de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Le Corbusier, lumière et pénombres

Le Corbusier, lumière et pénombres

Rien n’exaspérait Le Corbusier comme d’être appelé Charles Le Corbusier, d’autant que pour l’état-civil il était Charles-Edouard Jeanneret. Il fut « Doudou » pour sa famille, et « le fada » pour les Marseillais. A propos, un biographe peut-il appeler son héros par son prénom ?  Il y a là un abîme de réflexion. Tant et si bien que le quotidien The Guardian s’en est récemment ému en lui consacrant une enquête. Il est vrai qu’il y avait péril en la demeure : Robert Crawford n’ose-t-il pas donner du « Tom » à son héros dans sa nouvelle biographie de T.S. Eliot ? Il s’agit certes de l’écrivain dans ses années de formation, mais tout de même. Ce fut l’occasion de s’interroger sur la familiarité, l’affection, voire l’intimité qu’entretiennent certains biographes avec leur personnage. Ainsi a-t-on découvert que la Austen se faisait traiter de Jane, Strachey de Lytton, et que Kipling se faisait rudyarder.

Bref, cela ne va pas de soi. En faire trop ou trop peu, telle est la question étant entendu que ce sera pris soit pour un abus de proximité soit pour un excès de distance. En France, on a tout lu. Et même le biographe de Fernand Braudel lui donner du « F.B. » du début à la fin. Les initiales, c’est peut-être le pire de la désincarnation. Et pourtant, ça se fait. Comment peut-on s’attacher à un homme désigné par un sigle ! On ne fait pas plus froid. Cela dit, « Fernand » eut été trop amical. Unprofessional, eut-on dit outre-Manche et l’avis serait tombé comme un couperet. N’empêche, on n’imagine pas une vie de Le Clézio dans laquelle son chroniqueur lui donnerait du J.M.G.L.C. cinq fois par page durant cinq cents pages. Et encore une vie de Le Corbusier où il serait C.L.C.Villa_Dos-001bis

Le cas de François Chaslin vaut qu’on s’y attarde car son enquête époustouflant sur le Le Corbusier (510 pages, Seuil) est l’un des livres les plus originaux et des plus passionnants qu’il nous ait été donné de lire ces derniers temps. Il faut toujours se méfier d’un biographe qui annonce en incipit : « Ceci n’est pas une biographie ». Généralement, c’est bon signe. Le ton est donné dès le titre : Un Corbusier. Dès l’avertissement placé en liminaire, l’auteur affronte « le » problème : « J’ai parlé de Le Corbusier lorsqu’il s’agissait du personnage historique et du Corbusier dans les cas de plus grande familiarité ». Ce qui n’empêche pas les variantes qui donnent du piquant à son portrait : Corbu, maître Corbu, le Corbu ou encore son totem : le Corbeau.

Y a-t-il jamais eu plus célèbre architecte ? Son nom même, bien campé dans la notoriété du pseudonyme, incarnait sa profession, et jusqu’à la modernité. La plus récente biographie qui ait été consacrée aux Etats-Unis s’intitule Modern Man. The Life of Le Corbusier, Architect of Tomorrow ! Son image (épaisses lunettes rondes, noeud papillon, costume strict, chemise blanche, pipe entre les dents), très travaillée avec son photographe personnel (Lucien Hervé puis René Burri), participait à l’édification permanente de sa légende. François Chaslin a resserré la focale sur l’homme. Non sa vie privée mais son esprit. Rigide, sérieux, dogmatique, il ne s’écartait plus jamais d’un récit dès lors qu’il lui avait trouvé sa forme. Ce n’était pas un politique mais un opportuniste à tout crin, quelqu’un qui aurait « pactisé avec le diable pour voir ses projets prendre forme » (selon Charlotte Perriand) passant sans état d’âme  du Moscou du début des années 30 à Vichy où il a grenouillé dix-huit mois sous l’Occupation et fréquenté Arno Brecker, Josée de Chambrun, Alfred Fabre-Luce, Alexis Carrel.

Il demeura toute sa vie (comme Hergé) sous l’influence d’un environnement intellectuel de jeunesse, conservateur, clairement marqué à droite sinon d’ imprégnation fasciste, « antisémite bonhomme, banal, sans haine particulière et par ailleurs pragmatique, considérant que tout problème, la « question juive » notamment, pouvait trouver une solution par l’urbanisme ». Le jugement de François Chaslin, argumenté et tempéré, est plus convaincant que la charge sans nuance de Xavier de Jarcy qui consacre tout un livre à Le Corbusier. Un fascisme français (215 pages, 19 euros, Albin Michel) afin de prouver que, une ville par lui conçue comme droite et debout était nécessairement au garde-à-vous, qu’elle était nécessairement inspirée par une esthétique totalitaire, que le béton était de toute façon cynique et que leur héraut avait été corporatiste, maréchaliste et eugéniste, ce qui selon lui, on s’en doute, discrédite son oeuvre. Comme si un bâtiment conçu par un esprit décrété fasciste, le mot qui tue, était nécessairement « fasciste » ! Cela dit, il était nécessaire d’aborder enfin frontalement la face sombre du maître de la lumière.

A partir d’un semblable raisonnement, on suit mieux Marc Perelman qui, dans son Le Corbusier. Une froide vision du monde (246 pages, 19 euros, Michalon), insiste dans une démarche tout aussi critique sur sa conception de l’ordre, sa vision autoritaire de la société, ses inquiétantes machines à habiter « où il est toujours question d’imposer un mode d’existence unique à l’ensemble des individus », mais sans pourtant lui dénier l’originalité de son savoir-faire et la portée de sa puissance de conviction. Cela dit, malgré son empathie lyrique P1050236pour le personnage, François Chaslin lui-même, à rebours de la doxa en cours de longue date chez les architectes, voit en lui un idéologue qui aurait réussi en leader de groupuscule radical si l’époque lui en avait fourni l’occasion (entre les deux guerres, il fut actif au sein du « Faisceau » de Georges Valois). Mais dans d’autres pages, il reconnaît que, lui aussi, longtemps producteur à France-Culture d’une excellente émission sur l’architecture, considérait ses penchants autoritaires et totalitaires comme folkloriques et les mettait au débit du fada en ses excès, jusqu’à ce que cela ne le fasse « plus rire ni sourire » et que lui apparaisse clairement le tout harmonique qui présidait à sa conception de l’individu comme module. De là à pointer l’univers concentrationnaire de ses réalisations… Tout individu de bonne foi qui se laisse porter par ses pas dans la chapelle Notre-Dame-du-Haut à Ronchamp doit convenir que ce chef d’oeuvre désarme toutes les critiques.

Chaslin a vécu et dormi un peu partout là où Le Corbusier avait construit, dans les lits de fer du couvent de la Tourette et sur la terrasse de la Cité radieuse à Marseille. Il s’est interrogé sur la morale du blanc de chaux et sur l’esprit du béton Mais au fond, il est relativement peu question d’architecture, du moins sur le plan technique, ce qui n’est pas plus mal, du moins pour ceux qui ne sont pas du bâtiment. L’auteur a fait des choix, digresse par sauts et gambades, en toute subjectivité, ce qui nous vaut une constellation de détails, insensible à ce que Roland Barthes, l’apôtre des biographèmes, appelait le démon de la totalité.

