de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Le pessimisme ironique de Dezsö Kosztolanyi

Le pessimisme ironique de Dezsö Kosztolanyi

C’est plus fort que moi, et je ne suis pas le seul critique, ni même le seul lecteur à réagir ainsi : face à un premier roman, essayer d’en savoir davantage sur les lectures qui ont pu influencer l’auteur. Celles de toujours et celles qui ont irrigué son imaginaire et son inconscient tandis qu’il ruminait son histoire. On sait que les auteurs ne goûtent guère l’exercice d’admiration ; ils ont l’impression de déchoir en payant leurs dettes, du moins en France ; ailleurs, on a compris depuis longtemps que la manifestation de gratitude nous élève plutôt qu’elle nous abaisse. Car, hormis le cas assez exceptionnel de ceux qui écrivent une fois pour toutes le seul livre qu’ils ont dans le ventre, le plus souvent un récit-témoignage issu d’une expérience personnelle transcendée par la littérature, on connaît peu d’écrivains qui n’aient d’abord été des lecteurs. Lire et écrire, c’est tout un.

Ayant récemment rencontré Frédéric Verger, l’auteur d’Arden, l’un des plus brillants et des plus prometteurs premiers romans de la rentrée de l’automne dernier, d’ailleurs couronné du Goncourt du premier roman, je n’ai pu m’empêcher de le questionner sur ses influences, tout en sachant qu’il ne fait aucune différence entre imagination et mémoire, son écriture les mêlant en fonction de son bon plaisir. Comme ce professeur de français est du genre plutôt réservé, discret sinon timide, et qu’il mettait un certain temps à mûrir sa réponse, je tentais quelques pistes, inspirées par la facture même et l’univers de son livre : La Montagne magique ? Un sourire… L’Homme sans qualité ? Un hochement de tête… Je vous en épargne quelques autres, plus ou moins à côté de la plaque, tous pleins de fantômes européens, mais Frédéric Verger est trop courtois et bienveillant pour le faire remarquer autrement que par frémissement de sourcil. Il finit par lâcher doucement « Nabokov… » avant de poursuivre, avec détermination cette fois : « … et surtout Dezsö Kosztolanyi. Connaissez-vous cet auteur hongrois ? Précipitez-vous. Passionnant »kosztolanyi

Ainsi fut fait aussitôt. A l’issue d’une rafle chez son éditrice Viviane Hamy, qui a eu l’audace et le bon goût de le rééditer avec constance (ce classique hongrois est traduit en France depuis 1923) , je me suis plongé dans cet univers plein d’humour, de loufoquerie, de fantaisie jusque dans le tragique, si créatif dans l’art de la métaphore et le culte du détail (l’inoubliable valise pour dire l’espoir d’évasion dans Alouette), dont les passerelles avec Arden sautent aux yeux, effectivement. Je n’avais rien lu d’aussi délectable depuis… un certain temps. Les personnages y évoluent dans une forme de rêverie supérieure. On sait que ce qu’il raconte relève de l’invention tant c’est invraisemblable, et en même temps, il y a flotte un si doux parfum de nostalgie que cela réveille des souvenirs en nous. Il s’en dégage une impression des plus étranges. Mais de qui s’agit-il au juste, Verger ou Kosztolanyi (1885-1936) ? Les deux probablement. On dirait que l’un et l’autre écrivent pour conjurer le spectre de la disparition de ce que le premier appelle « la complicité mystérieuse unissant la mélancolie et l’ivresse dans une ronde incessante ».

Au lecteur qui ne saurait par quel bout prendre cette œuvre, je conseillerais de commencer par Le Traducteur cleptomane (traduit du hongrois par Adam Peter et Maurice Regnaut, 155 pages, 7 euros, Viviane Hamy). La première nouvelle, qui donne son titre au recueil, offre la quintessence de l’art poétique du nouvelliste, avec ce qu’il faut de fantastique, de dérision, d’humour pince-sans-rire et surtout d’absurde. On sent le plaisir tout particulier que cet infatigable polygraphe, qui avait écrit avec une facilité revendiquée plusieurs milliers d’articles pour la presse et les revues, a éprouvé à raconter ces histoires. Celle qui ouvre l’ensemble narre donc celle d’un traducteur si cleptomane (et non pas voleur : on connaît le premier, pas le second) qu’en traduisant Le mystérieux château du comte  Vitsislaw, il ne put s’empêcher de voler des mots, sinon des phrases, à l’auteur. Ainsi, le comtesse perd-elle en chemin une partie de ses bijoux de famille, entre la langue de départ et la langue d’arrivée, entre l’anglais et le hongrois ; le traducteur n’a pu s’empêcher de lui en dérober quelques uns…

Quelques pages à peine mais qui suffisent à récréer ce microcosme. De même dans la nouvelle sur l’argent, la langue hongroise ne connaissant que l’expression « ennuis d’argent » comme si l’argent était la cause de ces ennuis ; alors qu’ « embarras de richesse » (en français dans le texte) est tellement plus adéquat. Mais les histoires où l’on parle plusieurs langues ne sont-elles pas déjà une image du paradis ? Les autres récits disent tout aussi bien la part du jeu de cette écriture.

Autant ses nouvelles (il en a écrit une quarantaine), dont un certain Kornel Esti (autrement dit : Cornélius le crépusculaire), son double et le personnage principal, sont marquées du sceau de la fantaisie, autant certains de ses romans se révèlent plus tranchants une fois passé le voile du clair-obscur des univers feutrés de la bourgeoisie. Parfois, ils posent un problème qu’une question suffit à formuler, mais que des centaines de pages suffisent à ne pas résoudre : pourquoi la bonne assassine-t-elle ses employeurs de neuf coups de couteau après avoir fini la vaisselle ? (Anna la douce). Et pourquoi un professeur de mathématiques, aimé de tous mais abandonné par sa fille, incapable de bien noter un cancre au risque de le voir se retourner contre lui, finit-il par se suicider ? (Le cerf volant d’or).

Botfai_H_v_s_L_szl_szobr_szm_v_sz_Bp._1933._j_liusaCet humaniste fait preuve d’un pessimisme fondamental en ce qu’il se résigne à l’ingratitude des hommes et de la société. Le cynisme, cette cuirasse si utile par gros temps, exige une force qu’il n’a pas. La vie est ainsi, il n’y a rien à faire. Ou comme il dit : « C’est la vie ! ». Plus il nous fait pénétrer dans la complexité de ses personnages, plus leur passivité, déteint sur nous jusqu’à provoquer l’empathie, sinon la compassion pour leur état de contemplatif dans un monde en mouvement. Indépendant, inquiet et solitaire, poète dans tous ses écrits et pas seulement dans ses poèmes, il excelle à cultiver l’ironie et le paradoxe ; les situations qu’il expose, de même que les sentiments qu’il prête aux uns et aux autres, flirtent si bien en permanence avec l’ambiguïté, qu’on ne sait si on est dans le réel ou le rêve. Grâces soient rendues à Frédéric Verger pour me l’avoir fait découvrir. Mais il va être difficile un jour de relire Arden sans y chercher l’ombre portée de son cher Dezsö Kosztolanyi…

Soigné pour un cancer qui finira par l’emporter, souffrant de laryngectomie, il perdit la voix et finit par ne s’exprimer que par écrit. Ne demeurait plus que la voix de ses textes, la langue de son œuvre. Ne sachant rien du hongrois si ce n’est qu’il s’agit d’une langue extrêmement difficile, et rêche à l’oreille, il faut s’en remettre à ce qu’en dit l’une de ses traductrices, Eva Vingiano de Pina Martins :

« Sa langue est toujours consciente d’elle-même, travaillée, limpide. Ici (dans Anna la douce), nous avons un style dont le laconisme correspond, on le comprendra, au parti pris narratif. Ainsi avons-nous souvent une syntaxe simple, préférant la juxtaposition à la subordination, une syntaxe qui refuse d’enserrer le lecteur dans un choix préétabli de corrélations Cette simplicité est favorisée par un trait caractéristique de la langue hongroise : l’existence d’un seul temps du passé ».

