de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
Les humanités gréco-latines seraient-elles toxiques ?

Les humanités gréco-latines seraient-elles toxiques ?

La guerre contre les humanités gréco-latines vient de franchir un cap : il ne s’agit plus de les critiquer, de les dénoncer, de les réduire mais bien de les anéantir. On n’en est pas encore là en France mais on en est déjà là aux Etats-Unis (le Figaro s’en est fait l’écho en publiant sur FigaroVox une tribune de Raphaël Doan puis un appel signé par 45 universitaires européens). Il est vrai que, quels que soient les reproches que les historiens de l’antiquité et les professeurs de grec et de latin puissent adresser à l’enseignement de leurs disciplines, il ne leur serait pas venu à l’esprit de prôner leur autodestruction- d’autant que, pour ne parler que de la France, l’apprentissage du latin et du grec y a déjà été réduit en peau de chagrin ( lire ici les analyses de Christophe Bertiau sur les rapports entre le latin et la bourgeoisie).

C’est pourtant bien la volonté d’un certain nombre d’universitaires américains si l’on en croit leurs contributions à des forums et des colloques reproduits sur le site, hébergé par la New York University, de la Society for Classical Studies, la plus prestigieuse des associations académiques consacrées à l’Antiquité. Le tableau de leurs reproches, pour fondé qu’il soit en partie, n’en constitue pas moins un inventaire affligeant de la pureté morale sur certains campus. Les Classics ? une annexe du nazisme et du colonialisme ; un mythe de fondation euro-américain ; une apologie de sociétés esclavagistes, racistes et misogynes ; sans oublier, bien entendu, le mal absolu au-dessus de toutes ces misères : la production de la « blanchité ». Aux dernières nouvelles, sur le front de la culture woke la chasse à la blanchité s’exercerait même dans le domaine de l’histoire de la gastronomie et des pratiques culinaires qu’il conviendrait de décolonialiser en France même…

Tous tiennent ce même discours avec plus ou moins de virulence telle Donna Zuckerberg (soeur du cofondateur et PDG de Facebook), à la tête du site Eidolon, émanation du Paideia Institute, où elle plaide pour une approche féministe, intersectionnelle et inclusive des « classicsdiscipline qui s’enracine dans le fascisme et le suprématisme blanc ». L’objectif avoué est de remplacer la domination des civilisations grecque et romaine par celles des Numides, Phéniciens et autres peuples qu’ils estiment injustement invisibilisés ; à partir d’un tel postulat, la connaissance du grec et du latin, qui serait vécue comme « un traumatisme » par les étudiants et relèverait de « l’héritage colonial » selon Katherine Blouin (University of Toronto), serait donc caduque.

Ainsi le professeur Dan-el Padilla Peralta (Stanford), le plus radical d’entre eux, souhaite-t-il « au plus tôt la mort de la discipline dans le champ académique » de même que Walter Scheidel (Stanford) « si elle ne parvient pas à se réformer » alors que le débat qui a été lancé, notamment la domination symbolique exercé par les classiques, mérite d’être examiné dans sa complexité et sans naïveté. Outre la violence avec laquelle ces attaques sont parfois proférées, et l’imaginaire des grandes invasions barbares de la fin de l’Empire qu’elles charrient (« Tout brûler ! etc), on peut y voir surtout le symptôme d’une volonté de désoccidentalisation d’une certaine Amérique des idées.

Voilà pourquoi de nos jours, des professeurs d’histoire et de langues de l’Antiquité dans certaines universités américaines, à l’issue d’une sévère crise existentielle, appellent pour les plus radicaux à la disparition de leur discipline- ou, pour les plus modérés, à son absorption au sein des études historiques, ce qui reviendrait à en diluer la spécificité. Aux dernières nouvelles, les départements concernés sont toujours bien vivants, mais le contenu de leurs enseignements, de même que les directions prises par la recherche, ont plus de mal à résister à ce projet de tabula rasa.

En France, on a droit de manière récurrente depuis des années au couplet que l’on croyait éculé méprisant les humanités gréco-latines au motif qu’elles relèveraient de l’élitisme, qu’elles augmentaient les inégalités sociales et qu’il s’agit, de toute façon, de civilisations disparues depuis des siècles dont le connaissance est devenue inutile et l’enjeu, obsolète. Mais de là à les juger toxiques car coupables, condamnables car dangereuses comme le font certains outre-Atlantique, il y a (encore) un fossé.

(« Au musée archéologique de Naples » photos Passou)

Cette entrée a été publiée dans Histoire, sciences humaines.

1108

commentaires

1 108 Réponses pour Les humanités gréco-latines seraient-elles toxiques ?

