de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Jubilation de Pierre Lemaître dans les grands cimetières sous la thune

Jubilation de Pierre Lemaître dans les grands cimetières sous la thune

Le sel d’une rentrée littéraire, c’est le livre qu’on n’attend pas d’un auteur qu’on ne connaît pas. La cuvée 2013, plutôt riche et prometteuse, recèle quelques surprises de ce type. Au revoir là-haut (563 pages, 22,50 euros, Albin Michel) en est une et des plus réjouissantes. Son auteur Pierre Lemaître (1956) est un écrivain qui ne fait qu’écrire. Si ce n’est pas des polars, des scénarios. Ce roman est sa première incursion hors de son périmètre. Coup de maître que ce coup de Lemaître ? Facile. N’empêche que c’est vraiment réussi.

Ca commence comme cela : « Ceux qui pensaient que cette guerre finirait bientôt étaient tous morts depuis longtemps ». Tel sera le ton. A la fin de la Grande guerre, deux jeunes démobilisés ne reconnaissent pas un pays qui ne les reconnaît pas. La France ne sait pas quoi faire de ses démobilisés cassés, abîmés, bousillés. Il n’y ont pas leur place, pas encore. On n’a rien à leur offrir, pas même leur solde qui tarde. Les Français veulent tourner la page mais ceux qui en reviennent ne sont pas près d’oublier ce qu’ils ont vécu. Des poilus se retrouvent à faire les hommes-sandwich sur les grands boulevards. On suit donc l’ascension d’un jeune aristocrate, ancien combattant désargenté, au lendemain de la première guerre mondiale. « L’idée de la fin de la guerre, le lieutenant Pradelle, ça le tuait ».  Pour s’enrichir, cet ambitieux ne se contente pas d’épouser une dot : il se lance dans un trafic à haute échelle de cercueils et sépultures et une arnaque aux monuments aux morts en escroquant des municipalités. Ils appelaient cela entre eux « le pont des soupirs ». C’était un temps où l’on kidnappait des morts pour les transhumer. Car il y eut bien un authentique scandale des exhumations militaires dans les années 20 favorisé par un arrêté ministériel préconisant la constitution du plus petit nombre possible des plus grands cimetières possibles. Une spéculation à grande échelle sur les morts au champ d’honneur et le chagrin des familles. Rien n’est alors amoral comme le blasphème antipatriotique. On ne fait pas plus cynique.

Il y a quelque chose d’un Bel-Ami réécrit par Jules Romains pour le souffle, l’ampleur et l’envergure du fresquiste. Et le Maurice Genevoix de Ceux de 14 pour l’hallucinante première partie consacrée aux horreurs de la fin de la guerre : on n’y entend pas seulement le bruit de la guerre mais, plus encore, sa cessation, un effrayant silence après quatre ans de vacarme. Et puisqu’on ne peut se passer d’analogies dans la littérature dès que l’on a affaire à un nouveau dans la place, et que les romans une fois portés à l’écran laissent une empreinte plus forte encore dans la  mémoire du lecteur, gageons que les gazettes ne manqueront pas d’évoquer Un long dimanche de fiançailles du regretté Japrisot et La Chambre des officiers pour les gueules cassées de Marc Dugain. Il est vrai qu’avec les âpres marchandages sur les dimensions des cercueils et la confusion des cadavres, on est parfois dans le Grand-Guignol – une tête de cheval mort comme fil rouge du récit, il fallait oser. L’antihéros au centre de l’affaire est aussi médiocre que complexe à mesure qu’il se piège dans l’engrenage de ses mensonges. C’est que Lemaître ne lésine pas avec ses personnages, dût-il les marionnettiser. Parfaitement au fait des limites du romanesque, il n’hésite pas à les dépasser juste assez sans en faire trop. Perdre parfois la mesure, n’est-ce pas ce qu’on attend justement d’un romancier ? Trop de maîtrise tue l’émotion. Ce n’est pas le cas ici. A l’image du titre issu d’une dernière lettre d’un condamné pour trahison, exécuté en 1914, réhabilité en 1921 : « Je te donne rendez-vous au ciel où j’espère que Dieu nous réunira. Au revoir là-haut, ma chère épouse… »

