de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Bagatelles pour un pensum

Bagatelles pour un pensum

Encore Céline ? Encore… A croire qu’on n’en finira jamais avec lui. Sauf que cette fois, c’est autant de l’homme et de l’œuvre qu’il s’agit, que de l’immense cohorte de ses fidèles lecteurs, confondus pour les besoins de la cause en autant de céliniens, célinologues, célinomanes, célinolâtres (heureusement qu’il ne signait pas Destouches !). La cause, c’est celle de Pierre-André Taguieff et d’Annick Duraffour, deux universitaires qui ont consacré énormément de temps, d’effort, d’énergie à effectuer des recherches sur un homme qu’ils vomissent et sur une œuvre qui les indiffère ; une telle attitude, qui n’est pas si courante en histoire littéraire, relève d’une psychologie qui nous échappe. Leur projet s’inscrit en gros caractères sur la couverture de leur pavé, moins dans le titre (exquis) Céline, la race, le juif que dans le sous-titre Légende littéraire et vérité historique (1182 pages, 35 euros, Fayard).

Ainsi, dans la France de 2017, il se trouve encore des chercheurs réputés pour prétendre détenir « la vérité historique » sur un sujet. C’est qu’ils ont vraiment pris au sérieux toutes ses élucubrations, ses délires, ses inventions. C’est qu’ils ont vraiment tout vérifié. Une telle naïveté ne donne déjà pas envie d’y aller voir car leur démonstration est de toute même épaisse d’un bon millier de pages. On y va tout de même et dès la page 42, dans les dernières lignes de la préface, on lit cette énormité doublée d’une ânerie :

 « On ne saurait considérer que l’écrivain, parce qu’on lui reconnaît du « génie », a toujours raison. Il n’a pas non plus tous les droits, à commencer par celui de mentir ».

Comme si les lecteurs de Céline lui donnaient raison ! Comme si un romancier n’était pas fondamentalement gouverné par le mensonge ! Nombre de chercheurs ont de longue date suffisamment déconstruit les trois pamphlets et analysé leurs sources pour que l’on sache déjà à quel point il pillait, manipulait, déformait. Et alors ? De ce genre de livres-là, on n’attend pas des informations. Ni des autres du même. Lorsqu’il écrit dans D’un château l’autre que Pierre Laval, avec qui il prétend souvent bavarder à Sigmaringen, lui a proposé le poste de gouverneur de Saint-Pierre et Miquelon (en 1944 !), on ne voit guère que Taguieff & Duraffour pour prendre ça eu sérieux. En revanche, s’il y a une chose que des essayistes n’ont pas le droit de nous imposer, c’est un pavé aussi indigeste, confus, bavard et in fine illisible. On s’interroge sur ce que la littérature a bien pu leur faire pour qu’ils manifestent ainsi tant de mépris à son endroit.

Leur postulat est clairement affiché : ils ne se demandent pas, contrairement aux pékins que nous sommes, comment l’admirable auteur du Voyage au bout de la nuit a pu écrire ses appels au meurtre mais plutôt comment l’ordurier pamphlétaire a pu écrire Voyage au bout de la nuit. Armés de cette idée à proprement parler renversante, ils ont épluché tout ce qui a été publié sur le sujet afin de prouver que Louis-Ferdinand Destouches était un être vénal, que les Allemands l’avaient payé, qu’il travaillait pour leurs services, qu’il était au courant de l’existence des chambres à gaz et qu’il mouchardait à tour de bras (il est vrai qu’il a même dénoncé Racine et le pape), mais ils n’avancent guère de preuve.

Ils veulent à tout prix faire de Céline un carriériste des lettres qui, après examen du marché, aurait choisi l’antisémitisme comme un créneau porteur pour se faire connaitre ! Faut-il avoir abdiqué tout esprit critique, à condition d’en avoir jamais été pourvu, pour imaginer que le Voyage au bout de la nuit a été conçu comme un produit marketing, que la haine des Juifs était un bon placement dans le débat d’idées et que tout ce que Céline a dit et écrit relevait du calcul et de la stratégie littéraire.

Salaud, Céline ? Oui, il aurait même mérité le titre de président à vie du Racisme Club de France. Cynique, misanthrope, arriviste, inhumain, égoïste, opportuniste tout autant, et alors ? Lui au moins n’a pas attendu l’Occupation pour cracher son venin antisémite. Dès les années 30 on savait à quoi s’en tenir avec lui, mais cela n’enlève rien au génie de l’auteur de Mort à crédit et à sa capacité à dynamiter la langue française dans la lignée d’un Rabelais.

Bien que le ton et l’esprit de leur livre hésite en permanence entre l’analyse rigoureuse de l’historien et les excès polémiques, ils ont voulu « démythologiser » Céline. Peine perdue : son œuvre n’en continuera pas moins à être des rares qui dominent le XXème siècle littéraire. Son oeuvre complète, pamphlets et correspondance inclus. En regard de ce massif littéraire, on n’a rien à faire de cette brique d’archivistes tant le jugement par lequel elle entend condamner un écrivain n’est animé que par la morale, sinon la moraline. De là à faire autant de salauds des céliniens, il n’y a qu’un pas. Accusés de complaisance, ils passent pour des négationnistes, ou peu s’en faut. Un comble lorsqu’on sait que Taguieff et Duraffour n’ont rien exhumé d’autre que les documents déjà publiés par les célinologues, seule leur interprétation tranche. Disons qu’ils sont les premiers à les découvrir pour la deuxième fois. Bagatelles pour un pensum ! Nous revient alors ce soupir de Céline à la fin de sa vie : « Dieu qu’ils étaient lourds !… »

(« Louis-Ferdinand Céline en 1959 », photo François Gragnon)

Cette entrée a été publiée dans Histoire Littéraire.

1105

commentaires

1 105 Réponses pour Bagatelles pour un pensum

la vie ans les bois dit: 24 mars 2017 à 13 h 02 min

Il ne faut pas insulter l’avenir. Ce scandale d’État en hollandie, va bientôt éclater, « Bienvenue place Beauvau » pour un president qui parle trop aux journalistes du monde libre, et les révélations de la miss Lancelin, ça commence à faire beaucoup.

rose dit: 24 mars 2017 à 13 h 02 min

christiane à 12h21 avais lu l’adresse à vous destinée de Philippe Jacotet.

Le début tambien (l’uchronie me survole).
Et pas d’accord avec le.P.S : c comme.ça que certains ont de gros chocs. En affirmant de telles contre-évidences.

rose dit: 24 mars 2017 à 12 h 55 min

Aude Lancelin n’est pas une écrivaine. C’est une journaliste qui a écrit un bouquin. Deux trois quatre.
Quant tu es journaliste tu le restes. Tu n’es pas écrivain.

La chance est que tu peux être un très bon journaliste.

rose dit: 24 mars 2017 à 12 h 46 min

Et la culbute des éléphants.

Mais les suivants ne portent que ce rêve prendre la place des éléphants et faire pareil.

Aucun changement en perspective.

rose dit: 24 mars 2017 à 12 h 43 min

Si. Il y a qq. petits députés macronnisés. Qui traitent de sujets mineurs à l’Assemblée Nationale. Qui espèrent que leur fidélité ‘occassionnelle’paiera. Qui se voient bien ministres.

la vie ans les bois dit: 24 mars 2017 à 12 h 42 min

la rosse du komintern des libres voudrait téléphoner à sa copine dafnee, mais elle sait pas comment faire.
Je ne sais pas si la rosse s’envoie maintenant la boîte complète de cachetons pour soigner sa dépression post-mortem…..

Janssen J-J dit: 24 mars 2017 à 12 h 40 min

@ Petit clavier. Gros doigts.
Changez pour : Gros clavier, petits doigtés. Sinon, les malentendus vont persister comme dans le RER ce matin. Horrible.

rose dit: 24 mars 2017 à 12 h 39 min

C’est un sale twitt.
Ça me rehausse pas à mes yeux.

Je peux cesser rapidement. Très en colère néanmoins contre ce twitt haineux. Ai besoin d’estimer les gens ave qui je suis.
Comme une des réflexions de JC. pas acceptable..point barre.

rose dit: 24 mars 2017 à 12 h 35 min

Moi sûrement pas la course de côte sauf si elle est de veau.

