beckett c’est du bluff.

Marc dit: à

Chaloux,
Tout à fait d’accord avec vous pour Montherlant.
Il se bonifie l’Henry comme un vin d’aristocrate (s).
Merci.
( Je vous passe le bonjour et la bonne nuit d’OZYMANDIAS… Hihihihihihihihi).

B dit: à

Retraite, retrait, volontaire ou non. Circonstancié en ces lieux.

B dit: à

Sasseurcuisineaubeurre, en 2008 vous deviez avoir 37ans, ce qui vous approche des 50. Bref la cinquantaine. Les femmes vieillissent mieux, surtout quand elles prennent soin d’elle. Piscine jardin, expo concert, amours jamais déçues, les enfants vont bien. Aucun souci, plutôt l’inverse. Amour, gloire et beauté. La fortune continue de vous sourire. Heureuse femme .

Marc dit: à

Bérénice,
Calmez-vous, on est là pour discutailler un brin pas pour s’insulter et s’invectiver.

Chaloux dit: à

Sa retraite

Ah bon? J’en suis encore bien éloigné…

B dit: à

Ma pauvre vieille B…, vos réflexions font assez viande marinée… Devriez lever le pied sur le Crémant.

Hurkhurkhurk!

Vieux schnock luisant, graisseux, répugnant de quelques façons que vous soyez observé. Gardez vos leçons de vie pour les gens de votre espèce, après tout ce que vous vous êtes permis d’envoyer à Clopine, vous pouvez bien aligner vos phrases de sale bourge décadent, j’en passe, la liste est longue. Je crois que personne ne met en doute votre intelligence, votre intégrité et votre équilibre mental sont un autre chapitre. Brutal comme vous l’êtes en dehors des gens qui ont l’heur de vous convenir, vous pouvez parler de violence. Celle de vos propos devrait figurer dans un anthologie. Mémoire courte et coeur de pierre. L’honnêteté ne vous étouffera pas.

Chaloux dit: à

Montherlant, j’en ai lu pas mal dont les terribles célibataires. La question serait plutôt de savoir qui le relirait. Les Carnets, surtout les derniers, peut-être. Il y a eu il y a quelques années une adaptation de la reine Morte avec Michel Aumont. C’était intéressant, dégagé du ton très comédie française dans lequel on l’entendait traditionnellement … Le problème est un peu le même avec Maeterlinck qui devient extrêmement moderne dès qu’il est dégagé de la mièvrerie de patronage dans laquelle il a longtemps été empêtré. Bien plus riche que Beckett à mon avis.

Marc dit: à

B.
J’ai 45 ans. Pas encore vieux donc.

B dit: à

Qui lit Montherlant aujourd’hui ?

Jamais lu à ce jour, Sasseurcuisineaubeurre , vulgaire orvet des chemins.

Chaloux dit: à

Un arrangement qui vous envoie dans un service de psychiatrie avec peut-être des séquelles à vie, n’est certes pas un bon arrangement, j’en suis persuadé. Si Clopine ne s’était pas arrachée d’une maison où elle était tout aussi légitime que son époux, elle n’en serait peut-être pas là. Il faut se vouloir du bien. Cela s’apprend comme le reste. Et ça n’enlève rien à une détermination première. Elle s’est jetée dans le vide, elle s’est brisée.

Chaloux dit: à

Ma pauvre vieille B…, vos réflexions font assez viande marinée… Devriez lever le pied sur le Crémant.

Hurkhurkhurk!

l’ombelle des talus dit: à

Je voulais dire qu’ici « les principes » ne s’aménagent pas ni ne s’appliquent brutalement, mais qu’ils se vivent ou qu’ils ne sont pas. Quant au reste et pour le dire grossièrement, on balance entre les petits arrangements entre copains et coquins, et diktats sectaires.

Chaloux dit: à

Moi, j’ai un faible pour les bonnes-sœurs. J’ai fréquenté longtemps des sœurs de charité à la retraite, qui vivaient en communauté dans une petite maison. J’aimais beaucoup leur rendre visite à l’heure du déjeuner, l’âme s’y nettoyait tout en douceur. Il ne faut pas mésestimer les immenses qualités du Catholicisme. Il vaincra les méchants, les assassins, les sordides. Ce ne sera pas la première fois.

B dit: à

On peut se dégager en douceur, sans se faire violence, en se donnant le temps.

Au moins vous prenez soin de vous. C’est une nouvelle bien rassurante, ainsi vous irez loin. Tant mieux, je suis soulagée de l’apprendre.

B dit: à

Les principes et Chaloux, mieux vaut laisser tomber. Sa retraite ne le rend pas meilleur, toujours aussi con, infect, suffisant. Envie de vomir rien qu’à le lire. Quel être puant , il a toujours été ainsi et finira sans changer de trajectoire. Prière de changer de trottoir, cela c’est du faisable .

Chaloux dit: à

Il y a toujours quelqu’un pour répondre une connerie. Il n’y a jamais de longue attente. Aménager des principes (même justes) qui, appliqués brutalement, peuvent nous tuer, me semble tout de même une approche plutôt intelligente de l’existence. On peut se dégager en douceur, sans se faire violence, en se donnant le temps. On n’en est que plus libre et en meilleur état. Je le sais, j’ai essayé les deux.

B dit: à

J’ai déjà dit ici que j’aime les prostituées. Mais je n’ai pas précisé la raison fondamentale de cet amour.
Les putes sont les femmes les plus émouvantes qui soit.
Voilà.

Que voudriez vous de plus ? Leur gratitude ? Vous les payez bien assez, Marc. D’ailleurs je me demande comment l’avare en vous consent à tant de générosité. C’est surprenant. Mais être ému quand on vieillit est inespéré, beaucoup deviennent de vieilles carnes impuissantes.

l’ombelle des talus dit: à

Chaloux dit: à
Qu’elle commence par apprendre à se ménager. On ne vit pas de principes.

Chez nous les principes proviennent d’une vie qui vaut d’être vécue. Une vie libre. Ils ne sont pas des dogmes qui emprisonnent et asservissent. Antigone en est une figure populaire. Marianne une autre. Bien des femmes vivent au quotidien ces principes. Elles sont l’honneur du genre humain.