D. dit: à

Astrologiquement parlant, la pandémie n’est plus. Il reste sa queue puis il y aura sa longue rémanence.
Il faut continuer à prendre toutes les précautions nécessaires. Port du masque, y compris en extérieur sur les voies piétonnes ou cyclistes fréquentées en raison du sillage. Et évidemment se vacciner. Cela évite les formes graves avec un grand pourcentage d’efficacité en réduisant notablement la charge virale dès la contamination. Fait baisser le risque de contaminer l’entourage.

Civiquement évident, chez toute personne raisonnable capable de comprendre le civisme.

Jazzi dit: à

Je suis étonné de voir que dans les rues de Paris les gens conservent encore en grande partie le masque, notamment les jeunes, D.

D. dit: à

Ils ont raison si le trottoir est assez à beaucoup fréquenté, Jazzi.

D. dit: à

Mon boss s’est choppé en mars un covid long dont il n’est toujours pad sorti, en empruntant sans masque deux fois par jour les pistes cyclables parisiennes qui sont devenued de véritables autoroutes.
A bon entendeur…

Jean Langoncet dit: à

Un fruit de saison pour la main droite : L’abricot, Ponge

et alii dit: à

ROSE? LES NOMS sont donnés aux virus par les scientifiques; les variants et les autres; ce n’est pas « ma définition », mon catéchisme ;
portez vous bien;
bonsoir

Jean Langoncet dit: à

Le noir de Bigorre est-il un cochon adhérent du MoDem ?

et alii dit: à

Des écoliers ont découvert que l’application de jus d’orange à un test de flux latéral Covid peut générer un faux résultat « positif ».

Le phénomène – qui a été vérifié grâce à une expérience du Guardian – n’est pas le résultat du jus contenant le virus. Il semble plutôt être lié à son acidité, qui casse essentiellement le test. L’effet aurait également été observé avec un certain nombre d’autres aliments et boissons, notamment le ketchup et le Coca-Cola .

Un professeur de sciences britannique a déclaré que ses élèves lui avaient montré l’effet du jus d’orange. « Ils disent que c’est une excellente façon de s’absenter de l’école pendant deux semaines.

Le professeur Andrea Sella de l’University College London a déclaré que la découverte n’était pas surprenante. « Si quelqu’un salit délibérément le protocole, alors bien sûr, vous obtiendrez un résultat stupide. Mais j’ajouterais qu’il ne s’agit pas d’un « faux positif » au sens propre du terme. Parce que les faux positifs sont ceux qui ont lieu malgré le respect du protocole. »
https://www.theguardian.com/world/2021/jul/02/uk-pupils-orange-juice-fake-positive-covid-test-results?utm_term=8f5db40cc8c255486553a98b10c2b67a&utm_campaign=GuardianTodayUK&utm_source=esp&utm_medium=Email&CMP=GTUK_email

Jean Langoncet dit: à

La France et toutes ses Appellations d’Origine Contrôlées/Protégées, est marquée du sceaux de l’infamie originelle : https://www.inao.gouv.fr/

Jean Langoncet dit: à

marquée du sceau de l’infamie originelle > marked with the seal of original infamy

rose dit: à

Le noir de Bigorre, cochon de son état.
Le patta negra de Salamanque.

Jibé dit: à

Le problème du pantouflage, c’est que, même s’il n’y a pas conflit d’intérêt, même si la commission de déontologie est passée, on note une importance cruciale des relations personnelles. Les « recasez-moi untel », pour dire vite, sont un argument qui ne devrait pas avoir cours et qui cependant a cours.
Profiter de son poste pour fourguer des marchés, c’est quand même une pratique déjà vue.
Pour ce qui est de la commission de déontologie, voir cet article, qui n’a pas été rédigé par de dangereux révolutionnaires:
https://www.challenges.fr/economie/le-pantouflage-des-fonctionnaires-dans-le-viseur-des-deputes_564189

Jibé dit: à

Le post précédent s’intègre à la conversation menée entre DHH, Alexia N. et Bloom (et moi-même, en l’occurrence aux côtés de Bloom)

Jean Langoncet dit: à

@Le patta negra de Salamanque

N’a pas, à ma connaissance, valeur d’AOP/C ; regroupé sous l’appellation plus générale d' »iberico »

Jean Langoncet dit: à

patta > pata ?
(le post précédent ne s’intègre qu’à la farce du billet)

B dit: à

D, il vous faudra passer chez moi pour m’aider à installer un truc auquel je ne comprends rien. Ce n’est pas urgent.

B dit: à

Pour le cochon, c’est effectivement mon signe chinois, hormis l’autorité naturelle et la fonction envisagée le tableau correspond. Cochon de terre? Il en existe d’eau, des cochons eau, les hippopotames?

B dit: à

1 hectare correspond à un terrain de foot.

D. dit: à

Oui pas de problème, Bérénice. Je passe ce soir ou demain ?