Mais je sais vivre à 4500, sans mâcher de la coca. Et pisser dans un bus andin ce n’est pas même pensable.

rose dit: 24 mars 2017 à 12 h 32 min

Christiane
J’ai un point de vue arrêté c’est vrai. Ne oas accepter les cadeaux. Elle a dit « je n’ai pas compris tout de suite ». Elle s’est faite avoir. Fillon lui a pigé tout de suite.

Sa copine à elle lui a demandé le service plus tard.
Si c’est comme Fernandez (et autre) avec Assouline que sont les cadeaux ?

Qu’on se fasse empaffer ça fait longtemps que je suis au courant.

Janssen J-J dit: 24 mars 2017 à 12 h 28 min

@12.14 csq = conséquence (en style télégraphique classique). Traduction : on tire du touite de passoul la conséquence que f. fion, face au « monologue agressif » de c.a., lui serait apparu comme la victime d’une mégère non apprivoisée, état auquel son épouse ne l’aurait pas habitué.
Cela dit, je ne tire aucune csq des futures préférences électorales de Passoul, même s’il ne censure jamais JC, bien au contraire.
Je souhaite vivement qu’on arrête de le harceler à ce sujet. Lui ce qui l’intéresse c’est LFC, qui n’a rien à voir avec notre époque, si j’ai bien compris, la traîtrise étant transhistorique à ses yeux.

rose dit: 24 mars 2017 à 12 h 27 min

Elle s’est pris une raclée. Je vois pas comment en sortir grandie la vieille peau.

Moi j’étais sur mon télephone portable. Petit clavier. Gros doigts. Trés légère connnerie par rapport à l’autre abrutie à Las Vegas. Pendant que son mec est à Rio.

christiane dit: 24 mars 2017 à 12 h 26 min

@rose dit: 24 mars 2017 à 11 h 43 min
Vous écrivez : « Sûr que garder le bracelet ce n’est pas futé. Le porter encore moins. »
Sait-on pourquoi elle le portait ? Qu’a-t-elle dit à cette donatrice ? Que représente cet objet pour elle surtout quand elle s’en sert pour mettre en garde Fillon contre ce… trousseau à lui offert.

rose dit: 24 mars 2017 à 12 h 24 min

Incapable de se challenger en réformant les moeurs.
Je crois rêver.
Mais quand tes moeurs te conviennent pourquoi te challenger pour en changer hé ?

christiane dit: 24 mars 2017 à 12 h 21 min

Rose – 12h 10
c’était dans un commentaire de JJJ vers 20h :
« Mes goûts musicaux sont ce qu’ils sont, mais je n’éprouve pas le besoin de les faire partager, il suffit qu’ils soient miens, comme dirait Anselm Kieffer. »

la vie ans les bois dit: 24 mars 2017 à 12 h 21 min

‘Tain la rosse elle doute de rien…. La « meute » de téléspectateurs devant leur écran, hier soir…. Christine saura en sortir grandie, de cette épreuve, une nouvelle expérience pour elle depuis qu’elle milite en hollandie.

christiane dit: 24 mars 2017 à 12 h 19 min

@JiBé dit: 24 mars 2017 à 11 h 08 min
Le « mais » est inutile, tu prêches une convaincue ! En cela je la trouve intéressante dans les médias, un peu comme Duras, oui.
Ces candidats ? Des êtres qui ne se conçoivent que par le rôle théâtral qui leur permet d’endosser la personnalité d’emprunt qui leur fait oublier ce qu’ils ne sont pas. (Un peu le rôle des pseudos, ici. « Avatar » écrivait smdr. Tout rêve est jouable.) Elle, Angot, passe sa vie à rêver d’autres vies.
On s’assoit devant l’écran et on se transforme en spectateur. On sort de l’épreuve de réalité pour assister au spectacle. Leur profession est de jouer. Mélanchon n’est pas mal dans ce domaine, la Marine, aussi.
La distribution de ces présidentielles… c’est douze personnages en quête d’auteur ! Quant au rôle principal ? le casting est à refaire… le scénario, aussi ! Pas encore de coup de foudre. Ils ne sont ni sexy ni rock’n roll. Pourtant le théâtre de l’Elysée a déjà préparé son tapis rouge (comme à Cannes).

rose dit: 24 mars 2017 à 12 h 14 min

csq tirée ça veut dire quoi ?

q chez annelise signifie question. J’ai cherché assez longtemps.

Hier je l’ai trouvée blackboulée christine

Janssen J-J dit: 24 mars 2017 à 12 h 06 min

Je viens de voir la scène CA/FF sur un link. En ai été fort impressionné, vu qu’hier je regardais et écoutais Louise Erdrich sur la 5.
Du coup, je ressens de la sympathie à l’égard de ceux et celles qui tentent de défendre cette romancière que je n’ai jamais lue à cause de mes solides préventions et préjugés. Je viens de la ressentir comme une espèce de mère courage descendue dans l’arène, bien maladroite, mais voui, une fille courageuse… Et forcément, je guette ici les signes d’approbation chez D., lvdb, rose, jb, christiane, m’attriste de l’attitude de ceux qui la torpillent et la démolissent, à commencer par le touite de passoul, dont la csq tirée est qu’ils préfèrent saluer en fion une victime de l’angot !!!!!!!!!!!!!!!!!
qui sut mettre les rieurs de son côté. Horreur instinctive de la perversité des lectures. Evidemment ceux qui se tiennent à distance ont raison. Mais Bruxelles rue américaine, ça devient très compliqué.
Et maintenant, un peu de distance avec l’événement, bonjour sant’angelo :
le bracelet électronique en pierres précieuses forcément ça vous attache, ça vous tache, bib bip
attaché à la cheville ouvrière, let’s go
une marque d’infamie dont certains ont su rapidement se délester plutôt que d’attendre de se faire tailler des costards par le fan club, vlan !
Naïve et courageuse parce qu’enchaînée au bracelet du canard, semper augusta.
Voilà ce qui va faire l’élection, hurk, (même thomas legrand incapab’ de savoir de quel côté ça va tomber).
Des traces au poignet enchaîné, inutile de se rassurer en les faisant disparaître. Les astrologues en perdront leurs latins, go, etc…. etc…

rose dit: 24 mars 2017 à 12 h 05 min

Incompréhension totale du public widergänger. Il était ave Fillon et contre Angot. Seule et courageuse. Et vêtue de noir. Mal d’ailleurs.

rose dit: 24 mars 2017 à 12 h 01 min

Renato sur son rqpport au social il est dit ds le lien de lvdlb sur les animaux qu’après la guerre grande solitude. Pas de lkens sociaux. Et le perroquet aidait à foutre les gens dehors.

rose dit: 24 mars 2017 à 11 h 59 min

Prudent et mesuré ce n’est pas la stature d’un écrivain. 100 pour cent raccord jb.

C écrit le piurquoi du dégage mais moďéré. Jc cela ne passe pas.《₩》<- couteau en travers de la gorge.

rose dit: 24 mars 2017 à 11 h 53 min

Elles sont des femmes qui ont vécu pleinement. Tout sauf des midinettes. Les deux ont l’écriture.

rose dit: 24 mars 2017 à 11 h 51 min

Il n’estbpas fort sympathique il attend le jugement. Par la loi tant qu’il n’est pas condamné il a présomption d’innocence. On sait comment se passe la loi pour les présidents de la République. Tant qu’il n’y a pas de preuves suffisantes, ils sont innocentés. Or, il s’avère qu’ils sont toujours innocentés. Sarkozy etc. Là les juges se démènent parce qu’ils ont été très malmenés par Sarko. qui a commencé ànles comparer à des petits pois. Mais le résultat sera le même. Impunité totale.

JC dégage. Trois semaines.

la vie ans les bois dit: 24 mars 2017 à 11 h 50 min

Tiens, c’est super drôle.
L’une a gardé une bague, comme on garde le souvenir du grand Amour.
L’autre a conservé un bracelet, comme un stigmate… Un viol, un nom.
L’une a connu l’amour, et l’autre le cherche encore.
Voilà un peu ce qui ne peut faire confondre Duras et Angot. Faut vraiment avoir un raisonnement de critique pour bobos de st germain pressés, hein.

rose dit: 24 mars 2017 à 11 h 43 min

Sûr que garder le bracelet ce n’est pas futé. Le porter encore moins.

