de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

Hüzün ou la mélancolie turque

Par Orhan Pamuk

Hüzün, c’est la version turque de la mélancolie, c’est une notion qui exprime l’esprit de la ville d’Istanbul. Ce livre (Istanbul. Souvenirs d’une ville) est tout à la fois une autobiographie qui raconte ma vie entre sept et vingt-deux ans et un essai sur l’esprit de la ville, une tentative de capturer son atmosphère, son alchimie, ce qu’elle communique à travers ses paysages, ses ruines, ses monuments. Dans la mystique soufie, le hüzün trouve son origine dans un sentiment de manque dû à notre trop grand éloignement de Dieu.

On retrouve quelque chose de proche du hüzün dans la culture japonaise, associé à la noblesse de l’échec. Montaigne fait état d’une expérience similaire, avec ce sentiment de mélancolie face aux ruines antiques. L’architecture d’Istanbul, ses palais en ruine, son atmosphère en noir et blanc, tout cela contribue au hüzün que l’on ressent inévitablement lorsqu’on y habite ou simplement lorsqu’on s’y promène.

(entretien paru dans L’Orient le jour, No 136 de L’Orient littéraire, octobre 2017 ; voir aussi http://bit.ly/2kYNeFZ )

                                        Difficile à traduire…

par Patrizia Ciambelli et Claudine Vassas

 Hüzün, mélancolie, tristesse : trois mots en guise de titre donné par Orhan Pamuk à l’un des chapitres clés de son livre Istanbul. Souvenirs d’une ville (paru en 2003), dédié à la cité turque et à ce sentiment de mélancolie profonde qui s’y rattache et l’enveloppe comme une atmosphère. L’hüzün, difficile à définir et à traduire autrement que par des synonymes qui n’en sont pas, s’apparente à la saudade portugaise, au dur roumain… Comme eux, il s’accroche à un pays, à un peuple, à une ville dont il est la signature. Ce trait dans lequel Pamuk décèle une catégorie anthropologique reconnue par Claude Lévi-Strauss dans son ouvrage Tristes Tropiques, qualifie d’abord une nation dans sa globalité, mais tout autant le sentiment qui émane des paysages et des lieux d’Istanbul et surtout la production littéraire et artistique qui en découle (au premier chef musique et poésie). Il est également à l’origine de la passion des Stambouliotes pour la conservation et la collection sous toutes leurs formes.

Selon Pamuk, ce caractère collectif de l’hüzün, qui s’élargit d’ailleurs à tous ceux qui séjournant dans la ville l’éprouvent et le partagent un temps, affecte de manière continue ses compatriotes qui le subissent ou l’assument « comme un destin ». Plus encore, il revêt chez certains une forme aiguë en s’attachant à leur personne à l’instar de la mélancolie, maladie de l’âme affectant l’esprit et le corps qui s’enracine dans la perte. C’est cet aspect que retient Pamuk quand, dans ce même chapitre, il convoque la vénérable tradition des médecins et des philosophes arabes ayant apporté leur contribution à l’étude de ce mal, de son étiologie et des effets singuliers qui en découlent.

À l’appui de cette définition, il relève deux occurrences attestant de ce lien dans le monde arabe. La première a trait à l’expression senetül hüzün, « année de la tristesse » qui, dans le Coran, désigne l’année où le prophète ayant perdu sa femme et son oncle paternel s’en trouva durablement affligé. Pour la seconde, il se réfère à Avicenne, lequel considérant la médecine comme une philosophie pratique examinait des patients, procédait à une lecture des signes. Dans la somme que constitue son Canon, il consacre un traité, Fi’l Hüzün, à la mélancolie dans lequel figure une curieuse méthode thérapeutique que Pamuk rapporte ainsi :

Pour diagnostiquer la maladie d’un jeune homme prisonnier d’un amour incurable, il suggère, tout en lui prenant le pouls, comme méthode de traitement de l’hüzün, l’invocation du nom de la jeune fille dont le malheureux est épris…

(à suivre ici  http://terrain.revues.org/15840 )

 

Cette entrée a été publiée dans Littérature étrangères, traducteur.

4

commentaires

4 Réponses pour Hüzün ou la mélancolie turque

Janssen J-J dit: 25 octobre 2017 à 19 h 45 min

Le livre de Pamuk sur Istanbul de 2008 est magnifique… J’ai enfin compris ce qu’était l’Huzun sur le visage de Verda, cette amie un peu déprimée de l’université de Galatasarai qui m’avait invité, et qui attend désormais avec angoisse le procès d’Asli Erdogan. Grace à elle, j’ai lu pas mal de romans d’OP, mais hélas, ils sont tellement longs et délayés qu’on fini par être pénétré par une forme de langueur. Je n’ai plus le courage d’affronter le dernier qui nous cause pourtant du petit peuple des ouvriers, ce qui doit nous changer pas mal du monde déchiré de la bourgeoisie éclairée qu’il a su faire revivre avec tant de bonheur. Attendre un peu en conjurant la mauvaise passe où l’actuel mégalomane qui dirige désormais le pays le précipite, hélas, en espérant qu’il ne sera pas trop tard pour espérer autre chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*