Jean Langoncet dit: à

(pour être dispensé de sport, il faut justifier d’un avis médical – délivré par de vrais médecins, de ceux qui ont prêté serment)

Jean Langoncet dit: à

(enfin, en France, c’est comme ça)

Jean Langoncet dit: à

(ailleurs, je ne sais pas trop, je suis un humaniste plutôt casanier)

Jean Langoncet dit: à

@La guerre contre les humanités gréco-latines vient de franchir un cap : il ne s’agit plus de les critiquer, de les dénoncer, de les réduire mais bien de les anéantir.

Nietzsche a eu des mots très durs et très justes à ce sujet

Jean Langoncet dit: à

(il faut avoir vécu cette époque au son cartonneux pour y trouver quelque écho avec aujourd’hui)

Jean Langoncet dit: à

(Daho d’Oran, tombé pour la France)

JiCé..... dit: à

Dimanche 4 juillet, 5h28

« Ce monde ne fait que rêver, il approche de sa fin. »
François Rabelais (1483-1553)

rose dit: à

@La guerre contre les humanités gréco-latines vient de franchir un cap : il ne s’agit plus de les critiquer, de les dénoncer, de les réduire mais bien de les anéantir.

Si on considère que c’est comme la grammaire, ou bien comme l’orthographe, on sait alors qu’il y aura renaissance de ses cendres.

JiCé..... dit: à

Une dernière du Grand Rabelais :
“Par le monde, il y a beaucoup plus de couillons que d’hommes.”

Vérifiable, chaque jour, par tous les temps hélas !

rose dit: à

« Cette première étape alpestre a aussi fini d’enterrer les espoirs de deux des favoris annoncés »

alpine non ?

Patrice Charoulet dit: à

CHRISTIANISME

Quand on est chrétien, on doit croire que :

Dieu aurait créé la Terre.
Dieu aurait créé l’homme à son image. Donc Dieu ressemblerait à être humain.
Jésus , né de l’union de son père et de sa mère- comme tout le monde- serait né d’une
« immaculée conception ». D’où l’expression « la vierge Marie ».
Jésus, né dans une famille de religion juive, aurait été un prédicateur original s’écartant de cette religion sur plusieurs points, aurait fait un certain nombre de miracles, serait mort, aurait disparu de sa sépulture, et, aurait connu une « résurrection ».
N’ayant rien écrit, quelques personnes ont raconté ce qu’il a dit et fait , ont contribué aux débuts qui d’ une nouvelle religion appelée le christianisme.
Cette religion qui a dépassé le milliard de croyants existe toujours deux mille ans plus tard.
Elle a différentes branches : le catholicisme, le protestantisme, différents groupements d’ampleur variée.
Quand on est catholique, on prie, on va à la messe tous les dimanches, on communie (on avale une hostie (le corps du Christ), on chante, on baptise ses enfants, on se marie à l’église, on célèbre Pâques (la résurrection du Christ), le jour où Jésus serait né (Noël), le jour où Jésus est monté au Ciel …
L’Eglise est dirigée par le pape, élu par des cardinaux, choisis par le pape parmi les évêques, qui dirigent des diocèses. Des conciles apportent des nouveautés de siècle en siècle auxquelles les catholiques doivent croire.
Les chrétiens doivent croire que la mort n’est que la mort physique, mais que l’âme continue de vivre près la mort, avec un sort variable selon que l’on a mal ou bien agi sur Terre.
Certains vont jusqu’à croire que le christianisme serait une religion française, contrairement à d’autres religions, pas du tout françaises, elles.

JiCé..... dit: à

François Rabelais ne s’était pas trompé : il y a vraiment par le monde une masse de couillons bien supérieure au petit nombre d’hommes sages…

Jazzi dit: à

Tu te fonds dans la masse ou tu te comptes dans le petit nombre, JiCé ?

et alii dit: à

AVEC L4AIDE du tweet sur Fumaroli par JAM:
On voit qu’il jouit simplement de raconter les Aventures de Télémaque parce qu’elles font vibrer chez lui une corde très profonde. En exergue du livre, il a mis une phrase de Fénelon qui me semble refléter – vous me le direz – sa croyance à lui, Marc Fumaroli : « Le fils d’Ulysse reconnaissait que la vraie grandeur n’est que dans la modération, la justice, la modestie et l’humanité. »
bonne journée

et alii dit: à

Dumézil disait
« telle est ma queue »

Alexia Neuhoff dit: à

Oh merci ! © M. Charoulet pour cette petite leçon de catéchisme du dimanche matin qui permet de réviser les bases. Cependant, est-il convenable d’utiliser le conditionnel à la suite de « Quand on est chrétien, on doit croire que : » ? Car le conditionnel laisse planer un doute dont ne souffre pas le chrétien en question.