Le bonhomme Corbu, tout d’ordre, de continuité, d’exactitude, de rigueur mais aussi d’agressivité, d’égoïsme, d’aridité morale, eut apprécié ce « tas de choses » obéissant à un chaos apparent. Une machine intellectuelle à produire de la doctrine, capable d’envisager un immeuble en devenir du point de vue de la grenouille tout en réunissant en une seule image le plan, la coupe et l’élévation, se rêvant Palladio. Sa biographie est bien dans ce fouillis, mais bien d’autres choses aussi qui en font le prix. Tous les Corbusier y sont plus ou moins, à commencer par le seul architecte qui consacrait toutes ses matinées toute l’année à peindre. Il ne fallait surtout pas le traiter de « Picasso de l’architecture », poncif que se repassait les gazettes et qui l’exaspérait. Il n’était jamais aussi heureux qu’un pinceau, ou un crayon à la main, seul dans son cabanon de Roquebrune-Cap-Martin, minuscule construction remarquablement rudimentaire que ce personnage au fond tragique considérait comme chef d’oeuvre.LeCorbusier-terrasse-001bis

Il disait : »Urbaniser, c’est classer ». L’exactitude lui était une nécessité. L’enquête de François Chaslin, d’une richesse documentaire et d’une liberté de ton réjouissantes, représente un au-delà de la biographie. C’est un livre d’écrivain. D’ailleurs, Un Corbusier est publié dans la collection « Fiction & Cie ». Normal pour un artiste de génie qui a fini par avoir une place à son nom en plein Paris, mais dans un non-lieu introuvable.

Comme 2015 est l’année du cinquantenaire de sa mort, le Centre Pompidou le célèbre à partir du 29 avril à travers une grande exposition, Juliette Cazenave lui consacre un passionnant documentaire (sur Arte le 13 mai  ), d’autres livres sont annoncés. Quand on lui reprochait son mauvais caractère, il se récriait, excipait de sa clarté :« Ce sont les événements qui sont tordus autour de mon caractère qui est droit, purement et simplement ». Comment ne pas songer au mot de Sade pour sa défense : « « Ce n’est pas ma façon de penser qui a fait mon malheur, c’est celle des autres »…

(Illustrations de Jean-Philippe Delhomme tiré l’album Les heures claires de la villa Savoye (58 pages, 19 euros, Les quatre chemins) écrit par Jean-Marc Savoye en souvenir de cette maison de campagne à Poissy commandée par ses grands-parents à l’architecte en 1929 ; « Le Corbusier » photo Robert Doisneau ; « La chapelle de Ronchamp » photo Passou)

Cette entrée a été publiée dans arts, documents.

660

commentaires

660 Réponses pour Le Corbusier, lumière et pénombres

renato dit: 13 avril 2015 à 12 h 11 min

« Mario de Andrade en révolutionnaire africain? »

Suivez le fil avant de causer… enfin, voyez à 10 h 31 min…

Giovanni Sant'Angelo dit: 13 avril 2015 à 12 h 03 min


… » le Jésus des jésuites est  » pâle et douillet « ,…Empruntant à l’histoire de Dieu de Didron la notion que, avec les siècles, la Vierge dans les tableaux se rajeunit alors que le Christ vieillit, il se scandalise devant ce phénomène. Jésus alors semble époux ou amant de Marie, ou au plus il redevient bébé, être de cire, entouré de fleurs en cire, sous cloche.
…la métamorphose féminine de Jésus dans l’art sont amères, sarcastiques,…cette féminisation du Christ manifeste la doctrine femelle de la grâce, qui aboutit à substituer au Christ la Vierge médiatrice.  » Aux cordeliers, partout Marie, Dieu changea de sexe, Marie en avant, et derrière, Jésus « , Thème qu’il admire en Allemagne, mais critique en Alsace.
…association étroite entre la grâce du Dieu féminin et le culte du Sacré-Coeur.
…( dévotions et paganisme ), extraits,!…

…autre livre,!…2011

…Vatican S.A….Les Archives Secrètes du Vatican.
…Vatican Société Anonyme, par Gianluigi Nuzzi

…la vérité sur les scandales financiers de l’église.
…Hugo & Cie,…
…etc,!…
…pour , J.C.,…qui cherche encore à comprendre,!…le profit dans les discussions,…et entourloupettes aux peuples,!…Ah,!Ah,!…
…préserver la façade des profits,!…états églises,!…encore cocu & trainée sans châteaux, sans fortunes,!…
…un obélisque sous la coupole,!…etc,!…
…Bip,!Bip,!…3D,!…

bientôt plus de vivants sur qui cracher dit: 13 avril 2015 à 12 h 02 min

Jean d’O craignant de susciter des jalousies c’est un peu pareil aussi…

ZEUS..... dit: 13 avril 2015 à 12 h 00 min

de nota dit: 13 avril 2015 à 11 h 51 min
« Gunther Grass dialogue avec Pierre Bourdieu… »

Nous avons vu, ici, un film remarquable où, dans le dîner de c.ns, il n’y en avait qu’un …

Pas deux !

c'est pas ça dit: 13 avril 2015 à 11 h 59 min

renato dit: 13 avril 2015 à 11 h 50 min
Quoi vous n’aimez pas l’expression Père de Macunaïma?

Mario de Andrade en révolutionnaire africain?

bientôt plus de vivants sur qui cracher dit: 13 avril 2015 à 11 h 58 min

ML parlant de Grass c’est un peu comme JC parlant de gráce mais faut les comprendre les chéris.

roland dit: 13 avril 2015 à 11 h 47 min

« Une pourriture de social-démocrate propalestinien. »

WG nous refait sa crise ! yavait longtemps..

tu sais ce qu'il te dit le bistrot dit: 13 avril 2015 à 11 h 46 min

11h42 renato cerveau immense

c’est à cause de votre commentaire de 11h21

renato dit: 13 avril 2015 à 11 h 42 min

« L’auteur de Macunaima est Mario de Andrade »

Non! c’est vrai? incroyable ce que l’on peut apprendre dans ce bistrot!

Widergänger dit: 13 avril 2015 à 11 h 41 min

« Die Blechtrommel » bildete den Auftakt zu seiner sogenannten Danziger Trilogie, zu der die Novelle « Katz und Maus » von 1961 und der Roman « Hundejahre » von 1963 gezählt werden. Neben seinem literarischen Werk, zu dem Gedichte und Theaterstücke zählen, machte sich Grass als politischer Intellektueller, der die Öffentlichkeit sucht, einen Namen. 1965, 1969 und 1972 ging er für die SPD auf Wahlkampftournee, allerdings ohne offizielles Parteimitglied zu sein.

Une pourriture de social-démocrate propalestinien.

JC..... dit: 13 avril 2015 à 11 h 41 min

La Princesse de Clèves était une vraie paumée… une idiote … bonne à oublier…

Elle ignorait Stromae, la Cour des Comptes, et les Immeubles de Grande Hauteur de la Seine Saint Denis

renato dit: 13 avril 2015 à 11 h 40 min

« Ils n’ont pas encore supprimé La Princesse de Clèves. »

Je n’ai pas encore bien compris, mais… La Princesse de Clèves c’est une chienne ou une chatte? Et pourquoi l’on parle de supprimer, la pauvre bête est malade?

Widergänger dit: 13 avril 2015 à 11 h 38 min

Der Literaturnobelpreisträger Günter Grass ist am Montagmorgen mit 87 Jahren in einer Lübecker Klinik gestorben. Das hat Grass’ Verlag Steidl über Twitter bekannt gegeben.

