de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
David Cornwell lève le voile sur John Le Carré

David Cornwell lève le voile sur John Le Carré

« A 20 ans, on est achevé d’imprimer ». Simenon en avait fait un adage. Appliqué à un écrivain, il n’a jamais été aussi vrai que dans le cas de David Cornwell alias John le Carré. Abandonné par sa mère à l’âge de 5 ans, il fut élevé par un père impossible, lequel apparaît dès la troisième ligne de la première page de ses Mémoires et ne le lâche plus jusqu’à la fin de son récit. Pour l’enfant, ses parents étaient un mystère ; ils le sont restés pour l’homme au soir de sa vie. Tout romancier est un menteur. Celui-ci étant l’un des plus grands, on peut donc en déduire qu’il est un grand menteur. Son enfance a baigné dans l’esquive, le secret et la tromperie. On dira qu’il était à bonne école à l’ombre d’un géniteur escroc, fraudeur, manipulateur, griveleur, mythomane, violent, charmeur, repris de justice.

Qu’avait-il donc à cacher pour se résoudre à écrire ses souvenirs sous le titre Le Tunnel aux pigeons (traduit de l’anglais par Isabelle Perrin, Seuil) ? Le sous-titre « Histoires de ma vie » a son importance : il raconte des histoires. On a écrit ici ou là qu’il a voulu ainsi désamorcer la parution annoncée de sa biographie par Adam Sisman (Bloomsbury, 2015) bien qu’il l’ait autorisée et aidée. Qu’importe au fond puisque lui seul est à même de livrer au lecteur, sans le moindre intercesseur, ses propres vérités sur sa vie et son œuvre fussent-elles imaginaires, incertaines, piégées, approximatives, comme il en convient non sans malice. Il y a les faits et ce qu’il en fait. Le résultat : des Mémoires écrits de mémoire. Fragments de souvenirs, éclats de mémoires, anecdotes savoureuses, le tout mâtiné d’autodérision et d’understatement bien tempéré. Un livre manifestement écrit le sourire aux lèvres se lit le sourire aux lèvres. Il révélera au lecteur l’enquêteur derrière le romancier, autant Cornwell que Le Carré. Une seule silhouette pour un homme double, c’est possible ça ?

Des lieux, des villes, des paysages mais surtout des gens. Autant de rencontres, autant de quiproquos et de situations absurdes avec le magnat de la presse Rupert Murdoch, le président italien Cossiga, Mme Thatcher, des puissants qui l’invitent à sa table sans qu’il sache avant pourquoi ni qu’il comprenne après pourquoi. Voici le poète Joseph Brodsky qui lâche devant lui au restaurant chinois un commentaire bien senti à la seconde même où il apprend qu’on lui décerne le prix Nobel (« C’est parti pour un an de blabla »). Ici Alec Guinness, son préféré, là Jean-Paul Kauffmann si émouvant dans son aveu (la lecture de L’Espion qui venait du froid l’a aidé à tenir dans les caves libanaises où le Hezbollah le détenait en otage). Ou encore Yasser Arafat avec qui il se retrouve à danser un soir de Noël, et Dima, le parrain de la mafia russe, ce qui nous vaut une interview d’anthologie, sans oublier les Kubrick, Pollack, Coppola et autres cinéastes qui voulurent l’adapter et se révélèrent à l’usage inadaptés, mais aussi des inconnus et des anonymes.john-le-carre-05-gq_04dec13_getty_1280_262x393

Il serait vain d’y chercher des clés dissimulées, d’autant que l’auteur lui-même les offre : ici son mentor qui servit de modèle à George Smiley, là un germano-turc de Guantanamo qui lui a inspiré un personnage, ici une humanitaire rencontrée à Phnom-Penh dont la présence le hantera plus tard tout au long de la rédaction d’un roman, là un inconnu traînant dans un aéroport dont il fera son Alec Lamas. Fidèle à ses fantômes, il creuse son vieux sillon de l’antiaméricanisme et de l’insupportable inféodation politique du Foreign Office à Washington. Qu’il fustige les grandes banques, les hommes de lois, les laboratoires pharmaceutiques, les multinationales ou les fauteurs de guerre en Irak, c’est toujours l’Oncle Sam qu’il désigne du doigt. Un exclusivisme que l’on a dit naïf, ingénu, à sens unique. A quoi il répond invariablement dans ses livres que ce sont les financiers qui mènent le monde et que sont-ils sinon américains ?

Il n’est pas le premier écrivain à nous emmener dans son atelier observer ses secrets de fabrication, sauf qu’avec lui c’est formidablement divertissant car le monde est son atelier. Le problème, ce ne sont pas les aéroports, les frontières et les douaniers unanimement abhorrés : ce sont les check-points :

« Ce n’est pas votre passeport qu’on vérifie, c’est vos mains. Et puis votre tête. Et puis votre charisme, ou votre manque de charisme. Et même si un check-point vous juge acceptable, la dernière chose qu’il va faire est de transmettre cette bonne nouvelle au suivant, parce qu’aucun check-point ne se laissera jamais prendre en défaut sur sa paranoïa ».

Le Carré voue une telle passion à la culture germanique, contractée dès son séjour étudiant en Suisse alémanique, qu’aujourd’hui encore il jouit d’un plaisir sans égal lorsqu’il lit un livre en allemand plutôt qu’en anglais. Littérature, poésie, politique, histoire, qu’importe, il prend tout et de toutes les époques. Et pour lui avoir un jour fait remarquer que ses dialogues étaient parfois alambiqués, je l’ai entendu m’objecter :

 « Même quand je parle ou j’écris en anglais, par réflexe, je pense en allemand et je place le verbe à la fin, ce qui, en effet… ».

C’est d’ailleurs en Allemagne que tout a commencé. A Berlin où l’agent du MI6 trouva un pseudonyme qui ne tournait pas rond, son regard ayant été happé par l’enseigne d’un magasin alors qu’il était assis dans l’autobus. Afin de ne pas contrevenir à l’obligation de réserve de son service, il en fit son nom de plume l’année même de l’édification d’un mur entre les deux Allemagnes, et l’inscrivit en tête de deux polars qui passèrent inaperçus, puis du manuscrit très berlinois de L’Espion qui venait du froid. Ce qui frappe chez lui, c’est son intelligence, pas redoutable tant elle est généreuse, partageuse, empathique, mais travaillée par le doute perpétuel, pour le meilleur et pour le pire.

Alors, l’espion ? Tout au plus un garçon de courses du renseignement britannique qui rendit de menus services, suggère-t-il avec un sens consommé de la litote.

« Un microbe dans la hiérarchie du monde secret » 

Ainsi résume-t-il son activité de 1956 à 1964. On n’en saura pas davantage sur la nature exacte du travail accompli au sein du SIS (Secret Intelligence Service ou MI6), en sa qualité d’agent de renseignements. Sa loyauté n’est pas à géométrie variable : ayant promis dès son engagement de n’en rien dire, il s’y sent tenu plus d’un demi-siècle après, tant légalement que moralement, même si l’on pourrait imaginer qu’il y a prescription, tout de même. Mais si vous lui écrivez pour lui demander comment devenir espion, vous recevrez immanquablement cette réponse :

« Ecrivez à votre député, au Foreign office, ou bien, si vous vous êtes encore scolarisé, allez voir votre conseiller d’orientation ».

Ses souvenirs sont à son image : discrets, courtois, pleins d’humour, légers. Parfois édifiants, souvent instructifs, toujours passionnants. On y retrouve les caractéristiques de ses romans, à commencer par un inouï don d’observation des comportements des gens dans leurs habitudes, leurs apparences, leur langage. En voilà un qui maîtrise le grand art du détail. Ce qu’on n’y retrouve pas, et l’on ne s’en plaindra pas, c’est la sophistication de leur architecture narrative et la complexité de leurs situations ; car en l’espèce, elles n’avaient pas lieu d’être. Ses Mémoires sont conçues dans l’esprit d’une conversation avec le lecteur. Mais qu’on ne s’y trompe pas : sous le masque de l’humour, la peur ne l’a jamais quitté. Elle nourrit sa réflexion ininterrompue sur le statut de la vérité dans la mémoire. Il est vrai qu’à 16 ans, son père l’envoyait chercher ses clubs de golfs oubliés dans un palace sans lui préciser qu’étant parti sans payer la note, l’adolescent risquait gros.

Ses romans sont le fruit de la rencontre son expérience et son imagination. Au fond la somme de ses contradictions. Le monde de l’espionnage, et la question récurrente de sa moralité, n’auront été que le décor de son œuvre, et la guerre froide son cadre. Contrairement aux craintes et prédictions manifestées alors ici ou là, la chute du mur de Berlin ne l’a pas réduit au chômage technique. D’autant qu’il a tout de suite senti que la fin du communisme n’entraînerait pas la fin de la menace russe. Il n’avait pourtant effectué que deux séjours en Russie (1987 et 1993) mais cela lui fut suffisant pour voir juste. En vérité, sa grande affaire, ce fut le mensonge. Ce qui fait de lui non un romancier d’espionnage, genre littéraire dans lequel il s’est laissé enfermer en haussant les épaules, mais un grand écrivain tout court, à l’égal de ses maîtres Joseph Conrad et Graham Greene.

Et qu’y a-t-il de plus universel que le mensonge, acte qu’il a eu le génie de transcender en le déployant sur le terrain de la loyauté, de la duplicité, de la trahison ? Un autre fil rouge relie les personnages de son œuvre : l’abandon, et comment en serait-il autrement pour celui que sa mère a abandonné, lui et Tony, son aîné de deux ans, le gardien de son frère, alors qu’ils dormaient à poings fermés, sans un mot d’explications, fuyant un mari invivable et dangereux qui de surcroît la battait ? « Une opération d’exfiltration bien organisée, exécutée selon les scrupuleux principes de compartimentation » jugera plus tard l’espion. N’empêche qu’il ne lui a jamais pardonné à cette femme qui ne lui prit la main qu’une seule fois, et encore, avec un gant. Une fois parvenu à l’âge adulte, il l’a retrouvée après bien des recherches mais ses explications furent vaines. Les portraits qu’il trace de ses parents sont sans concession ; mais malgré tout, il conserve pour ce père si imprévisible et vibrionnant à « la tête hypothéquée , personnage chu d’un chapitre de Dickens, une tendresse, parfois haineuse et sans pardon, mais une tendresse tout de même, surtout lorsqu’il l’entendait au bout du fil, des sanglots dans la voix, lui réclamer encore et encore de l’argent, et même un pourcentage sur son œuvre puisqu’il s’en considérait d’une certaine manière à l’origine.

