de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
Le CNL n’est plus le « Colosimo National du Livre »

Le CNL n’est plus le « Colosimo National du Livre »

Le CNL, combien de divisions ? 30 millions d’euros, manne bienvenue à répartir chaque année entre les librairies, les maisons d’édition, les bibliothèques, les organisateurs de festivals et salons du livre, les traducteurs, les auteurs etc. Sauf que résumer ainsi l’action du Centre national du livre le réduirait au rôle de Caisse nationale des lettres qui fut le sien il y a très longtemps. Jean-François Colosimo, à qui rien de ce qui touche au livre n’est étranger (il a été lui-même longtemps éditeur et auteur), a imaginé qu’il pouvait en être autrement : sollicité par deux ministres de la Culture successifs (Christine Albanel puis Frédéric Mitterrand) avant d’être nommé à la présidence du CNL par le président Sarkozy, il a voulu le dynamiser en l’ouvrant à tous les publics par des débats réguliers, en le développant à l’international, en réactivant les relations institutionnelles entre des traducteurs et des éditeurs qui ne se parlaient plus, en donnant un nouveau souffle à l’action en province (pardon mais « région », je ne m’y fais pas), autant d’initiatives qui lui valurent le soutien permanent des éditeurs. C’est peu dire que, malgré le travail reconnu de son équipe, la personnalité charismatique de Jean-François Colosimo a incarné le Cnl ces dernières années. Rapide (il mérite bien son surnom de « Colissimo »), il vient pourtant d’envoyer sa lettre de démission au président de la République, puisqu’un décret présidentiel l’avait nommé. Avec copie au ministre de la Culture, qui est son ministère de tutelle, tout de même. Mais outre l’aspect protocolaire, cela veut déjà tout dire.

La raison de ce départ, anticipé puisque son mandat venait à terme en mai 2014 ? Le refus très personnel de franchir ce point de non-retour au-delà duquel on a le sentiment de passer du compromis à la compromission. De se déjuger. De perdre sa cohérence. C’est juste que cet homme de conviction, au caractère indépendant avec tout ce que cela suppose de positif et de négatif, ne se serait plus regardé dans la glace sans rougir s’il s’était renié en appliquant une politique contre laquelle il s’était élevé. Ce qui est en jeu, c’est l’autonomie du CNL. Depuis son arrivée au ministère, Aurélie Filippetti, qui se dit fort préoccupée par le livre pour en avoir publié deux, annonce une réforme de l’institution ; un an après, la concertation vient d’avoir lieu avec la mise en place de groupes de travail. Le but est rien moins que de rogner cette autonomie afin que le ministère de la Culture, dont le ministre du budget Jérôme Cahuzac avait royalement réduit le budget de 120 millions d’euros (4,3% en moins), reprenne la main sur « la caisse » du plus important organisme culturel de l’Etat. Depuis le début, le courant n’est jamais passé entre Filippetti et Colosimo, lequel ne s’est pas fait que des amis du côté des concernés, qu’il s’agisse de fonctionnaires critiquant sa difficulté à déléguer, de l’Institut Français avec lequel il entrait parfois en concurrence, de président de commissions hostiles à sa réforme (lire la lettre ouverte que lui adressa en juillet l’écrivain Jean-Christophe Bailly, président de la commission « Beaux-Arts et bibliophilie ») ou des poètes dont certains s’étaient désolés de la remise en cause de bourses de création régulièrement attribués aux mêmes bénéficiaires. De là à insinuer qu’un « lobby de poètes » a eu sa peau (voir ici), c’est aller vite en besogne, même si, depuis un an et demi, ils ne l’ont pas lâché. La ministre non plus, qui ne pouvait décemment mettre fin prématurément à sa collaboration, la gauche ayant promis qu’elle ne couperait pas de têtes. Cela n’empêcha pas campagne et rumeurs : forcément, nommé par Sarkozy, et qui plus est éminent théologien orthodoxe de la classe d’un Olivier Clément, l’ancien retraitant du mont Athos ne pouvait être qu’un homme de droite, voire d’une droite plus dangereuse encore puisque la main du conseiller de l’Elysée Patrick Buisson était vue derrière sa nomination. Même si chacun sait qu’il n’y a pas vraiment de politique de droite ou de gauche en l’espèce puisque les lois relatives au livre sont adoptées à la quasi unanimité.

Jean-François Colosimo, qui se veut avant tout un républicain au service de l’Etat, a rénové le Cnl à partir de son nouveau statut d’autonomie. Un rapport de la Cour des comptes lui a donné quitus de sa gestion ; un rapport de l’inspection générale a collecté les plaintes des mécontents (voir plus haut). Quant au Bilan 2012 du Cnl, qui vient juste d’être publié, il peut en être fier ; sa lecture, dans le détail, n’est pas très littéraire mais elle n’en est pas moins réjouissante. Il a donc résisté un an aux pressions. Jusqu’à ce qu’il ait la conviction que rien ne servait de maintenir davantage ses positions sur l’indispensable autonomie du CNL par rapport à l’administration centrale. On peut avaler des couleuvres un certain temps en conservant à l’esprit le sens d’une mission qu’on veut sauvegarder ; mais quand s’annonce le boa et qu’elle disparaît de l’horizon, c’est signe qu’il est temps de se mettre en accord avec sa conscience. Qui n’a pas déjà vécu cela ?

Des noms ont circulé dans les couloirs du ministère (Noëlle Chatelet, Laure Adler…) pour lui succéder, mais qui ne sont peut-être que des leurres instrumentalisés par des technocrates soucieux d’y nommer un administrateur du sérail. Quant à Jean-François Colosimo, depuis des mois déjà, les éditions du Cerf qui ne vont pas très bien, lui ont fait des appels du pied ; elles doivent êtres pressées car elles ont annoncé dès ce matin sa nomination comme président de leur directoire. Un laïc, orthodoxe de surcroit, pour redresser une maison catholique dont la Province dominicaine de France est l’actionnaire majoritaire ? La providence, probablement.

(« Salon du livre à Bucarest » photo Passou ; « Jean-François Colosimo », photo D.R.)

Cette entrée a été publiée dans Non classé, vie littéraire.

419

commentaires

419 Réponses pour Le CNL n’est plus le « Colosimo National du Livre »

u. dit: à

« Je suis bien un jeune retraitant du mont de Vénus, je n’en fais pas fromage. »

Retraitant, ça vient bien du verbe « traire »?

Jacques Barozzi dit: à

Hypothèse encore plus basse, u., ML dénigre à Passou la moindre connaissance en toutes choses : « Vous ne devez pas connaître grand chose » ?

renato dit: à

« qui lit encore de la poésie sinon les vieux […] ?

Voilà que l’on me traite de vieux…

Jacques Barozzi dit: à

« Je suis bien un jeune retraitant du mont de Vénus, je n’en fais pas tout un fromage. »

Arrête de nous baratter, JB !

bouguereau dit: à

Hypothèse encore plus basse

arrétez : mais c’est à ça qu’on le reconnait le dracul..sa cohérence.. »son identité » comme dirait sergio : c’est le casque à pointe qui lui retient la cervelle..la forme c’est le fond de culotte, tes propres mots baroz

John Brown dit: à

La fin de Colosimo, pour un peu, ça m’attristerait autant que celle de Luis Mariano, tiens. Apparatchik atchik aïe aïe aïe…

renato dit: à

u. dit: 27 juin 2013 à 9 h 52 min

En ayant lu la « poésie » du cycliste paresseux de Sologne, je ne crois pas que ce soit la seconde… mais là aussi tout est possible, même l’absence de sens critique…

Bloom dit: à

Je reviens à l’Institut Français, (IF)… Ce vocable recoupe pas moins de 4 (quatre) réalités différentes, ce qui est assez ironique lorsque l’on sait que c’est par souci de « visibilité accrue » qu’il fut porté sur les fonds baptismaux par le Ministre Kouchner et OPDA.