La langue est magnifique d’autant que, de son ancienne manière, l’auteur a conservé le goût de l’humour noir avec ce qu’il faut de vivacité dans le ton, de sarcasme et d’ironie dans la manière pour faire passer parfois le plus abject : « Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d’avantages, même après”. On y retrouve la respiration haletante du roman noir dans un mélange des genres auquel l’auteur a dû prendre du plaisir. Sa phrase est puissante, drôle, efficace, percutante, sans le souci poétique d’une quelconque ligne mélodique, ce qui s ‘explique quand on sait son indifférence absolue à la musique.

Une fois admises toutes ces références, qui ont bien laissé leur empreinte sur l’auteur, vous pouvez les oublier pour vous laisser captiver par Au revoir là-haut qui a sa personnalité propre malgré sa reconnaissance de dettes. Car c’est le genre d’écrivain qui ne peut s’empêcher de rendre hommage aux écrivains qui l’ont fait. Et c’est le genre de roman par lequel on a envie de se laisser épater.

(photos D.R.)

Cette entrée a été publiée dans Histoire, Littérature de langue française, Non classé.

483

commentaires

483 Réponses pour Jubilation de Pierre Lemaître dans les grands cimetières sous la thune

des journées entières dans les arbres dit: 23 septembre 2013 à 0 h 03 min

Polémikoeur. dit: 29 août 2013 à 10 h 17 min
C’est à peu près ça, aujourd’hui :
14-18 n’est plus que de l’archéologie !

En passant par la Lorraine, j’ai vu au milieu d’un bois peu fréquenté, bois de chênes, de noisetiers, et d’aulnes, sur les pentes d’une colline, celle-ci n’était la colline inspirée, les vestiges d’un hôpital militaire, enfoui, bien caché Il n’était distant que de quelques centaines de mètres d’une frontière dont il reste quelques bornes au milieu de pelouses calcaires.

Pas très loin, il y avait une tombe avec une stèle.
Celle du premier soldat français tombé lors de la guerre, en 1914.
Le mal nommé se prénommait Fortuné.

juliette92 dit: 12 septembre 2013 à 7 h 44 min

« Au revoir là-haut » est un roman remarquable. Pierre Lemaître mériterait un prix. Et je lui souhaite le Goncourt !

u. dit: 2 septembre 2013 à 11 h 07 min

Jubilation de Jacques Barozzi avec son grand cimetère sous la couette.

Je sais, c’est n’importe quoi.

C’est qu’on me prétend amoindri sur le fil suivant.

JC..... dit: 30 août 2013 à 8 h 53 min

– Barack ! ne vas pas jouer avec les petits Syriens, je te l’ai dit 100 fois !
– Mais pourquoi ? C’est rigolo de jouer avec les Arabes : on s’est bien amusé avec les Irakiens, les Afghans, les Libyens, les Libanais…
– Laisse faire les Juifs, Barack.
– Pourquoi toujours eux ?
– Tu le sais, Barack, ils savent y faire… Depuis le temps ! Et puis, les Français vont y aller, comme des grands…
– Chouette ! On va rigoler alors !

Tous les renato sont rigolos dit: 30 août 2013 à 8 h 29 min

Super, la renato pizza.
Tue ton fois en douze minutes.
Oh yeah…
Un Toto qui manquait à notre collection de Toto.

JC..... dit: 30 août 2013 à 8 h 09 min

Pour revenir au sujet, le pavé de Lemaître dont Passou nous cause ici est actuellement classé 39ème meilleure vente chez Amazon.fr, loin derrière une tapée de livrets pour gamins.

« Cinquante nuances… » est classé 13ème, en recul, mais devant le chef d’œuvre probable de Anne-Sophie Girard « La femme parfaite est une connasse ! », qui est 15ème meilleure vente !

« La nostalgie heureuse » de Nothomb est 30ème devant une méthode de musculation.

