de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
Les écrivains, images de marques

Les écrivains, images de marques

In hoc signo vinces : “Par ce signe tu vaincras ». La formule étant apparue dans le ciel à l’empereur romain Constantin 1er, il remporta la bataille du pont Milvius ( 312 de notre ère) et fit apposer le symbole chrétien formé des initiales grecques de Jésus-Christ sur son étendard militaire. Aujourd’hui, la devise orne chaque paquet de cigarettes Pall Mall. C’est ainsi qu’un mystique se dégrade en business. Certains écrivains sensibles aux sirènes de la publicité pourraient méditer cet exemple. A une époque où tout est label, l’écrivain, qui craint toujours d’être oublié, se doit de faire signe. Cela peut être signe de reconnaissance (gilet rouge de Théophile Gautier, chemise blanche décolletée de BHL, col roulé de Duras, parka dégueu de Houellebecq) ou des signes permanents et récurrents sur son propre site ou sur Twitter, Facebook, Instagram, étant entendu qu’il maitrise déjà son identité numérique. Forts de ses tirages, de sa notoriété, de sa popularité, il attire des agences de pub soucieuses de capter son univers pour en faire profiter une marque dépourvue de ce capital symbolique. Si JK Rowling, Tom Clancy, Stephen King notamment ont déposé leur nom au registre des marques, le dépôt de marque à l’INPI est un phénomène très mineur dans l’édition française ; encore concerne-t-il essentiellement la littérature sérielle, populaire ou policière, d’Alexandre Dumas à Gérard de Villiers. On a glissé du copyright, qui protège une œuvre unique, au trademark, qui protège une marque déclinée en série de produits aux créateurs multiples. On cite souvent le pactole rapporté à sa famille par le Petit prince de Saint-Exupéry, notamment les 450 objets qui en sont dérivés en vente sur son site ; mais il fait pâle figure en regard de « l’écrivain Obama » à la tête d’une véritable franchise avec sa femme : un contrat de 65 millions dollars avec son éditeur Penguin Random House, un autre de 50 millions avec Netflix, un autre encore de 20 millions avec Spotify pour des podcasts, sans parler des conférences à travers le monde et d’innombrables produits dérivés etc Mais comment conserver sa visibilité d’écrivain quand on n’a pas, comme lui, 126 millions d’abonnés sur Twitter et 34 millions sur Instagram ? Il ne suffit pas de répéter « Yes, I can ! » en français à longueur de journée (j’ai essayé, ça ne marche pas). N’empêche que l’air du temps, la tendance et les mutations des marques poussent l’écrivain à faire évoluer sa vocation première (raconter des histoires) vers le storytelling publicitaire, la marque-écrivain se faisant récit. Rien de mieux que l’aura culturelle pour une marque en quête de légitimité sur un terrain qui n’est pas le sien ; mais l’hybridation de la littérature et de la promotion commerciale ne va pas sans risque. On peut perdre son âme à déjeuner avec un publicitaire fut-ce avec une longue cuillère. Certains auteurs font des acrobaties pour concilier leur exigence littéraire doublée de leur morale d’écrivain avec les impératifs de la commande. La logique commerciale n’est pas celle de l’écriture -enfin, en principe. Le capital symbolique et le capital économique n’ont pas naturellement vocation à se rencontrer. Pour ceux qui organisent tout un marché autour de l’univers de l’écrivain, cela ne consiste pas seulement à inventer une « plume attitude » faite de pixels et de traits numériques ou à faire du placement de produit pour qu’une marque de whisky soit cité dans un roman. Reste à savoir si l’auteur ne perd pas un peu de son crédit dans l’affaire, et la marque une part de sa crédibilité. Dans les années 80/90, Paul-Loup Sulitzer, qui avait fait de son nom une marque, donnait l’illusion d’être quelqu’un pour avoir réussi à faire croire aux banquiers qu’il était écrivain et aux écrivains qu’il était banquier. Mais aujourd’hui, il n’existe déjà plus de son vivant. Des chercheurs ont été invités à réfléchir à ces questions qui relèvent autant de la sociologie culturelle que de l’histoire littéraire dans L’écrivain comme marque, un ouvrage collectif publié sous la direction de Marie-Eve Thérenty et Adeleine Wrona à Sorbonne Université Presses. Sa lecture est aussi instructive qu’édifiante. On y cause « éthos auctorial » à toutes les pages. Du lourd. Etonnant, non, un ouvrage universitaire, où le nom de l’écrivain est traité comme une marque, son livre comme un produit et le battage autour de son lancement comme de la stratégie communicationnelle sans que cela fasse hurler ? Il ne s’agit pas de