Marc dit: à

Que peuvent bien se dire les étoiles entre elles ?
Leur conversation est-elle brillante ?

Marc dit: à

Les parents pensent à leurs enfants.
Les enfants pansent les blessures de leurs parents… Ou pas.

Marc dit: à

Qui lit Montherlant aujourd’hui ?

Marc dit: à

J’ai déjà dit ici que j’aime les prostituées. Mais je n’ai pas précisé la raison fondamentale de cet amour.
Les putes sont les femmes les plus émouvantes qui soit.
Voilà.

Marc dit: à

Je viens de terminer « Les Célibataires » de Montherlant.
Une phrase, du livre, toute triste, toute simple, m’a beaucoup ému. La voici :
« Elle n’avait pas plus de défense contre l’incroyable malice du monde que n’en a la surface de l’eau contre la pierre qu’on y jette ».

Marc dit: à

Les hommes pensent.
Les femmes dépensent.
Les enfants compensent.
Et le fisc défonce… tout l’monde.

Marc dit: à

Moi je ne pense pas, cela me fatigue mais quand il m’arrive de penser, j’pense à rien.

rose dit: à

Et alii

Nous pensons -tous- à la nuit.

et alii dit: à

mais c’est le 4 AOUT! à quoi on pense?

Chaloux dit: à

JC, est extra-lucide, j’espère qu’il met des turbans.

Un de mes amis, mélomane ou musicien, peut-il me dire de quelle oeuvre est extrait ce thème -qui me semble bien chopinesque mais je ne trouve pas-?
Si le lien fonctionne, bien entendu. La prise de son est très mauvaise, cet extrait est pris sur un Maigret-Cremer avec un Zoom H4n sur une sortie d’enceinte mais on entend tout de même.

https://soundcloud.com/syrtes1/quest-ce-que-cest

Marc dit: à

Je n’ai rien à dire, alors je ne dis rien.
Tant mieux pour la Rdl et tant pis pour ma gueule.

rose dit: à

chantal
Ai bien ri en imaginant le sculpteur de nuit avec son burin d’une main et sa lampe de poche de l’autre.

Ya mas qu’à l’Ehpad que c inénarrable.

Perso. j’en ai des tartines mais pas un mm de courage pour raconter les faits.

rose dit: à

Raison pour laquelle il ne m’a pas paru inopportun d’initier une chaîne d’amour autour d’elle…

Opportun, chouette et sympa jazzi…

renato dit: à

« Un labyrinthe d’échos », Soleil vert.

Soleil vert dit: à

Je ne crois même pas d’ailleurs que King se soit inspiré de Cortázar. Son clown criminel est tiré d’un personnage réel John Wayne Gacy. Mais j’aime les coïncidences

Soleil vert dit: à

renato dit: à
Ça de Stephen King, première édition [originale] 1986.

Les fils de la vierge de Cortázar in Les armes secrètes, première édition [originale] 1959.

Bien sur, mais quelle coïncidence amusante

et alii dit: à

sur ce dico, je lis un article dont la conclusion est la suivante:
However, the legal encyclopedias are not intended to be used as authoritative sources on the law in any area, and thus are not cited in briefs, memoranda, or scholarly papers.

Note: This entry was inspired by an ill-informed web posting that claimed that an entry in Black’s Law Dictionary “proved” that an Article V convention is a “constitutional convention.”
ouf! voilà pour les définitions , autorités et preuves

et alii dit: à

en même temps que j’apprends une injure en anglais, alors que je m’apprêtais à compter combien de jugements ont délibéré sur sa définition parce qu’elle s’applique beaucoup aux avocats, je remarque:
My entry in Black’s Law Dictionary (11th ed. 2019)
qu’est ce que ce dico ? ça m’intrigue et l’idée qu’il ait un analogue français
bonsoir

Marie Sasseur dit: à

Toutes mes confuses…

Marie Sasseur dit: à

Dommage, Germaine, le link sur l’abbé Wallez et les amis fascistes d’Hergé sur le site Actua bd, ne passe pas.

Marie Sasseur dit: à

« Dans son dossier d’instruction devant l’auditorat militaire qui devait le juger pour collaboration avec l’ennemi, on produisit une lettre écrite de sa main en janvier 1941 où l’on pouvait lire : « Je ne crois pas à la victoire anglaise et je ne la désire pas. Elle serait un désastre pour la Belgique et pour l’Europe – aggravation du joug bancaire, du joug maçonnique, du joug juif, du joug politicien. […] La victoire allemande ? Je la crois inévitable. » Amen.

Le saint abbé reçut du tribunal cinq ans d’emprisonnement, 200 000 francs d’amende, et la suspension de ses droits civiques.

Wallez a eu un rôle clé dans la vie d’Hergé : non seulement il était son mentor au XXe siècle, mais il est associé avec lui -à titre privé- dans l’édition des premiers albums de Tintin (Soviets, Congo, Amérique), précisément les plus idéologiques. C’est lui qui célèbre le mariage d’Hergé avec sa première femme, Germaine Kieckens, secrétaire de Norbert Wallez. »

Photo : Archives nationales belges.Les rapports de l’ecclésiastique avec Léon Degrelle ne sont pas moins clairs. Degrelle était le chef du parti pro-nazi Rex, fondateur d’une division SS wallonne, dont Hitler aurait dit : « Si j’avais un fils, je voudrais qu’il soit comme lui ! ».

Tribun apprécié de foules fanatisées, le « beau Léon » avait le verbe lyrique, quelquefois écrit par l’abbé Wallez lui-même qui le suivit à godillots joints dans son aventurisme politique, alors même que le cardinal Joseph-Ernest Van Roey, primat de Malines, intimait aux électeurs catholiques belges de se défier de Rex et de voter plutôt pour son opposant démocrate-chrétien Van Zeeland.

Ce même cardinal, décidément clairvoyant, avait lourdé le remuant abbé rexiste en 1933 de son poste de directeur du Vingtième Siècle pour le remplacer par William Ugueux, future figure éminente de la Résistance belge à Londres, qui arrêta le quotidien (et son supplément : Le Petit XXe) à l’arrivée de l’armée allemande en mai 1940.