Constat : la littérature de qualité se porte comme un charme et le lecteur achète avec discernement…

des journées entières dans les arbres dit: 30 août 2013 à 8 h 03 min

A propos du tweet « Unabomber » et du « domestic terrorism »

August 20, 1998: FBI Gives $1 Million Reward to Brother in ‘Unabomber’ Case

The FBI gives a $1 million reward to David Kaczynski, who identified his brother Theodore “Ted” Kaczynski as the “Unabomber” (see April 3, 1996).
(…)
Kaczynski pressed federal prosecutors to consider his brother as not just guilty of heinous crimes, but deeply mentally ill (Ted Kaczynski has been diagnosed as suffering from acute paranoid schizophrenia). It is in part because of the diagnosis, and because of pressure from David Kaczynski, that the government ultimately chose not to seek the death penalty against his brother (see May 4, 1998). Until the government reversed itself and chose not to seek the death penalty, David Kaczynski was bitterly angry at the government and accused Justice Department officials of wanting to “kill my brother at any cost” (see December 30, 1997). Kaczynski and his mother, Wanda Kaczynski, also criticized the FBI and Unabom Task Force prosecutors for misleading them during the negotiations that led up to their identification of Theodore Kaczynski by suggesting they were interested in obtaining psychiatric help for him and not in pressing for capital punishment. During the entire trial, though David Kaczynski sat just 10 feet behind his brother in the courtroom, Ted Kaczynski never once acknowledged his brother’s presence or looked at him. [Washington Post, 8/21/1998]

http://www.historycommons.org/timeline.jsp?timeline=us_domestic_terrorism_tmln&us_domestic_terrorism_tmln_specific_events=us_domestic_terrorism_tmln__unabomber__attacks

JC..... dit: 30 août 2013 à 7 h 42 min

– David ! ne vas pas jouer avec les petits syriens, je te l’ai dit 100 fois !
– Mais pourquoi ? C’est rigolo de leur jeter des cailloux par dessus la clôture…
– Laisse faire les Juifs, David.
– Pourquoi eux ?
– Ils ont l’habitude, David, ils ont l’habitude… Depuis le temps !

Giovanni Sant'Angelo dit: 30 août 2013 à 1 h 06 min


…la gestion du futur,…

…les générations d’engrenages des dogmes du pouvoir  » porcin « ,…dans les cultures et sociétés,…

…la boue des divisions pour régner,…

…le progrès est très  » doxa « ,…comme des statues à déboulonner,…s’il en reste,…

…le grand harnais pour la paix,…l’algèbre des solutions infinies des limites in-connues,…faisant fonctions,…dans les ensembles,…

…l’algèbre financier,…encore que l’algèbre  » di-plomatique « ,…des casino’s;…avec des cigarettes sans fumées,…etc,…

…merci !…James Bond à 15 h 30,…
…JC,…à ,…7 h 58 mn,,,,trop de vin,…à la longue çà peut abîmer les neurones,…et pour les livres je suis servis,…

…encore que,…mieux recadrer,…et réviser mes adaptations,…le plafond,…risque de devenir court,…
…à moins, de quelques châteaux,…à léguer aux  » tyrans « ,…pour le Bal des Damnés,…diamants par ci, empereurs par là,…Afrique,…Moyen-Orient,…CoCo-girls aux soupirs soulagés,…bien entendu c’est pas de refus,…

…etc,…jamais,…aux ordres d’Albion aux jarretelles,…en cavalier seul,…et un terrain  » piper « ,…Pipe Tobacco,…Indian Summer ,,..pour changer,…ou carrément, Mac Baren Tobacco  » virginia n°1 « , Ready Rubbed,…à deux filtres,…bien entendu,…

…en peignoir chez Drouant,…avec Bilitis,…faut voir,…etc,…

des journées entières dans les arbres dit: 29 août 2013 à 21 h 36 min

« UNiversity and Airline BOMber »
Tout ce que l’on sait , c’est qu’il n’avait pas un QI négatif.

Jacques l'anthologiste dit: 29 août 2013 à 21 h 28 min

« littérature de la maladie »

Catégorie qui s’applique bien au roman chroniqué par Bernard Morlino dans sa rubrique des Républiques (de la culture).

post e-cholestérole dit: 29 août 2013 à 21 h 22 min

les blogs appartiennent-ils au genre identifié par Zaoui(le monde ) « littérature de la maladie  » ?

