de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Pour une histoire catastrophique de la Suisse

Pour une histoire catastrophique de la Suisse

La Suisse, doux et paisible voisin que le monde entier devrait nous envier, relève-t-il d’un Sonderfall, un cas particulier s’agissant de son rapport à la catastrophe ? Peter Utz, qui a exploré de fond en comble les littératures de son pays face au cataclysme, y répond dans un essai brillant, argumenté, convaincant comme les éditions Zoé peuvent s’enorgueillir avec ceux Peter von Matt (notamment La Poste du Gothard ou les états d’âme d’une nation publié il y a deux ans à Genève. Professeur de littérature allemande à l’université de Lausanne, Peter Utz est l’un des meilleurs connaisseurs de l’œuvre de Robert Walser, de même que Marion Graf, traductrice de cet essai et de plusieurs livres de l’écrivain ; il est vrai que ses petites proses sont pleines de scénarios catastrophes bien dans l’esprit national avec fins du monde à la clé, toutes examinées dans Culture de la catastrophe (Kultivierung der Katastrophe, traduit de l’allemand par Marion Graf, 448 pages, 25 euros, Zoé) de Peter Utz.

Sur une crête en équilibre instable à la frontière entre nature et culture se tient la notion de catastrophe. Il faut être suisse pour l’avoir remarqué. Suisse, c’est à dire épargné par un certain nombre de catastrophes qui ont ravagé l’Europe des siècles : guerres, révolutions, tremblements de terre, totalitarismes, génocides et autres joyeusetés du monde libre. Voir, regarder, observer, s’approcher un peu mais pas trop : tout un peuple au balcon. On dit que pendant la guerre, ses montagnards avaient pour devise : « Faire comme si de rien n’était », mais c’est à se demander si ce n’était pas celle de tous les citoyens.CIMG1700

Autrefois, plus spectatrice que jamais, la Suisse observait s’appropriait les catastrophes des autres par le biais d’une compassion bien tempérée. La prise de conscience est assez récente. Quelques décennies à peine. Avant on n’y pensait pas, on n’en parlait pas, du moins pas en ces termes et pas nécessairement dans la catégorie « catastrophes ». encore faut-il s’entendre sur sa définition :

« Schéma culturel qui affecte la perception, la représentation et l’interprétation d’une rupture dans notre vécu historique »

Chacun de ces mots compte mais la question de l’interprétation est probablement celle qui domine car elle oriente le sens de celles qui la précédent. Que faire du tremblement de terre de Lisbonne en 1755 : une secousse suivie d’un raz-de-marée ou une punition divine ? La querelle fut vive, Voltaire, Rousseau, Leibniz, Kant s’en étant mêlés. Disons que la nature provoque la catastrophe et que la culture décide si elle en est une. Max Frisch, auquel l’auteur fait souvent référence (notamment à L’Homme apparaît au Quaternaire), rappelait que la nature, elle, ignore la catastrophe contrairement à l’être humain. D’autres écrivains, dramaturges, philosophes, essayistes tels que Schiller, Wölfli, Ramuz, Cendrars (La fin du monde filmée par l’ange de Notre-Dame, script méconnu qui finira dans Moravagine bien connu) sont également mis à contribution, grâce à une érudition très sûre issue d’un long et profond commerce avec leurs œuvres, Friedrich Dürrenmatt notamment présenté comme « le poids lourd des catastrophistes de la littérature de langue allemande en Suisse » et dont l’auteur analyse puissamment la portée universelle de son angoissante nouvelle de 1952 Le Tunnel, censée se dérouler entre Berne et Zurich. Et puis, oui, l’immense Ramuz, chantre des communautés paysannes, villageoises et montagnardes autarciques, réquisitionné lui aussi pour sa dimension tragique, qui avait intitulé l’un de ses manuscrits « La fin du monde » avant de le rebaptiser Présence de la mort, fit déborder un lac de montagne sur un village dans L’Inondation… Face à la catastrophe, Peter Utz range les écrivains suisses dans trois catégories : le sismographe (enregistrer), le prophète (annoncer), le démiurge (créer à la place de Dieu sur les décombres).

CIMG1691En Suisse, les Alpes en sont le théâtre privilégié, ce qui surprendra le lecteur habitué à en faire le lieu par excellence de l’idylle bucolique, ce qu’elles sont aussi. Justement parce qu’elles sont au cœur de l’identité suisse, d’aucuns ne reculent pas devant l’allitération Alpes/ Apocalypse, combien d’arpenteurs de montagnes y avaient pensé ? On mesure mal en dehors de ce pays à quel point les avalanches de pierres ou de neige ont suffi à sceller une communauté de destin entre helvètes depuis 1806, année de l’éboulement qui fit quelques 400 morts en ensevelissant le village de Goldau (canton de Schwyz). Rarement un écroulement aura été aussi fondateur dans l’histoire d’un pays. Peter Utz tient l’avalanche pour le signe identitaire positif de la Suisse ; il insiste à juste titre sur la dimension sonore (roulements, grondements, échos) de la tragédie lorsque la montagne lui donne sa touche de sublime.

Le philosophe Walter Benjamin, qui n’avait rien de Suisse, a utilisé la métaphore du kaléidoscope pour évoquer un ordre apparemment aussi intangible que celui d’une petit ville ancienne, qui peut être à tout moment bouleversé par une catastrophe. Heureusement que les littératures suisses, tant alémanique que romande, ont reflété et sublimé cette culture car rien ne vaut la catastrophe pour cimenter une nouvelle cohésion sociale :

«  Nous ne nous appartenons jamais aussi intimement qu’au lendemain de la catastrophe” notait Robert Musil dans son Journal.

Encore faut-il y survivre, accepter que les émotions soudent les différences par la solidarité, développer l’empathie pour les victimes et résister à la tentation de la dispersion. Le Conseil fédéral (à la maxime traditionnelle, officieusement adoptée au lendemain des inondations de 1868 : « Un pour tous, tous pour un ») l’a bien compris qui, en l’absence d’ennemi extérieur, a toujours su bien instrumentaliser la fureur des éléments en lieu et place à grands renforts de métaphores bellicistes. Quel autre pays inscrit des noms sur des monuments aux morts à la mémoire des victimes des avalanches ? Ne vous fiez pas à la tranquillité de leur écriture : rien de plus intranquille en vérité. C’est encore plus vrai chez les alémaniques où le Ruhe (calme) dissimule l’Unruhe (inquiétude). La littérature s’est emparée de la notion à la fin des années soixante pour faire de Unruhen un synonyme d’ « agitation sociale » et d’ « émeutes ».

Les Suisses, peuple à part et légèrement au-dessus, sont capables de tout y compris d’aménager une caverne où fut bunkerisé un réacteur nucléaire défectueux en entrepôt pour les biens culturels de Vaud. Il fallait oser remplacer le symbole de la catastrophe par les signes de la culture, et oser se demander avec Peter Utz : quand l’incendie fait rage, la littérature de ce pays qui a intégré la neutralité dans son ADN se penche-t-elle sur les pyromanes ou sur la police d’assurances ? Seuls les dommages causés par les tremblements de terre ne sont pas couverts ; d’ailleurs, les écrivains n’en parlent pas. Cette catastrophe naturelle ne s’envisage pas là-bas, ce qui est d’autant plus remarquable que les autres types de catastrophe sont devenus « un ferment productif de la culture ».

L’essai de Peter Utz déploie toute sa finesse pour nous faire entrevoir la brèche que la perspective de la catastrophe introduit entre nature et culture. La forêt protectrice en est la frontière, de même que les Alpes forment un puissant rempart au col du Gothard. Ils ne protègent pas seulement le village de l’avalanche mais, plyus symboliquement, la nation des attaques extérieures. Au-delà encore, cet essai passionnant permet de comprendre pourquoi, dans le maelstrom mondialisé et le chaos européen, au risque du confort et de l’inconfort, les Suisses ont été et demeurent pour une large part un peuple de spectateurs.

(photos Passou)

Cette entrée a été publiée dans Essais, Histoire, Histoire Littéraire.