Seit dem Welterfolg seines Romans « Die Blechtrommel », der 1959 erschien, galt Grass als einer der wichtigsten Autoren der Welt. Für das wegweisende Buch, das sich über drei Millionen Mal verkaufte und in 24 Sprachen übersetzt wurde, wurde ihm 1999 auch der Literaturnobelpreis zugesprochen.

Un salopard de moins sur cette terre !

Widergänger dit: 13 avril 2015 à 11 h 34 min

Ils n’ont pas encore supprimé La Princesse de Clèves. Mais comme les élèves, qui la lisent, n’y comprennent plus rien à ce genre d’histoire d’amour sulfureuse…, ils n’ont même plus besoin de la supprimer. De facto, la Princesse est passée aux oubliettes de l’histoire, je n’ose pas dire littéraire, ce serait une injure.

JC..... dit: 13 avril 2015 à 11 h 34 min

Avant de vous quitter définitivement :

– Maspero est mort
– Gunther Grass est mort

Je vais me confesser immédiatement à mon curé pédophile ! Sauvez vos âmes mes petits choux … il est temps !

JC..... dit: 13 avril 2015 à 11 h 30 min

Dans intelligence artificielle, ne jamais oublier qu’il faut un minimum d’intelligence… Comme dans le réel, quoi !

la question dit: 13 avril 2015 à 11 h 26 min

9 h 46 : tiens tiens, le petit Court est donc de la famille des allogatoridés… ridé, on savait déjà

JC..... dit: 13 avril 2015 à 11 h 24 min

Oui, approximatifs les gauchistes ou, lorsqu’ils sont communistes russes ou polpotiens, …. expéditifs !

renato dit: 13 avril 2015 à 11 h 21 min

Phil, c’est vrai que les gauchistes sont plutôt approximatifs (révolution oblige), mais le Père de Macunaïma en révolutionnaire africain me semble un peu grosse comme « trouvaille »… et laisser passer ça…

JC..... dit: 13 avril 2015 à 11 h 17 min

De grâce, à propos de mélange, ne revenons pas sans cesse sur les syndicats, les partis, les élections diverses, l’habitat collectif en France, le métro parisien ….

Widergänger dit: 13 avril 2015 à 11 h 11 min

La gauche a détruit l’enseignement primaire. Il leurt restait à détruire l’enseignement secondaire. Les voilà à l’œuvre.

Et pendant ce temps-là, alors qu’on détruit la civilisation française, l’Académie Goncourt sabre le champagne !

renato dit: 13 avril 2015 à 11 h 07 min

Si c’est pour que les jeunes sachent que le latin et le grec sont des langues, une newsletter serait plus que suffisante.

Par contre, un « enseignement pratique transdisciplinaire » me semble peu s’il faut que le élèves apprennent quelque chose d’utile, et trop pour des gens qui ne pratiquent pas les langues dont on parle.

JC..... dit: 13 avril 2015 à 11 h 00 min

« On va mélanger les couillons et les trous du cul, ouais, c’est super bing bling, eh ! » (W)

De grâce, ne revenons pas sans cesse sur le mille feuilles administratif, les assemblées territoriales, les syndicats, les partis, les élections diverses, l’habitat collectif en France, le métro parisien …. !!!

Phil dit: 13 avril 2015 à 10 h 59 min

Renato, le grand-père Maspéro, égyptologue, a fondé la dynastie et venait de Lombardie. Il n’a pas eu le temps de faire du gauchisme. Traduire la pierre de rosette prend plus de temps qu’éditer Pablo Neruda.

Widergänger dit: 13 avril 2015 à 10 h 54 min

Oui, on va faire du transdisciplinaire. On va mélanger la musique et la peinture. Ouais, c’est chouette, eh ! On va mélanger la physique et la SVT. Ouais, super chouette eh ! On va mélanger les couillons et les trous du cul, ouais, c’est super bing bling, eh !

postérité dit: 13 avril 2015 à 10 h 52 min

Ils font des lois et réformes pour faire (adapté au monde) moderne et y associer leur nom
On dit la loi ou la réforme machin chose, du nom de son auteur

Widergänger dit: 13 avril 2015 à 10 h 51 min

Mon petit chéri, tu clique et tu vas sur le site du Snes ou du Snalc. Tu seras au parfum. Et prends un masque, ça pue…!

une génération s'effrite dit: 13 avril 2015 à 10 h 49 min

l’ambiance sympa,les conversations (souvent?)privées des vendeurs et -euses entre eux..Ce qui l’a coulé ce sont plus les procès pour édition de livres qui une fois édités étaient décrétés interdit par le gouv en place

Widergänger dit: 13 avril 2015 à 10 h 48 min

les profs de lettres, dont je suis, se réfèrent sans cesse au latin en faisant leurs cours de lettres, en orthographe pour l’étymologie et les consonnes muettes dans certains mots, et sans cesse pour remettre en perspective les textes qu’on étudie. Y a des baffes qui se perdent !

Widergänger dit: 13 avril 2015 à 10 h 48 min

Mais ces trous du cul d’inspecteur et de hauts fonctionnaires dont le métier est de nous faire chier à longueur de vie ne savent même pas que les profs de lettres, dont je suis, se réfèrent sans cesse au latin en faisant leurs cours de lettres, en orthographe pour l’étymologie et les consonnes muettes dans certains mots, et sans cesse pour remettre en perspective les textes qu’on étudie. Y a des baffes qui se perdent !

Widergänger dit: 13 avril 2015 à 10 h 45 min

J’ai connu la librairie Maspero. Je n’y ai jamais volé aucun livre néanmoins. C’est là, mes petits chéris, que j’ai acheté dans les éditions communistes des EFR un petit recueil des premiers poèmes de Pablo Neruda avec une couverture en tissu bleu ciel. Des poèmes d’amour qui ne valent pas grand chose qu’il avait écrit dans sa prime jeunesse mais qui me plongeaient alors dans des extases folles… Comme quoi…

cela ne nous rajeunit pas dit: 13 avril 2015 à 10 h 45 min

« Pour les rendre « accessible à tous », le ministère prévoit d’intégrer des éléments culturels et linguistiques de latin et de grec aux cours de français. Parallèlement, l’option latin ou grec serait transformée en « enseignement pratique transdisciplinaire »: un travail en groupe sur projet associant plusieurs disciplines. » (l’obs)

Widergänger dit: 13 avril 2015 à 10 h 42 min

Ô grand Fumaroli ! Comme il a raison ! Je l’approuve à 1000 % !

C’est qui déjà qui disait (la foule des imbéciles riant derrière son dos) que la France était en train de se suicider ?

JC..... dit: 13 avril 2015 à 10 h 37 min

Fumaroli ne dit pas que des coinneries, la preuve :

MORT PROGRAMMEE DU LATIN ET DU GREC
« La première explication, la plus évidente, c’est le fanatisme égalitariste dans le panneau duquel l’opinion publique et la classe politique françaises sont tombés. Dans les pays étrangers que j’ai fréquentés, je n’ai jamais rencontré à ce degré le pédantisme égalitaire, légitimé en France par la sociologie dite scientifique de Bourdieu et de ses nombreux disciples. On a osé faire du latin et du grec les symptômes les plus scandaleux d’un enseignement de classe qui afficherait et reproduirait la «distinction» d’ «héritiers» privilégiés et insolents ! »

Bloom dit: 13 avril 2015 à 10 h 34 min

S’il n’en fallait retenir que trois:
Les passagers du Roissy Express, François Maspéro, Seuil
La résistance irlandaise, R. Faligot, éditions Maspéro
Les murs de l’asile, Roger Gentils, éditions Maspéro

renato dit: 13 avril 2015 à 10 h 31 min

Ne connaissant pas ce Maspéro j’ai cherché et trouvé ça: « François Maspéro commence ensuite à travailler dans une librairie située rue Monsieur-le-Prince. Après y avoir rencontré plusieurs militants révolutionnaires africains tels que Mario de Andrade… », fantastique!