Marie Sasseur dit: à

« « Cette première étape alpestre a aussi fini d’enterrer les espoirs de deux des favoris annoncés »

alpine non ? »

Question très intéressante. La carte et le territoire.
Intuitivement, alpestre est plutôt associé à une notion qui caractérise un terrain, alors qu’alpin caractérise une notion plus vaste, qui a trait à l’anthropologie.

alpestre est indiqué comme un etymon du latin médiéval, alpestris. C’est un taxon scientifique que l’on rencontre aujourd’hui, essentiellement en botanique.

Enfin, pour aujourd’hui, plutôt qu’alpine, vous pouvez dire étape savoyarde.

« Si le Tour de France n’était qu’une course cycliste, ce qui ne se vérifie que par intermittences depuis quelques jours, nous prendrions sur nous de parler de la transhumance qui ramène nos cordées de ramoneurs savoyards à quelques centimètres au-dessus du niveau de la baigneuse.  »
A. Blondin

renato dit: à

«… il y a beaucoup plus de couillons que d’hommes.”

Évidement ! car sauf rares exceptions (1 ou 3) la majorité en a deux.

et alii dit: à

pour notre paresseuxer délien:
même lien Tu as lu, Jacques-Alain, Paris-New York et retour : le concept principal, c’est l’otium, le loisir, c’est avoir son temps, se retrouver entre amis, converser, etc., tout sauf ce qui est tendu, conflictuel. Je me rappelle très bien la cérémonie de la remise de son épée, avant qu’il n’entre à l’Académie. Il décrivait son épée, les symboles qui la sertissaient, et c’était une joie délicieuse partagée lors de cette séance, où il y avait un monde fou, et où on reconnaissait toutes sortes de groupes extraordinairement différents. C’était au Sénat, si je me souviens. J’ai eu la même impression quand, un jour, je l’ai vu à Genève où il était entre autres venu voir L’illusion comique de Corneille, mise en scène par Brigitte Jaques-Wajeman, et où il a été reçu à bras ouverts par d’éminents collectionneurs, et la Fondation Bodmer…fumaroli

et alii dit: à

 » La grâce du XVIIIe siècle, c’est qu’à travers notamment le travail d’un Caylus, le retour à l’antique était aussi un retour à l’humanité. Les arts encourageaient à une diffusion de cette humanité dans un siècle de paix, qui prépare en quelque sorte la vie moderne civilisée. » fumaroli sébastien (le neveu)

renato dit: à

Une chose dans l’autre j’avais cru comprendre que l’on dit « étape de montagne » ; au moins qu’on n’interprète cette épreuve comme une forme (analogique) de distillation…

et alii dit: à

suite: » sur Le sexe des Modernes pour voir qu’il y a toute une part de l’écriture de ces « Modernes » qui a basculé en effet vers le pédantesque.

Si vous voulez mon avis, je crois que cette antipathie est avant tout politique. Si on met Lacan à part, ce qui fait l’esprit de l’époque, depuis Jean-Paul Sartre jusqu’à Foucault et Derrida, c’est ceci : ce sont des penseurs qui se veulent du côté des damnés de la terre. Ils valorisent l’opprimé, le colonisé, le hors-norme, le hors-la-loi, le marginal. En revanche, Marc Fumaroli est du côté des dominants, à condition qu’ils soient bien élevés. Non pas les industriels ou les richards, les Valenod, pour citer Le Rouge et le Noir. Ce qui correspond le mieux à sa sensibilité, comme à celle de Stendhal d’ailleurs, ce sont les aristocrates un peu décatis, qui gardent encore quelque chose de leur splendeur, mais qui n’ont plus vraiment le pouvoir de faire du mal, et qui se sentent si bons et si généreux. »

et alii dit: à

jam: »C’est ce qui est le plus surprenant chez lui, et le plus attirant : la rédemption des bons sentiments. Depuis Gide, on est habitué à penser qu’avec les bons sentiments, on ne fait rien de bien. Le point de vue de Marc Fumaroli est exactement contraire : avec de bons sentiments, on a la vie bonne, et on fait de la très bonne érudition.

et alii dit: à

J’ai aussi eu le sentiment en lisant Paris-New York et retour que, selon lui, le vrai otium est pratiqué à New York en un temps où il ne l’est plus du tout à Paris. » François Regnault

Bloom dit: à

ce qui préoccupe Bloom

Il s’agit d’un contrat de plusieurs milliards d’euros.
L’enquête vise un ancien PR, un ex-ministre des finances devenu PR & un ex-ministre de la défense devenu ministre des affaires étrangères. Sur place, la négociation a été menée par le représentant de la France.
L’enquête devrait déterminer s’il y a ou non eu versement de pots de vin à l’intermédiaire indien pour l’obtention du contrat.
Affaire d’état?
L’avenir nous le dira.

et alii dit: à

« . Il n’y a pas trace chez lui de ce culte de la classe ouvrière qu’il y a longtemps eu à gauche. Pour lui, le prolétaire comme le bourgeois est un utilitariste qui méconnaît les vraies valeurs. Le héros, c’est l’aristo. L’« égalité », avec des guillemets, c’est, dit-il, « un principe contre-nature », page 431. »

et alii dit: à

Fumaroli S
« Pour moi, la notion d’aristocratie aujourd’hui est plutôt le contre-pouvoir. C’est la capacité d’avoir une indépendance d’esprit. Le centre du livre, c’est justement le retour aux humanités qui permet d’avoir une certaine distance par rapport à la vérité d’État, une certaine liberté personnelle. C’est en ça qu’il en appelle à une élite, mais une élite populaire, une élite très Troisième République.

rose dit: à

Sigmund Freud a ce point commun avec Paul Edel, il est fou de Rome.