Dans cette avant-guerre décrite par Wilmet, Hergé est cerné par les fascistes. Il illustre pour Léon Degrelle une Histoire de la Guerre scolaire (1932) et pour Raymond De Becker deux opuscules Le Christ, roi des Affaires (1930) et Pour un Ordre nouveau (1932) sorte de bréviaires d’un catholicisme fasciste, autoritaire et anti-parlementariste. Ce Raymond De Becker qu’Hergé retrouvera à la direction du « Soir volé » et à qui il dut son principal emploi sous l’Occupation…. On notera aussi son collègue également dessinateur au Vingtième Siècle Jam (Paul Jamin) qui fut l’un des artisans de la propagande graphique allemande, condamné à mort puis gracié après la Libération.

Pour Un Ordre nouveau – Par Raymond De Becker – Illustré par Hergé.La Providence des « inciviques »

Après la guerre, Hergé profita de la relative aisance que lui apportait Tintin pour accueillir dans sa villa de Céroux-Mousty dans le Brabant wallon pendant quelques semaines, peu de temps avant sa mort, le sulfureux abbé dont il était resté très proche, mais aussi bien d’autres collaborateurs notoires comme Raymond de Becker ou Robert Poulet, ami de Céline, dirigeant du journal collaborateur Le Nouveau Journal. À l’enterrement de l’abbé, la seule personnalité à porter le cercueil fut le créateur de Tintin…

La « légende noire » d’Hergé doit beaucoup à son mentor. L’après-guerre connut un dessinateur plus modéré, apolitique et un ami comme le sculpteur Nat Neujean, un Juif qui vécut clandestinement pendant la guerre, contestait farouchement qu’il fut antisémite. Plusieurs fois, Hergé battit sa coulpe, mais sur le tard.

Lors d’un petit-déjeuner passé sur les hauteurs de Jérusalem en 2009 avec le biographe d’Hergé, Pierre Assouline, à l’occasion d’un colloque initié par Michel Kichka : Tintin à Jérusalem, notre conversation s’achevait sur cette vraie question : « Comment se fait-il, alors qu’il se trouvait fourvoyé dans un tel nid de fachos ultra, Hergé n’a-t-il pas été plus impliqué que cela dans la collaboration ? » Plus est forte la lumière, plus elle souligne la profondeur de l’ombre…

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Pour l’instant, cet ouvrage n’est diffusé qu’en Belgique chez l’auteur. On peut le commander directement à l’adresse suivante : m.wilmet@ART9experts.com. Il vous en coûtera 20€ + les frais de port. Les libraires peuvent lui commander aussi. Un libraire référent sera bientôt disponible sur Paris.

En médaillon : Léon Degrelle, l’abbé Wallez et Hergé. Dessin de Stanislas.

ARTICLE PRÉCÉDENTLéa Mazé : prix jeunesse ACBD 2018 pour les Croques T. 1

ARTICLE SUIVANTAmerican Gods T1 – Par Neil Gaiman, Craig Russel et Scott Hampton – Urban Comics

https://www.actuabd.com/L-abbe-Wallez-et-les-amis-fascistes-d-Herge

et alii dit: à

BIEN SUR COMME CHRISTIANEl’a dit, elle sait tout , que je ne veux pas partager, que j’ai une mémoire à contre temps ;et porquoi par contre j’ignore d’où ce père orphelin de son fils était originaire, et comment il « nous » connaissait; c’est parce que je suis le « diable » dit-on sur la RDL?
Je me souviens qu’henri Cohen venait toujours les bras chargés de présents, dont beaucoup de présents de bouche:cornichons à la russe, pickelfleisch, poutargue , matzoth, enfin tout ce qui sur ce blog est considéré comme dégueulasse ,m’a-t-on dit! mais on aimait ça ;il y avait des cadeaux rien que pour moi qu’on me reprenait aussitôt avec interdiction pour moi d’y toucher;
et enfin de la musique:henri connaissait les mélodies yddish ,et la hazanout ; c’est de lui que j’ai gardé la curiosité ; il ne parlait jamais de son fils, sa femme non plus, ni à la maison, ni quand on sortait;il avait une panhard (je ne sais plus la couleur) et j’ignore quand il a disparu, porquoi, de quoi , je ne sais pas;mais j’avais disparu moi aussi en pension; restent les mille et une nuits grace à lui!et la mémoire de Breendonk ;

renato dit: à

Ça de Stephen King, première édition [originale] 1986.

Les fils de la vierge de Cortázar in Les armes secrètes, première édition [originale] 1959.

Soleil vert dit: à

Lecture des armes secrètes de Cortázar. Dans la nouvelle « Les fils de la Vierge » un personnage planqué dans une voiture tente d’enlever un adolescent avec l’aide d’une complice. Le personnage en question est décrit comme un « clown enfariné ».
Une inclusion de Ca de Stephen King dans le texte de Cortázar ?

Patrice Charoulet dit: à

DANS UNE LAVERIE AUTOMATIQUE

Tout ce mardi, on a pu voir des gens armés de bâton s’acharner sur un homme. Cette scène a pu être vue, car une caméra vidéo installée dans la laverie, a pu en garder la trace.

Je pose une question à TOUTES les télés : Pourquoi avez-vous flouté le visage de ces ordures ? Par crainte que l’on puisse les reconnaître , les identifier et les interpeller ?

et alii dit: à

un artiste de BREENDONK
WILLEM PAUWELS, alias „WILCHAR“ naît à Saint-Gilles le 1er novembre 1910 d’un père travailleur aux trammways bruxellois et d’une mère lingère. A 15 ans, il devient apprenti lithographe et suit des cours du soir à l’académie de dessins de Saint-Gilles.
Le 2 avril 1943, il est arrêté à Forest pour ses activités de résistance. Il devient le détenu n°1939 à Breendonk de ce jour au 27 mai 1943. Il est ensuite transféré à la Citadelle de Huy où il restera enfermé jusqu’à sa libération, le 28 juin.

