de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Eric Vuillard, un zeste d’exactitude poétique dans l’intelligence de l’Histoire

Eric Vuillard, un zeste d’exactitude poétique dans l’intelligence de l’Histoire

De prime abord, il n’en a pas l’air. Paisible, fin, lisse, souriant : on lui donnerait le bon Dieu sans confession mais l’on sent déjà que cela n’irait pas sans contestation de sa part. Car malgré tout ce qui se manifeste en lui d’immédiatement bienveillant, dès que la conversation s’engage, Eric Vuillard, prix Goncourt 2017 pour L’Ordre du jour, se révèle comme un homme de paradoxes. Un natif de 1968 dont la biographie pose problèmes. A peine découvre-t-on qu’il n’a cessé de déserter le lycée qu’il confie avoir accumulé les diplômes par la suite ; serait-on tenté de déduire un tropisme de la brièveté de ses livres qu’il avoue sa préférence pour la lecture des grandes épopées romanesques ; dévoile-t-il son admiration pour le grand écrivain du Risorgimento et du romantisme italien Alessandro Manzoni que l’on s’attend aussitôt à l’entendre citer des pages de son fameux roman Les Fiancés, ce dont il se garde bien, lui préférant son essai très peu connu en France Histoire de la colonne infâme. Avec Eric Vuillard, le plus vif et le plus aigu des écrivains d’histoire de notre époque, il vaut mieux s’attendre à l’inattendu même si rien en lui ne l’annonce.

Une famille d’origine franc-comtoise du côté de Lons-le Saulnier, une adolescence dans la bourgeoisie lyonnaise, des parents qui plaquent tout pour retaper un village en ruines dans la Drôme et y vivre, des études secondaires au lycée Ampère brutalement abandonnées à 15 ans pour aller se promener en Europe, puis reprises après quelques temps, délaissées à nouveau avant d’être une fois de plus rattrapées à Aix-en-Provence. Pas le moindre sentiment de gâchis pourtant, ni de temps perdu, car une figure lumineuse émerge de ces allers et retours : celle d’Henri Roll, son charismatique professeur de Lettres, une forte personnalité, le premier lecteur adulte à qui il osa soumettre ses poèmes :

«Il m’a dit : ce que tu fais, c’est ce qu’il faut faire. Ca m’a donné confiance. J’avais 16 ans. Il m’a sauvé la mise en prenant même des risques… – Mais encore ? – C’est secret, pour l’instant. Un jour, je l’écrirais ».

En attendant, il lui a dédié La Bataille d’Occident (2012). Façon de payer sa dette. Pour autant, il ne s’établit pas poète mais se lance dans un DEA de théorie du droit, un autre de science politique, une DEA de philosophie avec Jacques Derrida sur la dimension politique des métaphores collectives avant de terminer par une licence d’anthropologie. Juste de quoi se confirmer dans l’idée que le droit n’est qu’« un instrument de domination destiné à préserver la propriété privée et les privilèges ». Aucune envie de devenir enseignant ni juriste. Juste l’obéissance à son instinct du moment, lequel se détermine dès lors et pour longtemps sur un impérieux désir d’écrire. De lire et d’écrire plutôt car l’un ne va pas sans l’autre en s’offrant le privilège de n’avoir jamais été salarié nulle part.

Lire avidement, des romans, des biographies, des essais, mais toujours lire à la maison. Ecrire tout aussi ardemment, une fois trouvée sa forme propre dont il ne déviera guère, de brefs récits sans fiction à la frontière entre la littérature, la poésie et l’Histoire, mais toujours à l’extérieur, dans les lieux publics, les terrasses des cafés. Près de dix livres depuis 1999 qui ont déjà fédéré un public de fidèles, publiés chez Michalon, Léo Scheer et désormais Actes sud, des éditeurs qu’il n’a pas vraiment choisis ; c’est Laurent Evrard, une sorte de moine-soldat de la librairie à Tours qui s’est pris de passion après avoir lu ses premières pages sur manuscrit et s’est ainsi institué son ange-gardien éditorial, qui leur a à chaque fois envoyé les textes.  L’ensemble constitue une fresque qui se veut une méditation sur le Temps.IMG_9447 2

« L’Histoire s’est imposée comme un recours à notre époque où la perspective est émiettée », observe-t-il. Le Hugo des Misérables, de Quatrevingt-treize, de la Légende des siècles, tout Zola, le théâtre de Claudel, le Tolstoï de Guerre et paix, voilà pour les classiques qu’il ne cesse de relire et d’approfondir, quitte à aller s’imprégner de la pensée du grand écrivain en allant marcher à Guernesey. Jacques Dupin et Mathieu Bénézet du côté des poètes. Pascal Quignard, Pierre Michon, Pierre Bergougnoux pour les contemporains  à propos desquels il observe :

« C’est une génération que l’Histoire a requis mais de manière moins politique que la mienne car c’est une histoire moins vive, plus ancienne ».

Quant aux historiens, il cite volontiers ceux avec lesquels il entretient des relations personnelles ou amicales au-delà de la lecture de leurs travaux, Arlette Farge, Patrick Boucheron, Sylvain Venayre. De quoi constituer non un mouvement, une école non plus qu’un club sélect, mais mieux, une famille d’esprit. Eric Vuillard se reconnaît dans ce qu’ils écrivent. C’est une question de langue commune : « L’écriture est un indicateur de vérité, comme dans le chant lyrique : si ça sonne faux, c’est que ce qui est dit c’est faux » dit-il avant d’évoquer le prochain de ses livres, à paraître en septembre 2018, du moins celui sortira du lot car il en a toujours plusieurs en chantier. Cette fois, l’Indochine française, et comment d’anciens résistants et combattants de la France libre ont pu se jeter dans les guerres coloniales sans état d’âme. Trois parties : d’abord Haiphong bombardée en 1946 ; puis la bataille pour la route coloniale 4 avec la défaite française à Cao Bang en 1950 et les débats parlementaires que cela a suscité, enfin la bataille de Diên Biên Phu trois ans plus tard, dernier affrontement majeur de cette guerre.

Pour deviner que ce nouveau récit sera aussi féroce que le dernier en date, cet Ordre du jour dans lequel vingt-quatre barons du capital en quête de hauteur vont de renoncements en abaissements lors la réunion du 20 février 1933 au palais présidentiel du Reichstag à Berlin en présence de Goering, si donc on ne doute pas que son Indochine revisitée nous dégrisera et nous débarrassera des mythes qui l’entourent, c’est qu’il en a donné récemment un aperçu dans des extraits publiés dans la Nouvelle Revue française, notamment de féroces portraits des généraux Castries et Navarre. A nouveau, il y introduira de l’exactitude poétique dans l’intelligence de l’Histoire, et une tension entre le geste vif et le temps long, la fulgurance d’une action et son enlisement. Et comme dans ses précédents livres, les sources remonteront dans le corps du texte. De toute façon, il en est convaincu, les hommes politiques ne font pas le destin des nations :

« C’est le jeu entre une pression sociale et un monde politique capable de s’y adosser. La démocratie ne peut se réduire aux institutions. Ils y a la rue, les syndicats, les associations… »

Si toutefois d’aucuns en doutent encore, le président n’est pas son cousin.

(« Nuit, Paris, 1959 » photo de Christer Strömholm, accrochée à « Etranger résident », la collection Marin Karmitz exposée jusqu’au 20 janvier à la Maison rouge à Paris ; « Eric Vuillard le mois dernier » photo Passou)

 

Cette entrée a été publiée dans Littérature de langue française, vie littéraire.

634

commentaires

634 Réponses pour Eric Vuillard, un zeste d’exactitude poétique dans l’intelligence de l’Histoire

JC..... dit: 24 décembre 2017 à 9 h 39 min

Lire, écouter, savourer les dires de Benoit Hamon de Sixpourcent, haut représentant de l’effondrement socialiste, est pour moi un bonheur sans mélange.

Nous avons là, dans cette poupée minuscule, un nouveau Desproges triste, sans idées, sans humour : une ruine désarticulée !

rose dit: 24 décembre 2017 à 9 h 36 min

je penche plutôt pour JJJ à 9h15.
Adieu veaux vaches cochons couvées et l’Académie française.
L’avenir le dira.

rose dit: 24 décembre 2017 à 9 h 33 min

closer à 9h14

il se peut que ce soit le motif ; faible et se fichant de tout, sur la pente descendante. Celui qui a obtenu cela d’elle est un sacré filou : si je l’avais en face de moi, je lui filerais une baffe pour lui apprendre à respecter les danes qui ont un âge certain.

rose dit: 24 décembre 2017 à 9 h 30 min

Assouline a dû réfléchir ; c/ses décisions ne sont pas prises à la légère.

Pas forcément Gallimard mais les actionnaires. C’est ce qui a été écrit.

Céline est un écrivain, en cela il a toute latitude. Si ce qu’il écrit est ordurier, le risque est que cela fasse pâlir son étoile.

Je vous ai tous lu attentivement.