Bloom dit: à

et vous, rose, vous êtes folle de la messe?

closer dit: à

Charoulet a de grosses lacunes en matière de religion. Comme le dit quelqu’un plus haut, Dieu « n’aurait pas » mais « a » créé le monde; c’est un credo, pas un credo au conditionnel. Par ailleurs, il mélange comme beaucoup, christianisme et catholicisme. Quand il dit que « certains » (je suppose qu’il vise essentiellement Zemmour) pensent que le christianisme est une religion française, il se trompe. Ce « certain » pense que le catholicisme (plus qu’une nuance) est la source principale de la culture française depuis que l’on parle de France (en gros mille ans)…Dans le catholicisme il y a évidemment la Bible, donc le judaïsme. Bien sûr il y ajoute la culture gréco-romaine.

C’est, avec une focale centrée sur la France, donc plus limitée, la même position que Paul Valéry sur l’Europe entière. Partout où il y a Athènes, Rome et Jérusalem aux sources de la civilisation, il y a l’Europe.

Au piquet Charoulet !

et alii dit: à

c’est pour renato!
les mêmes paradoxes chez Baudelaire et chez Fumaroli. Ces traits qui rendent Baudelaire irrécupérable et constamment génial.

Sébastien Fumaroli : Marc partageait le point de vue de Baudelaire sur la photographie. Il n’empêche qu’il adorait la photographie, et il était aussi photographe.

closer dit: à

Franchement, je ne suis pas traumatisé par le fait que la hollandie soit mise en cause dans la vente des Rafales à l’Inde…

Mais, soyons un peu réalistes. Nous avions un besoin vital d’exporter enfin nos Rafales. Qui croit une seconde que les ventes d’armes se font de manière claires et transparentes où que ce soit ?

Marie Sasseur dit: à

@Une chose dans l’autre j’avais cru comprendre que l’on dit « étape de montagne » ; au moins qu’on n’interprète cette épreuve comme une forme (analogique) de distillation…

Une chose dans l’autre, dans  » la légende des cycles » ( copyright Blondin), on ne confond pas les Alpes avec les Pyrénées.

et alii dit: à

. Il s’agit de toucher le cœur du roi, soit par les dames, soit par les abbés. Et ça a une influence sur les positions de politique étrangère de la France. La question du sentiment religieux est au centre du pouvoir. Puis, comme l’explique Marc, le sentiment religieux s’est transformé, laïcisé, en goût. Les querelles religieuses qui avaient eu lieu au XVIIe pour influencer la politique royale, se poursuivent au XVIIIe, mais à travers la politique des arts, et donc à travers l’histoire du goût. C’était par l’histoire du goût, en essayant d’inculquer un goût au souverain, qu’on lui permettait de développer son humanité. De même le sentiment religieux avait pour but de développer le sentiment d’humanité du monarque, sa bonté. Il croit à la bonté humaine, Marc, contre le cynisme ambiant.

JAM : Il croit au péché originel aussi.

Bloom dit: à

Certains s’accommodent du détournement de l’argent public, des caisses noires, etc.
D’autres trouvent cela indigne d’un état.
La justice n’a que faire des relativisations au petit pied & jugera s’il y a ou non corruption et prise d’intérêts, et donc délit.

rose dit: à

La botanique oui, gentianes rhododendrons.
Mais aussi le triton alpestre.
Et la renault alpine.
Bref.

rose dit: à

Non.
Mais je suis ventre mou.
Peut être pour amortir les chocs.
Les fesses bien musclées.

JiCé..... dit: à

Il faut vraiment avoir l’humanisme infantile et obtus, la connaissance des humains médiocre et fausse, pour imaginer que l’on vend des Rafales comme des lave-linges…

Une règle dans l’armement ?
Corrompre…
Partout ! Toujours !

JiCé..... dit: à

Il faut vraiment avoir l’humanisme infantile et obtus, la connaissance des humains médiocre et fausse, pour imaginer que l’on vend des Rafales comme des lave-linges…

Une règle dans l’armement ?

Corrompre… Partout ! Toujours !

Jazzi dit: à

Inénarrable description de la comédie du pouvoir dans le chapitre sur la visite du Roi à Verrières dans « Le rouge et le noir » de Stendhal, avec le jeune évêque d’Agde qui s’entraîne devant son miroir à distribuer l’absolution !

