de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
La « zone grise » ou les tribulations d’un concept

La « zone grise » ou les tribulations d’un concept

Ce roman –là, j’avoue ne l’avoir ouvert qu’en raison de son seul titre, la Zone grise (336 pages, 19,50 euros, éditions de l’Olivier) m’ayant toujours intrigué, sinon inquiété. Les auteurs, deux sœurs du nom de C. et L. Mary, ne me disaient rien, et pour cause, un premier roman. Je ne ferais pas la critique de ce « roman policier psychique » comme il se présente car, au bout d’une cinquantaine de pages, il m’est tombé des yeux avant de me tomber des mains. Pourtant, les morceaux placés en épigraphe m’inclinaient à l’aimer, l’un extrait des Carnets du sous-sol de Dostoïevski, l’autre de « La préoccupation du père de famille » de Kafka. Quand on ne sent pas le le bon lecteur d’un livre, il ne faut pas s’acharner. Le hasard objectif de la librairie m’a mis alors sous les yeux une autre nouveauté qui m’a aussitôt consolé : La zone grise (Intervista a Primo Levi, ex deportato, traduit de l’italien par Martin Rueff, 160 pages, 16 euros, Payot).

Cet entretien de 1983 entre Primo Levi (il mourut quatre ans plus tard) et les historiens Anna Bravo et Federico Cereja, deux universitaires turinois, avait déjà paru en 2000 sous le titre Le devoir de mémoire (Mille et une nuits), mais son oralité n’avait pas été respectée, non plus que les questions ; plus regrettable, les hésitations de l’interviewé avaient été gommées. Cette fois, la conversation est restituée dans son intégrité, encadrée en préface et postface de deux analyses éclairantes de Carlo Ginzburg et Anna Bravo. Le plus écrivain des chimistes y revient naturellement sur son vécu concentrationnaire, sur l’exigence de dignité dans le dénuement absolu, l’isolement linguistique (1% des déportés comprenaient l’italien dans son camp),  la rareté des suicides à Auschwitz, la chance et le hasard ; mais c’est surtout ce qui ressort de l’ensemble du recueil sur les aventures, heurts et malheurs de la zone grise qui m’a arrêté. Elle est partout depuis, mais de quoi est-elle le nom au juste ?

Il est toujours périlleux d’attribuer la paternité d’une expression à un auteur. Aussitôt repéré le premier, on se demande s’il n’y en a pas eu un autre avant. Disons que jusqu’à preuve du contraire, Primo Levi est le premier à avoir évoqué la chose dans Si c’est un homme (Se questo è un uomo, 1947) avant de l’isoler et de l’analyser bien plus tard dans le chapitre de Les naufragés et les rescapés (I sommersi e i salvati, 1986) intitulé justement « La zone grise ».primo

Elle désigne le lieu ambigu censé séparer les opprimés des oppresseurs. Il sépare autant qu’il relie les camps des maîtres et des esclaves. S’y trouvaient des kapos, des prisonniers-fonctionnaires ayant reçu un grade et une responsabilité. Des privilégiés minoritaires dans la population des camps, mais majoritaires dans celle des survivants. L’oppresseur se servait de cette classe hybride aux contours mal définis pour saper l’élément qui lui résistait le plus dans le camp : la solidarité entre déportés.

Primo Levi, qui se reprochait rétroactivement de ne pas avoir suffisamment prêté attention aux structures hiérarchiques concentrationnaires dans Si c’est un homme, y a beaucoup travaillé par la suite, en se focalisant sur la zone grise. A ses yeux, il ne faisait aucun doute qu’une réflexion sur le pouvoir en était le noyau, le pouvoir dans ce qu’il a de plus corrupteur, et qu’elle était de nature à bousculer la catégorisation manichéenne entre bons et méchants, la bipartition ami/ennemi et eux/nous, pour en ajouter une troisième, particulièrement dérangeante car irréductible à un jugement tranché et définitif. Ou plus précisément sur le pouvoir tel qu’il s’exerce dans sa forme la plus totalitaire, au sein d’un système concentrationnaire, sur des individus qui n’ont de choix qu’entre la terreur et la soumission, en tous temps et sous toutes les latitudes, faut-il le préciser. Mais en acceptant d’être importé par nombre de chercheurs vers l’ensemble des sciences sociales et humaines, et en s’universalisant, le concept a pris le risque de se vider de puissance originelle.

L’historiographie italienne de la Résistance lui a fait subir sa première distorsion idéologique en y plaçant ceux qui s’étaient tenus à égale distance des deux camps, fasciste et antifasciste. Depuis, l’expression a trouvé une telle fortune, elle a été si délavée notamment par les médias, qu’elle a perdu son sens jusqu’à produire des contre-sens. Pas une analyse sur le flou des frontières qui ne nous épargne la référence à la zone grise ! Qu’en aurait pensé Primo Levi, lui dont la parole était toujours claire et précise, lui que l’on présente désormais comme un moraliste, voire comme un philosophe de l’éthique ? L’historienne Anna Bravo en a une idée :

 « Il y a fort à parier qu’il aurait été très surpris de l’usage fait de l’expression zone grise pour définir l’espace des frontières mobiles qui existent entre les pratiques de guerre qui tendent à rendre l’ennemi inoffensif et celles qui sont mises en acte pour l’exterminer. Comme l’a justement rappelé Lawrence Langer, il aurait repoussé – «  toute tentative d’assimilation entre cette conduite dans les camps de concentration et la collaboration de femmes et d’hommes libres dans les régimes de Vichy et de Quisling, en France et en Norvège ». Le jugement change de sens selon que la collaboration intervient à l’intérieur ou à l’extérieur des barbelés »

D’une fausse analogie à l’autre, « zone grise » est devenu synonyme de « vague », « insondable », « confus », « ambigu », « opaque », « passif ». Gris, quoi. Ainsi un concept, qui commençait à peine à modifier notre regard sur l’univers concentrationnaire, se galvaude en se popularisant, trouve sa gloire en même temps qu’il se dégrade en métaphore.

(Photos Passou et Marcello Mencarini)

Cette entrée a été publiée dans documents, Histoire.

619

commentaires

619 Réponses pour La « zone grise » ou les tribulations d’un concept

bouguereau dit: 24 février 2014 à 19 h 12 min

Et en dernière analyse, l’écriture reste le support change, il est où le problème ?

en dernière analyse rénato dit « il ne lisent plus de livre et ben c’est peut ête pasqu’ils lisent des ebook »..ma belle mère n’est pas sa photo qu’il dit rénato..attation

bouguereau dit: 24 février 2014 à 19 h 09 min

rénato tu confonds « image » et le code, le numérique, un processeur -est- une plaque argentique..avec bain etc..bref c’est l’bordel dans ta petite tête de concêpetuel a la noeud

TKT dit: 24 février 2014 à 19 h 09 min

@ aquarius dit: 24 février 2014 à 18 h 30: Philippe Reigniez, que j’appelle volontiers Teigniez*, signe TOUJOURS avec nom et prénom habituels. Pour votre commentaire, oui cela aurait pu être un commentaire des deux trolls, qui aiment les pseudos genre « aquarius ».
0Vous ne me ferez pas changer d’avis, sur mon point de vue par rapport, aux catholiques messes en latin, très proche de groupes des deux autres religions qui sont dans l’excès et le rejet des autres. D.bile, a écrit maintes fois, ici sur la RdL, que seule l’église de Rome est valable. Qu’un crétin comme lui en fasse partie, est déjà un mauvais point pour une des églises chrétiennes. Vous disiez les messes en latin, jolies, peut-être, je crois pas négligeable quand les fidèles comprennent ce qu’ils lisent ou disent. D’autre part, pour être fidèle au Christ, il faudrait utiliser l’araméen.
Personnellement, je suis agnostique, de formation catholique et voyez vous, j’aime le décorum des églises catholiques, les soies riches des habits de messe, les jolies couleurs, les magnifiques peintures et dorures des lieux de prière. Je trouve les protestants, un peu dans les gris, le blanc et le noir, en matière de décor. Par contre, j’ai assisté à des mariages protestants, où les femmes pasteurs, en dehors d’un physique éclatant, avaient usé d’une rhétorique brillante, ouverte vers les autres. Je ne suis pas comme MàC, qui hait les curés, par automatisme. J’ai un profond mépris contre les gens qui au nom de la religion, se permettent de rejeter les Autres.
PS: Vous pouvez toujours écrire que vous n’êtes pas Enculette ou GéSi le facho, pourquoi auraient-ils le monopole de ce que vous représentez ?
Aquarius, je ne vous salue pas.
Gemini, né un 23 mai…

ATTENTION! dit: 24 février 2014 à 18 h 47 min

« Tœnberg dit: 24 février 2014 à 18 h 34 min
J’ai 90 ans.
À 18 ans, en 1942,je n’ai pas choisi entre l’ombre et la lumière. Par lâcheté ?
Je me suis tapi dans un trou de souris jusqu’en 44.
C’était ma zone grise à moi. »

Idem, mais je suis née en 1954, qu’importe, tout se ressembe et reste très différent!

