de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Pas de côté

Pas de côté

Il doit sa réussite à sa capacité à amuser et à faire le show, sa réussite médiatique est la clef de son succès, sa rhétorique est celle d’un télé-évangéliste, on ne compte plus ses outrances et ses approximations, il n’a de cesse de faire appel au bons sens de ses auditeurs, son charisme de tribun est indéniable, il a ce quelque chose de tapageur auquel on se plaît à s’identifier, il n’y a pas meilleur vendeur, son culte de la personnalité n’effraie même plus, il fait de l’audience, il faudrait être aveugle pour ne pas déceler dans ses discours les recettes éprouvées du populisme avec tout ce que cela suppose de démagogie, on le voit pérorer aux tribunes ivre de son succès et ça plait, il adopte l’allure vestimentaire d’un homme du peuple, sa dénonciation permanente du système est si habile qu’il réussit même à faire oublier qu’il est un salarié de la politique depuis des années, nul ne sait comme lui être l’acteur de sa propre légende, les organisations internationales reçoivent ses flèches les plus acérées, on n’en revient pas qu’un peuple dans sa maturité politique puisse abdiquer toute intelligence critique pour se laisser conquérir par un tel personnage, bref,

« c’était l’un de ces imposteurs magnifiques capables de s’engloutir eux-mêmes dans leur propre sincérité »

Vous l’aviez deviné, il s’agit de… mais non, pas lui… ni lui… ni elle… qu’alliez-vous imaginer, faut-il avoir l’esprit tordu et vissé à l’actualité. Mais non, c’est de Lonesome Rhodes qu’il s’agit, un animateur de radio dans le Wyoming passé du divertissement à la politique, ce qui, désormais, revient à rester dans le même univers puisque les mêmes ressorts y sont actionnés pour conquérir le public.

Avec une manière très américaine de prendre le lecteur à témoin en l’embarquant dans la narration, le scénariste et romancier américain Budd Shulberg a raconté son ascension dans Un Homme dans la foule (Your Arkansas Traveler, traduit de l’anglais par Christophe Mercier, 92 pages, 9 euros, éditions des Equateurs) en 1953. Quatre ans après, Elia Kazan a porté cette nouvelle à l’écran sous le titre A Face in the Crowd. Le livre vient d’être réédité opportunément ; les chaines de télévision qui jouent ce soir la contre-programmation (merci Arte pour La Porte du paradis du grand Cimino) auraient été bien inspirées de rediffuser le film. Car ces temps-ci en France, il n’est pas interdit de reconnaître cette personne dans la foule des prétendants. Tout ressemblance ne serait pas pure coïncidence.

Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, l’actualité de la librairie a fait tomber en même temps dans ma boite une autre réédition toute aussi salutaire, celle de La désobéissance civile (Civil Disobedience, traduit de l’anglais par Jacques Maillot, 38 pages, 3 euros, Gallmeister). Le fameux bréviaire de Henry David Thoreau inspira naguère des activistes aussi éminents que Gandhi, Martin Luther King ou Nelson Mandela. On y réapprend que la politique est l’affaire de tous et pas seulement celle des gouvernants, qu’il y a des lois injustes et à considérer comme telles en en tirant les conclusions, qu’on peut décider en son âme et conscience de dissoudre sa propre union avec l’Etat en refusant de payer un impôt. Ce qu’avait fait l’auteur, révolté tant par l’esclavagisme que par la guerre au Mexique.

C’était dans l’Amérique de 1846. On l’envoya en prison. Il n’y passa qu’une nuit mais elle fut féconde pour sa réflexion. Trois ans après, il publiait ce court essai qui n’a jamais perdu de son ardente actualité tant sont envisageables sous toutes les latitudes les cas où le citoyen ne veut plus faire allégeance à un Etat dans lequel il ne se reconnait plus tant il ne le reconnait pas. Juste se désister et prendre ses distances de manière très concrète. Une certaine manière de dire qu’on ne peut plus aimer son pays dès lors qu’il a cessé d’être aimable.

(Photo D.R.)

Cette entrée a été publiée dans Actualité.

1160

commentaires

1 160 Réponses pour Pas de côté

rose dit: 27 avril 2017 à 21 h 44 min

ah grand merci christiane, de cette superbe voix. (et du message)

christiane dit: 27 avril 2017 à 8 h 22 min

bérénice dit: 27 avril 2017 à 21 h 10 min

Bloom, je suppose que vous briguerez un mandat de député, n’oubliez pas de promouvoir l’éducation , des chances pour tous et la protection de l’enfance. Ne restez pas coincé dans un élitisme méritant et l’admiration de ceux qui ont eu la chance de sortir d’un berceau porteur. Le socialisme c’est aussi un peu cela, il vous faudra savoir rester fidèle toutes circonstances confondues à vos convictions et défendre des gens dont la provenance ne porte pas forcément le label qualité, mettre de côté vos a-priori, batailler dur contre les egos le vôtre compris.

la vie dans les bois dit: 27 avril 2017 à 21 h 05 min

Je ne savais pas qu’il existait une discipline socio-physique. Sérieux, j’espère que parisot est  » disponible » pour comprendre le truc:

« Serge Galam prend l’hypothèse dans laquelle les intentions de vote sont proches de celles annoncées par les sondages, avec 42% pour Marine Le Pen et 58% pour Emmanuel Macron. Dans ce cas, si 90% des électeurs du FN se déplacent le jour du vote, mais seulement 65% de ceux d’En Marche!, alors Marine Le Pen l’emporte à la fin avec 50,07%. Pour Macron, le seuil de mobilisation pour atteindre les 50% est alors de 65,17%. »

http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/04/27/35003-20170427ARTFIG00376-le-scenario-dans-lequel-marine-le-pen-l-emporte.php

JAZZI dit: 27 avril 2017 à 21 h 02 min

Mais qui se cache derrière closer ?
Manifestement, les anciens sont tous pour le retour des éléphants !
Pour renverser qui, Marine ou Macron ?

bérénice dit: 27 avril 2017 à 21 h 01 min

17h20 il ne mérite aucune réponse, c’est s’abaisser. Le niveau des océans monte et je crains que vos efforts soient superflus, laissez le couler, m’étonnerait q’il ait à sa disposition un bathyscaphe à moins que sa loge explore le fond, mon avis est que si tous les membres de ce groupuscule lui ressemblent elle doit se contenter des galeries des taupes, c »est un sale type qui ne sait même pas se torcher discrètement.

closer dit: 27 avril 2017 à 18 h 41 min

D., c’est bien pour cela que j’ai repris deux ou trois fois « Annibal », le pseudo historique de Barozzi, qui a une autre classe et rappelle les origines vénitiennes de la prestigieuse dynastie Barozzi.