JC..... dit: 13 avril 2015 à 10 h 20 min

Maspero est mort à 83 ans.

On y passera tous.

Les meilleurs partant les premiers, nous n’avons rien à craindre, ô nobles disciples/commentateurs assouliniens…

Widergänger dit: 13 avril 2015 à 10 h 14 min

Bel Kacem vient d’annoncer qu’elle allait remplacer l’enseignement du latin et du grec par l’arabe littéraire afin de permettre à chacun de lire le Coran tranquillement dans le texte. Houellebecq s’est fendu d’une déclaration de soutien enthousiaste, y voyant une confirmation de son roman. Le Snes appelle au soulèvement.

renato dit: 13 avril 2015 à 9 h 53 min

« Per il compito che il mondo mi ha dato non è possibile pensare a nessun avviamento più fortunato di quello che mi è toccato. Nel grande laboratorio che era la città della mia infanzia, fatta eccezione per l’industria dell’abbigliamento, esisteva ogni lavoro manuale: scultori, scalpellini, levigatori, pittori di insegne, dipintori, laccatori, doratori, muratori, carpentieri e capomastri del calcestruzzo (Zementgiesser), forgiatori. Così mi è stato inculcato sin da bambino lo spirito di tutti i lavoratori manuali. » Adolf Loos

la vie dans les bois dit: 13 avril 2015 à 9 h 49 min

La modernité.

« Il travaillait alors à un tableau de son père, qu’il devait intituler « L’architecte Jean-Pierre Martin quittant la direction de son entreprise » »
(…)
« Sur le tableau qu’il avait fait de lui, le père de Jed, debout sur une estrade au milieu du groupe d’une cinquantaine d’employés que comptait son entreprise, levait son verre avec un sourire douloureux. Le pot de départ avait lieu dans l’open space de son cabinet d’architectes, une grande salle aux murs blancs, de trente mètres sur vingt, éclairée par une verrière, où alternaient les postes de conception informatique et les tables à tréteaux supportant les maquettes en volume des projets en cours. Le gros de l’assistance était composé de jeunes gens au physique de nerds – les concepteurs 3D. »
Michel Houellebecq, in « la carte et le territoire »

Darwin..... dit: 13 avril 2015 à 9 h 46 min

Entre la question et Court, la différence que l’on constate de visu entre un petit lézard et un beau caïman, de bibliothèque.

la question dit: 13 avril 2015 à 9 h 41 min

Popaul l’enchanteur n’est donc plus une vieille fiente nourrie à la grappa selon JC le Fourbe ; quant à Court, le papelardier amateur disparu

Historien de la drague..... dit: 13 avril 2015 à 9 h 34 min

Quelques rares spécialistes de la drague subsistent encore, toujours en exercice.

Au Sud dans une île ensoleillée, en Bretagne pour faire Court, à Nancy, à Rome encore un certain Popaul l’Enchanteur…

J’oubliais, à l’Elysée celui que l’on surnomme Casque d’Or !

renato dit: 13 avril 2015 à 9 h 28 min

Par contre, on pleure la disparition des spécialistes en drague et en voitures… par le passé, les premiers arrivaient à des niveaux aujourd’hui insoupçonnable de comique à chaque conseil qu’ils élargissaient relativement à la meilleure manière d’approcher une fille… bon, il ne faillait pas mettre en pratique, mais on riait bien… de même pour les voitures: grandes explications à propos de carburation… il parlaient de tact, oreille, sensibilité… puis on les entendait démarrer… c’est comme ça que ma génération a devellgopé un sentiment de pitié pour les voitures…

Denis le Tyran..... dit: 13 avril 2015 à 9 h 18 min

Je partage le point de vue de Renato.

Que le peuple se mêle de ce qui le regarde, boire un coup au bistrot, sans parler de quoi que ce soit.

Faire confiance à l’intelligence de l’élite représentative auto-entretenue, c’est ce qui nous sauvera du populisme. Démocratique, donc dangereux.

renato dit: 13 avril 2015 à 9 h 10 min

« autant de présidents, de premiers ministres, d’entraineurs » au bistrot, naturellement…

renato dit: 13 avril 2015 à 9 h 08 min

Nous vivons une époque extraordinaire car jamais nous avons eu autant de présidents, de premiers ministres, d’entraineurs, et très compétents pardessus le marché… à vous laisser sans mots chaque fois qu’il sortent leurs solutions…

Faisons preuve de Cran..... dit: 13 avril 2015 à 8 h 51 min

Que restera-t-il de la politique menée en dépit du bon sens par le playboy d’Epinal nobélisé internet, le démocrate coloré Barack Hussein Obama ? Désordres, chaos, suites de mauvais choix. Pauvres américains !

renato dit: 13 avril 2015 à 8 h 50 min

Ma quoi? bon c’est vrai que la connerie de Zeus était déjà proverbiale dans l’antiquité, mais s’il vous fallait renaitre au XXIe siècle pour vous mettre sur les traces d’un banal humain, c’est que vous êtes tombé bien bas…

c'est lundi alors refoulons gentiment... dit: 13 avril 2015 à 8 h 46 min

Si une bonne âme veut bien expliquer aux obtus qu’un poulain au-delà d’un certain temps ne peut être que chocolat…

ZEUS..... dit: 13 avril 2015 à 8 h 39 min

Vous m’avez montré le chemin, renato ! Je débute … et ne met pas votre leadership en danger !

renato dit: 13 avril 2015 à 8 h 35 min

« Une pensée indigente n’a jamais empêché de vivre, bâtir heureux, comme de commenter en RdL … »

Par ailleurs, vous en faite une excellente démonstration…

ZEUS..... dit: 13 avril 2015 à 8 h 26 min

Une pensée indigente n’a jamais empêché de vivre, bâtir heureux, comme de commenter en RdL …

renato dit: 13 avril 2015 à 8 h 13 min

Bon, il est évident que l’on peut cacher la misère avec beaucoup d’or; mais ce n’est pas seulement la misère du paysan que l’on cache ainsi, l’on cache surtout le produit d’une pensée indigente (Versailles, Kremlin)…

ZEUS..... dit: 13 avril 2015 à 8 h 09 min

Reconnaissons que notre confrère opérationnel, Pape François le Romain, a mis dans le mille en demandant aux islamo-conservateurs Turcs de faire un minimum de toilettage dans leur histoire génocido-arménienne …Ce qu’ils refusent. On dit que le tyran islamo-tyrannosaure Erdogan le Minaret est fou de rage.

renato dit: 13 avril 2015 à 8 h 01 min

Ah! mais sans paysans bien nourris et en bonne santé, fini l’art rustique et la soupe de grand-mère; et sans art rustique et soupe de grand-mère pas de grand art ni de bonne cuisine…

maurice dit: 13 avril 2015 à 7 h 59 min

Ces grands architectes Le Corbusier, Fernand Pouillon, Roland Simounet, Oscar Niemeyer Richard Rogers, Renzo Piano, Charles Correa…

JC..... dit: 13 avril 2015 à 7 h 49 min

Renato, il est indispensable que les paysans restent pauvres, plus généralement que les pauvres restent pauvres, sinon plus de riches ! S’il n’y a plus de riches, l’art, la littérature, l’architecture, la musique de qualité disparaissent de ce monde assailli par l’entropie qui nivelle tout !

