de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Jean Rolin en guerre, civile et française

Jean Rolin en guerre, civile et française

La guerre, la guerre la guerre… On n’en sort pas et ces jours-ci plus encore, quand bien même s’agirait-il de sa variante « guerre à l’ennemi intérieur ». L’idée court tout au long de l’essai d’Eric Zemmour, revendiquée comme une nécessité impérieuse. La guerre au terrorisme a galvanisé le discours d’une exceptionnelle tenue prononcé il y a quelques jours à l’Assemblée nationale par Manuel Valls. Dans le dernier numéro de l’hebdomadaire Le 1, Régis Debray juge le mot « démago et impropre » et préfère lui substituer « combat » ou « confrontation », « affaire de police et de renseignement », s’agissant de la situation née en France des événements du 7 janvier.

Les Evénements (195 pages, 15 euros, POL) est justement le titre du nouveau roman de Jean Rolin. A son seul énoncé, difficile de ne pas penser à la manière dont les milieux officiels désignaient la guerre d’Algérie quand ils ne voulaient pas dire que c’était une guerre. Ici le mot apparaît dès l’incipit, même s’il s’agit d’une guerre dite de faible intensité. Elle a été inspirée à l’auteur par ses grands reportages dans l’ex-Yougoslavie, lesquels l’ont renvoyé aux récits de son enfance (il est né en 1949) de la seconde guerre mondiale.

Comment un pays normal voit sa topographie, ses habitudes, ses mœurs, ses couleurs, ses arbres bousculés par l’irruption de la guerre civile ? Il y a chez Jean Rolin un souci du cadastre qui dépasse la seule passion du paysage, tel qu’un Julien Gracq l’a célébré avec la précision et le bonheur que l’on sait. Une mélodie bien française sourd de la litanie des noms de lieux, villages, villes, rivières, montagnes que l’on croirait ici magnifiés à dessein pour rappeler une Atlantide en passe d’être engloutie par les nouveaux barbares : Langeac, Mirandol, Prades, Naussac, le Langouyrou, la Seuge, l’Allier, Langogne, Villefort, Salbris, Chasseradès… Ah, le massif de l’Estaque ! Le narrateur est bien le seul à qui ça parle, cette plaque aperçue au détour d’un sentier de montagne et rappelant la mémoire de l’écrivain Stevenson et de son ânesse Modestine.

Il s’y entend pour décrire « tous les éléments constitutifs du paysage » à la moindre branche près (lire ici un extrait). On l’imagine arpenter ce monde quasi disparu, avançant sur des courts de tennis abandonnés et rongés par la mousse, témoignages d’une civilisation à l’agonie, tel Snake dans le cultissime  New York 1997 (1981) de John Carpenter ; sauf que dans Les Evènements, c’est la prise de Chateauneuf-sur-Loire qui est un haut fait d’armes et que pendant le fragile cessez-le-feu, la Finuf (Force d’interposition des Nations unies en France) est censée faire respecter l’ordre.

Après d’âpres combats, Clermont-Ferrand est à nouveau contrôlée par l’armée loyaliste (mourir pour Clermont-Ferrand, mon Dieu…), fidèle au gouvernement réfugié sur l’île de Noirmoutier. Les milices nationalistes dites Unitaires, les islamistes du Hezb (comment ne pas penser à Hezbollah ?)  et les gauchistes se disputent des territoires. Les musulmans dits modérés, alliés à l’extrême-droite, ont pris le maquis dans le parc naturel du Livradois-Forez. Des djihadistes sont de la partie encadrés par AQBRI, entendez Al Quaïda dans les Bouches-du-Rhône islamiques. En échange de la libération de leurs militants, ils détiennent en otage la Vierge parturiente, sculpture en bois du XVIIIème qui est l’orgueil de la basilique Saint-Julien à Brioude, ce que les charismatiques n’apprécient pas du tout au point de jouer de l’explosif pour la récupérer.