Jacques l'anthologiste dit: 29 août 2013 à 21 h 14 min

Lolita c’est une pute, un point c’est tout !
Mais je conçois très bien que certains d’entre vous aiment ça…

Jacques l'anthologiste dit: 29 août 2013 à 21 h 08 min

Eblouissante réponse de la bergère Cricri d’amour aux malotrous bergers dévoyés erdéliens !
Poétikement

post e-cholestérole dit: 29 août 2013 à 21 h 07 min

aujourd’hui qu’écrire « ‘ovni littéraire » est devenu un cliché de la critique (dans le monde ) laisser un commentaire sur un blog est ridicule .

Kallisto X dit: 29 août 2013 à 20 h 56 min

Louis XIV : l’état c’est moi
Flaubert : beau et varié c’est moi
KALLISTO X : LOLITA c’est moi, crois moi

Polémikoeur. dit: 29 août 2013 à 20 h 48 min

Un vrai « casus belli » ?
L’ergonomie, ici,
de la fenêtre de saisie !
Retouralalignement.

Polémikoeur. dit: 29 août 2013 à 20 h 45 min

Allo, la tour de contrôle, pas d’hélicos ?
Blague à part, comment peut-on surjouer
la scène de l’horreur dépassant la ligne
et rentrer dîner après tranquillement ?
« Une des premières armées du monde
et les armes de dissuasion massive »,
c’est éventé après l’Irak. « On les aura ! »
ne nous a pas tellement réussi sans aide
extérieure depuis longtemps. L’indignation,
c’est bien mais, s’il y a le deuxième effet
kiss-moscool, ça ne remplace pas des gros
biscottos. Est-ce qu’alors, ils vont nous
la faire à la Suez : « Rentrez à la maison,
les enfants, les grandes personnes discutent
entre elles ! » ? Les cartes ne sont pas
les mêmes en Syrie et au nord Mali.
De toute façon, qui croira vraiment
que la communauté internationale est émue aujourd’hui par une seule entorse
à ses règles ABC dans les limites
de quelques pâtés de maisons
(hors de Manhattan) ?
Diplombatiquement.

Polémikoeur. dit: 29 août 2013 à 20 h 16 min

Pas de kriegspiel ?
Dommage pour les consultants !
Vlad-le-cobra devait se tenir
prêt sous la pierre de Damas.
Coagulitionneusement.

D. dit: 29 août 2013 à 20 h 15 min

Et puis il y a aussi les Mig 23, après tout.
Quand il y en a 6 qui déboulent à 300 pieds, chargés à mort de bombinettes, on peut toujours en descendre 3 dans le meilleur des cas…

Polémikoeur. dit: 29 août 2013 à 20 h 08 min

Porter une arme rend pourtant
communément, comment dire…
« matamorisé » !
Porter une arme attire aussi
fréquemment le feu sur soi,
ce qui conduit généralement
à courber un peu la tête.
Une boucle de régulation,
en quelque sorte.
Lancer un commentaire-appât
n’aurait-il pas vaguement
le même effet que de parader
en arme, concentrer sur soi
la réplique ?
Casquebleusement.

D. dit: 29 août 2013 à 20 h 04 min

Et de faire des centaines de morts, flottant sur les eaux méditerranéennes, au milieu des flaques de carburant en feu. Tiens ça me rappelle quelque chose, cette vision d’horreur.

D. dit: 29 août 2013 à 20 h 03 min

Je viens d’apprendre que c’est annulé, renato.
Les Mig 29 syriens sont trop dangereux.
D’ailleurs je l’écrivais il y a quelques mois.
Ce serait dommage de perdre plusieurs destroyers lors d’un raid de représailles syrien à très basse altitude, indétectable par les radars.

D. dit: 29 août 2013 à 19 h 38 min

Je crois que le pilonnage des sites syriens est pour cette nuit. François Hollande devrait faire une annonce d’un instant à l’autre.

christiane dit: 29 août 2013 à 19 h 13 min

A propos du berger…

« Il nous a fait entendre le passage des brebis
qui se pressent dans la poussière de l’été céleste
et dont nous n’avons jamais bu le lait.