Il me semble que la liberté d’expression est à défendre.

ce § là est fabuleux, « encugalailler les moumouches » et ce qui suit. C’est d el’invention post moderne ; en son temps il était pilote, novateur, unique. Je l’ai aussi lu très tard, parce que je vous ai connu. L’était pas dans mes tablettes (où sont plutôt des résitants d ela première heure, mais c’est par hasard).

Bon dimanche à tous

(les moumouches, je trouve que cela démontre une certaine affection pour les mouches ; donner de l’air en restant dans le sujet, c’est très fort, soleil vert).

JC..... dit: 24 décembre 2017 à 9 h 28 min

Closer, j’avais en tête que Thucydide ne rapportait pas de rumeurs invérifiables comme Hérodote, semble-t-il, le faisait couramment.

Suis-je dans l’erreur en pensant que Thucydide est un historien plus « sérieux » qu’Hérodote ??

JC..... dit: 24 décembre 2017 à 9 h 26 min

Soit il fait exprès d’être con.minable.nullos, JJJ vers 9h15, soit c’est de naissance… Je penche pour la seconde solution !

Car Pierre Assouline a bien eu raison de faire ce qu’il a fait ! Je ne le vois pas angoissé par ce détail de l’histoire, la préface d’une réédition des pamphlets !

Gigi doit avoir ses règles…

closer dit: 24 décembre 2017 à 9 h 20 min

Renato, je n’ai parlé de Thucydide que parce qu’un autre l’a fait, d’une façon tellement absurde qu’on ne peut que la mettre sur le compte d’un degré d’alcoolémie plus élevé que d’habitude…

closer dit: 24 décembre 2017 à 9 h 17 min

 » qu’il donne en une liste ses motivations précises à voir publier ces pamphlets »

Pourquoi Gallimard publie-t-il les pamphlets? Parce que Céline est un écrivain majeur, que ces pamphlets sont scandaleux et impubliable et que ça fera du buzz et de bonnes ventes…

Vous compliquez tout!

Janssen J-J dit: 24 décembre 2017 à 9 h 15 min

23.02 rose pardon d’avoir douté de votre fidèle citation ; il est vrai que je ne suis pas un grand lecteur de LFC.
Non moi, voyez ce qui m’inquiète… c’est de voir déjà poindre le naufrage de Pierre A. devant le tribunal de l’Histoire, il ne s’en remettra jamais et nous n’aurons rien fait pour le sauver et sauver son blogue. Déjà qu’il avait commis une bévue monumentale avec Houellebecq…. Les signes indubitables de la vieillesse et de la perte du sens des responsabilités seraient circonstance atténuantes ?…
Pierre A., ressaisissez-vous ! Vous allez le regretter toute votre vie, on ne retiendra plus de votre trace dans l’histoire que cette malheureuse décision, en dépit de tous vos autres combats pour la littérature, les lettres. C’est moche et dommage. Je suis athée (rré), mais je prie néanmoins pour sauver votre âme juive. Et que paix soit sur la terre aux hommes de bonne volonté, que la joie demeure.

closer dit: 24 décembre 2017 à 9 h 14 min

Pourquoi Lucette a-t-elle changé d’avis?

Parce qu’elle a 105 ans et qu’elle est devenue influençable et incapable de se défendre…Pas la peine de chercher très loin.

closer dit: 24 décembre 2017 à 9 h 08 min

Annibal, ci-dessous un extrait de la notice wikipedia sur Thucydide, qu’aucun helléniste ne contestera, et qui montre l’absurdité d’établir un lien si ténu soit-il avec les idées nazies sur l’histoire (ou sur quoi que ce soit):

« Thucydide est un véritable historien au même titre qu’Hérodote au sens où il rationalise les faits et explore les causes profondes des événements, en écartant tout ce qui procède du mythe ou de la rumeur. Pour lui, la qualité fondamentale de son métier est l’exactitude, qui implique l’impartialité, et son premier devoir consiste donc à rechercher la vérité. Lui-même expose d’emblée sa méthode (I, XX, XXI, XXII), en expliquant le soin qu’il a mis à recueillir tous les documents, tous les témoignages, et à les comparer pour en tirer ce qu’ils contenaient de vérité. »

renato dit: 24 décembre 2017 à 8 h 19 min

“cette invention qu’il juge païenne”

Mais quelle religion n’est pas païenne ? Collectionneurs de survivances !

JC..... dit: 24 décembre 2017 à 5 h 31 min

« Les pamphlets de Céline sont dangereux dans le contexte actuel de résurgence de l’antisémitisme en Europe. »

Tiens donc ! Ben voyons ! Dangereux ?! et on ne se pose pas la question de la dangerosité de l’Alcoran dans le contexte actuel de résurgence , etc, etc …. ?! L’alcoran, pas question de l’interdire, hein ?! Vos marchez sur la tête, mes petits choux, avec votre reflexe fasciste d’interdiction….

Laissez s’exprimer les gens ! même le Louis Ferdinand Céline des pamphlets. Et oubliez Serge Klarsfeld, il a passé son temps depuis longtemps !

bérénice dit: 24 décembre 2017 à 5 h 18 min

On pourra surtout acheter cette édition pour l’appareil critique

vous suggériez que la nouvelle édition ne serait qu’un copié-collé de la précédente, hormis le prix y-aura-t-il une autre différence?

bérénice dit: 24 décembre 2017 à 5 h 06 min

Je garde ça sous le coude… Peut-être que ce sont effectivement des cyniques, descendants de juifs déportés

le cynisme ne connaîtrait aucune frontière, aucune limite (( c’est une de ses composantes) , je ne connais rien à la généalogie des Gallimard mais si ce que vous affirmez est vrai, à savoir famille juive, alors on pourra dire qu’ils sont oublieux du passé d’une part- de l’autre peu respectueux de l’interdit de l’auteur en question et plus intéressés par le profit que par son origine, le capitalisme défend un peu cette formule- la fin justifie les moyens – et la fin pour ce système consiste à générer du profit qu’elles qu’en soient les conséquences sur les hommes, la planète et tout ce qui la constitue , sur le présent, le passé, et l’avenir en l’hypothéquant et en continuant de feindre de les ignorer . Ceci dit, de Chaloux plus particulièrement, j’aurais attendu sans exiger qu’il donne en une liste ses motivations précises à voir publier ces pamphlets car à part dire je suis pour quand les autres sont contre il ne fournit pas d’arguments explicitant le bénéfice culturel escompté auquel une telle entreprise ,selon lui, aboutirait.

Wiki ne confirme pas cette supposée ascendance en revanche mentionne que Gaston Gallimard fut inscrit en 1943 sur une liste d’éditeurs ayant collaboré.

Widergänger dit: 24 décembre 2017 à 1 h 03 min

Dlaporte n’est qu’une immonde merde antisémite qui calomnies un petit fils de déportés en le traitant de nazi et de kapo ! C’est tout dire !

Chaloux dit: 24 décembre 2017 à 1 h 01 min

Non, Alapuerta, pour le coup le Blabla tout sot qu’il soit n’y est pour rien. C’est toi qui es un crétin pur jus. Il y a toujours un moment où les grands bavards à cervelle en papier-journal se trahissent. Ce soir, c’est ton tour…

Delaporte dit: 24 décembre 2017 à 0 h 53 min

Dans un camp de concentration nazi, le wgg aurait fait un remarquable et féroce kapo ! Il aurait pu donner là libre cours à sa cruauté sadique et à son sens particulier de la dialectique !

Chaloux dit: 24 décembre 2017 à 0 h 51 min

Non, Alapuertadelsol n’est pas antisémite. Il poste juste des propos qui le sont. Nuance… Il y a toujours une nuance, même avec les crétins de cet acabit.

Delaporte dit: 24 décembre 2017 à 0 h 51 min

Il faut vraiment être aussi gonflé que wgg, avec son mépris humain, pour donner des leçons de morale. Cet individu infecte ne sait que vilipender et diffamer son prochain, ce qui est contraire à la loi juive. Ce wgg est vraiment le mauvais juif, qui fait honte à sa communauté, dont il est d’ailleurs extrêmement éloigné sur tous les plans. Le génie juif ne retentit jamais en lui !

Delaporte dit: 24 décembre 2017 à 0 h 44 min

Des mecs comme wgg font honte la nation juive. Mais non, je ne suis pas du tout antisémite, il faut vraiment être un taré comme wgg pour oser le dire. Beaucoup de mes commentaires ici le confirmeraient d’ailleurs très bien. Il suffit d’être attentif quand on me lit. Mais wgg ne sait pas lire, et encore moins apprendre la lecture à ses élèves, tel le prof raté qu’il a toujours été. Je ne suis pas antisémite, mais au Diable wgg !