On ne va pas danser la bourrée, bière pour tous, feuilleton TV, football et accordéon pour tout le monde, hein ?! Tuer Bach, Haendel, Mozart, Chopin, Ligeti ?

Quoi …Le Latin ? LE GREC !!! Assassins !

renato dit: 13 avril 2015 à 7 h 41 min

Il faut voir. Les paysans étaient bien nourri? Quelle espérance de vie et en quelle conditions? P. ex., un lit convenable…

JC..... dit: 13 avril 2015 à 7 h 30 min

Retour de jogging. Temps superbe. Mer calme, pas une risée … Aucun besoin de paradis.

Et si on laissait tomber Le Corbusier ?

Si on évoquait notre Fernand Pouillon, l’auteur des « Pierres sauvages », vous vous souvenez ? La construction de l’Abbaye du Thoronet, l’art cistercien, tourné vers dieu ?….

Okay ! on laisse tomber…

JC..... dit: 13 avril 2015 à 6 h 07 min

Continuons à papoter littérature ….

Après tout, il n’y a pas eu déclaration de guerre, hein ? Je veux dire de guerre « classique »…

Bonne journée, mes petits choux littéraires !

JC..... dit: 13 avril 2015 à 6 h 02 min

Pas d’affolement !

Vous pouvez habiter sans souci en Europe, ce bordel accueillant et pacifique, et vous faire biaiser par les clients reçus à bras ouverts ; clients qui ne vous rémunèrent pas pour les excellents services qui sont le fruit de votre travail, clients que vous payez de vos deniers pour la gloire de dieu …

Ne vous réveillez pas trop tardivement !… comment ?… excessif ?!

JC..... dit: 13 avril 2015 à 5 h 54 min

« Le projet de loi sur la réforme de l’asile (…), ne répond pas à la question centrale de la gestion des déboutés qui provoquent une embolie (…)»; «Tant que la question de l’organisation systématique et rapide de leur retour ne sera pas réglée, le système ne pourra fonctionner correctement» ; «La politique d’asile est devenue la principale source d’arrivée d’immigrants clandestins en France.»…

Il ne s’agit pas d’un tract politique mais du cri d’alarme lancé au gouvernement par la Cour des comptes.

En 113 pages d’«observations provisoires» sur «l’accueil et l’hébergement des demandeurs d’asile», qui attendent désormais les réponses de Beauvau et Matignon, les hauts magistrats de la rue Cambon dépeignent une détérioration de la situation bien plus grave qu’on ne l’imaginait. Ils chiffrent le coût de l’asile à plus de 2 milliards d’euros par an pour la collectivité nationale. Deux fois plus que les estimations concédées jusqu’alors par les autorités. Car au coût de ceux qui arrivent s’ajoute celui de ceux qui ne repartent pas (selon les Sages, seulement 1 % des déboutés quitteraient le territoire français). » (Cour des Comptes)

Tout le reste est littérature ….

Giovanni Sant'Angelo dit: 12 avril 2015 à 23 h 23 min


…déjà,…que Charles Neutra,!…se sois  » inspirer « ,!…à l’inspiration,!…
…de Cnossos,!…
…c’est la boucle, des cavalerie,!…etc,!…

Sergio dit: 12 avril 2015 à 23 h 04 min

Comme n’importe qui dit: 12 avril 2015 à 19 h 28 min
Bonne sangria au millésimé

Il y a un commentaire qui a explosé concernant la vrille. Effectivement l’escapade se termine dans l’horreur, l’avion est abattu par l’infanterie française, le pilote tué, Jacques Thibault, mortellement blessé, est trimbalé en civière sur des dizaines de kilomètres par ladite infanterie en retraite, qui n’a d’autre envie que de se débarrasser de cet espion à l’agonie le plus expéditivement possible ; et cela dure des pages !

On pense à Hemingway, à Gracq… Pourquoi la grande littérature ne peut-elle se passer de ces fins abjectes, voire de s’y rouler avec la dernière complaisance ? J’avoue que cela me scie un peu le moral…

Giovanni Sant'Angelo dit: 12 avril 2015 à 22 h 56 min


…n’importe-quoi,!…tout le monde, est content,!…
…tourner,…manège,!…c’est gratuit,!…etc,!…

…bon,!…une autre époque, en continuité,!…
…Richard Neutra,!…question détails,!…toujours avec du béton,!…of course,!…etc,!…

geo dit: 12 avril 2015 à 22 h 46 min

Le Corbusier et la Lutwaffe ont
En commun d’avoir oeuvré avec zéle
A modifier le profil de l’Europe :
Ce qu’oublia la furie des Cyclopes,
De sans froid le crayon l’acheva.
Joseph Brodsky
Journal de Rotterdam

Widergänger dit: 12 avril 2015 à 22 h 42 min

Le socialisme français a fait naufrage.

La réforme des collèges et des lycées c’est ce que la droite n’aurait pas osé faire. Toutes les valeurs de la République sont bafouées. On voit trois ans après ce qu’il en est des vœux pieux de Hollande lors de son investiture et la cérémonie grandiloquente aux Tuileries rendant hommage à Jules Ferry en promettant de rénover l’Ecole que Sarkozy avait déjà mise à mal. Tous des ordures, le fumier de la République.

Giovanni Sant'Angelo dit: 12 avril 2015 à 21 h 25 min


…mon avis, sur l’architecture,!…
…un manque de génies,!…et de bouquets,!…

…l’équilibre,!…que viennent faire ces pointes de gratte-ciel,…dans ces déserts,!…quels logiques en quels arts,!…

…savez-vous planter des choux à la mode, à la mode, à la mode de cher-nous,!…

…déjà, la possibilité de voitures électriques depuis le début des années 1870,!…
…pourquoi, avec le pétrole,!…le plastique en l’air,!…
…ingénieurs,!…le choix d’héritiers,!…
…je me marre,!…tient des canards,!…
…etc,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 12 avril 2015 à 20 h 20 min


…et on s’en fout de la commandature, et on s’en fout,!…les profs sont des voyous,!…

…chansons, parmi d’autres,…
…encore à l’heure,!…etc,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 12 avril 2015 à 20 h 10 min


…le Giovanni,!…tout le monde, le sait,…la musique,!…juste, pour faire du bruit, entre deux styles,!…just,!…10 min,!…etc,!…

l'erreur de casting dit: 12 avril 2015 à 19 h 49 min

plus drôle , selon moi

VIDEO – Un homme vient d’être condamné à un an de prison ferme pour avoir brisé un vitrail signé Le Corbusier. L’individu était entré par effraction dans une chapelle réalisée par l’architecte pour tenter sans succès de voler l’argent du tronc de quête.