D’ailleurs, il lui arrivait souvent de vendre à un prix déraisonnable à des amateurs des livres de son fils qu’il dédicaçait : « Signé le Père de l’Auteur » ; et quand des lecteurs les présentaient à John le Carré, celui-ci rajoutait : « Signé le Fils du Père de l’Auteur ». Il n’empêche que lorsqu’il acheva l’écriture d’Un pur espion (1986), pur chef d’œuvre autour de la figure envahissante de son père, la catharsis fut telle qu’il pleura toutes les larmes de son corps. En se retournant sur son parcours, il tient que l’espionnage et la littérature ont partie liée :

« Tous deux exigent un œil prompt à repérer le potentiel transgressif des hommes et les multiples routes menant à la trahison ».

Apaisé parmi ses démons, mais toujours convaincu que l’âme d’une nation se révèle à travers ses services secrets, il a fait sienne cette forte pensée d’Oscar Wilde :

« Quand on dit la vérité, on est sûr, tôt ou tard, d’être découvert. »

A propos, le tunnel évoqué dans le titre est celui qui courrait sous la pelouse du Sporting club de Monaco , dans lequel on enfournait les pigeons élevés en batterie un peu plus bas à cet effet, afin qu’il soient lâchés au bout pour le bon plaisir de chasseurs au sortir de leur repas. Et quand ceux-ci les rataient ou les blessaient, que croyez-vous que faisaient les volatiles ? Ils retournaient à leur lieu de naissance et rentraient dans leur cage. A chacun d’apprécier la métaphore…

John le Carré aurait mérité dix fois que l’un de ses romans soit couronné par le jury du Booker Prize, l’équivalent britannique du Goncourt (sans parler du Nobel, mais il est vrai qu’il ne sait pas chanter) ; quand bien même ses éditeurs ne les leur ont jamais envoyés, obéissant ainsi à son propre refus de postuler, les jurés se seraient honorés en le distinguant ; ils étaient libres de leur choix et rien ne les en empêchait. Aujourd’hui, c’est trop tard. Si cela advenait, on dirait : « Cette année, on a donné Le Carré au Booker Prize ! »

Il a refusé toute promotion pour son nouveau livre, ce qui n’a pas étonné la critique littéraire de son pays qui sait dans quel mépris il la tient, à égalité avec l’establishment. Seule exception : l’article écrit à cette occasion pour le Magazine littéraire, ce qui n’étonnera pas les lecteurs de ses Mémoires dans lesquels il dit l’estime et la sympathie dans lesquelles il tient la critique littéraire de notre pays (et Bernard Pivot en majesté auquel il rend un vibrant hommage en raison d’un Apostrophes mémorable). Sinon, rideau sur la curiosité publique ! Il est vrai qu’il n’a pas le temps. Il vient de commencer un nouveau roman. Tant que le corps et l’esprit le lui permettront, car chacun de ses livres suppose un intense engagement personnel à tous points de vue, il continuera. Sa manière de demeurer « sain d’esprit et relativement honnête » depuis une cinquantaine d’années. A 85 ans, grand-père de treize petits-enfants, il préserve précieusement ses travaux et ses jours à venir pour les consacrer à la seule chose qui l’ait jamais passionné : écrire, tout simplement.

Cette entrée a été publiée dans Non classé.

1517

commentaires

1 517 Réponses pour David Cornwell lève le voile sur John Le Carré

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 14 h 19 min

T’as juste oublié la plus importante, mon pov’ Pablo75, la cinquième, blasphémateur…! C’est comme le Cinquième royaume dans la tradition juive…

Pablo75 dit: 25 octobre 2016 à 14 h 12 min

@ Widergänger

« … te gêne pas, mon pov’ Pablo75. Tu paieras … »

Tu continues de me harceler (insultes, menaces), je te le signale.

Et je te signale aussi que maintenant je distribue tes messages en 4 archives distincts: Harcèlement, Antisémitisme et révisionnisme, Racisme anti-arabe et Possible incitation à la violence.

Ton dossier est en marche.

Je vais relire et distribuer dans mes 4 archives tous tes messages compromettants. Quand j’aurai l’adresse de ton cabinet d’avocats je leur enverrai une copie.

de nota dit: 25 octobre 2016 à 14 h 05 min

Wgg, pour que votre harcèlement soit un tantinet crédible il va vous falloir montrer des signes d’anxiété ou vous plaindre du mal au bidon, votre présence sur ce blog ne plaide pas pour l’anxiété, vos présentes vacances à Sitges accompagnées de force libations et ripailles attestent de la bonne santé de vos intestins, mais il est encore temps pour être crédible: abîmez-vous dans l’inquiétude, débloguez, soyez mutique! Dédaignez les tapas y el Moscatel, ne mangez plus, soyez chafouin! puis rendez visite à un médecin de la santé publique espagnole- c’est une expérience- et revenez-nous muni d’un beau certificat médical prouvant votre bonne foi mais vos intestins contrariés, votre bel esprit mais vos nerfs harassés, Olé!

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 14 h 03 min

Le cabinet d’avocats, trop content de se faire du beurre sur le dos des harceleurs, viennent de me répondre beaucoup plus tôt que prévu. Cas hyperclassique, me dit-on, aux yeux du dossier que je lui ai envoyé. Il m’a donné rendez-vous lundi prochain pour mettre au point la procédure et réunir les preuves en bonne et due forme. À bon entendeur, salut.

de nota dit: 25 octobre 2016 à 14 h 01 min

J’aimerais savoir en vertu de quels pouvoirs deux profs d’histoire peuvent interdire de parole un écrivain, qui est par ailleurs un comédien talentueux qui aurait pu intéresser les élèves…

Eh bien, moi ça me rassure que l’on ne veuille pas de cet historion, s’il s’agit de venir parler histoire de France aux mômes, que l’on fasse appel à un historien professionnel, ce serait respecter et l’école et les mômes, Deutsch doit tout au marketing, qu’il demeure sur les têtes de gondole et qu’il ne fasse pas chier les mômes!

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 13 h 58 min

Mais te gêne pas, mon pov’ Pablo75. Tu paieras 45 000 € d’amende. Si t’as envie de te suicider, je n’ai aucune objection…

En tout cas, on voit bien à quelle officine signe gontrand.

Pablo75 dit: 25 octobre 2016 à 13 h 56 min

@ Chaloux

« n’y va pas trop fort tout de même. Ce n’est qu’un pauvre type. »

Mais il continue de nous harceler: « La Trinité des crucifiés », il vient d’écrire.

Il faut voir aussi si on peux porter plainte contre lui pour incitation à la violence. Il me semble que dans ses messages apocalyptiques sur la fin de la France et de l’Occident il pourrait avoir ce genre de délit.

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 13 h 55 min

Mais oui, joue au fanfaron, tu paieras la note de toute façon. Et tes deux divorces ne militent pas en ta faveur déjà à priori. Continue à t’enfoncer, mon petit bonhomme. Tu vas voir de quel bois je me chauffe.

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 13 h 40 min

Cela dit, Albapion, si tu as besoin de quittances de loyers émanant de tous les pays du monde, je peux t’indiquer d’excellents sites…

DHH dit: 25 octobre 2016 à 13 h 38 min

@LVDB
quand Chateaubriand se voulait économe de son mépris c’était pour pouvoir le dispenser à tous les nombreux nécessiteux.
je n’en suis pas ; vous avez raison, comme lui, de le garder pour eux

Bloom dit: 25 octobre 2016 à 13 h 36 min

Un prétendant à « la magistrature suprême » met le prix du pain au chocolat, (parfois appelé chocolatine), à 10 ou 15 centimes d’euros. Le Guardian appelle judicieusement cela son « moment Marie-Antoinette »…
Nous pouvons être rassurés, les fourneaux sont bien gardés.
Jadis la brioche, aujourd’hui une autre viennoiserie: l’histoire se répète en farce…or will it?
https://www.theguardian.com/world/2016/oct/25/bun-fight-french-presidential-cost-pain-au-chocolat

Pablo75 dit: 25 octobre 2016 à 13 h 31 min

@ Widergänger

Moi, quand je finirai de travailler, je vais aller sur le site du CRIF pour voir la meilleure démarche à suivre pour porter plainte contre toi pour antisémitisme (pour ce que tu as écrit contre moi) et révisionnisme (pour ce que tu as écrit sur la Shoah – à propos de l’Inquisition espagnole et de Heidegger).

Après quoi je vais aller sur le site de SOS Racisme pour dénoncer tes commentaires anti-arabes ici.

Et ce WE je vois mon frère et ma belle soeur (avocats les deux) pour parler sérieusement de ton cas et voir ce qu’on peut faire.

gontrand dit: 25 octobre 2016 à 13 h 31 min

«Nous ne sommes pas là pour faire aimer la France à nos élèves». Telle est la déclaration surprenante que viennent de faire deux professeurs d’Histoire de Trappes, dans les Yvelines. Ils cherchaient par là à justifier leur veto à la tenue d’une conférence de Lorànt Deutsch dans leur ville. Accusé de trop aimer «les rois et les grands personnages», le comédien s’est donc vu interdire l’accès de cette cité de la banlieue parisienne, dont la majorité des habitants sont issus de l’immigration. »

J’aimerais savoir en vertu de quels pouvoirs deux profs d’histoire peuvent interdire de parole un écrivain, qui est par ailleurs un comédien talentueux qui aurait pu intéresser les élèves…

la vie dans les bois dit: 25 octobre 2016 à 13 h 30 min

Il n’y aura pas de favoritisme; les meilleurs monceaux de cette « viande froide » faisandee comme chez Fauchon, marque déposée, seront pr tout le monde. Sympa, non?

bérénice dit: 25 octobre 2016 à 13 h 24 min

Pas de bousculade. Pas tout le monde en même temps !