Les 4 avatars de l’IF (1 en France, 3 à l’étranger)sont:

1. En France: l’IF de Paris, opérateur culturel du Mystère des Affaires Etranges, pour les insiders ‘le Département’.
Cet IF-là s’inscrit dans le droit fil de l’AFAA et de CulturesFrance, avec la langue française en plus des domaines artistiques et culturels classiques. L’IF, dont l’académicien Darcos est président, a un dispositif performant de soutien à l’organisation de projets (débat d’idées, plan médiathèque, fonds franco-allemands etc.).
Petite faiblesse sur l’offre artistique, mais rien de grave.

2; L’IF est le nouveau nom de feu les anciens SCAC, services de coopération et d’action culturelle des ambassades et consulate généraux. L’IF de Mongolie fait référence aux services culturels de l’ambassade de France sise à Oulan Bator. Cet IF-là, peut très bien n’avoir pas de réalité immobilière autre que le(s) bureau(x) d’une ambassade. C’est rare, mais ça existe dans les pays où dominent les Alliances françaises (Amérique latine, Asie, Océanie). Le conseiller culturel est directeur le l’IF « sans murs ».

3. L’IF – centre culturel. Les anciens centres culturels français (CCF, CCL, IF etc.) sont devenus Insituts Français. Le conseiller culturel, qui est en ambassade est le directeur de l’IF du pays. Les directeurs des Insituts Français-centres culturels des villes du pays (capitales, villes de province) sont directeurs-adjoints. Le directeur de l’IF d’Indonésie est le conseiller culturel; les établissements de Jakarta, Bandung, Yogjakarta et Surabaya ont des directeurs qui ne sont que directeurs-adjoints de l’IF d’Indonésie. Vous suivez?

4. Les IF – instituts de recherche: on les trouve en Turquie, en Egypte, à Delhi, Pondichéry, Bangkok, Phnom Penh, Tokyo, Jerusalem… Dirigés par des universitaires, ils constituent le fer de lance de notre recherche en sciences humaines. L’Ecole française d’Extrême Orient est un IF.

Un signifiant pour 4 signifiés…et une pluralité de référents car je passe sur les cas où cohabitent IF-centre culturels & Alliance française, que le conseiller culturel, qui est directeur de l’IF est aussi en charge de la programmation budgétaire et donc et juge et partie car il se finance lui-même, et que les AF et les IF ne sont pas toujours en bons termes…

Bref, il n’est pas certain qu’ont y ait gagné en lisibilité…

Un certain flou assez peu artistique, une tendance à l’inutile complexité…travers national?

u. dit: à

ML, c’est pas ce philosophe qui, dès qu’il lit Attali, veut envahir la Sologne?

bouguereau dit: à

atchik aïe aïe aïe…

en haut des hommes des vrais des tatoués..contemplant en bas des épilés à oreillette et plug dans l’cul jean marron

roro michu dit: à

la frangine à béhachevé s’est convertie au catholicisme, lml risque d’en tomber de son engin électro

bouguereau dit: à

une tendance à l’inutile complexité…travers national?

exception culturelle kabloom !

John Brown dit: à

Bref, il n’est pas certain qu’ont y ait gagné en lisibilité… (rédigé par Bloom)

Il n’est pas certain non plus qu’on y gagne en rigueur budgétaire. Cour des Comptes, au secours !

Jacques Barozzi dit: à

Et tu entres dans la 3e ou 4e catégorie, Bloom ?
Directeur ou adjoint ?

OPDA pourrait-il remplacer Colosimo ?

bouguereau dit: à

en rigueur budgétaire

la rigueur budgétaire c’est pas non pus forcément allouer « systématiquement » une somme a la poésie..sinon la poésie c’est une rubrique de compta analystique..dommage que le colosse ne se soit pas étendu sur ses raisons de pot commun

John Brown dit: à

Bref, il n’est pas certain qu’ont y ait gagné en lisibilité… (rédigé par Bloom)

Merci à Bloom, en tout cas, pour cette intéressante description d’une usine à gaz (de schiste)

dumont dit: à

John Brown dit: 27 juin 2013 à 10 h 13 min
La fin de Colosimo, pour un peu, ça m’attristerait autant que celle de Luis Mariano

Luis Mariano est mort ??

bouguereau dit: à

À la manière d’Antoine de Saint Exupéry dans “Le Petit Prince”, les élèves du CM2

matisse « toute ma vie a copier les moutards »..et eux font à la manière de saint ex..viens ici renfield

Phil dit: à

Bloom, dans l’Institut Français c’est le Français qui n’a plus la cote.
La nouvelle génération maîtrise avec peine sa langue natale et le Français a perdu sa séduction d’antan…séduction qu’il regagne parfois quand on le voit manifester bruyamment contre des lois qui paraît-il conviennent à tout le monde.
A Berlin le bâtiment de l’Institut Français a été mis en vente cette année.

Jacques Barozzi dit: à

Enfin, le plus utile ce sont les alliances françaises, qui diffusent la langue, ensuite chacun pourra se débrouiller avec la kulture française.

Pourquoi distribue-t-on des bourses aux « poètes » locaux, pour qu’ils écrivent dans leur langue ou la notre (« Quand aux bourses de création réservées aux poètes du cru….je préfère ne rien dire…. ») ?

bouguereau dit: à

pour cette intéressante description d’une usine à gaz (de schiste)

pas daccord..cette vitesse dans la besogne montre surtout que les choses devraient être simple..demande a jicé de faire le ménage kabloom, ça va pas trainer..tu te donnes a tuer

u. dit: à

Merci, Bloom.
J’ai appris quelque chose.

« – Il s’agit de rendre notre dispositif à la fois plus simple, plus lisible et plus performant.
Il est temps de regrouper cette prolifération d’organismes, produits d’une histoire oubliée, sous une dénomination claire et univoque: l’Institut français. Ce drapeau unique permettra les économies d’échelle et la synergie entre les agents concernés.
– Bien vu, patron »

– « Hello, excuse me? »
– Yes.
– Le vice-directeur de French Intitute, svp.
– C’est moi.
– Could I speak to Pr. Montcul?
– Ah non, vous vous trompez d’Institut français. Ici c’est l’Institut français « vitrine de la culture française ». Vous confondez avec l’Institut français « fer de lance de la recherche française ».
– Excuse me? What does ferdelance mean? »

Au fait, cet Institut français.
Ça n’a pas couiné à l’Institut de France?
Traduit à l’étranger, c’est pas le même mot?

Dernière question à l’expert.
Les Alliances françaises sont bien restées des associations de droit local, présidées par un native (quoique noyautées par le ConsCul)?
Elles restent en dehors de l’organigramme?

John Brown dit: à

Interprétation basse: Vous ne devez pas connaître grand chose aux problèmes que rencontre la publication de ma poésie dans notre beau pays. (rédigé par u.)