782

commentaires

782 Réponses pour Pour une histoire catastrophique de la Suisse

JAZZI dit: 20 avril 2017 à 13 h 27 min

Ne parlons pas du style des hommes, Bob, mais de différence en matière de politique étrangère, économique et sociale. Etiez-vous plus riche ou moins pauvre, plus libre, sous Sarkozy ou sous Hollande ?

bérénice dit: 20 avril 2017 à 13 h 27 min

Il faut le demander à BoB,

Jazzi, vous je vous connais et l’on a trop souvent l’occasion de devoir fuir les importuns… Qui est ce « Bob »?

bérénice dit: 20 avril 2017 à 13 h 24 min

Et pour le reste, Jazzi, si nous sortions de l’Europe, nous aurions vocation à vérifier la prédiction de « la carte et le territoire »( mais n’est-ce pas déjà engagé, un immense paradis touristique) doublée du satin de paradis fiscal, n’est-ce pas ce que l’on prévoit un peu pour le Royaume Uni quand il en aura terminé avec les menus tracasseries administratives du Brexit?

gardel dit: 20 avril 2017 à 13 h 24 min

« Daniel Cohn-Bendit soutient Macron, un de plus ». Mais JAZZI, quelle nouvelle! Cela fait deux mois que lui même a déclaré son appui dans une émission de FC. De plus, il intègre, parmi d’autres « gauchistes » – Delanoé, Huchon, Attali, Kouchner… – « Une des sept familles de Macron » dans le soudain – ou pas tant que cela – et délirant engagement de l’hebdomadaire (L’Obs, 6-12 avril 2017).

JAZZI dit: 20 avril 2017 à 13 h 21 min

Donc, toute dégoûtée, vous irez voter pour Macron, bérénice. Moi, probablement aussi. Je ne pourrais me résigner à voter Fillon, bien qu’il soit le seul à n’avoir fait aucune promesses inconsidérées, aucun cadeaux électoraux. Le moins à même de susciter une déception qui en définitive profitera aux extrêmes…

bérénice dit: 20 avril 2017 à 13 h 20 min

« l’actrice Pam appelle à voter pour JLM »

Jazzi, auriez vous l’obligeance de développer l’acronyme Pam?

Bob dit: 20 avril 2017 à 13 h 17 min

JAZZI dit: 20 avril 2017 à 13 h 06 min
Je sais pas, faudrait lire l’article ou les articles sur le sujet

JAZZI dit: 20 avril 2017 à 13 h 05 min
, vous avez vu une différence ?
Honnêteté, discrétion, une efficacité qu’il FH ne sait pas Mettre en valeur

Bob dit: 20 avril 2017 à 13 h 16 min

JAZZI dit: 20 avril 2017 à 13 h 06 min
Je sais pas, faudrait lire l’article ou les articles sur le sujet

JAZZI dit: 20 avril 2017 à 13 h 05 min
, vous avez vu une différence ?
Honnêteté, discrétion, une efficacité qu’il FH ne sait pas lettre en valeur

bérénice dit: 20 avril 2017 à 13 h 12 min

Jazzi, d’après le journal le Monde, les projections de créations d’emplois sont en hausse de 8% , si les élections avaient eu lieu sisxmois plus tard, Hollande aurait presque pu se présenter sans avoir à se justifier. A son bénéfice post-présidentiel, on pourra constater que contrairement à son prédécesseur il n’e s’est pas embourbé dans de sombres affaires toujours en cours d’investigation, peut-être a-t-il fait preuve d’une confiance trop vite accordée avec Mr Cahuzac néanmoins il n’est en rien responsable de l’évasion fiscale dont ce dernier est accusé.

Bob dit: 20 avril 2017 à 13 h 03 min

JJJ, Delaporte

DCB ne dit pas ce qu’il pense de cette situation où il appelle à voter utile dès le premier tour…

bérénice dit: 20 avril 2017 à 13 h 02 min

donne, la CFDT a évolué depuis ce temps. A l’époque c’était un syndicat puissant et non stalinien .

JAZZI dit: 20 avril 2017 à 13 h 02 min

Pour ma part, je ne vois que deux choix possibles : Macron ou Fillon. L’un reviendra à la politique menée au temps de Sarkozy, l’autre poursuivra celle engagée sous Hollande. La tentation de l’abstention est très grande…

bérénice dit: 20 avril 2017 à 13 h 00 min

1965 à 1972. Les licenciements en question , après vérification, ont précédé le premier choc pétrolier qui comme le donnent Universalis se situe en 1973, nous sommes partis en 1972. L’usine qui employaient 2000 salariés avait réduit ses effectifs à 700.

JC..... dit: 20 avril 2017 à 13 h 00 min

JJJ avoue être complètement gâteuse, j’en étais sûr ! … L’ambulance arrive… que faire du corps ?…

bérénice dit: 20 avril 2017 à 12 h 47 min

Jazzi, mon enfance a été bercée par les luttes syndicales, mes parents n’étaient pas communistes, syndicalistes en proie à la première vague de licenciement après le premier choc pétrolier.

Bob dit: 20 avril 2017 à 12 h 43 min

Janssen J-J dit: 20 avril 2017 à 12 h 26 min
Delaporte
Il me semble avoir lu (dans le Monde) que Dany CB disait que c’est un vote purement tactique,
qu’en fait il est pour BH

Bob dit: 20 avril 2017 à 12 h 42 min

Janssen J-J dit: 20 avril 2017 à 12 h 26 min
Delaporte
Il me semble avoir lu (dans le Monde) qu’il disait que c’est un vote purement tactique,
qu’en fait il est pour BH

bérénice dit: 20 avril 2017 à 12 h 42 min

D’Aragon je n’ai lu qu’Aurélien, un exploit quand je songe au peu de maturité qui habitait mes vingt ans , il est certain que je devrais m’y atteler de nouveau mais ma courbe de lecture et d’auteurs visités est si fluctuante et lente que vraisemblablement je n’aurai pas le temps.

JAZZI dit: 20 avril 2017 à 12 h 41 min

« nous sommes tous des juifs allemands »

Belle trahison de la mémoire des six millions de Juifs, passés dans la rubrique des pertes et profits ?

JAZZI dit: 20 avril 2017 à 12 h 36 min

Simone de Beauvoir disait « flouée », bérénice, c’est plus littéraire. Pensez à Aragon, que vous aimez tant, qui aurait certainement fait la danse du ventre devant le petit Macron !

Deux poids, deux mesures.? dit: 20 avril 2017 à 12 h 29 min

Personne pour s’esbaudir des macronneries financières du petit Emmanuel? Ou des costumes offerts à Moscovici, et opportunément « couverts » par la prescription?

bérénice dit: 20 avril 2017 à 12 h 28 min

Et sans rentrer dans le détail, il est aussi question d’élaguer élégamment et en souplesse les acquis sociaux trop coûteux qui amoindrissent la compétitivité des grands entreprises auxquelles on n’adressera aucun reproche, soumis que les politiques sont en général et partout dans le monde à la loi du Capital sans songer un instant qu’elle puisse être modifiée, que l’absence de philosophie, d’humanisme, de générosité puissent constituer un défaut, une pathologie grave au système de production des richesses qui se redistribuent de moins en moins facilement et qui s(obtiennent de plus en plus violemment au mépris de l’environnement, de l’Homme et des générations futures.

Janssen J-J dit: 20 avril 2017 à 12 h 26 min

Mais vous avez toujours tout trahi et pas moi. J’étais jeune en 1968 mais j’ai vibré au slogan « nous sommes tous des juifs allemands ». J’ai aimé ses engagements écolos, sa défense passionnée de la construction européenne, sa participation au mouvement des verts allemands et son implication dans la gestion municipale, sa capacité à discuter avec tout le monde sans langue de bois, son hédonisme et amour de la vie.