Faut-il vous appeler Jeanne? Entendez-vous des voix ? Ou seriez vous pucelle…

bons offices dit: 25 octobre 2016 à 13 h 24 min

Ce matin, la TV espagnole mentionnait le rôle de médiateur que va jouer la diplomatie vaticane entre Maduro et ses opposants vénézuéliens. Dans le même esprit, je suggère qu’une partie neutre, Passou par exemple, contacte le Nonce apostolique à Paris pour lui demander de réunir WG, Chaloux, Pablo et Jean autour d’une table pour une tentative de conciliation. Avec l’aide du Saint Esprit, ils tomberont dans le bras les uns des autres…

la vie dans les bois dit: 25 octobre 2016 à 13 h 20 min

Pas de bousculade. Pas tout le monde en même temps !

Je verrai ce que je peux faire pour « une viande froide »; cela dépendra du temps et de mon bien vouloir.

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 13 h 19 min

Albapion, je crois que ton avocat n’aura pas grand-chose à brandir. Brandira bien qui brandira le dernier. Tu vas finir en brandade. Cela dit, j’espère que tu as des économies. tu risques fort d’être condamné aux dépens….

bérénice dit: 25 octobre 2016 à 13 h 18 min

Chaloux, on ne joue pas avec le feu, surtout en ces temps compliqués, pourquoi brouiller des pistes qui pourraient être claires même si c’est ludique alors qu’est reproché à tant de porte-drapeaux médiatisés d’être les auteurs de faux pas ou de messages ambigus .

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 13 h 14 min

Et quand l’avocat montrera au tribunal ma facture de location de l’appartement, le chaloux sera bien avancé. Une preuve de plus du harcèlement et de sa pathologie qui nécessite un examen psychiatrique.

Contact a été pris avec un cabinet d’avocats. Dans quarante-huit heures, j’ai la réponse d’un avocat pour enclencher la procédure pénale à l’encontre du dénommé chaloux. Je m’en occupe une fois de retour à Paris la semaine prochaine. Je pense aussi porter plainte contre Jean et Pablo75. La Trinité des crucifiés.

bérénice dit: 25 octobre 2016 à 13 h 12 min

Dommage pour LVDB qui va devoir trouver un autre os à ronger DHH

Je ne crois pas que les os la mettent en appétit, son économie du mépris l’oriente vers d’autres sympathies.

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 13 h 11 min

Je dois vous laisser. Il faut que j’aille gagner le montant des nombreuses amendes dont me menace Albapion…

A bientôt,

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 13 h 10 min

Bérénice, jean est un petit provocateur mais le fond est bon. je l’ai longuement mis à l’épreuve autrefois. Ne mélangez pas tout.

la vie dans les bois dit: 25 octobre 2016 à 13 h 07 min

pauvre dhh, je suis très économe dans le mépris, souffrez que celui que je vous ai manifesté est épuisé.
Vous êtes du genre à demander le remboursement, d’un spectacle qui vous a été offert. (copyright)

bérénice dit: 25 octobre 2016 à 13 h 05 min

Il a lu ce qu’il a lu.

Et cela justifie le reste, le FN n’est pas dépourvu d’intello à ce que je sache, faudrait-il parce qu’ils ont lu ce qu’ils ont lu nous rallier à ce mouvement sans oublier de dire qu’il gagne du terrain et que si l’on veut saisir une opportunité qui sera peut-être gagnante il ne nous faudrait pas tarder, regardons l’Histoire et ses moutons de Panurge.

Pablo75 dit: 25 octobre 2016 à 13 h 00 min

@ la vie dans les bois

Tu as des problèmes de logique: « et puis la dégonflade. Les coqs sont fatigués. »

Dégonflade ou fatigue?

DHH dit: 25 octobre 2016 à 12 h 59 min

@WGG
Faisons semblant de croire, comme le prétend Jean pour se dedouaner, qu’il n’y a là qu’un jeu de rôles et qu’entre personnages virtuels les injures sont elles aussi virtuelles
Mais il reste qu’ en revanche est bien réelle la vulgarité des propos qui se sont etalés depuis deux jours sur le blog, accumulant l’ordurier le porno et le scatologique , et transformant en infréquentable maison de passe de bas etage, ce blog qui faisait figure jusqu’à ces jours-ci- d’hôtel élégant dirigé par PIerre Assouline
C’est donc moins la violence des coups qui s’y sont échangés, mais à la fois ma pruderie naturelle et ma répulsion pour le « profanum » vulgus » comme dirait Horace, qui m’incitent à m’en éloigner jusqu’à nouvel ordre
Dommage pour LVDB qui va devoir trouver un autre os à ronger

la vie dans les bois dit: 25 octobre 2016 à 12 h 53 min

Bizarre, des insultes, des accusations, des menaces, et puis la degonflade. Les coqs sont fatigués. Des égos malmenés.
Et tout ça sur un billet de « menteur ».
Ach, ça triche, comme au poker.

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 12 h 48 min

Mon conseil regarde les posts d’Alba, ceux que je lui ai envoyés de l’ancienne RDL, et au hasard ici.

Commentaire : »On va l’envoyer en Patagonie ».

Bon voyage!

Mémoire de blog dit: 25 octobre 2016 à 12 h 47 min

Au fait, Chaloux, qu’ont donné les poursuites judiciaires dont vous menaciez régulièrement Jambrun il y a un an ou deux ? Votre avocat vous disait, nous assuriez-vous, que l’affaire était gagnée d’avance. Qu’en est-il ? Tenez-nous au courant.

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 12 h 41 min

Excellent argumentaire de bérénice. Je me demande si je ne vais pas la prendre comme conseiler juridique.

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 12 h 39 min

Le harcèlement relève assurément de la pathologie. On étudiera son cas pour voir s’il faut le faire interner ou pas. La justice demandera en tout cas un examen psychiatrique pour pouvoir lui infliger ou non une peine de prison.

bérénice dit: 25 octobre 2016 à 12 h 39 min

Je vais mettre Alba au pied du mur

Vous ne mettrez pas sa vie à sac, c’est au moins cela à quoi il échappera. John Brown et ses propos n’ont pas ‘ait de soulever votre indignation, pourquoi? Parce qu’il est plus cultivé, qu’il a publié, que c’est une pure rigolade ce qui s’écrit sur son clavier?

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 12 h 35 min

Je ne suis pas féroce, Bérénice, mais on ne me menace pas. Je vais mettre Alba au pied du mur. Il peut toujours rêver à mon compte en banque, il a bien davantage à perdre que moi.

la vie dans les bois dit: 25 octobre 2016 à 12 h 33 min

pourquoi pablo75 veut-il ma permission, un alibi.
Wesh au bal des faux-culs, sont nombreux sur la piste, didon.

bérénice dit: 25 octobre 2016 à 12 h 30 min

Quoiqu’il en soit, chaloux je ne comprendrai jamais votre férocité, les hommes font le monde vous ne vous plaindrez pas, vous êtes partial, quelques autres ne sont pas non plus objectifs, sains dans leurs apports mais vous ne réagissez pas ainsi, pourquoi cette différence dans le traitement de la chose ( cela dit je pose la question pour le principe ayant une idée assez précise qui touche à cet acharnement ciblé).

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 12 h 29 min

chaloux va assurément gagner un séjour en prison et un petit creux dans son compte en banque. Y va raquer, y a que ça qu’il est capable de comprendre de toute façon.

Nicolas dit: 25 octobre 2016 à 12 h 26 min

Il y a un excellent article de Terry Eagleton sur Le courrier international http://www.courrierinternational.com/magazine/2016/1319-magazine
auquel je n’ai plus accès! Il se termine je crois par quelque chose comme « il y aura toujours un relou dans le métro pour vous faire chier », philosophie à laquelle j’adhère particulièrement, d’où l’impuissance de Nuit Debout. Il y a ici des positions irréconciliables, je propose de rester sur l’article de Le Carré jusqu’a ce que mort s’en suive.

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 12 h 24 min

La confusion entre insanités et harcèlement peut vous coûter 30 000 €. Mieux vaut être intelligent à défaut d’être riche pour comprendre de quoi il retourne avant qu’il ne soit trop tard.

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 12 h 22 min

Les noms des représentants d’associations de parents d’élèves ne seront pas bien difficiles à trouver.

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 12 h 21 min

Mais je vais l’envoyer, Alba, et la rédiger avec l’avocat qui m’a assisté durant mes deux divorces. C’est pour cette raison que j’attends la semaine prochaine.

Pablo75 dit: 25 octobre 2016 à 12 h 20 min

Widergänger portant plainte pour harcèlement ici, après toutes les insanités qu’il a écrites dans cet endroit pendant des années, après toutes ses insultes, ses calomnies et ses propos racistes, c’est aussi grotesque que si Faurisson portait plainte pour harcèlement contre le Crif.

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 12 h 19 min

Janssen J-J dit: 25 octobre 2016 à 10 h 54 min

Merci Bérénice. Très bien vu.
Durant les dernières années de leur carrière, les profs bénéficient d’un horaire allégé, CPA, cessation progressive d’activité. de moins en moins de classes et de plus en plus de temps, pour écrire, traduire, lire, et partir en villégiature au bord de leur baignoire…

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 12 h 17 min

Je vois très bien le président du tribunal demander à chaloux : « Alors, cette lettre aux parents d’élèves, on l’attend toujours. »

bérénice dit: 25 octobre 2016 à 12 h 14 min

Chaloux, auriez-vous lu JJJ à 10h54 qui laisse entendre que WGG n’exercerait plus ce qui d’ailleurs est fort probable car il passe énormément de temps en ces lieux.

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 12 h 14 min

Mais oui, mais oui, mon pov’ chéri ! Âge mental 6 ans. Ça comptera peut-être comme circonstance atténuante. Je l’archive tout de même, ça pourra t’aider à ne pas écoper de la peine maximale. On n’est pas des bourreaux non plus.

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 12 h 11 min

Alba, j’envoie dès lundi un lettre aux parents d’élèves de ton collège avec extraits de tes posts. On verra ce qu’il en est de ta joie.

Clopine définitivement un Cas à Part dit: 25 octobre 2016 à 12 h 07 min

… Et celui (ou ceux) qui se frottent les mains sont les trolls qui sciemment viennent ici pour pourrir le blog. parce que ni Chaloux l’intransigeant ni WGG qui devrait se faire aider ne sont des trolls… Mais pourtant, les voici prêts à ester en justice ! A mon sens, ces deux-là sont manipulés par quelqu’un de méchant et de déterminé à nuire.