étagère dit: 24 février 2014 à 18 h 36 min

« …même si ma pensée en serait plus proche. »
Etes-vous assuré d’avoir tout bon sur cette section de phrase? Vous le faites exprès après tant d’éloquence, de références, de repentances.

Tœnberg dit: 24 février 2014 à 18 h 34 min

J’ai 90 ans.
À 18 ans, en 1942,je n’ai pas choisi entre l’ombre et la lumière. Par lâcheté ?
Je me suis tapi dans un trou de souris jusqu’en 44.
C’était ma zone grise à moi.

aquarius dit: 24 février 2014 à 18 h 30 min

@TKT
« Catholiques messes en latin » est une excellente définition des ultras du genre de D.dé la grenouille de bénitier, et Philippe Teigniez.
Voyez vous, Aquarius, vous pouvez changer de pseudo, vous emmerder ne me déranger pas. Malheureusement, troll moisi, il n’y a pas de moyen de vous faire taire. Il faudrait prendre un professionnel.

TKT, vous êtes vraiment indécrottable!!! C’est la énième fois que je vous surprend à penser qu’untel ou untel est en fait D, ou Reignez, ou JC déguisé!!! Votre incapacité à identifier les styles des uns et des autres me fait douter de votre capacité de lecteur.

JE NE SUIS NI D, NI REIGNEZ, NI JC et je crois sincérement que votre cliché « cathos messe en latin » est parfaitement déplacé, voire idiot.

Transposition dit: 24 février 2014 à 18 h 18 min

Oui, la photo papier est déjà disparue… même si on en trouve encore sur les murs des galeries… et qu’il est évident que nous en accrocherons sur nos murs encore longtemps… des photos papier traitées comme les chers disparus en photo numérique…

A tous les coups ça marche.

renato dit: 24 février 2014 à 18 h 14 min

« Quel rapport entre une qualité d’audition et un spectacle vivant ? »

Cela dépend de la qualité de la salle de concert…

renato dit: 24 février 2014 à 18 h 12 min

Respire un coup, bouguereau, puis lis attentivement… Oui, le livre est déjà disparu… même si on en trouve encore sur les tables des libraires… et qu’il est évident que nous lirons sur livres papier encore longtemps… des livres papier traités comme les chers disparus en photo…

Marcel dit: 24 février 2014 à 18 h 06 min

@JC…Un jour, le commerce de mémoire supplémentaire cérébrale existera : probablement composite organique/circuit miniaturisé … A étudier !

Et un anus électronique pour flatuler à bon escient.

Marcel dit: 24 février 2014 à 17 h 59 min

Naturellement, je répondai à ça :

Un jour, le commerce de mémoire supplémentaire cérébrale existera : probablement composite organique/circuit miniaturisé … A étudier !

bouguereau dit: 24 février 2014 à 17 h 58 min

J’attends juste tes lumières…

Le livre est déjà disparu… il ne reste qu’une image reproduite… comme le photos des “chers disparus”…

attache toi dabord a ce que tu dis et à la réponse qu’on en fait..pas trop vite avec toi rénato

bouguereau dit: 24 février 2014 à 17 h 56 min

même si une partie s’est laissée persuader par l’approche Gould (puis Beatles & Karajan) relativement à la supériorité de la production en studio…

comparer ça à la « disparition » du livre au profit de « son image »..t’es une biroute rénato

Marcel dit: 24 février 2014 à 17 h 56 min

JC….. dit: 24 février 2014 à 17 h 01 min
Le seul avantage du livre ? Ne consomme rien, ne nécessite pas d’énergie électrique. L’idéal serait de pouvoir stocker une bibliothèque entière copiée dans le cerveau par connexion numérique directe.

Et l’on pourra enfin voir quelqu’un avoir le coeur sur la main.

renato dit: 24 février 2014 à 17 h 53 min

« Les disques en vinyle font leur réapparition… »

Les acheteurs restent une minorité. Par ailleurs, la majorité des mélomanes même en admettant que le travail de studio permet un plus grand affinage, vous diront que rien ne vaut le live (moi, parmi eux), même si une partie s’est laissée persuader par l’approche Gould (puis Beatles & Karajan) relativement à la supériorité de la production en studio…

bouguereau dit: 24 février 2014 à 17 h 53 min

Le livre est déjà disparu… il ne reste qu’une image reproduite… comme le photos des “chers disparus”…

pauvre rénato..sais tu au moins ce qu’est un processeur rénato..

Ameublement dit: 24 février 2014 à 17 h 47 min

« Bouguereau à poil sur l’étagère … »

Restons classiques JC et contentons nous de la commode.
L’étagère risque de ne pas le supporter, même à poil.

Sofresse dit: 24 février 2014 à 17 h 42 min

« je parle de gens ayant terminé des études supérieures »

Vous êtes exclu du panel TKT, passez votre chemin sur ce coup.

renato dit: 24 février 2014 à 17 h 40 min

« l’idéologie culturelle depuis la guerre t’échappe »

Pour ce que l’on peut comprendre par ton charabia, bouguereau, de la chose qui joue le rôle d’idéologie culturelle depuis la guerre tu n’as pas compris grande chose… déjà tu n’as pas compris que ce n’est qu’un rôle…

JC..... dit: 24 février 2014 à 17 h 37 min

Le problème du Chat de Schrödinger, façon RdL : une boite fermée ; tant que tu ne l’ouvres pas, tu ne sais pas si dedans tu as JC en penseur de Rodin ou Bouguereau à poil sur l’étagère …

JC..... dit: 24 février 2014 à 17 h 34 min

Le véritable problème de la démocratisation du savoir est la dissémination de l’information, et donc la qualification de la véracité certaine, probable, incertaine, de ce savoir disponible.

Sans compter le développement prévisible de la largeur de la « zone grise » située entre le réel et le virtuel : problème beaucoup plus grave que le problème historique soulevé par le billet qui n’intéresse que les spécialistes !

bouguereau dit: 24 février 2014 à 17 h 24 min

Je pense cerveau, tu penses cul : on est complémentaire …

pas du tout c’est quantique jicé.. »les chats sont gris la nuit » disait chrodinguère

Royal Canin Industries dit: 24 février 2014 à 17 h 21 min

@ Renato: Le e-book apporte autre chose* (en moins il faut dire) qu’un livre-papier. Il y a donc des textes, qui suffissent dans la forme e-pub publication. 15 livres par d’achetés, est-ce la limite des deux catégories de liseurs ?
* Gain de place, possibilité d’avoir avec soi, un nombre intéressant de livres, quand on voyage, quand on se déplace en ville.
Idem pour la musique…

Les disques en vinyle font leur réapparition, il est donc probable que les livres-papieres ne vont pas disparaitre, sauf entre autre, pour les livres que l’on ne lit qu’une fois et donc aucun passage est bon à se rappeler, dans son entier, dont aucun passage ne pourrait faire référence.