Pour être un des dix mille, faudrait déjà être un.
Tu vis déjà avec une compagne charmante raye les autres de ta carte grand andouille.

rose dit: 24 mars 2017 à 11 h 40 min

Le lien est la grande implication de Duras dans la politique. L’engagement. Hier elle a eu une adresse aux journalistes en quittant le plateau : elle a dit à Fillon  » vous savez pourquoi ils m’invitent ? Pour que je puisse vous dire ce qu’eux ne peuvent pas/n’osent pas. »

Ce sont des amuseurs publics aujiurd’hui les journalistes.

JC dégage. Honte de ce blog.

JC..... dit: 24 mars 2017 à 11 h 39 min

Que ferai-je d’une vieille chèvre comme toi, rose ? Je ne suis pas un des Dix Mille de Xénophon !!!

rose dit: 24 mars 2017 à 11 h 35 min

Israël n’est pas une démocratie : dans les faits,c’est un état militaire autocratique. Ne respecte pas la loi. Ni l’ONU.

la vie ans les bois dit: 24 mars 2017 à 11 h 34 min

Contrairement à Duras, -keske Marguerite vient faire dans cette galère ? Christine a bien essayé en vain de s’en servir de caution, mais qd même !-
Christine est devenue une habituée des médias. Elle en a d’ailleurs bien souffert au début, puisqu’elle s’était barrée, non?

JC..... dit: 24 mars 2017 à 11 h 34 min

Quittons nous sur une réflexion géostratégique en Guyane, place folle et criminogène :

-indépendance totale du territoire en 2018
-élection de la Reine Taubira, à vie
-détachement du site spatial, façon Guantanamo à Cuba, à l’abri des sauvages

Tout problème mérite une mauvaise solution.

rose dit: 24 mars 2017 à 11 h 29 min

Embobinée comme une tarte.

Nous trois les filles on était séchées. Par la liasse de billets. Il a gardé 60000 pour lui a donné 240000 pour les juofs qui en ont besoin. La solution passe par l’argent. Cette grosse plaie.

JC..... dit: 24 mars 2017 à 11 h 29 min

… cette ruine d’Angot est le pur produit de la médiacratie littéraire…. au secours, Ferdine !

JC..... dit: 24 mars 2017 à 11 h 27 min

… tu nous emberde en permanence, rose, tu es l’expression même de toute ta vie faite d’immenses vacuités… DEGAGE !

rose dit: 24 mars 2017 à 11 h 26 min

J’ai trouvé comme paul ce lien avec Zuras sans la classe qui allait avec. Grosse déception. Le coup du bracelet c’était nul.

rose dit: 24 mars 2017 à 11 h 25 min

Sur elle. Pas encore lu tous vos coms.
Pas de fureur. Elle était feoide et déterminée.
Non elle n’a pas gagné le débat. À deux reprises la foule a ri avec Fillon. Elle a lu une lettre. Ce qui n’est pas un monologue. Elle n’était pas agressive. Elle est partie déconfite.

Réflexions au réveil : si pierre assouline se met à nous dire ses opinions politiques sur le blog on dégahe tous au grand galop. Ses silences correspondent tous à des intérêtes. Le twitt de hier soir contre christine angot est le fruit de ma réflexion de ce jour. Aucune notion de ce qu’est l’intégrité première d’un individu. Mes intérêts à moi. Mes petits privilèges. Bâtis sur autrui.

Paul Edel dit: 24 mars 2017 à 11 h 23 min

Christine angot tente de remplacer le ton de pythie sur un trépied de marguerite Duras :résultat moyen.

la fille à la voilette dit: 24 mars 2017 à 11 h 21 min

F.Fillon a dit, hier soir, qu’il avait rendu les costumes…comme c’est du sur-mesures chez Arnys, il faut se demander qui pourra rentrer dedans sans faire sauter les coutures…c’est là qu’est le vrai problème..quel gâchis. Impossible de les refiler à un candidat, les déclarations de patrimoine ont été publiées..

rose dit: 24 mars 2017 à 11 h 18 min

Je crois que- JC- ce serait pas mal que tu dégages. Très définitivement.
Rêve. Un immense trou rond dans le jardin. Nous trois les filles. On plante des bulbes. On n’a pas commencé.

Elles versent un grpos sac decroquttes du chien direct ds le tro Avant cela.il y avait eu une.boîte en fer de pâtes.de.fruits remplis d’insectes noirs à carapace dure avec du blanc. Lien avec les « polollos »ce terme chilien qui signifie les amoureux avant le novio et novia. Un copain de mes filles -nous sommes tous autour du trou un mètre de diamètre -on va remettre les croquettes dans un sac-sort 300 000 euros/dollars de sa poche. Compte garde six billets.pour lui et donne 240 000 à ma fille aînée. Il lui dit « tiens c’est piur les juifs » Tel problème ». (J’ai pas noté mais il l’a dit). Il est arabe.

Stop avec tous les discours sur les arabes.
Quand rtu as 52 ans que tu es né en Angleterre tu es anglais.

Pour ma part j’arrête je ne orends pas trois mois.

JC..... dit: 24 mars 2017 à 11 h 11 min

François HOLLANDE, intérimaire, tacle le manque de dignité de François FILLON !

Lequel Saint François de Sarthe quitte son home en voiture de sport, lui, ….. pas comme un voleur d’espoir quittait l’Elysée, casqué et scootérisé comme une racaille du 93.

Question dignité, le fourbe bedonnant …

la vie ans les bois dit: 24 mars 2017 à 11 h 10 min

Il faudrait relire qq pages de « pourquoi le Brésil » je pense que l’histoire du bracelet de Christine pourrait y être.

JiBé dit: 24 mars 2017 à 11 h 08 min

Mais Christine Angot entre toujours en scène en public, Christiane : aussi bien chez sa boulangère que chez sa libraire…

christiane dit: 24 mars 2017 à 11 h 04 min

@Jibé – 10h54
« … Elle a abordé ce « rôle » comme on entre en scène au théâtre. »

la vie ans les bois dit: 24 mars 2017 à 11 h 01 min

Pour causer avec F. Fillon de ce qui pourrait devenir un gros scandale d’État en hollandie, il faudrait une écrivaine plus calme, à l’oral. Aude Lancelin, par exemple.

JC..... dit: 24 mars 2017 à 10 h 59 min

Phil, comment voulez vous que Renato ne soit pas comme tous les autres hommes du Sud : papoteur ?

Phil dit: 24 mars 2017 à 10 h 56 min

« un inénarrable malotru qui sévit à Bruxelles »..nous dit Renato qui n’a peut-être pas tort.
L’occasion est donnée de rappeler la mémoire d’un autre Belge, Robert Denoël, couvert par son ami Steele comme un chapeau melon, qui porta à l’attention des lettres françaises le cas Céline(nonobstant son assassinat en traction-avant boulevard des Capucines qui est une autre affaire quasi cinématographique).
Il habitait à Bruxelles rue Américaine, où se trouve aussi la maison de Victor Horta.
« Antée » par le regard belge fut aussi la nrf.

JiBé dit: 24 mars 2017 à 10 h 54 min

« la Magnani dans « Rome ville ouverte » ou « Mamma Roma » qui porte la parole des sans-voix. »

Version bobo bourgeoise, alors, Christiane. Faut pas charrier !

JiBé dit: 24 mars 2017 à 10 h 52 min

La défense et illustration par Christine Angot de la revue des Deux Mondes, fut un grand moment de l’émission. Les Temps Modernes eurent été plus appropriés !

JC..... dit: 24 mars 2017 à 10 h 52 min

Lacenaire ?

Qui ose parler de petit bedeau courtement étriqué, lui qui est un gros sacristain longuement dégénéré !

A pleurer…

Lacenaire dit: 24 mars 2017 à 10 h 42 min

10 heures 08, vlaty pas que notre Richelieu, le petit bedeau courtement étriqué, en remet une couche dans la misogynie, ça ne change guère, c’est minable

la vie ans les bois dit: 24 mars 2017 à 10 h 38 min

Ce qui est dommage, c’est que Christine Angot n’ait pas salué Pénélope. Elle était là, pourtant. Et Christine ne lui a même pas fait un petit signe. Elle ne l’a peut-être pas vue. Car elles auraient pu causer littérature… Cela lui aurait évité de pester comme une enfant trop gâtée….