Janssen J-J dit: à

@ « Quand on est chrétien, on doit croire que » :
ni un conditionnel ni un impératif, un simple constat signifiant le besoin de rester en cohérence avec sa foi, une foi apparemment non partagée par l’ironie du prescripteur… On avait cru commencer à lire l’imprécis d’athéologie de michel onfray… mais non, c’est bien du charoulisme étourdi… ô merci patrice ! Pouvez sortir du piquet.
@ Sebastien a-t-il un lien parental avec Marc Fumerolle, comme disait mon bon maître ? (-> du côté des puissants et des zereux zinclus, peu tyrannisés par le logos).
@ (Dugain Marc – « Heureux comme Dieu en France ») -> PR@MC : … tiré de l’expression yiddish, men ist azoy wie Gott in Frankreich ; d’une époque où, en Europe, seule la France avait émancipé les juifs placés au rang de citoyens de plein droit. L’expression fut reprise ensuite par les Allemands : glücklich wie Gott in Frankreich. – En tant que locution adjectivale, on peut admettre, étape de montagne spplémentaire, qu’en France, on vit plus qu’ailleurs dans la liberté, la dignité et la sécurité. Oui, et ce, en dépit des coups de rafales de la Hollande… D’ailleurs 80% des vacanciers gaullois vont y séjourner. Inquiétant.
@ Folle de la messe ou molle de la fesse, Sigismund de la Comtesse ?
… Bàv @ tous les Débris D. de l’Herdélie…. (dim. 4.7.21@10.04)

et alii dit: à

excuses on suze
gentiane

D. dit: à

Qui croit une seconde que les ventes d’armes se font de manière claires et transparentes où que ce soit ?

Ceux refilés à la Grèce, d’occaze, sont presque gratuits. Pour faire ch..r Er!ogan=.

Après, la Russie est tellement bonne en aéraunautique, qu’il faudra pas se plaindre qu’elle lui refile leur dernier cri de zinc quand il sortira de chez Mig ou Sukhoi. Et qui sera supérieur au Rafale en terme de signature, de contre-mesures, de maniabilité, et tout et tout.

Janssen J-J dit: à

Il avait une connaissance adulte et carrée des humains pour comprendre que la justice n’avait pas son mot à dire dans la mécanique réaliste de l’export de nos chars Dassault.

Marie Sasseur dit: à

Alpine, ça vaut pour hautes altitudes, aussi…

 » et la rampe s’élevait , rendant le coureur à une condition animale  » A. B.

4 juillet 2021

 » Le peloton va aborder pour la première fois de ce Tour les hautes altitudes avec l’arrivée de la 9e étape à Tignes.

et alii dit: à

NERVAL
Dans la nuit du Tombeau, Toi qui m’as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d’Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
Et la treille où le Pampre à la Rose s’allie.

et alii dit: à

Le Pausilippe (en italien Posillipo ; en napolitain Pusilleco) est une banlieue collinaire résidentielle en bord de mer, située au nord ouest de la baie de Naples. Frazione jusqu’en 1925, elle est depuis intégrée administrativement comme quartier.

et alii dit: à

BERLIOZ/
Je suis arrivé hier soir à Naples, je t’écris aujourd’hui du mont Pausilippe sur le tombeau de Virgile. C’est la première chose que je visite. Une vieille femme m’a conduit chez le propriétaire de la vigne au milieu de laquelle la tombe antique est placée, et m’y voilà. En mangeant des raisins dorés, je parcours de l’œil la mer doucement agitée; à travers les brouillards qui la couvrent je distingue l’ile de Caprée où je vais m’installer incessamment; et je rêve en me rappelant les premières impressions poétiques que je dus dans mon enfance à l’auteur de l’Enéide. J’ai fait un voyage extrêmement intéressant, j’ai vu les ruines de la fameuse Capoue, si fatale aux soldats d’Annibal; je suis monté au Mont Cassino et j’y ai admiré le célébre couvent des Bénédictins. Cet édifice est plus grand que la Chartreuse et plus richement orné qu’aucun autre monument religieux. […]
http://www.hberlioz.com/Italy/naplesvf.htm

et alii dit: à

Tombe de Giacomo Leopardi, poète italien à Naples, près du tombeau de Virgile –

et alii dit: à

UN TITRE/
Moïra fut tenu pour un chef-d’œuvre. Étudiant à l’université de Virginie, Joseph Day, 19 ans, « un roux violent et fanatique », s’impose par sa personnalité physique et morale. Il représente ce qu’on appelle un « puritain ». La tentation fatale sera Moïra (forme irlandaise de Marie, comme Maura et Maureen).
Moïra, du prénom grec ancien Μοῖρα / Moîra, dérivé lui-même de μοῖρα / moîra signifiant à la fois « destin », « part », « portion » ou « lot ». Cette pluralité d’acceptions traduit la conception grecque du destin.