Vous aurez beau me raconter qu’il a toujours tout trahi, etc…, cela ne m’influence pas… Et je trouve surtout, beaucoup moins que d’autres… J’ai admis qu’il ait jeté l’éponge récemment avec le ridicule mouvement français des verts agonisant, mais là…, son soutien à macron, que voulez-vous, ça passe pas. Donc je mets ça sur le compte d’une certaine entrée en sénescence, qui me fait divaguer aussi parfois. Heureux celles et ceux qui n’en sont jamais atteints, comme apparemment tous les collègues de la rdl, hyper lucides, hyper rationnels et jamais reniés ni jamais traitres à leurs causes et idéaux de jeunesse. A croire qu’ils ont tous et toujours été des cyniques en puissance, depuis leur naissance. Je les plains un peu, parfois.

bérénice dit: 20 avril 2017 à 12 h 20 min

Le modèle de la sociale-démocratie allemand ne parle que peu de ses conditions de réussite et peu de journalistes abordent le sujet de la pauvreté en Allemagne et des sur-exploités qui sont des conditions de la performance économique, l’Allemagne souvent citée en modèle pour la France comme d’autres pays comme la Grande-Bretagne pour ses contrats zéro mériteraient d’être exposées avec moins d’indulgence, leur modèles sociaux pousseraient presque à ne conserver de la désignation initiale que le vocable « démocratie » . Mais le mot d’ordre parait être la fin justifie les moyens, peu importe la casse sociale et l’enkystement dans des modèles qui en rien ne remettront en cause les profits non partagés qui ne serviront pas le progrès social mais iront nourrir la possibilité exponentielle d’en fabriquer de plus gros tout en épargnant les riches actionnaires de s’acquitter des devoirs élémentaires comme celui d’être redevable d’un impôt qui pourrait s’ils s’en acquittaient renflouer les états déficitaires au lieu de migrer vers des paradadis fiscaux ou autres zones grises. Au lieu de cela, si les info ne mentent pas, on parle de taxer les petits propriétaires par exemple.

JAZZI dit: 20 avril 2017 à 12 h 14 min

Cela dit, n’en déplaise au personnage virtuel D., tout est bon pour renvoyer Marine Le Pen dans les cordes. Et Mélenchon aussi, même si ça fait de la peine à Bouguereau, notre inénarrable autre personnage virtuel. Pour Delaporte et Hamon, l’affaire est pliée…

JAZZI dit: 20 avril 2017 à 12 h 09 min

Non, le boug, je n’ai pas besoin d’être rassuré. Je m’amuse à compter les points de la ronde des hommes (et quelques femmes) de bonne volonté qui se donnent la main autour du sweet troubadour Macron. Finalement, Dominique de Villepint ne s’est pas prononcé officiellement pour lui, officieusement seulement.

Delaporte dit: 20 avril 2017 à 11 h 57 min

Chez Cohn-Bendit, tout réside dans la lâcheté, depuis sa jeunesse légère et pseudo-révolutionnaire jusqu’à cet enlisement macronien, qui vient couronner une carrière de turpitudes politiques particulièrement gratinées.

Janssen J-J dit: 20 avril 2017 à 11 h 44 min

oui, dany cohn bendit m’a bien déçu (depuis qu’il adore le football plus que la révolution d’ailleurs et ça fait des plombes…), mais il faut bien comprendre qu’en vieillissant grave, et avec tout ce qu’il en a bavé avec des égolos tire-aux flancs-laricots depuis des plombes (y compris le gonflant nicolas h.), ce nouveau venu centriste djeune de sensibilité ‘social libérale/libéral sociale’ pro-européenne, et qui s’amène sur la scène avec sa jolie femme sans trop causer d’écologie…, il puisse en avoir les yeux chavirés. C pitoyab’ mais c comme ça. Epi, il pense que c le seul qui puisse renvoyer la blondasse pas ‘raflée’ dans ses cordes. Il a pt’êt pas tort. Faut voir.
BJ à toussent, y compris b. et r., très en forme matinale.

Delaporte dit: 20 avril 2017 à 11 h 41 min

C’est le pape qui, dans une lettre, met en exergue le véritable enjeu qui devrait être celui de cette présidentielle :

« la scandaleuse réalité d’un monde encore tellement marqué par le fossé entre le nombre sans fin des indigents, souvent privés du strict nécessaire, et la minuscule portion de ceux qui possèdent et détiennent la plus grande partie de la richesse, prétendant déterminer le destin de l’humanité »

D. dit: 20 avril 2017 à 11 h 28 min

…en tous cas ces ralliements à Macron sont autant de casseroles pour ce petit candidat creux et maladroit.
Minc, Attali, Cohn-Bendit…Bayrou.
Au secours. Et je n’ai pas épluché toute la brochette. Quelle brochette d’incapables et d’inconstant, c’est très inquiétant car tout est en place pour la réalisation concrète de la crise économique majeure telle que l’ont connu déjà là Grèce et dans une moindre mesure l’Italie.

et alii dit: 20 avril 2017 à 11 h 21 min

Contrairement à la Belgique, la Suisse ou la Grèce, seuls les membres du collège électoral, élisant les sénateurs, ont l’obligation de voter sous peine de recevoir une amende de 100 euros.

D. dit: 20 avril 2017 à 10 h 51 min

Daniel Cohn-Bendit n’est plus Daniel Cohn-Bendit depuis des décennies.
Certains avanceront qu’il ne l’a jamais été, de toutes façons.
En l’état actuel des choses ça revient exactement au même : le label Cohn-Bendit ne vaut plus rien, s’il a jamais valu quelque chose.

D. dit: 20 avril 2017 à 10 h 17 min

Resterait à définir combien de militants, et le plus tard possible voire le jour-même du vote en fonction de la tendance qui se dessinerait.

D. dit: 20 avril 2017 à 10 h 14 min

Une bonne stratégie pour Marine Le Pen serait de désigner nommément un ensemble fini de militants qui voteraient Mélenchon, histoire de maximiser les chances de voie ce dernier au second tour…contre elle.

bouguereau dit: 20 avril 2017 à 10 h 12 min

Si les fascistes de la bien-pensance de gauche se mettaient à excuser les droiteux des faiblesses financières qu’ils pratiquent si souvent eux-mêmes

havec des si hon mettrait la marine en bouteille

bouguereau dit: 20 avril 2017 à 10 h 11 min

L’économie japonaise confrontée à un manque de chômeurs !

préfère la robotisation à outrance que limmigration malaise..

bouguereau dit: 20 avril 2017 à 10 h 08 min

Taxer les robot et revenu universel ne sont pas des idées à lui. La preuve ? Il les a mal défendues

houi..dailleurs maurois disait que c’était les machines qui devaient payer la retraite a 60ans..elles se sont caltées en chine

bouguereau dit: 20 avril 2017 à 10 h 06 min

riche bonne clopine trouvrait ça vulgaire..je parie qu’elle voudrait mourir plutôt havec une belle jambe

JC..... dit: 20 avril 2017 à 9 h 37 min

On meurt, de toutes les façons possibles : où est le problème ?

N’importe quelle mort est bonne à prendre ! Cependant, autant mourir riche c’est à dire couvert de dettes, entouré de jolies garces, d’amis légers, de proches tenus à distance, sans illusions, sans idéologies, sans religion, sans regrets ni remords ! En se foutant du futur….

bérénice dit: 20 avril 2017 à 9 h 34 min

D à 23h51, n’ayez crainte, je suis imperméabilisée soit insensible à la présence physique des candidats; comme les hommes n’attendent vraisemblablement pas exclusivement d’une femme qu’elle soit agréable au regard les femmes savent dépasser le charme émanant d’un personnage pour mieux discerner ce qui l’occupe et ce vers quoi il tend.

bérénice dit: 20 avril 2017 à 9 h 20 min

A moi, Narcisse !

Vous mourrez à trop vous aimer ou à trop vous détester, laissez tomber Narcisse et allez rejoindre Isis qui ne parvient pas à recoudre les morceaux, le Fleuve des Morts n’a pas rendu tous ses secrets d’ailleurs pour ce retard on lui fiche une amende..

JC..... dit: 20 avril 2017 à 9 h 09 min

On parle d’unité de « mesure » en situation de pouvoir et d’argent ….

Dans le monde politique que j’affectionne depuis toujours, par perversité créative et gout immodéré pour l’hypocrisie, la fourberie et la corruption, je puis vous garantir que ne sont actives que les unités de « démesure ».