Toujours la même réaction face aux auteurs de nouvelles. Surtout quand elles sont impeccables. Mû par un réflexe naturel, je me dis dans un premier temps : quel gâchis ! et quel roman cela aurait donné avec un tel fil rouge, de tels personnages. Puis dans un second temps, féliciter l’auteur de sa sagesse car, de toute évidence, son histoire exigeait un rythme, une cadence, une durée propres à la forme brève. Le secret en toutes choses, c’est de connaître sa distance et de savoir s’y tenir. Heureusement il y a aussi des fous. On les reconnaît à ce qu’ils ne savent pas se retenir. Quelques-uns ont du génie.

(« La Lecture, Esztergom, Hongrie, 1915, photo André Kertész ; « Kosztolányi Dezső  és Botfai Hüvös László szobrászművész  Bp., 1933. forrás: Litera« )

Cette entrée a été publiée dans Littérature étrangères.

1158

commentaires

1 158 Réponses pour Le pessimisme ironique de Dezsö Kosztolanyi

des journées entières dans les arbres dit: 20 mai 2014 à 19 h 42 min

Merci Frédé, votre analyse m’a fait repenser à un truc un peu halluciné, que je viens de relire dans un billet de la RDL :
« mancha = tache, la tache d’être juif »

frédé dit: 20 mai 2014 à 14 h 53 min

La Mancha (Manxa) vient de l’arabe  » Al-Mansha »
( « tierra sin agua »)
Et (en castillan /catalan), pas de mot d’origine punique , mais beaucoup d’origine wisigoth, romaine,arabe

fernando dit: 19 mai 2014 à 10 h 19 min

le site d’Empuries, en Catalogne, conserve son nom latin d’Emporiae, lui-même emprunté au grec qui signifie « marché ». sur la côte varoise, le nom de la loca

En Andalousie, beaucoup de noms de lieu d’origine romaine?
les Puniques sont restés peu longtemps, ont laissé peu de traces, contrairement aux Romains et plus tard aux Maures

des journées entières dans les arbres dit: 19 mai 2014 à 0 h 20 min

Le Rubik’s Cube (ou, beaucoup plus rarement, Cube de Rubik) est un casse-tête inventé en 1974 par le Hongrois Ernő Rubik, et qui s’est rapidement répandu sur toute la planète au cours des années 1980.
source: doodle.

des journées entières dans les arbres dit: 19 mai 2014 à 0 h 15 min

Un temps pour tout dit: 18 mai 2014 à 20 h 56 min

Le changement, c’est maintenant, en fait.
C’est lundi.

Sant'Angelo Giovanni dit: 18 mai 2014 à 22 h 30 min


…il faut!,…tout de même!,…remettre un sens à  » tarés sous la coupole « ,…
…c’est limite les liens sur la carte et le territoire!,…etc!,…

Sant'Angelo Giovanni dit: 18 mai 2014 à 22 h 25 min


…je ne m’adresse plus à vous après,…

…c’est en réponse à D,…la sainte vierge!…d’état,…féconder sans procréer,…
…le sens inversé,…de ne plus savoir ce qu’il est!,…dans tout les cirques qu’il tourne!,..
…c’est un lien pour D,…à,…20 h 12 mn! ,…etc!,…
…Bonsoir!,…

Sant'Angelo Giovanni dit: 18 mai 2014 à 22 h 06 min


…rose,…je me souvient de vous comme douée d’une extrême sensibilité en toute chose!,…mais!,…
…de là!,…à l’absence de renoncement seul!,…c’est plus light,…avec tout les produits édulcorés!,…en grande-surface!…
…c’est à votre aise,…le bénévolat sur Blog & ses services!,…
…bonsoir!,…etc!,…

abdelkader dit: 18 mai 2014 à 21 h 56 min

J.C. dit: 18 mai 2014 à 19 h 53 min
D. dit: 18 mai 2014 à 18 h 11 min
Fuck! elle est pas belle la France hein? en cette belle journee du moi de mai…

rose dit: 18 mai 2014 à 21 h 31 min

un mauvais moment à passer comme qd tu vas chez le dentiste

——————–
querelles dérisoires j’espère que tu le sais

—————————
hongrois violons
http://www.100violins.com/fr/orchestre/historique.php

laszlo berki
(je avais bien que c’était quelqu’un que je connaissais bien)

—————————–
giovanni sant angelo tu le vois comme ça l’infirmière etc. tout ça, pourquoi pas ? moi je le vois comme l’absence de renoncement.

Festival dit: 18 mai 2014 à 21 h 02 min

Sûr qu’il est à Cannes à faire le beau alors que nous nous savons que nous (nounou) n’avons aucune chance d’apprendre le hongrois à Mimi.
Aprés ça on comprend mieux la tolérance dont profite baroz et vontraube.
Un soutien de caste.

Sant'Angelo Giovanni dit: 18 mai 2014 à 20 h 35 min


…et, pour ceux qui procréent sans copuler!,…

…in vitro,…ou en attente des dons à la file!,…

…mais,…queue faite vous là!,…mon enfant à l’€uro!,…à ce bois de Boulogne!,…un enfant,…là,…
…montez!, tout de suite!,…des jumeaux!,…après!,…
…et, l’orphelinat est presque vide!,…pour les dons de l’état aux soeurs-supérieures « ,…un autre enseignement!,…et vivre aux soleils d’Ö’truie!,…pour dons d’organes au futur héritiers!,…
…les spirales des  » intelligences « , à restaurer,…aux élites du foin-en-culbute!,…etc!,…

D. dit: 18 mai 2014 à 20 h 12 min

Je suis pour une France nettoyée, premier ennemis après les musulmans, les protestants et tous ceux qui copulent sans procréer.

Sant'Angelo Giovanni dit: 18 mai 2014 à 20 h 07 min


… » avec le ticket de rationnement « , pour rentré dans les ordres chrétiens aux miches de pains, pour les pigeons,…

…il faut finir vos phrases Nom de Dieu de mes deux!,…
…etc!,…

J.C. dit: 18 mai 2014 à 19 h 53 min

D. dit: 18 mai 2014 à 18 h 11 min
« J.C., je vous aime, je vous respecte et rêve de vous servir ! »

Ensemble, nous servirons la Patrie et bouterons les Anglois* hors de France ! Vive Marine ! Vive Jésus ! Vive Cazeneuve !
( prenez toute votre place dans la file d’attente. Merci !)

* Arabes… pardonnez moi cette distraction historique

Sant'Angelo Giovanni dit: 18 mai 2014 à 19 h 09 min


…Allez!,…un petit effort!,…raconte!,…

…une forme d’hémicycle revient par son naturel!,…hypocrite!,…égoïste!,…


…l’indépendance privé à se privilégier!,…le profit-personnel, en fin de compte!,…
…au détriment!,…par ses distanciations,…au bien-être général et au progrès social!,…

…est’il encore imaginable, voir des gens vivre différemment, avec les mêmes sécurités en tout en partage,…

…déjà!,…avoir son  » style  » de maison, choisir sa technique de vie,…vivre sans contraintes!,…etc!,…comment y parvenir!,…un autre cycle-social ou!,…

…donc!,…en fin de compte!,…avoir ses mécanismes de tranquillité ennuyeuse à gérer!,…
…et non pas ; faire une famille pour être!,…assister!,…et dépendre de l’état central!,…ou aux emplois à créer!,…pour les actionnaires à investissements étrangers!,…
…vivre sa baronnie sur ses terres!,…etc!,…
…c’est pas demain la veille!,…of course!,…

Jacques Barozzi dit: 18 mai 2014 à 19 h 05 min

Les âges de ma vie
(roman)