Delaporte dit: 24 décembre 2017 à 0 h 00 min

L’ex-femme de Harvey Weinstein va, avec son divorce, toucher le jackpot. Une séparation qui coûtera très cher au gros mogul, et qui préfigure un peu celle – programmée – de Harry et Meghan Markle, dans un futur proche :

« Ainsi Georgina Chapman pourrait déjà recevoir une pension de 400.000 dollars par an pour chaque année de mariage, soit 4 millions de dollars au total. À cela s’ajouterait une prime de 250.000 dollars par année de mariage pour les premières années, puis 700.000 dollars pour les quatre années restantes. Enfin, Georgina Chapman devrait également toucher une «allocation logement» équivalente à 25.000 dollars par mois de mariage. Au total, le divorce avoisinerait donc les 11,75 millions de dollars. »

Pat V dit: 23 décembre 2017 à 23 h 53 min

 » enculagailler la
moumouche, »

Admirable expression qui devrait nous arrêter quelque peu pour sa richesse sémantique si expressive.
Bien sûr on perçoit à l’ évidence l’ expression toute classique :  » en.culer la mouche « , mais le terme  » enculagailler  » est riche par sa finale en -ailler, de quelque chose qui rappelle le poulailler. Bref, on en.ule du féminin plus que du masculin ( préférence célinienne? ) et le redoublement dans le mot  » moumouche « , de mouche, n’ est pas à piquer des hannetons. On pense évidemment à la proximité consonantique avec bouche.
Bref, tout cela pour montrer l’ extrême et confuse complexité de la partouze verbale de ce soir sur ce blog. Ça s’ enfile des mots sur tous les tons et par tous les bouts.

Delaporte dit: 23 décembre 2017 à 23 h 31 min

Vous n’avez pas le sens de la dérision. Mais faudrait voir effectivement quels sont les actionnaires du groupe Gallimard, et qui se fait du flouze avec tout le boniment que cette maison d’édition prestigieuse publie. Je garde ça sous le coude… Peut-être que ce sont effectivement des cyniques, descendants de juifs déportés. On pourrait alors critiquer…

Pat V dit: 23 décembre 2017 à 23 h 30 min

qu’est ce que vous avez tous ?(vous êtes déchaînés).Rose.

C’ est très simple Rose :
Ils s’  » enculagaillent la
moumouche, frénétisent l’Insignifiance, babillent ténu dans la pompe, plastronisent, »

Delaporte dit: 23 décembre 2017 à 23 h 15 min

« A nos réactions, il n’aura plus qu’à rédiger ladite préface : il va devoir faire plus qu’un pas de côté, carrément le grand écart ! »

Oui, Jacuzzi. Passou va se faire des couilles en or, rien qu’à recopier nos commentaires. Le travail est fait, tout est dit.

rose dit: 23 décembre 2017 à 23 h 02 min

Il faut que je lise absolument, paraît-il, une sorte d’article, le Portrait d’un Antisémite, par Jean-Baptiste Sartre (Temps modernes, décembre 1945).

c’est l’invention de Céline avec le ténia etc.

rose dit: 23 décembre 2017 à 23 h 00 min

Bon, je vous ai tous lu, avec musique sacré en fond de lecture.
Si seule la première page est géniale et le reste horrible, pourquoi lire le reste ?

La littérature salit comme elle embellit. Comme le cinéma.

Karsfeld c’est sa bataille, il ne peut déroger.
Gallimard quelles sont ses raisons ?
Vous vous êtes drôlement battus sur ce coup-là.
Les injures sont à proscrire radicalement, avant de donner des leçons à autrui.

rose dit: 23 décembre 2017 à 22 h 48 min

victimes de lois raciales et antisémites propagées par les pamphlets de Céline. (…) Et la vie personnel …comme chaloux n’entre pas en ligne de compte ici. Tout le monde s’en fout du …chaloux

Hyper délicat de se prendre pour le centre du monde. À Perpignan, à la gare.

Je ne crois pas que ce soient les pamphlets responsables de la propagation des lois raciales et antisémites.
Ils ont sans doute soutenu, au pire encouragé, mais propagé non.

Chaloux : tout ce qui est dit sur lui injures etc n’a aucun fondement tangible.

JAZZI dit: 23 décembre 2017 à 22 h 41 min

« J’ai conscience à long terme de mon impuissance et je sais que, tôt ou tard, ils vont resurgir en toute légalité, mais je ne serai plus là et ça ne dépendra plus de ma volonté. » »

Il faudrait que Passou nous explique les raisons de ce revirement dans sa préface !

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 22 h 40 min

Blabla : »Plus con qu rose, t’as quand même du mal à trouver dans l’EN ! »

Pourtant je ne serai certainement pas le seul à penser qu’il n’y a pas lieu de chercher bien loin…

Les premières pages de Bagatelles sont très drôles, mais ça se gâte rapidement. « Toute la musique célinienne »? Il ne faudrait tout de même pas exagérer.

rose dit: 23 décembre 2017 à 22 h 38 min

Extrait lu de L’école des cadavres complètement horrible : il soutient Hitler, les allemands et conspue les juifs. Ouh la.

rose dit: 23 décembre 2017 à 22 h 35 min

« J’ai interdit la réédition des pamphlets et, sans relâche, intenté des procès à tous ceux qui, pour des raisons plus ou moins avouables, les ont clandestinement fait paraître, en France comme à l’étranger.
Ces pamphlets ont existé dans un certain contexte historique, à une époque particulière, et ne nous ont apporté à Louis et à moi que du malheur. Ils n’ont de nos jours plus de raison d’être.
Encore maintenant, de par justement leur qualité littéraire, ils peuvent, auprès de certains esprits, détenir un pouvoir maléfique que j’ai, à tout prix, voulu éviter.
J’ai conscience à long terme de mon impuissance et je sais que, tôt ou tard, ils vont resurgir en toute légalité, mais je ne serai plus là et ça ne dépendra plus de ma volonté. »

Lucette Destouches

trouvé sur le site donné par zerbinette dndf, merci

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 22 h 29 min

22h13 attention à vous qui bramez, la chasse n’est pas fermée et un beau cerf a été abattu dans l’Oise , les gens comme dirait M ont signifié leur désapprobation tandis qu’un tigre fut battu dans un parc animalier afin de faciliter la prise de vue photo des visiteurs, la presse s’en est émue, à quelle espèce vous identifiez-vous? L’Ours plantigrade et puissant? Le cheval, noble élégant, un cétacé en mode sous-marin espion? Le cerf qu’on aimerait tant rencontrer au hasard des promenades en forêt?

Janssen J-J dit: 23 décembre 2017 à 22 h 21 min

(dernier touite) Des 20 romans retenus par El Pais pour 2017, je n’ai lu que le Mc Ewan (Cascara de nuez), qui n’était certainement pas le meilleur de cet auteur. J’apprécie la photo de la fille en maillot rouge sur le couv. du roman de Mary Karr (El Club de los mentiros). J’ignore si on le trouve aux puces de Madrid et à quel prix. Bonne nuit à Patricia Kass qui lit très souvent la rdl.

rose dit: 23 décembre 2017 à 22 h 20 min

L’antisémitisme d’aujourd’hui, nous savons tous très bien d’où il émane. Il n’a rien à voir avec celui de la première moitié du XXe siècle.

moi, pas trop, j’avoue.

rose dit: 23 décembre 2017 à 22 h 18 min

Entretien avec Albert Zbinden, 1957

c’est instructif zerbinette, merci.

Il dit qu’il a pris partie en péchant par immodestie, il reconnaît ses torts, attitude intelligente s’il en est. Aujourd’hui c’est devenu banal : chacun dit affirme qu’il a raison s’exprime sur les réseaux sociaux, professeur ou pas.

rose dit: 23 décembre 2017 à 22 h 14 min

Houellebecq aussi est devenu un succès de librairie avec Soumission.
Il me semble que c’est lorsque les gens cherchent à comprendre un « phénomène » de société qui leur échappe, parce qu’ils marchent le nez sur leurs chaussures.

J’écoute l’Ave Maria. Merci bérénice.
J’ai raté la dispute.

rose dit: 23 décembre 2017 à 22 h 09 min

je n’ai rien lu jazzi ; c’est une réaction spontanée. Ce type est médecin, je crois qu’il faut se le rappeler, il reçoit tout le monde dans son cabinet. L’autre jour un toubib en souriant a dit  » la nature humaine ».

JAZZI dit: 23 décembre 2017 à 22 h 03 min

Oui, rose. J’osais pas trop le dire. Je ne suis pas d’accord avec DHH, qui dit que n’importe quel écrivaillon aurait pu en faire autant ! On y retrouve toute la musique célinienne, à son meilleur ! C’est bien là le problème…

rose dit: 23 décembre 2017 à 22 h 00 min

les ruraux améliorent leur ordinaire d’une frugalité exemplaire.

En Espagne aussi, les ruraux améliorent : dans une maison de retraite dix millions d’euros paf. Finies les couches culottes. Sacré Noël !