Pas belle, la vie d’élu, de conseiller, de partisan, de sectaire ?….. A moi, Narcisse !

bérénice dit: 20 avril 2017 à 8 h 53 min

Mais je suis d’accord pour accorder des circonstances atténuantes aux incriminés, ils vivent dans un autre monde et ne peuvent se rendre compte, cette faute n’en est pas une dans le leur car ils sont coupés du monde de la réalité de la France d’en bas et dans le leur , les échelles de valeur n’empruntent pas les mêmes unités de mesure^les conduisant ainsi au dehors afin de reconduire un processus qui permettra de pérenniser cet état de fait pour garantir l’ordre et l’harmonie au sein de cet ordre qu’on espère immuable..

bérénice dit: 20 avril 2017 à 8 h 42 min

JC, il semble que la politique corrompe ou soit le lieu ( ou le non-lieu) de toutes les tentations, pour rappel un ministre pour le même genre de pratique ( à moindre échelle) a du démissionner et après cette affaire, à toutes choses trouver une utilité, il est question d’encadrer différemment le statut d’attaché parlementaire afin de réduire le risque tendu comme une main à tous nos élus de se laisser aller à des usages qui trouvent encore au XXIème siècle des détracteurs scandalisés par le peu de dédommagements offerts en échange d’un travail et d’une dévotion sans faille au beau milieu d’une faillite des idées et du reste.

renato dit: 20 avril 2017 à 8 h 35 min

Taxer les robot et revenu universel ne sont pas des idées à lui. La preuve ? Il les a mal défendues.

JC..... dit: 20 avril 2017 à 8 h 18 min

Si les fascistes de la bien-pensance de gauche se mettaient à excuser les droiteux des faiblesses financières qu’ils pratiquent si souvent eux-mêmes, ils ne pourraient plus jouir intensément du bonheur de fustiger le bouc hémisphère de droite, le coupable idéal, en attendant de niquer sa chèvre, les chevreaux et les chevrettes, une fois les lumières médiatiques éteintes !

bérénice dit: 20 avril 2017 à 8 h 09 min

Fillon sera lové d’une corde,

je ne connaissais pas cette expression qui m’inquiète, quelqu’un citait « présence de la mort » et là, sans trop fournir d’efforts une corde vient soit étrangler soit pendre ce malheureux mais sûrement un don d’extra-lucide vous annonce une victoire sur laquelle je ne me prononcerai pas cependant il est vrai qu’étant donnés les milieux socio-économiques représentés sur ce blog vous n’avez rien à craindre d’une politique d’austérité qui en aucun cas ne nuira à votre « way of life « ni à des prérogatives vaillamment défendues comme on a pu l’enregistrer au long de cette campagne qui se révéla à hauts risques pour un homme en définitive juste juste et soucieux de reconduire une tradition en dépit des affreuses critiques orchestrées qui ont fusé et formé une haie de déshonneur en cherchant à ruiner sa réputation.

JC..... dit: 20 avril 2017 à 6 h 44 min

TWEET TWEET

Luther ? Joli nom pour un fidèle compagnon de l’homme. Un nom de clébard … Luther. Au pied, Luther !

JC..... dit: 20 avril 2017 à 5 h 53 min

L’Hologramme brame sans pudeur la réussite des tyrannies bolivariennes catastrophiques sud-américaines…..

JC..... dit: 20 avril 2017 à 5 h 49 min

Le Petit Ben parle de son « futur désirable » avec l’accent d’un passé indésirable …

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 23 h 51 min

boh, Sergio, dans mon bled, on voit pas la même chose.
Fillon sera lové d’une corde, vendredi, pour une ultime ascension.
Et c’est une chouette nouvelle.
A dimanche soir, peut-être.

D. dit: 19 avril 2017 à 23 h 51 min

bérénice dit: 19 avril 2017 à 22 h 13 min

A moins que comme de nombreuses et vulnérables femmes de tous âges vous ne résistiez pas au charme d’E Macron.

Si vous me voyiez, Bérénice, vous laisseriez immédiatement tomber le petit Macron.

D. dit: 19 avril 2017 à 23 h 49 min

Vous avez fait le 313ème commentaire Sergio et sachez que 313 est un nombre absolument remarquable.
En effet la somme de ses diviseurs est 314 et 314 est lui-même un nombre extraordinaire puisque le 314ème nombre premier est 2083.
Or 2+0+8+3=4, 3+1+4 = 8 et 3+1+3 = 5
Or il est démontré qu’il est impossible de retrouver 313 à partir des chiffres 4, 8 et 5, quelque soit les opérations appliquées à ces trois chiffres.

Sergio dit: 19 avril 2017 à 22 h 45 min

Boh finalement ça serait encore de prendre Fillon mais alors on lui met une chaîne et un cadenas à son portefeuille comme les Dupondt… Qui puisse rien mettre dedans !

Et les gorilles, uniquement pour l’empêcher de s’approcher des étalages… De piquer un Rafale ! Un boeuf au salon de l’agriculture…

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 22 h 28 min

« Emmanuel Macron, lui, ne s’est jamais présenté nulle part. C’est donc dans cet endroit qui ne l’a vu ni grandir, ni militer, ni travailler, qu’il va vivre son premier scrutin en tant que candidat. »

un fantome ?

Janssen J-J dit: 19 avril 2017 à 22 h 25 min

mais pourquoi se poser la question de la mort de chirac en visite au bataclan au 1er tour et pas celle de giscard au conseil constitutionnel au 2e ? Il y a parfois de ces diversions dans le 2 mesures 2 poids, je vous jure….- N’ai toujours pas bien compris ce qu’est une « série » dont on fait si grand cas aujourd’hui à la télévision. Est-ce la même chose qu’un « feuilleton » d’autrefois ? elise lucet a une sale tronche sur la couverture, comme qq’un de nécessairement haineux POUR MIEUX casher ses investigations, j’en ai été victime et lui pardonne difficilement. – Ni pourquoi des internautes trouvent que d’autres y prendraient ici trop de place, et nous empesteraient de l’Appenzell suisse. – Ai beau y réfléchir, je n’ai pas gardé de Drrenmatt le préjugé littéraire qu’en fait passoul, porte parole d’Utz. On ne peut décemment pas brocader sans broncher l’œuvre de Friedrich Dürrenmatt comme celle du « poids lourd des catastrophistes de la littérature de langue allemande en Suisse « , à partir d’un seul vieux roman. C’est tout simplement grotesque. Non décidément, à le relire, je trouve ce papier fort mal inspiré et de très mauvais goût dans l’alignement ahurissant de ses innombrables clichés littéraires.

bérénice dit: 19 avril 2017 à 22 h 13 min

A moins que comme de nombreuses et vulnérables femmes de tous âges vous ne résistiez pas au charme d’E Macron.

bérénice dit: 19 avril 2017 à 22 h 09 min

Vous reste Mr Fillon donc, vous n’allez pas soutenir un candidat qui ne peut remporter de victoire. Pauvre Benoit.

bérénice dit: 19 avril 2017 à 22 h 01 min

LVDLB, une question, quelle est votre signature à présent, ACD? Je ne bave pas ne prenez les défauts de certains ou certaines dont vous ne seriez pour une maladie répandue, un peu de tenue ne nuit pas.

JAZZI dit: 19 avril 2017 à 21 h 55 min

« leur « ami » défunt à tous ces clébards du web, leur avait déjà faussé compagnie, il y a déjà pas mal de temps, avant de le faire définitivement. »

C’est qu’elle irait pisser sur la tombe à MàC, cette chienne de LVDLB !

bérénice dit: 19 avril 2017 à 21 h 54 min

ne le suis non plus par les vôtres, une prochaine fois relisez vous et ne commencez pas dès le matin vos mesures d’intimidation, je ne suis pas votre employé, votre subalterne même si à l’évidence nous ne revendiquons pas le même monde ni les mêmes valeurs. je vous laisse à vos placements et je continuerai d’apprécier vos ajouts culturels.

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 21 h 50 min

pas concernée par les délires de la magnagna.
Juste à constater que leur « ami » défunt à tous ces clébards du web, leur avait déjà faussé compagnie, il y a déjà pas mal de temps, avant de le faire définitivement.