Evidemment, un petit jeunot comme vous ne peut pas le connaître.

D. dit: 27 avril 2017 à 18 h 02 min

Poursuite de l’enlisement du bébé Macron :

Sarcelles : « une formidable leçon de ce qu’est la France. »

Grave, le bébé. Très grave même.

Chaloux dit: 27 avril 2017 à 17 h 41 min

Le Figaro
« Laurence Parisot dément se tenir prête pour Matignon en cas de victoire d’Emmanuel Macron ». »

Ça prend forme. Elle dément, mais le seul fait qu’elle ait à démentir est en soi tout un programme.
Et il faudrait que la gauche vote Macron…

Chaloux dit: 27 avril 2017 à 17 h 35 min

« Si les toilettes sont complètement détruites, le reste du fast-food n’a pas été endommagé. »

C’est au contraire très ennuyeux. C’est là qu’ils font la cuisine.

D. dit: 27 avril 2017 à 17 h 04 min

38 pour cent des électeurs de droite qui auraient voté Fillon avant l’affaire, vont voter Marine Le Pen.
C’est considérable.

Sergio dit: 27 avril 2017 à 16 h 56 min

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 16 h 32 min
« Si les toilettes sont complètement détruites, le reste du fast-food n’a pas été endommagé. »

I faut faire des cours d’explos dans les cités ; c’est comme tout c’est un métier ! Sinon on tombe dans des trucs mouiseux genre Petit-Clamart… Y a que les poulets dans le coffre qu’ont pris les bastos…

D. dit: 27 avril 2017 à 16 h 47 min

Ykcaj IZZORAB

C’est déjà beaucoup mieux !
sinon il y a Razbi Jacquozes, qui ne déplairait pas à WGG.

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 16 h 32 min

Pas de chance, les dégâts à l’intérieur du McDo grenoblois sont limités. Il va pouvoir rouvrir bientôt, et continuer à distribuer impunément aux malheureux clients une néo-nourriture létale :

« Si les toilettes sont complètement détruites, le reste du fast-food n’a pas été endommagé. »

Sergio dit: 27 avril 2017 à 16 h 00 min

JAZZI dit: 27 avril 2017 à 15 h 51 min
vous trouvez que mon nouveau pseudo ne me va pas bien au teint ?

Faut faire une référence à Venise, c’est quand même plus classos… Même les Syrtes pourquoi pas !

la vie dans les bois dit: 27 avril 2017 à 15 h 58 min

Ah ça guigui, pour une vieille activiste de la fachosphere comme toi, il fallait que tu te prennes cette petite mise au point dans le dentier. Rembourse . Ton spectacle est nul.

Sergio dit: 27 avril 2017 à 15 h 56 min

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 15 h 27 min
un incendie d’origine criminelle

Non mais il voulait dire que c’est la cuisine, qui est criminelle !

JAZZI dit: 27 avril 2017 à 15 h 51 min

J’adore le jazz, D., vous trouvez que mon nouveau pseudo ne me va pas bien au teint ?
J’ai bien aussi en réserve Ykcaj IZZORAB, mais par les temps qui courent, je crains que ça craigne un peu !

Bob dit: 27 avril 2017 à 15 h 50 min

ca fait djeunz. imposteur sur toute la ligne
ah bon vous trouvez que ça fait jeune – comment ça ?
ah, la vieille folle de 15h12 repique une crise yavait longtemps, va pas tarder à bavasser ses javerts, faudrait la piquer

Petit Rappel dit: 27 avril 2017 à 15 h 47 min

C’est son dernier’ biographe qui écrit avec humour que « Macron séduirait une chaise »…
Se méfier des joueurs de flute ey de leur programme de pipeau…

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 15 h 27 min

Un McDo de moins à Grenoble, hélas on va le reconstruire :

« Une explosion s’est produite ce jeudi en fin de matinée, suivie d’un incendie d’origine criminelle, dans un restaurant McDonald’s de Grenoble. »

D. dit: 27 avril 2017 à 15 h 18 min

Et puis franchement ce pseudo ne vous va pas du tout. Il fait « Jazz » alors que vous n’êtes pas spécialement Jazz.
Je préférais de loin Jibé voir Jacques B…… Pourquoi n’essayez-vous pas un anagramme. Voulez-vous que je vous en trouve un ?

Sergio dit: 27 avril 2017 à 15 h 18 min

Mais les Noirs et les Blancs, c’est que le soleil, hein ! Comme dans Meursault…

Hon met un Noir dans un igloo, trente générations après il est blanc ! Magique…

Si c’est pas assez faut compter comme depuis Solutré, c’est comme les Shadoks ça finira par y arriver !

D. dit: 27 avril 2017 à 15 h 14 min

Parce que dans votre esprit tous les homosexuels sont des folles, Jazzi ?
Qu’est-ce que c’est encore que ces propos ?

la vie dans les bois dit: 27 avril 2017 à 15 h 12 min

guigui est comme tous ces abrutis, qui au message violent « si tu n’aimes pas la France, tu te casses’, préfère poutou, mariné, et les extrêmes, leur slogan: »si tu n’aimes pas la France, tu la casses et vandalises »
Débile, complètement.

la vie dans les bois dit: 27 avril 2017 à 15 h 06 min

Parisot, ça fait longtemps qu’elle emarge pour macron. Elle veut pas faire de la résistance, elle.

XYZ dit: 27 avril 2017 à 15 h 03 min

c’est plus pratique

pi qq on est un vieux Qhon, ca fait djeunz. imposteur sur toute la ligne (13, bien sur)

XYZ dit: 27 avril 2017 à 14 h 41 min

Il boude, derriere le bac a sable…le mec en loden (les jeans ,c’est strictement pour les meetings et manifs)

JAZZI dit: 27 avril 2017 à 14 h 41 min

« Franck de Lapersonne, bouffon du Front national »

Et en plus il est gay. Chez Marine Le Pen, c’est de plus en plus la cage aux folles, D. !

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 14 h 40 min

« Delaporte a troqué Fillon contre Polanski. »

Le cas de Polanski est plus littéraire, même si ce qu’on reproche aux deux, chacun dans un domaine précis et une gravité spécifique, touche à la justice pénale. Au moins, le procès Fillon aura lieu, lui. C’est déjà ça, et je me réjouis que ce bandit ne passe pas entre les filets.