Avec en plus, internet toujours à portée des yeux, il est possible dans une conversation, d’aller contrôler ce qui est avancé. Cela était impossible il y a encore une dizaine d’années.
Ceci dit, rien ne peut remplacer, une bonne culture générale apprise au cours du temps, ou transmise oralement.

La grande majorité des gens, et je parle de gens ayant terminé des études supérieures, se contentent de lire les journaux et de temps en temps, un livre-de-plage.

J’ai eu la chance, dans ma vie, d’avoir toujours eu le temps de lire.
Et comme le temps est le vrai luxe…

JC..... dit: 24 février 2014 à 17 h 20 min

Pages 212, 213, 214, dans Sigmaringen, notre Passou fait parler Destouches avec le majordome Julius. Je ne sais toujours pas s’il restitue ou invente : eh bien, ça me gênerait que ce soit inventé …

bouguereau dit: 24 février 2014 à 17 h 19 min

C’était un leitmotiv d’amis PCF de dire, arrêtons les jouets qui apprennent la guerre (en somme l’ancêtre-connerie de la théorie du Genre)

bardamol entend des vaches braire
http://fr.wikipedia.org/wiki/Comics_Code_Authority
c’est beaucoup..beaucoup plus complesque que ça, j’vois que l’idéologie culturelle depuis la guerre t’échappe..comme rénato..des gaudillots free lance

JC..... dit: 24 février 2014 à 17 h 14 min

Immonde Bougboug !
j’étais certain que tu allais nous sortir le gode ceinture USB comme préliminaire d’entraînement à mon plug greffe mémorielle composite.

Je pense cerveau, tu penses cul : on est complémentaire …

bouguereau dit: 24 février 2014 à 17 h 12 min

On échangera désormais directement entre auteurs : Gutenberg release 2 !

et tu seras l’égal de shakespeare jicé grace au plug..moi cj’préfère les caves de sigmaringueune..c’est ringard avec les pinces a linge mais tu gardes ta dignité

bouguereau dit: 24 février 2014 à 17 h 09 min

Un jour, le commerce de mémoire supplémentaire cérébrale existera

tout l’avenir du numérique est dans le plug dans l’cul jicé..c’est le mariage avec la technique qu’il dit le scientifique

bouguereau dit: 24 février 2014 à 17 h 06 min

tombé sur une page de dialogues avec SS. sapré passou, personne ira penser au trou de la sécu

tu veux dire que le prochain opus sera avec femmes nues torturées dans les caves..et céline disant « ne faites pas attention à moi je venais juste chercher une bouteille d’eau minérale »

JC..... dit: 24 février 2014 à 17 h 01 min

Le seul avantage du livre ? Ne consomme rien, ne nécessite pas d’énergie électrique. L’idéal serait de pouvoir stocker une bibliothèque entière copiée dans le cerveau par connexion numérique directe.

Un jour, le commerce de mémoire supplémentaire cérébrale existera : probablement composite organique/circuit miniaturisé … A étudier !

JC..... dit: 24 février 2014 à 16 h 44 min

Le livre est un outil d’échange ancien qui devient un produit mémoriel, comme une médaille militaire. Editeurs, libraires ne sont pas nécessaire à l’échange. On échangera désormais directement entre auteurs : Gutenberg release 2 !

Bardamu dit: 24 février 2014 à 16 h 09 min

Je suis trés œcuménique et votre opinion me fait du bien,

C’était un leitmotiv d’amis PCF de dire, arrêtons les jouets qui apprennent la guerre (en somme l’ancêtre-connerie de la théorie du Genre)

Pour être ben Franc, et votre assertion l’indique, le livre est une marchandise comme les autres à mes yeux (plus culturelle sans doute pour certainEs d’entre elles); car le problème « sociologique » est là:
on lit moins -dit-on ?- et il y a de plus en plus de livres… en moins en moins de librai…
Bref c’est l’histoire de NAUah le pitre, salarié TF1 après l’avoir été de divers Conseils généraux du même bord (« tape la balle contr le mur ».. que ça disait) et qui chante comme un clou, et vends des centaines de centaines de millions de CD;
lesquels CD POUTANT ne se vendent plus… (!?)

Bref très sérieusement je dis qu’il vaut mieux vendrent des armes d’abord et Marguerite duraBe ensuite. C’est triste à dire mais l’homme avec le rat, est l’animal le plus féroce pour son espèce, et sauf vœux pieux c’est pas demain que ca s’arrêtera disait Céline (On regrettera les guerres Elie, l’homme inventera etc, etc…). Car les armes sont un concentré des technologies au regard desquelles les « IPhone » sont des trottinettes. Nous avons perdu un leadersphip avec le boycoott de l’Afrique du Sud et quelques autres pays. Mitterande grand littérateur devant l’éternel du Panthéon, avait fait désarmer nos avions de chasse qui se vendaient très bien alors… Il faut tout de même savoir que la France fut pionnère en char d’assaut ou en Bombe atomique, en avions à hélice ou à réaction; alors les américains très en retard même sur les russes, s’associaient dans les années 50 à nos programmes futuristes d’avions à statoréacteur.. (en 39 nous étions en avance à tout point de vue sur les allemands – même dans le Bordel hélas)

Bref il faut un peu lire… et pas seulement des romans.
Si la Joconde n’existait pas le monde continuerait à tourner.

Car malgré Montegourde le chomage est endémique et il faut bien vivre; notre armée devient ridicule… et ce n’est pas Marc Levy qui wy à NewYork qui nous sortira du pétrin où De gaulle a aidé à nous plonger.

Finalement le truc des librairies qui ferment et des critiques qui racontent toujours pareil, c’est ce que TKT appelle « la messe en latin »…

vOYEz après Le Seuil, Desclée de Broubber… avec au catalogue Annah BIEN Sur et puis « Dialogue avec… » machin… et chose dont tout le monde se fout; oh oui, parfaitement dans la ligne, pas de « dérapage », mais c’est la liquidation judiciaire ou presque.

C’est qu’Il faut dire: il n’y a « que » la messe en latin ! car depuis que le curé a pris la guitare de Jazz, il n’y a plus personne dans les églises; et c’est pas le tam-tam du nouveau Pape qui changera cela.
Pour être allé cependant souvent à la messe, où je m’ennuyais profondément, la lithurgie avait cependant grâce de bercer mes regards vers de jolies petites fidèles; la sortie de la Messe le dimanche était aussi un grand moment festif. Ce que disait le Sermon je n’en savais rien du tout, même ayant fait Latin/truc, mais ça me faisait penser à Pascal qui disait que seuls les rituels aident à croire.
Bref c’est très beau le Baroque; point d’art pictural sans cela.
Je reste profondément ému en vivant les rites Orthodoxes dans le feu scintillant de mille or
même si j’aurais sans doute bien du mal à les supporter longtemps. eT je trouve le Protestantisme totalement inutile, surtout à l’ombre des cathédrales Gothiques! même si ma pensée en serait plus proche.

Confession GRATUITE

Phil dit: 24 février 2014 à 15 h 18 min

ça va pas tarder, sergio.
Nancy est sur le chemin de Sigmaringen..depuis Céline, dans Nord: « à partir de Nancy, ça rigole plus (à peu près)

Sergio dit: 24 février 2014 à 15 h 16 min

Curiosa dit: 24 février 2014 à 14 h 59 min
contribution littéraire

Je me souviens de certains Prévert, que l’on apprenait cinq minutes avant la compo de récitation… Et le pire c’est qu’on arrivait quand même à se tromper ! On choisissait tous pareil la honte… Faudrait pas qu’il y ait des mecs dans les classes de filles ça peut que mettre du trouble…

Sergio dit: 24 février 2014 à 15 h 11 min

Phil dit: 24 février 2014 à 14 h 58 min
Sigmaringen est bien en vue chez tous les bouquiniss (du neuf)

Y a intérêt à ce qu’il soit pareil itou à la bib de Nancy… Ou alors je fais l’incendie du Reichstag ! Ca tombe bien c’est une ancienne manufacture des tabacs… Avec une cheminée qui monte à huit mille pieds…

Curiosa dit: 24 février 2014 à 14 h 59 min

contribution littéraire de bouguereau à ce blog : « ferme ta gueule keupu »… un doute encore sur ce gugusse ?