JC..... dit: 24 mars 2017 à 10 h 31 min

Le désespoir du successeur de Louis de Funès, l’impayable grimacier funeste Benoit Ramons ne comprend toujours pas qu’il est « rassembleur du PS » au sens du croque-mort nettoyant un charnier, au crépuscule des vieux.

On a beau vous dire que vous êtes conn, vous n’y croyez jamais … Sacré Hamon ! Quel gland …

JC..... dit: 24 mars 2017 à 10 h 23 min

Sœur Christiane m’éclaire a giorno comme toujours : cette Angot est une vraie caunne, une malade….

JC..... dit: 24 mars 2017 à 10 h 23 min

Sœur Christiane m’éclaire a giorno comme toujours : cette Angot est une vraie conne, une malade….

christiane dit: 24 mars 2017 à 10 h 20 min

@D. dit: 24 mars 2017 à 9 h 52 min
Oui, j’ai ressenti la même chose quand elle a lâché le texte qu’elle avait préparé pour laisser prendre voix sa colère et son dégoût. Elle n’était plus alors l’écrivain, elle était une femme du peuple en colère, passionnée, violente et volubile, spontanée comme la Magnani dans « Rome ville ouverte » ou « Mamma Roma » qui porte la parole des sans-voix.
J’aime assez l’entendre, plus que de la lire.
Que ça ait eu lieu dans ce débat c’était imprévu (ou au contraire prévisible par ceux de la chaîne qui voulait faire de l’audience). Elle a abordé ce « rôle » comme on entre en scène au théâtre. Sa tirade qui ne supportait pas d’être interrompue. Du panache !
Face à elle, un autre comédien reptilien affublé d’une cote… mal taillée.
«Le régent demanda son avis à Besons qui barbouilla et qui proposa une cote mal taillée.» (Mémoires de Saint-Simon)

JC..... dit: 24 mars 2017 à 10 h 17 min

La plupart des jeunes pensionnaires du Couvent des Oiseaux que le hasard m’a fait connaître étaient de sacrées….

Petit rappel dit: 24 mars 2017 à 10 h 08 min

Christine Angot , « une Bovary qui se prend pour Flaubert »….Et rodée aux séances de dédicaces, en plus. Un petit air couvent des oiseaux bcbg…un génie? On en doute quelque peu…

JC..... dit: 24 mars 2017 à 10 h 04 min

Christine Angoisse ? C’est elle qui s’est faite couvrir par son papounet, un homme au goût sûr… ?

JC..... dit: 24 mars 2017 à 10 h 03 min

Dédé, « l’émotion de la justicière…. », tu y crois ? Elle a l’air dingue, cette ragazza…

Bob dit: 24 mars 2017 à 9 h 57 min

C’est facile à ce stade de taper sur F
et permet de faire passer d’autres pour de blanches colombes incontournables

JiBé dit: 24 mars 2017 à 9 h 55 min

« Christine Angot, que j’ai toujours aimée, s’est posée en justicière. »

Elle est meilleure en romancière de sa propre vie, D.

D. dit: 24 mars 2017 à 9 h 52 min

Christine Angot, que j’ai toujours aimée, s’est posée en justicière. Ça témoigne de beaucoup de courage. Elle fut naturellement débordée par l’émotion devant le reptile immobile et cynique. Qui a perdu cette manche selon mon avis.

closer dit: 24 mars 2017 à 9 h 48 min

« Et n’oublie pas cette leçon: il serait bien que tu rendes ce bracelet d’infamie, »

Vingt ans après? Le fait de l’avoir gardé ridiculise complètement cette pauvre fille.

La femme ayant un minimum d’intelligence refuse d’emblée ce genre de cadeau, sachant instinctivement depuis la nuit des temps ce qu’on va lui demander en échange. Sauf si elle est d’accord pour le donner, bien sûr.

JiBé dit: 24 mars 2017 à 9 h 45 min

Il suffirait de les renvoyer d’où ils viennent, JC, conformément à la loi, qui n’est pas appliquée…

Bob dit: 24 mars 2017 à 9 h 37 min

(twit) « ils auraient dû y penser avant de l’inviter. »

ça fait le buzz donc c’est rentable comme dirait qui déjà?

Bob dit: 24 mars 2017 à 9 h 35 min

@ 9 h 16 min
Jibé éternel défenseur des faibles
on me dit de quoi il retournait -je ne regarde pas ces émissions, à quoi bon

Bob dit: 24 mars 2017 à 9 h 27 min

« un bébé que Hollande a créé de toutes pièces »

vous en savez des choses
(mais il e st pas mignon )

JC..... dit: 24 mars 2017 à 9 h 24 min

Le mignon Macron est un bébé que Hollande a créé de toutes pièces, béni par la Fée Trogneux penchée sur le berceau depuis son plus jeune âge …

Je ne me suis jamais autant amusé dans une situation politique hexagonale, sauf en 1936 et encore.

Bob dit: 24 mars 2017 à 9 h 23 min

« il apportera ses voix à Macron. »
Report de voix contre l’idole du varois (M devra la remercier)

D. dit: 24 mars 2017 à 9 h 22 min

Mélenchon a déjà pratiquement éliminé Hamon et il apportera ses voix à Macron.

Vous connaissez mal le personnage, Jib é ! Il ne donnera aucune consigne de vote aussi 2/3 de ses électeurs voteront blanc et 1/3 Marine en réaction au Système (Europe, bancaire etc..). J’ai intégré ces paramètres à mon calcul des le début. Et ça plus autres, donne Marine Présidente.

JiBé dit: 24 mars 2017 à 9 h 16 min

Ce qui est admirable, Bob, c’est de garder le bracelet et ne pas écrire l’article de complaisance !

Bob dit: 24 mars 2017 à 9 h 13 min

WG « rendre des costumes en guise de discours politique »
il en est pour dire que c’est un geste admirable

JiBé dit: 24 mars 2017 à 9 h 13 min

Mélenchon a déjà pratiquement éliminé Hamon et il apportera ses voix à Macron. Mais Fillon, qui semble avoir accusé les coups reçus, se relève et pourrait encore nous réserver des surprises dans ce scénario trop annoncé…

Widergänger dit: 24 mars 2017 à 9 h 04 min

Les députés ne sont pas macronisés. Ils viendront d’ailleurs. C’est une grande faiblesse de Macron que soulignent d’ailleurs tous les analystes politiques. D’où l’instabilité permanente qui va s’ensuivre. Chute périodique des gouvernements comme un peu partout en Europe d’ailleurs. Période précambrienne comme dirait Bloom… avant le grand effondrement et la culbute des éléphants…

renato dit: 24 mars 2017 à 9 h 03 min

En tout cas le malotru dont il est question semble confirmer l’opinion de W Benjamin relative à la social-démocratie.

Bloom dit: 24 mars 2017 à 9 h 00 min

De loin, on discerne avec quelque difficultés certaines « grandes masses » du paysage électoral: brumeuses, fumeuses, aspergées périodiquement de forfanteries nationalistes des uns ou des autres. Basses eaux ontologiques, beaucoup d’écume, très peu de fonds, couleurs saumâtres.
Précambrien? Cambrien?

Bloom dit: 24 mars 2017 à 8 h 59 min

De loin, on discerne avec quelque difficultés certaines « grandes masses » du paysage électoral: brumeuses, fumeuses, aspergées périodiquement de forfanteries nationalistes des uns ou des autres. Basses eaux ontologiques, beaucoup d’écume, très peu de fonds, couleurs saumâtres.
Précambrien? Cambrien?

JC..... dit: 24 mars 2017 à 8 h 55 min

Wiwi, je ne crois pas que la France soit plus ingouvernable que maintenant, après la redistribution des marionnettes en provenance des Grands Partis RadeauMédusés !

Les Zélites vont s’arranger entre elles au sens de la définition du changement par Lampedusa … Rien ne changera et après quelques soubresauts la nouvelle nomenklatura s’enrichira comme d’habitude.