Bob dit: 27 avril 2017 à 14 h 36 min

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 14 h 04 min
Il avait parlé d’une femme pour le job si possible (ça dépend de la décision de B?)

XYZ dit: 27 avril 2017 à 14 h 34 min

il fait la g ueule plutôt, non?

C’est le tout a l’ego la Melenche, t’imagine ce trump de goche-godillarde au pouvoir…beurk!

XYZ dit: 27 avril 2017 à 14 h 22 min

Dans le Figaro

Franck de Lapersonne, bouffon du Front national

PORTRAIT – Second couteau du cinéma français, amuseur de la télé, voilà qu’à 53 ans, le Front national offre à cet ancien mélenchoniste un rôle de premier plan. C’est sous l’étiquette bleu marine qu’il va se présenter aux législatives dans la Somme.

Encore Melenchon…le lien se precise….

D. dit: 27 avril 2017 à 14 h 21 min

En tous cas la nunit du 7 mai risque d’être très difficile pour les forces de l’ordre en raison de la victoire de MLP. On sait que des factions violentes et antidémocratiques risquent fort de créer des troubles graves. Il va falloir affronter cela.

Phil dit: 27 avril 2017 à 14 h 18 min

Yourcenar émerge vaguement du débat comme Virginia W. Delaporte a troqué Fillon contre Polanski. Le figaro nous informe des départs de gens talentueux de la radio dirigée par M. Gallet.

D. dit: 27 avril 2017 à 14 h 16 min

Moi ce qui m’avait énormément choqué, c’est la pétition des intellectuels-artistes français. Des personnes qui n’ont pas hésité à se liguer pour faire fléchir la Justice, souvent les mêmes qui revendiquent l’État de droit dans des manifs, mais qui dès que qelque chose touche à leur microcosme n’hésitent pas à le casser.

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 14 h 09 min

Il y a eu en effet un accord entre Polanski et la justice américaine, mais la fuite de Polanski a remis cet accord en cause.

D. dit: 27 avril 2017 à 14 h 07 min

Si je ne m’abuse dans cette affaire les faits ont été aux USA requalifiés, il n’y a plus viol, qui est un crime, du moins en France, mais rapports sexuels avec mineur consentant ou quelque chose dans ce goût-là.

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 14 h 04 min

A droite c’est la curée et ça se bouscule au portillon, de manière indécente. Après Baroin, qui est prêt à tout, mais vraiment à tout, voici Parisot :

« Qui serait le Premier ministre d’Emmanuel Macron s’il est élu? Un nom circulerait depuis quelque temps: celui de Laurence Parisot, l’ancienne patronne du Medef. Celle-ci l’affirme ce jeudi, « je peux être prête ». »

D. dit: 27 avril 2017 à 14 h 01 min

Le problème pour lui, c’est le risque de faire trop d’années de prison.
Moi je suis à la foi pour le respect des victimes et pour la miséricorde envers les condamnés. Les deux sont difficilement conciliables. C’est hélas bien Polanski qui s’est fourré dans ce merdier.
Il faut qu’il y ait procès et qu’il y soit physiquement. Ensuite, s’il y condamnation, une peine si possible adoucie au vu de ce qu’il a déjà enduré psychiquement. Mais aucune peine serait inadmissible pour les victimes et éventuelles parties civiles.

XYZ dit: 27 avril 2017 à 13 h 56 min

Le Monde

Quelques heures après sa nomination comme président par intérim du Front national, Jean-François Jalkh a vu exhumer des propos qu’il aurait certainement préféré ne pas avoir tenus devant témoin.
Dans un entretien en avril 2000 avec l’universitaire Magali Boumaza, retrouvé mardi 25 avril par le journaliste de La Croix Laurent de Boissieu, Jean-François Jalkh émet des doutes sur la réalité des chambres à gaz – ravivant une rhétorique négationniste dont Marine Le Pen essaye de débarrasser son parti depuis son accession à la présidence, en 2011.

Et Melenchon hesite…!

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 13 h 50 min

Polanski a fait de sa vie l’exacte roman de Kafka, « Le Procès ». Kafka avec lequel il a beaucoup d’affinités, sans doute, car je l’ai vu jouer à Paris « La Métamorphose », il y a déjà longtemps…

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 13 h 46 min

« Delaporte, on voit bien que n’ayant violé personne, il vous manque de l’expérience vitale ! »

J’imagine que Polanski doit ressentir une certaine pression liée à cet ancien et néanmoins toujours très vif forfait. Sur le plan moral, une vraie culpabilité doit l’étreindre jour et nuit, comme une chose qu’il aura à ressasser éternellement. D’autre part, il est contraint de ne pas voyager dans un grand nombre de pays, sous peine de se faire arrêter et livrer à la justice américaine. Là encore, la pression doit être sensible, jusqu’à se sentir « prisonnier » à vie de la France, derrière des sortes de parois de verre qu’il ne pourra jamais franchir. On comprend dès lors qu’il ait songé à se rendre. L' »expérience vitale » du viol est plutôt une chose négative, qui pèse sur la conscience, qui empêche de respirer, qui pourrit la vie… Polanski est ce malheureux personnage de roman qui crève devant nos yeux d’avoir commis un forfait irréparable, lors d’un moment d’égarement dont il reste responsable. On espère donc pour lui que cette cavale polanskienne se terminera un jour, et que tout rentrera enfin dans l’ordre et la paix.

XYZ dit: 27 avril 2017 à 12 h 30 min

L’alliance objective Le Pen – Melenchon, version soft du pacte Ribbentrop – Molotov.
Les rouge-brun, fourriers des fachismes

JAZZI dit: 27 avril 2017 à 12 h 28 min

«Uber plutôt que chômeur»

Le problème c’est que l’uberisation produit de nouveaux chômeurs, qui, eux, payaient patente et impôts au prix fort !