A partir de 1944, il peint clandestinement ses aquarelles sur Breendonk et après la libération illustre « Breendonck-la-Mort » d’Edgard Marbaix.
UN AUTRE ARTISTE
JACQUES OCHS

Jacques OCHS naît à Nice, le 19 février 1883 de parents d’origine allemande. A ce moment, le père vit déjà de ses rentes. La famille déménage en 1893 pour venir s’établir à Liège où Jacques Ochs s’inscrit à l’académie. Non content de marquer de grandes qualités de dessinateur, il brille également en escrime et devient champion olympique en 1912 à Stockholm.
Dès 1921, il est nommé professeur à l’académie de Liège dont il devient directeur en 1937. Entre-temps, victime d’un grave accident d’avion, il est frappé de claudication, ce qui met fin à sa carrière sportive. Il collabore à ce moment avec divers journaux (Pourquoi Pas ?, La Nation Belge, L’action wallonne, le Petit Parisien,…) et fait montre d’une intransigeance totale à l’égard des flamingants, de l’incivisme, de l’amnistie et d’une germanophobie très poussée. Il ne manque pas non plus d’écorner la classe politique et de s’attaquer aux questions sociales et économiques (pauvreté, grèves,…). Il agit en véritable témoin de son temps.

En 1938, Jacques OCHS dessine, pour la revue satirique “Pourquoi Pas?” une caricature de Hitler le montrant les mains ensanglantées (« l’empereur Hitler »). Sur dénonciation d’un collègue jaloux et ayant des sympathies pour le Nouvel Ordre (Auguste Mambour), il est arrêté le 17 novembre 1940 dans son bureau de directeur de l’Académie des Beaux-Arts de Liège.
UN SCULPTEUR
IDEL IANCELEVICI

Il ne s’agit pas à proprement parler d’un artiste lié à Breendonk mais l’artiste d’origine biélorusse a exécuté la statue « Le Résistant » que l’on peut admirer dans la plaine devant le Mémorial.

Etant Juif, il se cache (sous le nom de Janssens Adolphe) durant la seconde guerre mondiale à Maransart puis Auvelais, refusant de se rendre à la convocation à la Caserne Dossin de Malines et échappant ainsi à la déportation.

Une fois la guerre achevée, il se lance dans la création de son œuvre monumentale, le Résistant (« agenouillé mais jamais à genoux ») qui après maintes tergiversations aboutit à Breendonk.
http://www.breendonk.be/FR/index.asp?ID=Artists

christiane dit: à

et alii dit: « les illusionnistes urbains proposent au public des jeux interactifs et visuels aussi diversifiés qu’étonnants. »

Le trompe-l’œil… Quelle énigme ! recevoir une image à deux dimensions que notre cerveau doit percevoir dans un espace à trois dimensions. Les artistes du street-art s’amusent beaucoup avec ces illusions d’optique destinées à donner l’impression de la réalité. Inquiétante étrangeté….
«Combien d’hommes profondément distraits pénétrèrent dans des trompe-l’œil et ne sont pas revenus.»
Jean Cocteau, Les Enfants terribles.

et alii dit: à

une autre page pour les douteurs:
Après la capitulation belge du 28 mai 1940, la Belgique placée sous les ordres d’un commandant allemand, le général von Falkenhausen, est dotée d’une administration militaire sous l’autorité de Eggert Reeder. A la fin du mois de juillet 1940, les autorités occupantes installent officiellement une antenne de la Sicherheitspolizei-Sicherheitsdienst (Sipo-SD), leur police politique (une section de la SS) en Belgique. Le mois suivant, Breendonk, dont la position centrale (à mi-chemin entre Anvers et Bruxelles) était idéale, devient un Auffanglager ou « camp d’accueil » pour les prisonniers de la Sipo-SD.

Un premier contingent de prisonniers est amené au Fort le 20 septembre 1940. Relativement limité au début, leur nombre finit par dépasser la centaine en janvier 1941.
http://www.breendonk.be/FR/index.asp?ID=SS-Aufanglager

christiane dit: à

Lorsqu’un critique littéraire de haut vol et épris de cinéma Bergmanien nous offre obstinément les conversations singulières des passants, je les lis avec des sentiments plutôt mêlés : une pointe de regret, est-ce une provocation ? Quelque chose de lacéré dans la captation elliptique… intriguée, surprise, le regard un peu ironique et interrogatif. Qu’est-ce que cette entreprise littéraire ?
N’aurait-il plus rien à dire ? ou rassemble-t-il un matériau à transformer (ou à laisser tel quel) dans quelque roman à venir ?
Une malicieuse désertion…

et alii dit: à

Le 19 août 1947, le fort de Breendonk est devenu le mémorial belge sur le système concentrationnaire nazi19. Il accueille entre 60 000 et 65 000 personnes chaque année. Le « camp de Breendonk » est aujourd’hui l’un des vestiges les mieux conservés de la Seconde Guerre mondiale28.
SUR LA PAGE WIKI
j’ai connu les parents d’un homme qui y est mort j’ai oublié le prénom du fils ;le père s’appelait Henri Cohen;c’est lui qui m’offrit « beaucoup » de livres dont les mille et une nuits

et alii dit: à

Le fort de Breendonk ou fort de Breendoncknote 1,3,2, situé dans la commune de Willebroeck, non loin de la localité homonyme qui elle se trouve dans la commune de Puers-Saint-Amand, à une vingtaine de kilomètres au sud d’Anvers, a servi de camp de concentration (Auffanglager) durant la Seconde Guerre mondiale. Avec le camp de rassemblement de Malines, ils sont les deux seuls camps de concentration implantés par les nazis en Belgique. Le premier commandant du camp, Philipp Schmitt, sera le dernier condamné à mort exécuté en Belgique. Son successeur à la tête du camp, Karl Schönwetter, se rendra aux Alliés en 1944.