Janssen J-J dit: 23 décembre 2017 à 21 h 59 min

@Je n’ai plus le droit de le dire, JJJ me l’ayant interdit. Adressez-vous à lui. Il parait que je suis salace, etc…

Elle est bien bonne celle-là, D ! Je vous supplie Oui-Oui de me pardonner si je vous ai blessé et de nous faire part de votre repas de Noël. Je suis sûr que vous l’avez dument peaufiné avec votre famille.

@Merci DHH pour le conte du Père Goriot, je comprends mieux. Il est magnifique !

@Jazzman, laissez-la tranquille, elle est partie en vacances, n’allez-pas nous la rappeler, elle est heureuse de son couplet justicier sur serge k., laissons-le lui, elle n’a pas trop grand chose d’autre à s mettre sous la dent quand il n’y a pas les insultes…

@et dire qu’on va devoir se taper le bal des porcs-épics gwg//chlx durant toutes les vacances !

NB/ Pari tenu, j’ai presque achevé Jérusalem, une entreprise d’écriture et de lecture monstrueuse… Il va falloir du temps pour mettre les notes à jour, maintenant ! Alan Moore (+ Claro), vous aurez assurément ennobli et ébloui cette médiocre année littéraire française…

A toutes et à toussent, une belle nuit de noël/ Songez à mettre quelques graines aux petits oiseaux et un sandwich à Jean-Xavier, le SDF du coin, ce soir du 23 décembre. A bientôt.

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 21 h 58 min

20h41 je crois q’il s’en prend à ceux du bloc est qui se sont compromis avec Lénine, de là à faire de cette élite compromise une généralité il fallait certes avoir un dentier prédestiné à l’antisémitisme qui condamne tous les juifs; c’est un peu comme si moi qui n’admets par exemple pas l’attitude de certains français je finissais par tous les conditionner dans le même sac pour les envoyer à la maison d’arrêt.

rose dit: 23 décembre 2017 à 21 h 58 min

Bagatelles, c’est 1937, pourquoi insister? Tu dates L’Apocalypse à ses années de rééditions? Et pour Homère, tu penses quoi ?

et ça, c’est tellement bon ?

Mais qu’est ce que vous avez tous, ce jour ?

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 21 h 53 min

Bon alors, la Roumanie est un sanctuaire presque’un jardin d’Eden car aucune machine, aucun désherbant, aucun pesticide n’a été employé depuis plus d’un demi-siècle. Des tas d’aquarellistes anglais se sont donnés pour mission de traduire l’héritage intact roumain en un bel herbier peint, fidèle à la nature et il s’agit maintenant sans abîmer ce patrimoine de l’exploiter afin que les ruraux améliorent leur ordinaire d’une frugalité exemplaire.

rose dit: 23 décembre 2017 à 21 h 50 min

« Le monde est plein de gens qui se disent des raffinés et puis qui ne sont pas, je l’affirme, raffinés pour un sou. Moi, votre serviteur, je crois bien que moi, je suis un raffiné ! Tel quel ! Authentiquement raffiné. Jusqu’à ces derniers temps j’avais peine à l’admettre… Je résistais… Et puis un jour je me rendis… Tant pis !… Je suis tout de
même un peu gêné par mon raffinement… Que va-t-on dire ? Prétendre ?…
Insinuer ?…

Un raffiné valable, raffiné de droit, de coutume, officiel, d’habitude doit écrire au
moins comme M. Gide, M. Vanderem, M. Benda, M. Duhamel, Mme Colette, Mme
Fémina, Mme Valéry, les « Théâtres Français »… pâmer sur la nuance… Mallarmé,
Bergson, Alain… troufignoliser l’adjectif… goncourtiser… merde ! enculagailler la
moumouche, frénétiser l’Insignifiance, babiller ténu dans la pompe, plastroniser,
cocoriquer dans les micros… Révéler mes « disques favoris » … mes projets de
conférences…

Je pourrais, je pourrais bien devenir aussi moi, un styliste véritable, un académique
« pertinent ». C’est une affaire de travail, une application de mois… peut-être d’années…
On arrive à tout… comme dit le proverbe espagnol : « Beaucoup de vaseline, encore
plus de patience, Eléphant encugule fourmi. »

Mais je suis quand même trop vieux, trop avancé, trop salope sur la route maudite du
raffinement spontané… après une dure carrière « de dur dans les durs » pour rebrousser
maintenant chemin ! et puis venir me présenter à l’agrégation des dentelles !… »

Franchement, quel talent ! Merci jazzi

JAZZI dit: 23 décembre 2017 à 21 h 47 min

« Et Assouline, qui va écrire la préface »

C’est un malin, le Passou, Chaloux !
D’un côté, il nous appâte en nous en refilant une couche sur Vuillard et, en douce, il nous annonce sa participation à l’édition des pamphlets interdits.
A nos réactions, il n’aura plus qu’à rédiger ladite préface : il va devoir faire plus qu’un pas de côté, carrément le grand écart !

rose dit: 23 décembre 2017 à 21 h 41 min

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 15 h 24 min
(…) je ne comprends pas qu’il se soit à ce point fourvoyé ni pourquoi.

n’ai pas lu les pamphlets ; ni le bulletin.
L’on peut chercher une réponse dans son métier : il connaît bien la nature humaine, et il ne se fait aucune illusion. C’est son truc à Céline de brosser les tableaux crûment.
Et puis, il est pragmatique. Il n’a pas la langue dans sa poche.

nota : qu’est ce que vous avez tous ?(vous êtes déchaînés).

JAZZI dit: 23 décembre 2017 à 21 h 00 min

« les fondements de la République française »

Tu n’as plus que ces mots à la bouche, LVDLB, tu te prends pour Marianne !

christiane dit: 23 décembre 2017 à 20 h 48 min

@DHH dit: 23 décembre 2017 à 18 h 48 min
Oui, DHH, une litanie ennuyeuse, poussiéreuse, haineuse qui ressemble à une prolifération irrépressible d’un vieux qui ne peut s’empêcher. Quand je pense à tous les livres que ce grand éditeur pourrait mettre au jour… Que d’argent, de papier, de typographes, d’imprimeurs utilisés à perte.
Je pense aussi, hélas, que d’autres moyens pétris de violence sont les armes d’aujourd’hui.
Il est bien triste qu’à sa semblance des êtres d’ici s’abîment… Où est la lumière de Noël qui dit paix et douceur dans les yeux des enfants ? Dommage, tout est devenu gris, sale, marécageux, ici…
Pour les mères… grand mystère. Elles ne se comprennent que dans la transmission de mère à fille.
Pourquoi le silence est-il si souvent associé à la mère ?
Albert Camus écrivait : « … je mettrai encore au centre de cette œuvre l’admirable silence d’une mère et l’effort d’un homme pour retrouver une justice ou un amour qui équilibre ce silence. »

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 20 h 41 min

L’accusation portée par Céline dans ses pamphlets contre les Juifs accusés d’être la cause de la guerre ne fait que reprendre de très vieiles accusations déjà à l’époque de Luther en Allemagne comme Johannes Eck (1486-1543) qui prend aussi bien l’Ancien Testament que l’histoire à témoin pour illustrer la nature portée au meurtre des Juifs (Ingolstadt, 1541)

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 20 h 33 min

Virulence de la piqûre elle-même qui demande à ce que la victime tende l’autre joue au lieu de se défendre ! Belle mentalité !

On le lit encore avec le dernier commentaire de l’autre abruti, qui ne sait même plus quoi répliquer !

Delaporte dit: 23 décembre 2017 à 20 h 30 min

« Il ne s’agit pas d’Assouline dans mon dernier commentaire mais des esprits virulents sans retenue ni raison comme chaloux et delaporte. »

Quelle confusion dans votre esprit, Wgg ! Vous n’y retrouvez pas vos petits !!!

Ed dit: 23 décembre 2017 à 20 h 28 min

DHH dit: 23 décembre 2017 à 20 h 00 min
Ed 18 h 59
ces mères ne pensent qu’au bonheur de leurs enfants et sont indifférentes à la place qu’elles tiennent dans la vie de leurs enfants.
cette attitude est illustrée par ce petit conte archiconnu dans les familles juives, qui exagère un comportement dans lequel toutes les meres juives,les vraies, se reconnaissent.
un garçon voulant montrer son amour à la femme qu’il aime accepte de lui donner la preuve qu’elle lui demande : lui apporter le cœur de sa mere .
Ce qu’il fait certes douloureusement
il tue donc sa mere et apres avoir recupere le cœur qu’il place dans une urne , il enfourche son cheval pour apporter dare -dare son trophée à sa belle
Mais en chemin son cheval trébuche ,le cavalier tombe et lâche l’urne qui se brise ,le cœur s’en échappe et il l’entend lui dire « tu ne t’es pas fait mal au moins mon fils »
c’est un peu le pere Goriot qui abandonné de ses filles dans son lit d’agonie veut savoir si Anastasie était belle et avait ses bijoux au bal

Sublime conte. Merci de l’avoir partagé !

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 20 h 14 min

En 1543, le Conseil de la ville de Strasbourg avait d’ailleurs interdit le pamphlet de Luther quand on s’était rendu compte qu’un pasteur avait, dans un sermon, incité ses paroissiens à tuer les Juifs.