XYZ dit: 27 avril 2017 à 12 h 23 min

sortit dans la rue, maintenenant, avec les lyceens et les forces vives, assieger la melenche (10e gare de l’est), exiger un front republicain, bref, ne pas attendre que l’autre fasse tout le taf

JAZZI dit: 27 avril 2017 à 12 h 14 min

Je crains que les garde-fous ne soient devenus inopérants, JJJ ! En France, il suffit d’une phrase balancée au bon moment. Rendez-vous après le face à face…

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 12 h 11 min

Dans « Libération » hier, les inquiétudes d’un universitaire sur Macron :

« Le mouvement social le plus important de ces dernières années contestait la loi travail inspirée par Macron, qui veut aller plus loin dans cette direction en légiférant par ordonnances pendant les vacances d’été. Le pari de Macron à cet égard est que sa croyance dans le «Uber plutôt que chômeur» soit juste et suffise à contenter le salariat… »

christiane dit: 27 avril 2017 à 12 h 11 min

JJJ
Franz-Oilvier Giesbert dans son éditorial (Le Point) écrit : « …L’affiche du second tour est si caricaturale que la campagne laissera forcément des fractures qui ne s’effaceront pas de sitôt. Ce sera bloc contre bloc. la pasionaria des Clôtures contre le Petit Prince. La France des champs contre celle des centres urbains. Ceux qui ont peur contre ceux qui n’ont pas froid aux yeux. Les pessimistes déclinistes face aux optimistes européens. La tâche du futur président sera, ensuite, de combler le fossé qui est en train de se creuser entre les uns et les autres.
Pourquoi ne nous aimons-nous plus et prêtons-nous l’oreille aux sornettes des marchands d’illusions ? Les résultats du premier tour sont ceux d’un pays qui ne va pas bien dans sa tête. (…) Rongés par le ressentiment, nous sommes en proie aux affres des populismes d’extrême droite et d’extrême gauche, qui nous repassent les mêmes plats faisandés… »

JC..... dit: 27 avril 2017 à 11 h 58 min

Delaporte, on voit bien que n’ayant violé personne, il vous manque de l’expérience vitale ! Vous devriez voyager. Avec votre Bible.

Quel âge avez vous ?

Janssen J-J dit: 27 avril 2017 à 11 h 56 min

@ jazzi veut absolument faire perdre macron.

Non, je ne le pense pas. En vérité, il craint tellement qu’il puisse perdre contre toute attente, qu’il essaie de sur-prévenir les faiblesses dont le jeune candidat inexpérimenté et mal conseillé se rendrait coupable…, des fois qu’on pourrait lui reprocher ultérieurement de ne pas les avoir détectées ni a fortiori d’en avoir alerté la communauté internationale. C’est ce qu’on appelle le syndrome du bobo en alerte conjuratoire maximale, il en faut de ces signaux faibles…, de toutes façons, et surtout savoir les décoder sans jamais s’en moquer. Car ils sont des garde-fous très utiles aux défenses de la démocratie.

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 11 h 55 min

« Polanski est innocent »

Il avait pourtant à l’époque reconnu lui-même les faits et plaidé coupable. Il s’était comporté comme un coupable, jusque dans sa cavale polanskienne, qui dure encore.

JC..... dit: 27 avril 2017 à 11 h 51 min

Un pote de l’Institut me téléphone à propos de Polanski, un ami à lui : « Réponds ! », qu’il me dit ….

C’est clair : un viol ce n’est qu’un consentement différé ! A posteriori, quoi !….

Polanski est innocent ! D’autant plus qu’il a payé la mère qui lui a livré la chevrette.

JAZZI dit: 27 avril 2017 à 11 h 50 min

« il y a un peuple a qui on la fait pas hors les cercles bobos »

Justement, XYZ, c’est ce qu’il faut craindre le plus !

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 11 h 49 min

Dans une librairie, hier, j’ai feuilleté le nouveau livre de l’académicien Marc Lambron, qui s’essayait au journal intime. Ce n’est pas une réussite. C’est extrêmement laborieux, scolaire, souvent ridicule, et d’un ennui !…

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 11 h 47 min

Yourcenar, ce n’était pas la grande déconnade non plus… En revanche, elle fut une académicienne très ironique sur l’Académie elle-même, brillant par ses absences répétées. Comment lui donner tort ?

Janssen J-J dit: 27 avril 2017 à 11 h 47 min

Chères internautes, Votre bonne entente m’émerveille, et me laisse pour ainsi dire… murakamisé (loin de la macronisation du moment). Il y a 20 ans, j’avais lu d’affilée les 4 tomes de la mer de la fertilité, et comme d’aucuns icite, n’ai gardé aucun souvenir d’un quelconque humour les traversant, à la différence des 4 tomes du Quatuor d’Alexandrie… Quoiqu’il en soit, des monuments de la littérature universelle. Et j’apprécie qu’on puisse les évoquer au passage de temps à autre, en dehors des suggestions de Passoul. Quelque chose rapproche les gens, et nous éloigne de qq incultes et incurables lepénistes, fiers de l’être. S’agissant du monde opératoire de l’entrée en relation d’un homme et d’une femme dans le métro, je ne sais pas, je ne le vois pas car je ne fais que lire sur du papier, mais j’entends ce qui se passe car je ne suis jamais connecté à des appareils acoustiques. Je dirais à @22.26 que non, ça ne se passe pas comme cela, pourtant je n’aimerais pas décevoir. Entre deux femmes susceptibles d’entrer en relation, oui, c’est très probablement le cas, mais certainement pas entre deux hommes. Hier soir, il y avait un mendiant très cultivé qui parlait à chacun de la nécessité de voter ou de ne pas voter, il déployait une verve et une éloquences extraordinaires, toute la rame souriait, même les gens les plus hermétiques, on le voyait dans leurs yeux, en somme tout le monde était prêt à tomber en amitié avec lui, d’autant qu’il ne semblait quasiment pas intéressé par gagner un peu d’argent. C’était un beau moment de métropolitain.

XYZ dit: 27 avril 2017 à 11 h 32 min

jazzi veut absolument faire perdre macron. il en faudra un peu plus que ces anecdotes de boudoir. il y a un peuple a qui on la fait pas hors les cercles bobos

Chaloux dit: 27 avril 2017 à 11 h 29 min

Widergänger dit: 27 avril 2017 à 2 h 29 min
« En revanche le bellâtre, lui, y fut très sensible. Cette pauvresse de Yourcenar, tout de même, quelle imbécile pour ne rien comprendre à l’humour alors que lui, hein, attention question humour on sait qu’il en connaît un rayon, nous les pauvres en esprit de la Rdl… »

Un Grand esprit peut ne pas être sensible à certains aspects d’une œuvre, tout en restant un grand esprit. En revanche (sic), il faut reconnaître à Yourcenar une immense qualité : elle n’a jamais perdu son temps à pérorer des journées, des semaines ou des mois entiers sur des sujets qu’elle ignorait, au contraire de notre chapion de collège qui ne saurait faire autre chose.