Bardamu dit: 24 février 2014 à 14 h 59 min

Merci pour Héraclite
que j’aime citer parce qu’il a pu dire contre tour « raison » et Cogito ect, que ce qui distingue l’homme de l’animal c’est pas la pensée mais la main…
En plus il n’encombre pas les « librairies qui ferment » du trop plein qu’elle ne savent plus où mettre (me disait une jolie vendeuse)
Non, il n’a laissé que des « fraguements » (comme Rimb.) et sa renommée est immense pourtant.

Phil dit: 24 février 2014 à 14 h 58 min

on lit pu, on clique. histoire de tapin. Aragon a bien fini dans les bras de Camus. Tout ça fera plaisir à Baroz;
Sigmaringen est bien en vue chez tous les bouquiniss (du neuf). Ouvert par hasard (comme on fait quand on se tâte) tombé sur une page de dialogues avec SS. sapré passou, personne ira penser au trou de la sécu.

Bardamu dit: 24 février 2014 à 14 h 53 min

pIERRE bORDIEU à marguerite Durance,

Et si la littérature n’était plus squattée ?
(pourquoi par exemple Kersauson -très sympa- a fait la tournée des plateaux des Médias pour nous dire que la mer douce (Ferrat, trenet…) c’était de la merde (je cite) qu’il n’aimait que les tempètes… qu’il aurait pu etre riche… alors qu’il vit à Tahitti (pour pas l’ile de Sein?) et a au moins une Rolex submariner Or de 1000o0 euros au bras, et après c’est d’Ormesson mourant…
etc etc..

bREFc’est un peu comme les « librairies qui ferment » avec un vendeur front de gauche à tous les rayons pour donner le ton.

jE PRENDS Volontiers l’exemple d’Althusser JADIS. SORTE DE bernard Lavilliers de la philosophie. Il n’eut droit à pas une Pub, on ne le vit a aucun Apostropheu, Polake, ou Dumayet. EN TOUT CAS JAMAIS 0 LA t2L2 COMME sARTRE D4AILLEURS. Ces ouvrages fiNIrent par atteindre des dizaines de milliers d’exemplaires? ET MËME des centaines.

Que restera-t-il par contre des « romans » de F; Giroud, des « essais » de Glullcksman (lequel dans un des innombrables « passage » à la Télé reconnaissait n’être pas aussi célèbre -je cite- que l’assassin d’Hélène Rytmmann; je préfère passer la suite… c’est toujours la même). Pas con alain Minque avouait aussi n’être pas de la trempe de Tocqueville… cE SONT là avec d’autres QUE des écrivains salariés -et meme idéologiquement salariés (les deux travaillent pour le groupe)Pinaud amis de BHL, et ils PONDENT DES LIVRES COMME certains animaux des œufs, lesquels sont vendus dans les magasins, les médias du Groupe etc…

Bref tout comme pour les Peugeot qui ne sont que des Citroen et vice versa, les gens se lassent… (même si ce n’est pas tout le problème)

tOUT le problème; Je fais mienne à ce titre la maxime Bouguereau (grand pEINTRE AUSSI): embrouillez ETC;;; BARDAMOU;;;
mAIS PARFAITEMENT c’est très enchevetré; C’est que l’être humain ne peut appréhender que des choses successives, et jamais la simultanéité des choses, extraordinairement plus complexe et « brouillonne » que les Principes de LA raison (ça vient de Nietzsche (parlant du Flux éternel… et du tourbillon ambulant). Moi je n’interdis à personne de faire de « critique littéraire » (c’est bon, c’est génial, un « cri », époustouflant… que dire encore).
aLLEZ-y, on n’en parlera jamais assez:
Primo Levi est mort! ACTE 1…

Marcel dit: 24 février 2014 à 14 h 44 min

Simone dit: 24 février 2014 à 12 h 08 min
Annette LÉVY-WILLARD remet les choses en place, sur Libé.fr, à propos de cette sal.pe d’ Antoinette confisquant le féminisme à son seul profit, le MLF.

Il faudrait beau voir.

renato dit: 24 février 2014 à 14 h 20 min

« les « gros acheteurs » (ceux qui achètent plus de 15 livres par an) diminuent considérablement.ils représentaient 10% en 2011 et 7% en 2O13 »

Ils sont allés voir du côté des ebooks ?

marguerite duras dit: 24 février 2014 à 14 h 15 min

« Observatoire de la RDL dit: 24 février 2014 à 12 h 29 min
Peu à peu ce blog littéraire dérive vers un blog sociologique perverti : la littérature intéresse t elle encore les masses ? Ne peut on pas faire taire les importuns qui n’apportent rien à la culture ? »
« faire tair »e les gens n’apporte rien, observatoire.
selon une étude de marché, en france,(Gfk) les ventes de livre auraient été en repli de 2,7% par rapport à l ‘année précédente, c’est énorme.
dans l’article « libé » on dit que les « gros acheteurs » (ceux qui achètent plus de 15 livres par an) diminuent considérablement.ils représentaient 10% en 2011 et 7% en 2O13; on constate que c’est chez les hommes qu’il y a effondrement. .on apprend aussi que les autres secteurs culturels sont en baisse à l’exception des jeux video. En une année la vente en librairie chute de 6, 5%! en grande surface grace à deux locomotives : « 50 nuances de Grey » et « asterix » chiffre d’affaires stable.

Horloger helvète dit: 24 février 2014 à 14 h 02 min

« Le mécanisme de la mémoire est un vrai mystère. »

Ce mécanisme est à base de fins ressorts, tendus au mensonge idéologique, aptes à baiser les cons sans cervelle.

Bardamu dit: 24 février 2014 à 13 h 45 min

Je voudrais aussi revenir sur une question qui une tournure grotesque, et donne lieu à des propos assez haineux; celle sur fond de Palestine…

Ca l’est en effet, lorsqu’on ressort l’histoire d’un algérien qui se serait tordu un doigt à la Préfecture de Police en équivalent aux millions de mort de la Secondaire Guerre, Hiroshima et Cie (mais après tout ce fut bien la ligne d’accusation d’A. Klarsfeld avant celle de tout apprenti FNL, à savoir = Papon+L’Algérie; celle encore d’Hollande récemment sortant pour les glorifier quelques milliers, de 5 mILLIONS de français mobilisés en 14/18)

Et il faut ajouter, au regard du « partage » de la Palestine… C’est que les Arabes ont été servis, et même grassement. Puisqu’à la même
date -en fait même 4 mois avant pour que la pilule passe bien-, on scindait l’Inde en deux, pour créer de toute pièce un état dont la capitale (ne parlons même pas du drapeau) avait lui aussi, le nom religieusement emblématique: d’Islamabad (non ce n’est pas une ville thermale allemande…)

Mais ce n’est pas tout; à cette occasion le Pendjab fut lui aussi scindé puisqu’au milieu
(une sorte de Palestine si l’on veut). A cette occasion les autochtones Sikhs durent partir et évacuer contre toute leur histoire (partir comme les allemands de Poméranie ou les français d’Algérie, et ceux qui restèrent eurent le sort des harkis). S’il est coutume de dire « violences des deux côtés », on estime que de 1.5 à 2.5 millions de Sikhs et d’Hindous furent massacrés par les Musulmans.
Toute l’histoire de l’invasion de la vallée de l’Indus (qui fut le siège d’une civilisation plus ancienne que toute celle du Moyen-orient),par cette religion ne fut qu’ un torrent de sanG.

lORsqu’à la suite des histoires de l’Afghanhistan/Tallibans on nous a abondamment montré les statues des Grands Bouddhas détruites. Mais je crois que personne ne s’est posé la seule vraie question de bon sens quant à la disparition non d’œuvre d’art mais d’un peuple: où étaient passés durant ces siècles les Bouddhistes ?