Peut-être leur conseiller la lecture d’Epicure.

__________________________________________

Très interessant, votre lien Et Al, sur les zones blanches qui deviennent rares.

et alii dit: 19 avril 2017 à 21 h 42 min

des excuses pour ma maladresse en sélectionnant le couplet sur l’électrosensibilité :je ne suis pas suisse!

et alii dit: 19 avril 2017 à 21 h 36 min

Un village au secours des électrosensibles
EUROPE
SUISSE
COURRIER INTERNATIONAL – PARIS
Publié le 14/04/2010 – 17:59

NOS SERVICES
Previous

HORS-SERIE
France : le temps des révolutions
Commander >

QUIZ
Un séjour pour 2 personnes à gagner !
Je participe >

JEU-CONCOURS
20×2 places à gagner pour le film Les initiés !
Je participe >>

HORS-SERIE
Europe, la fin ? Un éclairage très actuel sur le projet européen
Commander >

VOYAGE À BERNE
Suivez prochainement les aventures de nos 3 blogueurs !
Découvrir les gagnants >

LIVRE DESSINS EN LIBERTÉ
La liberté d’expression vue par 50 dessinateurs de presse.
J’achète >>

HORS-SERIE
France : le temps des révolutions
Commander >

QUIZ
Un séjour pour 2 personnes à gagner !
Je participe >
Next
1
2
3
4
5
6

CONTENUS SPONSORISÉS
11 aliments très dangereux pour les chats
ANIMAUX-MALIN.COM
ISF : où vivent les plus grandes fortunes de France ?
A VENDRE A LOUER
Révolution solaire: la Smartflower réinvente la production d’énergie chez soi
EDF ENR
Acquérir un bien en 2017 : avez-vous pensé au PTZ ?
CRÉDIT AGRICOLE E-IMMOBILIER

A LIRE AUSSI
Vu d’Allemagne. Mélenchon, un candidat dur à avaler
Vu d’Allemagne. Mélenchon, un candidat dur à avaler
COURRIER INTERNATIONAL
L’éducation sexuelle des Parisiens est à revoir
L’éducation sexuelle des Parisiens est à revoir
COURRIER INTERNATIONAL

Regardez un teaser de “L’amant double“ de François Ozon, sélectionné en compétition à Cannes 2017
Regardez un teaser de “L’amant double“ de François Ozon, sélectionné en compétition à Cannes 2017
TÉLÉRAMA.FR
« Air Cocaïne » : cinq ans de prison pour Christophe Naudin, qui purgera une partie de sa peine en France
« Air Cocaïne » : cinq ans de prison pour Christophe Naudin, qui purgera une partie de sa peine en France
LE MONDE

A Soubey, dans le Jura suisse, il n’y a qu’une seule antenne de téléphonie mobile. Et le maire, Samuel Oberli, pourrait bien la faire démonter – pour créer une “zone blanche” et attirer une nouvelle population de “réfugiés écologiques”. L’idée de faire de Soubey le “paradis des électrosensibles” et de repeupler le village avec les “naufragés de la technologie” vient d’un conseiller communal, rapporte Le Matin. Nicolas Barth a hébergé pendant six mois une dame fuyant les antennes françaises – des installations “dix fois plus puissantes” que les antennes suisses, comme l’indique au journal helvète le porte-parole de Swisscom. “Selon les statistiques, s’enthousiasme le maire, 4 % de la population suisse est électrosensible” – plus qu’il n’en faut pour une commune rurale de 158 habitants riche en terrains à bâtir.

Les allergiques à l’électrosmog mettront-ils le cap sur Soubey ? L’Association romande pour la non-prolifération d’antennes émettrices en rêve. Selon les médecins signataires de l’appel dit “de Freienbach”, les rayonnements électromagnétiques “influencent les activités du cerveau, modifient la formule sanguine, occasionnent des dégâts sur le facteur héréditaire, modifient la barrière hémato-encéphalique et peuvent accélérer le développement d’un cancer”, rappelle le quotidien.

VOUS AIMEREZ AUSSI…

et alii dit: 19 avril 2017 à 21 h 35 min

L’idée de faire de Soubey le “paradis des électrosensibles” et de repeupler le village avec les “naufragés de la technologie” vient d’un conseiller communal, rapporte Le Matin

et alii dit: 19 avril 2017 à 21 h 31 min

Nicolas Barth a hébergé pendant six mois une dame fuyant les antennes françaises – des installations “dix fois plus puissantes” que les antennes suisses, comme l’indique au journal helvète le porte-parole de Swisscom. “Selon les statistiques, s’enthousiasme le maire, 4 % de la population suisse est électrosensible”

rose dit: 19 avril 2017 à 21 h 27 min

moi aussi, nous sommes deux, mon vrai moi-même et mon pseudo, mais nous nous aimons beaucoup toutes les deux; Il ne me viendrait pas à l’idée de me disputer.

Serais curieuse de la rencontre widergänger, mais le blogger derrière JC n’aime pas rencontrer les bloggeurs au peu que j’en sais. Tant, vous seriez copains comme cochons. En tout cas, quel bonheur depuis la fin de vos injures !!! On est sur un long fleuve tranquille.

Nota, de l’Orénoque un canal conduit à l’Amazone (par le rio Negro). Mon pote Humboldt l’a exploré en pirogue. Vénézuela Colombie Brésil.

rose dit: 19 avril 2017 à 21 h 17 min

Sur la Suisse, lacs et montagnes…
Derborence c’est la montagne nommée les Diablerets qui a dégringolé. En profite pour relire ce Ramuz. Après avoir tout raconté aux autres, Antoine remonte chercher Séraphin. D’un coup, je pige combien les hommes ont besoin du groupe…

bérénice dit: 19 avril 2017 à 21 h 17 min

J’ajoute que je ne dispose d’aucun « mentor », les menteurs pullulent, c’est un fait ; je ne bénéficie d’aucun conseil , continuez de délirer toute seule ou dans votre cadre familial, cela vous concerne uniquement .

Widergänger dit: 19 avril 2017 à 21 h 13 min

Elle est bien barrée, la France, tien ! Il est grand temps d’émigrer, mes pauvres chéris… J’emmène JC dans mes bagages.

bérénice dit: 19 avril 2017 à 21 h 13 min

18h47 je vous insupporte sans raisons et vous commencez comme d’habitude par tenter de m’humilier en vous appliquant à m’affubler de vos oripeaux, veule je serais? Mais regardez vous un peu plus attentivement dedans plutôt qu’à vous admirer sans jamais rien exiger de plus qu’une adéquation à votre désir narcissique et à celui de ceux qui vous honorent de leur présence. A aucun moment je ne vous manque de respect et je ne suis en rien responsable de la lecture erronée que vous feriez de ce que je communique; discutez ou répondez à vos amis si c’est tout ce que vous voulez mais laissez moi à mon intégrité physique et morale sans chercher à l’égratigner de vos ongles peints. J’avoue que votre état de santé ne m’intéresse pas donc mourez si c’est tout ce à quoi l’ambition vous a menée.

Widergänger dit: 19 avril 2017 à 21 h 12 min

Paul Edel dit: 19 avril 2017 à 20 h 24 min
Que se passerait il si Chirac mourait le soir du premier tour ?
__________
Ce serait l’annonce de l’Apocalypse… La droite comme la gauche à la dérive. Le triomphe de l’antisystème. Qui est encore un système…

rose dit: 19 avril 2017 à 20 h 56 min

Si Chirac mourrait, on cesserait de lui payer ses émoluments. Grosses économies. En attendant qu’une des lois promue par le nouveau gouvernement édicte
1/ fIn des émoluments jusqu’aux derniers jours des présidents. A l’extrême limite le temps de leur présidence pour les laisser se retourner et rien de plus.
2/ retraite des députés au prorata de leurs années de députation ; c’est à dire abrogation de la loi votée par les socialistes :-( attribuant une retraite à vie aux députés quel que soit leur mandat.

rose dit: 19 avril 2017 à 20 h 50 min

Moi je pense que cela risque d’être Mélenchon/Macron ; et là, ça va saigner.
Suspense suspense
Les derniers jours vont être déterminants, comme les derniers mètres dans une course de fond.