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 20 h 06 min

Et pour l’abruti de Langoncet c’est pareil qui passe son temps à publier des commentaires hostiles aux Israéliens, paravent commode de son antisémitisme qui ne trompe que ceux qui veulent être trompés.

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 20 h 04 min

Il ne s’agit pas d’Assouline dans mon dernier commentaire mais des esprits virulents sans retenue ni raison comme chaloux et delaporte.

DHH dit: 23 décembre 2017 à 20 h 00 min

Ed 18 h 59
ces mères ne pensent qu’au bonheur de leurs enfants et sont indifférentes à la place qu’elles tiennent dans la vie de leurs enfants.
cette attitude est illustrée par ce petit conte archiconnu dans les familles juives, qui exagère un comportement dans lequel toutes les meres juives,les vraies, se reconnaissent.
un garçon voulant montrer son amour à la femme qu’il aime accepte de lui donner la preuve qu’elle lui demande : lui apporter le cœur de sa mere .
Ce qu’il fait certes douloureusement
il tue donc sa mere et apres avoir recupere le cœur qu’il place dans une urne , il enfourche son cheval pour apporter dare -dare son trophée à sa belle
Mais en chemin son cheval trébuche ,le cavalier tombe et lâche l’urne qui se brise ,le cœur s’en échappe et il l’entend lui dire « tu ne t’es pas fait mal au moins mon fils »
c’est un peu le pere Goriot qui abandonné de ses filles dans son lit d’agonie veut savoir si Anastasie était belle et avait ses bijoux au bal

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 19 h 59 min

Blabla: »Certainement pas ! Les pamphlets de Céline sont dangereux dans le contexte actuel de résurgence de l’antisémitisme en Europe. Et les commentaires des deux abrutis de service n’a rien de rassurant à cet égard. »

Et Assouline, qui va écrire la préface, c’est qui? Goebbels? Va donc te coucher Blabla, la clairette de ton goûter t’a troublé le cerveau.

D. dit: 23 décembre 2017 à 19 h 49 min

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 19 h 39 min

D, la presse informe-t-elle des secrets du réveillon de la famille présidentielle? Que mangerez-vous ce soir, aujourd’hui?

Je n’ai plus le droit de le dire, JJJ me l’ayant interdit. Adressez-vous à lui. Il parait que je suis salace etc… que vous avez une documentation terrible sur mon cas, etc… Voyez avec JJJ.

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 19 h 48 min

Certainement pas ! Les pamphlets de Céline sont dangereux dans le contexte actuel de résurgence de l’antisémitisme en Europe. Et les commentaires des deux abrutis de service n’a rien de rassurant à cet égard. Ils montrent au contraire que la raison et la retenue ne tiennent aucune place dans certains esprits virulents et malades.

DHH dit: 23 décembre 2017 à 19 h 42 min

@wgg
est-ce que les textes de Luther sur les juifs sont actuellement interdits à la publication ?
si ce ‘est pas le cas c’est que désormais installés dans le statut de documents historiques ils ont perdu pour les lecteurs d’aujourd’hui toute portée idéologique militante
ne peut-on dire aussi cela de pamphlets de Celine?

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 19 h 39 min

D, la presse informe-t-elle des secrets du réveillon de la famille présidentielle? Que mangerez-vous ce soir, aujourd’hui?

Jean Langoncet dit: 23 décembre 2017 à 19 h 24 min

Quant à qualifier l’ONU de « machin », d’aucun pourrait se demander ce que serait Israël sans les résolutions de celui-ci

D. dit: 23 décembre 2017 à 19 h 23 min

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 12 h 32 min

Un million d’abrutis qui n’ouvrent jamais un livre vont s’exprimer sur les réseaux sociaux.


Je puis vous assurer que j’en fais partie, Chaloux. Le dernier livre que j’ai ouvert c’était en 74, un Oui-oui que la maîtresse m’a forcé à lire pendant les vacances. Oui-Oui et le vaca-vaca si ma mémoire est bonne. J’ai trouvé ça écrit beaucoup trop petit et manquant cruellement d’images.

JC..... dit: 23 décembre 2017 à 19 h 21 min

« Il est donc nécessaire de soutenir la démarche de Serge Klarsfeld. » (LVDB)

Il faut la soutenir, sa démarche, sinon elle s’effondre, noyée dans son inutilité !

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 19 h 15 min

Luther, dans ses pamphlets contre les Juifs, recommande aux autorités civiles ce que les nazis ne manqueront pas de mettre en œuvre. De ce point de vue, il n’y a absolument aucune différence entre l’antijudaïsme de Luther et l’antisémitisme des nazis : brûler les synagogues, détruire leurs maisons, confisquer tous les livres de prières et leur Talmudim, interdire l’usure (l’argent des Juifs pour les nazis, c’est similaire), les faire travailler à la sueur de leur front (les camps de concentration pour les nazis) et, s’il le faut, les expulser.

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 19 h 07 min

On sait tout le mal qu’on fait depuis leur publication en 1543 les traités de Luther remplis d’insultes sur les Juifs et on est en train de recommencer au XXIè siècle !

– VON DEN JUDEN UND IHREN LÜGEN (« Des Juifs et de leurs mensonges »)
– VOM SCHEM HAMPHORAS UNE VOM GESCHLECHT CHRISTI (« Du Nom ineffable et de la lignée du Christ »)
– VON DEN LETZTEN WORTEN DAVIDS (« Des dernières paroles de David »).

Des ouvrages qui font partie de la « question juive » en Allemagne !

Ed dit: 23 décembre 2017 à 19 h 00 min

Jean Langoncet dit: 22 décembre 2017 à 20 h 36 min
@Lennon a fait ses meilleurs disques après les Beatles

Indubitable. Avant, il n’en a fait aucun.

Logique implacable !

Ed dit: 23 décembre 2017 à 18 h 59 min

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 17 h 00 min
Evidence, le mien ( j’ose à peine car ED va surgir, je n’ai qu’un enfant ED, pardonnez le possessif) ne lisait à cet âge que des mangas et des BD.

Ah. Ah. Ah. J’espère que vous faîtes exprès de caricaturer mes propos.

Ed dit: 23 décembre 2017 à 18 h 57 min

Ed
ce que je voulais dire venait de mon expérience.toutes les mères juives que je connais ressemblent au père Goriot et je n’en ai jamais rencontré dans mon etourage du modele mythifié de matrone possessive, envahissante et castratrice inventé par les psy en mal d’explication du mal-être de leurs patients possessive

Alors je vous crois volontiers. Je connais beaucoup de juifs, mais pas leur mère. Intéressant de voir qu’un mythe peut nous faire croire n’importe quoi !

Delaporte dit: 23 décembre 2017 à 18 h 55 min

Steiner porte un regard lucide sur lui-même et ses livres :

Je me souviens d’Arthur Koestler me disant un jour : « Vous savez pourquoi vos livres sont tellement médiocres ? Parce que vous n’avez jamais été en prison. Au XXe siècle, ne pas avoir été en prison, c’est ne pas avoir été parmi les vivants. » G. Steiner

DHH dit: 23 décembre 2017 à 18 h 48 min

Ces textes de Céline vu leur pauvreté litteraire-si j’en juge par ce que j’en ai lu- auraient pu être écrits par n’importe quel scribouillard anonyme à la solde d’une officine de propagande et rester oubliés . La seule raison qui explique leur publication aujourd’hui c’est qu’ils qu’ils ont été écrits par Céline un homme qui est par ailleurs un monument de la littérature française du XX eme siecle .
Et c‘est là leur seul intérêt , permettre à ceux qui ont lu ou liront le grand Céline de compléter leur approche du personnage et de constater comment un grand esprit peut se laisser habiter par une idéologie délétère au point non seulement de perdre tout sens moral mais aussi de renoncer à ses propres dons d’écriture pour ne s’exprimer que dans la novlangue du vulgum pecus antis…..mite .
Cette publication s’adressera donc aux lecteurs habituels ou occasionnels des romans de Céline, dont la motivation n’est évidemment pas de chercher un aliment à leurs pulsions antisémites ;et cet accès facilité aux texte sera bien venu
Seront ils lus sous un autre jour ? c‘est la question
Je crois que c’est peu probable , le militantisme antis…mite ayant a sa disposition mille autres moyens plus efficaces pour diffuser et étayer son message que de s’appuyer sur le discours d’un écrivain dont les pamphlets ont une réputation sulfureuse notoire et ne peuvent donc servir de caution a ceux qui les invoqueraient.
Est-ce que je me trompe en n’estimant pas à sa juste mesure la capacité de nuisance de ces textes ? Peut-être .En tout cas l’argumentation que j’avance est la seule qui pourrait servir à l’éditeur en face d’une mise cause de la publication sur la base de la loi Marchandeau

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 18 h 44 min

On pourra surtout acheter cette édition pour l’appareil critique. Il y a trente-cinq ans, le bouquiniste à lunette teintées qui se trouvait au coin du pont, face à la défunte Périgourdine et au cabaret l’Ecluse en vendait une édition pirate autour de 800 francs -une somme à l’époque-, au nez et à la barbe de tout le monde, et à cent mètres du palais de justice. Alors…

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 18 h 43 min

La bassesse et la veulerie de tous ces crétins s’étalent déjà ici sans vergogne. On voit ce qu’il en sera après publication chez les crétins décébrés du même type !