les réduire à leur marketing mais d’envisager d’un autre point de vue leur stratégies d’auteur. Et qui sait, aussi, leur poétique. Enoncer une marque c’est induire implicitement chez le consommateur en univers de valeurs, l’écrivain devenant un passeur entre ledit univers et la marque qui y aspire. Encore faut-il qu’il y ait adéquation entre les deux personnalités, celle de l’auteur et celle de la marque afin de créer un effet de résonance de l’une à l’autre. Le cas dans l’esprit des publicitaires qui ont demandé à Véronique Ovaldé d’associer sa plume à la nouvelle Twingo pour le livre Réjouissez-vous, anthologie de la joie de vivre suivie d’une nouvelle. Ou de ceux qui ont convaincu David Foenkinos d’être l’auteur d’un OLNI (objet littéraire non identifié) qui fasse le lien, pour le compte de Nespresso, entre l’art d’éviter la rupture amoureuse et l’art d’éviter la rupture des capsules de café (ils doivent le prendre pour le George Clooney français). Ou Yann Moix, Marie Darrieusecq et Virginie Despentes faisant l’éloge de la malle en donnant de leurs nouvelles à Vuitton. Ou tant d’autres « écrivains voyageurs » en faisant autant et même plus pour les « escales littéraires » des hôtels Sofitel. Ou Joël Dicker s’associant à la campagne publicitaire de la compagnie aérienne Swiss, en faisant l’éloge jusqu’à prétendre écrire ses livres à bord d’un Airbus A320 : « Volez, lisez, rêvez ! » ; et le même mettant sa plume et son image au service de la nouvelle Citroën « DS 4 » en étant le héros de la campagne « The DS Writer » et l’ambassadeur de la marque ( !) (lire ici l’analyse de Jérôme Meizoz). Rien à voir avec l’usage répétitif des marques dans les romans de Michel Houellebecq, Orhan Pamuk ou de Bret Easton Ellis, et bien avant eux dans les Choses (1965) de Georges Perec qui s’y livrait à une ontologie de la pompe à coups de Weston, de Church et de Lobb, ce qui n’a rien d’un placement de produit mais relève plutôt de leur art poétique. Parfois ce sont des villes qui annexent dans leur matériel promotionnel tel glorieux écrivain qui en sont natifs : Bordeaux avec Mauriac, Montesquieu et Montaigne (on dirait qu’une nouvelle AOC est née dans le Médoc : « les 3 M » !) , Liré avec du Bellay, Château-Thierry avec La Fontaine… Quand on a de telle icônes de la culture classique à sa disposition, on ne passe pas à côté. Le rapport entre l’un et l’autre est si appuyé que parfois cela « peut aller jusqu’à donner l’impression que la ville est née de l’écrivain » selon Olivier Aïm et Annelise Depoux. L’identification est si forte que le site de Combourg en vient à présenter la ville comme « le berceau du romantisme », Chateaubriand ayant passé une partie de sa jeunesse en son château. Pourtant, si elle s’est professionnalisée et systématisée, l’agitation commerciale autour d’un écrivain n’est pas récente. e n’est pas d’aujourd’hui que des romanciers (pas les poètes, tout de même) fraient avec la réclame comme on appelait autrefois la publicité Qui ne connait la signature de Cocteau ou celle de Hugo ? Ils avaient tout compris. L’écrivain comme marque est à cet égard une mine : George Sand écrivit pour l’Eau parfumée, Victor Hugo prétendit n’user que de l’Encre Triple Noir, Joseph Kessel dût beaucoup à la compagnie pour l’écriture de Wagons-lits, Paul Morand eut des livres édités par la Grande maison de blanc et d’autres sponsorisés par les moteurs Gnome et Rhône, Françoise Sagan, auteure du slogan « Entrez dans l’Aronde ! », oeuvra pour Simca entre autres, Cocteau posa dans Paris-Match pour les téléviseurs Ribet-Desjardins ; quant à Colette, championne en la matière, ne se contenta pas de s’associer à Perrier et Lanvin ou d’ouvrir un institut de beauté à son nom : « l’auteur de la Vagabonde, dont les fenêtres donnent sur le jardin du Palais-Royal nous dit : oui, il faut fumer en buvant son café… et puis la fumée d’une LUCKY STRIKE et l’arôme du café prennent dans mes rêves la même couleur »… Pas d’ayant droit pour protester contre les tee-shirts « Balzac Paris » non plus que pour les cosmétiques Stendhal -le pouvoir des associations d’amis d’écrivains ne va pas jusque là. En revanche il y en a bien pour toucher des royalties sur « The Ernest Hemingway Collection » qui propose de « vivre la légende » du grand écrivain en vivant dans la copie de ses meubles, vêtements griffés de la copie de sa signature. Au fond, ca se faisait davantage autrefois que de nos jours, et les plus grands n’étaient pas les derniers à accepter la commande quand ils ne la sollicitaient pas. On se console comme on peut : pour une fois, ce n’était pas mieux avant.