Impossible de ne pas esquisser le rapprochement avec Soumission, coïncidence dont Les Evènements risque de pâtir. Non qu’il ait quoi que ce soit à lui envier, mais la puissance de vitrification de Michel Houellebecq est telle qu’un roman évoluant sur les mêmes terres ne peut qu’en être éclipsé. Ils sont également mélancoliques mais l’un manie le comique quand l’autre préfère l’ironie. La dénonciation de l’absurde de notre quotidien de privilégiés est son domaine ; il se défend, lui, d’avoir écrit un roman d’anticipation ni quoi que ce soit de prémonitoire, et il a délibérément situé les événements dans un présent indéfini ; surtout, l’islamisation de la société française n’est pas au centre du projet de Jean Rolin.

L’excipit évoque des gens incertains du sort qui leur est réservé. Ce qui ne fait qu’augmenter l’inquiétude qui étreint le lecteur crescendo tout au long de sa progression dans l’histoire. Rien à voir avec un quelconque suspens. Quelque chose à voir avec l’angoisse de La Route de Cormac McCarthy. Non pour le thème apocalyptique mais pour l’atmosphère de doute que rencontre partout le narrateur qui fuit Paris en direction de Marseille en voiture puis à pied à travers une France en ruines. C’est un opportuniste, qui ne croit en rien, un rêveur en mission prêt à tout pour sauver sa peau, et qui, fondamentalement, accorde moins d’importance aux évènements qu’à leurs conséquences sur ce qui lui est cher : un détail dans la nature, le tracé d’un chemin, des insectes, des fleurs, la vie quoi. Mais la vie dans ce qu’elle a de burlesque et tragique car c’est bien de guerre civile en France qu’il s’agit.

(Photo Passou)

 

Cette entrée a été publiée dans Littérature de langue française.

439

commentaires

439 Réponses pour Jean Rolin en guerre, civile et française

on dit ça, on dit rien dit: 23 janvier 2015 à 8 h 04 min

déjà qu’avoir besoin des masses pour jouer les heureux d’être en couple.. bref, passons..

Bloom dit: 23 janvier 2015 à 5 h 36 min

mais la puissance de vitrification de Michel Houellebecq est telle qu’un roman évoluant sur les mêmes terres ne peut qu’en être éclipsé.

Constriction du domaine du rut.

mais quelle horreur ces gens qui écrivent !... dit: 23 janvier 2015 à 4 h 48 min

permettant aux malheureux de se vider le coeur

et silence, ne disons pas d’où le coup est parti, hein..

mais quelle horreur ces gens qui écrivent !... dit: 23 janvier 2015 à 4 h 39 min

déjà qu’il y a des marchands de soupe bossant à la télé qui se la jouent donneurs de leçons d’éducation des gosses !

mais quelle horreur ces gens qui écrivent !... dit: 23 janvier 2015 à 4 h 36 min

‘tain encore un pauvre vieux qui en a bavé et qui s’agrippe à son besoin d’être consolé.. quelle misère..

Bihoreau baron de Bellerente dit: 23 janvier 2015 à 4 h 32 min

Ça va mal en France? Pas ici au village, enfin pas plus mal qu’il y a 10 ans, 25 ans, 50 ans, 70 ans soit en 1945. Les Boches sont partis et on a réparé. Bon, il y a toujours eu des râleurs (on est en France…) mais comme la barbe et la poussière, faut faire le ménage régulièrement. Ce carnet fait oeuvre utile en permettant aux malheureux de se vider le coeur. Quant aux propos intelligents, faut aller ailleurs. Je reviens pour me convaincre que mes petits bobos ne sont que ça.

mais quelle horreur ces gens qui écrivent !... dit: 23 janvier 2015 à 4 h 06 min

le virtuel tue mieux que jamais

blablabla de petit faux derche

on aime faire des gens des cons ou on n’aime pas ça

d’où que l’on soit..

Deneb dit: 23 janvier 2015 à 0 h 31 min

La seule façon de réussir c’est de mettre en place une ASPDE en cycle court itératif de deux mois (Analyse, Solution, Planification, Déploiement, Évaluation). A chaque cycle, on monte simplement d’un cran dans la coercitive et la privation des libertés. C’est très simple au fond.

Deneb dit: 23 janvier 2015 à 0 h 21 min

Widergänger dit: 22 janvier 2015 à 23 h 25 min

M. Draghi c’est le dernier Wisigoth.

Ah bon ? C’est une chose que j’ignorais.