Bon, ce n’est ni la première fois ni la dernière. Si seulement WGG voulait bien se cantonner à la littérature ! Si Chaloux nous parlait de musique ! Et si ce blog pouvait continuer avec simplement la retenue nécessaire à l’entendement…

A part ça, je recommande plus que chaudement les trois tomes de l’autobiographie dessinée de Riad Sattouf : l’arabe du futur.

On y découvre le personnage pathétique et attachant du père de Sattouf – et comment le poison religieux enfièvre les personnalités les moins fanatiques, a priori…

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 12 h 03 min

cafteurmanmanalbayfairienquembêter.

Berguen, je vous lis toujours avec sympathie, mais vos menaces à base d' »entregent » d’hier n’étaient pas tellement plus brillantes.

Quant à ce pauvre Alba, il traverse une période de victoire imaginaire, comme Napoléon pendant la Campagne de Russie. Laissons-le à sa joie.

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 11 h 59 min

Excellente argumentation de bérénice qui tend à prouver le harcèlement de chaloux. C’est évidemment un des arguments majeurs qui prouve la volonté de me nuire, la haine particulière qu’il me voue. Il est tellement intelligent qu’il l’a écrit lui-même dans un commentaire d’ailleurs… Tout cela est dûment archivé et il devra en rendre compte devant la justice.

berguenzinc dit: 25 octobre 2016 à 11 h 58 min

en tous cas, moi, je prends tout ça comme un divertissement fou.trement bien mis en scène. très rigolo. On se croirait dans Feydeau !

bérénice dit: 25 octobre 2016 à 11 h 54 min

WGG se fâche si on lui déclare qu’il n’est pas tout à fait juif, secondo si on affirme que la politique de l’état Israélien n’a pas toujours été des plus justes et humaines, si on soutient qu’Heidegger était en accord avec les idées du Reich, bref c’est un fanatique pour tout ce qui touche au peuple juif. Par ailleurs qu’il copie-colle selon vous en prétendant avoir parcouru, lu, assimilé les œuvres qu’il cite ne me dérange pas, c’est une ouverture et ce mensonge si c’en est un n’engage que lui, d’autres mentent sur ce qu’ils sont par omission; ce n’est guère mieux. D’autres encore diffament ou laissent entendre, font courir des rumeurs, sont friands d’intrigues et de rébus , on se promène souvent dans le territoire du méta-langage.

berguenzinc dit: 25 octobre 2016 à 11 h 49 min

Quand je commence, je vais jusqu’au bout.

vaut mieux, sinon on tache la moquette !

Chaloux, vous devenez un cloporte , un vieux cafteurmanmanalbayfairienquembêter. affligeant.

bérénice dit: 25 octobre 2016 à 11 h 43 min

Peu de gens admirables et drôles en même temps ici, et vous n’en faites pas partie non plus Chaloux . Dans votre traque anti-WGG vous finissez par ressembler à LDVLB dans sa traque contre toutes femmes se pointant ici, une contrariété qui se transforme en fixation et empoisonne le flux cependant contrairement à ses interventions vous épargnez la forme quoique l’insulte ne vole jamais très haut.

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 11 h 42 min

Bérénice, il est probable que pour moi la bêtise est plus supportable que le mensonge arrogant et perpétuel.

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 11 h 37 min

Ensuite, Alba, je suppose qu’il faudra admirer ton immense culture, ne plus te dire que tu n’as pas lu ce dont tu parles, trouver tes brouillons géniaux, tes traductions extraordinaires, te féliciter sur ton niveau d’espagnol. Alba, si tu voulais qu’il en soit ainsi, il fallait faire un coup d’état dans une république bananière ou te faire adopter par les Ceausescu… Je te garantis que ça ne me coutera pas un centime.

bérénice dit: 25 octobre 2016 à 11 h 32 min

tu n’es qu’un pauvre type sans intérêt.

Pourquoi lui en accordez-vous , perdez vous votre temps à lui répondre avec hargne quoiqu’il n’en manque pas non plus mais qui de l’un ou de l’autre commence par agresser, on se croirait en Israël à ne plus pouvoir démêler les haines et désamorcer les roquettes. rapport de pouvoir à la noix où chacun cherche à asseoir le sien, s’il est à ce point menteur, mytho, nul, inculte, prétentieux vous ne devriez pas vous abaisser à lui répondre ou lui chercher des noises, C’est ridicule, tant d’autres sont abjects dans leurs provocations sans que vous en teniez compte.

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 11 h 31 min

Oui, eh bien si c’est ta seule défense, t’es bon pour deux ans de prison et 30 000 € d’amende, mon bonhomme. Et crois-moi, je vais porter plainte contre toi. Tu t’expliquera devant le tribunal. On verra alors si tu es aussi sûr de toi ! Je serai curieux de voir ta tête alors.

bérénice dit: 25 octobre 2016 à 11 h 27 min

Tes posts anti-arabes sont tous sur mon ordinateur

Chaloux, pendant que vous y êtes vous devriez recenser les posts anti-sémites et les appel à la haine et racistes dans des directions éparses et variées et qui fleurissent sous différentes signatures, il y a de quoi alimenter plusieurs actions en justice. Il me semble qu’au départ de ce litige quelqu’un a menacé goguenard WGG et lui a souhaité une décapitation, les propos sont à ce point indignes que je ne prendrai pas le temps de rechercher, dimanche je crois.

B..... dit: 25 octobre 2016 à 11 h 27 min

Mes amis, seuls Alexandre, Xerxès, Napoléon, Attila, Nelson, Hitler, Stalin, Ben Bella, Hugo Chavez, pouvaient « engager des actions » …. Reprenez votre place. Elle est au pied de Cupidon ! Aimons nous ! Aimons nous ! A demain …

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 11 h 22 min

C’est à toi Alba que ça va couter très cher, je te la garantis. Quand je commence, je vais jusqu’au bout.

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 11 h 16 min

Le fait que pendant des mois, chaloux s’en prend à moi à propos de n’importe quoi et prend les commentaires des autres pour les miens, alors que pendant ces mêmes mois je n’ai jamais répondu à ses injures, sera bien sûr pris en compte dans la plainte pour harcèlement. Et on pourra le prouver avec les adresses IP que fournira à la justice l’hôte de ces lieux. Chaloux va payer son arrogance et son harcèlement. Je vais remonter plusieurs années en arrière, ça va lui coûter très cher. En rentrant à Paris, je m’en occupe et me pourvoie d’un avocat parce que je commence sérieusement à en avoir assez.

Bloom dit: 25 octobre 2016 à 11 h 15 min

JC en troll mono-alphabète…voilà qui lui vent comme un gars…quant à la loi du sang, chère Comtesse, elle e vaudra jamais l’allant du soi!

B..... dit: 25 octobre 2016 à 11 h 14 min

Dieu merci, il n’y a pas que la littérature comme distraction, il y a la Justice et Dionysos ! Cupidon, sur tes dards : du curare.

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 11 h 12 min

Ne vous inquiétez pas Clopine. On va apporter du grain à moudre à la jurisprudence, et même à broyer. Il faut bien que ça arrive un jour. Il y a une loi pour protéger les intervenautes du harcèlement, on va l’utiliser. On créera ainsi une jurisprudence. C’est l’évolution hélas inéluctable des choses étant donné la décomposition de la société et l’augmentation des incivilités et des comportements de voyou sur les blogs. La justice dira ce qu’il faut en penser, et ils paieront.

B..... dit: 25 octobre 2016 à 11 h 11 min

Allons Chaloux ! On ne peux pas plaider sur la question répréhensible : « Que viennent faire chez les Gaulois ces Sarrazins inutiles ? » Tout le monde occidental répond : « Rien ». Nous sommes tous anti-arabes.
Aimons nous ! Aimons nous !

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 11 h 05 min

« Plainte pour dénonciation calomnieuse : »

Tes posts anti-arabes sont tous sur mon ordinateur. il sont signés de l’un ou l’autre de tes pseudos. Ils ont une valeur juridique. Il n’y a rien de calomnieux là-dedans.
Tes insultes vont également faire l’objet d’une recension. On verra bien qui harcèle qui.

B..... dit: 25 octobre 2016 à 11 h 04 min

Sans relancer le débat des injures méritées : que c’est beau, une vraie c.onne normande ! Lourde comme une vache du même métal. Aimons nous ! Aimons nous !
( …et si tu passais à la kalachnikov, Cupidon ?…)

B..... dit: 25 octobre 2016 à 11 h 00 min

Si par bonheur/malheur je n’étais pas des vôtres en prison, sachez que vous recevrez, mes amis, toutes les semaines en prison : caviar, téléphones portables, œuvres complètes de Daniel Rops et Reinhardt Eric, bombes anti-désirants lubriques, scies à métaux, déguisements divers dont un, représentant magnifique du Pape Jean Paul II en solde en Pologne, moins cher que celui de Benoit XVI.

Clopine définitivement un Cas à Part dit: 25 octobre 2016 à 10 h 57 min

Le problème de la surenchère, c’est d’utiliser les mêmes armes que ceux qu’on est censés « combattre », ou plus modestement, ici, « contredire ». Il est tout-à-fait exact que WGG a insulté à peu près tout le monde, ici. Bibi, cela ne faisait pas quinze jours que je participais au blog qu’il me qualifiait d’antisémite, et il ne s’est jamais rétracté ni n’a sollicité la moindre excuse(mais il est fou…)

Mais l’insulter en retour, en grimpant à chaque fois un degré supplémentaire du grand escalier de la calomnie, n’arrange rien et est particulièrement inefficace : in fine, c’est ce blog, qui peut parfois être si intéressant, qui devient l’arène de combats intestins (dans tous les sens du terme) et donc en pâtit. Est-ce vraiment cela que nous désirons ?

DONC, et bien que j’ai par le passé envisagé très sérieusement de porter plainte, tant les insultes pleuvaient, je pense aujourd’hui que cette voie est une impasse – car qui pourra trancher des éructations des uns et des autres, quand elles deviennent aussi insensées de part et d’autre ?

La seule barrière possible est donc celle posée par le propriétaire (et responsable légal des propos tenus) du blog. D’où, non ma « demande d’exclusion » mais mon « interpellation » du tenancier…

Je ne suis intervenue directement auprès de Pierre Assouline en lui demandant quelque chose de l’ordre de l’exclusion d’un troll qu’au moment de la défection de Thierry KRON, causée par les mêmes motifs qui agitent le blog aujourd’hui….