Delaporte dit: 23 décembre 2017 à 18 h 35 min

Cette intégrale des pamphlets de Céline risque d’avoir du succès en librairie, malgré tout. Par exemple, moi-même, malgré mes préventions, je l’achèterai sans doute, et pas seulement pour la grandiose préface de Passou. Comme quoi. Ce sera une lecture immorale, un vice qu’on se permettra, en se disant : je le vaux bien, pourquoi m’en priverais ? Et l’on sera forcément déçu et mal à l’aise. On aura la gueule de bois.

Delaporte dit: 23 décembre 2017 à 18 h 25 min

Gallimard était sorti à peu près propre de l’Occupation. Et voilà que quelque sept décennie plus tard le fiston ne craint pas de se déshonorer avec une intégrale des pamphlets de Céline. Gaston et d’autres doivent se retourner dans leur tombe !!!

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 18 h 25 min

… Surtout pour bêtise, car en plus d’être ignare et prétentieux à proportions (grand poète, grand romancier, grand traducteur qui ne fera jamais rien, – sans compter l’amant inoubliable de pauvresses exotiques qui lui ont vidé son PEL), il est d’une bêtise à couper au couteau.

Delaporte dit: 23 décembre 2017 à 18 h 22 min

Ce qui est surtout néfaste est bien qu’une telle pourriture enseigne, on se demande quoi, à de jeunes élèves. Cela fait longtemps qu’il aurait dû être viré pour incompétence et mauvais esprit !

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 18 h 20 min

On voit où en est la France d’aujourd’hui à lire tous ces bœufs illettrés et calomniateurs ! Et on veut publier les pamphlets dans ce marigot de crétins !

Le suicide de la France !

Delaporte dit: 23 décembre 2017 à 18 h 20 min

C’est vrai que dans les rapports humains, l’insulte toujours haute, avec le mépris du prochain et des femmes, Wgg a une mentalité de nazi.

Delaporte dit: 23 décembre 2017 à 18 h 18 min

« Effectivement cette republication, secteur marchand, pose beaucoup de questions. »

Gallimard et Lucette auraient dû s’engager à reverser les droits à la Licra. Et vous, Passou, vous touchez combien sur ce coup-là, avec votre magnifique préface ?

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 18 h 12 min

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 18 h 03 min
Une merde d’homme !

Blabla, je suppose que c’est ainsi qu’on parlait des juifs à certaines époques. Je vois que tu as retenu la leçon, en bon dégueulis que tu es.

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 18 h 04 min

’une sombre merde d’homme !

WGG, n’employez pas les mêmes outils que ces gens que vous invoquez, langage digne d’un nazi . Au commencement…

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 18 h 02 min

Blabla : »Je suis petit fils de déportés à Auschwitz-Birkenau victimes de lois raciales et antisémites propagées par les pamphlets de Céline. En tant que tel je m’oppose à la publication des pamphlets. Et la vie personnel d’un gros con comme chaloux n’entre pas en ligne de compte ici. Tout le monde s’en fout du pauvre chaloux, qui par ailleurs n’est qu’une sombre merde d’homme ! »

Pauvre Blabla, tu nous as tellement menti, sur tous les registres possibles, qu’on peut douter de cela aussi…

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 17 h 56 min

une Constitution

et vous accusiez Madrid de franquisme, dac la répression aurait du être beaucoup plus soft voir ne pas avoir eu lieu, un encadrement aurait suffit conserver une image acceptable de la centralité du pouvoir. Céline est donc anticonstitutionnel, on parle de droit constitutionnel?j’imagine que le procès sera médiatisé et qu’en cette occasion nous donnera accès aux différents articles de la Loi qui interdisent la publication d’ailleurs antérieurement autorisée des textes sur le grill.

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 17 h 55 min

Mais cela n’a aucun rapport avec le fait d’être juif ou pas. Je suis petit fils de déportés à Auschwitz-Birkenau victimes de lois raciales et antisémites propagées par les pamphlets de Céline. En tant que tel je m’oppose à la publication des pamphlets. Et la vie personnel d’un gros con comme chaloux n’entre pas en ligne de compte ici. Tout le monde s’en fout du pauvre chaloux, qui par ailleurs n’est qu’une sombre merde d’homme !

Janssen J-J dit: 23 décembre 2017 à 17 h 54 min

@ Sur ce, à l’année prochaine, et Jooooyeux Noël à tous !

Oufle !… Ciao !…. C’est peut-êt’ même pas la peine de rev’nir après le 1er janvier 18 ! pour quelle nécessité franch’ment ?…

***(Attendons néanmoins le nb de minutes où tu vas la voir rappliquer en bateau avec julie)…

la vie dans les bois dit: 23 décembre 2017 à 17 h 48 min

psst, Langoncet, j’vais finir par être trop en retard !
la France dispose de textes, qui fondent la République, on appelle cela: une Constitution. Qui en fait aussi Etat de Droit. Je sais, ça fait un peu ringard de le repréciser. Mais en ces temps incertains, pour « mal informés », n’est-ce pas…il est nécessaire de le rappeler.
( suis partie, so long)

la vie dans les bois dit: 23 décembre 2017 à 17 h 39 min

oui, on peut tout à fait voir cette republication des pamphlets de Céline comme une attaque en règle des institutions de la République. Et si ça se double, par effet collatéral, d’intentions inavouables à destination d’un public  » mal informé », mais qui parait bien identifié par chaloupe, puisqu’il vient de l’aut’ côté du périf’ alors là c’est la fin des aricots.

Sur ce, à l’année prochaine, et Jooooyeux Noël à tous !

Jean Langoncet dit: 23 décembre 2017 à 17 h 38 min

@ceux qui veulent mettre à bas les fondements de la République française

Je ne comprends toujours pas en quoi cette publication porterait atteinte aux « fondements de la République française ».
Question de proportion.
L’ordre public serait-il soudainement menacé par des hordes d’antisémites qui s’ignorent, pour lesquelles la lecture de textes mineurs de Céline, publiés aux prestigieuses éditions Gallimard, agirait comme un révélateur ?
Plutôt le sentiment d’assister aux derniers soubresauts d’un monde qui n’en finit pas de finir. Les « fondements de la République française » sont en effet mis à mal, et ce depuis toujours, mais cette affaire est tout à fait marginale.
Enfin, insinuer qu’elle serait l’occasion de faire le procès manqué de Céline, ce serait tuer dans l’oeuf toute tentative d’interdire la publication de ces textes(au demeurant largement accessibles semble-t-il)

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 17 h 30 min

zerbinette, c’était une façon de lire et étendre la question d’un façon différente de la vôtre, voilà tout, votre réponse fut de mon point de vue idiote ou cherchant à être drôle mais elle ne m’a pas amusée.

la vie dans les bois dit: 23 décembre 2017 à 17 h 29 min

C’est déjà tout à fait faisable, la consultation en bibli publique, en France, pour certains pamphlets. Je ne sais pas si c’est le cas de tous les pamphlets.

Effectivement cette republication, secteur marchand, pose beaucoup de questions.

zerbinette dit: 23 décembre 2017 à 17 h 25 min

« 17h09 peut-on comparer le climat qui règne en 2017 à celui de 1942 »

Ce n’est pas à moi qu’il faut le demander mais à à 16 h 57

– – – – – –

Mon com de 16 h 54 est débloqué : Merci.

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 17 h 22 min

mette à bas le ou les fondements de la république… C’est sacrément gynécologique, descente d’organes pour cette république sous le poids d’un livre qui sera comme la de la nitroglycérine pour les esprits en mal de repères , ils iront s’y repaître pour fermenter un vendange vengeresse ( style agricole).

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 17 h 20 min

Espérons qu’Assouline fera rétribuer sa préface à l’exemplaire.

Nous allons faire une fortune!

(Talleyrand à B. Constant).

Delaporte dit: 23 décembre 2017 à 17 h 17 min

Une belle édition Gallimard toute neuve pour ces horribles pamphlets, je n’en vois pas la nécessité. Il suffisait de pouvoir se les procurer en bibliothèque ou chez les bibliophiles. Il y a là vraiment un faux pas éditorial que j’aimerais bien qu’on m’explique…

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 17 h 14 min

17h09 peut-on comparer le climat qui règne en 2017 à celui de 1942, nous ne sommes pas occupés mais victimes du terrorisme et assistons si on se réfère à certaines stat à une remontée des actes antisémites.