LML poète ? Pourquoi pas. Je suis bien fils d’évêque (adultérin)

bouguereau dit: à

on te voit venir baroz avec ta rubrique budgété « atelier d’écrivain en forme de caveau »

John Brown dit: à

Luis Mariano est mort ?? (rédigé par dumont)

Il vit dans nos coeurs. Pour Colissimo, c’est moins sûr.

bouguereau dit: à

à la fois plus simple, plus lisible et plus performant

..barozo causant à foxniouz tout au bout du tunnel

bouguereau dit: à

Il vit dans nos coeurs. Pour Colissimo, c’est moins sûr

c’qui est cocasse jean marron c’est que te voila plombant le colosse pour raison d’oukaze unitarien..comme souvent dans l’histoire de la politique culurelle française..tout en t’émouvant de complexité out of date..de deux chose l’une ou les sinnes ne sont pas bonnes ou tu es hypocrite..car ne compte pas sur quiconque se voyant biffer de ligne bugétaire..kabloom compris, il se croit loin et out of reach..vive la france

c comme jules dit: à

C’est pourtant par des poésies de poètes de langue française au lycée que j’ai commencé de prendre conscience des questions de langues et de styles, pour ainsi dire d’un coup d’ avoir du désir pour la langue française aussi et en même temps pour l’anglais . autant par questions personnelle (de mon histoire) que de la manière dont elles vibraient dans l’époque la guerre d’Algérie .

u. dit: à

« L’IF de Mongolie fait référence aux services culturels de l’ambassade de France sise à Oulan Bator. Le conseiller culturel est directeur le l’IF « sans murs ».

Avec un directeur sous yourte, on ne ferait pas des éconocroques?

bouguereau dit: à

Bloom, dans l’Institut Français c’est le Français qui n’a plus la cote

« ho my god » ouyam ritchard iléveune

bouguereau dit: à

on ne ferait pas des éconocroques?

kabloom au hyatt ?..faut lui laisser le temps de la réflexion

Bloom dit: à

Baroz, je m’en vais te faire plaisir – on lui donne du « Monsieur le Directeur » au père Bloom, du « yes, boss », ce qui l’horripile au plus haut point parce qu’y fait que bosser…aucun progrès dans le Congo gidien…vivement lundi, comme disait pas Truffaut…un peu de vacances…

bouguereau dit: à

adios i.f…ouelcom h.i. « hyatt institute »..ça mettrait tout l’monde..globalement daccord

bouguereau dit: à

« yes, boss », ce qui l’horripile au plus haut point parce qu’y fait que bosser…

le boss qui fait nibe..et à part ça t’as pas les réflesques du français de « province reculé » kabloom..kukurkurk..

bouguereau dit: à

..comprende..on peut supprimer les lignes budgétaire des zautes..mais la mienne ? bande de fachiss!

c comme jules dit: à

@ ®het dit: 27 juin 2013 à 8 h 25 min
@ c comme jules dit: 27 juin 2013 à 10 h 56 min
J e sais que vous aimez » emprunter »mes pseudos , mais je préférerais que vous le fissiez(sic!) pour écrire des chose moins ridicles!

c comme jules dit: à

choseS ridicUles

Jacques Barozzi dit: à

La France régresse et le gouvernement semble vouloir perdre les prochaines élections municipales ?

« Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault déclare, dans une interview à L’Usine nouvelle publiée jeudi, partager le diagnostic du rapport Duron sur les transports, qui propose notamment de différer la construction de plusieurs lignes de train à grande vitesse.

Les caisses de l’Etat étant vides, le rapport reporte la plupart des projets de lignes à grande vitesse (LGV) : Marseille-Nice, Bordeaux-Espagne, Paris-Normandie, Paris-Orléans-Clermont-Lyon, Poitiers-Limoges, Montpellier-Perpignan, achèvement des lignes Rhin-Rhône…

« Le précédent gouvernement a fait une erreur et a commis un mensonge », a déclaré le chef du gouvernement à L’Usine nouvelle, en expliquant pourquoi il avait voulu cet état des lieux. « L’erreur, c’est qu’il s’est concentré sur les infrastructures en oubliant la qualité des services ! Le mensonge est d’avoir laissé entendre qu’on pourrait faire plus de 250 milliards d’investissements dans les vingt prochaines années ! C’est irréaliste financièrement et techniquement ».

Ayrault se veut très pragmatique

« Le rapport de la commission sort de ce mensonge et fait un diagnostic précis, que je partage, de nos besoins de transport », se félicite Jean-Marc Ayrault. Il propose de « reprendre à notre compte ses recommandations préalables : continuer à investir, axer nos interventions sur la qualité de service, investir là où c’est le plus utile pour la croissance du pays ».

Aux élus regrettant de voir leurs projets de grande vitesse reportés à après 2030, il répond que « le pays est largement maillé, par des voies ferrées et des autoroutes qu’il faut rénover. »

bouguereau dit: à

des chose moins ridicles!

les cronik de ridicl..c’est pas mal pour ta compil renfield..édité chez..t’as une ligne budgétaire ridicl

c comme julies dit: à

aujourd’hui, je ‘ai plus la croyance-l’illusion ?- qu’aucune langue soit maîtrisable,et ce blog n’a pas peu contribué à saper cette croyance .
Cela ne m’attriste pas plus que ça mais ça complique singulièrement les questions ..possibles les impossibles étant peut-être les seules qui soutiennent une vie ?

bouguereau dit: à

le pays est largement maillé, par des voies ferrées et des autoroutes qu’il faut rénover

comprende : vinci peut se goinfrer..le prochain dégé pourra demander 300myons pour sa retraite rapport a ses « performances inouies pour le petit porteur »..hach kapitalisme..

Phil dit: à

des tigivi partout. déjà plus le temps de lire dans le train et un wagon resto pourri.
des tigivis à zombies… l’avenir de la france.

u. dit: à

« le pays est largement maillé

Notre réseau culturel est finement réticulé.
Il nous faut veiller à ne pas détricoter ce maillage.

Nos contraintes budgétaires suggèrent d’abandonner le repiquage (création d’antennes) et le greffage (adjonction d’annexe) pour adopter le marcottage (mise en contact de l’existant).

Vous voudrez bien faire remonter au Département les expériences menées par votre poste, suite à la mission « Réseau », en distinguant les trois options marcottage qui vous ont été proposées:
1) « par couchage » ;
2) « en butte » ou « en cépée » ;
3) « aérien ou « annulaire ».

c comme jules dit: à

u. ,j’ai l’ impression que vous confondez maillage et paillage .Le faites -vous exprès ou etes- vous à ce point un ^ane ?

John Brown dit: à

Bref, il n’est pas certain qu’ont y ait gagné en lisibilité… (rédigé par Bloom)

Dans les recoins moites de l’usine à gaz si bien décrite par Bloom, que d’apparatchiks, de sous-apparatchiks, de sous-sous apparatchiks, de substiotuts d’appara redoutables tiques pompant les brozoufs du contribualble

bouguereau dit: à

@11h14 , j’ai corrigé,espèce de gros patapouf

..et bien t’as eu tort..ta ligne budgétaire s’écrivait toute seule

c comme julies dit: à

c comme jules dit: 27 juin 2013 à 11 h 18 min
@11h14 , j’ai corrigé,espèce de gros patapouf .
d’abord je crois qu’on doit dire l’
e -Klee- p -tic reuh ce n’est qu’une question de temps ,ce n’est qu’une question de temps de savoir éclipser critique comme clinique

bouguereau dit: à

que d’apparatchiks, de sous-apparatchiks, de sous-sous apparatchiks, de substiotuts d’appara redoutables tiques pompant les brozoufs du contribualble

pas un pour racheter l’autre..que je te basarderais tout ça..et jicé qui bleude..ha le libéralisme..sa ligne budgétaire s’écrit vraiment toute seule

u. dit: à

« Le faites -vous exprès ou etes- vous à ce point un ^ane ? »

Je déteste la vitesse des express et préfère flâner le long des houx, mon dos flatté par des mains féminines.

c comme julies dit: à

pour l’édification d’ u , Pour ne pas laisser le sol à nu, le jardinier à recours au paillage (ou mulch / mulching). Le paillage est une technique qui consiste à recouvrir le sol de matériaux organiques, minéraux ou plastiques pour le nourrir et/ou le protéger. Ces matériaux sont déposés au pied des plantes dans les massifs.