Préservé après le conflit, le site est aujourd’hui un important lieu de mémoire, visité par de nombreux groupes scolaires.ET

christiane dit: à

Chaloux dit: « […] il ne fallait pas quitter la maison aussi brutalement. Une violence qu’elle s’est imposée et qui l’a directement menée dans l’unité de soins où elle se trouve. »

Oui, Chaloux, même impression. Clopine c’est un peu Scarlett O’Hara et ses chimères. Elle aurait dû garder sa terre, d’où lui vient sa force comme Tara pour Scarlett. Gone with the Wind…

et alii dit: à

Baudelaire
« « Les chiens seuls sont vivants ; ils sont les nègres de la Belgique »,

et alii dit: à

Baudelaire en BELGIQUE
Et puisque dans la vie de Baudelaire tout signifie, souvenons-nous qu’à Bruxelles il habitait l’hôtel du « Grand Miroir », et que la première rue sur laquelle celui-ci donnait, était la rue du Singe : « La rue du Singe s’ouvrait presque en face de l’hôtel du Grand Miroir. Elle reliait la rue de la Montagne au carrefour formé par la rue des Longs-Chariots et la rue de la Putterie » ‘.

et alii dit: à

Bruges-la-Morte est un roman de l’écrivain belge de langue française Georges Rodenbach (1855-1898), considéré comme un chef-d’œuvre du symbolisme, publié d’abord en feuilleton dans les colonnes du Figaro du 4 au 14 février 1892, puis en volume en mai de la même année, chez Marpon & Flammarion (Paris), illustré de reproductions de photographies représentant divers aspects de la ville1.

et alii dit: à

spiritualité?
L’Adoration de l’Agneau mystique ou Autel de Gand (en néerlandais : Het Lam Gods, littéralement L’Agneau de Dieu), achevé en 1432, est un polyptyque peint sur bois, un chef-d’œuvre de la peinture des primitifs flamands1,2.

Depuis 1986, il est présenté dans l’ancien baptistère de la cathédrale Saint-Bavon de Gand, transformé en chambre forte, à la suite de vols répétés.

une main ... dit: à

Imberbe lingot ce bon bonbon.

B dit: à

C’est un mot sans mo? Je croyais bien pourtant l’avoir écrit correctement. Accommodements.

Jice, oui. Il mériterait mais il n’y a pas trouble à l’ordre public et la mise en danger d’autrui n’est pas prouvée.

B dit: à

Euh. !

Ah ? Merd’alors !

Janssen J-J dit: à

@ le 1269e commentaires

ce qui veut pas dire que je l’aurions fait aussi souventes fois avec etalii, ces derniers temps, hein !

Chantal dit: à

Depuis que Drillon a balancé son presse purée, Delaporte est tombé dans les baraflates

JiCé..... dit: à

« De temps en temps, peut-être, je reviendrai, quand j’aurai vraiment quelque chose à dire… » (Chaloux)

Euh !…..à tout à l’heure, n’est ce pas ?….

et alii dit: à

Pince crabe cheveux classique pour cheveux épais 8.5cm bleu image 0
Pince crabe cheveux classique pour cheveux épais 8.5cm bleu image 1
CreativeCornerParis

Vendeur local

|

|
5 étoiles sur 5
Pince crabe cheveux classique pour cheveux épais 8.5cm bleu

et alii dit: à

déjà que je ne trouve pas drôle Sollers quand il dit
« MON C.L, c’est du poulet (video) » la RDL a achevé de me dégôuter de la volaille » vive le crabe !

et alii dit: à

JE SIGNALE QUE JE N’AI PAS ATTENDU VOTRE SIGNALEMENT POUR PENSER A DRILLON!

B dit: à

Kamazoutė, des petits papiers pour Edel.

B dit: à

3J, pas repéré la numérotation. 69 donc, quand je ne bosse pas j’attends L’auto fictif à btelnpoint queczans je nebmjendors pas. C’est devenu une addiction.

Janssen J-J dit: à

Je signale à D. et à etalii que l’on trouve chez Point-Vert, à la différence de Gamm vert, des filets pour enclore les poules, de 50 mètres de long et 1.10 m de haut, au prix de 129 euros. Ce qui est tout à fait correct pour les parisiens susceptibles d’être intéressés à s’équiper de ce type de matériel, à Tonnay-Boutonne, par exemple.

https://www.google.com/maps/uv?hl=fr&pb=!1s0x480123f6d6fc4dad%3A0xbf5a00b5bbf12eca!3m1!7e115!4s%2Fmaps%2Fplace%2Fpoint%2Bvert%2Btonnay%2Bboutonne%2F%4045.9734817%2C-0.7133269%2C3a%2C75y%2C49.38h%2C90t%2Fdata%3D*213m4*211e1*213m2*211s768OcB_Ep5XIzzoBRfzh4w*212e0*214m2*213m1*211s0x480123f6d6fc4dad%3A0xbf5a00b5bbf12eca%3Fsa%3DX!5spoint%20vert%20tonnay%20boutonne%20-%20Recherche%20Google!15sCgIgAQ&imagekey=!1e2!2s768OcB_Ep5XIzzoBRfzh4w&sa=X&ved=2ahUKEwi6ppDcqIHrAhUoA2MBHQR_A_MQpx8wCnoECBUQBg

Jazzi dit: à

« Le n° 69 est programmé pour vendredi prochain »

Dit-il en faisant le 1269e commentaires !

Janssen J-J dit: à

@ C’est quand les nouveaux petits papiers?

Le n° 69 est programmé pour vendredi prochain, 7 août. Risque d’être un brin kamasoutré, miam pour les petites friandises à venir, hein ?!

Janssen J-J dit: à

Dommage que personne à la RDL n’ait songé à saluer Philippe Zoummeroff, disparu le 27 juillet dernier à 90 ans, ce passionnant et passionné mécène très attachant…
https://www.bnf.fr/fr/actualites/hommage-philippe-zoummeroff
Ses obsèques ce matin à Neuilly furent bien tristes sous les masques, malgré le joyeux soleil d’août.

Chaloux dit: à

Je ne suis que de passage, Jazzi. Finalement, je trouve très agréable de ne plus me gourmer avec une harde d’écumants septuagénaires, cérébralement affaiblis. De temps en temps, peut-être, je reviendrai, quand j’aurai vraiment quelque chose à dire…
Bousemolle semble avoir disparu des radars. Vous subissez là une grosse perte!