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 17 h 11 min

Avant de sortir, comme Clopine, j’aimerais bien savoir si Pascal Ory a donné son avis sur cette éventuelle publication.

zerbinette dit: 23 décembre 2017 à 17 h 09 min

« à Chaloux :
qu’auriez-vous pensé si, en 1942, on avait donné à lire Les Bagatelles à votre fils de 14 ans ? »

Il avait déjà un fils de 14 ans en 1942 ? Il est contemporain de Lucette alors ?

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 17 h 05 min

Si je ne me trompe, le texte sur Sartre figure dans le cahier de L’Herne. C’est là que tout jeune je l’ai lu. Un point où Céline ne s’est pas trompé : Sartre, c’est vraiment de la m…

Bonne soirée,

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 17 h 00 min

Evidence, le mien ( j’ose à peine car ED va surgir, je n’ai qu’un enfant ED, pardonnez le possessif) ne lisait à cet âge que des mangas et des BD.

zerbinette dit: 23 décembre 2017 à 16 h 58 min

Votre commentaire est en attente de modération.
23 décembre 2017 à 16 h 54 min
Pamphlet de Céline contre Sartre « l’Agité du bocal »

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 16 h 58 min

L’édition 8 est assez onéreuse 60 euros, Gallimard se lance-t-il dans une entreprise de démocratisation , Chaloux? Ne pensez-vous pas qu’à ce jeu, en cette époque de résurgence des sales idéologies il n’y ait pas un risque à parier gros sur le résultat des ventes?

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 16 h 57 min

Je te signale gros c… de Blabla qu’on peut avoir des déportés dans sa famille sans être juif. C’est mon cas.

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 16 h 56 min

Assouline n’aura que le soutien des chaloux et de leur fosse à purin mais jamais celui des petits fils de déportés dont je suis.

la vie dans les bois dit: 23 décembre 2017 à 16 h 55 min

Eh bien, c’est fort instructif tout cela.
Je comprends mieux l’enjeu de ceux qui veulent mettre à bas les fondements de la République française, en mettant des avertissement pour lecteurs « mal informés ». Et je souhaite, c’est presque le moment des voeux, que Serge Klarsfeld ait gain de cause. Cela en vaut la peine.

zerbinette dit: 23 décembre 2017 à 16 h 54 min

Pamphlet de Céline contre Sartre

« A L’AGITE DU BOCAL » de LOUIS FERDINAND CELINE

« Si Céline a pu soutenir les thèses socialistes des Nazis, c’est qu’il était payé »

C’est cette phrase de Sartre écrite en 1945 dans « Portrait d’un antisémite » (publié dans « Les Temps Modernes », et repris plus tard chez Gallimard sous le titre de « Réflexions sur la Question juive ») qui inspira à Céline ce pamphlet en réponse. Il l’envoya à Jean Paulhan qui ne le publia pas.

« Je ne lis pas grand-chose, je n’ai pas le temps. Trop d’années perdues déjà en tant de bêtises et de prison ! Mais on me presse, adjure, tarabuste. Il faut que je lise absolument, paraît-il, une sorte d’article, le Portrait d’un Antisémite, par Jean-Baptiste Sartre (Temps modernes, décembre 1945). Je parcours ce long devoir, jette un oeil, ce n’est ni bon ni mauvais, ce n’est rien du tout, pastiche… une façon de « Lamanièredeux »… Ce petit J.‑B. S. a lu l’Étourdi, l’Amateur de Tulipes, etc. Il s’y est pris, évidemment, il n’en sort plus… Toujours au lycée, ce J.‑B. S. ! toujours aux pastiches, aux « Lamanièredeux »… La manière de Céline aussi… et puis de bien d’autres… « Putains », etc. « Têtes de rechange »… « Maïa »… Rien de grave, bien sûr. J’en traîne un certain nombre au cul de ces petits « Lamanièredeux »… Qu’y puis-je ? Étouffants, haineux, foireux, bien traîtres, demi-sangsues, demi-ténias, ils ne me font point d’honneur, je n’en parle jamais, c’est tout. Progéniture de l’ombre. Décence ! Oh ! je ne veux aucun mal au petit J.‑B. S. ! Son sort où il est placé est bien assez cruel ! Puisqu’il s’agit d’un devoir, je lui aurais donné volontiers sept sur vingt et n’en parlerais plus… Mais page 462, la petite fiente, il m’interloque ! Ah ! le damné pourri croupion ! Qu’ose-t-il écrire ? « Si Céline a pu soutenir les thèses socialistes des nazis c’est qu’il était payé.  »

suite ici :

http://dndf.over-blog.com/article-2365298.html

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 16 h 52 min

Il faut laisser parler toute seule cette vieille glavioteuse perverse et délaissée de LVDB qui décidément ne comprend rien à rien et déforme tout. L’absolu isolement… un destin?

bérénice dit: 23 décembre 2017 à 16 h 48 min

. Et je parie qu’ils viennent du neuf-trois,

le fait est que les habitants de ce genre de quartier n’ont pas tous zéro en lecture en cm1.

la vie dans les bois dit: 23 décembre 2017 à 16 h 44 min

ah d’accord, je n’avais pas saisi toute la pourriture de chaloupe et de l’enflure.

Ce sont les pas français de souche qui vont aller en librairie acheter les pamphlets de Céline, vous m’en direz tant. Et je parie qu’ils viennent du neuf-trois, non ?

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 16 h 41 min

L’antisémitisme est un monstre protéiforme qui s’adapte à toutes les circonstances. Le lien entre le nazisme et le monde arabe est suffisamment étroit pour se méfier d’une publication des pamphlets aujourd’hui en France tout autant que dans les années Trente.

Delaporte dit: 23 décembre 2017 à 16 h 38 min

Il faut voir aussi le portrait de Céline fait pas Jünger dans son Journal pendant l’Occupation. Cela n’allait pas bien du tout la tête… Céline a plongé tête baissée dans le nazisme, donnant des leçons d’extrémisme aux Allemands eux-mêmes !

la vie dans les bois dit: 23 décembre 2017 à 16 h 37 min

« si on veut combattre l’antisémitisme, il faut aller le chercher et le sanctionner là où il se trouve aujourd’hui. » chaloupe va-t-en-guerre contre lui-même.

Serge KLarsfeld pense que trouver les pamphlets de Céline en librairie comme les  » Bagatelles » en France, en 2018, est insupportable. Au-delà du fait que ce sont des textes qui tombent sous le coup de la loi actuelle.

Chaloupe va nous trouver les références historiques, in extenso dans ces textes de Céline, qui permettent de dater l’antisémitisme des pamphlets.

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 16 h 37 min

Tout cela n’est qu’un tissu d’âneries qui ne mérite pas plus d’attention que les commentaires débiles de chaloux ou delaporte ici.

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 16 h 36 min

LVDB, je ne vous dis pas que Céline n’était pas une ordure. Il suffit de lire l’excellent livre de Philippe Alméras, Les idées de Céline, pour se convaincre que Céline était bien ce qu’il était. Je dis que Bagatelles n’est pas un texte de guerre. Sous l’Occupation, Céline avait besoin de papier pour être imprimé et toucher des droits d’auteur et il aurait léché n’importe quel c… pour en obtenir, avec un bonheur mêlé d’ailleurs : Abetz ne pouvait pas le voir en peinture et s’en méfiait.

Le problème n’est pas là. L’antisémitisme d’aujourd’hui, nous savons tous très bien d’où il émane. Il n’a rien à voir avec celui de la première moitié du XXe siècle.

zerbinette dit: 23 décembre 2017 à 16 h 30 min

Entretien avec Albert Zbinden, 1957

« Albert Zbinden : « Disons le mot, vous avez été antisémite. »

L.F. Céline : « Exactement. Dans la mesure où je supposais que les sémites nous poussaient dans la guerre. Sans ça je n’ai évidemment rien – je ne me trouve nulle part en conflit avec les sémites ; il n’y a pas de raison. Mais autant qu’ils constituaient une secte, comme les Templiers, ou les Jansénistes, j’étais aussi formel que Louis XIV. Il avait des raisons pour révoquer l’édit de Nantes, et Louis XV pour chasser les Jésuites… Alors voilà, n’est-ce pas : je me suis pris pour Louis XV ou pour Louis XIV, c’est évidemment une erreur profonde. Alors que je n’avais qu’à rester ce que je suis et tout simplement me taire. Là j’ai péché par orgueil, je l’avoue, par vanité, par bêtise. Je n’avais qu’à me taire… Ce sont des problèmes qui me dépassaient beaucoup. Je suis né à l’époque où on parlait encore de l’affaire Dreyfus. Tout ça c’est une vraie bêtise dont je fais les frais. »

La suite ici :

http://dndf.over-blog.com/article-2353377.html

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 16 h 27 min

Voila:
Chaloux dit: 22 décembre 2017 à 0 h 41 min

Jazzi, si on veut combattre l’antisémitisme, il faut aller le chercher et le sanctionner là où il se trouve aujourd’hui. Pas l’impression qu’on s’en occupe beaucoup, ce qui est effectivement une faute très grave. La republication des pamphlets de Céline n’y changera pas grand-chose. Ce qui n’enlève rien à l’immense respect dû aux Klarsfeld, qui ont contribué à changer notre société par leur combat et bien au-delà de leur combat, et qui comptent parmi nos vrais contemporains capitaux.

la vie dans les bois dit: 23 décembre 2017 à 16 h 26 min

« Bagatelles n’as pas été écrit pendant la guerre, et n’est pas paru pour la première fois pendant la guerre. »

C’est tout à fait exact. Je n’ai pas écrit le contraire, j’ai même donné la date de la 1ère édition.