John Brown dit: à

Bref, il n’est pas certain qu’ont y ait gagné en lisibilité… (rédigé par Bloom)

Dans les recoins moites de l’usine à gaz si bien décrite par Bloom, que d’apparatchiks, de sous-apparatchiks, de sous-sous apparatchiks, de substituts d’apparatchiks, de faisant-office-d’apparatchiks, globuleux parasites reproductibles à l’infini, barbotant dans le bouillon de la Culture, redoutables tiques pompant les brozoufs du contribuable ! Monsanto, au secours ! Que de colossaux empilements de Colissimos, de sous-Colissimos, d’infra-Colissimos, de micro-Colissimos ! Que de ronds-de-cuir vissés à leur rond vissé à leur fauteuil vissé au plancher ! Courteline, au secours !

bouguereau dit: à

Courteline, au secours !

ton chalet passé à la tronconneuse ? mais y’a pas de danger jean marron..chaloux le supporterait pas..et il a le bras long chaloux

u. dit: à

« Dans les recoins moites de l’usine à gaz » (J. Bro)

Enfin, fini le moisi.
Ça peut être sexy, la moiteur.

John Brown dit: à

Lu sur le Monde.fr de ce matin :  » La Cour des comptes exige des mesures d’urgence ». Eh bien, c’est le moment ou jamais. Sus aux Colissimos et à leurs succédanés. Sus aux tiques !

bouguereau dit: à

mon dos flatté par des mains féminines

c’est phil qu’aime les chemins qui n’ont ni queue ni tête..qui..bref! gare à ton pot

bouguereau dit: à

Ça peut être sexy, la moiteur

on dirait un passage cochon de filipetti..tu peux fumer pour ta ligne budgétaire

bouguereau dit: à

Sus aux Colissimos et à leurs succédanés. Sus aux tiques !

t’es vraiment une biroute jean marron..justement il en a eu quitus, le colosse, de la cour des comptes..mais t’es comme louis 14, « la cour des comptes, c’est moi »

Clopine Trouillefou dit: à

Eh bien, dites-moi, mon hôte, ne serait-ce pas Aurélie Filipatti que vous viseriez, derrière les larges épaules de Monsieur Colosimo ? Déjà, lors de sa nomination, vous aviez laissé échapper comme une sourde exclamation de colère, qui ne vous ressemblait certes pas, vous d’habitude si mesuré. Et vous voilà aujourd’hui de nouveau à dégainer, prenant même pour ce faire la défense et l’illustration d’un homme, comment dire ? Plutôt placé à droite… Qu’en disent donc vos amis du Nouvel Obs ? Voyez-vous, je me souviens de votre première sortie contre la nouvelle ministre de la Culture, et je vous sais tenace. Mais votre inimitié vous permet-elle toute l’objectivité requise, mmhhh ?

Bon je vous pose la question mais peu me chaut, n’est-ce pas. Tout ceci est si loin de moi ; vous savez, de la province, comme vous dites, le regard se perd dans l’horizon. Alors, les querelles parisiennes ! Cependant, si les poètes en souffrent, je suis prête à compatir. Triste pays, celui qui fait pleurer ses poètes…

meteo dit: à

« La Cour des comptes exige des mesures d’urgence »
nanard sa bande la garde cloclo le nab ballamou et cie vont tous mettre la main à la poche c’est sûr pour rembourser ce qu’ils onr chouré

Jacques Barozzi dit: à

La pauvre Filipetti, toutes ses décisions sont retoquées par l’Elysée !
Si Colosimo a envoyé directement sa lettre de démission au Président, après s’être néanmoins assuré d’avoir un nouveau job lucratif, c’est qu’il savait que sa place était compté au château, pas au ministère !

Jacques Barozzi dit: à

« Aurélie Filipatti »

Elle a un fil à la patte, Clopine ?

u. dit: à

« Triste pays, celui qui fait pleurer ses poètes… »

C’est pas avec les purs sanglots qu’on fait les immortels?

Jacques Barozzi dit: à

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure ;

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

tout autre que moi dit: à

la défense et l’illustration d’un homme, comment dire ? Plutôt placé à droite… (Clopine)

Qu’est-ce qui vous fait penser qu’Assouline n’est pas lui-même de droite ?

Jacques Barozzi dit: à

« lui-même de droite ? »

Oui, mais laquelle ?

ernie vers l'aine dit: à

Il est joli votre poème, Barozzi, c’est de vous ?

Jacques Barozzi dit: à

Oui, ernie vers l’aine, je l’ai écrit après avoir tiré un mauvais coup sur mon amant du moment !

tout autre que toi dit: à

Oui, mais laquelle ?

boh, au pif, disons dans la lignée Nourissier-Figaro littéraire-Pivot…

que ce rein est beau vers l'aine dit: à

après avoir tiré un mauvais coup

l’essentiel c’est de l’avoir senti passer.

JC dit: à

« Triste pays, celui qui fait pleurer ses poètes… »

Triste pays, celui où on peut penser, puis écrire, des bêtises pareilles … et ça a le droit de vote, cette actrice-paysanne là !

renato dit: à

« … et un wagon resto pourri. »

La grande époque wagon resto du TGV avec couverts en argent est désormais révolue…

Jacques Barozzi dit: à

Toujours pas digéré que cette actrice-paysanne là t’a brutalement fermé sa porte au nez quand tu lui faisais la cour, JC !

Jacques Barozzi dit: à

Ayrault, lui, il sucre les TGV car il n’a pas supporté qu’on lui conteste son aéroport ?

renato dit: à

Même Malraux fut un Ministre de la Culture fasciste et con, les suivants n’ont même pas l’avantage d’avoir écrit des livres de merde…

« Mme Filipetti aurait écrit un livre ?!
— Mais bien sûr, Monsieur !
— Est-ce que vous avez une idée, même minime, de ce qu’est un livre ? ».

Jacques Barozzi dit: à

« l’essentiel c’est de l’avoir senti passer. »

Je crois que mon Arthur, c’est son petit nom, l’a bien senti passer, dédé !

John Brown dit: à

CNL : sur l’écrivain vivant, le Colissimo pullule.

renato dit: à

Puisque vous-même avez doit de vote JC, pas étonnant que plus intelligent que vous puisse jouir des mêmes avantages…

Jacques Barozzi dit: à

Vous oubliez la tendance gaullo-villepiniste, tout autre que toi…

Arse Poetica dit: à

News : ‘ 800 000 collégiens testent le brevet nouvelle formule ‘.

Et voilà ! Tout fout le camp, à l’envers ! Maintenant ce sont les candidats qui testent les examens.

Jacques Barozzi dit: à

Le doit de vote il peut se le mettre où JC, renato ?

Jacques Barozzi dit: à

Mon envers vaut mieux que ton endroit, Arse Poetica !

renato dit: à

Costa-Gavras c’est le JC de l’autre côté du miroir : des gens qui ont une certaine quantité de conneries à dire… et ils le disent ! ils le disent ! Merdre !!!

renato dit: à

le disent ! ils le disent > leS disent ! ils leS disent… bin j’ai une excuse : c’est l’eure de l’apéro et je suis encore ici !