(« Portrait au début de l’année 1957 de la jeune romancière française Françoise SAGAN près de sa voiture de sport GREGOIRE-SPORT avec laquelle elle a un violent accident de la route en mars-avril 1957 sur la Nationale 7 à Milly-la-Forêt.
Son goût pour les voitures de sport a choqué ses contemporains » (légende garantie d’origine) photo Keystone)

Cette entrée a été publiée dans vie littéraire.

992

commentaires

992 Réponses pour Les écrivains, images de marques

DHH dit: à

@J3
Tres genreux votre post qui m’amalgame à cette pléiade de » jeunes femmes éternelles » avec qui je n’ai helas en commun que l’âge ,qui chez moi se voit immediatement ,ce qui n’est pas le cas pour elles .

Marie Sasseur dit: à

01/01/2021 00:06

@ »parka dégueu de Houellebecq »

Mon pauvre Passou, his tailor is not rich…
Oubliez Diogène, Gogol. Pensez Inuit…

Bonne année Passou, et pour 2021 sortez couvert !
( et  » dès lundi », piqûre !)

« Toutes les tendances ont une histoire. « M » s’amuse à en remonter le fil. Cette semaine, la parka, qui a survécu à la toundra de l’Arctique autant qu’à toutes les modes. »

https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2019/11/11/des-inuits-a-michel-houellebecq-le-cas-parka_6018783_4500055.html

D. dit: à

2021 est l’année qui doit précéder 2022 qui elle même se déroulera avant 2023.