Zéro : je nais à la vie à Cannes
Un an : je fais mes premiers pas
Deux ans : je gambade de partout
Trois ans : je ne fais plus pipi au lit
Quatre ans : j’aime jouer avec mon zizi
Cinq ans : j’entre à la maternelle
Six ans : j’ai une petite fiancée
Sept ans : je commence à raisonner
Huit ans : je commence à avoir des pulsions pour mon papa
Neuf ans : j’ai une bonne bande de copains
Dix ans : je deviens orphelin de père
Onze ans : je rentre en sixième
Douze ans : je tombe amoureux de la prof de sciences-naturelles
Treize ans : je grandis de dix centimètres et prends dix kilos
Quatorze ans : je commence à flirter avec les filles
Quinze ans : je suis de plus en plus troublé par les beaux mecs
Seize ans : je participe à la fête du joli mois de mai 1968
Dix-sept ans : je rencontre ma fiancée
Dix-huit ans : ma fiancée me trompe avec des filles
Dix-neuf ans : je glande à la fac de Droit de Nice
Vingt-ans : je deviens franchement pédé
Vingt-et-un ans : je m’exile loin de ma famille
Vingt-deux ans : je fais les 400 coups à Paris
Vingt-trois ans : je pars au service militaire
Vingt-quatre ans : je suis en ménage avec un mec de seize ans mon aîné
Vingt-cinq ans : j’obtiens la carte de presse
Vingt-six ans : je lis, je vais au ciné et j’écris
Vingt-sept ans : je n’ai jamais promis la fidélité
Vingt-huit ans : le ménage a du plomb dans l’aile
Vingt-neuf ans : je tombe passionnément amoureux d’un jeune Portugais de onze ans mon cadet
Trente ans : après deux années tumultueuses, il me quitte
Trente-et-un ans : je vis seul dans un studio à Montparnasse
Trente-deux ans : j’ai un amant Colombien
Trente-trois ans : j’ai l’âge du Christ et je ressuscite
Trente-quatre ans : je rencontre enfin l’homme de ma vie
Trente-cinq ans : je contribue à l’écriture d’un scénario de long métrage
Trente-six ans : j’ai déjà publiés plusieurs ouvrages
Trente-sept ans : la grande vague du sida m’a miraculeusement épargné
Trente-huit ans : tout le monde sort toujours couvert
Trente-neuf ans : il arrive qu’il y ait du relâchement
Quarante-ans : j’écris des guides sur Paris
Quarante-et-un ans : parallèlement, j’occupe un emploi à la Mairie
Quarante-deux ans : je suis payé pour me promener
Quarante-trois ans : bien sûr, nous eûmes toujours des amants
Quarante-quatre ans : et des disputes aussi
Quarante-cinq ans : ça contribue au plaisir de faire l’amour ensemble
Quarante-six ans : je dois commencer à travailler dans un bureau
Quarante-sept ans : je n’aime pas ça
Quarante-huit ans : je consulte un avocat
Quarante-neuf ans : je me retrouve chef de bureau à l’Hôtel de Ville
Cinquante ans : le personnel politique m’ennuie
Cinquante-et-un ans : c’est la fin d’un long cycle
Cinquante-deux ans : j’ai changé de vie
Cinquante-trois ans : je vis du chômage et de mes seules publications
Cinquante-quatre ans : je suis au RMI
Cinquante-cinq ans : je ne suis pas pour autant aussi pauvre que Job
Cinquante-six ans : je marche toujours autant
Cinquante-sept ans : je commence à penser sérieusement à la retraite
Cinquante-huit ans : du point de vue financier seulement
Cinquante-neuf ans : il n’y a pas de retraite pour les artistes
Soixante ans : enfin, me voilà rentier à vie
Soixante-et-un an : j’ai décidé de ne plus écrire que pour moi
Soixante-deux ans : vous m’excuserez, mais je ne connais pas encore la suite…

Au moins il en a une dit: 18 mai 2014 à 18 h 31 min

rose dit: 18 mai 2014 à 18 h 27 min

Zut, revoilà la groupie de TKT, encore un mauvais moment à passer.

Au moins il nous fournit la preuve de sa débilité dit: 18 mai 2014 à 18 h 29 min

D. dit: 18 mai 2014 à 18 h 11 min

Tiens un usurpateur qui se croit drole

rose dit: 18 mai 2014 à 18 h 27 min

(D. blatère)
———————
pense à Laszlo, prénom hongrois
ou encore Philip Alexius Laszlo
————————–
ai vu Tom à la ferme

Service psychiatrique de Toulon dit: 18 mai 2014 à 18 h 06 min

@ Sex, Money, Elysée dit:18 mai 2014 à 16 h 17 min: Kerviel = Leonarda:
Quel est le rapport entre Kerviel et Leonarda ?

Giovanni Sant'Angelo dit: 18 mai 2014 à 17 h 20 min


…l’€uro-nouveau !,…choisir le bon bout pour avaler l’amont,…alliances et dispositions à boa!,…etc!,…

manifestation du sous-réalisme dit: 18 mai 2014 à 17 h 16 min

les logorrhéiques attendront dans l’inconfort

ouais bon, quelle idée de se trimbaler des hémorroïdes en silicone aussi..

Sergio dit: 18 mai 2014 à 16 h 48 min

bérénice dit: 18 mai 2014 à 16 h 42 min
les différentes manières d’avoir une gueule de trou du cul.

En commençant par la gueule de tangon, ça peut pas aller ? Mais faut être marin, évidemment, évidemment…

bérénice dit: 18 mai 2014 à 16 h 42 min

oulalala, passons surtout très vite sur les différentes manières d’avoir une gueule de trou du cul..
Et que dire des modalités d’accession à la foire du trône. Ne pas être pressé, les logorrhéiques attendront dans l’inconfort.

Phil dit: 18 mai 2014 à 16 h 40 min

Nancy accueillit des Hongrois en 56 qui fuyait l’amitié soviétique embrassante. Certains ont fait souche (indigène, dit-on aujourd’hui) comme les Polonais deux siècles plus tôt.

manifestation du sous-réalisme dit: 18 mai 2014 à 16 h 28 min

c’est un peu abusif et con de vouloir réduire ainsi l’ouverture d’esprit à une adhésion ou à un rejet

oulalala, passons surtout très vite sur les différentes manières d’avoir une gueule de trou du cul..

Sergio dit: 18 mai 2014 à 16 h 07 min

Google Map dit: 18 mai 2014 à 16 h 03 min
C’est où la ville de Naancy ? En France ?….

J’ai toujours pas compris pourquoi on n’avait pas refilé ça à Bismarck… Alors là comme arnaque !

Sergio dit: 18 mai 2014 à 16 h 05 min

Phil dit: 18 mai 2014 à 15 h 50 min
Passou devrait venir en pélérinage.

Ha oui mais il faut un train blindé, hein ! On l’arrêtera en pleine voie à hauteur du Château d’Adoménil et là, hop ! Romanée-Conti…

Phil dit: 18 mai 2014 à 15 h 50 min

Sergio, à Nancy, les Romains sont enterrés sous la rue des Goncourt. Passou devrait venir en pélérinage.

Sergio dit: 18 mai 2014 à 15 h 47 min

Les Romains, ça va. Mais Nancy, on a mis ça au seul endroit où il n’y a rien qui se jette dans rien… Alors là, c’est fort !

Onésiphore de Prébois dit: 18 mai 2014 à 15 h 10 min

justement ça serait étonnnant que les Romains, bâtisseurs de villes, aient conservé un nom d’origine punique de ce qui n’était sans doute alors d’ailleurs rien ou presque rien (Antoine)

Entre rien et « presque rien » , il y a souvent une grande différence. La position géographique de certains sites les voue à être occupés et réoccupés au fil des siècles et des millénaires. Les Romains ont dû tenir compte aussi des us et coutumes des autochtones, en matière de désignation de lieux. En France, Arles a conservé, après la romanisation,
son nom celtique (lieu situé près d’un étang), tandis qu’Aquae Sextiae (Aix-en-Provence) est une pure création romaine, au pied de l’oppidum celtique d’Entremont, abandonné.

Onésiphore de Prébois dit: 18 mai 2014 à 14 h 59 min

En France, sur la côte varoise, à la racine du tombolo de Gien, le nom de la localité de l’Almanarre vient d’un mot arabe désignant un amer. Les noms de lieux sont le conservatoire d’un passé souvent très ancien.