JAZZI dit: 19 avril 2017 à 19 h 45 min

Mais ce qu’il faut surtout éviter c’est Le Pen et Mélenchon au second tour !
Deux guignolo-dictateurs pour le poste suprême, là, on est pas dans la merde ! Il s’agit des commandes de l’avion France !
Crash garanti !

JAZZI dit: 19 avril 2017 à 19 h 40 min

« comme elle rame sur les traces d’uncle pen-juanmarie en c’te moment… »

Oui, JJJ, elle se recontracte toute dans l’odeur nauséabonde de son père, qu’elle avait pourtant tué : un phénomène de régression héréditaire ? Elle tiendra passe coup bien longtemps : BOUM, en plein vol ! Pas besoin de sortir les terroristes…

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 19 h 25 min

Hamon a eu cette bonne idée de taxer les robots. C’est pas rien.
Pour ceux qui ne sont pas concernés par un job qui peut être automatisé, il est juste en avance sur son temps, pour cette réflexion.
Notons qu’il a dû abandonner son idée de revenu universel, ou l’amender, ce qui est dommage, pour les jeunes et d’autres infortunés.

JC..... dit: 19 avril 2017 à 19 h 15 min

« Saluons Hamon, trahi sans ménagement par les siens. »

Crachons toute notre bave glaireuse, venimeuse, contagieuse, sur un frondeur, un emmmerdeur, qui pretend incarner un parti qu’il a combattu tout un quinquennat !!!

HAMON est un c.on, doublé d’un fou, enrichi d’un vide sidéral. Qu’il finisse dans un pot de chambre ne serait que justice !

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 18 h 47 min

Veule, avec ça, la magnagna comme l’avait dit son mentor. Mais entre alcoolisés, ils s’entendaient pas mal, c’est un fait.

JC..... dit: 19 avril 2017 à 18 h 46 min

Delaporte, entre nous…. Euh ! si JJJ vote HAMON…. cela ne vous interpelle pas ?…. vous mettez votre fleur passionnée dans ce bouquet fané ?

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 18 h 44 min

la magnagna est un peu maso, djavert. Une cliente pour toi. Elle ne lave pas souvent ses sous-vêtements.

JC..... dit: 19 avril 2017 à 18 h 43 min

Soyez sérieux, Delaporte – je laisse les Chiottes de côté, en réparation – le camarade HAMON c’est une brêle TOTALE !

Vous vous rendez compte du niveau de délitement de ce gland ? Et de votre infinie bêtise de porter votre représentation sur cette figurine sale ?

Je ne lui confierai pas les clefs de mon garage, ni la main de la sœur que je n’ai pas, ni la culotte du zouave où elle fait les soldes ! HAMON c’est le néant socialiste, ne connaissant rien à rien ! Reprenez vous ! …

HAMON n’est pas vivant : c’est un dormeur éveillé, un agonisant du siècle passé. …

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 18 h 42 min

Enfin, Sergio, si vous voulez vraiment un transport hors du commun, je vous conseille le Skyway. Là, vous pourrez descendre en prenant votre temps. Point de perle, mais p’têtre bien des cristaux.

bérénice dit: 19 avril 2017 à 18 h 40 min

oui enfin la mazoutée du bulbe

c’est électoral, mazoutée de la culotte , c’est mieux? enfin plus puissant comme insulte? Vous êtes d’une inventivité… toutes ces lectures vous influencent sans contestation possible.

bérénice dit: 19 avril 2017 à 18 h 37 min

Cela dit, j’ai jeté un œil de temps à autre au blog ces deux derniers mois et j’ai pu constater qu’il vous arrivait de vous en absenter aussi ou de ne communiquer que peu.

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 18 h 37 min

Il y avait aussi un autre Suisse dans le temps…
Me souviens plus vraiment, un journaliste, il me semble.
Zorg ?

bérénice dit: 19 avril 2017 à 18 h 35 min

LDVB, je n’ai rien exprimé de la sorte, si vous êtes agacée par ma présence exceptionnelle, il y a du vent, je n’en suis pas responsable: clarityne, cetirizine, aerius pourraient vous aider en cas d’allergisation , vous ne me gênez pas.

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 18 h 31 min

Elle n’a plus son mentor, elle non plus. Faut la comprendre, la magnagna. Mais vraiment, c’est chiant, au possible.

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 18 h 30 min

oui enfin la mazoutée du bulbe commence à me polluer l’usage qui m’est permis de ce blog, et c’est vraiment pénible.

bérénice dit: 19 avril 2017 à 18 h 25 min

le low coast pollue autant en avion, en voiture que les class affaires et les belles voitures, concernant les transport personnels et touristiques en avion au risque de passer pour une ultra, je verrai bien une réglementation limitant le nombre permis par an et pour le carbone une loi interdisant à un industriel pollueur de racheter sa part à un autre qui polluerait moins, dans les termes actuels la taxe carbone va générer une possibilité de marchandage et ne réduira que peu les émissions.

Delaporte dit: 19 avril 2017 à 18 h 20 min

« En attendant, Hamon n’en finit pas de dégringoler… »

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour la démocratie, ni pour les réformes à faire.

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 18 h 19 min

Je me suis un peu emballée. La première centrale nucléaire au monde, réalisée en enterré, n’est pas celle de Lucens.

D. dit: 19 avril 2017 à 18 h 18 min

Ce qui va se passer c’est Mélenchon et Marine au second tour.
J’en ba.nde d’avance comme un cerf.
Au risque de choquer.

bérénice dit: 19 avril 2017 à 18 h 18 min

lvdlb, il l’a écrit en 67 , qu’en penserait-il à présent… 67 les modifications dues au tourisme de masse, à la commercialisation des sites naturels n’en étaient qu’à leur prémisses. Je ne suis pas allée à la montagne, du moins dans les Alpes depuis longtemps mais vu snow thérapie- un couple dans la tourmente silencieuse d’une lâcheté- qui montre assez bien les conditions d’accueil et d’enneigements actuels.

Janssen J-J dit: 19 avril 2017 à 18 h 02 min

@ Hamon n’en finit pas de dégringoler

Tant qu’il dévisse pas, je vote for him en 1ère partie, michel. Et après, je jazzi « blanc ».

Sergio dit: 19 avril 2017 à 18 h 00 min

bérénice dit: 19 avril 2017 à 17 h 46 min
il pleuvrait ce jour là

Ca ça marche bien ; c’est obligé sine qua non…

Mais il peut y avoir des exceptions : Indochine, ou encoe le Bachelor… Ils attendent la mousson !

Janssen J-J dit: 19 avril 2017 à 17 h 59 min

@ ce n’est jamais itself qui donne les ordres en tant que tels

oui oui enfin, s., je sais bien que c’était pas tonton pour les faux époux turenge, mais le pauvre hernu qu’a dû tout prendre sur lui. Mais l’plenel veillait au grain. Il y a toujours un grain dans la « théorie de la dénégation plausible » (mieux dite que celle du chèque en gris), c’est la p’tite différence entre la totale et la démoc. Pas sûr que la belle blondine sache faire dans c’te subtilité, vu comme elle rame sur les traces d’uncle pen-juanmarie en c’te moment…

bérénice dit: 19 avril 2017 à 17 h 57 min

oui un lancement reste un lancement, peu importe sa trajectoire, tout dépend du but recherche, n’est-ce pas?