Non personne ne s’est interrogé.
Le mécanisme de la mémoire est un vrai mystère.

Observatoire de la diversité dit: 24 février 2014 à 13 h 44 min

Rimbaud, jeune folle
Verlaine, vieux bissextile
Picasso, zoophile abouti : truies, juments, catalanes, etc
Garcia, la folle du sergent Dali
Dali, castrat Galactique
Cocteau, Gide, Tony, Aragon, tentes sans oxygène
G.Marchais, cachottier : elle avait de la moustache Liliane, stalinienne.

bérénice dit: 24 février 2014 à 13 h 41 min

Mme Michu excusez mes lacunes mais femidon c’est quoi? XXL je vois à peu près, ceci étant je ne saisis pas comment à notre époque sans castes pourquoi la descendance directe devrait porter la responsabilité de la branche quand elle n’est que le fruit qui plus est, détaché.( bjr à Abdel)

Mme Michu dit: 24 février 2014 à 13 h 12 min

Bérénice un test-amant doit-il se publier comme des bans d’essai ? Pour une petite annonce je pourrais mettre : garçons dont la maman doit porter des femidoms XXL depuis leur naissance à cause de leur grosse tête s’ abstenir..

Bardamu dit: 24 février 2014 à 13 h 12 min

Pour Rimbaud « homo »..
(c’est vrai ça rime…)
Chose qui revient régulièrement et fait les choux-gras de la Presse, et de l’Edition…
et d’une ribambelle « d’amis de Rimbaud »

Il faut bien dire qu’il n’y a aucune preuve.
(et qu’on ne nous sorte pas des phrases ou des mots, de textes que l’on ne comprend même pas comme « Vierge folle » etc…). Aucun éditeur sérieux (tel Steinmetz, Adam) ne s’est risqué à se prononcer sur cela. Tous ses amis et associés (Delahaye, les Capucins…) ont même démenti (seul Malraux, affabulateur notoire, en a rajouté)

Je veux dire que Picasso est parti en voyage à Rome avec Cocteau et ça n’a jamais fait de lui un inverti notoire. Sollers qui nous gave avec « ses » femmes, s’est tout de même fait introduire (si je me permets l’expression) en littérature par de belles célébrités dans le domaine.
Inversement (si j’ose dire encore) Garcia Lorca qui faisait rêver avec ses « belles andalouses » (pour moi c’est l’image de Sophia Loren jeune dans un film dont j’ai oublié le nom; un fantasme), oui l’homme du Guadalquivr, eh bien c’ en était un vrai de vrai et il fut fusillé probablement pour cela; il fut par exemple de petit ami de Savaldor Dali sans que ce dernier ne soit notoirement incriminé d’en être… pas plus que Federico du même coup. Et après tout on ne sais rien de truc, chose, ou machin,… Hugo, Virgile, et encore moins Homère, etc etc… à tel ou tel moment de leurs journées… ou soirées.

Alors quel intérêt à tout cela (ce qui ressemble un peu à l’histoire d’Achille finalement)?

Le seul pédéraste célèbre et avoué, il faut le dire sans que d’Ormesson ne nous y aide beaucoup, eh bien c’est après tout celui qui a le plus mis cela en avant, pour satisfaire sa propre vie, à savoir Aragon (Triolette avait un nom prédestiné finalement).

« oh bordel, il a 99 ans,.. laissons-le vivre sa vie…  »
Et là je cite G. Marchais; c’est du vrai

Marcel dit: 24 février 2014 à 12 h 45 min

Observatoire de la RDL dit: 24 février 2014 à 12 h 29 min
Ne peut on pas faire taire les importuns qui n’apportent rien à la culture ?

Oui, par exemple, Observatoire de la RDL shut up and fuck the queen.

Observatoire de la RDL dit: 24 février 2014 à 12 h 29 min

Peu à peu ce blog littéraire dérive vers un blog sociologique perverti : la littérature intéresse t elle encore les masses ? Ne peut on pas faire taire les importuns qui n’apportent rien à la culture ?

Simone dit: 24 février 2014 à 12 h 08 min

Annette LÉVY-WILLARD remet les choses en place, sur Libé.fr, à propos de cette sal.pe d’ Antoinette confisquant le féminisme à son seul profit, le MLF.

robert dit: 24 février 2014 à 12 h 02 min

De Gabriel Garran, fondateur du Théâtre International de Langue Française, du Parloir Contemporain, cofondateur du Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, vient de sortir en librairie Géographie française (Un enfant sous l’Occupation) (Flammarion)

Royal Canin Industries dit: 24 février 2014 à 11 h 56 min

Nous confirmons, que JC, travailla dans les années 60, à la fabrication d’apéritifs pour chiens de combat.

Oignon extrasidéral dit: 24 février 2014 à 11 h 53 min

JC, vous aimez tellement la photographie, que vous vous secouez la tige (fine comme de la ciboulette) en en regardant ?

Marcel dit: 24 février 2014 à 11 h 20 min

JC….. dit: 24 février 2014 à 9 h 33 min
Le meilleur souvenir des JO ? l’intense satisfaction de voir nos chers Cosaques fouetter généreusement ces stupides féministes anti-putin

Excellente remarque JCtounet. Ces images, qui ont fait baver les phallocrates de tous bords, ont sûrement contribuées au départ avant l’heure d’Antoinette Fouque.

JC..... dit: 24 février 2014 à 11 h 10 min

Allez, ami Renato, nous sommes d’accord : je suis un pseudo-scientifique. Et un crétin !

Bonne journée, à vous et à vos proches !

renato dit: 24 février 2014 à 11 h 06 min

« à porquerolles on est envahi de gens pas comme nous »
Ici aussi on est envahi, et malheureusement par des gens comme vous… cependant, même si de voix se lèvent en faveur de votre exclusion, je n’ai jamais demandé que l’on vous censure ou que l’on vous ostracise…

Venons à votre question. Croyez-vous vraiment que diplômes et cursus professionnel soient suffisent pour faire de vous un scientifique ? Bon, c’est vrai qu’il y a des gens qui se croient artistes seulement parce qu’ils ont fait les Beaux-Arts…

Phil dit: 24 février 2014 à 11 h 01 min

Les zones grises sont fertiles pour la littérature. Renaud Camus a su choisir ses amants chez l’ennemi. Nous sommes tous des Lucien Lacombe.

renato dit: 24 février 2014 à 10 h 57 min

« ces erreurs seraient un peu comme une tache de chocolat »

Vous savez, bérénice, lorsque je parle avec un Français qui parle italien, je tiens en compte qu’il arrive qu’un mot qui est féminin dans une langue puisse être masculin dans l’autre… vous comprenez ça… ou pas ?

JC..... dit: 24 février 2014 à 10 h 55 min

Renato, cher ami, qu’est ce donc pour vous, un « scientifique » ? ça peut intéresser, de savoir votre point de vue sur la chose. Je ne suis peut-être plus un scientifique malgré diplômes, cursus professionnel, etc, etc … comme la veste qui n’en est plus tout à fait une.

JC..... dit: 24 février 2014 à 10 h 51 min

JiC,
A Porquerolles, les restaurateurs ont pour mission, divine, de servir du poisson pas frais aux barbaresques importuns et envahissants : mon ami Abdelkader en a fait les frais, il nous l’a conté, malgré son entrainement mithridatesque (la cuisine anglaise) qui devait le protéger des errements nutritifs.

renato dit: 24 février 2014 à 10 h 49 min

« Par exemple, la photographie, je m’en secoue la tige… »

Le fait est que je ne me suis jamais dit photographe, vous trouverez même, en ligne, un texte où je dis ne pas l’être. Tandis que vous, vous présentez comme scientifique…

Cela dit, et pour votre gouverne, j’ai très bien compris ce que vous voulez faire entendre, mais je considéré qu’il ne s’agit que d’un moment sans réelle importance de la critique littéraire de type journalistique…

JC..... dit: 24 février 2014 à 10 h 39 min

Renato, cher ami, je suis absolument navré de cette controveste, pardon controverse, à propos d’une veste qui n’en est plus tout à fait une, devenue composite : ce n’est guère important. Pardonnez-moi de ne pas être capable de vous le faire comprendre.

renato dit: 24 février 2014 à 10 h 34 min

Mais une veste reste une veste, que l’on le veuille ou non, que cela nous plaise ou pas.