La réponse fut sans équivoque : Pierre Assouline se refuse à distinguer le troll du passoulinien « de base », non animé par de troubles motifs. Bien sûr, cela fait un peu de mal, quand soi-même on garde une mesure et qu’on est bien incapable de recourir à la haine comme motif principal (au sens pictural du terme) de ses interventions, cela fait mal; dis-je, de voir que l’ivraie, ici, ne sera jamais distinguée du bon grain. Mais si l’on se place « au-dessus de la mêlée », après tout, tout peut effectivement se confondre…

La susceptibilité des uns et des autres est en effet telle que la moindre critique est perçue comme une insulte insoutenable. Du coup, la frontière entre les propos inacceptables et les simples « vannes », ou le recul critique, s’amincit, devient floue, poreuse. Si vous y ajoutez l’escalade évoquée plus haut, on peut comprendre que le tenancier de ce bistrot adopte, finalement, l’attitude poncepilatienne du « laiser-dire ». (Il n’est rien arrivé de grave à Ponce Pilate, ce me semble, non ?)

CEPENDANT, cependant : la loi définit des points précis où la frontière se reprécise. Il me semble que les posts de Jean (comme sûrement, par le passé, certains de WGG) ont dépassé ces bornes.

Pour moi, c’est Pierre Assouline qui doit en répondre. Toutes les menaces de plainte, de part et d’autre, sont entachées d’une telle subjectivité qu’elles sont inopérantes. Mais ne pas censurer un appel à la haine met directement en cause celui qui ouvre l’espace de parole.

Evidemment, les trolls seraient très contents de la fermeture de ce blog : leur pouvoir de nuisance ainsi démontré, ils jouiraient du paradoxe qui veut que la liberté de parole excessive conduise à la fermeture de tout espace de prise de parole.

Perso, j’en serais navrée… Mais je n’oublie pas que j’ai dû, pendant d’assez longues périodes, cesser de fréquenter l’endroit, devenu impossible sauf à renier toute espèce de respect de soi-même : il y a un taux propre à chacun de résistance à l’insulte qui, s’il est dépassé, indique à l’inverse une jouissance perverse à être humilié (le fameux torchon de tille dostoïevskien).

Je pense que notre hôte est bien évidemment fort attaché à cet endroit unique de la blogosphère qu’est la Rdl. Mais cela n’empêche pas qu’il soit finalement, seul redevable des propos qui sont tenus ici…

En tout cas, et quoi que ce soit que fasse ou ne fasse pas Pierre Assouline, perso il m’est indispensable de lui signaler les bornes passées. Or, tout propos incitant à la violence, la haine, et la propagation de propos racistes est un dépassement de ces bornes. Nous devrions de manière collective nous en plaindre et les refuser, au lieu de stérilement agiter la menace vaine de plaintes qui, de la part de surenchérisseurs qui rentrent ainsi dans le jeu trollien, semblent aussi efficaces que le « c’est celui qui le dit qui y est », de nos cours de récréation d’hier…

PS : un dernier mot. Par exemple, un participant comme « paul Edel » ne m’a pas trop ménagée. Cependant, les bornes ne furent jamais dépassées, ni par lui, ni par moi. Et donc notre cohabitation reste possible. Pensez-y, Chaloux, Pablo75…

Janssen J-J dit: 25 octobre 2016 à 10 h 54 min

Pourquoi prendre au sérieux la nouvelle tactique du robot WGG, qui est de se faire passer pour la victime d’un harcèlement constant, en menaçant ses persécuteurs imaginaires d’aller s’en plaindre à la justice ?
Il y a bien longtemps que les cyberflics de l’Éducation Nationale l’ont repéré comme un malade mental épuisé par son syndrome d’identification à Heidegger, et ont fini par l’obliger à prendre un repos forcé en station balnéaire du sud à cause des dangers qu’il représente désormais auprès des enfants. Voilà pourquoi il ne lui reste plus qu’à croire possible d’effrayer les êtres imaginaires de son panthéon paranoïaque avec ses pauvres menaces de quérulent.
Et on lui laisse désormais cette seule liberté sous la chape de sa camisole chimique, vu que pendant ce temps, on sait que ses vociférations dans le désert ne font vraiment de mal à personne.
Nous assistons tous en direct à la décomposition mentale d’un douloureux cas clinique.
Face à pareil naufrage, on peut se réjouir, s’attrister, ou bien encore hausser les épaules. Pour ma part, comme j’ai toujours pensé que wgg d’albâtre n’existait pas, je n’aurai aucun mal à dire ici : « qu’il crève une bonne fois pour toutes ! » Cela n’aura de toute façon strictement aucune importance ni conséquence juridique. Et les cyberflics de l’E.N. le savent très bien qui n’en pensent pas moins, vu que s’il disparaissait de la circul., ça leur ferait du boulot en moinsse.

B..... dit: 25 octobre 2016 à 10 h 50 min

Non ! Chaloux ! Non !
Il te faut vaincre la répulsion ! (nous avons tous été éduqués par des Jésuites…). Désormais, tous tes messages doivent commencer par :
« Je t’aime, mon frère ! »

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 10 h 49 min

Plainte pour harcèlement :

2 ans de prison + 30 000 € d’amende;

Plainte pour dénonciation calomnieuse :

5 ans de prison + 45 000 € d’amende :

La dénonciation, effectuée par tout moyen et dirigée contre une personne déterminée, d’un fait qui est de nature à entraîner des sanctions judiciaires, administratives ou disciplinaires et que l’on sait totalement ou partiellement inexact, lorsqu’elle est adressée soit à un officier de justice ou de police administrative ou judiciaire, soit à une autorité ayant le pouvoir d’y donner suite ou de saisir l’autorité compétente, soit aux supérieurs hiérarchiques ou à l’employeur de la personne dénoncée, est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 45000 euros d’amende.

30 000 + 45 000 = 75 000 € d’amende et 7 ans de prison

B..... dit: 25 octobre 2016 à 10 h 43 min

On ne peut pas reprocher à quelqu’un de prendre ses désirs pour la réalité, réaction salvatrice dans bien des cas.

B..... dit: 25 octobre 2016 à 10 h 39 min

« Ami Widergänger, s’écrient les messagers de l’Olympe, sois plus fort que toi-même, ou tu es perdu ! »

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 10 h 37 min

Alba prend ses désirs pour la réalité. On le comprend, vu ce qu’est sa réalité. La prison épanouira -enfin!- ses sens… Joie ! Pleurs de joie…

Hurkhurkhurk!

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 10 h 34 min

Y prend les devants pour ressortir les pieds devant… D’une naïveté, ce pauvre chaloux. Quand il se retrouvera en prison avec 30 000 € d’amende, c’est là qu’on va rire. Il risque de se radicaliser en prison…

B..... dit: 25 octobre 2016 à 10 h 32 min

Le Chœur Antique grec, subventionné UE :
« Personne ne résiste à Cupidon le petit dieu tout puissant ! DHH et Clopine monteront aux rideaux, comme les autres, poursuivies par notre Priape de Sitgès. » Amour ! Amour !

OZYMANDIAS dit: 25 octobre 2016 à 10 h 28 min

« LE PITRE » nouvelle écrite par ALBERTO MORAVIA dans ses « NOUVELLES ROMAINES ».
Lisez-là, elle est si émouvante.

B..... dit: 25 octobre 2016 à 10 h 28 min

Que le retour de notre ami Widergänger soit salué d’une volée de flèches amoureuses ! Nous aimerons le pire d’entre nous malgré lui ! Quand de sa bouche jaillira la prompte insulte, le venin littéraire, ce ne seront que roses sans épines, merveilleuses fleurs d’Ispahan, qui viendront y éclore, laissant l’insulte aux charretiers motorisés Toyota ! Aimons nous ! Aimons nous ! Par Cupidon … !

Jean dit: 25 octobre 2016 à 10 h 26 min

Jeudi 9 Mars : Johann Chapoutot (Université de Chicago)

Chapoutot au programme ! L’auteur d’un maître livre, « La loi du sang ». A ne pas rater !

Jean dit: 25 octobre 2016 à 10 h 23 min

je ne veux voir aucune kalachnikov entre vos mains amoureuses ! Juste vos dards. (B)

Encore un propos qui va scandaliser la bonne Clopine et l’ineffable DHH. Inconscient !

Jean dit: 25 octobre 2016 à 10 h 22 min

Que CUPIDON règne en RdL à la droite de Zeus Passoulinien ! (B)

Absolument. J’opine absolument. Et la seule solution pour promouvoir, non seulement l’amour, mais l’humour, le sourire et le rire, sur cette trop morose et chagrine RdL, c’est d’y promouvoir la fiction. Si nous prenons conscience que nous sommes tous des êtres de fiction, et que nos propos ne sont autre chose que des répliques de théâtre, un grand pas sera fait dans ce sens. Vive la fiction, vive l’affabulation, vive la reine des facultés : l’imagination. Qu’elles soient d’intarissables sources de détente et de paix, partout en ce monde et sur la RdL ! Voyez ce Widergänger qui, imperturbablement, ne cesse de se prendre au sérieux. Pitre quand même. Pitre sans le savoir. Triste pitre.

Widergänger dit: 25 octobre 2016 à 10 h 21 min

Demandez le programme !

Institut d’études lévinassiennes
Bulletin d’informations
25 octobre 2016
——————————————–

Chers Amis,

Nous sommes heureux de vous annoncer le programme du séminaire de cette année, dont le thème est « LA PEUR ».

La peur
Mercredi 2 novembre : Luc Brisson, La peur en Grèce ancienne (Université de Chicago)

Jeudi 15 décembre : Ivan Segré, L’effroi de Dieu au Sinaï (Centre Edmond Fleg)

Jeudi 19 janvier : Pierre Caye, Réflexion critique et philosophique sur le statut des sciences sociales (Université de Chicago)

Jeudi 24 février : Jean-Claude Milner, Relire la Révolution (Université de Chicago)

Jeudi 9 Mars : Johann Chapoutot (Université de Chicago)

Jeudi 23 mars : René Lévy, L’ascension d’Hitler. De la peur à l’allégresse (Centre Edmond Fleg)

Jeudi 27 avril : Gilles Hanus, Variations sur la peur – A partir de Lévinas (Centre Edmond Fleg)

Jeudi 11 mai : Pierre Caye, « Nec metu nec spe » : morale et temps dans la tradition stoïcienne (Université de Chicago)

Jeudi 25 mai : D. Muhlmann et G. Wajcman, Grand entretien sur les rapports de la psychanalyse à la peur (Université de Chicago)

Jeudi 22 juin : René Lévy, La Terreur religieuse (Centre Edmond Fleg)

Nous vous attendons donc la semaine prochaine pour la première séance, à l’Université de Chicago à Paris.