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 11 h 13 min

Jazzi, dans l’affaire Polanski, ce qui scandalise c’est l’impunité en France de quelqu’un qui est coupable, et qui est en cavale depuis quarante ans. Et ceci grâce notamment à des gros sous. On doit se faire une idée de la Justice qui soit indemne d’une telle salissure, et en ce sens la Justice américaine a raison de ne pas lâcher le morceau. Il en va de sa réputation. Quant à Polanski, cette fuite éperdue lui est une souillure morale indélébile, qu’il serait inspiré de rompre en se livrant aux autorités américaines, comme d’ailleurs il en a eu déjà la velléité.

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 11 h 02 min

L’innocence ou la culpabilité de Polanski : « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà. » (Pascal)

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 10 h 59 min

Nouveau rebondissement dans l’affaire Polanski, la victime fait sa réapparition, mais la situation juridique est toujours très embrouillée. On ne sait quand ni si Polanski se rendra aux USA pour se livrer simplement à la justice américaine :

« Affaire de viol: La victime de Roman Polanski demande à la justice américaine de dévoiler l’accord passé avec l’acteur »

JAZZI dit: 27 avril 2017 à 10 h 54 min

« l’argent est plus important que la lecture. »

Oui, JC, mais beaucoup de lecteurs rapportent beaucoup d’argent à l’auteur : Houellebecq ne dirait pas le contraire !

JC..... dit: 27 avril 2017 à 10 h 46 min

On trouve dans Mishima le plus beau, et le plus laid, de la culture nippone, un domaine d’une complexité infinie pour nous autres occidentaux simplets et cartésiens … A demain !

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 10 h 45 min

« la littérature ne sert à rien. »

Au contraire, la chose la plus utile, sur cette Terre, c’est la littérature. Elle aide à passer le temps très richement, et elle peut même sauver votre âme par la rencontre avec Dieu. La littérature peut tout cela, quoiqu’en disent les décérébrés.

Delaporte dit: 27 avril 2017 à 10 h 41 min

« la grande vague d’humour qui traverse ces livres »

L’humour, la déconnade ne me semble pas caractériser en premier lieu les romans de Mishima, qui était un type très sérieux comme le montre son seppuku rituel que Yourcenar raconte avec minutie. Mais Yourcenar est un peu passé à côté des romans, même si elle les décrit dans son essai. On la sent plus intéressée par la vie même de Mishima que par ses fictions.

JC..... dit: 27 avril 2017 à 10 h 37 min

Quittons nous sur un constat : la littérature ne sert à rien. Elle n’apporte rien ! Vous êtes intelligent ou co.n par votre génétique parentale. Soyez réaliste, l’argent est plus important que la lecture.

En cas de mauvaises lectures, et elles le sont toutes, ces billevesées vont vous détruire le ciboulot aussi vite qu’un cardinal du Saint Siège qui avoue qu’il est juif ou muslim ou casanovantesque ….

Arrêtez la lecture ! faites des maths, de la physique si vous êtes du genre pépère, du baby-foot au niveau international, de l’aviron si vous n’avez pas peur du coup de pelle qui tue.

Bougez vous le culte et mangez sainement. Bonne soirée !

OZYMANDIAS dit: 27 avril 2017 à 10 h 21 min

Ma parole, ce JC est surnaturellement con, il dépasse amplement les deux seuils de la connerie : imaginable et inimaginable.
Il bat tous les records de la bêtise inhumaine…
JC est un cas irrécupérable et irrémédiable, pour le plus grand malheur de ce blog.

la vie dans les bois dit: 27 avril 2017 à 9 h 17 min

Voilà que la tafiole de 9h11, quémande une indulgence.
Les no-life comme lui, en ont plein leur clavier-écran.

Sur ce, bonne re-lecture.

JC..... dit: 27 avril 2017 à 9 h 04 min

S’il n’y a pas erreur, il y a alors déni de réalité de la part de cette vie dans les bois qui a pris un rhume de cerveau. Car :

– Maitre Pierre, notre taulier chéri, est blanc, c’est indéniable !
– Dieu le père est blanc et barbu ; son Fils étant lui mal rasé
– Baldwin, le pauvret, est une fantaisie d’époque « Black is beautiful », sans plus.

XYZ dit: 27 avril 2017 à 9 h 00 min

oyez oyez, ici les propos racistes sont acceptables, les profanites non…on se prepare au pire, au kazoo.

Ta Groll ,JC

la vie dans les bois dit: 27 avril 2017 à 8 h 55 min

Aucun décalage horaire. Les messages dégueulasses en surface, sont passés à la machine à laver. Reste vraiment, comment dire en littérature, tachés ?, ceux de la p.u.te de 7h28 et 7h38.

Lacenaire dit: 27 avril 2017 à 8 h 53 min

Tous le commentaires de JC et de bouguereau ne seront pas censurés par la milice lepéniste, ils collaborent déjà

la vie dans les bois dit: 27 avril 2017 à 8 h 34 min

merci  » Passou ». Et encore vous êtes bien trop bon d’accepter le message de la p.u.te de 7h38.

la vie dans les bois dit: 27 avril 2017 à 8 h 24 min

amlette à 21h30, je pense également possible, qu’à la lecture du billet, on puisse faire un contre-sens absolu de lecture de cet essai de philo politique de H.-D. Thoreau.

Petite devinette : Parmi les onze prétendants, quel est le candidat hors-sol, promoteur de la/sa seule startupisation et de la mondialisation enchantée, « neutre » vis à vis d’un rétablissement des frontières ?

Des frontières de l’impôt douanier, pour des produits industriels de consommation courante importés ?
Ne pas payer d’impôt injuste, c’est cela aussi, le message de Thoreau.

JC..... dit: 27 avril 2017 à 7 h 28 min

Ce n’est pas du racisme que de constater que la race blanche conduit l’humanité vers les sommets, et cela depuis toujours !

La meilleure preuve est que Dieu est de race blanche ! Ouvrez vos catéchismes illustrés, c’est clairement expliqué.

Alors évidemment, Baldwin et consorts, pauvres gens rétifs au bon sens, sont jaloux et bavassent vainement.

Dieu est un Blanc barbu, c’est un fait indéniable …

XYZ dit: 27 avril 2017 à 6 h 44 min

C’était passionnant de l’entendre parler comme quoi les noirs sont nécessaires aux blancs pour que ceux-ci se sentent supérieurs.