Onésiphore de Prébois dit: 18 mai 2014 à 14 h 56 min

justement ça serait étonnnant que les Romains, bâtisseurs de villes, aient conservé un nom d’origine punique de ce qui n’était sans doute alors d’ailleurs rien ou presque rien( antoine)

Parmi les inventions humaines, les toponymes font sans doute partie de celles qui ont la vie la plus dure. Rien qu’en France, combien de noms de lieux, d’agglomérations, de rivières, de montagnes, conservent, sous un habillage romanisé, puis francisé, le souvenir de très vieux noms, celtes ou vascons (les ancêtres des Basques) . Il en est de même en Espagne, pays particulièrement conservateur sous ce rapport. Par exemple, le site d’Empuries, en Catalogne, conserve son nom latin d’Emporiae, lui-même emprunté au grec qui signifie « marché ». sur la côte varoise, le nom de la loca

antoine dit: 18 mai 2014 à 14 h 44 min

12H44
justement ça serait étonnnant que les Romains, bâtisseurs de villes, aient conservé un nom d’origine punique de ce qui n’était sans doute alors d’ailleurs rien ou presque rien

Onésiphore de Prébois dit: 18 mai 2014 à 14 h 34 min

One Note ? Why not ? Mais dans ce cas-là, on évite de se mêler de causer du chromatisme wagnérien. C’est vrai qu’on a connu des grenouilles qui rêvaient de rivaliser avec la Callas, mais sans beaucoup de succès.

Giovanni Sant'Angelo dit: 18 mai 2014 à 14 h 06 min


…Jacques Barozzi!,…à,…0 h 20 mn,…
……………….,c’est enregistrez par mes soins!…Oui!,……

……………….je ne vous répond plus!,…reste dans tes vases!,…trop de Cinéma!,…de gladiateur d’arènes!,…pour arrondir ses fins de mois!,…n’importe comment!,…



…rose,…toujours très appréciés en infirmière sur les champs de batailles oratoires!,…

…( vider les poches aux cadavres des joutes-littéraires et leurs donner une deuxième-vie!,…dans les vôtres ),…
…un passe temps!,…en précédent les mouches!,…au soleil ),…Ah!,..

…un genre rôle d' » héraut « ,…à l’affût après la bataille!,…
…çà ou autre chose!,…pour se dorer au soleil!,…c’est humain!,…etc!,…

M.Aymé dit: 18 mai 2014 à 13 h 17 min

Nouveau début à ma nouvelle Le Nain
« Dans sa nième année, le nain du cirque PQ se mit à rapetisser. »

Onésiphore de Prébois dit: 18 mai 2014 à 12 h 48 min

Je sais bien que le pseudo de One Note indique la limitation drastique de ses possibilités expressives. Même le coucou en a deux (de notes). il est probable que One Note n’en a pas deux (et cette remarque, on s’en doute, ne vaut pas que pour ses cordes vocales). Mais enfin, s’il essayait un peu de varier son assommante ritournelle, ce serait sans doute un échec, mais on lui saurait gré d’avoir au moins tenté l’impossible. Le pseudo de One Note me fait l’imaginer monocorde, monocouille, borgne, unijambiste et manchot, avec, bien entendu, un seul neurone dans la tête à Mathieu. Quelle tristesse que tous ces handicaps.

/ dit: 18 mai 2014 à 12 h 44 min

Ce qui n’exclut pas une origine punique

Certes. Hannibal Barca est passé par là, y a trouvé des appuis (forcés) et les Romains y sont revenus pour casser la gueule à tout le monde par représailles (Scipion).
Mais la vraie origine est tout de même ibérique. Les fouilles ont mis au jour quantité d’oppida ibéres, détruits par les Romains.

bérénice dit: 18 mai 2014 à 12 h 29 min

c’est cela Bérénice. Continuez de tourner en bourrique.

Des journées tout le monde n’a pas cette chance que vous semblez posséder d’accéder aux alpages et d’en cueillir potions infusions aux principes pénétrants, restons en bonne intelligence et gardons ces noms d’oiseaux, bourrique, barrique , boudu boudin! que dira Bouddha quand il reviendra!

Onésiphore de Prébois dit: 18 mai 2014 à 12 h 21 min

Ce qui n’exclut pas une origine punique

les Romains étaient dans le coin bien avant n’étaient-ils pas (Octave)

A ma connaissance non. Les carthaginois (et les Grecs) les ont précédés.

bérénice dit: 18 mai 2014 à 12 h 21 min

des journées entières dans les arbres dit: 18 mai 2014 à 12 h 12 min
Et pourquoi la Hongrie ?
A cause de Sarkozy, autre génie bien connu de la politique, sinon hors plaisanterie pourquoi cet engouement soudain pour la mathématique avec citation à l’appui? J’ai du louper l’enchainement aussi si vous aviez l’obligeance en quelques dextres mots de relier votre communiqué à l’ensemble, je chanterais vos louanges aux puissants

rose dit: 18 mai 2014 à 12 h 15 min

>bérénice

12h03

oui d’ailleurs le con est essentiel et le réduire à une injure c’est une grande tristesse et pitié pour ceux qui n’en savent pas les délices (pauvres d’eux)… en passant !

on peut même être con et intelligent (qu’on serait chiant sinon)

rose dit: 18 mai 2014 à 12 h 12 min

C comme ça pas la peine d’épiloguer. Quand tu assistes à quelqu’un en train de se faire massacrer, tu te fais massacrer aussi.

D’ailleurs je ne comprends pas pourquoi la réciprocité n’est jamais vraie.

Mais à chacun sa life.
L’idéal c ne pas s’attacher (mais je vais m’attacher -pour baiser, si tu t’attaches pas tu baises pas, c trop con).

des journées entières dans les arbres dit: 18 mai 2014 à 12 h 12 min

Et pourquoi la Hongrie ?

« Charles Simonyi est né en 1948 à Budapest, en Hongrie. À 20 ans, il vient étudier l’informatique à l’Université de Berkeley aux Etats-Unis. Après avoir travaillé chez Xerox, il rentre en 1981 chez Microsoft où il est chargé de créer l’Application Software Group. Charles Simonyi prétend qu’il est capable de reconnaître si un programme a été écrit par son groupe de travail. Pourquoi cela ? Tout simplement parce que dans cette organisation, il a imposé certaines normes de programmation qui sont tellement caractéristiques que l’on peut les distinguer au premier coup d’oeil. Les programmes Word et Multiplan de chez Microsoft ont été écrits en respectant ces conventions que l’on qualifie de hongroises par égard à la nationalité de Simonyi. »

Il doit y avoir aussi quelques mathématiciens célèbres et Hongrois.
De quoi rallumer la flamme de marcel callbrix, le génie inconnu.

rose dit: 18 mai 2014 à 12 h 10 min

>La secrétaire de JC

pardon je suis partie dans les exemples j’ai oublié de revenir à ma démonstration, je reprends donc :

Vous confondez deux choses :

on n’est pas ce que l’on croit que vous êtes. Et encore moins ce que certains s’acharnent à vouloir de vous. On est quelqu’un d’autre.
Dire de quelqu’un qu’il est con ne veut pas dire qu’il est con.
Cela signale autre chose derrière (or c’est ce qui est derrière qui est intéressant (le repenti) et pas la croûte qui est devant (les grottes de Bamiyan, une des plus belles découvertes que vous m’ayez fait faire).

L’opinion des autres sur soi, c’est peanuts butter : ce qui compte c’est l’opinion que soi l’on a de soi-même.

Bon dimanche à vous ; je vous aime bien et c’est vrai, parfois, je vous jalouse un peu (mais je préfère ma place parce que je ne peux vivre qu’au soleil et pas avec quelqu’un qui boit c’est dramatique mais c’est comme ça). Et puis, je ne fais que ce que je veux tout le temps ; j’ai fort peu de contraintes c’est vrai et aucune gloire mais alors aucune.

Vous tenez le cap, j’ai une bonne opinion de vous (foutez-vous en et accordez-vous la même chose et plus encore).

le secrétariat de JC dit: 18 mai 2014 à 12 h 08 min

« parce que s’il meurt, je meurs avec lui. »

On est pas sorti de l’auberge…

bérénice dit: 18 mai 2014 à 12 h 03 min

indigent bloggueur, tes bafouilles imbéciles n’y changeront. Tu es un con et tu n’entends rien à Wagner.