Le tarif des conférences est de 10 euros, 5 euros pour les membres. Gratuit pour les étudiants et les chômeurs.

Cordialement,

B..... dit: 25 octobre 2016 à 10 h 15 min

Au travail, les Archers de l’Amour ! et ne faites pas moderne, ni moyen-oriental : je ne veux voir aucune kalachnikov entre vos mains amoureuses ! Juste vos dards.

Jean dit: 25 octobre 2016 à 10 h 13 min

Jean dit: 25 octobre 2016 à 9 h 49 min

Ce que je dis là peut paraître en contradiction avec mon post précédent où j’affirmais que Widergänger n’est rien d’autre qu’un personnage de fiction. Il n’y a pas de contradiction. Il ne fait guère de doute pour moi que, marionnette infra-humaine dans sa simplification outrancière, Widergänger est manipulé par une organisation antisémite qui en tire habilement les ficelles. Campant depuis longtemps dans l’espace des commentaires de la RdL, Widergänger n’est rien d’autre qu’un cheval de Troie, autrement dit un virus. Heureusement, il existe des procédures pour s’en débarrasser.

OZYMANDIAS dit: 25 octobre 2016 à 10 h 11 min

Il fait Dieu
comme il fait jour
la nuit disparaît
les ténèbres aussi
le diurne gazouillement
des esprits ailés
me revigore
le soleil sourit
après l’aurore
je souris aussi.

Pablo75 dit: 25 octobre 2016 à 10 h 09 min

@ la vie dans les bois

Tu me déçois: vue ta tentative matinale, je croyais que tu allais te lancer dans le comique de blog.

la vie dans les bois dit: 25 octobre 2016 à 10 h 02 min

pablo75, je ne lis que ce que je veux, pr la zique itou.
Les agités de la testostérone, comme pablo, ne m’intéressent pas.

B..... dit: 25 octobre 2016 à 9 h 55 min

Invitons nos amis messieurs Pablo, Jean, Chaloux, a devenir serviteur de l’Amour ! Invitons mesdames DHH et Clopine, rétives à ce sentiment de grande beauté, à devenir ses servantes.
Que CUPIDON règne en RdL à la droite de Zeus Passoulinien !
Envoie tes flèches, Cupidon ! Crible de flèches tous ces violentissimes colériques ! Aimons monsieur Widergänger car il a besoin d’amour : de notre amour !
Plutôt CUPIDON, qu’URVOAS…

Pablo75 dit: 25 octobre 2016 à 9 h 54 min

@ la vie dans les bois

« « Bon, pour finir la journée un peu de beauté dans un monde de brutes », « pablo75 »
là encore, la chanson douce, la musique qui ne dit pas non, pour faire passer à 22h43, ce qui se voudrait une intimidation, pleine de « testostérone ». »

Je t’avoue que je ne te lis jamais, en partie parce qu’on ne comprend rien à tes salades, exprimées en plus avec un style sous-mallarméen qui paraît avoir été inventé pour des conversations publiques entre espions.

Bref, que pour te lire il me faudrait des sous-titres.

Là je vois mon pseudo et ta façon ridicule de glisser à côté de la plaque. Dire que moi j’ai besoin de musique pour faire passer mes propos est vraiment comique. Aussi comique que si tu disais que Bloy avait besoin de tisanes de tilleul pour écrire.

Mais peut-être pour toi écouter de la musique la nuit pendant qu’on est sur internet (et la faire partager quand elle est belle – Josep Soler es ma dernière découverte) c’est quelque chose d’aussi saugrenu que d’avoir envie d’écrire de façon claire.

boudegras dit: 25 octobre 2016 à 9 h 53 min

Je viens de terminer le livre « Histoire d’un idiot racontée par lui-même », très intéressant la vie de JC et de ses avatars… à recommander

Jean dit: 25 octobre 2016 à 9 h 49 min

Paranoïaque, mégalomane, hystérique, haineux, pervers narcissique, arrogant, d’une sottise et d’une vulgarité extrêmes, absolument sûr de son bon droit, absolument incapable de toute distance critique à l’égard de lui-même, Widergänger, qui ne perd aucune occasion de se prétendre Juif, donne constamment et délibérément du Juif une image consternante et catastrophique. Il est un antisémite conscient de l’être et très méthodiquement antisémite. Haro sur l’imposteur !

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 9 h 43 min

Ce courrier sera évidemment transmis à son collège (copie à tous les étages de l’EN), aux associations de parents d’élèves + comme je l’en avais menacé il y a des années aux organismes officiels de lutte contre le racisme, et à son député. Ainsi qu’à un journal bien connu que j’achète tous les mercredis.

Pablo75 dit: 25 octobre 2016 à 9 h 38 min

@ Widergänger

« On verra bien si vous fanfaronnerez encore quand vous aurez une plainte sur le dos. »

Arrête de nous harceler !!

À partir de maintenant je vais collectionner tes propos à mon encontre. À chaque fois que tu parleras de moi ou feras un commentaire sur ce que j’ai écrit, je le considérerais comme du harcèlement.

B..... dit: 25 octobre 2016 à 9 h 37 min

Comment ne pas être étonné de la réaction disproportionnée de l’ami Chaloux ? Espérons que cette courte folie n’ira pas à son terme c’est à dire l’Asile … du Droit que constitue tout Palais de Justice.

Jean dit: 25 octobre 2016 à 9 h 37 min

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 8 h 33 min

Alba a oublié ses propos racistes. On lui rafraichira la mémoire. L’occasion d’un beau déballage.

Absolument. J’ai ma liste à jour, moi aussi. Quant aux propos injurieux tenus à l’encontre des uns et des autres,les salutaires mises au point de Pablo 75 sont autant de preuves accablantes. J’ai été moi-même copieusement insulté, tant par le Widergänger que par ses séides, Bloom, Berguenzinc (sans parler des cries d’orfraie des inénarrables DHH et Clopine).
J’ai longtemps vu en Widergänger un antisémite sans le savoir. Mais il faut bien me rendre à l’évidence : le moindre propos du scélérat, et jusqu’au moindre mot, toutes ses glaireuses interventions visent systématiquement très consciemment et très délibérément, à donner du Juif une image abjecte et à fournir des justifications aux plus abominables clichés antisémites. Quant à ses scandaleux propos sur la Shoah, ils visent manifestement à la justifier. J’ai déjà eu l’occasion de le dire : la caricature antisémite que, très délibérément, le Widergänger dessine ici jour après jour dépasse de loin celle, tristement célèbre du Juif Süss. Widergänger est un antisémite qui ne s’ignore pas. Juif moi-même de mère et de père, occupant un poste éminent au sein de la Synagogue, je suis bouleversé par ces incessants appels indirects à la haine anti-juive, par l’étalage impudent d’une image dévalorisante, infamante, déshumanisante du Juif, que constituent les interventions du Widergänger.sur ce blog.

Chaloux dit: 25 octobre 2016 à 9 h 32 min

Je viens de passer vingt minutes au téléphone avec un ami avocat. Je prends les devants. Courrier à l’EN, avec extraits de posts, que nous rédigerons ensemble la semaine prochaine. Rira bien qui rira le dernier.
(Je suis très chatouilleux sur la question du droit).
Bonne journée,

B..... dit: 25 octobre 2016 à 9 h 22 min

Pour un certain nombre de réfractaires à la censure, souvent adeptes de la liberté d’expression, ces lois soi-disant destinées à combattre « intelligemment » l’antisémitisme, le négationnisme, la xénophobie, le racisme, l’homophobie, etc etc, et bien mais ces lois ne servent à rien car elles sont débiles ! Personne n’en tient compte, et les violons sont plein de l’urine des adeptes de la liberté. Sur le fond. Un négationniste devrait avoir le droit d’exprimer l’énormité de son point de vue. Un xénophobe le droit de ne pas aimer, d’avoir la crainte, de l’étranger. Rien de choquant. L’homophobe le droit de redouter ce sentiment d’écœurement que la Gay Pride génère dans le cœur des nobles hétérosexuels, chargés nuit et jour de la reproduction de l’espèce humaine, sans le moindre plaisir. Bon gré, mal gré, nous devons accepter le point de vue de chacun, même surprenant. IIIème millénaire, non ? !

William Legrand dit: 25 octobre 2016 à 9 h 03 min

Madame Verniglia raconte : « lors d’une réunion au Camp à Nella, quelqu’un a traité JC d’analphabète, il a aussitôt répondu qu’on se trompait, en ce qui me concerne, affirme-t-il, c’est anal fait bête, j’en sais quelque chose… les gens rigolent

la vie dans les bois dit: 25 octobre 2016 à 8 h 51 min

à 8 h 09 min, Giovanni, non liberté de la presse et liberté individuelle d’expression ne s’apprécient pas de la même manière, dans le cadre juridique.

Pour la liberté individuelle d’expression, dont on ne peut exclure les mouvements d’humeur, même en public, elle devient délictueuse, propos antisémites et négationnistes, incitation à la haine raciale et à violence, lorsque la répétition est manifeste.

Pour le reste, eh bien lorsque l’on n’a la responsabilité sociale que de sa petite personne, les outrances comme les vôtres, et d’autres ici, deviennent un bruit de fond.
Auquel, on ne s’habitue pas non plus.

renato dit: 25 octobre 2016 à 8 h 46 min

Et puis c’est quoi cette mauvaise habitude d’attribuer aux animaux des qualités incongrues? Depuis longtemps déjà nous sommes passés de l’interprétation à la connaissance de la nature.