Paul Edel dit: à

« J’ai vu ce couple au déclin du jour je ne sais dans quel quartier
Nous avions fait un détour au-dessus de
Nice avec la voiture
La ville mauve en bas allumait peu à peu ses devantures
Ces enfants se tenaient par la main comme sur une peinture
Histoire de les regarder je me serais arrêté volontiers

Il n’y avait dans ce spectacle rien que de très ordinaire

Ils étaient seuls ils ne se parlaient pas ne bougeaient pas rêvant

Ils écoutaient leur cœur à distance et n’allaient point au-devant

La place était vide autour d’eux il n’y remuait que le vent
Et l’auto n’a pas ralenti
Les phares sur les murs tournèrent

Tout le pêle-mêle de la
Côte et les femmes qui parlent haut
Les motos dans la rue étroite et les œillets chez les fleuristes
Les postes blancs d’essence au bord des routes remplaçant les
Christs

L’agence immobilière avec son triste assortiment lettriste
Dans le va-et-vient le tohu-bohu le boucan le chaos.. »

Les fruits confits et les tea-rooms les autocars les antiquaires

Des gens d’ici des gens d’ailleurs qu’escomptent-ils qu’est-ce qu’ils croient.. »
Extrait du poème « Une respiration profonde » dans « Roman inachevé » d’Aragon.

rose dit: à

Et alii

Pas d’autre espoir que de la faire sortir de là.
2021, ma mère chez elle.
M’a dit que ce doit être terriblement difficile pour l’enfant que sa mère ne le reconnaisse plus. Elle s’est bcp exclamée sur ce sujet. Lui ai raconté la mer d’Aral et les crabes qui ont envahi le village.
Elle devient populaire. Cet aprem, elle disait aux jeunes femmes -aides-soignantes- qui traversent sa chambre (plein nord, 13,40m²) « si ça continue comme ça, je vais vous faire payer un péage ».
Ce soir, elle a mangé du foie gras avec des groseilles et des toasts ; la suite, elle ne s’en souvient plus.
Je lui ai raconté l’histoire du bébé tamanoir abandonné par sa mère au zoo de Miami, élevé au biberon par les soignants.

rose dit: à

Clopine

Envoyez-vous votre manuscrit par la poste ?
Sur quels critères avez-vous choisi vos quatre maisons d’éditions ?

Je vous souhaite grand succès. Plus que d’estime.

et alii dit: à

Clopine, c’est vrai que l’on tourne le dos peut -être plus aux femmes, et même peut-être plus les femmes -je ne sais si c’est par peur ; mais vous vous êtes bien reconvertie à votre « histoire »; c’est en fin de compte une « bonne  » expérience ; et vous recommencez l’année la tête pleine de mots, d’imagination pour les ordonner les uns aux autres; donc, cela a été « utile » comme a dit notre président;
rien à vous reprocher non plus:ça ce serait inutile;donc courage pour le prochain galop!
et kis kis!HNY

B dit: à

D, en vue d’un lever à 5h, vous savez à mon âge, je n’irai pas casser la 5ème patte du canard. J’espère qu’il y aura un film qui me retiendra. Suis rentrée depuis vingt minutes.

et alii dit: à

Baisez-vous les pieds.
ROSE/LES PIEDS? DÜMENT LAVES
BONSOIR et courage;tenez; peutêtre l’ephad de votre maman n’a-t-il pas su s’organiser pour prévenir l’entrée du virus malgré les nombreux conseils ventilés sur la toile ; essayez plutôt de les aider à trouver ces conseils que d’autres EPHAD se partagent et se transmettent;
mais ça va s’améliorer ;et vous allez vous aussi vous retrouver
baisers pour l’an nouveau

rose dit: à

G cherché pattes de crabe géant du Kamchaka, exprès pour avoir bien peur, en souvenir de la mer d’Aral, à 16h30 y avait plus rien à Inter, rayon poissonnerie.

rose dit: à

Baisez-vous les pieds.
À la limite.
Si vous y arrivez.

Le malheur effraie tant qu’on y est pas passé.
Ensuite, on sait que c une étape.

Clopine dit: à

Perso ma soirée est solitaire, et monacale. Je n’ai pas ouvert une boîte de raviolis m’enfin c’est tout comme… Et je ne peux m’empêcher de penser à tous ces jours de l’an où j’officiais, heureuse et affairée, pour combler mes hôtes… Le malheur effraie : beaucoup de mes anciens convives me tournent désormais le dos. bah, ils prennent le risque, ce faisant, de recevoir un coup de pieds au cul !