Giovanni Sant'Angelo dit: 12 avril 2015 à 19 h 44 min


…ne pas restez en cale, avec ses instruments,!…
…vérifiez,!…tout,!…entre deux mains,!…

…les chalumeaux aussi,!…Non,!…rien à fondre,!…à 24 K,!…
…rien à fondre, pour quels mérites,!…
…diversions,!…vraiment,!…

…qui sont, réellement, les enterrer avec les haches de guerre, des Académismes-bidon aux héritiers,!…aux manches à balais,!…
…à nos ridicules de service,!…le béton sur passages secrets,!…à nos merveilleuses,!…etc,!…
…trop à rire, à garder pour sois,!…
…le nec, plus ultra,!…échecs et mat,!…
…depuis, belles lurettes,!…Go,!…

…tout suit, son court d’eau,!…mes grenouilles aux profits,!…Ah,!Ah,!…

l'erreur de casting dit: 12 avril 2015 à 19 h 24 min

le jeu des commentaires ssur ce blog m’ennuie trop, je renonce, et salue la respectable compagnie

Sergio dit: 12 avril 2015 à 19 h 15 min

bérénice dit: 12 avril 2015 à 18 h 43 min
distribuer des tracts, les hélicoptères sillonnaient le ciel et inondaient le peuple de pétales oranges

Ah Gabriele (d’Annunzio), sur Fiume… Il y a le Jacques des Thibault, aussi, qui tentait de bombarder de tracts pacifistes, en quatorze même, les lignes françaises et les lignes allemandes ; mais son coucou a mal volé…

bérénice dit: 12 avril 2015 à 18 h 43 min

D’un autre côté c’était du temps où il n’était pas encore question de privatiser les services publiques, la poste se faisait une joie de porter le courrier, de distribuer des tracts, les hélicoptères sillonnaient le ciel et inondaient le peuple de pétales oranges, la révolution des œillets commençait.

bérénice dit: 12 avril 2015 à 18 h 26 min

anti-fasciste rigide

Quelqu’un qui s’érigerait contre le fascisme, s’arc bouterait et enverrait autant de flèches que possibilités s’offriraient donc ne serait pas rigide mais si j’ai bien compris c’est une improbable hypothèse étant entendu qu’avec les fascho on ne rigole pas et même la parole est étouffée voire interdite quand elle diffère des lignes du parti, les intello quels que furent les lieux d’exercice furent déportés, d’autres ont fui, les dénonciations allèrent bon train, bref un régime acceptable. Ici il paraît qu’en cas de démission ou désaccord, on vous faisait parvenir un petit cercueil.

Sergio dit: 12 avril 2015 à 17 h 54 min

C’est vraiment mon pov’blog (Amayerling) qu’est blacklisté, c’est même pas Hautetfort… On perd son latin en conjectures et les cheveux s’arrachent dans la soupe…

Et puis alors ça s’appelle prendre le Pirée pour un homme !

Sergio dit: 12 avril 2015 à 17 h 12 min

Il faut trouver la formule de la molécule du béton inerte ; qui ne soit ni fasciste, ni communiste…

Comme n'importe qui dit: 12 avril 2015 à 17 h 08 min

L’erreur de se la jouer anti-fasciste rigide dans le dress code pour se défiler qu’elle est marrante…

Giovanni Sant'Angelo dit: 12 avril 2015 à 16 h 40 min


…des jeux de l’oie,!…sur calques,!…
…ces artistes, les vrais imaginatifs visionnaires,!…
…combien, vos dessins et brols,!…
…rien à vendre,…juste pour mes esprits,!…par chances à garder,!…
…c’est très bien ainsi,!…Ah,!Ah,!…etc,!…
…à se refaire,!…déjà les courses,!…

Comme n'importe qui dit: 12 avril 2015 à 16 h 39 min

Bref, ne la jouons pas comme les gniards auxquels appuis médiatiques et cinématographiques cumulés (entre autres) ne suffisent guère. Peut-être oser assumer le théâtre ? On peut toujours rêver…

Comme n'importe qui dit: 12 avril 2015 à 16 h 37 min

C’est parfois con de prétendre au besoin absolu et permanent du regard de plusieurs. Trop con. Et trop cul de poule…

Giovanni Sant'Angelo dit: 12 avril 2015 à 15 h 44 min


…ouf,!…un petit co(u)ran(t), d’air,!…

…Oh,!…çà me revient,!…la passe à l’hôtesse,!…très beau-visage,…en mon hôtel,!…
…elle voulait, une douche, dans ma chambre,!…tient,!…à l’intérieur, j’ai vu comme un clin d’oeil, de connivence, avec l’intendant aux clefs,!…
…tout, ce passe comme prévu, etc,…jusqu’à ma serviette de bain,!…

…Oh,!…je ne suis pas un gant de toilette,!…un plaisir à ne pas lui refuser en Plus,!…
…Haut que si,!…Non,…que j’y veux pas, ma place,!…
…mon dieu, combien de plis dans ce stade, disait elle de basketteuse, à basketteurs,!…
…sobrement courtois, malgré un visage angélique,!…trop de partenaires à vue, sur l’enclume,!…
…je viens de commencer,!…bien, sur,!…combien de maris sur Grâce,!…
…vingt dieux, de riches,!…
…je retourne à mes enluminures sur parchemins,!…
…venez, sans détours, ne serait-ce, que pour vous lire, dans les boules de cristal, votre chemin, raccourcis d’un pouce de la main,!…
…etc,!…Non, pas de basse-ketteuse, pour une lignée aux hôtels, à baise,!…
…restez – unique,!…il est libre, Max,!…
…Ah,!Ah,!,…etc,!…
…un autre point de raisonnement, Grâce aux arts du dessin,!…
…faire désordre,…un art, de Maître,!…pour ne pas mettre son pivot,…sur d’autres calques à ne pas s’y mictioner,…sa pointe de compas, ou autres rapporteurs,!…
…invitations ou pas, à la distanciation,!…les mains mises, sur pré-documents à relever topographique,!…
…les passions,…qu’elles passions, sa sécurité intact d’abord,!…
…souvenir, souvenir,!…pas un grain, pas un iota,!…sans sécurité absolue,!…

…mon dard,!…le temps d’avoir tout compris,!…même sans ass,!…etc,!…
…une autre famille,!…etc,!…spéculative, aux marges de la mort vivante,!…à se revivre déjà en songes,!…
…pas trop, sans Plus,!…diversions en passe,!…du haut du donjon,!…etc,!…


…le vent aux bises,!…

D. dit: 12 avril 2015 à 14 h 41 min

Il faut que les pays d’Afrique se prennent en main, point barre. Et alors il n’y aura plus d’immigration. Toute cette misère ne vient que d’une seule chose – ou deux : une multitude de nations mal gouvernées et une démographie incontrôlée. Nous n’avons pas, nous pays européens, à prendre une quelconque part de responsabilité là-dedans depuis la décolonisation.

secrétaire de JC..... dit: 12 avril 2015 à 13 h 03 min

Le patron dit souvent, dans son immense sagesse :

« Lampedusa ….? Nous devrions nous autres Européens en manque de farce attaquer les navires bourrés de malheureux, affrétés par de funestes passeurs capitalistes, au lance-flammes, à la torpille vicelarde, au commando obéissant, au Rafale multitâches, u mortier délicat, … et ainsi couler ces mécréants par le fond, mettant fin à un odieux trafic …

Cet humaniste porquerollais est un garçon de bon sens… en plus il paie bien !

maurice dit: 12 avril 2015 à 12 h 05 min

Avec sa banque, ses milliards et ses trésors immobilier etc., le charitable vatican, guidé par son pape (un être si franc), va sûrement proposer d’accueillir ‘les malheureux refugies africains’ (envoyons lui aussi jc de pq, qu’il le garde!!)