B..... dit: 25 octobre 2016 à 8 h 38 min

Bien que gérant de la maison de passe de luxe « Chez Nobel » à Stockholm, quoique non insulaire, tout en étant satisfait de mon sort et des petits avantages qu’il autorise, je partage la position du sicilien de Caltanissetta : tête haute tout le temps, libre de dire, et semelle en béton pour les méchants s’ils vous ennuient au delà du raisonnable.

Giovanni Sant'Angelo dit: 25 octobre 2016 à 8 h 23 min


…tout dire, qu’il te plait,…tout de suite & toujours,!…
…autrement, qu’elle vie, de jouer à cache-cache,!…savoir pour se faire payez son silence,!…
;;;et laisser tout faire, quel bordel, alors,…quelle dignité, les silences sous ca$h,!…etc,!…
…somme-nous devenus, si  » morbide  » d’intérêts,!…
…Ah,…ces livres qui m’aspirent l’esprit, la conscience,!…la dignité de vivre, la tête haute, sur le monde,!…etc,!…

renato dit: 25 octobre 2016 à 8 h 16 min

Si on a quelques peu fréquenté l’éthologie on sait que les tourterelles pouvant faire preuve de cruauté, tandis que les corbeaux ce sent des animaux civilisés. La buse est un oiseau sympathique qui aide le paysan dans la lutte contre les nuisibles, le mot est donc inapproprié ici car le nuisible est toujours actif.

Giovanni Sant'Angelo dit: 25 octobre 2016 à 8 h 09 min


…@,…7 h 40 min,…

…liberté de la presse, liberté individuelle d’expressions littéraires,…à titres individuels politiques mêmes à renverser tout les gouvernements du monde entier,!…mais, si,!…
…s’il sont obsolètes et privés à paradis fiscaux fascistes,!…
…libertés d’expressions, ou la presse muselée par tripots à maffias magouilles au noir,…les hautes-charges d’états pour  » abrutir  » les peuples aux soumissions des taxes et abus bancaires à leurs chiffres,!…

…vivre sur des fictions démocratiques, faut pas rêver, sans guillotines, à brexit & l’exploitation des hommes par l’union européenne,!…
…la tête d’Autruche, dans le sable,!…
…et quoi encore,!…
…c’est dément, à connaître des masques de mentalité,!…etc,!…

B..... dit: 25 octobre 2016 à 8 h 09 min

Monsieur de Nota mérite nos remerciements pour la mise à disposition de ce lien juridique. Son contenu est d’une clarté obscure qui tombe des prétoires. Tout est possible, rien n’est clair, et la loi sur les pseudos tangue, dérive, hésite, erre sans fin ! Dans 50 ans peut être ?

B..... dit: 25 octobre 2016 à 8 h 00 min

Se menacer de Tribunal pour des insultes est ridicule, la castagne s’impose dans ce cas, même entre vieilles gens.

Ehben... dit: 25 octobre 2016 à 7 h 59 min

Jean dit: 24 octobre 2016 à 23 h 39 min

Quel tordu, lui. WGG se défend mal, très mal. Lui nie l’existence des gens, manière de les détruire.

la vie dans les bois dit: 25 octobre 2016 à 7 h 40 min

« …Vive, la liberté de presse,!… »

Déjà signalé : Cela ne veut pas dire liberté d’expression, à titre individuel, sur un blog par exemple.

la vie dans les bois dit: 25 octobre 2016 à 7 h 34 min

« attation! comme dirait » fait sans doute référence à un inconscient collectif propre à une petite meute ici, un « entre soi ».

Mais il est intéressant aussi ce lien, de nota, de l’usage du pseudo, et ses « intentions », lorsque évoquées dans un cadre juridique. Choix, qui de bonne foi peuvent porter atteinte à des intérêts économiques, eh oui, ou intentionnellement malsains, et c’est la porte ouverte à différentes formes d’usurpations. De la plus light et sans conséquence, au harcèlement le plus hard. N’est-ce pas ?

de nota dit: 25 octobre 2016 à 7 h 13 min

Camarades erdéliens, attation! comme dirait bouguereau, tout n’est pas si simple avec le statut juridique du pseudo:

http://www.blogdumoderateur.com/le-statut-juridique-du-pseudo-par-olivier-iteanu/

Bon, je vous laisse, ce matin je dois aller à une réunion « action senior pour le retour à l’emploi » ça va durer trois heures… avec une coach « facilitatrice co-développement professionnel »…le chômeur vit une époque formidable! A plus tard.

B..... dit: 25 octobre 2016 à 6 h 39 min

En outre, pour en terminer avec les vilains gros mots rigolos et les porteurs de plainte outragés, vous y croyez, vous, à la Justice ? S’il y en a qui sont déconnectés, à côté de la plaque du monde réel nouveau, c’est bien ces fonctionnaires là.

la vie dans les bois dit: 25 octobre 2016 à 6 h 32 min

« Le tout du plus beau effet auprès de la Justice »  » Pablo75″

c’est donc là, le frisson de la transgression, chez les littérateurs.

la vie dans les bois dit: 25 octobre 2016 à 6 h 25 min

Absolument, Paleine.

« Surtout qu’un patronyme n’est, en somme, qu’un pseudonyme de degré 1é  » Jean », toujours.
Qui illustre bien une déshumanisation, au sens nihiliste.

B..... dit: 25 octobre 2016 à 6 h 21 min

Il y a un génie français dans la création de lois, mémorielle ou autres, qui donnent satisfaction aux crétins naifs, heureux de lutter contre la discrimination. Foutaises. Aucune vérification de l’application au réel de ces lois. Tour de magie foireux. Sur le marché du travail, dans le réel, la ségrégation continue et continuera éternellement pour cause de diversité. Chassez le naturel, il revient au pseudo.

Paleine dit: 25 octobre 2016 à 6 h 20 min

L’exception du statut de la fiction romancée, lequel est au surplus encadré dans des limites étroitement fixées par la 17eme Chambre, n’est pas étendue aux propos sous pseudo de blogs – fussent-ils littéraires

B..... dit: 25 octobre 2016 à 6 h 12 min

C’est une grande chance de pouvoir exprimer l’inexprimable, l’interdit, l’indécent. Seuls les c.ns y voient un danger. Alors, ils acceptent des lois qui ne sont pas respectées. Ce sont des gens qui ont du mal à faire le lien entre le monde des idées et le réel. Genre NO BORDERS qui rentre dans sa turne et ferme la porte derrière lui, à double tour, la nuit.

la vie dans les bois dit: 25 octobre 2016 à 6 h 09 min

« Bon, pour finir la journée un peu de beauté dans un monde de brutes », « pablo75 »

là encore, la chanson douce, la musique qui ne dit pas non, pour faire passer à 22h43, ce qui se voudrait une intimidation, pleine de « testostérone ».

B..... dit: 25 octobre 2016 à 6 h 06 min

Toutes ces menaces, ce n’est pas bien méchant. Gamineries bien sympathique ! On est dans un monde virtuel qui nous permet de dire tout ce que l’esprit « pipi-caca-pas-dire » a stocké au fond du cervelet depuis la maternelle. La bonne nouvelle c’est que nos poupins insulteurs/insultés n’existent pas et ne s’en portent que mieux. Tribunal ? Il est strictement impossible de prouver qu’il n’y a pas eu usurpation du medium numérique par un tiers. Suis-je celui qui écrit en ce moment sur ce clavier ou un autre ? Gamineries, vous dis-je.

la vie dans les bois dit: 25 octobre 2016 à 6 h 05 min

« On ne prend pas assez garde que mettre en circulation un pseudo, c’est mettre en circulation un personnage de fiction. »  » Jean »

C’est intéressant, cette dissimulation-manipulation.
Le raisonnement ne tient pas, quand on lit comment  » Jean » utilise cet argument uniquement pour justifier des attaques ad personam.

Paleine dit: 25 octobre 2016 à 6 h 05 min

À l’attention des excités du papiers bleu, harcèlement et tutti quanti : imprégnez vous de l’adage Nemo auditur…etc.
Par contre, effectivement, un proc désoeuvré ou commis pourrait s’intéresser aux messages de provocations à la haine raciale – chouettes debats juridiques en perspective sur le statut de la fiction dans un blog littéraire !

Bloom dit: 25 octobre 2016 à 5 h 31 min

@23 h 39 min
A d’autres; Il faudra ajouter un volet incitation à la haine raciale. Pas sorti de l’Oberge, Obersturmführer Jan Braun!

Giovanni Sant'Angelo dit: 25 octobre 2016 à 3 h 51 min


…à tout hasard,!…

…je tient, à signaler,!…que depuis la découverte de la photographie à Daguerre,!…
…beaucoup de peintures et tableaux figuratifs, réalistes,…sont des photographies sous-exposées sur toiles, repeintes avec habilité en glacis superposés,!…pas seulement pour les décors de théâtres,!…

…comme quoi,!…un Van Gogh,…çà n’a rien d’une photo,!…c’est rassurant,!…of course,!…absolutly,!…

…peut-être, un jour, une école, au style Van Gogh,!…Ah,!Ah,!…pas facile,…

…et les estampes japonaises,!…des lithographies, à plusieurs couches de couleurs par des impressions très soignées,!…superposées,!…
…comme réaliser, des grands billets de banque, en somme,!…
…par de vrais  » artistes « , de précisions à tétons de reports des couleurs,!…
…et, sur John le Carré,!…Ah,!Ah,!…etc,!
…envoyez en zizanies,!…sur blogs,!…

…les richesses, concevoir les avenirs hors-classes,!…avant la lettre,!…

Claudio Bahia dit: 25 octobre 2016 à 2 h 42 min

bon, voilà, ils sont tous allés se coucher, les surexcités parisiens. Chez moi, la nuit tropicale viens de tomber, c’est le printemps, les bougainvilliers sont en fleur (je déc.ils sont en fleur toute l’année), mais mon grand flamboyant lui va commencer à fleurir dans un mois, et ça va être une explosion rouge en janvier-février.
Je suis tout seul sur ce blog, c’est dingue, je vais pouvoir marcher dans les flaques et à coté des clous (s ou x?). Plus d’éructations, plus d’insultes aux dames (n’est-ce pas Jean! ouah, je vais pas le réveiller celui-là, c’est un méchant et il a le vin mauvais semble-t-il), quel silence sur ce blog. Femme et enfants sont allés se coucher (l’école commence tôt ici; début des cours à 7 heures), ici c’est donc aussi le silence, à part quelques cigaras. Je vais déplacer ma chaise hors de la varanda et regarder la croix du Sud (qui ne l’indique que très approximativement).
Obrigado a vocés todos pelo silencio imponente

berguenzinc dit: 25 octobre 2016 à 0 h 58 min

ça ne tire pas plus à conséquence que quand Widergänger nous parle d’une dénommée Marusa, qui n’a jamais existé qu’en rêve.