Arse Poetica dit: à

‘ Mon envers vaut mieux que ton endroit ‘

Il fut un temps où l’on pouvait se faire mettre à l’index pour moins que ça.

c comme julies dit: à

vous savez, de la province, comme vous dites,
excusez-moi, Clopine , de me saisir d’une remarque qi e s’adresse pas à moi a priori mais il se trouve q’à la différence de P.Assouline, je ne reprendrai pas oui je persiste à dire « province » , et sans honte, pour situer Paris , mais aussi Cannes, et Rome et Palerme et tant pis pour vos amours erdéliennes de DHH à votre docteur perso petite ceinture.
évidemment il y a assez longtemps que bien des psys lacaniens, qui suivent de très près les avancées dites scientifiques des aventures de genes admettent qu’au fond ils ne comprennent pas grand chose ; et ce retrait , ou cette retraite après les Austerlitz Freud Lacan ne font pas la moindre des différences avec ceux qui affirment avoir trouvé le « rosebud à papa »(RAP sans T et leurs détracteurs
j’essaierai de vous envoyer un beau dessin de ma province !

renato dit: à

« Il fut un temps où l’on pouvait se faire mettre à l’index pour moins que ça. »

Oui, mais c’était un temps où les intellectuels voyaient les aberrations mais refusaient de le prendre pour telles car « cela n’était ‘idéologiquement’ acceptable ».

u. dit: à

Bah, droite gauche, moi j’ai besoin de mes deux poings.

Aurélie a été proche d’une grande dame de gauche qui vient de se voir en Jeanne d’Arc:

« Cette campagne ‘de 2007) a été suivie dans le monde entier parce que c’était stupéfiant que dans le pays des rois de France une femme et une mère de quatre enfants arrive au second tour de l’élection présidentielle. Cela a été un événement médiatique mondial », se félicite-t-elle.
« La masse d’articles, d’émissions… Donc je suis devenue une sorte de personnage, un peu, déjà, historique… »

Nos rois qui ont fait la France.

Qu’est-ce qu’il disait, déjà, Bresson quand il tournait sa « Jeanne »?
Que le cinéma parlant nous avait donné le silence?

La masse d’émissions…
C’est la gauche de la noise.

renato dit: à

En ayant croisé Lacan par-ci, par-là, je peux garantir que comme provincial il n’avait pas de pareils… mais bon, il y en a qu’ils sont persuadé que c’était quelqu’un… chacun ses illusions… et le marché marche à merveille…

renato dit: à

Noise… noise… noise… noise…

u. dit: à

« c’est l’eure de l’apéro »
c’est l’euro de l’empereur

J’ai fait un mauvais rêve.
François H s’adonnait à la serrurerie.

maurice dit: à

ras le bol du plouc de pq et autres fafs

c comme julies dit: à

méfions-nous aussi des gens qui garantissent une quelconque affirmation d’identité ou de savoir de soi ou de l’autre sur ce blog, et sur internet, qu’ on ne peut croiser avec d’autres sources .
Sur les colloques en province pour clopine, (trouvé avec un lien qui fonctionne et que vous connaissez tous)
« Les auteurs consacrés entrent-ils en théorie comme en pays conquis, ou y lancent-ils des incursions comme en territoire ennemi? Fabula donne à lire les actes d’un colloque organisé à Besançon en novembre 2011 sous le titre « Les écrivains théoriciens de la littérature (1920-1945) » .
voir les to eat et en K

lotta poetica dit: à

« on dirait un passage cochon de filipetti. »

Et dire que la poésie est sous le tunnel de la récession budgétaire!

Bloom dit: à

JB, l’usine à gaz c’est surtout vrai pour les sections consulaires, où sévissent parfois de sacré osifs. Dans le cul-turel, où des dizaines de postes sont supprimés tous les ans, on fonctionne au rabais, sans subvention ou presque, et notre « image » en prend un sacré coup…Personne n’est dupe chez les ‘partnaires’ locaux, institutions ou privés…

Il n’aura échappé à personne ici qu’avoir 3 sous-directeurs qui font le boulot de directeurs là où il y avait autrefois 3 directeur, permet de réaliser des économies substantielles. Et pourtant, les AE sont le ministère qui a réduit son budget de fonctionnement le plus fortement depuis 5 ans. A Paris, on se bat pour les ramettes de papier, on attend une rallonge de crédit pour acheter une lampe de bureau…

Nous avons pleinement conscience de faire partie d’une espèce en voie de disparition. In the long run, we’re all dead, comme disait Keynes (& this has nothing to do with his being a pansy)

renato dit: à

D’ailleurs le marché des fafs et celui des anti-fafs marchent sur des critères assez comiques…

Mme Duflot s’étonnant de la présence de DSK au Senat marche d’ailleurs sur des critères fascistes… ce qui revient à dire : un moralisme de seconde zone…

lotta poetica dit: à

« on dirait un passage cochon de filipetti. »

La cul-ture passe sous les fourches coquines!

lotta poetica dit: à

« on fonctionne au rabais, sans subvention ou presque, et notre « image » en prend un sacré coup… »
Tu as l’agrèg, la plus belle médaille, de quoi te plains-tu?

Jacques Barozzi dit: à

DSK au sénat était plus drôle que Cahusac devant la commission de l’Assemblée nationale.
Pendant ce temps-là, Tapie écrit un livre de plus de 200 pages en quelques jours et le publie durant sa garde à vue.
On vit une époque formidable !

horace dit: à

lotta poetica dit: 27 juin 2013 à 13 h 31 min

failure râté jaloux

renato dit: à

La subvention comme raison de vie… hihihi… Beethoven lançant une suscription était plus honnête… OK, c’est vrai, lui il avait un talent…

bouguereau dit: à

Mme Duflot s’étonnant de la présence de DSK au Senat marche d’ailleurs sur des critères fascistes…

..il est petit et ridic ton contrefeu renato..coppé fait beaucoup mieux quelle en se grattant les couilles

la capitale? dit: à

Bloom va nous inviter L’or à d’laire à l’ambassade de Malaisie pour une analyse structurale du « passage cochon de filipetti. »
Mais on ne sera malheureusement pas du voyage, restriction budgétaire!

bouguereau dit: à

On vit une époque formidable !

c’est l’époque qui a du talent baroz !
..bien que les homos aiment les petits culs pour tuberculeux..on leur pardonne

renato dit: à

Pourquoi, Le Petit Célinien, tu es tellement faux-cul que la présence de DSK au Senat te fait problème ?

John Brown dit: à

CNL : sur l’écrivain vivant, le Colissimo pullule. (rédigé par mézigue)

Médiocre esquisse !

Sur l’écrivain vivant , Colissimo pullule …

Ah, voilà qui va bien. Et pour trouver une rime, y a pas de souci :

Sur l’artiste vivant, Colissimo pullule.
Apparatchik bulleux, sache que je t’…… !

u. dit: à

« Tu as l’agrèg, la plus belle médaille »

En effet.
Il faut arrêter de se disperser pour revenir à l’essentiel.
Le débat du jour nous reconduit au dossier capital de la RdL: faut-il brûler l’agreg’?
(20 posts au moins).