Sergio dit: 19 avril 2017 à 17 h 51 min

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 17 h 35 min
celui des « oeufs » qui mènent dans le ciel,

Stairways to heaven…

Au pire on redescend par la rampe…

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 17 h 50 min

Mais Sergio, le sujet va faire des jalouses, alors que pour de vrai, celui que je préférais c’était celui qui ne prenait pas la benne… Siméon Icart, le dissident, « le Fou d’Edenberg » ( Samivel)
Qu’est-ce que j’ai pu l’aimer, quand j’y repense.

bérénice dit: 19 avril 2017 à 17 h 46 min

Sergio, ne croyez pas que je vous courtise plus que cela toutefois nous pourrions projeter de nous retrouver là où l’on ne s’attendrait pas, il pleuvrait ce jour là- souviens toi… et vous me décerneriez sans rien dire puisque vous avez vous même fixé les règles qui président à l’embarquement des passagers un note qui se situerait entre -10 et 10 degrés.:

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/le-telepherique-urbain-le-nouveau-transport-en-commun-qui-decolle-7783682791

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 17 h 35 min

« Plus sérieusement les télécabines là c’est la vie : idéal pour draguer comme une bête y a rien à faire de particulier »

Tout à fait Sergio, et je dirais même plus. Les Français ont sur le sujet – celui des « oeufs » qui mènent dans le ciel, peut-être pas le 7ème,- bien des motifs de pousser leur cocorico.

Pas comme l’autre Poincheval qui vient de couver au musée, son premier oeuf, menant sa « gpa » à terme. Grand bien lui fasse.

JAZZI dit: 19 avril 2017 à 17 h 33 min

« un gars qui fait des émules à la rdl, apparemment ! »

En attendant, Hamon n’en finit pas de dégringoler…

Sergio dit: 19 avril 2017 à 17 h 30 min

Janssen J-J dit: 19 avril 2017 à 16 h 51 min
sous la férule de la divine blondasse décoloréique.

Point de détail, commun à oncle Wolf et Koba : ce n’est jamais itself qui donne les ordres en tant que tels ; ce sont toujours les sbires, qui « travaillaient en direction du Führer », itou pour l’autre.

Ce qui fait qu’on ne sait pas trop ce qui se passe, et en particulier quels monstres se mijotent dans ces sérails blockhaussesques (dont Mao, tiens)…

Autrement dit les pires sont probablement ceux dont on n’a jamais entendu parler…

Janssen J-J dit: 19 avril 2017 à 17 h 10 min

@ haprès, on tire les macrons du feu…

Crois pas que ce soit m^me possib’ de le sauver du roussi, l’srait trop carbonisé à droite, avec le soutien d’madelin d’estrosi et d’athalie et tous les autres désamiantés d’la gôche.

Sergio dit: 19 avril 2017 à 16 h 34 min

bérénice dit: 19 avril 2017 à 15 h 59 min
bien choisir son voisin

C’est ça, le coup d’oeil ! Faut manoeuvrer sec… Juste après les forfaits faut parfois se laisser doubler par l’enfariné de service qui se ramassera le thon et fera tintin pour la perle ! Haprès on tire les marrons du feu…

Si on sélectionnait nos généraux comme ça on gagnerait toutes les guerres ! Pas besoin d’avoir lu Clausewitz…

bérénice dit: 19 avril 2017 à 16 h 29 min

Quant au gaz de schiste, comme nous préférerions tous, je crois, ne plus entendre parler de son exploitation mais sûrement se trouvera-t-il quelque ingénieur des mines pour achever le lobbying déjà bien entamé auprès de l’Elysée pour conclure une affaire des moins polluantes et dégradantes pour les paysages.

bérénice dit: 19 avril 2017 à 16 h 24 min

Peut-être avez-vous raison, JJJ , je ne tenterai cependant pas l’expérience le terrain n’étant pas assez accidenté pour qu’on ait pensé y installer des téléphériques plus ou moins féeriques, pas même un funiculaire pour joindre le sommet du volcan éteint à la plage de grève située en contre-bas. Pour revenir à l’énergie nucléaire, un collège d’experts s’accordent pour penser qu’à terme si elle nous laisse en vie sans catastrophes majeures supplémentaires ( deux c’est bien assez), l’enfouissement coûteux et dont on ne sait pas trop( une expérience proche du désastre en RFA) s’il est si sûr, l’entretien des centrales, l’incertitude d’approvisionnement en minerai et les tracas afférents ( prospection exploitation commissions)rendront son prix de revient supérieur à celui des énergies renouvelables.

Widergänger dit: 19 avril 2017 à 16 h 19 min

La police des mœurs veille. On peut faire confiance à Delaporte, notre Javert virtuel comme sa morale.

Janssen J-J dit: 19 avril 2017 à 16 h 15 min

une fille draguée dans une cabine en panne risque toujours de mieux s’en sortir, le dragueur moins…, d’après les stats disponib’.

bérénice dit: 19 avril 2017 à 15 h 59 min

sonnettes d’alarme pour qu’on puisse les bloquer tranquillos…

bien choisir son voisin avant de monter dans la cabine, dans le cazs contraire ne reste plus qu’à sauter?

bérénice dit: 19 avril 2017 à 15 h 57 min

3J, mon parcours ne m’a pas menée jusqu’à Foucault, j’entendais justement hier que Fresnes attendait d’être rendue à la salubrité ( rats et punaises continuent d’alourdir la peine des détenus en ces lieux, détenus incarcérés qui plus est pour de longues périodes. Il n’y a plus de « Foucault » et si le crime a prospéré, on n’a toujours pas trouvé de solutions pour faire en sorte qu’il régresse- à cela s’ajoute l’inhumanité inimaginable des crimes nouveaux et l’inhumanité des conditions de rétention observées et condamnée par les organes chargés de la surveillance des prisons.

Sergio dit: 19 avril 2017 à 15 h 54 min

Non mais s’entraîner à la mort ça vaut pas des masses le coup toutes manières on est sûr d’y arriver… C’est comme la peinture ça s’apprend pas… C’est pas un bon stratège des fois Ferdine ; ferait mieux de demander au chat !

Plus sérieusement les télécabines là c’est la vie : idéal pour draguer comme une bête y a rien à faire de particulier ; l’apothéose c’est si le bousin tombe en panne ! Faudrait y mettre des sonnettes d’alarme pour qu’on puisse les bloquer tranquillos…

bérénice dit: 19 avril 2017 à 15 h 50 min

14h34, il leur a fallu 4 ans pour la démanteler, il faut 6 ans ai-je lu pour venir à bout des travaux comprenant la décontamination des sites avant réutilisation en toute sécurité .

Janssen J-J dit: 19 avril 2017 à 15 h 21 min

« Accéder à la présidence c’est accepter de vivre avec la mort », rappellent Davet et Lhomme à propos des ‘assassinats ciblés’. Hollande leur avait dit : « le fait d’être au pouvoir, c’est à un moment décider de la vie des autres, de la mort des autres. Oui, je crois que c’est ça qui est le plus fort : décider de la vie d’autrui ». (et ils citent LF Céline : « être seul c’est s’entraîner à la mort », veule parrainage) p 585.
J’observe qu’aucun des 11 candidats en lice ne s’est explicitement prononcé sur la question et sur ce qu’il ferait. Un journaliste, Vincent Nouzille a commis un point rétrospectif sur les positions de chaque président à l’épreuve du pouvoir.
Montré que Giscard avait donné son feu vert à l’élimination de Carlos, de même que Mitterrand, qui a rajouta sur les assassinats et attentats au Liban (devenu + circonspect après le coulage du Rainbow Warrior : « il était sur le ligne du « pas dit, pas vu pas pris »). Chirac se montra bcp plus précautionneux, préférant s’en remettre aux américains pour la sale besogne. Avec Sarko et Hollande, « les inhibitions au sujet de la politique de représailles furent levées ». Plus loin dans le texte, le journaliste montre que le Service Action de la DGSE compte désormais 700 agents agissant sous cdt d’opérations spéciales (COS) et qu’ils s’entrainent pas pour rien. Bref, un document fort utile (« Les tueurs de la République » chez Fayard), mais dont tous les démocrates partisans du respect des droits de l’homme comme moi, par exemple, se f… pas mal apparemment, en dehors des candidats de l’extrême gauche, je pense.
Donc, mon choix va être assez vite fait, hein, car c là, la ligne de partage des zoos.

Delaporte dit: 19 avril 2017 à 14 h 56 min

L’astéroïde va frôler la Terre, mais ne la détruira pas. Signe prémonitoire de l’élection présidentielle en France ? On n’ose l’espérer :

« Pas de quoi frissonner, en revanche, pour les amateurs de scénarios catastrophes : bien que classé par la Nasa dans la catégorie «potentiellement dangereux», cet objet céleste ne menace pas de frapper la Terre. »

Sergio dit: 19 avril 2017 à 14 h 55 min

JAZZI dit: 19 avril 2017 à 13 h 49 min
Mélenchon invente les meetings en péniche !