Hurkhurkhurk!

Jazzi dit: à

ça passe !
L’interdit serait-il levé ?
Pablo75 va pouvoir faire son retour…

Jazzi dit: à

J’écris ton nom, Chaloux, pour voir si ça passe ?
Tandis que papa Passou est parti en voyage d’affaires…

B dit: à

C’est quand les nouveaux petits papiers? Je me disais récemment qu’ils se mangeaient comme une friandise.

B dit: à

Il y aurait pourtant bien un moyen radical temporaire pour enrayer les dégâts de la catastrophe annoncée.

La censure? Ça va faire des mètres en moins, des kilomètres ! Un coït interrompu, une maïeutique avortée!

et alii dit: à

D’accodements / C’est un mot sans mo?

et alii dit: à

D’accodements c’est quoi, ça?

Janssen J-J dit: à

… même la Méditerranée a bien failli s’asphyxier sous les algues de la taxifolia caulerpa. Il faudra bien moins de temps à la rdl pour crever sous ses tentacules crépusculaires.
C’est d’ailleurs l’objectif visé…
Il y aurait pourtant bien un moyen radical temporaire pour enrayer les dégâts de la catastrophe annoncée.

B dit: à

Soustrayons la plus grande et encombrante des signature du blog à PA, une perte sèche, un manque à gagner, un vide intersidéral avant la prochaine étoile dans un magma de gaz. Vive le concombre masqué!

Patrice Charoulet dit: à

STELLA KAMNGA

On connaît la députée LFI Danièle Obono, l’omniprésente Rokhaya Diallo, Assa Traoré dans ses meetings bruyants, la ministre Elisabeth Moreno, que le Président avait mise juste derrière lui sur l’estrade officielle au défilé du 14 juillet.

Je souhaiterais attirer l’attention sur Stella Kamnga, moins connue.
On trouvera , en la cherchant sur la Toile, une vidéo , où elle dit des choses que l’on n’entend guère.
Je vous recommande ensuite l’entretien qu’elle vient d’accorder au philosophe Eric Deschavanne, dans sa revue numérique (gratuite!) « Le Débat utile ».
Ce qu’elle dit, vous ne l’entendrez ni sur RTL, ni sur Europe 1,
ni sur France Inter, ni sur BFM, ni sur TF1, ni sur France 2 . Vous ne le lirez ni dans votre quotidien national préféré, ni dans votre hebdo habituel.

Bienvenue dans le débat public français, Stella Kamnga !

Jazzi dit: à

Tous mes vœux de bon rétablissement… sur la RDL, Ch.aloux !

et alii dit: à

L’université détient un certain nombre de collections et d’archives acclamées, principalement liées à l’histoire littéraire, politique et culturelle du XXe siècle. Les collections comprennent des manuscrits originaux et les premières éditions de Virginia Woolf, Jane Austen et Rudyard Kipling, ainsi que des archives du New Statesman et les archives d’observation de masse. Sussex possède également un certain nombre de collections, telles que la collection d’archives de documents relatifs au CBW sur le désarmement des armes chimiques et biologiques (SHIB – Sussex Harvard Information Bank)5.

et alii dit: à

Il naît à Wisbech dans le Cambridgeshire, son nom de baptême est Harold Krotoschiner, nom inhabituel d’origine silésienne. La famille de son père vient de Bojanowo en Pologne. Ses parents sont nés à Berlin mais émigrent en Grande-Bretagne dans les années 1930 pendant la montée du nazisme, son père étant juif.

Il est élevé à Bolton dans le Lancashire, il étudie à la Bolton School. En 1955, sa famille prend le nom de Kroto.

Enfant, il est fasciné par le Meccano. Kroto crédite le Meccano, entre autres choses, pour avoir développé les talents nécessaires à ses travaux de recherche scientifique. Il est élevé dans la religion juive mais il déclare que la religion n’a jamais eu de sens pour lui.

En 2010, il affirme avoir quatre religions : l’humanisme, l’athéisme, l’Amnesty Internationalisme et l’humourisme. Il développe son intérêt pour la chimie, la physique et les mathématiques au lycée, et, parce que son professeur de chimie durant ses deux dernières années de lycée devient professeur de chimie à l’université de Sheffield, il y entre à la fin du lycée.

En 1963, il se marie avec Margaret Henrietta Hunter (maintenant Margaret, Lady Kroto).

Il meurt des complications de la maladie de Charcot3.

et alii dit: à

Sussex fameuse université! (voir wiki)
C’est un professeur de cette université, Harold Kroto, qui a découvert la célèbre molécule de fullerène, très utilisée dans les nanotechnologies, en 1985, ce qui lui a valu le prix Nobel de la chimie en 1996.

et alii dit: à

c’est une expression employée par des politiques
Les secrets de famille sont comme ça. Ils vous tiennent comme le sparadrap du capitaine Haddock. — (Langue française – Numéros 109 à 112 – Page 30, 1996)

Chaloux dit: à

J’ignore si ce message passera (ça m’étonnerait mais je l’écris tout de même).
La volonté d’aveuglement de la pauvre Clopine vis-à-vis de son C…n, notamment dans l’histoire de la mise à mort à coups de bâton d’un dindon, s’est retournée contre elle : elle est devenue celle qui prend les coups, ce qui était à prévoir, sauf par elle-même.

D’autre part, il ne fallait pas quitter la maison aussi brutalement. Une violence qu’elle s’est imposée et qui l’a directement menée dans l’unité de soins où elle se trouve.

Qu’elle commence par apprendre à se ménager. On ne vit pas de principes. Quoi qu’il en soit, tous mes vœux de bon rétablissement.

Brinqueballe dit: à

Préconiser une aide psychologique dans un asile psychiatrique, lol!

Plutôt un stage broderie!

Brinqueballe dit: à

notez bien le nom de cet animateur
: mer d’alii.

Brinqueballe dit: à

Urgo sur la bouche etalii!

Brinqueballe dit: à

Préconiser une aide psychologique dans un asile psychiatrique, lol!
Psyalii, vous devriez prendre des vacances!