Vous ne précisez pas que ce texte a été retiré de la vente, puis est devenu un succès de librairie à Paris, sous l’occupation.

POURQUOI ?

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 16 h 23 min

LVDB, vieille cognasse:
1) je ne bois que de l’eau.
2) Bagatelles n’as pas été écrit pendant la guerre, et n’est pas paru pour la première fois pendant la guerre.
3)J’ai dit ce que j’en pensais et pourquoi. Cherchez mieux.

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 16 h 20 min

« Les critiques se sont toujours inévitablement gourés…leur élément c’est l’erreur… »

Là, y en pas, comme dit la chanson…

la vie dans les bois dit: 23 décembre 2017 à 16 h 20 min

Pas du tout chaloupe.
Le texte  » bagatelles pour un massacre » s’il a été retiré de la vente, lors de sa première édition , a été un succès de librairie en 1941 et 1942. Sous l’occupation, et à Paris. Qui comme vous le soulignez à juste titre « n’était pas en guerre ».
Tout le monde va penser que vous ne voulez pas dire pourquoi vous pensez que Serge Klarsfeld a tort de s’opposer à leur republication.

Puisque hier vous avez intimé, cet audacieux: fermez le ban.

Allez chaloupe,vous la grande gueule ordurière avec deux verres dans le nez, ne soyez pas timide.

Au moins un qui veuille bien prendre la défense de Lucette et de son éditeur. Ce sera vous ou jamais.

Pat V dit: 23 décembre 2017 à 16 h 17 min

 » merde ! enculagailler la
moumouche, frénétiser l’Insignifiance, babiller ténu dans la pompe, plastroniser,
cocoriquer dans les micros… »

Et je dis m.er.de à mon tour!
Jazzi, vous serez d’ accord avec moi pour constater la justesse de ces qualificatifs attribués aux  » conversations  » d’ ci et maintenant, non?
( Chauds débuts pour les vœux de Joyeux Noël!)

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 16 h 16 min

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 16 h 13 min
Assouline s’est manifestement laissé embarquer dans une entreprise éditoriale douteuse.

Ce qui ne t’arrivera jamais. On peut être tranquille de ce côté-là.

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 16 h 14 min

Blabla, sirote et tais-toi… Sauf si c’est pour nous donner des nouvelles de la post-adolescente kiévoise folle amoureuse d’un fonctionnaire obèse de soixante-trois ans….

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 16 h 11 min

LVDB, vieux pochard en jupon, Bagatelles, c’est 1937, pourquoi insister? Tu dates L’Apocalypse à ses années de rééditions? Et pour Homère, tu penses quoi?

Quant à la grossièreté, tu passes l’année à être immonde avec tout le monde et tu voudrais que pour Noël on passe l’éponge? C’est pas l’éponge qu’il faudrait passer, c’est du papier de verre, et grosse épaisseur…

la vie dans les bois dit: 23 décembre 2017 à 16 h 04 min

chaloux votre grossièreté est épouvantablement pénible pour vous, d’abord. Vos altercations de pochetron ne doivent pas masquer cette « opinion » littéraire:

Vous semblez avoir des arguments pour la republication prchaine, de ces pamphlets dont  » bagatelles pour un massacre » succès de librairie sous l’occupation, en 1941 et 1942.
Oui en 1941 et 1942; je vous le concède, les parisiens n’étaient pas à proprement parler  » en guerre ».

Je vous en prie: développez vos arguments.

Je ne suis pas de votre style où ce matin même vous intimiez, ça et là:  » fermez-là ».

Ouvrez-la, chalpoupe !

JAZZI dit: 23 décembre 2017 à 16 h 02 min

« troufignoliser l’adjectif… goncourtiser… merde ! enculagailler la
moumouche, frénétiser l’Insignifiance, babiller ténu dans la pompe, plastroniser,
cocoriquer dans les micros… »

Vuillard, Ormesson et Passou !

Widergänger dit: 23 décembre 2017 à 15 h 53 min

Tout ce charivari est révélateur des confusions d l’histoire de France et du manque de travail fait par la justice à la fin de la guerre pour démêler le vrai du faux et dire les choses.

Par exemple sur Pétain. Son rôle fut effectivement ambigu. Mais si mon père n’a pas été déporté pendant la guerre, si mon père n’a pas perdu sa nationalité française alors qu’il a été naturalisé par la loi de 1927, c’est grâce à Pétain. Seuls 3000 naturalisés ont perdu leur nationalité ; mon père y a échappé.
Si mon grand-oncle né comme ma grand-mère à Odessa, n’a pas été déporté pendant la guerre c’est aussi grâce à Pétain, alors que sa sœur, ma grand-mère, restée Russe, a été déportée alors que lui, devenu Français, ne l’a pas été.

Tout cela fait partie des non-dits de l’histoire. On en paye le prix. Cela exempte-t-il Pétain de ses responsabilité écrasantes dans la déportation des juifs pendant la guerre et des lois antisémites ? Bien sûr que non ! Mais on se refuse encore à admettre la vérité. Et Assouline le premier, qui prétend écrire une préface aux pamphlet de Céline !

Delaporte dit: 23 décembre 2017 à 15 h 52 min

La Sncf toujours égale à elle-même :

« Selon un journaliste de france info qui se trouve au milieu de l »énorme boxon à Austerlitz », la SNCF renvoie des voyageurs qui ont payé leur place mais qui n’ont pas pu monter à bord de trains, car ils étaient complets, vers d’autres trains… eux aussi complets. »

la vie dans les bois dit: 23 décembre 2017 à 15 h 50 min

Pour ceux, comme chaloupe, qui ne savent pas à quelle date ces pamphlets ont été édités, il est nécessaire de le rappeler:

Bagatelles pour un massacre (1937), réédité sous l’occupation, en 1941 et 1942 ( Denoel)
L’Ecole des cadavres (1938)( Denoel)
Les Beaux draps (1941) ( NRF)

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 15 h 48 min

Pauvre LVDB, l’alcool semble un problème qui te concerne. Résous-le et lâche-nous avec ça. Quant au reste, tu t’obstines dans un débat qui te dépasse intellectuellement. Vas-y toute seule, ou à la rigueur avec Blabla, ton alter ego… Z’allez bien vous amuser tous les deux…

JAZZI dit: 23 décembre 2017 à 15 h 44 min

Merci zerbinette.
P.utain, c’est décapant !
Dès l’attaque, on sent que la massacre va être généralisé !
« Raffiné » « agrégé en dentelle », ça me rappelle certains de nos commentateurs…

« Le monde est plein de gens qui se disent des raffinés et puis qui ne sont pas, je l’affirme, raffinés pour un sou. Moi, votre serviteur, je crois bien que moi, je suis un raffiné ! Tel quel ! Authentiquement raffiné. Jusqu’à ces derniers temps j’avais peine à l’admettre… Je résistais… Et puis un jour je me rendis… Tant pis !… Je suis tout de
même un peu gêné par mon raffinement… Que va-t-on dire ? Prétendre ?…
Insinuer ?…

Un raffiné valable, raffiné de droit, de coutume, officiel, d’habitude doit écrire au
moins comme M. Gide, M. Vanderem, M. Benda, M. Duhamel, Mme Colette, Mme
Fémina, Mme Valéry, les « Théâtres Français »… pâmer sur la nuance… Mallarmé,
Bergson, Alain… troufignoliser l’adjectif… goncourtiser… merde ! enculagailler la
moumouche, frénétiser l’Insignifiance, babiller ténu dans la pompe, plastroniser,
cocoriquer dans les micros… Révéler mes « disques favoris » … mes projets de
conférences…

Je pourrais, je pourrais bien devenir aussi moi, un styliste véritable, un académique
« pertinent ». C’est une affaire de travail, une application de mois… peut-être d’années…
On arrive à tout… comme dit le proverbe espagnol : « Beaucoup de vaseline, encore
plus de patience, Eléphant encugule fourmi. »

Mais je suis quand même trop vieux, trop avancé, trop salope sur la route maudite du
raffinement spontané… après une dure carrière « de dur dans les durs » pour rebrousser
maintenant chemin ! et puis venir me présenter à l’agrégation des dentelles !… »

Chaloux dit: 23 décembre 2017 à 15 h 42 min

Blabla : « Les pamphlets n’apportent absolument rien à l’intellignce de l’œuvre. »

Telle que ce corniaud est capable de l’aborder : c’est certain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*