L’un peut aller avec l’autre, on peut par exemple être cultivé et con, mélomane et con, intelligent et con, Wagnérien et con, con et ne pas aimer Wagner pour autant, c’est un peu abusif et con de vouloir réduire ainsi l’ouverture d’esprit à une adhésion ou à un rejet.

rose dit: 18 mai 2014 à 12 h 02 min

>bérénice
bien sûr aussi que le plumage s’organise en paix ; mais quand vous le savez, vous êtes déjà moins cons.
Sortez votre épingle du jeu. Soyez heureux, c’est la meilleure manière d’échapper au plumage.

rose dit: 18 mai 2014 à 12 h 00 min

bérénice dit: 18 mai 2014 à 11 h 41 min

Rose le monde est injuste cependant la démocratie et ses représentants travaillent à ce que le plumage s’effectue en paix et organisent les secours et même des fêtes pour que le peuple s’amuse et trouve dans ces festivités, l’oubli. Il est aussi vrai que d’autres travaillent aux contre-pouvoirs, Sarko les détestait, ces journalistes qui remuent le fond pour trouver les vieilles ferrailles que l’on ne saurait voir, la justice dont on espère qu’elle garde jalousement son indépendance, rien n’est sûr, allez savoir ce qui se trame, quand la partie visible de l’iceberg ne dit rien qui vaille pourquoi ne pas supposer que tous sont des vendus?
>bérénice
Désolée ; je ne crois pas plus aux journalistes qu’aux politiques. Le goût du pouvoir corrompt. La seule chose qui est moteur ces temps c’est l’argent. Oui je crois aux changements grâce aux fluctuations de l’argent.
Lors de mon dernier séjour à Paris, ai vu bcp d’indiens ds leurs propres boutiques (souvent boulangeries pâtisserie d’ailleurs).
je crois fondamentalement que nous arriverons à réduire les inégalités hors les politiques et hors les journalistes (des pantins). Il suffit de voir l’autre moustachu sur son blog : ce qui compte c’est que son nom soit connu. Il ne fait pas mieux que l’illustre inconnu dont on ne connaît pas le nom ( et je suis contre travailler le dimanche bérénice : Paris Trouville 32 euros en train, la seconde place vous est offerte pour votre compagnon et la gare est à deux pas du marché aux poissons et crustacés, à la Coupole on mange très bien).
Bon dimanche à vous, parfois, faut cesser d’être héroïque,

Vous avez complètement raison : le monde est injuste et tous des vendus : je vois un seul impératif soyez heureux ; être deux, c déjà être heureux. Vivez ce bonheur là à fond (et ne buvez pas autant que lui p. b. de m. cela me stresse un max). De l’eau, même si gazeuse : un jour il vous copiera (quand il pigera que vs avez raison, bien plus que lui).

rose dit: 18 mai 2014 à 11 h 50 min

le secrétariat de JC dit: 18 mai 2014 à 11 h 36 min

>TKT je ne vous prends pas pour un c.
Pas du tout.

rose, soyez lucide ! Il y a sur ce sujet, la kronnerie de TéKonToi, un avis généralement partagé

>la secrétaire de JC

je ne crois pas aux avis très généralement partagé, au contraire.
J’ai toujours pris Godard pour un con et effectivement j’ai raison. Le seul problème est le décalge par rapport à la doxa populaire qui elle est conne, et futile, et à la mode.

TKT est un type très bien, très posé & avec moult qualités. Je l’apprécie.

Vous confondez deux choses : un l’a vécu face à moi cette année ; ça y est, je l’en ai débarrassé et cela s’est terminé avec un moulon de filles sur lui ( je ne peux pas être plus ravie que de cela – je ne l’ai pas vu de mes yeux hélas).

Lisez bien :
ce n’est pas parce que l’on pense d evous que vous êtes une conne ou une salope que vous en êtes une.
Les attitudes sont destinées à obtenir quelque chose à quoi l’on tient : un bonbon (pour ceux qui aiment les bonbons).
N’importe quel moyen est alors bon pour obtenir un bonbon, les plages, les galets, les glaces à la vanille).

Sur le petit en question, je n’ai pas encore gagné (et c’est très fatiguant comme taf). Mais déjà, je l’ai obligé à changer de rôle. Il m’a demandé à plusieurs reprises de le laisser tomber mais jamais : parce que s’il meurt, je meurs avec lui.

Je l’aime.
C’est une graine de génie._____________________

Un avis généralement partagé a les plus grandes chances d’être faux (cf. la doxa populaire) ; néanmoins il est très arrangeant pour le plus grand nombre (ce dont on se fout);

S’acharner sur un c’est du harcèlement moral et rien d’autre. Un vient de le faire sur moi deux jours : cela aurait duré, cela se serait mal terminé pour lui. Heureusement, rentrée chez moi, récupérant mes pénates, j’ai pu réagir.

N’y participez pas.
Démarquez vous.
TKT n’est pas un c.
Il est.
Et c’est une grande chose.

Un s’obstine à lui faire jouer un rôle qui n’appartient pas à TKT (à vous aussi d’ailleurs, vous vous en prenez plein la gueule trop souvent).
Il se défend, il a raison.

bérénice dit: 18 mai 2014 à 11 h 49 min

monde, sans avoir progressé d’un millimètre. C’est ton destin, ta fatalité, tu es condamné à végéter à la surface sans jamais t’enfoncer au fond des choses. One note.
Au fond des choses, la vase. Pour remplacer sous les pavés, la plage.

OneNote dit: 18 mai 2014 à 11 h 43 min

Où as-tu pris que j’étais libraire ? Et que je vivais en Province ?
Et quand bien même ?
Bon Dieu que tu es con.

bérénice dit: 18 mai 2014 à 11 h 41 min

Rose le monde est injuste cependant la démocratie et ses représentants travaillent à ce que le plumage s’effectue en paix et organisent les secours et même des fêtes pour que le peuple s’amuse et trouve dans ces festivités, l’oubli. Il est aussi vrai que d’autres travaillent aux contre-pouvoirs, Sarko les détestait, ces journalistes qui remuent le fond pour trouver les vieilles ferrailles que l’on ne saurait voir, la justice dont on espère qu’elle garde jalousement son indépendance, rien n’est sûr, allez savoir ce qui se trame, quand la partie visible de l’iceberg ne dit rien qui vaille pourquoi ne pas supposer que tous sont des vendus?

OneNote dit: 18 mai 2014 à 11 h 40 min

Prébois, indigent bloggueur, tes bafouilles imbéciles n’y changeront. Tu es un con et tu n’entends rien à Wagner. Je comprends ton aigreur. Mais je n’y peux rien… Tu mourras aussi bête et borné que tu es venu au monde, sans avoir progressé d’un millimètre. C’est ton destin, ta fatalité, tu es condamné à végéter à la surface sans jamais t’enfoncer au fond des choses.

Et puis, pouf, pouf, je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que tu n’écouteras plus la Tétralogie comme avant, maintenant… Allez, assez gaspillé ma journée avec un bouffon comme toi. Va plutôt commander Wagner pour les Nuls sur Amazon. Je suis pour la démocratisation de la culture, y compris pour les handicapés mentaux et les nécessiteux.

Jacques Barozzi dit: 18 mai 2014 à 11 h 39 min

« …je collectionne mes mémoires comme des pièces numismatiques,…insérer dans les feuillets!,…je n’efface jamais les textes!,…
…et tout les deux mois!,…Ops!,…une nouvelle mémoire-photo à remplacer et l’autre en collection!,…aux moins déjà vingt!,… »

Les commentaires sont lisibles à chaud, mais tiennent-ils le coup à la relecture, Giovanni, où sont-ils destinés à l’édifications des martiens ?

rose dit: 18 mai 2014 à 11 h 38 min

>la secrétaire de nombre de gens

non tss tss, votre patron est fou de vous ; ne le dit pas (par crainte de l’annexion – ds laquelle il est déjà).