Elle le deviendrait, ingouvernable, si un changement profond animait les mœurs du populo d’une autre façon, politique, syndicale, culturelle, identitaire. Ce qui est impossible pour des Latins comme les Français, incapables de se challenger en réformant les mœurs …

JiBé dit: 24 mars 2017 à 8 h 54 min

Hollande va sûrement soutenir Macron et celui-ci lui rendra la pareille pour qu’il soit nommé à la tête de l’Europe…

JiBé dit: 24 mars 2017 à 8 h 52 min

Mais non, WGG, Macron va être très à l’aise dans le costume de la 5e République. Et avec lui, toute une nouvelle génération politique, plus de nombreux anciens experts dans l’art de retourner sa veste, va redonner un coup de neuf à l’art, intemporel, de gouverner. Le positif dans tout cela et de renvoyer définitivement Marine Le Pen à la maison du père…

Widergänger dit: 24 mars 2017 à 8 h 43 min

La réalité c’est que les deux grands partis de gouvernement vont passer à la trappe aux présidentielles. Mais aux législatives, ça va être la foire d’empoigne. Et derrière (behind…comme dirait Shakespeare, n’est-ce pas…) une France ingouvernable. On s’apprête à vivre cinq ans dans un retour à la 4ème république avant de passer à la 6ème en 2022.

JiBé dit: 24 mars 2017 à 8 h 41 min

« C’est beaucoup mieux que la soirée Dambreuse dans l’ES. »

Bel éloge de l’Etat spectacle, WGG, c’est du beau !

Widergänger dit: 24 mars 2017 à 8 h 40 min

Qu’est-ce qu’on se marre quand même dans ce pays…! La France est devenue un vrai Barnum.

Widergänger dit: 24 mars 2017 à 8 h 39 min

Effectivement, Jibé, pendant que l’autre lui taillait un costard, lui il rendait ses costumes. Ça pourrait presque être une phrase de Flaubert dans un remake de l’ES…

Widergänger dit: 24 mars 2017 à 8 h 37 min

Faut voir un peu la scène :

Un politicard verreux pris la main dans le sac qui passe son temps à sourire en rendant des costumes l’air de rien, dans le public, caché, quelque part, la meute prêt à le saigner, l’écrivaine un peu vaine qui nous montre son bracelet en guise d’argument électoral pour défendre un gouvernement insignifiant avec ses réformes de m… Je crois que Flaubert doit jubiler dans sa tombe… C’est beaucoup mieux que la soirée Dambreuse dans l’ES.

JC..... dit: 24 mars 2017 à 8 h 35 min

« Schnaps et filles…/…inénarrable malotru qui sévit à Bruxelles » (Renato)

Celui qui a Bruxelles dit cela et prend les pays du Sud, Espagne, Italie, France et autre Grèce, pour des assistés incapables de bien se gérer … a parfaitement raison, pour une fois !

Il y a ceux du Nord, les bons, et les raclures du Sud, les mauvais … monsieur Renato.

JiBé dit: 24 mars 2017 à 8 h 33 min

« Ce ne pouvait être qu’un monologue agressif », dit Passou.

Mais je préfèrerai toujours un écrivain qui avance tel qu’en lui-même, jusqu’au ridicule, qu’un écrivain prudent, mesuré…

Widergänger dit: 24 mars 2017 à 8 h 30 min

En France, on en est à rendre des costumes en guise de discours politique… Ils sont fous ces Français… Une énorme pochade…

JiBé dit: 24 mars 2017 à 8 h 23 min

« Fils de Pétain. »

Mais aussi, entre le glaive et le goupillon, entre Marx et Jésus, fils de de Gaulle, Bloom, et de quelques autres…

renato dit: 24 mars 2017 à 8 h 12 min

La parenthèse « forêt en marche » n’a pas été ouverte par hasard. Voyons. Entre « un schnaps et une fille » — tant pour donner du grain à moudre à un inénarrable malotru qui sévit à Bruxelles —, nous pourrions, sur la trace de Pirandello, nous dire que le Bon Docteur Destouches est devenu « historiquement non conforme » parce qu’il a pensé comme individu, même si on sait que ce n’est pas, ne peut pas être, sa vérité car, comme individu, il ne pouvait se conformer aux questions morales, c’est à dire à l’aspect plus simple des relations sociales, mais seulement comme partie d’un ensemble car il participait à une dynamique où la responsabilité individuelle n’était pas en jeu — et ne l’aurait été en aucun cas parce que « l’auteur est un fournisseur non un consommateur, il ne doit rien juger » — comme si, en absence d’une individualité autonome, il aurait fallu qu’il s’invente une personnalité (un Œdipe non résolu aurait rapporté moins mais l’administrer aurait été plus simple — une tranche non quantifiable d’humains arrive à vivre sans peine avec ça, ou avec n’importe quel baratin dans ces eaux là). Il importe de regarder de près les relations que Céline entretenait avec le pouvoir. Si, afin de rester dans la « légèreté » sans perdre en « consistance », on veut s’éviter la balançoire des poids et contrepoids de la narration, sans élider ses remplissages des compensations, ses ses manies, ses « objets » phobiques, et ses invariables préjugés, on peut approcher ces relations par le biais d’un témoignage de l’été 1957 que l’on doit à Alberto Arbasino (in « Paris, ô Paris », Gallimard, 1997) où ce narrateur qui n’a désormais plus rien à perdre ouvre plusieurs perspectives et pour finir dit « Mais, moi, je ne suis qu’un styliste », confession que n’importe quel Maniériste aurait pu souscrire — et le Greco faire sienne quand l’inquisiteur l’accusa de cacher des choses « innommables » sous les ailes des anges.

JiBé dit: 24 mars 2017 à 8 h 11 min

J’aime beaucoup Christine Angot, l’écrivaine. Là, je dois dire qu’avec ses engagements pro Hollande, anti Fillon, elle se ridiculise et rend ce dernier, calme et souriant, fort sympathique !

la vie dans les bois dit: 24 mars 2017 à 7 h 57 min

Christne A. fut très courageuse.
Comme toujours, elle se laisse déborder par sa générosité- vis à vis de ses amis journalistes et autres chroniqueurs littéraires…
Alors elle y va, elle fonce.

Et là, quelqu’un lui répond.
C’est de cela qu’elle ne revient pas: Quelqu’un lui répond.

Merci Christine.
Et n’oublie pas cette leçon: il serait bien que tu rendes ce bracelet d’infamie, timeo Danaos et dona ferentes, etc…

JiBé dit: 24 mars 2017 à 7 h 52 min

Céline et Sartre montrent les limites, les dérives, de l’écrivain engagé au siècle dernier. Mais sans leur engagement, Sartre et Céline seraient-ils eux, existeraient-ils ? Et en quoi leur engagement nous éclaire-t-il sur la France de l’époque, en sont-ils le reflet ? Aujourd’hui, Houellebecq est-il un écrivain engagé ou désengagé ? Christine Angot semble plus engagée que lui…

JC..... dit: 24 mars 2017 à 7 h 28 min

Cette Christine Angot, qui est ce ?

Je veux dire, vaut-elle la peine d’être lue ? Ou bien, est ce une perte de temps prévisible, sans parler de la perte d’argent …

JC..... dit: 24 mars 2017 à 6 h 26 min

Un patrimoine de 1 million d’euros pour un prolétaire comme Mélenchon ? Une preuve que le capitalisme a du bon, non ? Gaudeamus !

JC..... dit: 24 mars 2017 à 5 h 40 min

Lorsque les jours de malgloire arriveront en deux fois, j’irai à la pêche aux moules !

Les candidat-président iront, eux aussi, pêcher les moules une par une se rendant tête basse dans l’isoloir. Comme d’habitude.

Et seront élues des moules à leur image …

JC..... dit: 24 mars 2017 à 5 h 27 min

Les Français vont comme des rats vers Macron comme ils allaient aux congés payés en 36, comme ils allaient meugler Paix au Viet Nam en 68 dans les rues dépavées : ils iront, en haut de forme et jeans, aux Folies Bergères -pardon Folies Brigitte- pour oublier qu’ils doivent prendre des décisions, de temps en temps ou dépérir sous le rire des nations puissantes.

Nos Français sont un mélange prodigieux de sans-dents, de sans culottes, de sans cervelles, de sans scrupules et de sans houilles.

A suivre !

Bloom dit: 24 mars 2017 à 4 h 56 min

Les Français ne comprendront jamais rien à rien. Ce qui leur arrive c’est bien fait pour eux…(…) C’est l’existence-même de la France qui est en jeu à présent.
—-

Fils de Pétain.

Bloom dit: 24 mars 2017 à 4 h 48 min

Trouve t-on les livres de Céline en Israël, Bloom ?