Il les a rassemblées dans la bergerie nocturne
où de la paille brille entre les pierres.
la barrière sonore est refermée
fraîcheur de ces paisibles herbes à jamais. »

Philippe Jaccottet (poème consacré à Henry Purcell)
(PS : « cricri » avait 13 ans et ne s’appelait pas Lolita)

Syndicat des Bergers Fidèles du Mont Caume dit: 29 août 2013 à 18 h 37 min

keupelle dit: 29 août 2013 à 18 h 23 min
« vous savez ce qu’elle vous dit cri cri ? »

Nous serions curieux de connaitre la teneur exacte du message de notre chère Cricri …

louvaloff dit: 29 août 2013 à 18 h 09 min

sur tweet »unabomber »
« Les détectives anglais sont nos meilleurs amis et j’ai toujours constaté qu’en comptant sur leur stupidité nous pouvons faire tout ce que nous voulons .Je ne saurais sacrifier aucun d’eux .
O.Wilde « le crime de Lord Arthur Sackerville  »
edition folio avec une préface du traducteur Léo Lack (où le traducteur refuse de se laisser égarer par « l’apparence ironique du sous-titre :Etude sur le Devoir »)
que je viens de relire

Polémikoeur. dit: 29 août 2013 à 16 h 02 min

Cher rassembleur de fragments,
dans le monde parfait de la Rdl,
il ne saurait être question d’argent.
Benêvolement.

de nota dit: 29 août 2013 à 15 h 24 min

y’a plus que JC qui cause tout seul dans l’avion à passou

Plutôt une montgolfière,Phil.
Passou n’aime pas les moteurs…

Phil dit: 29 août 2013 à 14 h 23 min

y’a plus que JC qui cause tout seul dans l’avion à passou.
Baroz, pas de « goût de  » en route ?..
vous savez quoi ? Il me semble bien que cette vraie fausse bonne idée fut « empruntée » (à la française) à un éditeur autrichien de Klagenfurt, Wieser Verlag. Un jour, quand vous négocierez vos émoluments, mettez ça dans la balance.

JC..... dit: 29 août 2013 à 14 h 16 min

ne pas oublier les courses pour ce soir dit: 29 août 2013 à 13 h 59 min
« Vous croyez vraiment à ce que vous écrivez ? »

Et vous ?
(je vous déconseille de croire, en général. Mieux vaut disputer, démonter, remonter)

des journées entières dans les arbres dit: 29 août 2013 à 14 h 15 min

« Philo, ici-bas, n’est-ce pas prélude
au retour de guerres des religions ?
Polémixomanement. »

A lire aussi, la nouvelle revue Géolitique, dossier trimestriel de juillet/août/ septembre:
« Le XXIe siècle est religieux!
(à moins qu’il ne le soit pas) »

des journées entières dans les arbres dit: 29 août 2013 à 14 h 01 min

« C’est à peu près ça, aujourd’hui :
14-18 n’est plus que de l’archéologie ! »

C’est à dire, qu’il y a archéologie, et archéologie.
Déjà, à l’époque, les fouilles étaient entreprises parfois avec les mains; il n’est pas là question d’artefact. ( ni d’artifice littéraire romanesque)

J’ai lu cela:

« Mercredi soir 14 courant vers 20H30, étant chez moi, j’ai entendu frapper à ma fenêtre, j’ai regardé et ai vu deux hommes qui m’ont demandé de leur rendre un service. Ce service consistait à descendre un cercueil du cimetière militaire situé à côté de ma ferme, jusqu’à Venteuil où un camion automobile attendait. J’ai alors dit à mon domestique Bonnichon que quand l’on viendrait l’appeler qu’il descende le cercueil jusqu’au camion. Ces hommes m’ont demandé quel serait le prix pour ce travail. Je leur ai répondu que c’était un service que je leur rendais et qu’aucun service ne se paie. J’ai été me coucher et ne me suis pas occupé de cette affaire. Je ne connais pas les deux hommes qui se sont présentés chez moi. J’ignore le nombre que ces hommes étaient et quel pays ils habitent ; je ne leur ai posé aucune question. Vers minuit, un homme est allé chercher le domestique qui attela alors le cheval et se rendit avec sa voiture au cimetière militaire où trois autres hommes attendaient. Les quatre inconnus chargèrent le cercueil sur la voiture et le domestique les conduisit à Venteuil. Là, attendait un camion automobile avec un conducteur. Une fois le cercueil placé dans le camion, le domestique, selon ses propres dires, reçut, de la personne qui était venue le chercher, cinq francs. »
http://rha.revues.org/6980