ami sincère dit: 12 avril 2015 à 12 h 00 min

« La seule chose qui intéresse un architecte c’est qu’on le paie. Pas que le résultat de ses cogitations soit vivable pour les malheureux habitants… »

ah ah ah quel humour il a le bido-q , avec ses généralisations de beauf

renato dit: 12 avril 2015 à 11 h 33 min

L’Italie doit se tenir, aujourd’hui, aux accords de Dublin, david, ce qui met tous les autres pays européens dans une très, très, confortable position… disons que pour ce qui est du passé personne peut lancer la première pierre… et pour le présent aussi…

david dit: 12 avril 2015 à 11 h 10 min

Renato je ne jette pas la premiere pierre mais dites moi la Suisse aurait surement receuillis les malheureux refugies africains comme le fait l’Italie

renato dit: 12 avril 2015 à 10 h 58 min

« … bâtir est l’assurance d’un Götterdämmerung rapide… »

Là, il faut prévoir une belle cuisine… ou alors un bon restaurant dans les parages…

Erdogan, Ottoman crapuleux..... dit: 12 avril 2015 à 10 h 56 min

« Le pape François a utilisé dimanche dans le cadre solennel de la basilique Saint-Pierre de Rome le terme « génocide » pour le massacre des Arméniens il y a cent ans »

Si on ne peut plus s’amuser un peu avec les minorités de son propre pays, à quoi ça sert d’être obtus et brutal comme un Turc ?

ZEUS..... dit: 12 avril 2015 à 10 h 50 min

Nos amis et confrères du Walhalla partagent cette opinion : bâtir est l’assurance d’un Götterdämmerung rapide…

Soyons réalistes..... dit: 12 avril 2015 à 10 h 46 min

La seule chose qui intéresse un architecte c’est qu’on le paie. Pas que le résultat de ses cogitations soit vivable pour les malheureux habitants…

en direct du vat ican dit: 12 avril 2015 à 10 h 24 min

la bourgeoisie protestante qui a invente l’evasion fiscale et le chocolat

la bourgeoisie catho est une sainte

la question dit: 12 avril 2015 à 9 h 44 min

6 h 31 : quand JC le fourbe écrit : avant de vous quitter définitivement, il veut dire qu’il va dans la pièce à côté retrouver son copain Zeus, quel goujat

david dit: 12 avril 2015 à 9 h 17 min

Encore un suisse antisemite qui a construit pour les indigenes en inde et au Bresil des monuments vides.digne representant de la bourgeoisie protestante qui a invente l’evasion fiscale et le chocolat,qui a filtre pendant la guerre les juifs a ses frontieres.
Mimouna pluvieuse

renato dit: 12 avril 2015 à 8 h 52 min

Fasciste, fasciste… voyez plutôt l’histoire du concours pour le Palais des Soviets… et la réaction parfaitement « communiste » de Le Corbusier qui n’avait vraiment pas apprécié la décision du conseil… « la décision du conseil est une insulte directe adressée à l’esprit de la Révolution et au plan quinquennal. Elle constitue une trahison tragique ».

Et en tout cas, on trouve réunis, pour cette occasion, quelques uns des plus beaux noms de l’architecture de l’époque (de memoire: Le Corbusier, évidemment, puis… Joseph Urban, Walter Gropius, Erich Mendelsohn, Armando Brasini, Albert Kahn.)

JC..... dit: 12 avril 2015 à 6 h 31 min

Avant de vous quitter définitivement, un vœu concernant le business : nous ne devons pas nous limiter à vendre nos Rafale dans les pays pauvres comme la France, l’Egypte ou l’Inde !

Nous devons être beaucoup plus agressifs, commercialement, et attaquer les pays émergents proches, jusqu’alors dédaignés : Monaco, Andorre, le Lichtenstein, San Marin !

Bonne journée, mes petits choux… !

JC..... dit: 12 avril 2015 à 6 h 26 min

Je lance donc, ce dimanche jour du Seigneur, le grand concours destiné aux commentateurs de la RdL, afin de susciter les vocations électorales futures :

« REVEILLEZ LE TYRAN QUI SOMMEILLE EN VOUS ! »

Envoyez vos candidatures, photos en uniformes, en treillis révolutionnaires, liste réduite des projets, liste honorifique de vos condamnations judiciaires, Poste restante, Porquerolles.

Au nom de la France, terre de vos débiles aïeux, merci !

JC..... dit: 12 avril 2015 à 6 h 20 min

Pour être clair… je n’ai rien contre les caissières de supermarché … mais Mémère Marine qui remplace Pépère Jean-Marie, elle a le charisme d’une caissière de supermarché !

Aux prochains scrutins, si nous voulons passer d’un Français fasciste sur trois à un Français majoritaire sur deux, il nous faut un Fidel, un Joseph, un Adolf, un Benito, un Attila : pas un succédané de Nathalie Kosciusko-Mauricette ou Rama Yade !

C’est un féministe engagé qui vous le dit !…

JC..... dit: 12 avril 2015 à 5 h 51 min

Le physique, ça compte beaucoup dans la défense de vos idées ! Visez la gueule à Corbu en illustration : sérieux, compétent, concentré, fasciste…Tout pour plaire aux ploucs.

Raison pour laquelle la face goitreuse du gros bouffi sénile, Jean-Marie Le Pen, dessert l’homophobie, le racisme, l’islamophobie, l’antisémitisme, la xénophobie, le nationalisme, le patriotisme, pourtant excellentissimes vertus !

Aaaaaah !… si un beau gosse, une belle gueule de film, pouvait remplacer l’enflure vieillissante et provocatrice lepeniste.

Hélas ! nous n’avons que la Walkyrie blondasse, et apprivoisée, qui à partir du silex tranchant fait des galets bien acceptables et en apparence inoffensifs !

B comme BERLIN dit: 12 avril 2015 à 0 h 27 min

Et merdre,
le mien s’émiette au contact du champagne,
d’où une progéniture plus ou moins nombreuse.

« le d’où » ?
réminiscence de bar et de lieu.

D. dit: 12 avril 2015 à 0 h 08 min

Je tiens à rectifier quelque chose, Bérénice, et je m’étonne que vous ayez commis l’erreur, soit dit en passant : le biscuit ne s’émiette pas lorsqu’il est trempé dans le champagne, il se désagrège. Cela n’est pas la même chose.

D. dit: 12 avril 2015 à 0 h 05 min

Il n’y a pas de quoi se vanter, Sergio. Il s’agit de votre sécurité mais aussi de celles des autres usagers de la route.

Sergio dit: 11 avril 2015 à 23 h 27 min

renato dit: 11 avril 2015 à 22 h 59 min
Mais… « roche Tarpeia »… Bleah!

Sinon on a la Roche-sur-Yon… Mon premier PV ! Avec la Guzzi V7 sport… Ha ça bombait !

Giovanni Sant'Angelo dit: 11 avril 2015 à 23 h 26 min


… » Max la menace « ,!…

…le cocu, des histoires,!…pour croire, à aux charmes à d’un monde de l’ordre,!…

…entre case de l’oncle Tom,…à l’horizontale,…
…police pour se bourrer de tout, sexes , drogues,!…et abuser de tout,!…
…l’état, dans l’état,!…
…je t’aime, trainée & cocu,!…
…trop naïf,!…après, les chiens, d’autres chiens – cinéma,…
…etc, des oiseaux de toutes les couleurs,!…
…des tableaux forcés,!…
…de collections des rôles aux parfums,!…
…etc,!…
…tourner sans moi,!…et, alors,!…les conjonctures,!…
…trop d’échiquier désabuser,…point Plus, à ces nouvelles normes,!…
…panneaux,!…Blanc-Noir,!…Noir-Blanc,!…
…Tarzan,!…Flash-Gordon,!…à Ming empereur,!…Ah,!…Ah,!…etc,!…

…fortunes d’architectures,!…des cocus et trainées nubiles consentants forcés,!…
…etc,!…

renato dit: 11 avril 2015 à 22 h 59 min

« C’est tarpeia ARX, que je crois… »

Saxum Tarpeium — rupes ou arx Tarpeia… Mais… « roche Tarpeia »… Bleah!