Pour votre parfum j’y ai songé, vous êtes so mode : la petite robe noire ? 200 € le tout petit flacon de parfum (un peu moins l’eau de toilette, à la fragrance plus légère) (mais il peut le faire, et je crois que vous le méritez bien avec votre dévouement indéfectible, je ne suis pas capable d’un millième de ce que vous faites pour lui : n’oubliez pas de vous échapper parfois ; les congés payés, les glaces à Deauville, la plage, ramasser des galets : in fine, je vous aime bien. Pas encore copié le banquet pour vous, mais je ne pense qu’à ça. Ai tjrs d’autres trucs sur le feu.)

le secrétariat de JC dit: 18 mai 2014 à 11 h 36 min

>TKT je ne vous prends pas pour un c.
Pas du tout.

rose, soyez lucide ! Il y a sur ce sujet, la kronnerie de TéKonToi, un avis généralement partagé

rose dit: 18 mai 2014 à 11 h 32 min

TKT dit: 17 mai 2014 à 12 h 48 min

JCulé alias landau et mille et un pseudos débiles:

Vous et D.burné, vous avez envahit l’espace de la RdL, cela vous rapporte quoi en qualité de vie améliorée ?

Rien TKT rien.
Ne cherchez pas. Juste, il se croit en toute impunité et il ne l’est pas. Il sera rattrapé avant de comprendre. En attendant, il s’enferre.

>TKT je ne vous prends pas pour un c.
Pas du tout.

Lui joue un rôle : la question est (serait, car je m’en fous IRL): est-on le rôle que l’on joue ou pas ? Je me suis posée longtemps la question pour Daaphnée j’ai arrêté je men porte très bien. Maintenant je règle mes propres affaires et je m’en porte très très bien.
Chacun n’est responsable que de lui-même, de ses enfants de sa famille.

Même si on est tous frères, et sœurs, effectivement

Bon dimanche à vous, TKT

octave dit: 18 mai 2014 à 11 h 23 min

Quelle c cette ‘rose’!
Pour en revenir (aux choses sérieuses), revoir l’émission de JC Victor d’hier ou d’avant hier sur l’Europe(les dessous des cartes)

rose dit: 18 mai 2014 à 11 h 21 min

JC….. dit: 17 mai 2014 à 9 h 24 min
Elle n’a pas autre chose à foutre l’école ? au hasard… INSTRUIRE… et non pas éduquer.

Ouaip cela fait plus de dix ans que l’on nous serine que l’on n’est pas là pour apprendre aux ouailles mais pour les éduquer : on nous gueule ds les oreilles « vous êtes des éducateurs ». Celui (celle) qui sort du rang kalachnikov (et pas d’agreg.). Puis on te pompe toutes tes idées parce qu’elles marchent Eh ben oui. Et eux se décrochent les palmes avec tes idées et toi la balai-chiotte.

Comment récupérer ses propres idées à son propre profit (je viens de voir une tablette -plus qu’un flyer- faite sur mon boulot/ à partir de mon boulot je suis sur le cul).

C’est comme ça : t’as plus qu’à être fier qu’on te copie. Et pauvre.

octave dit: 18 mai 2014 à 11 h 21 min

Ce qui n’exclut pas une origine punique

les Romains étaient dans le coin bien avant n’étaient-ils pas

le secrétariat de JC dit: 18 mai 2014 à 11 h 20 min

Godard, gode art : bouguereau ? trop d’honneur, trop d’horreur (moralité : ceinture)

bérénice dit: 18 mai 2014 à 11 h 18 min

9h40 Illustration du racisme ordinaire ou pessimisme ironique, à moins que sélectionnée pour un de ces pupitre si convoités d’un philarmonique fameux? je n’aime pas non plus l’accordéon, le bandonéon, de là à les traiter de la sorte, un continent.

rose dit: 18 mai 2014 à 11 h 14 min

JC….. dit: 17 mai 2014 à 6 h 50 min

Dave
Bave
Epave
Batave.

JC (17/05/2014)

T’as oublié rave
morte de rire (tes efforts poétiques au saut du lit.).

rose des vents dit: 18 mai 2014 à 10 h 34 min

charles dit: 18 mai 2014 à 9 h 38 min
« vous m’avez com pris »

On vous a surtout pris pour un c..

Collectif anti raciste de la RDL dit: 18 mai 2014 à 9 h 50 min

Traiter OneNote de « gnome » nibelungien est un acte puni par la Loi. Attention …!

Onésiphore de Prébois dit: 18 mai 2014 à 9 h 48 min

Widergänger
Barcelone était à l’origine une colonie romaine appelée « Barcino » (Juba 2)

Ce qui n’exclut pas une origine punique, les Romains ayant pu se contenter de romaniser le nom. Les toponymes d’origine punique ne manquent pas en Espagne, du sud au nord de sa façade méditerranéenne (Carthagène,par exemple, qui signifie « La nouvelle Carthage »).

Onésiphore de Prébois dit: 18 mai 2014 à 9 h 43 min

On finit toujours par s’embourber avec ce con de Prébois. ( One Note)

Les opinions sur l’immense Wagner de l’obscur libraire philosémite One Note, attaché à son échoppe balzacienne comme l’escargot baveux à sa coquille au fin fond d’un trou du cul du monde provincial franco-français, ont autant d’importance que les crottes de souris jamais balayées dans les recoins de sa crasseuse boutique, en attendant la liquidation judiciaire. Justement condamné par les progrès d’Amazon, ce gnome râclant son fond de caisse comme si c’était l’or du Rhin, histoire de s’acheter sa baguette matinale, voudrait bien jouer les Tarzans de la RdL, mais il lui manque pour cela quelques indispensables tablettes Kindle.

jeanclaude dit: 18 mai 2014 à 9 h 41 min

Godard ne veut pas aller à Cannes( ni recevoir de prix, alors même que son film «Adieu au langage» figure parmi les œuvres en compétition pour décrocher la Palme d’or.… même si les organisateurs viennent le chercher. «non, parce que j’y suis déjà allé», a-t-il expliqué.
Alors que le journaliste lui demandait ce qu’il faudrait faire pour le convaincre, Jean-Luc Godard, 83 ans, a tout simplement répondu «rien».
(La Tribune de Genève)

charles dit: 18 mai 2014 à 9 h 38 min

« C’est un vent du Nord qui pousse vers l’Afrique, en Méditerranée. »

vous m’avez com pris

juba 2 dit: 18 mai 2014 à 9 h 36 min

Widergänger
Barcelone était à l’origine une colonie romaine appelée « Barcino »
et « Catalogne/Cataluña » : « gothlandia » (pays des Goths) (Gotholandia – Catholonia – Cathalonia)

des journées entières dans les arbres dit: 18 mai 2014 à 9 h 35 min

Marcel dit: 17 mai 2014 à 23 h 54 min
Oui, mais.
« changement d’herbage réjouit les veaux »
L’Alpe attend depuis le 17mai10h53 que vous lui apportiez la lumière. Mettez-y un peu de réel et beaucoup d’imaginaire. L’affaire est complexe. L’Alpe préfère le binaire.

Météo Consult dit: 18 mai 2014 à 9 h 35 min

Un vent Sud-sud pousse vers le Nord. C’est un vent du Nord qui pousse vers l’Afrique, en Méditerranée.

amis sûrs dit: 18 mai 2014 à 9 h 26 min

h43
« partir naviguer (…)sur la mer »

Faites donc! Partez, partez ! surtout qu’un vent fort sud-sud vous poussera vers les côtes d’Afrique (une occasion de revoir ‘vos’ biens et anciens serviteurs)

juba deux dit: 18 mai 2014 à 9 h 25 min

Widergänger dit: 17 mai 2014 à 22 h 12 min
(…) »le nom de la ville de Barcelone vient de Barca, le frère d’Hannibal. »

Ce n’est pas certain (aucune preuve historique et archéologique)

Giovanni Sant'Angelo dit: 18 mai 2014 à 8 h 58 min


…J.C.,…vous êtes plusieurs, vous tout seul!,…

…chaque jour!,…hors-sujet du billet, vous nous souligner aux marqueur-feutres!,…vos directives à discuter!,…à englober et à pulvériser!,…

…chacun!,…peut faire ses liens avec les sujets exposés, comme il l’entend,…Non, seulement sur son nombrilisme de distanciation et à une approche réelle de l’identité des peuples à vivre heureux chez-eux!,…
…sans domesticité économique à transvaser les flux-bénéficiaires à des comptes bancaires secrets-d’états d’€urope!,…
…genre  » Bush – pétrole « ,…& alibi d’interventions sur les 2 tours à N-Y,…par ses présumés-amis Ben-Laden des émirats,…en danger du pétrole par le despote de l’Iraq!,…
…un petit Western d’étudiant fils à papa!,…à combiner les intérêts de sa famille avec le sacrifice de sa nation, pour y parvenir!,…
…J.C.,…quelle mascarade nous jouer-vous!,…la France-Libre,…c’est quoi pour vous!,…déballé votre point de vue!,…
…je vous écoute!,…allez-y!,…
…etc!,…envoyez!,…Ollez! de Carmen!,…

JC..... dit: 18 mai 2014 à 8 h 43 min

Avant de partir naviguer dans ces espaces aristotéliciens où l’on est ni mort, ni vivant, mais sur la mer, poussons notre cri de erdéeliens fanatiques : « Jihad littéraire ! »

Peu importe les insultes qui fusent un peu vite chez Passou, une même foi nous anime. Lire, nom de dieu ! LIRE ! Bonne journée…

JC..... dit: 18 mai 2014 à 8 h 12 min

Ne vous inquiétez pas pour les changements de pseudo, cher ………, cela arrive souvent !