Je ne sais pas si Lemaître s’en est inspiré, s’il a payé ses dettes, s’il en beaucoup, ou je ne sais.

JC..... dit: 29 août 2013 à 13 h 35 min

AFP
« De tout le Moyen-Orient, les Eglises, alarmées par le sort des chrétiens de la région et exceptionnellement unies, s’associent au pape François pour refuser toute intervention militaire en Syrie, jugeant qu’une action renouvellerait en pire l’expérience calamiteuse de l’Irak il y a dix ans. »

Mais, qu’est ce qu’ils font là-bas les Chrétiens ?!! Ils gênent ! Ils emmerdent les Musulmans, les minoritaires à Jésus ! Qu’ils reviennent ici, nom de dieu, on me manque pas d’églises vides à ranimer …

On les échange volontiers contre nos muslims et leurs beautés* sous housse.
* soyons optimistes, pourquoi voir tout en noir ?

JC..... dit: 29 août 2013 à 13 h 22 min

Que ce soit clair : Dexter, Hamlet, Puck, Zeno, D., sont aussi nécessaires à ce blog de prestige que HR, Clopine d’Ours, Bloomie, Court ou LML !

Si on en avait à virer fissa, j’en vois deux en première ligne : TKT & JC, dont on pourrait fort bien se passer compte tenu de la qualité de leur apport.

Vous êtes d’accord ?

JC..... dit: 29 août 2013 à 13 h 12 min

de nota dit: 29 août 2013 à 11 h 27 min

Vous êtes dans le vrai, ami ! Aujourd’hui encore, les purs d’entre les purs, s’ils sont provençaux, doivent porter une kalachnikov pour être pris au sérieux par les autorités morales.

Pagnol, Daudet, Raimu, Mayol, Defferre (et son duel avec Ribière qui l’avait traité d’abruti en 67 y contribue), Falco, Gaudin, Guérini, nous ont causé bien du tort !

Depuis ce merveilleux porte-avions dénucléarisé « Le Porquerolles », ancré au large d’Hyères, nous nous efforçons de créer une image du Méridional tout à fait nouvelle !

Sans rompre avec les valeurs sûres du passé, bien évidemment ! Homophobes, athées, machistes douteux, ivrognes dionysiaques, incultes, patriotes, islamophobes, théophobes, coureurs de touristes blondes affamées de soleil, humanistes caviar, nous tendons vers les qualités universelles et froides de l’homme nouveau onusien…

Ayons confiance ! Avançons à petits pas affirmés : rien ne presse. Le Méridional est l’avenir du monde civilisé et nous sommes déjà largement devant les Nordistes *.

* ceux qui vivent étrangement au dessus d’Avignon

Jacques l'anthologiste dit: 29 août 2013 à 12 h 39 min

« tu sais où tu peux te la carrer bien profond ta caverne ? »

Dédé le filousophe il pense avec son cul : comment faire entrer le vide béant par la voie la plus étroite, un grand trou dans un petit trou !

Jacques l'anthologiste dit: 29 août 2013 à 12 h 19 min

keupu, c’est celui qui veut absolument porter le poids de la faute universelle : un vrai maso, qui a souvent recours au faux pseudo ou à l’appropriation de la signature des autres !

la dernière pierre dit: 29 août 2013 à 11 h 55 min

Rappel @ rose dit: 29 août 2013 à 11 h 11 min

Comme celui qui n’a jamais péché…

Le tutoiement du maître, du bourreau…du juge divin!
Fouille merde.
Réduire au silence par intimidation,condamner, pousser au crime, cela n’ a jamais été un argument.