Tout faux ! et en plus, c’était une personne délicieuse. Allez, je vais mettre la viande dans le torchon !

Pablo75 dit: 24 octobre 2016 à 23 h 41 min

Bon, pour finir la journée un peu de beauté dans un monde de brutes:

« Poema de Vilafranca » (1995), du compositeur catalan Josep Soler (né en 1935):

« https://www.youtube.com/watch?v=By9mLh4Cd3w

Vilafranca c’est la ville où il est né (Vilafranca del Penedès).

Jean dit: 24 octobre 2016 à 23 h 39 min

Les échanges qui précèdent suscitent en moi un irrépressible malaise. C’est que j’ai l’impression que ceux qui s’y livrent mélangent la réalité avec la fiction. Cela me paraissait particulièrement évident lorsque Widergänger menaçait untel ou un tel d’un procès pour harcèlement, ou quand, tout à l’heure, DHH et Clopine imploraient contre « moi » les foudres d’Assouline pour cause d’abjection. C’est que les uns et les autres, en effet, me disais-je, prennent la fiction pour la réalité. On ne prend pas assez garde que mettre en circulation un pseudo, c’est mettre en circulation un personnage de fiction. Quand je traite Widergänger de fou, quand je le soupçonne d’être un alcoolique, de se droguer, quand je le traite de « merdre sous-humaine », quand je m’imagine en train de lui faire sauter la tête au sabre, il va de soi que ces gracieusetés ne visent pas un personnage réel mais un être de fiction. Pour moi, aucune personne réelle ne se cache derrière le pseudo de Widergänger ; le mot de « pseudo » est d’ailleurs impropre puisqu’il suggère l’existence d’une telle dualité. Non : Widergänger est pour moi le nom d’un personnage de fiction, comme Thérèse Raquin ou le capitaine Haddock ; et tout ce qu’il peut bien raconter de ses occupations et préoccupations appartient aussi au domaine de la fiction. Aussi puis-je lui balancer les pires injures : c’est comme si je les adressais à une marionnette sur le castelet de Guignol. Il va de soi que moi aussi je suis un personnage de fiction et que, sous le prénom de « Jean », il n’y a personne de réel à identifier. Dès lors, je puis bien m’inventer une biographie fictive, ça ne tire pas plus à conséquence que quand Widergänger nous parle d’une dénommée Marusa, qui n’a jamais existé qu’en rêve. Widergänger peut bien prétendre que son vrai nom est Alba, mais pour moi ce nom est tout aussi fictif que celui de Widergänger, et l’on pense bien que, de toute façon, je ne me soucie pas de tenter de vérifier s’il existe un Michel Alba dans la réalité ; du reste, je serais bien incapable de me livrer à une telle enquête, puisque je ne suis, moi aussi, qu’un personnage de fiction. Ainsi, le petit théâtre de la RdL n’est-il pas autre chose qu’un castellet de Guignol ; les empoignades auxquelles on y assiste ne sont que fumée, et il faut être aussi naïf qu’une DHH ou une Clopine pour s’imaginer que les baffes et les coups de pied au cul qui s’y distribuent atteignent des joues et des culs réels.

Pablo75 dit: 24 octobre 2016 à 23 h 32 min

En épigraphe on mettrait sa si belle déclaration d’amour à ses soi-disant harceleurs:

« C’est simplement des minables qui ne supportent pas qu’un type comme moi en sache dix milliards de fois plus qu’eux. Ça les humilie. Mais j’y peux rien. Ils n’ont qu’à la fermer et à se mettre à lire au lieu de gueuler, tous ces sales trous du c.. »

Sergio dit: 24 octobre 2016 à 23 h 32 min

Chaloux dit: 24 octobre 2016 à 23 h 04 min
plus un maton à l’horizon

Faut quand même pas faire peur au cuisinier… A un moment j’en connaissais un, essetrêmement sympa…

Bon je rentre à la base…

Pablo75 dit: 24 octobre 2016 à 23 h 29 min

Si on faisait la liste des insultes de Widergänger à presque tout le monde sur ce blog depuis des années, il faudrait un volume de centaines de pages pour les contenir toutes.

Et avec ses déclarations racistes anti-immigrés on pourrait aussi faire un appendice très instructif.

Le tout du plus beau effet auprès de la Justice.

Chaloux dit: 24 octobre 2016 à 23 h 02 min

Celle-là est bien aussi.

« Widergänger dit: 23 octobre 2016 à 21 h 50 min
« Les fous avec un petit chapeau et une grosse frustration qui ne digère pas son humilation publique, sa fessée déculottée sur la Rdl pour avoir vécu en Sologne sans savoir où elle se trouve sur une carte… Faut vraiment être c. »

berguenzinc dit: 24 octobre 2016 à 22 h 56 min

« Rien ne nous est épargné, même pas tes déboires avec ta proviseure et l’éducation nationale que tu insultes à longueur de journée. »

et encore je trouve WGG très très modéré en crachant sur ces cloportes administratifs, une engeance absolue !

Pablo75 dit: 24 octobre 2016 à 22 h 56 min

@ Widergänger

« Le plus virulent des dingues, ici, c’est assurément ce pauvre Pablo75, qui donne sans cesse l’impression de voir 36 chandelles ; mes commentaires le font littéralement tourner en bourrique. Faut dire que c’en est une sacrée, de bourrique ! Allez hue dia, bourrique ! (Je me marre, je me marre.) »

Tu vas expliquer comment au juge que le harcèlement te faisais te marrer autant, grosse andouille?

Chaloux dit: 24 octobre 2016 à 22 h 53 min

Alba commence à s’apercevoir que sa logorrhée a un prix, qu’il doit payer. Comme toutes choses. Une histoire sans âge.

Pablo75 dit: 24 octobre 2016 à 22 h 43 min

@ Widergänger

Moi je vais te faire un procès pour calomnie (je ne sais pas combien de fois tu m’as appelé antisémite – et là on va rigoler au tribunal), un autre pour révisionnisme et un autre pour racisme anti-arabe.

Pour commencer.

Et je te signale que j’ai une copie du site depuis le début et un frère et une belle soeur avocats.

On va s’amuser, mon pote.

Chaloux dit: 24 octobre 2016 à 22 h 43 min

« ayant pour but ou effet une dégradation des conditions de vie de la victime »

Mon but, comme celui de Pablo, est de contrer toutes les sottises que tu nous assènes sans pitié à longueur de journée. Est-il interdit d’être en désaccord avec toi? Est-il interdit de traquer tes perpétuels mensonges? Tes insultes? Est-il interdit de moquer l’impudeur avec laquelle tu étales ici ta vie privée? Est-il interdit de noter que tes manuscrits sont imaginaires, Tes traductions complètement à l’ouest? Ou prendrais-tu le droit de raconter n’importe quoi à longueur de journée sans être contredit? De mentir sur tes voyages -comme en ce moment- sans que la logique y regarde de plus près? Plus tu mens, et tu mens sans arrêt, plus tu prends le risque que des gens plus sensés que toi te le fassent remarquer. Rien ne nous est épargné, même pas tes déboires avec ta proviseure et l’éducation nationale que tu insultes à longueur de journée.

Chaloux dit: 24 octobre 2016 à 22 h 35 min

Mais tu fais la même chose avec les autres, Alba. Mon avocat demandera une expertise psychiatrique du plaignant.

Widergänger dit: 24 octobre 2016 à 22 h 34 min

Le harcèlement est le fait de tenir des propos ou d’avoir des comportement répétés ayant pour but ou effet une dégradation des conditions de vie de la victime. Cela se traduit par une dégradation de la santé physique ou mentale de la personne harcelée (anxiété, maux de ventre….)
_________
Les commentaires qui me déclarent fou sont une preuve de cette dégradation par les auteurs eux-mêmes du harcèlement.

Chaloux dit: 24 octobre 2016 à 22 h 32 min

Mais Alba, tu passes ton temps à traiter les autres de nuls. Comment veux-tu que ta plainte soit prise au sérieux, Et au moins est-ce que tu as des maux de ventre?

Delaporte dit: 24 octobre 2016 à 22 h 31 min

En attendant un hommage mérité :

« La grande salle de la Philharmonie de Paris, ouverte en janvier 2015 dans le Nord-Est parisien, doit être baptisée mercredi 26 octobre officiellement du nom du compositeur Pierre Boulez, père spirituel du projet.

Widergänger dit: 24 octobre 2016 à 22 h 30 min

L’auteur d’un harcèlement en ligne risque :

2 ans de prison,
et 30 000 € d’amende.
La peine maximale est portée à 3 ans de prison et 45 000 € d’amende si la victime a moins de 15 ans.

Widergänger dit: 24 octobre 2016 à 22 h 26 min

Harcèlement en ligne
Vérifié le 07 septembre 2016 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

Imprimer Harcèlement en ligne Partager Harcèlement en ligne sur Facebook Partager Harcèlement en ligne sur Twitter
Le harcèlement via internet (mails, réseaux sociaux…) est un délit. On parle aussi de cyberharcèlement. Il est plus sévèrement puni si la victime a moins de 15 ans.
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F32239

Sergio dit: 24 octobre 2016 à 22 h 26 min

A….. dit: 24 octobre 2016 à 18 h 44 min
Nid d’espions ? Gibraltar.

Oui, l’endroit d’où opérait Marthe Richard (film avec Stroheim), ça pourrait bien être dans ces coins-là.

Jean dit: 24 octobre 2016 à 22 h 19 min

Je continuerai à t’appeler Alba. (Chaloux)

Surtout qu’un patronyme n’est, en somme, qu’un pseudonyme de degré 1 (ou zéro, comme on voudra) désignant, pour des raisons d’utilité sociale, ce qui n’a de nom dans aucune langue : un être vivant. Ainsi mon chat porte-t-il indifféremment les noms de « Gros pépère », « Monsieur Bébé » ou « L’affreux du Bengale », et ne s’en porte pas plus mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*