Widergänger dit: 22 janvier 2015 à 23 h 23 min

Rétablissement de l’autorité des professeurs :

Blablablablablablabla…………Blablablablablalalalalalalalalala……..

Sant'Angelo Giovanni dit: 22 janvier 2015 à 22 h 35 min


…heureux,!…
…j’ai retrouver des preuves flagrantes de corruptions des employés dans la société d’hier,!…connivences qui me cherchait des noises,!…

…quelle marche à suivre pour faire payez très cher,…le fait de doutez de ma bonne foi en preuves qu’ils détiennent eux-même,!…à leurs lubies du profit en échec,!…
…prises de vue sur le vif, et clichés retrouvés,!…Ah,!Ah,!…normal, pour un photographe précautionneux,…l’habitude des souvenirs,!…etc,!…sans reçus,!…

Sant'Angelo Giovanni dit: 22 janvier 2015 à 21 h 18 min


…Ah,!Ah,!…reste t’il des romains en Europe,!…ou sont ‘ils tous assimilés aux Wisigoths, ostrogoths, vandales,!…
…j’oublie les mixtures wikings de hautes lices,…se reconnaitre par ses goûts et imaginations et façons,!…Ah,!Ah,!,…etc,!…

…vraiment à croire au pied du mur de cette crise,!…que la France morcelée par Duchés, serait de beaucoup, mieux à vivre,!…
…je m’y risque pas, avec ou sans châteaux et domaines,!…la démocratie si le seigneur est en ligné toujours Dieu sur terre,!…
…impossible,!…
…comme le constat, du fils de Pythagore, par ses sophistes,!…Non,!…un normal, comme les autres,!…donc,…
…et avec, plusieurs femmes et enfants,!…
…inutiles, si les alter-égo féminines,…ont été  » combinés en diversions « ,…manque de rigueurs express,!…le doigd dans l’oeil,!…Ah,!…etc,!…
…wisigoths,…à la pensée unique,!…Ah,!Ah,!…

Deneb dit: 22 janvier 2015 à 21 h 00 min

Ayez bien tous en tête que c’est en ce moment que se plantent les jalons de ce qui va se produire dans 1 an 1/2 : une crise financière majeure qui conduira irrémédiablement mais salutairement à la pulvérisation de ce mariage carpe-lapin et autres nombreuses bestioles qui nous est imposé depuis si longtemps et qui se comme Europe. Le retour au Franc, beaucoup d’argent perdu par les Français, puis un redressement spectaculaire de l’économie française 5 ans encore après.

Sant'Angelo Giovanni dit: 22 janvier 2015 à 20 h 58 min


…Biloreau baron de Bellerente,!…

…il faut voir les gens, avant d’avoir des idées préconçus,!…et encore,!…il peux y avoir des inversions, trop faciles,!…

…à moi seul,…j’ai toute l’Europe en moi,!…en plus en Sicile,…c’est qu’il fallait en avoir les moyens pour y vivre,!…

…et ensuite obliger, tout ce beau monde à immigré, partout,!…quel honte,!…pour l’état central de Rome, ou d’ailleurs,!…
…& de dire, plus fou à lier que l’état italien, tu meurt,!…
…il n’y a pas, plus lèche-cul de riches, qu’en Italie,!…c’est la norme d’églises,!…et stratifications corporatistes,!…le Moyen-Âge moderne,!…Ah,!Ah,!…Bip,!Bip,!…etc,!…
…échecs et mat,!…

Deneb dit: 22 janvier 2015 à 20 h 49 min

Monsieur Draghi veut faire monter les prix et la Bourse. Ce qui va se produire.
Mais si juste après cela la Bourse s’écroule, ce qui va aussi se produire, chacun saura quoi penser de M. Draghi et de la BCE.

puck dit: 22 janvier 2015 à 20 h 25 min

mais non c’était juste les paroles d’une chanson, ha mais D. ah mais D.., vous voilà servi D., quel beau vit D., soyons amants D. partir en mer D…
pour la musique il faut prendre un truc de Trenet genre la mer, vous voyez le genre ?

puck dit: 22 janvier 2015 à 20 h 14 min

ah mais D. ! ah mais D. !
vous prenez les gens pour des larbins : voilà ! servi D. !
vous baladez à poil pour qu’on dise : quel beau vit D. ?
vous courez après les gonzesses pour qu’elles vous disent soyons amants D…
sur votre yacht, partir avec vous ? en mer D.? c’est ça ? servi D.? en mer D.?
ah mais D. faudrait pas nous prendre pour des prunes !
c’est des mots ? des mots D.!
ah mais D. vous me désespérez.