Je suppose, Baroz (rime riche!) puisqu’il est traduit en hébreu:
« Debate over separating the man from his work was also sparked in Israel when « Journey to the End of the Night » was translated into Hebrew in 1994 by Ilana Hammerman ».
http://www.haaretz.com/anti-semitic-author-booted-from-french-commemoration-list-1.338779

Israel, avec toutes ses tares graves, reste la seule démocratie du Moyen Orient. Touts ceux qui ont goûté aux nuits de Tel Aviv pourront te dire que Paris fait petit bras en comparaison…

rose dit: 24 mars 2017 à 3 h 41 min

Ni trouvé une algarade, ni un clash et pas violent. Pas contre, il a fait rire son auditoire -en rendant les deux costumes, alors qu’elle a gardé le bracelet offert en défraiement. Elle est intègre & intelligente.

L’autre, sa femme le suit partout. Il est télécommandé ou quoi ?

Sergio dit: 23 mars 2017 à 23 h 41 min

la vie dans les bois dit: 23 mars 2017 à 22 h 36 min
des fois, y’a du grabuge chez les rebelles dissidents, et ça ferme.

Y a rien de plus calmos qu’un groupe constitué à partir de rebelles, ou d’exclus du système principal, ça je l’ai toujours vu…

christiane dit: 23 mars 2017 à 23 h 08 min

@Janssen J-J dit: 23 mars 2017 à 20 h 04
« Quelquefois pourtant, on n’aura même pas eu besoin de légendes, pour quedes mots bondissent de colline en colline, à travers buissons et ravins, comme des traits de lumière dans la lumière, sans que le poids d’une seule pensée, l’ombre d’une seule appréhension les entravent.
Un instant sans durée, un jour peut-être hors des jours, une seule nuit « plus aimable que l’aube ».
« Notes du ravin » P. Jaccottet

PS : A.Kiefer a raison.

la vie dans les bois dit: 23 mars 2017 à 22 h 36 min

« Chacun fait bien ce qu’il veut sur son blog »

des fois, y’a du grabuge chez les rebelles dissidents, et ça ferme.
Alors tout le monde i revient au bercail, comme dit Sergio.

__________________________________

François Nourissier, « Le Pont de Londres de LF Céline », in Les nouvelles littéraires, 9 avril 1964.
« Trois années après la disparition de Louis-Ferdinand Céline, voici Le Pont de Londres, « roman inédit »
http://louisferdinandceline.free.fr/apropos/surgui2.htm

rose dit: 23 mars 2017 à 22 h 22 min

Cela s’adressait à Widergänger l’autorisation de l’esprit critique. Après sa remarque sur les gens qui, sur leurs blogs…
Chacun fait bien ce qu’il veut sur son blog.

Ils se placent, certes, c’est complètement dégueulasse, mais ils.se placent chez celui qu’ils espèrent voir gagner. Pour leur placement ultérieur. J’en connais un. Pour retourner sa veste de Valls à Macron. Et je le vois bien encore la retourner.

Rester loin.

Delaporte dit: 23 mars 2017 à 21 h 26 min

Je suis déçu par Juliette Binoche, qui n’a rien compris à la voie ouverte par le candidat Hamon sur une nouvelle conception universelle du travail et son abolition légale :

«Moi j’ai un favori, c’est Benoît Hamon. C’est celui qui écoute vraiment les autres…. Son truc universel j’en suis pas sûr…»

D. dit: 23 mars 2017 à 21 h 04 min

JiBé dit: 23 mars 2017 à 20 h 35 min

De plus en plus de ralliements de gauche à… Macron et Mélenchon lui fait les yeux doux, le Tartuffe !

Les gens se placent, c’est assez lamentable mais c’est comme ça. Je ferais peut-être la même chose à leur place, j’en sais rien.
Toujours est-t-il que Macron est l’un des pires candidats. La France n’a décidément pas de chance, les Français sont punis en se punissant eux-même. Macron est le candidat du système, de la Banque, il est même prêt à faire s’écrouler l’immobilier des particuliers pour favoriser le bancaire et l’immobilier sous couvert bancaire.
C’est ça, Macron, ce genre de calculs complètement abjects.
Et les gens vont voter pour lui. Les Français ne comprendront jamais rien à rien. Ce qui leur arrive c’est bien fait pour eux.

Ma consigne est claire en tous cas : tout sur Marine, dès le premier tour, massivement.
C’est l’existence-même de la France qui est en jeu à présent.

la vie dans les bois dit: 23 mars 2017 à 21 h 03 min

« faudrait demander à un écrivain de nous pondre une petite uchronie : Céline écrit le Voyage en 2017 et passou, Debray et Bernard Pivot se demandent en petit comité s’il faut lui refiler le Goncourt pour cette oeuvre magistrale. »

Tu vois amlette, cette idée est tout simplement géniale, et complètement d.bile.

« ça pourrait faire un bouquin très drôle… »

Non, je ne pense pas que cela ferait un bouquin très drôle.

A lire bloom, petit potentat impuissant, et haineux à la mesure de son impuissance, il m’est venue l’envie de comprendre cette chute:
« Dieu qu’ils étaient lourds !… »
Tu pourras trouver sur youtube, cet entretien :
« Entretien avec Albert Zbinden pour Radio Télé Suisse Romande (1957). Céline y évoque de nombreux sujets : son enfance, ses déboires politiques, l’état du monde, son style… »

Alors hier on ajouté: lâche, à la liste des adjectifs céliniens.
Pour ma part, lâcheté de la réfutation des pamphlets. Je maintiens, de toute façon, et à jamais.

Ce qui suit est très certainement un sacrilège.
Je ne te remercie pas pour ton idée folle d’uchronie.

Alors voilà, ça s’est terminé comme ça: Céline est mort en 1961.

Avant cette date, il aurait pu aller au ciné, voir: « le journal d’Anne Franck », « Nuit et brouillard ».
J’ai du mal à penser qu’il n’a pas suivi, en 1947,  » le procès des médecins »
« Le procès des médecins (« medical case » ou « doctors’ trial ») a été le premier d’une série de douze procès pour crimes de guerre, tenus devant le Tribunal militaire américain (TMA) agissant dans le cadre de dispositions internationales, à Nuremberg, dans la zone d’occupation américaine en Allemagne à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Le procès des médecins s’ouvre le 9 décembre 1946, quelques semaines après la fin du procès de Nuremberg qui avait jugé, devant le Tribunal militaire international (TMI), les dignitaires du régime nazi. » ( wiki)

Alors et l’uchronie ? me diras-tu.
Oh, très simple, je ne sais véritablement s’il aurait fait ce Voyage, jusqu’au bout:

http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu04594/la-decouverte-des-camps-de-la-mort.html

Chaloux dit: 23 mars 2017 à 20 h 41 min

Le Bouquins Rivarol, Chamfort, Vauvenargues est un cas rare. Entre la prose de Madame Delsol et celle du sieur Caron, on se demande si on arrivera vivant à la première maxime, tant ils sont lourds. On nous apprend en chemin que ledit Caron obtint « l’agrégation à vingt-deux ans ». Que ne s’abstint-il pas? Il en aurait peut-être de moins pénibles prétentions.

A bientôt,

JiBé dit: 23 mars 2017 à 20 h 35 min

De plus en plus de ralliements de gauche à… Macron et Mélenchon lui fait les yeux doux, le Tartuffe !

Chaloux dit: 23 mars 2017 à 20 h 35 min

Bloom, j’admire votre désir d’y aller voir. Malheureusement, j’ai trop de lectures en retard pour le faire maintenant. Un peu plus tard, peut-être. Si vous tombez sur Les idées de Céline de Philippe Alméras, j’aimerais avoir votre avis sur ce livre.

Le petit Quignard, Une journée de bonheur commence sur de très belles pages. Je m’en vais couper Marguerite, Carnet de notes d’Electre.

Jean Langoncet dit: 23 mars 2017 à 20 h 32 min

hamlet dit: 23 mars 2017 à 20 h 10 min
un lecteur qui se laisse embobiner par la forme et par le style est un mauvais lecteur.