Cela dit, dans votre cas, pouvons-nous parler des tribulations d’un qui vit avec fantôme de l’assiégée…

bérénice dit: 24 février 2014 à 10 h 34 min

renato ces erreurs seraient un peu comme une tache de chocolat ou de sauce tomate sur le visage alors que vous paradez dans l’ascenseur étroit qui vous conduit au 15ème étage en compagnie d’un homme séduisant ou d’un femme sexy, selon.

JC..... dit: 24 février 2014 à 10 h 34 min

Renato, cher ami, ne soyez pas si insultant envers un véritable scientifique : personne n’est parfait. Par exemple, la photographie, je m’en secoue la tige…

JC..... dit: 24 février 2014 à 10 h 30 min

Jacques,
sous Simenon, c’était déjà catastrophique. Renaud Camus a parfaitement raison : Eurabia ! l’Eurabia est en marche… !

JC..... dit: 24 février 2014 à 10 h 27 min

Renato, cher ami, vous ne m’avez pas compris : l’art de l’étalagiste modifie « la veste » qui n’est plus seulement « une veste » …

Jacques Barozzi dit: 24 février 2014 à 10 h 20 min

« MRAP ? Mouvement pour un Remplacement Accéléré du Peuple ! »

C’est fait depuis longtemps, JC, le peuple d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celui du siècle de Simenon, non ? Et ce n’est pas plus mal !

renato dit: 24 février 2014 à 10 h 19 min

Et voilà le moment de rappeler l’observation de G. Guareschi : “La plus minable des actions que l’on peut commettre lors d’une controverse, c’est de s’accrocher aux erreurs de grammaire et de syntaxe de l’adversaire.”

bérénice dit: 24 février 2014 à 10 h 18 min

Bouguereau, ne soyez pas plus triste que moi mais quoi quoi? Je ne vous ai pas compris, que lire quoi faire dans quelle étagère, dérision et complications. Je plaisantais.

bérénice dit: 24 février 2014 à 10 h 15 min

Mme Michu 0h03 je m’abrite sous un vieux go sport qui prend l’eau et pas la foudre, enfin je ne l’ai pas testé dans des conditions extrêmes et les orages sont rares et nous surprennent trop souvent occupés à regarder le film de loin, quoiqu’il en soit ne pas préférer l’arbre qui cache la foret etc etc car il y a fort à parier qu’avec un peu plus de malchance vous serviriez de paratonnerre et pfft votre vie sans avoir à y penser subirait une réduction flamboyante et définitive, avez-vous pensé à votre test-amant?

renato dit: 24 février 2014 à 10 h 15 min

Je l’ai mis au f. et je me suis trompé, et alors ? puis j’ai corrigé. Seulement un crétin s’agrippe à un détail de cette nature… évidemment, puisque c’est un pseudo-scientifique qui le souligne, il ne peut qu’être un crétin car, s’il ne l’était pas, il serait un scientifique…

renato dit: 24 février 2014 à 10 h 03 min

Naturellement inutile d’attendre une explication qui pourrait nous porter une lumière relativement à cette inexactitude… c’est aussi vrai que l’on peut s’organiser pour rester constamment sous le spot suavement mis en place par l’étalagiste…

JC..... dit: 24 février 2014 à 9 h 53 min

« en oubliant qu’une veste c’est une veste et quelle que ce soit l’art de l’étalagiste elle restera une veste… »

Pas faux, mais inexact..

bouguereau dit: 24 février 2014 à 9 h 50 min

Bouguereau, nous ignorions quoiqu’il en soit tous ces gens vous inspirent vos peut-être plus beaux vers

merci d’y avoir cru béré..lis la première page d’hombres pour ta réponse..l’une des plus belles de l’arsoulle

renato dit: 24 février 2014 à 9 h 49 min

Enfin, Jacques ! lorsque vous avez une mythologie si bien établie, il ne reste même plus de fonds de tiroir à racler… Que dis-je, même les corbeilles et les poubelles ont été exploitées. Un critique m’a dit que parfois un document trouvé dans une corbeille peut jeter une lumière nouvelle sur une œuvre… Évidemment… mais, qu’est-ce qu’il faisait dans la corbeille ? Bref, la manie, puisque de manie il s’agit, de trouver de nouvelles sources de lumières vient peut-être de l’assidue fréquentation des boutiques de fringues… en oubliant qu’une veste c’est une veste et quelle que ce soit l’art de l’étalagiste elle restera une veste…

alex dit: 24 février 2014 à 9 h 42 min

« fouetter généreusement ces stupides féministes anti-putin »

le sadomasochisme jissé il connaît (depuis sa petite enfance..)

renato dit: 24 février 2014 à 9 h 39 min

« Le meilleur souvenir des JO ? l’intense satisfaction de voir nos chers Cosaques fouetter généreusement ces stupides féministes anti-putin »

Voilà, comme dit, presse nada : les Cosaques étaient des comparses. Tous les journaux dignes du nom l’ont dit…

JC..... dit: 24 février 2014 à 9 h 33 min

Le meilleur souvenir des JO ? l’intense satisfaction de voir nos chers Cosaques fouetter généreusement ces stupides féministes anti-putin

Jacques Barozzi dit: 24 février 2014 à 9 h 24 min

Parmi les perles simenoniennes, son affirmation concernant l’éclatement de nombreux couples au prétexte que la femme ne faisait pas aussi bien la soupe que la mère du mari !

Jacques Barozzi dit: 24 février 2014 à 9 h 21 min

Le « documentaire inédit » de la « soirée Simenon » sur Arte : comme une impression de lieux communs enfilés par l’écrivain et mille fois entendus !
Sera t-on moins déçu par la « soirée Duras » du mois prochain ?

Jacques Barozzi dit: 24 février 2014 à 9 h 12 min

« L’écrivain Renaud Camus au tribunal, poursuivi pour « incitation à la haine raciale ». Compte-rendu d’audience. »

Quelle belle tribune offerte à Renaud Camus par le Mrap, qui lui a permis de venir plaider à la barre sa nocence, accompagné d’un avocat et d’un ancien amant de remplacement !

renato dit: 24 février 2014 à 8 h 48 min

« L’oralité fut un temps nôtre mémoire,
sur cinq, dix, quinze siècles. »

Puisqu’un siècle nous fait 100 ans, 15 siècles ce sont 1500 ans. Vouliez-vous donc dire : « … sur cinq, dix, quinze » millénaires ?

renato dit: 24 février 2014 à 7 h 17 min

Encore un qui entretient des mauvaises relations avec la presse internationale… en effet rien sauf la page sport d’un journal régional… rien car déjà l’Equipe c’est de l’intellectuel…

JC..... dit: 24 février 2014 à 5 h 41 min

Les sportifs, gens simples, décidés, monomaniaques, rendent hommage au Tsar de la Sainte Russie pour ces JO 2014 parfaitement organisés sur le plan des compétitions…

Merci Vladimir Vladimirovitch Putin !

JC..... dit: 24 février 2014 à 5 h 37 min

SOCHI – Jeux Olympiques d’Hiver 2014

Médaille d’Or :
Влади́мир Влади́мирович Пу́тин !

Marcel dit: 24 février 2014 à 2 h 47 min

Verlaine

En moi, je sens mourir Verlaine,
Ses arpèges brisent ma nuit.
Ses sanglots avivent ma peine,
En moi je sens mourir Verlaine.

Dans sa musique souveraine,
Je bois l’alcool qui l’a détruit.
En moi, je sens mourir Verlaine,
Ses arpèges brisent ma nuit.