B comme BERLIN dit: 11 avril 2015 à 22 h 55 min

« renato dit: 11 avril 2015 à 19 h 19 min »,

Merci,
pour le prochain,
je penserai à vous.

Sergio dit: 11 avril 2015 à 22 h 51 min

Widergänger dit: 11 avril 2015 à 20 h 17 min
ya idou domoï : je rentre à la maison.

Boljemoï, comme dirait Clopine…

Sergio dit: 11 avril 2015 à 22 h 47 min

bérénice dit: 11 avril 2015 à 22 h 19 min
le maréchal a également trempé dans l’architecture . Sergio

ou l’inverse, le jeu des influences reste flou.

Ou alors comme Lucky Luciano… Il donnait le baptême du béton !

bérénice dit: 11 avril 2015 à 22 h 25 min

Auriez vous cessé de vous gratifier, je n’ai pas lu mais le samedi soir ne porte chance qu’à John, les autres s’ennuient et finissent par se cracher dessus généralement mauvaise soirée, ne rien tenter ni personne.

bérénice dit: 11 avril 2015 à 22 h 23 min

c’t’un peu comme quand vous laissez votre biscuit rose trop longtemps dans le Champagne, il s’émiette et à la fin on ne sait plus qui de la farine ou du breuvage constitue l’ingrédient élémentaire. L’urbanisme détermine l’individu et quelques génies s’occupent de vous dresser des plans à l’équerre.

bérénice dit: 11 avril 2015 à 22 h 19 min

le maréchal a également trempé dans l’architecture . Sergio

ou l’inverse, le jeu des influences reste flou.

Comme n'importe qui dit: 11 avril 2015 à 21 h 54 min

vous, vous ne ne vous mouillez pas du tout

rayon marge relative, à chacun ses constats sur place… mais on voit très bien votre canot pneumatique d’ici, mon tout petit…

burntoast dit: 11 avril 2015 à 21 h 40 min

Renato sort du bois, en loup un peu mité depuis le temps qu’on le connaît. Mais il fait bien areuh, areuh, c’est déjà ça.

renato dit: 11 avril 2015 à 21 h 15 min

« ça rime avec kapo »

Compte tenu de la valeur de votre opinion… cher Monsieur… ce n’est vraiment pas une insulte…

burntoast dit: 11 avril 2015 à 20 h 56 min

>Comme n’importe qui dit:11 avril 2015 à 20 h 16 min

Protégé par la moralité ambiante, vous, vous ne ne vous mouillez pas du tout, j’ai donc de la marge.

Widergänger dit: 11 avril 2015 à 20 h 17 min

Et pis ya domoï, mon petit chéri, mais en russe :
ya idou domoï : je rentre à la maison.

Ah, bah voui !

Comme n'importe qui dit: 11 avril 2015 à 20 h 16 min

qui semble être un ardent défenseur de la moralité ambiante

Faut pas trop vous mouiller je risquerais de vous estimer…

Comme n'importe qui dit: 11 avril 2015 à 20 h 13 min

Mais qu’est-ce qu’il lui prend de brailler ainsi en majuscules ? La spécialisation en chances ça doit plus frustrer que rapporter on dirait… quoique…

la vie dans les bois dit: 11 avril 2015 à 20 h 02 min

En passant, vite fait.
« (…), je me rappelle quand la revue de Le Corbusier est sortie – j’avais vu une publicité annonçant la parution de cette revue – je n’avais jamais entendu parler de Le Corbusier, je ne savais pas de quoi il s’agissait, mais l’annonce de la revue expliquait plus ou moins ce que c’était, et je me suis abonné. Le premier numéro est arrivé. Ce fut une déflagration ! Je l’ai montré à Mário de Andrade, ce fut un enthousiasme ! (…) L’impact de la revue sur notre groupe fut énorme. Nous avons alors commencé à nous intéresser non seulement à la littérature, mais aussi à l’art, à l’architecture, à la sculpture, tout cela, à travers l’influence, ou mieux encore, car l’influence, non, ce fut la revue de Le Corbusier qui nous a ouvert ce domaine » .
La Création poétique de Mário de Andrade sur les pages de L’Esprit nouveau
http://www.revuerectoverso.com/spip.php?article64

burntoast dit: 11 avril 2015 à 19 h 42 min

>la question dit: 11 avril 2015 à 19 h 30 min

Vous devriez faire appel à « Comme n’importe qui dit », qui semble être un ardent défenseur de la moralité ambiante. Il vous réglera ça d’un coup de cuillère à pot. Et hop, JC de retour sur sa croix.

JC..... dit: 11 avril 2015 à 19 h 39 min

Dernière invective avant l’autoroute :

L’infâme Cambadélices est apte à exercer le plus vieux métier pour Dodo le Saumâtre, tant ses qualités de péripatéticienne sont en évidence aux yeux de tous … Dégueulasse.

Nous aurons, ainsi, un Congrès Socialiste, façon Potemkine !

Bonne soirée mes petits choux …

renato dit: 11 avril 2015 à 19 h 32 min

Ah! Pauvre petit pseudo-scientifique… il insulte à longueur de journée, mais… pas le toucher dans ses petites conneries… ça doit être ça le drame de la frustration…

Sergio dit: 11 avril 2015 à 18 h 58 min

« leur héraut avait été corporatiste, maréchaliste » :

La comparaison ne s’arrête pas là : le maréchal a également trempé dans l’architecture, à savoir la ligne Maginot ; il n’en a peut-être pas réalisé les plans mais enfin, s’agissant d’un ouvrage défensif, il était bien l’homme idoine. Entre autres il savait pertinemment que le béton en était éminemment friable, parce que que l’on avait, au fil de la construction, de plus en plus économisé le ciment ; restait le sable ! Il connaissait aussi, naturellement, tous les ouvrages dont on avait, là également au fil du chantier, abandonné la réalisation cause pécunes. Ceci dit, telle qu’elle était, elle a fort bien tenu et, tant que l’on ne l’a pas abandonnée, les Fridolins sont bel et bien restés derrière, Stukas ou pas Stukas, artillerie ou pas artillerie.

JC..... dit: 11 avril 2015 à 18 h 38 min

L’ambassadeur de France au Vatican est une vieille pédale, refoulée par les pédophiles religieux !

Je me marre !

Comme n'importe qui dit: 11 avril 2015 à 18 h 24 min

Vous avez un quotient d’infatuation trop élevé ? Trouvez suffisamment de quoi justifier sa planque…

Attila dit: 11 avril 2015 à 18 h 21 min

« Le romancier guatémaltèque Eduardo Halfon écrit comme on nage : s’il arrête, il coule et se noie. »

L’art de faire la planche n’est pas donné à tous le monde !

Sergio dit: 11 avril 2015 à 18 h 08 min

l’erreur de casting dit: 11 avril 2015 à 17 h 39 min
Il faut toujours se méfier d’un biographe

Il y a une solution : on le laisse écrire tranquillos, éventuellement on lui dit de monter les quantités de whisky, après on prend l’ours comme bréviaire et onle vit au millimètre près…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*