On avait Dumont !

Bon au pire ou lui expédie les faux époux Turenge, encore qu’ils sont bien capables de se faire poirer par un clodo des bords de Seine…

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 14 h 47 min

Au moins, ils ne sont pas comme leur patron, ces étudiants. Sont « libres », eux aussi…

Delaporte dit: 19 avril 2017 à 14 h 45 min

François Fillon rebrousse chemin, craignant les blagues d’élèves frondeurs :

«Rends l’argent, François !»

« C’est avec ce message de bienvenue très particulier que des élèves de l’Ecole 42 à Paris avaient pensé accueillir François Fillon. »

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 14 h 36 min

conclusion : tu peux aller te rhabiller, djavert, t’es pas au niveau. Et puis c’est tout.

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 14 h 34 min

C’est cela, renvoyons à nos chères études…
Comment le sarcophage d’un réacteur nucléaire défectueux ( première centrale mondiale) est devenu un entrepôt de biens culturels dans le canton de Vaud.
https://www.ensi.ch/fr/themes/centrale-nucleaire-lucens/

« Le tritium est un isotope (deux atomes dont le noyau a un nombre de protons identique mais un nombre de neutrons différent) radioactif d’hydrogène. Il se forme naturellement dans l’atmosphère ou de manière artificielle, notamment dans les réacteurs nucléaires, où il devient toxique. Sa période de vie est d’environ 12 ans. « 

Janssen J-J dit: 19 avril 2017 à 14 h 27 min

Michel Delpuech vient de remplacer Michel Cadot : il était temps pour le gvt agonisant de recycler l’ancien préfet de police par un nouveau avant les élections. Pour le reste, c comme une fuite du temps fracassée dans une couche culotte littéraire, – une fuite irrattrapable : suisse alémanique, matzneff, Rösti, vessie soulagée, Hamon, tarzoune, Messie, suisse française, 25e heure, Max Frish, Paul Ricoeur, constante de notre espèce, part nazi, Zappa, Bergün, Malatesta, Tapacenbal, Rachida, acromégalie, bernique, pédophilie, Pochon, mœurs déviantes, etc… Le temps c cool.
Dans son cours au Collège de France (de 1971-1972), récemment édité par B. E. Harcourt, on voit nettement comment le 3e Michel, Foucault, prit ses distances avec Althusser et sa théorie des AIE, mais surtout comment il tenta de botter en touche par rapport à la célèbre ‘controverse’ Porchnev-Mousnier (genre… mélanchon-macron pour rester dans le sillon TCEPA). Sa superbe analyse de la révolte antifiscale des Nu-Pieds de 1639, réprimée par le chancelier Séguier, lui permit en effet de renouveler une lecture « stratégique » de l’événement associée à une lecture « dynastique » moins bien aperçue aujourd’hui. Il évoquait notamment ltout l’intérêt de scruter les manifestations cérémonielles du pouvoir politique, à partir du 17e siècle. E. Balibar a bien essayé de récupérer ce cours à son profit en 2014 sans vraiment convaincre ; d’ailleurs, il n’est pas très clair sur la prétendue ‘rupture épistémologique’ non consommée. « Mon impression, avance-t-il, p. 285, est que Foucault a procédé en trois temps à un grand règlement de comptes avec le marxisme ». Or je pense que même cette volonté de le renouveler par une nouvelle lecture de marx, un défi propre à son caïman d’Althusser, n’était déjà plus vraiment le défi de Foucault. Au GIP et sur d’autres terrains, il était passé à bien autre chose, et de la ‘genèse de l’Etat’ il se souciait bien moins, d’après mes souvenirs d’étudiant provincial, fasciné et ingénu, de cette époque.

JC..... dit: 19 avril 2017 à 14 h 14 min

J’étudiais à l’époque sur des sujets infiniment plus importants que ceux remués par ce trouduc borgne !

Sartrien ? tu rigoles…..

JAZZI dit: 19 avril 2017 à 14 h 09 min

Après « Traduire le silence de Rimbaud », ne faudrait-il pas « Traduire les bavardages de Sartre et Beauvoir » ?

JC..... dit: 19 avril 2017 à 14 h 08 min

« Maintenant que plus de trente ans ont passé depuis la mort de Sartre et de Simone de Beauvoir, sa muse et son double, ne faudrait-il pas la leur appliquer à tous deux ? »

JiBé,
Soyons sérieux ! Qui peut s’intéresser, aujourd’hui, à ces deux enluminés illuminés ?….

JC..... dit: 19 avril 2017 à 14 h 06 min

Tous mes potes psys sont sur le dossier JJJ ! On dirait des chercheurs d’or de la grande époque …

JC..... dit: 19 avril 2017 à 14 h 05 min

C’est facile pour un notable d’avoir de « nouvelles petites amies », mais c’est le métayer qui gère le fond !

JAZZI dit: 19 avril 2017 à 14 h 04 min

« pourtant cqui te décidrait c’est bien elle au finiche »

Oui, le boug, Sartre avait voulu appliquer sa méthode d’analyse existentialiste (« l’homme est la somme de tous ses actes ») sur le personnage et l’oeuvre de Flaubert. Maintenant que plus de trente ans ont passé depuis la mort de Sartre et de Simone de Beauvoir, sa muse et son double, ne faudrait-il pas la leur appliquer à tous deux ?

JC..... dit: 19 avril 2017 à 13 h 58 min

Je suis enchanté de lire les platitudes élevées que dresse JJJ, comme clôture de fortin dans L’Ile du Docteur Moro, di Venezia …

Je vois bien là, une âme à bout de souffle. Une de plus ! So what ? ….

JAZZI dit: 19 avril 2017 à 13 h 57 min

« la moitié de ses organes étaient défaillants ! »

Ce qui ne l’a pas empêché, jusqu’à la fin, de collectionner les nouvelles petites amies, JC. Mais que leur faisait-il ? Déjà, Simone de Beauvoir, écrivait à son amant Américain qu’elle n’avait couché avec Sartre que les huit premières années de leur relation, car il était un peu faible sexuellement parlant !

JC..... dit: 19 avril 2017 à 13 h 52 min

Sartre était un mort, en sursis rapide : la moitié de ses organes étaient défaillants ! (cf. les « Mémoires d’une Anesse », de S. de B…)

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 13 h 49 min

djavert, ton maître en scatologie a calanché; tu peux vainement essayer d’en faire un re-born.

JAZZI dit: 19 avril 2017 à 13 h 49 min

Après l’hologramme, Mélenchon invente les meetings en péniche ! Finira-t-il par baisser son pantalon ?

JC..... dit: 19 avril 2017 à 13 h 48 min

Rappel historique

Le nombre de « cons » qui ont voté Jésus-Christ, au lieu de voter Judas ! Mort, le prophète-fada !..

Jude, qui a vécu heureux longtemps, contrairement aux rumeurs romaines ! Un exemple pour nous tous…

La Cure ? Sous la soutane, l’absence de cœur réel… Sordide asservissement ! Pardon…sordide soumission à la secte.

JAZZI dit: 19 avril 2017 à 13 h 46 min

Mais le boug, quand Pochon, en 1970, me demandait cet exposé sur Sartre,ce dernier avait encore dix ans à vivre et était loin d’être mort…

la vie dans les bois dit: 19 avril 2017 à 13 h 45 min

dis djavert que tu aies des moeurs, comment dire un peu déviantes, ne t’autorise pas non plus à invectiver avec ton « matériau » habituel.

Delaporte dit: 19 avril 2017 à 13 h 45 min

Le journal intime de Matzneff est une sorte de procès verbal de tous ses actes sexuels illégaux, en France et dans le monde. Sur le plan littéraire, c’est nul, répétitif, désespérant. Sur le plan juridique, c’est un acte d’accusation dont on s’étonne qu’il n’ait donné lieu à rien. Et sur le plan moral c’est un affaissement constant, un échec immonde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*