Jean Calbrix, le 24/02/14

Le chat dit: 24 février 2014 à 2 h 31 min

L’oubli, cela serait si facile,
mais l’Être humain n’est pas fait pour oublier.
Ce n’est pas parce que votre mémoire à court terme devient déficiente car trop dépendante de la technologie, que l’oubli s’installera.
Iskandar les deux cornes est encore.
De même la colère d’Achille nous accompagnera.

L’oralité fut un temps nôtre mémoire,
sur cinq, dix, quinze siècles.
Puis vint l’écriture,
et de cette écriture entre autre cunéiforme reste un texte datant de 4700 années nous promenant d’Ouruk aux monts des cèdres.
Oublier serait annihiler nos origines,
ce que pourtant nous recherchons en étudiant l’univers d’où nous venons.
Parlez-moi d’oubli, et demain n’existera pas.
Bonux fatigué mais d’excellente humeur.

kicking dit: 24 février 2014 à 1 h 56 min

et probablement l’info-spectacle serait donc mieux à sa place à l’hôpital que dans un stade de foot.. bravo.. depuis que j’ai vu jusqu’où on a tenu à me faire iech avec le foot en me tirant la tronche quand je répondais non..

kicking dit: 24 février 2014 à 1 h 43 min

et l’abdel qui voit pas le rapport.. donc, résumons, s’il est plus important que l’interviewée dise ce que le journaliste a dit de dire dans la situation qu’on lui a imposée et avec les copains inventés qu’on a mis autour alors tout va très bien madame la marquise, le problème ne vient pas des journalistes qui transmettent les infos.. ok.. très bien..

kicking dit: 24 février 2014 à 1 h 22 min

la sensualité d’un concept.. sûr réalistement que ça doit vibrer sans toucher un truc pareil.. comme jouer du violon avec du vent quoi..

Aquarium dit: 24 février 2014 à 0 h 10 min

TKT dit: 23 février 2014 à 23 h 29 min

Toujours aussi con le Traube.
Faire des phrases, ne rien comprendre, fantasmer, tel est le lot de Thierry.
Piètre vie exposée.

Mme Michu dit: 24 février 2014 à 0 h 03 min

Pour être honnête bérénice, le problème avec vous c’est que votre sensualité de l’orage sent un peu trop fort le parapluie.

bérénice dit: 23 février 2014 à 23 h 36 min

TKT je présume que vous pensez à un pro de la com , mais en tout les cas il le fera parler encore et encore sans torture, ils sont très forts pour les déblocages et résolution des conflits interpersonnels.

TKT dit: 23 février 2014 à 23 h 33 min

Bérénice, je paye mes livres et celui là, je l’ai commandé après avoir lu une critique dans le journal Le Monde.

TKT dit: 23 février 2014 à 23 h 29 min

« Catholiques messes en latin » est une excellente définition des ultras du genre de D.dé la grenouille de bénitier, et Philippe Teigniez.
Voyez vous, Aquarius, vous pouvez changer de pseudo, vous emmerder ne me déranger pas. Malheureusement, troll moisi, il n’y a pas de moyen de vous faire taire. Il faudrait prendre un professionnel.

bérénice dit: 23 février 2014 à 23 h 27 min

TKT l’avez-vous payé ce livre ou comptez-vous parmi les happy-few qui croulent sous le poids des lecturables offerts pour diffusion et plus si affinités?

bérénice dit: 23 février 2014 à 23 h 21 min

Mme Michu 21h Pour résumer sommairement le concept blog et faire raccord avec les zones grises, il n’y a pas mieux; j’y vois un bal masqué où, des loups ne se distinguent que l’extrémité projetée en un trace qui pourrait figurer sa queue comme on dit la queue de l’orage quand il n’est plus possible que d’en apercevoir quelques éclairs sans tonnerre et se rafraîchir d’une averse qui ne dure pas très longtemps. Bien que ce détail n’intéresse personne, j’adore l’orage jusqu’à sa fin, c’est comme un ballon immense qui soudainement se fissure pour libérer une foule de senteurs retenues prisonnières par la chaleur sèche qui lui a précédé et la pluie souvent attendue, un moment météorologique d’une grande sensualité. Il est vrai que les modifications nous fassent redouter la violence des éléments qui jusqu’à un passé récent étaient accueillis sereinement la plupart du temps.

TKT dit: 23 février 2014 à 23 h 19 min

@ abdelkader dit:23 février 2014 à 17 h 03: Il me semble que vous ne voulez pas, non oublier, mais relativiser* cette nuit honteuse pour la Préfecture de Paris, quand des membres du FNL furent bastionnés puis jetés dans la Seine. J’ai reçu le livre samedi, et je voulais seulement souligner, qu’il ne faudrait pas mettre du coté des blancs seuls, le goût pour l’esclavagisme, le racisme à but commercial etc…
Bref, tous les Humains sont capables de saloperies, je ne parle pas d’individus, mais de groupes.
* Au contraire de la Shoah, les flics parisiens ne s’en prirent pas aux femmes et aux enfants et le gouvernement n’avait pas pour but, de faire du nettoyage ethnique.
Tous ces actes de barbarie ne doivent jamais être oubliés.

kicking dit: 23 février 2014 à 21 h 51 min

au casino du cio ils ont tellement de couleurs que s’il y en a une qui sort pas et ben c’est pas un drame.. le plus économique c’est d’être une ville olympique avec un stade olympique où c’est qu’il n’y a jamais eu de jeux..

kicking dit: 23 février 2014 à 21 h 18 min

tu me tutoies,tu me fais du bien…

ah oui tiens, chez exit et dignitas ça doit être difficile de se saboter entre eux.. la concurrence doit être saine..

Mme Michu dit: 23 février 2014 à 21 h 08 min

La randomisation a du bon, mieux qu’insister à donner l’image d’une idée fixe à l’intuition féminine ou encore pire rayon féminité. Bonne soirée les pas-du-même-monde…

aquarius dit: 23 février 2014 à 21 h 06 min

« vous me sortez une histoire d’esclavagisme chez les arabes (je l’ai ce bouquin, by the way) mais je ne vois pas en quoi, perso, je serais responsable pour ce que d’autres arabes auraient fait, il y a de ca des siècles…pas plus que vous personnellement n’êtes responsable pour ce qui se passe en Palestine… »

Abdel, old man, je souscris complètement à ce que vous dites…Pourtant, il me semble que vous écriviez il n’y a pas si longtemps qu’il vous était impossible de vous intéressez à la culture allemande compte-tenu des crimes nazis…Donc dans certains cas vous croyez à la responsabilité collective et héréditaire et dans d’autres cas, non.

Héréditaire n’est même pas le mot, car il serait très difficile de démontrer que Dürer, Mozart, Bach, Leibniz, Kant, Goethe, Beethoven, etc, etc, sont les héritiers de Hitler.

des journées entières dans les arbres dit: 23 février 2014 à 21 h 03 min

les tribulations d’un concept.
La zone grise en chirurgie de la carotide est une randomisation, par exemple.