Jacques l'anthologiste dit: 29 août 2013 à 11 h 35 min

« Il reste des niches à pourvoir.
Polemploisonnement. »

C’est payé ?
Combien ?

de nota dit: 29 août 2013 à 11 h 27 min

Par exemple,Le Naour a écrit un petit livre « la légende noire des soldats du midi »sur un épisode peu connu,je crois,de la derdéder:en août 14,près de Nancy,le XX corps,un bataillon lorrain,et le XV,composé en majorité de soldats provençaux,cédent sous le terrible tir de barrage de l’artillerie allemande.Dans ces premières semaines de guerre
où tout se joue,l’état-major et le gouvernement cherchent des boucs-émissaires.Ce seront les soldats du Midi »
Soldats méridionnaux que l’on accuse de n’être pas aussi patriotes que ceux du Nord,anarchistes,beaux parleurs et semblables aux juifs!
Taine,Michelet-qui considérait que les méridionaux se rapprochent des Africains-Daudet avec son Tartarin ont contribués à faire du Méridionnal »le polichinelle national… »

Polémikoeur. dit: 29 août 2013 à 11 h 09 min

Il y a, jusqu’à présent :
– le texte, distingué par son support,
– l’image, fixe et qui bouge,
au comptant et à tempérament,
– la scène,
– la zik, deux genres seulement
parmi tant d’autres,
– la représentation plastique, pour simplifier
une création diverse.
Il reste des niches à pourvoir.
Polemploisonnement.

Choeur des bergers nombreux, infidèles, mais intéressés..... dit: 29 août 2013 à 10 h 55 min

« Ô oui, reviens Cricri !… reviens…! »

Berger fidèle... dit: 29 août 2013 à 10 h 52 min

Nous nous sommes tant aimés, …bêtes au milieu des bêtes du troupeau… puis tu es partie acheter des cigarettes… et je ne t’ai jamais plus revue !

Reviens, Cri-cri ! Reviens ! je ne puis t’oublier.

Polémikoeur. dit: 29 août 2013 à 10 h 50 min

La poésie est partout
et à tout le monde
(ou presque…).
Concentrée,
en recueils,
ne devient-elle
pas vite écœurante,
un peu comme la confiture ?
La photo est déjà en main.
Porno ? Erotismes, plutôt,
léger, coquin à très gras
mais, là encore, en fine couche
un peu partout, au gré des vents
ou en doses massives tsunamesques ?
Philo, ici-bas, n’est-ce pas prélude
au retour de guerres des religions ?
Polémixomanement.

John Brown dit: 29 août 2013 à 10 h 42 min

Passant par l’abbaye cistercienne de Valcroissant, dormant en bivouac à la belle étoile. Et là-haut, à 2000m, sympathiser avec les bergers. (Christiane)

Pas besoin de jumelles. On voit ça d’ici. Les moinillons, et puis les bergers. Cochonne. Quel tempérament !

John Brown dit: 29 août 2013 à 10 h 39 min

la pire des chambres de torture à mes yeux c’est celle où un goutte à goutte tombe sur la tête du torturé. (Rose)

Tout dépend évidemment de l’emplacement de la tumeur. Ainsi, en cas de tumeur du nerf optique, on orientera la tête du patient de façon que la goutte d’acide sulfurique tombe bien dans l’oeil.

christiane dit: 29 août 2013 à 10 h 38 min

@ rose – 29 août 2013 à 9 h 39 min

Que de souvenirs ! Hors la Clairette, une randonnée reliant Die à la montagne du Glandasse. Passant par l’abbaye cistercienne de Valcroissant, dormant en bivouac à la belle étoile. Et là-haut, à 2000m, sympathiser avec les bergers. Regarder le lever de la lune avec leurs jumelles ou la vallée du Rhône. Merci de m’avoir ramener si loin dans le passé. Vous avez dû connaître bien des joies.

BERCY BEAUCOUP dit: 29 août 2013 à 10 h 38 min

Le pire supplice : l’impôt et les taxes qui tombent au goutte-à-goutte sur le condamné, immuablement, et qui se perdent dans les égouts…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*