Illustration. De l’intérêt de s’allier à Poutine selon la réthorique des candidats poutiniens ; après Le Pen et Fillon (« on va pas faire la guerre à la Russie » pour justifier le laisser faire à la politique impérialiste de Poutine) voilà le couard et hypocrite Mélenchon dans un exercice de plate propagande
https://m.youtube.com/watch?v=YMLY0mFjIJE

hamlet dit: 23 mars 2017 à 20 h 30 min

Céline en Israël ?tu veux rire ? Céline c’est une rock star ! la vérité si je mens !

parce que les juifs aiment lire et savent reconnaitre la belle littérature et ils reconnaissent au premier coup d’oeil les auteurs qui ressembelent à Rabelais, et quand un auteur ressemble à Rabelais tout on lui pardonne !

autant pour la musique Wagner n’a pas trop la côte à l’opéra de Tel Aviv, autant Céline est applaudi dans toutes les bibliothèques.

c’est d’ailleurs même un peu triste pour ce pauvre Wagner.

hamlet dit: 23 mars 2017 à 20 h 25 min

le problème de Céline c’est qu’il nous pond toujours une pensée profonde du genre : « ça serait pourtant pas si bête s’il y avait quelque chose pour distinguer les bons des méchants »

j’ai toujours bien aimé les céliniens qui restent pantois devant la profondeur des pensée de Céline, ah ouai génial, c’est vrai que ça serait pas bête de trouver un truc pour distinguer les bons, les brutes et les truands.

même dans les westerns de Leone ils n’osent pas sortir des trucs aussi débiles : ça sera pas si bête si on pouvait distinguer les bons et les méchants.

et Rabelais n’a jamais pondu des banalités pareilles.

et les céliniens qui restent ébahis face une telle profondeur…

trop drôle.

Bloom dit: 23 mars 2017 à 20 h 14 min

Je suis en train de lire la biographie de Sartre par Annie Cohen Solal

Excellente lecture, Baroz.

Bloom dit: 23 mars 2017 à 20 h 10 min

Il y avait un peu de méthode dans cette bêtise:

« Qu’avons-nous à perdre d’une alliance franco-allemande? Les Juifs. » L’Ecole des cadavres (1939, re-publié en 41 & 42)

JiBé dit: 23 mars 2017 à 20 h 10 min

Je suis en train de lire la biographie de Sartre par Annie Cohen Solal et celle de Simone de Beauvoir par Deirdre Bair, les idoles existentialistes en prennent un coup. Ce n’est pas pour autant que je vais traiter Bloom, qui les aime l’un et l’autre, de stalinien, maoïste, castriste ! Faudrait arrêter de jeter l’anathème à cor et à cri…

hamlet dit: 23 mars 2017 à 20 h 04 min

Bloom, le plus drôle c’est quand, après guerre, Céline s’explique sur cette germanophilie

il nous la joue à la Heidegger : vous comprenez d’un côté il y avait les américains et les juifs de la finance, et de l’autres les soviets et les juifs marxistes, il ne restait plus qu’un choix possile : l’Allemagne nazie !

et ce n’est pas une explication de faux cul, c’est juste que Céline était un idiot.

ce qui, entre parenthèses marque une autre différence avec Rabelais…

Janssen J-J dit: 23 mars 2017 à 20 h 04 min

On va finir par croire que l’uchronie est une sorte de maladie de la prostate.
Je me demande comment on peut télécharger le bouquin passé au crible de ce billet pour le lire en exil.
Je ne crois pas qu’il conteste aux autres le droit de donner leur point de vue.
En attendant, tout le monde se moque du sort des étrangers en attente de leurs papiers devant nos préfectures, une honte et un scandale permanents, et ça ne va pas s’arranger si j’en croit les augures : ils se croient tout permis à la PAF.
http://ldh-midi-pyrenees.org/wp-content/2017/03/LDH_4P_W.pdf
Les huîtres sont d’une texture nouvelle, je vous avertis (LF, 1970).
Les verbes du jour : articuler, faire en sorte. Les adjectifs à la mode : invasive et virale.
Tant de choses à partager, le zeugma par exemple, comme un chancre mou sur des jacinthes coupées.
Mes goûts musicaux sont ce qu’ils sont, mais je n’éprouve pas le besoin de les faire partager, il suffit qu’ils soient miens, comme dirait Anselm Kieffer.
Quelqu’un ici s’est partagé entre quatre religions, et cela faisait quatre-tiers, l’une était de trop, on ne sait pas bien laquelle, la musulmane sans doute, ai-je pensé. Et puis l’écume s’en est éperdue, telle au fin d’un ravin un visage de sable.
Un peu de Philippe Jaccotet (pour Christiane que je salue au passage) histoire de bien traverser la soirée avec un bourbon four roses:
« Je me suis promenée au bord de la
Folie. —
Aux questions de mon cœur,
S’il ne les posait point,
Ma compagne cédait,
Tant est inventive l’absence.
Et ses yeux en décrue comme le
Nil violet
Semblaient compter sans fin leurs gages s’allongeant
Dessous les pierres fraîches.
La
Folie se coiffait de longs roseaux coupants.
Quelque part ce ruisseau vivait sa double vie.
L’or cruel de son nom soudain envahisseur
Venait livrer bataille à la fortune adverse ».

BS à toussent, demain vous serez là, quelles qu’aient été vos insomnies et vos angoisses bien légitimes.

JiBé dit: 23 mars 2017 à 20 h 02 min

Un écrivain qui aime (Un été chez) Voltaire et (La dernière maîtresse de) Brecht peut-il être qualifié de droite ?

Bloom dit: 23 mars 2017 à 19 h 57 min

yes hamlet, c’était avant mais c’était ça. Son côté germanophaiouile…Le Sieg Heil de son futur Maringen….

hamlet dit: 23 mars 2017 à 19 h 57 min

Bloom, Destouches n’a jamais assumé : ça je l’ai déjà dit, c’est pas la peine de répéter ce que j’écris.

mais à partir de là Bloom il faut expliquer qu’un monde sépare Rabelais de Céline.

et qu’il ne faut pas en rester aux apparences trompeuses mais passer à la substantifique moelle.

quand on lit ce genre de bourde de la part d’un membre du jury du Goncourt on comprend mieux pourquoi Salvayre et Enard l’ont eu, le Goncourt.

hamlet dit: 23 mars 2017 à 19 h 53 min

Bloom ! quand Céline a dit je me sens très ami avec Hitler en fait c’est juste parce que Hitler avait gagné la guerre.

en fait Céline était toujours l’ami de celui qui gagne la guerre.

il n’y a pas de quoi en faire tout un fromage.

c’est sans doute son petit côté rabelaisien que perçoit passou.

la substaaantifiiiique moèlllle.

Bloom dit: 23 mars 2017 à 19 h 51 min

Céline, par couardise…

Céiine a fui.
Drieu s’est buté.
Brasillach, lui, est resté. Il s’est constitué prisonnier à la Préfecture de Police de Paris avant d’être interné à Noisy-le-Sec.
Et Drieu & Brasillach ont assumé. Destouches, jamais. « Dame, elle est là, toute la différence. »

JiBé dit: 23 mars 2017 à 19 h 50 min

Hamlet, Régis Debray n’est plus au Goncourt et Paul Edel n’a jamais donné l’impression d’être plus de droite que de gauche… Quant à Passou, on sait pas !

hamlet dit: 23 mars 2017 à 19 h 48 min

« Ainsi, dans la France de 2017, il se trouve encore des chercheurs réputés pour prétendre détenir « la vérité historique » sur un sujet. »

au lieu de perdre leur temps à chercher des vérités à la noix ils feraient de nous pondre une petite uchronie sur les rapports entre Céline et le FN en 2017.

trop drôle.

JiBé dit: 23 mars 2017 à 19 h 47 min

Amusant de lire dans la presse du jour que le candidat le plus riche est le candidat de l’extrême… gauche !
Aujourd’hui, « Libé » était entièrement rédigé par des écrivains, salon du Livre oblige. C’est guère mieux que d’habitude !

Bloom dit: 23 mars 2017 à 19 h 46 min

Bloom : chacun ses petits défauts ? vous dites ça pour passou ou pour Destouches ?

Pour moi.
Pour Destouches, ce serait un autre mot et ce serait gros…Qui a écrit « Je me sens très ami avec Hitler » ne peut voir que les choses en très gross….

hamlet dit: 23 mars 2017 à 19 h 33 min

Conformisme chez Céline et chez Rabelais :

Céline est un ultra conformiste.

Rabelais est anti conformiste.

Céline, par couardise, se range toujours dans le camps des plus forts et des vainqueurs.

Rabelais c’est tout le contraire.