et alii dit: à

j’ai connu le petit fils de professeur qui s’appelait Achille;
mais Obalk se prénomme Hector

Janssen J-J dit: à

@ etalii, il faut changer de crèmerie, à minuit ! Voiture balai, je suis…

et alii dit: à

on sait qu’hélène demeure un prénom très « actuel »

et alii dit: à

peinture:
Luca Giordano se forme à Naples dans l’atelier de Jusepe de Ribera, puis à Rome chez Pierre de Cortone. Attentif au caravagisme napolitain ainsi qu’à l’école vénitienne, en particulier à Véronèse, le peintre partage sa carrière entre Naples, Florence, Rome, Venise et l’Espagne où il est convié à la Cour par Charles II.

Un homme et ses quatre compagnons enlèvent une jeune femme à la longue chevelure blonde. La légende de l’enlèvement d’Hélène par Pâris, événement qui est à l’origine de la guerre de Troie, est racontée dans L’Iliade d’Homère (chant III). Cette iconographie n’est pas isolée dans la production de Luca Giordano : le peintre a réalisé au moins cinq autres peintures sur ce thème. D’une manière générale, il traite à plusieurs reprises le thème du rapt (Hélène, Déjanire, Europe, les Sabines) et

https://mba.caen.fr/oeuvre/lenlevement-dhelene

et alii dit: à

le commentaire du lien sur la blancheur!
. Les trois différents bleus utilisés pour les vêtements d’Hélène (bleu lavande des sandales, bleu-gris de la ceinture et bleu outremer de la draperie) accentuent le contraste avec la blancheur de sa peau et révèlent le raffinement de la gamme chromatique.

et alii dit: à

Leucate fut découverte par les Grecs il y a des siècles qui ont donné le nom de cet endroit en s’inspirant de l’île grecque de Leucade dont la falaise leur semblait similaire. Place forte stratégique, attachée au pouvoir royal, Leucate défendait les marches d’Espagne. En 1590, pendant les guerres de Religion, les Espagnols, alliés de

et alii dit: à

En grec ancien et en grec puriste, l’île est appelée Λευκάς (Leukas, Lefkás), qui donne en grec démotique Λευκάδα (Lefkáda). À partir du Moyen Âge, elle est appelée Sainte-Maure, en grec Άγια Μαύρα (Aya Mavra), en italien Santa Maura, jusqu’au xixe siècle où elle reprend son nom antique.

Janssen J-J dit: à

Complètement siphonnée… l’hubris caulerpine !-
Allez, l’rdl bonne fille, vous laisse jouer toute seule… Après tout, si ça peut vous donner un rallongeail… hein !

et alii dit: à

aux thérapeutes
La leucémie (du grec leukos, blanc, et haima, sang) est un cancer des cellules de la moelle osseuse (les cellules de la moelle produisent les cellules sanguines, d’où le terme parfois utilisé de cancer du sang), faisant partie des hémopathies malignes.

Bloom dit: à

Le cynisme, forme la plus dégradée de l’esprit humain.

Bloom dit: à

tiré de l’expression yiddish, men ist azoy wie Gott in Frankreich

Ironiquement, dès que les allemands se sont mis à faire du diction une réalité, ils ont liquidés les yiddishophones.
L’expression devrait donc se réécrire des deux façons suivantes:

– Men ist azoy wie gott in frankreich on di deytshn

– Glücklich wie Gott in Frankreich, ohne die Juden.

Marie Sasseur dit: à

Bis repetita , à cause du double lien: double peine !

renato dit: à

Alpine Distilling 
____________

Il nous manque Blondin pour nous faire remonter à l’enfance, et nous conter cette grande étape du jour.

« Au reste, il apparut bien, durant un moment, que le Tour de France, bouclant sa propre boucle, retombait en enfance. On retournait au premier âge, à l’âge de pierre, quand le silex, ô ironie, était encore une conquête. La frêle bicyclette de l’ère atomique était dépassée par les circonstances. On eût dit l’héritière épuisée d’une vieille famille de hobereaux, châtelaine pâle incapable de faire face aux exigences du domaine. On eût voulu, pour les coureurs, de plus robustes vélos, des cadres brasés à la forge, des pneus ballons, que sais-je, peut-être de longues moustaches, un autre sang, un autre cœur de chercheurs d’or. La fin d’une race affrontait, ici, la fin du monde. »

https://raffinement-francais.com/recipes/eau-de-vie-de-genepi-de-la-maison-lenotre/

renato dit: à
Alpine Distilling :

https://www.recycleutah.org/2017-100-mile-meal-producer-feature-alpine-distilling/

Marie Sasseur dit: à

Un grand classique.