Brinqueballe dit: à

On nage en pleine mer d’alii sur ce blog!?

et alii dit: à

@Drillon :un titre de mon cigarillo
Ramsès au pays des points-virgules ; fiction pour tous lecteurs de dix à cent-dix ans (IMPRESSION A LA DEMANDE)
Pierre Thiry

renato dit: à

« Aucune qualité de rangement ne suffira : essayer d’endiguer le chaos est, au mieux, imprudent. »

Marie Sasseur dit: à

« En septembre 2018, deux anciens membres de ce service avaient été dans le collimateur de la justice dans le cadre d’une enquête sur un projet d’assassinat d’un opposant congolais, le général Ferdinand Mbaou, réfugié en France en 1997. Ces deux ex-agents avaient été mis en examen à Lyon pour « association de malfaiteurs » et « détention d’explosifs ». En mars 2019, le corps de l’un d’entre eux avait été retrouvé, criblé de balles, sur un parking en Savoie, au bord du lac Léman. »

https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2020/08/03/deux-militaires-de-la-dgse-mis-en-examen-et-ecroues-pour-tentative-de-meurtre_6048060_1653578.html

et alii dit: à

exemple de « commentaire » de « de fantaisie »
Je vais donner un exemple avec la « Mock Turtle ». Au cours de ses pérégrinations, Alice rencontre une tortue étrange. En français, elle est souvent appelée « Tortue à tête de veau ».. Dans le texte original, elle est appelée « Mock Turtle ». C’est le terme « mock » qui est difficile à traduire de manière fine car il fait appel à une référence culturelle tout à fait britannique : la « mock soup ». La « mock turtle soup » est en fait une soupe à la tête de veau. Le terme « mock » est là pour signifier qu’il ne s’agit pas vraiment de soupe à la tortue mais d’une imitation de la vraie soupe à la tortue, plus chère.Les premier traducteurs ont cherché l’expression « mock turtle », ont compris la référence à la soupe et on baptisé la « mock turtle » en « tortue à tête de veau ». C’est une possibilité, mais pas la plus fine, car l’association tortue-tête de veau ne fait pas partie du répertoire culturel francophone.

et alii dit: à

pas de cours de levrette SVP B, la copine à ***

et alii dit: à

b comme bla bla bla

B dit: à

forcer à parler

Vous êtes en plus pitoyable.

et alii dit: à

ad hoc (en deux mots). billet et pas le « capitaine » ,non propre, (pour les non lisants )

B dit: à

Ne lachez rien, tenez bon, continuez de feindre de vous ignorer . Aussi malhonnête qu’un congrès de psychiatres à vous seul. Une déformation par proximité? Ont ils réussi à achever de vous tordre , de vous former à l’art manipulation ou est-ce une empreinte éducative, un héritage génétique . Êtes vous parvenu à l’aieul chaînon manquant ?

et alii dit: à

jusqu’à nouvel ordre, mon dessein a été de poser des commentaires sur le billet , ce qui peut être une tache difficile dans un contexte politique donné-ce dont témoignent les billets, en général et celui-ci en particulier,et de quoi j’ai profondément conscience, et du fait que je suis la presse , et du fait de mes rencontres personnelles
dont nul ne peut me forcer à parler;

et alii dit: à

la marque (laissons les parques filer les destins)

et alii dit: à

la mer du nord n’est pas une rêverie de Clopine dont je n’étais pas une lectrice affamée de la retrouver, , pas plus que de ses « ami-e-s » et opposant-e-s;
je ne demande pas la parque de votre correcteur , ni celle du beurre que vous mettez dans vos épinards;
je remarque que tintin a été très parodié et pastiché , associé à Hopper sur internet ; travaillez bien B j’ai connu dans la vie civile assez de psychologues et psychiatres travaillant en H.P pour ne pas être avide de leurs histoires aujourd’hui qui est une autre époque de moeurs

B dit: à

Et si vous cessiez de citer Clopine? Comme vous devriez cesser de harceler , mais la conscience chez vous est comme un nuage, passe et disparait pour reapparaitre plus loin. Je comprends que vous soyez intéressé par tout ce qui touche à la psychanalyse et la psychiatrie, est ce que vous objectivez vos desseins? J’en doute. Votre avis, opinion, jugement ne m’atteignent pas. Trop malade pour etre juste envers vous même et les autres. Reposez vous apres tant d’efforts pour rester visible.

et alii dit: à

B? le service avec des assistantes sociales formées au travail en synergie avisera avec Clopine;ce sont des personnes qui connaissent l’extension et les limites de leurs droits; et cela se décidera avec de telles personnes ;je ne désire rien dire d’autant que je ne suis pas amie et intime de Clopine et ne lis pas dans les noms ni dans les boules de cristal ;je ne méprise pas non plus a priori des personnes que je ne connais pas du tout;
vous en avez pour la mer du nord;c’est votre truc;on a compris votre système, c’est raté avec moi,la rdl m’a lassée, et la malheureuse épreuve de CLOPINE ne me réconcilie pas avec ses meneurs et meneuses de jeux et guignols;
bonne journée

B dit: à

il y a cela à l’hopital pour CLOPINE: »Le service social : une équipe à l’écoute des patients et de leurs proches; »

N’importe quoi. Ah L’écoute active! en remède, en effaceur efficace, en siphon de lavabo, vive la psychothérapie! De plus Clop n’est pas tout à fait démunie. De là à vivre sans angoisses le passage d’un mode de vie à un autre quand elle aura à peu près évacué le torrent de pensées qui l’assaille en ces circonstances particulières, pas si facile. Je suggère que ne soient pas tripatouillés publiquement les différents aspects de sa situation actuelle. La décence et de la discrétion lui feront plaisir, les plus proches d’elle ici peuvent lui laisser des mails.

Sant'Angelo Giovanni dit: à

…mardi 4 aout 2020 à 7 h 45 min.

…j’ai des visions et des réflexions sur tout, et aux arts,!…

…mais, vous comprendrez que je ne vous les donnent pas en partage, parce que,…
…cela peut trop donner de l’intelligence, à voir trop clair, et à couper court, les dédales des romans,!…à se supporter à lire.