Trop drôle ce blog…

l’UCHRONIE !!!

et le théâtre…

hamlet dit: 23 mars 2017 à 19 h 29 min

le plus drôle c’est de voir ce que deviendrait l’analogie Rabelais / Céline si ce dernier vivait en 2017.

trop drôle.

hamlet dit: 23 mars 2017 à 19 h 28 min

Bloom : chacun ses petits défauts ? vous dites ça pour passou ou pour Destouches ?

parce que si c’est pour les petits défauts de Céline il faut relire le commentaire où vous dites que si la France vire extrême droite vous rendez votre tablier…

c’est sans doute la chose la plus drôle dans cette affaire : l’uchronie.

parce que si Céline vivait de nos jours, nos intellectuels bienveillants feraient des pétitions pour le faire virer de chez Gallimard, ou bien demanderaient à France Culture d’effacer ses émissions avec Finky.

Parce que Renaud Camus et Richar Millet, à côté de Céline, c’est du pipi d’aristochats.

faudrait demander à un écrivain de nous pondre une petite uchronie : Céline écrit le Voyage en 2017 et passou, Debray et Bernard Pivot se demandent en petit comité s’il faut lui refiler le Goncourt pour cette oeuvre magistrale.

ça pourrait faire un bouquin très drôle…

et alii dit: 23 mars 2017 à 19 h 20 min

compexité de l’humaine aventure rt des « mensonges »
dans quel but ? Prouver le manque de rigueur et de sérieux de certaines revues scientifiques. Dans un commentaire publié dans la revue Nature où elle expose sa démonstration, Kasia Pisanski condamne les « revues rapaces », expliquant que « des milliers de revues académiques ne recherchent pas la qualité. Elles existent d’abord pour soutirer des honoraires aux auteurs ». Pour sa démonstration, Pisanki a envoyé le CV de « Mme Fraude », accompagné d’une lettre de motivation, à 360 revues. La réponse de 48 titres fut positive. Quatre revues ont même proposé à Anna O. Szust le titre de rédactrice en chef ! Une douzaine de revues se sont montrées prêtes à recruter la fausse scientifique… mais à condition qu’elle apporte de l’argent d’une façon ou d’une autre.

La démonstration de Kasia Pisanski est une nouvelle pierre dans le jardin des revues scientifiques. Leur mode de fonctionnement est en effet incriminé dans l’importance qu’à prise ces dernières années la fraude scientifique dans la recherche internationale.
https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/vrai-emploi-pour-candidat-fictif-dans-les-revues-scientifiques-de-chercheurs_111537#xtor=EPR-1-%5BSEAActu17h%5D-20170323

rose dit: 23 mars 2017 à 18 h 43 min

Tant que ce ne sont que petits défauts.

Mais empêcher les gens de donner leur point de vue est un gros défaut.

Nous sommes encore en démocratie.

D. dit: 23 mars 2017 à 18 h 32 min

On peut ramener l’Obélisque en Egypte…

Faut voir dans quel pays les fondamentalistes la détruiront en premier. Avec Macron = Hollande, ça risque d’être la France avant l’Égypte. Donc pourquoi pas en effet.

Bloom dit: 23 mars 2017 à 18 h 15 min

Le billet de Passou ne m’a pas convaincu. La littérature n’est pas une valeur en soi, n’a aucune valeur en soi; il n’est aucune essence spéciale qui en fasse un objet qui échapperait à l’analyse socio-historique, bien au contraire. Dans les pays anglo-saxons, on regroupe ce type d’approche sous le vocable clair et vaste de « cultural studies », qui décloisonne à tout va en convoquant architecture, musique, arts plastiques, littérature, sociologie, pour mieux mettre à jour les complexités & cohérences de l’humaine aventure. Parmi les modèles, Erwin Panofsky, Pierre Francastel, Raymond Williams, Mark Girouard, Simon Schama, etc…Le néo-gothique du Palais de Westminster affirme ses régularités dans un contexte grandissant de désordres ouvriers.
Donc, après avoir lu le très long extrait « offert gratuitement » par Kindle, je viens de télécharger l’intégralité du Taguieff et Durrafour. Ce que j’ai lu me donne vraiment envie d’aller y voir plus avant (l’épisode québécois, les p’tits copains antisémites, etc etc) N’ayant ni le goût, ni le temps d’accumuler les livres sur Céline (je n’a que la bio de God), cette somme pleine d’allant me parait taillée sur mesure pour accompagner mes prochaines pérégrinations transcontinentales.
Chacun ses petits défauts.

JC..... dit: 23 mars 2017 à 17 h 50 min

La colonisation a apporté le civilisation à des sauvages incultes ignorant le nom du Goncourt de l’année !….

Normal qu’on retourne chez nous avec deux trois objets d’art, non ?

Cela s’appelle des intérêts réciproques, et un échange fructueux … uhuhu !

Nicolas dit: 23 mars 2017 à 17 h 37 min

De rien! Faudra remercier le gars qui donne la conférence. C’est Malraux qui a dépouillé le Bénin?

JC..... dit: 23 mars 2017 à 17 h 24 min

Sergio,
Par tous les saints ! on fait, facile, un hologramme à balivernes pour la Mélenche, on peut bien offrir un holo grandeur nature de l’obélisque à Sissi l’Imperator, non ?

Sergio dit: 23 mars 2017 à 17 h 12 min

On peut ramener l’Obélisque en Egypte…

Y a que les chevaux, qu’on se repique tout le temps havec les Spountz, on sait plus à qui i sont…

Sergio dit: 23 mars 2017 à 16 h 49 min

Déconstruire c’est moyen, hein ; henfin sauf pour un type par exemple qui est là, et que… ben faut lui faire… Passeque justement il l’a mal été, construit !

Janssen J-J dit: 23 mars 2017 à 16 h 11 min

« Cela dit, je n’ai jamais prétendu donner une formule à suivre pour d’autres écrivains, ni cherché à avoir des disciples. Pourquoi la mort de ma mère a-t-elle produit un texte comme Le Monstre et pas de la poésie lyrique ou du roman ? Cela reste un mystère. Et en définissant l’autofiction, j’ai juste essayé de comprendre, moi, ce que je faisais. L’immense surprise que j’ai eue, depuis le début du XXIe siècle, c’est de voir le mot et la pratique se répandre dans toutes les langues. Au Brésil, en Afrique, en Iran… partout ». (Serge Doubrovsky)

Tu vas t’y coller, la rdl ?… à nous digérer ce pavé de 1700 pages que grasset vient de sortir ? Parait que les liseuses n’en ont pas voulu et quo’n commence à les délaisser pour cause d’hygiène écologique. Donc, une nouvelle forêt a bien voulu s’avancer pour qu’on puisse lire « Le Monstre » sur du papier non rationné, à la différence des toilettes en Chine (où la reconnaissance faciale te donne pas l’droit d’utiliser n’importe quelle quantité de feuilles de papier à faire usage après lecture).

Sergio dit: 23 mars 2017 à 15 h 07 min

« Comme si un romancier n’était pas fondamentalement gouverné par le mensonge ! »

Ha non c’est quantique c’est le principe d’indétermination de Heisenberg ; nuance !

Janssen J-J dit: 23 mars 2017 à 14 h 26 min

@ du Macbeth — c’est quelque chose comme une prédiction qui se réalise …

Mais oui, m’en suis souvenu aussitôt après avoir évoqué Tolkien… Évidemment…
Et maintenant, l’escalier mémoriel aidant, me revient le fonctionnalisme du grand mais poussiéreux R.K. Merton, si cher à mes études de socio… Qu’est-ce qu’on avait pu nous en gaver de la SFP à cette époque !
http://www.jstor.org/stable/4609267?seq=1#page_scan_tab_contents Remarquez, cette notion m’a été très utile durant longtemps pour briller chez les neuneus, donc je vais pas la cracher ast’heure.

rose dit: 23 mars 2017 à 14 h 25 min

Merci Nicolas pour le texte passionnant… Ponctuer c’est comme ranger son linge dans un placard ?

la vie dans les bois dit: 23 mars 2017 à 13 h 50 min

L’entrée Céline dans le dico l’académicien Goncourt n’apporte véritablement rien sur les points de suspension, mais tout sur le diag psy: névrose.
Tu vois, djavert, il manquait cela dans la collec’ d’adjectifs: espèce de grand névrosé, va.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*