« En latin, Artemisia. Bon c’est bien gentil, mais le latin de cuisine ou de pharmacie, il y a belle lurette que plus personne ne sait ce que ça veut dire. »

et alii dit: à

Le nombre d’évangéliques ne cesse de croître ces dernières années en France. Mais les nouveaux croyants doivent se méfier de certaines églises aux pratiques abusives et sectaires. Les femmes en seraient les premières victimes.
pourquoi les femmes doivent se méfier des prêcheurs

et alii dit: à

chapeau de rêve:
Un fedora porté par Harrison Ford dans Indiana Jones et Le Temple Maudit a atteint les 300.000 dollars lors d’une vente aux enchères organisée par Prop Store à Los Angeles mardi dernier. Un prix qui a surpris les organisateurs qui avaient estimé cet objet iconique entre 150.000 et 200.000 dollars.

Veuillez fermer la vidéo flottante pour reprendre la lecture ici.

Le chapeau avait été fabriqué tout spécialement pour le second opus des aventures du célèbre archéologue. « Créé par la Herbert Johnson Hat Company qui avait également fabriqué les chapeaux pour Les Aventuriers de l’Arche Perdue, ce fedora présentait une légère modification par rapport à celui du film original. Le costumier Anthony Powell et son assistante Joanna Johnston avaient travaillé main dans la main avec Herbert Johnson sur cette modification en incorporant un sommet plus fuselé que dans le film précédent. Le fedora est en excellente condition, montre de légers plis et quelques signes d’âge, et vient dans une boîte de rangement en plastique », est-il écrit dans une description rédigée pour la vente et relayée par le Hollywood Reporter.

Une bagatelle
Ce n’est pas la première fois qu’un des chapeaux d’Indiana Jones fait l’objet d’une vente aux enchères.

En 2015 le fedora original porté par Harrison Ford dans Les Aventuriers de l’Arche Perdue (1981) avait été proposé aux collectionneurs par Prop Store. Et tenez-vous bien, le couvre-chef d’anthologie était parti pour 500.000 dollars !

B dit: à

Bloom, l’article de libé stipule qu’il y aurait eu un abandon de redressement fiscal au profit du négociateur indien . Cet abandon aurait transité par Bercy . Si l’enquête aboutit et illustre le « on n’a pas eu le choix » de FH, elle nuira à la réputation des socialistes et à celle d’EM impliqués dans cette négociation, 6 milliards de rafales contre 145 ? millions de ristourne fiscale. Ensuite il n’est fait aucune mention de commissions occultes. J’imagine que concernant les marchés il y aurait de nombreux autres lièvres à lever. Le PNF est il contraint ou est ce qu’en période pré électorale il serait intéressant pour certains de voir la manoeuvre aboutir, à qui profitera affaire, à votre avis?

et alii dit: à

Les expressions tirées de la mythologie§

médusé! boîte de Pandore
faute de Prométhée (voir Stiegler pour Epiméthée)

et alii dit: à

Panem et circenses
L’expression est tirée de la Satire X du poète latin Juvénal, qui lui donne un sens satirique et péjoratif2.

et alii dit: à

La flamme olympique des Jeux olympiques modernes est allumée au cours d’une cérémonie par des femmes, jouant le rôle de prêtresses d’Héra, vêtues de tuniques similaires à celles portées par les Grecs de l’Antiquité. La cérémonie se déroule, plusieurs mois avant le début des Jeux2, sur les ruines du temple d’Héra à Olympie, en Grèce, à l’aide de rayons du soleil concentrés par un miroir parabolique (par précaution, s’il n’y a pas de soleil le jour de cette cérémonie officielle, la flamme est allumée selon le procédé antique du miroir, plusieurs jours avant, un jour de soleil). Les prêtresses, autour de l’autel, invoquent Apollon. La flamme sacrée est alors placée dans une urne en céramique qui est transportée dans l’ancien stade d’Olympie au cours d’une procession qui passe devant un olivier sauvage dont un rameau, symbole de paix et récompense du vainqueur des Jeux, est coupé. La grande prêtresse allume la torche et la remet au premier relayeur. Plusieurs autres relayeurs la transportent jusqu’au Stade panathénaïque qui a accueilli les Jeux olympiques d’été de 1896. Le Comité olympique hellénique qui avait la responsabilité des relais jusqu’à ce stade passe lui-même le relais au Comité d’organisation des Jeux Olympiques (COJO) du pays hôte3.

et alii dit: à

c’est la FLAMME olympique, pas la FLEMME

Bloom dit: à

à qui profitera affaire, à votre avis?

à tout le monde, B (sauf les personnalités impliquées oeuf corse).
Il fut noter que ce sont les Indiens, grands experts es-corruption, qui ont levé le lièvre.
Pourquoi? Parce que le coût du contrat est bien trop élevé: ce qui est probablement « le meilleur avion de chasse au monde » est considéré comme étant bien trop cher…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*