Mme Michu dit: 23 février 2014 à 20 h 58 min

Bon, puisque ça insiste pour continuer à tourner comme ça, en fait Clopine elle pleure la mort d’une étagère ?

des journées entières dans les arbres dit: 23 février 2014 à 20 h 37 min

D. dit: 23 février 2014 à 15 h 16 min
je me disais aussi que ce livre des soeurs Mary ne devait pas être si , ou si.

« Un heurt brutal contre la cheville met la chorée à terre. La glace est dans mon dos, du moins je le crois ; car le spectacle au-dessus n’est pas chose différente. Une immensité d’albâtre, pure, encore. J’ai envie de marcher dessus. Il a envie ? La jambe engourdie se lève, des abdominaux que je croyais défunts marchent à plein régime mais rien ne vient interrompre la course de ce bout de pied fouillant l’air comme la langue stupide d’un chien stupide. Je marche d’un seul pied dans le vide ; mon éclat de rire tranche, le silence saigne comme les dessins laissés sur ma cheville par les brindilles. Je me promène à l’envers, c’est un jeu que je connaissais bien il y a très longtemps, le petit miroir tourné vers le plafond de l’appartement et moi qui regarde dedans et marche sur la peinture écaillée des murs, les livres serrés et mal alignés de la bibliothèque, qui parviens à glisser sans tomber sur l’abat-jour en verre de la lampe, là attention !, vrai mur entaille vrai front, les adultes ne comprennent pas comment l’enfant peut ne pas les voir, ces murs. Et ils sont là à nouveau, tous autour de moi, me surplombant de leur bon sens et de leur autorité érectiles, partout autour de moi de longs bâtons noirs aux crânes dégarnis dressés vers le ciel, je le devine, l’écorce en sommeil est rugueuse sous les doigts gelés, je ne sens rien. Je suis tombé dans la forêt. »
http://zonegriseclmary.blogspot.fr/

Je vous dis pas la pow, pow, du jour. Sublime.
Vous allez écouter Georges Simenon écrire à sa maman, ce soir D. ?

bérénice dit: 23 février 2014 à 20 h 28 min

Bouguereau, nous ignorions quoiqu’il en soit tous ces gens vous inspirent vos peut-être plus beaux vers, qu’importe le transport de votre quête superlative. enfin si seulement vous pouviez retrouver le chemin des dames, pour voir ce que de leurs charmes votre calame inscrit.

Onésiphore de Prébois dit: 23 février 2014 à 20 h 05 min

L’honneur perdu de Clopina Trouille. dit: 23 février 2014 à 19 h 15 min
troll de 19:27, de quel droit me tutoyez-vous ?

A 19h15, anticiper le vouvoiement d’ un troll à 19h27, troll parfaitement invisible du reste, alors ça, on nous l’avait pas encore fait sur la RdL.

A tu et à toi dit: 23 février 2014 à 19 h 48 min

« de quel droit me tutoyez-vous »
Clopine

Lui je ne sais pas, mais moi je sais pourquoi.
Je connais ton mari, ton fils, ta maison, ta cuisine, tes animaux domestiques, tes parents, ton enfance, ton adolescence, tes amours de jeunesse, tes boulots grands ou petits et accessoirement tes goûts littéraires.
Après tout ça si je ne peux pas te tutoyer c’est à désespérer.

sans blague dit: 23 février 2014 à 19 h 07 min

« « j’habite une demeure entourée ». C’est vrai, quoi, il y a bien là motif à me cracher dessus. »

Tout le monde voit ce qu’il te faut comme carapace !!!

hamlet dit: 23 février 2014 à 18 h 52 min

« abdelkader dit: 23 février 2014 à 17 h 09 min
Hamlet, si vous voulez, je vous l’écrit a la main, signature itou…vous pouvez vous la faire encadrer , style baroque avec plein d’or sur la monture, et pendre au dessus de votre lit… »

c’est vrai ?
c’est gentil.
sans vouloir abuser vous pourriez me l’envoyer avec un photo de vous en train de faire une quenelle ?
c’est pour ma collection.

hamlet dit: 23 février 2014 à 18 h 49 min

Dieudo je te comprends moi aussi quand j’entends Patrck Cohen je me dis la shoah ouai dommage…
tu sais qu’on a déjà, durant 2000 ans, zigouillé un tas de juifs, femmes et enfants, pour avoir tué un type sur une croix qu’aucun d’eux ne connaissaient.

hamlet dit: 23 février 2014 à 18 h 45 min

1 la victime d’hier est bien devenue le bourreau d’aujourd’hui : premier crime.

2 quand quelqu’un comme moi ose dire tout haut que le sionisme est , comme l’apartheid, une idéologie raciste de merde : deuxième crime.

3 qui vise a déshumaniser l’Autre : 3ème crime

Dieudo tu fais la liste des crimes mais tu as oublié de dire le jugement.
la peine de condamnation !

pour un crime d’une telle ampleur, aussi horrible, aucune nation a ce jour n’avait osé commettre ce crime abominable d’expulser 3000 familles de leur maison, je ne vois qu’une seule condamnation possible : l’extermination !!!

t’es d’accord ?

L'honneur perdu de Clopina Trouille. dit: 23 février 2014 à 18 h 44 min

…IL me faudrait, pour survivre, le talent désespéré d’une Zouc. Je ne sais ce que devient cette actrice absolument incomparable. J’ai peur pour elle, bien sûr : comment ne pas avoir peur, quand on voit ceci :

http://youtu.be/8v-_b0RlQOw

Et je ne peux m’empêcher de l’imaginer livrée aux trolls. Quelle absolue horreur.

J’ai du Zouc, bien sûr. Et puis j’ai aussi l’indulgence, vis-à-vis de l’âpreté du monde, de celle qui a la chance d’avoir été aimée.

hamlet dit: 23 février 2014 à 18 h 41 min

1 la victime d’hier est bien devenue le bourreau d’aujourd’hui : génial !

2 quand quelqu’un comme moi ose dire tout haut que le sionisme est , comme l’apartheid, une idéologie raciste de merde : super génial !
3 qui vise a déshumaniser l’Autre : extra génial

4 on nous traite d’antisémites…il y a confusion : et ça c’est pour la cerise sur le gateau.

hamlet dit: 23 février 2014 à 18 h 39 min

« la victime d’hier est bien devenue le bourreau d’aujourd’hui, n’en déplaise…et quand quelqu’un comme moi ose dire tout haut que le sionisme est , comme l’apartheid, une idéologie raciste de merde qui vise a déshumaniser l’Autre, on nous traite d’antisémites…il y a confusion , a ce que je vois… »

allez ! vas-y Marcel !
fais nous donc une petite étude de texte.

bouguereau dit: 23 février 2014 à 18 h 34 min

a ’til eu d’autres gitons?

Antoine, encor, proverbial quant à la queue,
Lui, mon roi triomphal et mon suprême Dieu,
Taraudant tout mon coeur de sa prunelle bleue
Et tout mon cul de son épouvantable épieu.
Paul, un athlète blond aux pectoraux superbes
Poitrine blanche, aux durs boutons sucés ainsi
Que le bon bout ; François, souple comme des gerbes
Ses jambes de danseur, et beau, son chibre aussi !
Auguste qui se fait de jour en jour plus mâle
(Il était bien joli quand ça nous arriva)
Jules, un peu putain avec sa beauté pâle.
Henri, me va en leurs conscrits qui, las ! s’en va ;
Et vous tous ! à la file ou confondus en bande
Ou seuls, vision si nette des jours passés,
Passions du présent, futur qui croît et bande

gilles dit: 23 février 2014 à 18 h 16 min

Abdel ce ne sont pas les analyses qui manquent sur la Guerre d’Algérie , entre autres les livres de Moghamed Harbi et celui qu’il a écrit avec B Stora

L'honneur perdu de Clopina Trouille. dit: 23 février 2014 à 18 h 11 min

Michu fils, c’est très simple. C’était un mensonge, comprenez-vous ? Zugulo n’a jamais existé, et le troll a été chercher sur mon blog une phrase effectivement un peu maladroite (à cause de l’émotion, mais c’est justement ce que ne supportent pas les trolls : l’expression d’une émotion vraie). Ah, ce qu’il aurait aimé que je tombe dans le piège, que je dise «  »oui, admirateur catalan, je vous en prie, faites-moi éditer à Barcelone !  » Il aurait pu ainsi s’esclaffer, en secret ou en public, sur mon incommensurable vanité, sur ma crédulité, sur mon égocentrisme incapable de démêler un canular d’une réalité; ce sont de tristes, oh, si tristes, si stupides, si vaines, pratiques trollesques. Je préfère encore, à tout prendre, les insultes d’une Daaphnée.

kicking dit: 23 février 2014 à 17 h 24 min

ça se dit écrivain et ça ne sait pas lire

le pire est encore ce qu’écrit celui qui se pique d’avoir bossé chez gai pied..

Oouaaarrrf dit: 23 février 2014 à 17 h 11 min

clopin,voyeur, se dévoile grace à des clichés , et clopine aussi, avec ses clichés. belle famille j’vous jure..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*