de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

Littérature de langue française

Philippe Adam et la pudeur des « Impudiques »

202

commentaires

Cet Adam-là est le bon. Non que l’autre soit médiocre ou insignifiant, mais le fait est que, des deux, celui qui parle le mieux de l’époque est justement celui qui n’en a pas le mot plein la bouche, qui ne se prend pas la tête et la nôtre avec en prétendant affronter les dures réalités de la vie. Car il y a chez Philippe Adam, professeur de philosophie au lycée né en 1970, une douce ironie, une désinvolture naturelle, qui lui permettent de l’empoigner avec l’air de ne pas y toucher. Son nouveau livre Les Impudiques (202 pages, 18,50 euros, […]

lire la suite .../ ...
Jean Rolin en guerre, civile et française

439

commentaires

La guerre, la guerre la guerre… On n’en sort pas et ces jours-ci plus encore, quand bien même s’agirait-il de sa variante « guerre à l’ennemi intérieur ». L’idée court tout au long de l’essai d’Eric Zemmour, revendiquée comme une nécessité impérieuse. La guerre au terrorisme a galvanisé le discours d’une exceptionnelle tenue prononcé il y a quelques jours à l’Assemblée nationale par Manuel Valls. Dans le dernier numéro de l’hebdomadaire Le 1, Régis Debray juge le mot « démago et impropre » et préfère lui substituer « combat » ou « confrontation », « affaire de police et de renseignement », s’agissant de la situation née en France des […]

lire la suite .../ ...
Pour saluer Claude Michel Cluny

Pour saluer Claude Michel Cluny

Jean-Yves Masson

8

commentaires

Orphée vient de mourir. Une nouvelle fois. Il renaîtra donc, comme le veut la légende, si profonde, mais il n’aura plus jamais ce visage. Chaque poète digne de ce nom est Orphée. Les incarnations d’Orphée au fil des millénaires sont nombreuses, mais pas innombrables en un temps et en un pays donnés. Un vrai poète est une chose rare. Dans le cas de Claude Michel Cluny (2 juillet 1930 –11 janvier 2015), le nom d’Orphée s’impose d’autant mieux qu’il avait choisi de placer sous la protection du premier poète de la Grèce antique, et donc d’un grand mythe païen, la […]

lire la suite .../ ...
Michel Houellebecq, subversif et irresponsable comme jamais

588

commentaires

Donc, Houellebecq. Impossible de le contourner, de faire l’impasse ou de passer par-dessus. Quoi qu’on pense de lui ou de ses livres, il est là, occupe le terrain et domine la scène littéraire française depuis près de vingt ans. A l’étranger, il est « le » romancier français par excellence, le plus traduit, le plus commenté, fût-ce souvent pour de mauvaises raisons, étant celui par qui le scandale arrive. Précédé par sa légende, chacun de ses romans est un événement avant même d’être publié, phénomène qui lui vaut le statut de phénomène de société. Soit, mais ce qui compte, c’est le texte […]

lire la suite .../ ...
Des mondes à l’agonie

Des mondes à l’agonie

Philippe Godoy

3

commentaires

L’été 1893, dans un superbe palais vénitien, au bord de la lagune, séjourne le compositeur Tchaïkovski. Il est reçu par le propriétaire du palais, le docteur Barparoz. Ce dernier reste invisible, son mécénat semble mystérieux. Certes il reçoit généreusement des artistes ; il leur laisse une liberté totale pour se concentrer sur leur création. Mais le célèbre compositeur russe et les autres invités ignorent que le contenu des poubelles du palais est  soigneusement  conservé et permet au docteur de se constituer une inestimable collection d’inédits. Ainsi Tchaïkovski jette l’argument  et la partition d’un projet de ballet ‘Le mannequin d’or’ sans penser […]

lire la suite .../ ...
2015 : Faites vos voeux… les voeux sont faits… rien ne va plus !

172

commentaires

« Il y a/ des prunes Dans le frigidaire Elles sont froides/et délicieuses Pardon, je les ai mangées Un poème/ c’est pratique Avec/ sois sage oh ma douleur Regarde comme ça se déroule Ca s’arrête/ et on enjambe Et ça se déplie ensuite simplement Regarde la poésie/ c’est facile Ramasser les morceaux/ les poser Aussitôt dit/c’est fait On inspire Blancs flottants/ réglables Ca respire Je vais te guider/ pas à pas Un attelage Pareil/ que pluie et neige descendent du ciel Le décor suivra en tirant un bout de tissu De même la parole/ qui sort de ma bouche Ne doit […]

lire la suite .../ ...
L’autre « Royaume », celui de Julien Gracq

405

commentaires

Celui-là, je m’en gardais la lecture pour la fin de l’année, afin de l’inscrire dans l’un de ces rares moments où le temps suspend son vol, lorsque la fourmilière semble marquer le pas et la société se retirer du moins dans les grandes villes, et que quelques uns des maux de l’époque – vitesse, précipitation, superficialité…- semble s’être absentés, entre Noël et Jour de l’an. On se prépare ainsi quand on s’attend à vivre des instants savoureux pour l’esprit et goûteux pour les sens.  Rien moins qu’un événement pour la librairie que les fidèles d’un écrivain s’approprient comme un événement […]

lire la suite .../ ...
Diable de Caubère !

Diable de Caubère !

1443

commentaires

Mais comment fait-il ? Trois heures durant, Philippe Caubère est partout sur la scène de l’Athénée-Louis Jouvet, on ne voit et on n’entend que lui, et à la fin, il a l’élégance de ne pas paraître exténué quand les spectateurs le sont allègrement d’avoir autant savouré, souri et surtout ri sans discontinuer. Que c’est bon d’entendre des gens rire de bon cœur, d’un rire qui n’est pas le rire gras des shows télévisés ni le rire de dérision que Canal + a incrusté dans les esprits. Rire moliéresque, finesse de marivaudage, tragique russe, hénaurmité rabelaisienne, humour bouffon, ridicule de la farce, et […]

lire la suite .../ ...
Prix Goncourt : Salvayre Regina !

1075

commentaires

Le prix Goncourt 2014 a été attribué au cinquième tour de scrutin à Lydie Salvayre pour Pas Pleurer par 6 voix contre 4 à Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud. Le prix Renaudot, décerné dans une pièce attenante du restaurant Drouant, est allé à David Foenkinos pour Charlotte. Le Seuil n’avait pas eu un auteur couronné par l’Académie Goncourt depuis vingt-cinq ans, Eric Orsenna étant le dernier pour L’Exposition coloniale. Lydie Salvayre, qui a abandonné il y a deux ans son métier de pédo-psychiatre dans un hôpital en région parisienne, a publié une œuvre riche d’une vingtaine de titres, des romans et […]

lire la suite .../ ...
Y a-t-il vraiment un « style Minuit » ?

1355

commentaires

Et dire qu’il y en a pour s’imaginer qu’un écrivain change de style en changeant d’éditeur ! Ou que, à tout le moins, son œuvre franchit une nouvelle étape après une rupture à laquelle quelques éditeurs, plusieurs critiques et certains universitaires accorderaient volontiers le statut d’épistémologique. D’aucuns ont voulu croire que celle de Simenon avait connu autant de périodes que celle de Picasso, ses éditeurs lui accordant sa couleur : la période Fayard, la période Gallimard et la période Presses de la Cité. Ce qui ne résistait pas à l’examen. Et pourtant, il arrive que des maisons d’édition de petite taille impriment […]

lire la suite .../ ...