D’ailleurs, ce billet-ci n’est pas de Pierre Assouline, mais de Michel Onfray qui usurpe le taulier, lui aussi, de temps en temps.

JC..... dit: 18 mai 2014 à 6 h 34 min

Prendre la suite du camarade ueda, quel bonheur ! Dors , camarade. Tranquille. Il a deux coups d’rouge au creux du foie. D’autant que le billet touchant à sa fin, notre liberté d’être hors-sujet redevient pleine et entière…

-Kerviel passe des ordres qui font perdre 5 milliards d’euros à la SG. Question : qui peut croire que ce bouc émissaire joli garçon de salle ne fait pas partie d’un troupeau hiérarchique aussi coupable que lui, si ce n’est plus ?

-Les chefs d’Etat africains déclarent la guerre aux islamistes de Boko ! C’est toujours sympa, un sommet à Paris, on papote, on fait la photo et après bouffer, on va danser tous ensemble dans nos couteux costards avec de jolies filles facturables au bal zézette…

-Arrivé au 4/5ème du roman « Er ist wieder da » de Timur Vermes, un sentiment étrange… Ambiguïté…Finissons en aujourd’hui même !

ueda dit: 18 mai 2014 à 2 h 00 min

Dans 3 minutes, il sera 2 heures.

L’heure pure sous les étoiles.
La meilleure pour jeter des notes. Cinq heures plus tard, on écrit.

Bonne nuit, bande de roupilleurs.

ueda dit: 18 mai 2014 à 1 h 57 min

Ohlala, korrektor.

« tu connais la langue chassante des Cahiers du Sud? » > « tu connais la langue chantante des Cahiers du Sud? »

Ils chassent aussi, remarque, mais surtout le sanglier et la perdrix.
Le lièvre, si abondant, a disparu depuis vingt ou trente ans, allez savoir pourquoi…
Quand tu les fais parler, ils évoquent de véritables tapis de « lapings », tellement nombreux, tellement envahissants que rétrospectivement, ils se sentent des operatori ecologici., ils deviennent sentimentaux, incompris.
Après deux verres, je les crois.

ueda dit: 18 mai 2014 à 1 h 48 min

« Deneb dit: 18 mai 2014 à 0 h 18 min
ueda est le type-même de personne qui veut faire croire qu’il sait tout et condescendant à se mettre à notre niveau »

Non mais, Dexter, c’est quoi cette plainte venue d’en bas?
Du ressentiment chez toi, le nietzschéen par excellence, celui qui se déteste comme nietzschéen?

Je n’y crois pas.
Dédé de temps en temps, Keupu à la rigueur… Mais toi? Je dis non.
J’ai peut-être tort, remarque. Mais comme ça, a visto de naze, je dis nom (tu connais la langue chassante des Cahiers du Sud? Leurs déscendants parlent comme ça… Même du côté du père Guéhenno…)

Baste.
De toi à moi, Hamlet, tu es meilleur philosophe qu’Onfray, meilleur chroniqueur que Lévy, et plus malin que Yann Moix.
Aucun doute.
Ugh.

Content?

— Kosztolanyi, c’est du bon.
On se le lit dès qu’on peut.
Avant, on n’en parle pas.
Tout le monde n’a pas la santé du dramaturge EE Schmitt.
Désirer le jour une couverture de livre (cette tarte aux fraises), et le lire dans ses rêves.

Après mille et une nuits, ça fait une sacrée culture.
Je confesse une pointe de jalousie.

Sant'Angelo Giovanni dit: 18 mai 2014 à 0 h 53 min


…@,…Jacques Barozzi!,…à 0 h 20 mn,…

…je garde avec mes photos du quotidien, les textes-photos,…tout ce qui passe à ma portée et plus ( sur ) les mémoires de l’appareil numérique photos à pixels!,…8 GB SanDisk,…

…je collectionne mes mémoires comme des pièces numismatiques,…insérer dans les feuillets!,…je n’efface jamais les textes!,…
…et tout les deux mois!,…Ops!,…une nouvelle mémoire-photo à remplacer et l’autre en collection!,…aux moins déjà vingt!,…

…d’excellents documents par ailleurs!,…en plus de certain de vos textes signés!,…
…il y a des perles! tout au long des années!,…
…presque une horlogerie des mouvements » moteur » tourné!,…etc!,…

…je ne transmet jamais rien sur ordinateur!,…ou de simple conneries de diversions!,…trop copier/coller & manipulations du profit!,…etc!,…

Deneb dit: 18 mai 2014 à 0 h 47 min

Les harmoniques se classent tous sans exceptions dans deux ensembles : celui des harmoniques pairs et celui des harmoniques impairs.
Un comptage minutieux a prouvé qu’il existait autant d’harmoniques pairs que d’harmoniques impairs.

Deneb dit: 18 mai 2014 à 0 h 37 min

Marcel a besoin d’occuper son esprit incessamment; cela se concrétise par toutes sortes de manifestations dont une partie apparait ici. Enfin c’est du moins l’idée que je m’en fais.

OneNote dit: 18 mai 2014 à 0 h 28 min

Si vous devez vous poser d’urgence sur un astéroïde, faites bien attention aux crevasses, Deneb. Des vers de terre géants vivent sous leur surface et avalent les voyageurs spatio-temporels imprudents.

Deneb dit: 18 mai 2014 à 0 h 22 min

avec un côté gamin naïf j’aurais pu ajouter. mais ne chargeons pas trop la barque ce soir.

Marcel dit: 18 mai 2014 à 0 h 21 min

Sonnet zutique (sonnet avec des vers monosyllabiques)

Mieux
Que
Je
Veux,

Vieux,
Ne
Le
Peux !

Muse
m’use
A

Faire
La
Fière !

Jean Calbrix, le 18/05/14

Jacques Barozzi dit: 18 mai 2014 à 0 h 20 min

« …de toute façon, tout ce que j’ai écris est enregistrer par mes soins,… »

Et ça fait combien de signes à ce jour, Giovanni ?

Deneb dit: 18 mai 2014 à 0 h 18 min

ueda est le type-même de personne qui veut faire croire qu’il sait tout et condescendant à se mettre à notre niveau, mais qui en fait fonctionne avec ces concepts erronés en toute chose. Si on lui faisait passer une batterie de tests, il serait mis au rebut illico.
Je lui ai demandé à maintes reprises plus d’humilité, rien à faire. Têtu de têtu.

Deneb dit: 18 mai 2014 à 0 h 14 min

Je module en GLSB (gravitationnal lower side band), les ondes suivent en rampant les effondrements et ressurgissent de l’autre côté de l’espace-temps en un clin d’œil, mais pas toujours très nettes.

Deneb dit: 18 mai 2014 à 0 h 10 min

OneNote dit: 18 mai 2014 à 0 h 06 min

Deneb, vous étiez sur le point de dire quelque chose sur le cerveau avant que la ligne avec la constellation du Cygne soit interrompue.