C’est le fondement même de la dialectique du maitre et de l’esclave, ainsi que du système des castes, tel decortique dans Homo hierarchicus, de L.Dumont.

M’etonmnerait que Campanelle ait jamais tenu dans sa main un livre de Baldwin. Le navrant varant varois est un simple decor d’Hollywood, il n’y a rien derriere que du vide sidéral.

JC..... dit: 27 avril 2017 à 6 h 07 min

Luttant de toutes mes forces pour l’indépendance de Porquerolles, l’annexion de Port Cros et de l’Ile du Levant au Royaume du Soleil, je m’interdis de participer à ce simulacre de démocratie qui semble tant intéresser nos voisins français !

Le problème ce n’est pas le ou la candidat(e), c’est le peuple fatigué par tant de décennies ratées….

Heureusement, le grand remplacement est en marche !

JC..... dit: 27 avril 2017 à 6 h 00 min

S’il faut un homme d’Etat à la barre du Hollandais Volant français charriant ses cadavres, alors prenez la femme ! Clairement, le Bébé Macron ne tient pas la route …

JC..... dit: 27 avril 2017 à 5 h 54 min

Que devient la réalité, dans cette mascarade électorale proche d’un feuilleton de téléréalité aux odeurs de chiottes ?

JC..... dit: 27 avril 2017 à 5 h 36 min

« Je pense profondément que nous sommes tous égaux. » (rose)

Je pense profondément le contraire …. Quant à Baldwin : laissez moi rire ! Toute une époque.

Widergänger dit: 27 avril 2017 à 2 h 29 min

Chaloux dit: 26 avril 2017 à 23 h 24 min
« Yourcenar a trop minimisés ».

Non, elle y fait un résumé très fouillé des quatre romans de la mer, mais la grande erreur ou le grand oubli de Yourcenar est d’avoir passé sous silence la grande vague d’humour qui traverse ces livres. Elle n’y était peut-être pas très sensible.
_____________
En revanche le bellâtre, lui, y fut très sensible. Cette pauvresse de Yourcenar, tout de même, quelle imbécile pour ne rien comprendre à l’humour alors que lui, hein, attention question humour on sait qu’il en connaît un rayon, nous les pauvres en esprit de la Rdl…

Bihoreau, duc de Bellerente dit: 27 avril 2017 à 1 h 53 min

Lecture tonifiante. Bien sûr, le Général en sort gagnant, comme il se doit. Finalement, il n’y aura eu que lui; les autres, n’y pensons même pas, surtout le fourbe Mitterrand, et le Nain teigneux. Le presque sorti fait trop IIIe République, et le mignon Macron, ma foi, est d’une toute autre pâte. On le compare à Justin Trudeau -ne prononcez pas Justine, c’est inexact et insultant- et on verra bien comment le Canadien tiendra tête à Trump…

D. dit: 27 avril 2017 à 0 h 17 min

Macron s’est une fois encore énervé comme un gosse, n’ayant pas supporté de se faire huer dans sa propre ville.

Chaloux dit: 26 avril 2017 à 23 h 27 min

Il faudrait d’ailleurs retraduire ces romans du japonais. En français nous n’avons qu’une traduction de l’anglais.

Chaloux dit: 26 avril 2017 à 23 h 24 min

« Yourcenar a trop minimisés ».

Non, elle y fait un résumé très fouillé des quatre romans de la mer, mais la grande erreur ou le grand oubli de Yourcenar est d’avoir passé sous silence la grande vague d’humour qui traverse ces livres. Elle n’y était peut-être pas très sensible.

Delaporte dit: 26 avril 2017 à 23 h 05 min

Des nouvelles de l’inénarrable Nabilla, qui, d’après ce qu’on raconte, vit à Londres. Eric Zemmour aurait commis l’erreur de la citer dans son dernier édito. Réplique fulgurante sur les réseaux sociaux de la starlette en herbe :

« Eric Zemmour, ne prononce pas mon prénom, il est trop oriental pour toi !!!! »

Delaporte dit: 26 avril 2017 à 22 h 57 min

« j’avais en réserve La mer de fertilité »

Oui, un chef-d’oeuvre comme beaucoup des romans de Mishima, que malheureusement Yourcenar a trop minimisés dans son essai sur cet auteur.

rose dit: 26 avril 2017 à 22 h 46 min

je vous laisse tous les deux.

Non bérénice ; c’était un interview de lui, noir américain. C’était surprenant. Il disait que la construction d’un « drame » le fait d’être nègre, servait à celui qui bénéficiait directement de ce drame, le blanc. Que l’infériorité construite des nègres servait à établir la supériorité inventée des blancs. (c’est dit avec mes mots, d’après ce que j’ai compris – France Culture).

Je pense profondément que nous sommes tous égaux.

Je pense aussi que l’argent ne marque pas une supériorité. D’une quelconque manière.
Trois mois m’ont permis d’établir que ma haine profonde de l’argent vient de mon histoire personnelle, ceci en lien étroit avec l’amour.

De l’amour je sais tout, sa perfection et sa douleur. Ce que je sais également c’est que l’on se reconstruit. Et encore que les plus profondes blessures viennent de l’enfance et d’avant. Comme si l’on réparait tout le temps.

Or, il est possible de vivre heureux et respectueux. Cela passe par le respect de soi et par le respect de l’autre. C’est totalement réciproque, on ne peut pas respecter l’autre si on ne se respecte pas soi. Je vous aime beaucoup tous les deux. Ceci malgré le côté parisien que je déteste, j’en ai un exemplaire ce soir à la maison, brefle, pépin.

rose dit: 26 avril 2017 à 22 h 35 min

>bérénice

on ne peut pas être follement amoureuse et du jour au lendemain ne plus aimer ; ne plus s’aimer.

Je n’ai pas encore compris le sens de cette phrase compliquée qui signifie en deux mots que l’on ne veut pas être responsable de rendre l’autre heureux.

Pourtant, c’est bien la première chose qui m’est arrivée : je suis tombée amoureuse d’un homme que je voyais pour la première fois et soudain j’ai su ce qu’était être heureuse. Je me suis mise à chanter à tournoyer lui ai demandé what’s your name. Et quel pied, j’avais emmené ma plus jolie chemise de nuit grise à petits pois blancs -l’amour des pois-, avec son pantalon long. Quand je lui ai fait la bise, le matin où il est parti, je suis descendue pour ne pas le louper, il dormait en bas, moi à l’étage, avec un coréen du sud mal-élevé, j’ai dû me percher sur la pointe des pieds, quel grand homme, cela était le bonheur.