Pour ML à son retour:
Ne pas oublier que l’une est agrégée, et l’autre pas.
Il faut savoir choisir son camp.

bouguereau dit: à

J’ai fait un mauvais rêve.
François H s’adonnait à la serrurerie.

vla zouzou agitprop façonnant un petit robespierre à distance..lui soufflant « le droit de dieu ou du peuple n’est ce pas tout comme? »..un droit de vote censitaire, ça ce serait de la légitimité

bouguereau dit: à

Il faut savoir choisir son camp

que de sollicitude..au premier coup de vent tu sautes dans ses bras..sapré dracul..avé ses boulons sur son cax a pointe

pas de com dit: à

pur mauvaise langue , et tous,
la Sologne dont il parle a ravivé en moi une de mes lectures indépendantes d’un auteur totalement inconnu de mon prof de fac d’alors (convaincu le pauvre que j’étais génétiquement misogyne : parce que j’avais accepté de me charger d’un exposé sur le quart livre, et le fis sans papier)
l’auteur qui attacha son nom à la Sologne est
Claude Seignolle
« Claude Seignolle fait son service militaire à Metz, dans l’artillerie. Un jour qu’il est dans une librairie, il hésite à saluer un colonel, hésitation qui lui vaut du cachot et un sonore « Artilleur ! mes respects ! » ; ce colonel est le futur général de Gaulle. Mobilisé en Lorraine, Seignolle y passe la drôle de guerre et les premiers combats. Fait prisonnier, il est envoyé en Allemagne. Il évoque cette période dans ses mémoires, Un homme nu (éditions Lucien Souny, préface de Roland Ernould et présentation de Roger Maudhuy).
Libéré pour raisons sanitaires, il se réfugie à Presly, entre Berry et Sologne. Il réside à la libération à Sainte-Montaine, toujours en Sologne, où il recueille les traditions locales qui lui inspireront plusieurs ouvrages. » (une page sur google lui est consacrée)

bouguereau dit: à

merci à Bloom pour ses précisions

ha on peut pas dire il t’aime aujourdhui jean marron

pas de com dit: à

par ailleurs , j’admets sans peine que ma mémoire a son côté wiki puisqu’elle a toujours associé le nom de Seignolle (j’habitais dans le midi midi) à celui de seignobos
« Né en 1854 à Lamastre en Ardèche, il est le fils de Charles-André Seignobos, député-maire de Privas de 1871 à 1894, de famille protestante et républicaine. Il passe le baccalauréat à Tournon en 1871, où il fut pour un temps élève de Stéphane Mallarmé1. Après de brillantes études à l’École Normale Supérieure, où il suit les cours de Fustel de Coulanges et de Ernest Lavisse, il finit premier à l’agrégation d’histoire.

Il part ensuite étudier deux années en Allemagne. Il s’installe quelque temps à Göttingen, Berlin, Munich et Leipzig. Nommé maître de conférence à l’université de Dijon en 1879 ainsi que professeur aux Écoles des Hautes Études Internationales et Politiques (HEI-HEP), il soutient sa thèse de doctorat en 1881, puis est nommé à la Sorbonne. Il est considéré comme un des deux fondateurs, avec son ami le physiologiste Louis Lapicque, de la communauté scientifique et humaniste « Sorbonne-Plage », à L’Arcouest, près de Paimpol2.

Il succède à son père à la mairie de Lamastre. Il meurt en avril 1942, après avoir été placé en résidence surveillée à Ploubazlanec en Bretagne. »

la capitale? dit: à

« Sorbonne-Plage »
Encore un souverainiste de gauche bobo?

bouguereau dit: à

Pourquoi, Le Petit Célinien, tu es tellement faux-cul que la présence de DSK au Senat te fait problème ?

..cesse de dire du mal de coppé et du libéralisme renato..aprés tout il a fait 47% des voix et tu insultes la moitié de la france là..qui aurait préféré berlu au sénat..les gouts ça se discute pas

u. dit: à

« au premier coup de vent tu sautes dans ses bras..sapré dracul..avé ses boulons sur son cax a pointe »

Ça barde en Sologne.

Le casque à pointe, ça fait paratonnerre, mais le vélo électrique?

« Nous avons eu un arrêt des fonctions motrices sous la pluie. Même après séchage il n’est plus reparti. Il a fallu remplacer le bloc électronique / batterie au complet 1 mois d’attente.

Corosion, rouille, le bas de gamme il y a pas de miracle, les éléments rouille rapidement, les pièces sont forgées avec un acier de basse qualité et votre vélo électrique tombe en ruine après quelques mois. »

Vélos moisis…

renato dit: à

« cesse de dire du mal de coppé et du libéralisme… »

Quoi ?! il y a des libéraux en France ? c’est une blague, n’est-ce pas…

bouguereau dit: à

Le casque à pointe, ça fait paratonnerre, mais le vélo électrique?

de la pointe à la batterie..s’il trouve la combine..dracul dépose son brevet devient riche et gagne son eiseneskreuts de 100% juif !..il ira s’installer en ex ddr..pour faire fabriquer par des demis juifs à demi solde..export jéruzalème !

bouguereau dit: à

Quoi ?! il y a des libéraux en France ? c’est une blague, n’est-ce pas…

pfiou..tout va bien..y’a que renato et des fachiss

renato dit: à

« pfiou..tout va bien.. »

Toi aussi en permanence devant un miroir ?

bouguereau dit: à

tu te poses trop de questions renato..

renato dit: à

En d’autres mots, bouguereau : beaucoup de populistes — il est évident que DSK au Senat c’est une noise pour Mme Duflot… mais s’en prendre à ses problèmes humains parce que ses compétences vous emmerdent c’est digne de la petite bourgeoisie philistine… n’est-ce pas

bouguereau dit: à

chercher les questions a poser quand on veut placer ses petits pinsom c’est du boulot renato..c’est bien

bouguereau dit: à

bon comme disait un antifachiss liberal..j’ai assez posté pour le moment

Phil dit: à

viens de lire un touite à passou comme quoi mein kampf se vend mieux que les moules à berck sur plage. sapré passou, vous êtes partout. hurkhurk

Clopine Trouillefou dit: à

Jacques, j’ai fait une joyeuse mayonnaise entre « Filipacchi » (qui m’écrivit jadis une lettre de regrets polis) et « Filipetti », voilà tout.

C comme Jules, mais moi aussi, comme notre hôte, je préfère la province aux régions administratives… Ok pour des nouvelles de la vôtre. La mienne est humide, mais je l’aime :

L ‘EAU DOUCE (la vie en Bray)

Bien loin de l’île de Corfou
Plus doux que l’andalou sauvage
Sans les rivages des Vanuatu
Ni les danses des Lotophages

Où es-tu, mon pays sage
Que nul ne connaît vraiment
A part trois noms et deux villages
A deux pas de Paris, pourtant

Tu sembles las comme un visage
D’aïeul ayant lentement vécu
Collines douces sentes herbues
Aulnes et frênes éperdus
Et une feuille ride le ru

Là, le lait le miel coulent tant
Qu’on se croirait à Canaan
Mais si le ciel s’y repose
C’est qu’il y pleut, ma foi, souvent

Le pays de Bray n’est qu’une mousse
La pluie mille fois l’éclabousse
Mais c’est pour toi, mon pays sage
Que je demeure fille d’eau douce. »

Quant aux ricanements sur les pays qui font pleurer les poètes, personne n’a donc reconnu la citation ? (sourire !)

JC dit: à

James Dean dans « A l’Est d’Eden » : excellent !
Humphrey Bogart dans « Casablanca » : exceptionnel !
Fernandel dans « Don Camillo » : géant !

… le meilleur de tous ces acteurs, pourtant chevronnés ?