…des idées, à raisons des caricatures,!…
…les lois des hommes.

Marie Sasseur dit: à

# »taxifolette caulerpine est une femme  »

Il s’est fait opérer.

Marie Sasseur dit: à

# « quelle horreur ce champagne, »

Toi aussi, pense pour toi.

Marie Sasseur dit: à

# « Raison pour laquelle il ne m’a pas paru inopportun d’initier une chaîne d’amour autour d’elle… »

On attache pas les chiens avec des saucisses.

JiCé..... dit: à

Mardi 4 août 2020, 5h46

Lorsque l’on chute lourdement en trébuchant sur une pierre, ce n’est pas la faute de la pierre mais la sienne. Car sautiller n’est pas marcher. Cela fait mal lorsque la baudruche se dégonfle en heurtant le sol ! Mais la réalité est ainsi faite, elle vous rattrape toujours, surtout si vous vous jugez de haute lignée intellectuelle scribouillarde…

Bref certaines personnes se regardent longtemps dans un miroir en croyant voir autre chose qu’elles-même. Fantasmes. Elles ne se voient pas comme elles sont réellement. Il ne suffit pas d’aligner quatre phrases correctes pour être lucide. Misère et désillusion du rêveur….

l’ombelle des talus dit: à

Rascasse au court-bouillon !

l’ombelle des talus dit: à

Colin à lunettes !

et alii dit: à

Shareimprimer
AVANT-PARUTION – Le trompe-l’œil actuel n’a plus grand-chose à voir avec celui qui durant des siècles a émaillé l’histoire de l’art. Après l’avoir dépoussiéré de ses relents purement décoratifs tout en maîtrisant parfaitement ses contraintes formelles, les illusionnistes urbains proposent au public des jeux interactifs et visuels aussi diversifiés qu’étonnants.
http://www.actualitte.com/article/monde-edition/trompe-l-oeil-et-jeux-d-optique-dans-le-street-art/102034?origin=newsletter
il est temps que les erdéliens renouvellent leurs jeux

et alii dit: à

Selon l’universitaire, les erreurs « se comptent par centaines », en particulier des fautes de frappe survenues lors des retranscriptions des manuscrits d’Ernest Hemingway. De nombreuses différences ne tiennent ainsi qu’à une seule lettre : la nouvelle A Way You’ll Never Be (Ça ne risque pas de vous arriver, traduit par Henri Robillot et Marcel Duhamel pour Gallimard), de 1933, voit ainsi « hat » (« chapeau ») remplacé par « bat » (« batte ») dans une phrase, ce qui change légèrement l’image évoquée…

Ailleurs, c’est un nom propre qui fait les frais de ces inexactitudes : dans Le Soleil se lève aussi (1926), le toréador Marcial Lalanda devient Marcial Salanda, les majuscules de ces deux lettres se ressemblant considérablement dans la graphie d’Ernest Hemingway.

Un comble pour un auteur connu pour son sens maniaque de l’exactitude et de la concision : Robert W Trogdon dénonce dans son étude « la réticence des ayants droit d’Ernest Hemingway et de son éditeur de confier à un chercheur ou un groupe de chercheurs le contrôle d’une nouvelle édition ». Cette dernière serait l’occasion de se montrer plus fidèle aux intentions originales de l’écrivain.
https://www.actualitte.com/article/monde-edition/ernest-hemingway-une-longue-bibliographie-d-erreurs-editoriales/102033?origin=newsletter

et alii dit: à

. Cette psychologue de 61 ans était jugée pour le meurtre de son ancien mari violent, Elle avait jeté son corps à la mer.

l’ombelle des talus dit: à

Bredouilleur abscons ! Satrape de cambrousse !

et alii dit: à

il y a cela à l’hopital pour CLOPINE: »Le service social : une équipe à l’écoute des patients et de leurs proches; »
et c’est par leur médiation que cela pourra trouver une issue
assez rien ne sert d’atteler la charrue

l’ombelle des talus dit: à

Endive du Katanga !

et alii dit: à

on ne peut rien affirmer de ce qui ne dépend pas du tout de soi; mais on peut quand même espérer un peu,à partir de renseignements surs, sans compter les impondérables , inimaginables qui ne sont pas forcément négatifs

l’ombelle des talus dit: à

Voyez donc cela ; elle suppose !

et alii dit: à

La situation de CLOPINE me semble au-delà de toute imagination ;mais je suppose qu’elle va être aidée à retrouver la sienne dans la quotidienneté, avec son histoire, ses savoir-faire peut-être plus étendus qu’on se les représente ; elle a beaucoup dit qu’elle était « fière » et « orgueilleuse » mais à son retour au quotidien nouveau, elle mettra peut-être aussi son « orgueil » ; elle y sera accompagnée par ses thérapeutes dont c’est le métier , la « vocation » qui rencontrera celle de Clopine qui est attachante, et sera soutenue une fois qu’elle aura « refait surface »;

l’ombelle des talus dit: à

Commando marine d’aquarium !

et alii dit: à

pépin germé dans une capote islandaise moisie

B dit: à

Vous croyez que ces choses là se négocient, peuvent trouver un terrain d’arrangement ?

A plus de soixante ans, c’est sûrement éprouvant, désespérant de se faire larguer et de perdre avec cela tous ses points d’ancrage. Je suppose qu’en connaissant Clop, il était facile de prévoir l’orientation de son choix. Rupture . Être confronté à la concrétisation de celle-ci, c’est une autre affaire. Adieu veaux, vaches, cochons, feux de bois dans la cheminée, potager, fruitiers. Ajouté au marasme affectif et sentimental. Un début d’hiver un peu rude. De quoi perdre toutes ses feuilles d’un seul coup. C’est assez drôle que ceux qui possèdent tant ne puissent imaginer ce qu’au delà de la déception sentimentale, le déracinement et la perte des repères bassement matériels peuvent semer. Spiritualité? Mon c.l, c’est du poulet?

et alii dit: à

confetti frivole enrubanné

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*