Même 30 secondes, le bonheur irradie, bérénice.

C’est d’abord destiné à cela l’amour à être heureux, par l’autre, pour l’autre. Sans poids. Tout léger.

Je ne connais rien d’autre que parler.

>bérénice Je vous embrasse, tiens. Affectueusement.

bérénice dit: 26 avril 2017 à 22 h 29 min

Rose il y avait sur Arte un thema hier qui lui était consacré, des images de pendus en rang mains menottées au cas où ils se sauvent, ahurissant toute cette souffrance, vous avez du entendre le texte du film.

bérénice dit: 26 avril 2017 à 22 h 26 min

3J puisque vous vivez en banlieue et que vous circulez à Paris, est-ce que le mode opératoire lors d’une première rencontre entre un homme et une femme actuellement ressemble à ce jeu que j’ai repéré dans deux ou trois bons films américains et qui consiste à poser des questions assez banales pour obtenir des réponses complètement folles avec un choix entre deux mensonges et une vérité, le jeu nécessitant une bonne dose d’imagination et une certaine rapidité d’esprit?

rose dit: 26 avril 2017 à 22 h 22 min

deux feuilles de salade et un bout de paté de foie : trois fois rien, pour vous béré.

Ce soir, nous avons mangé du tarama et des rillettes de thon sur un blini, quelques asperges blanches et de la soupe maison. Un yaourt à la vanille.

Je n’ai plus faim tout le temps c’est un énorme progrès.

rose dit: 26 avril 2017 à 22 h 20 min

écouté James Baldwin aussi sur france culture ; il disait que le concept de negro a été inventé par les blancs justement pour parfaire leur domination et casser du nègre (au figuré et maintenant c’est au propre -façon de parler, c’est très sale ce qui se passe comme agressions aux USS (je pensais qu’il s’agirait de supprimer les sweet à capuche et cesser de mettre les mains dans les poches).). C’était passionnant de l’entendre parler comme quoi les noirs sont nécessaires aux blancs pour que ceux-ci se sentent supérieurs.

bérénice dit: 26 avril 2017 à 22 h 15 min

3J, je ne suis pas très à l’aise pour le compte rendu ou la critique, je tenterai quand je l’aurai lu de vous en dire quelques mots, personnellement quand je suis amoureuse je fume plus, je dors moins, je suis joyeuse et je mange toujours aussi peu.

Janssen J-J dit: 26 avril 2017 à 22 h 05 min

quand on n’a jamais lu james baldwin, s’il ne fallait lire qu’une seule chose d’emblématique de cet écrivain, ce serait quoi ?… merci de me dire les spécialisss.

Janssen J-J dit: 26 avril 2017 à 22 h 00 min

21.46 je viens d’achever dans le RER le murakami auquel vous faites allusion… J’aimerais bien savoir ce que vous ressentez à l’égard de l’anorexie masculine pour cause de maladie d’amour imprévue, et surtout de l’insolite idée d’un organe surnuméraire chez les femmes qui les prédisposerait au mensonge. C’est à la fois d’une drôlerie irrésistible… sur un fond de mélancolie liée à une solitude masculine désirée et subie où il ne nous avait jamais emmené. Mais en même temps, il faut peut-être laisser cela à l’indicible de la basse littérature des profondeurs abyssales, reprendre un peu de hauteur avec du quignard (une journée de bonheur) ou du pérec pléiadisé. S’éloigner, se couchir sans elle ou couchailler avec, comme a dit une charmante et étonnante internaute (un verbe magnifique, belle découverte pour achever une journée harassante).

rose dit: 26 avril 2017 à 21 h 59 min

Je crois bien que lorsque j’étais ado les Etats-Unis d’Amérique avaient vingt ans d’avance sur nous le France en terme de modernité ; technologie, électro-ménager etc. Cet écart s’est réduit jusqu’à ne plus exister.

Aujourd’hui l’usage conjoint et du téléphone portable et d’internet pose les pays en voie de développement à la porte des nôtres. L’eau et les conditions sanitaires creusent, las, un écart qui ne cesse de décroître par ailleurs.
les pays du BRICS Brésil, Russie, Inde, Chine et south Africa.
Les pays émergents eux nous côtoient.
Des pays comme la Corée du sud sont du même niveau que les pays développés.

L’eau est un grand facteur pour l’égalité.
La lutte contre la misère est la première façon de permettre aux individus de mener une vie correcte chez eux, ainsi que l’éradication absolue de la guerre.
De toutes les guerres, civiles et militaires.

Saint Ex dit, dans Citadelle, ce bouquin est passionnant, que on n’en passe pas par la guerre pour construire la paix.

la vie dans les bois dit: 26 avril 2017 à 21 h 50 min

@ » A l’homme de classe ira mon vote de classe. »

Vous donnez encore des cours de théâtre JB ?

hamlet dit: 26 avril 2017 à 21 h 48 min

pour être prometteur Macron était super prometteur.

d’ailleurs il a suivi le cursus normal de tous les gamins brillants et prometteurs : premier de la classe en philo à 18 ans et premier de la classe dans une banque à 35 ans.

tous les gamins qui carburent sur Ricoeur finissent traders sur les matière première pour mettre en famine des pays entiers.

ça c’est le petit plus de l’éducation national à la française !

l'ombelle des talus dit: 26 avril 2017 à 21 h 47 min

entrée des sociétés dans l’ère hyper individualiste !

Care to elaborate ? Même sur moins de vingt pages … Deux exemples qui marquent l’ère hyper individualiste ?

rose dit: 26 avril 2017 à 21 h 46 min

avec un château aussi, ça aide à surmonter les épreuves provinciales. Même s’il n’y a pas de morilles en Anjou. Ni en Poitou. Ni en Suisse.

bérénice dit: 26 avril 2017 à 21 h 46 min

Hamlet, il n’est pas certain que nous tenions jusqu’au 7 autour de cette campagne, alors je me suis procurée Des hommes sans femmes, j’y retourne, lire le nom des villes japonaises me procure une espèce d’apaisement, Kyoto, Osaka, Kobe… il y a quelques jours une émission peut-être y en eut-il plusieurs à la radio consacrée à Mishima, sa littérature, son engagement, son suicide m’a rappelé que j’avais en réserve La mer de fertilité moins un tome , le dernier ( reçu deux chevaux échappés ).

hamlet dit: 26 avril 2017 à 21 h 45 min

dans tous les cas il est trop tard : les carottes sont cuites.

le seul qui peut rester en travers, c’est qu’au lieu de faire les comptes et assumer leurs responsabilités, les intellectuels vont se mettre à bouder !

et ça c’est pas très cool comme attitude !

même Thoreau n’aurait pas aimé ça, et encore moins qu’on se serve de lui pour en arriver à ça !!!

la vie dans les bois dit: 26 avril 2017 à 21 h 45 min

Dans ces conditions, je ne vois guère que H-D. Thoreau pour écrire une lettre circonstanciée au Chairman of the board.
Pour dénoncer l’esclavage.