Sant'Angelo Giovanni dit: 22 janvier 2015 à 20 h 03 min


…18 h 27 min,…Biloreau baron de Bellerente,!…

…de la discrimination ,!…dans ta tête,!…

…les seuls très rares  » discriminations « , venait de gens, qui vivent de la discrimination,…et qui étaient  » isolés  » déjà, chez eux, par les villageois,!…

… » une ou deux familles très pauvres,!…qui déjà, insultaient les passants, à tour de bras,!…avec des chiens bergers en laisse,!…pour te dire la qualité,…de ces discriminateurs,…

…un de ces fils de ces famille à bue, même l’encre, de son encrier,…et la soeur – enseignante l’avait sermenter, en 1° primaire,!…
…tu vois le genre intéllos de  » discriminateurs « ,!…
…portez vous-bien,…à la mode du savoir faire et écrire,!…Ah,!Ah,!…
…en primaire, on voit déjà tout de ses compagnons,!…etc,!…

bérénice dit: 22 janvier 2015 à 19 h 52 min

l’expression « faire monde commun », avez-vous comme source le chasseur français? D’où tirez-vous votre sens de l’expression, please? Le sens n’a peut-être lui aussi qu’à subir une migration comme les oies.

puck dit: 22 janvier 2015 à 19 h 51 min

D. mais c’était ironique !
comment voulez-vous faire monde commun avec des gens qui ne captent pas l’ironie.
sérieux D. vous me désolez.

puck dit: 22 janvier 2015 à 19 h 48 min

« D. dit: 22 janvier 2015 à 19 h 35 min
Arrêtez de jouer sans cesse les victimes, Puck. On est bien gentil de garder vos commentaires, n’en rajoutez pas. »

comment ça ?
non seulement vous faites l’intéressant en recopiant mes commentaires mais en plus je jouerais les victimes ?

D. je vais vous dire deux trucs : 1/il ne faut surtout pas nier les problèmes ! et 2/s’il y a une victime ici c’est bien moi !
tous mes commentaires sont censurés !
pas 1 sur 2 ou 3 sur 4, non, tous !

D. ce que je vous écris là je sais que vous ne lierez jamais parce que ce sera censuré !
les modérateurs m’ont dans leur viseur !

et pourtant, je n’ai dis qu’une seule chose : il ne faut pas nier les problèmes… est-ce si grave de le dire qu’on me censure mes commentaires !

et vous D., au lieu de faire preuve d’un peu de compassion, de bienveillance, vous leur donnez raison !

D. je vais vous poser une question, vous savez en ce moment beaucoup se demandent comment il est possible, aujourd’hui en France de faire « monde commun », vous connaissez l’expression « faire monde commun », vous savez ce qu’elle signifie ? c’est un monde humain, une sorte de tribu primitive, un peu animal comme quand on voit un groupe de cervidés dans la forêt…

alors D. répondez-moi franchement : qui aurait envie de faire monde commun avec vous ???
qui ? personne !
pourquoi ? parce que vous êtes une être narcissique replié sur sa petite personne !!!
vous représentez à vous seul toutes les raisons de l’impossibilité de faire monde commun !!!

et si vous me cherchez encore vous allez me trouvez imbécile que vous êtes !

bérénice dit: 22 janvier 2015 à 19 h 46 min

Puck vous souffrez comme tant d’autres d’un antisémitisme patent, vous remarquez qu’en dépit d’une observation l’état de banlieues n’a cessé de se dégrader et que la France terre d’acceuil est dans l’impossibilité de fournir un emploi aux nouveaux arrivants, aux arrivés depuis 3 générations et que ces derniers ont à subir les effets du racisme ordinaire ajouté à ceci vous prenez note du risque potentiel que représente la radicalisation de l’Islam alliée à la facilitation de la diffusion des bonnes et mauvaises idées via internet, c’est quoi votre problème?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*