-elle s’est rétablie presque ausiito-

Deneb dit: 18 mai 2014 à 0 h 08 min

Par exemple, qui a pu réellement intégrer la signification exacte de l’ensemble de mes messages depuis 2005 ? Car si certains ont vaguement deviné qu’il s’agissait d’une œuvre unique, aucun jusqu’à présent n’a compris la question que je pose ni la réponse que j’attends.

OneNote dit: 18 mai 2014 à 0 h 06 min

Deneb, vous étiez sur le point de dire quelque chose sur le cerveau avant que la ligne avec la constellation du Cygne soit interrompue.

Deneb dit: 17 mai 2014 à 23 h 55 min

u est très malléable. On peut en faire ce qu’on veut. N’importe qui peut conduire très correctement avec l’habitude, n’importe qui peut jouer du piano correctement avec l’habitude.
Par contre n’importe qui n’est pas capable d’intégrer en quelques secondes la signification de voyants et de données d’instruments sur un tableau de bord, n’importe qui n’est pas capable de transcrire plusieurs lignes rythmiques et mélodiques entendues, même après 50 ans de pratique musicale assidue.

Marcel dit: 17 mai 2014 à 23 h 54 min

des journées entières dans les arbres dit: 17 mai 2014 à 22 h 00 min

Pauvre des journées qui entend la musique sans comprendre les paroles, un veau qu’à bu l’air sans comprendre le vocabulaire, quoi !

Deneb dit: 17 mai 2014 à 23 h 48 min

Il n’y a pas d’oreille musicale ou d’oreille non musicale. Tout cela est pure foutaise. Nous avons tous les mêmes potentialités, après tout est question d’habitude, d’éducation et de goût.
Ce qui nous différencie principalement, c’est la capacité d’analyse musicale, qui demande abstraction et un certain sens logique et mathématique et aussi un fonctionnement en temps réel. Ça il faut reconnaitre que ce n’est pas donné à tout le monde; en gros il faut plus de neurones, et des biens connectés.

Une autre foutaise est cette fameuse « oreille absolue » qui serait soit-disant innée. Totalement faux. L’oreille absolue s’acquière, cela peut prendre beaucoup de temps, mais elle s’acquière. Et on peut l’acquérir de façon très rapide en bridant d’autres ses et notamment la vue.

Sant'Angelo Giovanni dit: 17 mai 2014 à 23 h 46 min


…correction pointilleuse du style!,…à 22h 41 mn!,…

…extirpez les morpions ( et les ) du capitalisme-parasite!,…Ollé!,…
…etc!,…

Sant'Angelo Giovanni dit: 17 mai 2014 à 23 h 36 min


…la recette d’un bon post!,…un  » panaché £effe – Orangina « !,…à porté de main!,…etc!,…

OneNote dit: 17 mai 2014 à 23 h 28 min

Quand One Note prétend qu’Alberich est une caricature du Juif, il nous livre son sentiment personnel, et rien d’autre

On finit toujours par s’embourber avec ce con de Prébois. Désespérant. Pas étonnant que l’idiot de village du blog lui emboîte le pas. Joli duo d’imbéciles que voilà…

Bonne soirée (en musique ou pas).

Sant'Angelo Giovanni dit: 17 mai 2014 à 23 h 17 min


…de toute façon, tout ce que j’ai écris est enregistrer par mes soins,…

…bandes d’abrutis d’états!,…à l’oseille !,…etc!,…

Sergio dit: 17 mai 2014 à 23 h 04 min

Jacques Barozzi dit: 17 mai 2014 à 22 h 25 min
Et c’est par Barcelone que sont passés les éléphants d’Hannibal !

Normalement faut les faire passer par Umleitung, non ? On va pas trimbaler ça au milieu de la place Stan… Avec les Japonais ! Les appareils photo…

Sant'Angelo Giovanni dit: 17 mai 2014 à 22 h 41 min


…en tout cas, le robinet de l’establishment installé pour les fils à papa de connivences,…aux frais d’université subventionné par les taxes au peuples!,…

…plus collabo’s,…que je te roulle dans la farine des alliances!,…vous repasserez les élites  » optimum à Pareto « ,…vous pouvez, vivre sur des  » caca à cols-blancs pareils « ,…pour vous assurez une domination sur les corps de métiers et syndicats soumis,…en plèbe,…et peuples décapités de leurs révolutions,…aux enseignants qui crucifient vos enfants dans leurs fosses sceptiques!,…

…Ollez!,..des faisceaux de feux-verbaux sur l’obscurantisme de ce soir aux  » pansements « ,…
…et, du sang de moralité du profit et capitalisme à déchiqueté  » please « ,…
…c’est quoi, tout ces rond de jambes!,…
…extirpez les morpions du capitalisme-parasite!,…Ollé!,…
…changer toute l’administration qui gangrège l’€urope de la conccurance!,…tout les états-majors!,…dehors!,…les complices collabo’s!,…dehors!,…
…une telle expérience du vent!, aux  » orties « ,du peuple-peuple nouveau!,…
…la sang du peuple, pour les intérêts du peuple et sa lutte pour ses libertés- muselés!,…
…Ollé!,…Aristo’s sophistes de mon cul!,…etc!,…
…une autre €urope sans lèche-culs soumis!,…Ah!,…Ah!,…Bip,…Bip!,…etc!,…Go!,…envoyez!,…

Marcel dit: 17 mai 2014 à 22 h 19 min

Pour faire plaisir à Chaloux

Remplacer
Qu’on peine à concevoir dans le monde aujourd’hui.
par
Qu’on peine à concevoir en Europe aujourd’hui.

Widergänger dit: 17 mai 2014 à 22 h 12 min

J’ai appris aussi par un guide que le nom de la ville de Barcelone vient de Barca, le frère d’Hannibal.

manifestation du sous-réalisme dit: 17 mai 2014 à 22 h 11 min

une idée aussi sotte que grenue de la vie

faut pas perdre trop de temps à valider les diplômes des autres et c’est à peu près tout qu’il faudrait apprendre

des journées entières dans les arbres dit: 17 mai 2014 à 22 h 10 min

ML, vous vous en souviendrez, sur l’une des façades de la Sagrada, il y a un arbre. Un arbre généalologique.

Widergänger dit: 17 mai 2014 à 22 h 08 min

Moi qui ai toujours eu l’oreille musicale, voilà, sur décision arbitraire de ueda, que je n’ai pas d’oreille. Pourquoi une telle condamnation ? Mystère uedien… De la tyrannie uedienne…!

Widergänger dit: 17 mai 2014 à 22 h 05 min

@des journées entières dans les arbres

À part Kertesz, je ne connais rien de la Hongrie.

Merci pour le lien avec le film documentaire suisse au sujet de la Sagrada Familia.

des journées entières dans les arbres dit: 17 mai 2014 à 21 h 59 min

« Des enfants loqueteux à ce point, difficile d’en rencontrer »

Marcel a une idée aussi sotte que grenue de la vie. A la campagne.
(autrement dit: en province, pour les non-parisiens)

Marcel dit: 17 mai 2014 à 21 h 53 min

Chaloux dit: 17 mai 2014 à 10 h 48 min
« De haillons, de pieds nus, de peau étincelante,
Témoignant d’une vie un peu bringuebalante
Qu’on peine à concevoir dans le monde aujourd’hui. »

Certes, Marcel, mon bon, à condition de ne rien savoir du « monde d’aujourd’hui ».

En effet, Chaloux, l’expression « le monde » paraît mal venue. Cependant, la prosodie classique est un carcan qui mène souvent à de sérieux raccourcis (où l’indécis au précis se joint comme disait Verlaine)
Il faut comprendre que ce monde dont je parle est celui que l’on a sous les yeux dans la rue. Des enfants loqueteux à ce point, difficile d’en rencontrer. Les poubelles du 16e regorgent de fripes pratiquement neuves.

manifestation du sous-réalisme dit: 17 mai 2014 à 21 h 52 min

intellectually fraudulent from beginning to end

reste à espérer qu’il n’ait pas procréé

des journées entières dans les arbres dit: 17 mai 2014 à 21 h 48 min

« j’aimerais y tâter nom de Dieu…! ‘
ben, c’est à dire ML, je vous conseillerais bien « l’enfant qui ne naîtra pas » » d’Imre Kertesz, mais j’sais pas si c’est un bon conseil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*