Jérôme Cahuzac dans « Droit dans les yeux ! »

Sergio dit: à

u. dit: 27 juin 2013 à 13 h 59 min
Le casque à pointe, ça fait paratonnerre

Faut en essayer plusieurs comme Obélix… Ici en Lorraine dans tous les greniers on peut équiper une division renforcée de uhlans…

la feuillée dit: à

« Et une feuille ride le ru »

Et on modifie comme l’on c’est…Clopine, je rigole sans réécrire à la Rabelais votre poème!
Bise!

la feuillée dit: à

Mettez-moi au pluriel Clopine et j’accueille les torche culs!

ma .com dit: à

clopine : c’est vrai que je ne sais si votre latin est de prononciation restituée (ou prostituée) pour
Le cæcum est la première partie du côlon,
je m’étonne que personne n’ait rappelé le souvenir de l’histoire de la manne :faut-il croire que l’on a peur de reconnaître q’on a lu des théologiens, des talmudistes !
mais ne craignez rien je ne cherchais pas un « bon lien »!j’ai lu le tweet qui répond sur le quad et le comment et le pourquoi
Or il a prononcé ces mots chez moi en déjeunant… Et je vous ai appris la nouvelle, en toute sympathie. Ne vous servez pas contre moi de ce que je vous ai appris. »
alors pour cette fois, chère clopine, discute avec Chaloux et DHH, parce que je sais que P.Assouline jasé paranoïa des femmes !(et étant donné que comme on disait un homme sur deux est une femme ,et que j’ai entendu pour la première fois Faye alors que e ‘imaginais pas suivre régulièrement des cours de philo, ce qui autour de moi comme la littérature et les études , et les arts, était quasi synonyme de dégénérescence … les jeux sur fond d’hypocrisie instituionnelle postlacanienne
ne font pas mes délices .

u. dit: à

ma .com dit 15 h 29 min

Vous n’êtes pas la seule, maman.
Hélas, c’est le destin des blogs.
Vous n’avez pas idée de ce qui vous attend.
Courage!

JC dit: à

ma .com dit: 27 juin 2013 à 15 h 47 min
« Je regrette d ‘avoir à vous le dire, u.,mais votre humour de quat’ sous commence à me porter sur les nerfs . »

Certes !… néanmoins, il en a, contrairement à d’autres.

Sergio dit: à

Phil dit: 27 juin 2013 à 14 h 36 min
mein kampf se vend mieux

Faudrait voir si on peut pas le distribuer gratos aux mariés pour tous…

JC dit: à

Mariés pour tous, mariés pour rien…

Phil dit: à

remember, Clopine, nicht confondieren: Filipacchi, c’est Match, Filipetti: Match Point (le film préféré de tkt paramount).

Qu’il dit: à

ma .com dit: 27 juin 2013 à 15 h 47 min
« Je regrette d ‘avoir à vous le dire, u.,mais votre humour de quat’ sous commence à me porter sur les nerfs . »

Certes !… néanmoins, il en a, contrairement à JC

com.ma dit: à

ces pantalonnades permanentes!
toute cette machinerie…. de journalistes freudo- postlacaniens !

com.ma dit: à

les plus beaux mots -gestes d’esprit ,c’est de jeunes enfants de moins de dix ans que je les tiens ; après , c’est si convenu, si attendu que l’on a eu le temps de maudire en pensée jusqu’au jour de sa naissance , et se réciter le livre de Job !

co.comama dit: à

post-lacanofreudiens, plutôt.

Qu’il dit: à

Ces pantalonnades lacano-postfreudiens ?

co.comama dit: à

Ces lacanades post-pantalonofreudiennes.

bouguereau dit: à

les chronic de ridicl c’est une compil de vieille pub perrier..ou du millénaire prochain..il en front des lavements pour rigoleye..
non mais ta gueule renfield

Qu’il dit: à

Pantalonnades post-lacanofreudiens, donc ?

bouguereau dit: à

Là, le lait le miel coulent tant
Qu’on se croirait à Canaan

clopine..ta ligne budgétaire est en suspend

bouguereau dit: à

de toute façon aurélie a décideye qu’elle ne paiyereye que les pots casseye clopine..les bêtes, entiers, pas défonceye..on verra pour l’année prochaine qu’elle a dit au premier miniss..c’est une bonne politique

bouguereau dit: à

Mariés pour tous, mariés pour rien…

pour du beurre ?
ta ligne budgétaire est réouverte jicé

Bougrin Durbouge dit: à

‘ ligne budgétaire ‘

Ah ça c’est sûr que pour calmer quelqu’un le mieux c’est de lui faire une ligne, mon coco.

u. dit: à

Touite

L’article de JP Faye contient ces deux phrases, qui sont stupides.

« Comment Derrida en fin de travail peut-il déployer envers Carl Schmitt une «politique de l’amitié»? De l’amitié pour l’homme qui a mis Hitler au pouvoir? ».

C’est ne rien comprendre.

Fernand Raynaud dit: à

Ah, çà, u, payez !

com.ma dit: à

u : c’est aussi mon avis .. mais il y a à cette histoire de la « reconnaissance » de Derrida plus d’une autre scènes (textes publiés) !
Faye l’a saumatre d’être, (sans doute! un meilleur germaniste -et peut être helléniste -que Derrida « l’américain »

Là-bas, layette dit: à

Un bon papier qu’u aime.

u. dit: à

« C’est ne rien comprendre. » (ma pomme)

C’est pas bon.
J’aurais du écrire:
« C’est laisser au lecteur une impression au mieux confuse et au pire complètement fausse ».

il est partout dit: à

U, be quite !

Sergio dit: à

Faut dire… C’est pas très romantique, cette affaire de clergyman… Strauss-Kahn Tapie Cahuzac eux au moins c’est des marrants on devrait leur filer un gouvernement immediately ça ferait trembler le reste du monde pire que sous Talleyrand…

com.ma dit: à

Le 21 mai 1968, Jean-Pierre Faye fonde l’Union des écrivains aux côtés notamment d’Alain Jouffroy, Bernard Pingaud, Nathalie Sarraute et Michel Butor. Ce regroupement de quelque 200 écrivains est conçu à la fois comme un mouvement solidaire des écrivains tchèques à Prague, soumis à une censure totale, et comme un lieu de réflexion sur le sens de la littérature dans un monde en crise8.
En septembre 1981, il conçoit avec Félix Guattari les bases d’une Université philosophique, qui sera fondée en 1983 comme Collège international de philosophie avec François Châtelet, Jacques Derrida et Dominique Lecourt9.
En 1985 le Collège international de philosophie est refondé comme Université européenne de la recherche dont il est, depuis lors, le Président.

com.ma dit: à

Carl Schmitt est souvent présenté comme un juriste, mais il est en fait un redoutable philosophe politique, redoutable par l’ampleur de sa critique des régimes libéraux, et redoutable par la menace théorique qu’il fait planer sur les pensées de la démocratie. Dans la Notion de Politique, Schmitt présente une critique du libéralisme, ce qui lui a valu les critiques de Leo Strauss, accusant sa théorie du conflit permanent et universel de faire le lit du fascisme.