Dear Mr Jeff M. Fettig,

Just a few words, from Amiens, a small unknown town, in France, where les ouvriers n’auront plus les moyens de faire sécher leur linge,ni de le laver, dans pas longtemps. Ils vont avoir grâce à vous, tout le temps de prendre du  » bon temps ».

Il faut traduire cela un peu mieux, mais on a chance ici, d’avoir un désagrégé d’anglais, alors chacun son job.

http://www.whirlpoolcorp.com/project/jeff-m-fettig/

Jean dit: 26 avril 2017 à 21 h 45 min

Lu attentivement le papier du jeune Macron (22 ans à l’époque) sur Ricoeur. Brillant, et prometteur ! A côté, la Marine et ses gros sabots, ça peut impressionner toute cette bande d’édentés qui, autrefois, votaient coco et dont on voudrait me faire croire qu’ils sont mes compatriotes et mes concitoyens. A d’autres. A l’homme de classe ira mon vote de classe.

hamlet dit: 26 avril 2017 à 21 h 42 min

« décider en son âme et conscience »

de quelle âme s’agit-il et de quelle cosncience s’agit-il ?

dans une société branloque comme l’est la nôtre, si chacun se met à agir en son âme et conscience je vous dis pas le m.rdier !

parce que si on va dans cette logique alors Marine le Pen aussi agit en son âme et conscience.

et c’est bien le problème : chacun a le sentiment d’agir en son âme et conscience.

le seul petit problème c’est que la politique ce n’est pas ça, ça c’est juste de la pensée à la Michel Onfray pour cour de récréation.

pour voir sous l’angle de la politique il vaut mieux lire des auteurs comme Habermas ou Rosanvallon… le problème c’est qu’il y a plus de 20 pages à lire.

hamlet dit: 26 avril 2017 à 21 h 36 min

à noter que c’est le gros point faible de la pensée de Thoreau : cette conscience individuelle qui commande et décide ce que l’on doit faire.

parce que Thoreau disait ça avant l’entrée des sociétés dans l’ère hyper individualiste !

du coup la pensée individualiste de Thoreau appliquée à notre époque c’est une bombe !

Emmanuel dit: 26 avril 2017 à 21 h 34 min

Habé géposté sur erdécé envoulant poster issi.;sauri,jrecommence:;

Bombé ,jfais un tour sur la erdéel .; le touite d’assouli sur léspanichespolars.;Anne-lise lafé un remarkab billet dssu on la erdécé;Jme demandé outété passée Christy 20.04,(laisse stromaé kouaieute with bobe dilane 😉 Salut à toussent,fovoter.;

hamlet dit: 26 avril 2017 à 21 h 34 min

« on peut décider en son âme et conscience de dissoudre sa propre union avec l’Etat »

on peut décider de bouder dès que notre conscience décroche.

à noter qu’il s’agit chez Thoreau d’une conscience individuelle, et non pas collective, autrement dit : « je boude si j’ai envie de bouder ! »

hamlet dit: 26 avril 2017 à 21 h 32 min

ça c’est sûr JJJ : nous sommes entrés dans une nouvelle ère placée sous le signe du fiasage de boudin.

d’ici 6 mois au moins 80% des français vont bouder, ça c’est certain, c’est passou qui a donné le coup d’envoi.

hamlet dit: 26 avril 2017 à 21 h 30 min

« juste se désister et prendre ses distances de manière très concrète. Une certaine manière de dire qu’on ne peut plus aimer son pays dès lors qu’il a cessé d’être aimable. »

traduction en français : juste le droit de bouder quand le peuple n’a plus l’amabilité de faire ce qu’on lui dit.

désolé mais Thoreau n’a jamais vu ça sous l’angle de faire du boudin.

c’est un contresens complet de lecture.

peut-être dû à l’anachronicité, mais un contresens quand même.

Janssen J-J dit: 26 avril 2017 à 21 h 28 min

21.16 sauf que c’était il y a 50 ans, et qu’aujourd’hui, on se soucie des vapeurs de la ménagère de 50 ans autant que de son panier, alors que DG se moquait du frigidaire d’Yvonne, tu m’étonnes. Il semblerait que Fion veuille disparaitre de la circulation pour que son cabinet se donne les moyens de sauver sa femme des affres des poursuites pénales. Je sais par pourquoi, j’arrive pas à en être triste, le plaisir d’enfoncer les gens qui ne veulent pas rendre nos argents. L’essentiel est qu’ils éprouvent une immense tendresse l’un pour l’autre, voilà ce qu’on peut leur souhaiter de mieux, car avec ça je sais qu’on peut surmonter toutes les épreuves provinciales. Si Macron a de très bons conseillers, il peut aller plus loin que les 6 mois. D’autant qu’MLP n’est pas à l’abri d’un accident cardiaque, ni la france d’une embellie pulmonaire.

hamlet dit: 26 avril 2017 à 21 h 26 min

en plus, tous les intellectuels se sont mis à bouder avant le résultat du premier tour, ce qui représente un record dans l’histoire du boudinage d’intellos.

hamlet dit: 26 avril 2017 à 21 h 24 min

et ça c’est un gros changement d’époque par rapport à celle de Zola ou de Sartre, à l’époque les types ne faisaient du boudin aussi facilement, ils essayaient d’aller au combat un peu avant.

maintenant nous vivons une époque d’intellectuels gâtés : vous ne voulez plus faire ce que je vous recommande de faire, et de voter pour celui que je vous recommande de voter, bon, très bien, alors je boude !

hamlet dit: 26 avril 2017 à 21 h 21 min

les ricains se sont tapés la lecture d’Orwell après l’élection de Trump.

et nous on va devoir se taper Thoreau, le seul truc positif c’est qu’il n’y a qu’une vingtaine de pages à lire, on peut même les apprendre par couer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*