La Notion de politique est peu lu car il ruine tous les concepts de pacifisme : selon Schmitt, la politique est un champ de bataille opposant amis et ennemis. Avec cette thèse elle disparaît toutes les possibilités de paix dans le monde et de coopération internationale.

com.ma dit: à

Dans ce travail sur Strauss et Maimonide (sur le Strauss qui écrit sur Maimonide), nous défendrons la thèse selon laquelle la méthode straussienne de pratique d’Histoire de la philosophie a été élaborée à partir d’un problème philosophique et sans doute personnel fort que ni la science allemande du judaïsme, ni l’appropriation du problème religieux par la conscience, intériorisation qui la vide de que tout contenu heuristique, n’ont résolu de façon satisfaisante pour Strauss, le poussant à remettre en question les paradigmes progressistes des Lumières, ou plutôt leur caricature (« nous vomissons Voltaire, écrit Strauss »)

...com /ma dit: à

Mais Martha Nussbaum va bien plus loin : la littérature apporte des éléments pour construire une théorie politique et morale (p. 12) ; elle est un moyen de contrer l’excès de rationalisme grâce au recours à l’imagination (p. 36-37) ; elle permet de comprendre l’autre et ses émotions (chap. 3), ce qui est indispensable à l’acte de juger (chap. 4 – Poets as Judges).
http://sinelege.hypotheses.org/2680

cocoma.ma dit: à

L’aligot (dérivé de aliqu’ot, du latin aliquod, « quelque chose ») est une préparation culinaire de fromage fondu (tome fraîche) et de purée de pommes de terre à la texture très élastique. C’est une spécialité rurale originaire de l’Aubrac (Aveyron, Cantal et la Lozère) qui s’est répandue dans le dernier quart du xxe siècle au reste du Massif central et plus largement en France notamment à travers l’exode rural des bougnats à Paris.

...ma/com dit: à

Il ne s’agit pas pour Martha Nussbaum de lutter contre l’analyse économique du droit, mais de construire l’économie sur des données humaines, présentes dans la littérature, pour complexifier et affiner la science économique (p. 11). L’originalité de l’essai est que cette critique de l’approche utilitariste se fait grâce à un roman : Hard Times (Les Temps difficiles) de Charles Dickens. Ce roman lui permet de démontrer que les principales caractéristiques de l’utilitarisme (l’approche quantitative de données qualitatives ; la prise en compte de l’homme comme une donnée parmi d’autres

La Reine du com dit: à

Com/ma 18h52. Pas eu le temps de lire plus avant les autres commentaires. Juste le billet de PA. Martha Nussbaum a t-elle un lien avec Felix Nussbaum, peintre allemand mort à Birkenau, je crois? il y a ds ses façons qq chose qui rappelle un peu Chirico. Et puis, ce merveilleux tableau(autoportrait?)poignant dit « au passeport juif », avec les barbelés derrière et tout en haut, une branche de cerisier essayant de se frayer un chemin.

JC dit: à

Nerveusement – et je n’accuse personne en particulier, suivez mon regard – je craque !

D. dit: à

Aligot n’est pas du tout dérivé d’Aliquod, mais de Al’Hiqod, Sultan redoutable ayant avancé jusque dans le Cantal au 8ème siècle.
Il affectionnait particulièrement le fromage et ordonna qu’on en mette dans sa purée, cette mixture pris alors le nom de pourrou (purée en occitan) Al’Hiqod.

bouguereau dit: à

Strauss-Kahn Tapie Cahuzac eux au moins c’est des marrants on devrait leur filer un gouvernement immediately

ils se bouffraient comme des spieders in dze pote (pas cassé et bien fermé)..ou pas..l’élection des grecs a la loterie n’est pas si bête..mais voilà : quand tu dis « un gouvernement » on dirait que tu parles de celui de jicé kabloom zouzou..mais pas du tien..quantiquement t’es hors du pot

bouguereau dit: à

Aligot n’est pas du tout dérivé d’Aliquod

en tout cas dédé c’est trés bon..et j’ai remarqué que les filles qui aimait pas..qui font des moues..que c’était mal barré pour leur casser le pot..toi aussi ?

Sergio dit: à

Non mais bon, les Bougnats on peut pas faire de l’exode urbain parce que là-bas, les villes, faut dire, c’est comme les principes à la guerre selon Bonaparte, il y en a, mais il y en a peu…

u. dit: à

Strauss-Kahn Tapie Cahuzac on devrait leur filer un gouvernement (Sergio)

Y a de l’idée.

Tous les trois en costards croisés et chapeaux se pointant ensemble à Bruxelles…
On cesserait de le prendre de haut, le maquereau français.

Sergio dit: à

bouguereau dit: 27 juin 2013 à 19 h 19 min
quantiquement t’es hors du pot

Faut dire… Sans les boîtes aux lettres les gouvernements on s’en foutrait un peu…

bouguereau dit: à

forte pensée sergio..ils ont plus besoin de nous que le contraire..les belges n’en ont pas..gouverné par leurs passions un peu recuites..leur fraternité déçue..leur égalité de faux cul..et ben ça marche, même qu’il ne jalouse plus les français, regarde phil, il reprise son collant vert tout seul

...com /ma dit: à

Derrida ne s’y retrouvait pas non plus dans les dites « mères juives » !

polder dit: à

Nous voilà au Quantique des quantiques

Jacques Barozzi dit: à

Il/elle radote grave la HR, vous y comprenez quelque chose dans son monologue ininterrompu ? Aucune suite dans les idées et c’est écrit dans un sabir indémêlable !!

Chaloux dit: à

Bouguereau dit: 27 juin 2013 à 11 h 35 min
Courteline, au secours !
« chaloux le supporterait pas..et il a le bras long chaloux »

Tu dis ça parce que t’as les bras courts.

Jacques Barozzi dit: à

Les rues parallèles, qui bordent le groupe d’immeubles dans lequel j’occupe un appartement sur le boulevard, sont ombragées d’alignements de tilleuls : juin est le mois durant lequel ils exhalent leur ennivrant parfum, un délice pour les narines !

Chaloux dit: à

« Le premier être humain à jeter une insulte plutôt qu’une pierre est le fondateur de la civilisation ».
Sigmund Freud
Malaise dans la civilisation.

Chaloux dit: à

Jacques, en mai les seringas du Luxembourg le long de la rue de Médicis. Le parfum le plus féminin que je connaisse.

u. dit: à

(@ renato

Lu les 5 premières parties de Vincenzo Vitiello -et mis le reste de côté pour mon goûter.
Pensée remarquablement ferme et précise, je ne le connaissais pas.
Apparemment, aucun livre traduit en Français).

Jacques Barozzi dit: à

« Le dernier être humain à jeter une pierre plutôt qu’une insulte sera le fossoyeur de la civilisation ».
Bien être dans la barbarie.

Elena dit: à

Il y a encore de quoi faire — depuis 18:21 on n’a pas encore parlé de Jacob Taubes le « remueur d’idées » et de son En divergent accord/ en conflit aimant, ni d’Erik Peterson (Parthe tireur de flèche et « critique de l’extérieur »/ »meilleur ami de l’intérieur »). Ce qui permettrait de faire entrer dans la danse Alexandre Kojève, et Blumenberg …

Chaloux dit: à

Il me semble qu’on doit à Jean-Pierre Faye un peu mieux que ces polémiques.

Jacques Barozzi dit: à

« Lia aux yeux de brebis et dont le ventre avance un peu »

Elle est enceinte ?

Jacques Barozzi dit: à

Et que vient faire le judaisme dans le dico Proust ?
Autant mettre le catholicisme dans le dico Céline !

u. dit: à

« Lia aux yeux de brebis et dont le ventre avance un peu »
Elle est enceinte ?

Seulement un peu enceinte.
Espèce de bouc.

bouguereau dit: à

synagogue

..de la rime riche encore..au dessus de tes petits moyens

bouguereau dit: à

Bien être dans la barbarie

joli baroz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*