Blague à part, j’ai terminé les 40 pages de « je suis trop vieille pour mourir d’aimer », et je ne veux plus en entendre parler. Je m’en vais envoyer mon manuscrit à quatre maisons d’édition, et basta. Je sais qu’au moins la première partie du texte fonctionne, et si je dois reprendre la seconde partie, j’attendrai pour ce faire les éventuelles remarques des professionnels de la chose. Vous remarquerez que j’exclus de ces prévisions la réception, pourtant probable, des lettres-types de refus « votre texte ne rentre pas dans la ligne éditoriale de notre maison ». Pourtant, je devrais me blinder… Bah, on verra bien. J’aime bien l’idée de finir mon texte le soir du 31 décembre : ça fait date.

et alii dit: à

JE SOULIGNE/
PHILOMAG PR2CISAT/
10 citations philosophiques
se sont cachées dans cette allocution :
🎁 La première personne à les identifier gagnera un hors-série Tintin et le trésor de la philosophie.

➤ Participez en répondant à ce message, en écrivant à elyseephilo@philomag.com ou en accompagnant votre publication sur les réseaux sociaux du mot-dièse #Élyséephilo

et alii dit: à

SUR PHILOMAG /
Vœux 2021 du Président de la Dialectique française
publié le 31 décembre 2020 1 min
Cette année, nous vous présentons une version exclusive des voeux présidentiels, conçue pour les lecteurs de Philosophie magazine. MicMac, Président de la Dialectique française, vous souhaite une bonne année 2021.

D. dit: à

Bérénice, what is the program for this evening ?

D. dit: à

Pas trop mal votre menu, JJJ. Assez classique. Je suis moyennement d’accord sur les vins. Vous gagneriez à réserver un champagne fin et fruité pour le dessert, suporimer les digestifs, proposer un gros dés de Sauterne ou de Jurançon avec le gras foie, accomompagner huîtres et lottes d’un denominateur commun blanc et gouleyant (j’y réfléchis). Un rouge avec le fromage, oui, mais pas obligatoire. Vous surprendriez vos invités en ressortant le Sauterne/Jurançon en ciblant des fromages qui s’accordent avec. Comté de 36 mois, tome basque de brebis voire Brillat Savarin truffé.

D. dit: à

embrassades contrôlées 

J’espère que vous plaisantez ?
Toute embrassade quelquesoit son niveau de contrôle est strictement prohibée. Ou alors embrassez-vous les pieds. A la limite.

Janssen J-J dit: à

Voici le menu de ce soir (pour 6 adultes + un gosse de 20 mois, distants chacun d’un mètre autour de la tablée):
– apéro / petits fours et champagne blanc de blancs
– 1 part de foie gras de canard des Landes
– 6 huitres de Marennes – Oléron et des pattes de crabe royal (+ 1 bourgogne aligoté et/ou 1 champagne blanc de noir)
– chaudrée de lotte, sauce blanche à la ciboule (idem)
– plateau de fromages (+ 1 St Estèphe et/ou 1 Roussillon)
– salade d’agrumes
– vacherin glacé au café rhum
– café, thé, digestif et infusions
– un concert de Jean Michel Jarre à Notre-Dame
– vers minuit : embrassades contrôlées pour la nouvelle année 2021, farces attrapes et cotillons, chants et karaokés.
– vers 1h1/2 du matin : extinction des feux et des lampions.

(NB / les deux couples et le gosse rentrent à pied chez eux et avec la poussette, à une distance de 300 mètres. La pleine lune devrait éclairer leurs pas).
Je dors avec ma compagne, le chat gris entre nous. Les poules et coq de notre descendance sont déjà endormis, gavés, tous ergots démontés.
– Lever du 1.1.21, à 8 heures pour les extraire du poulailler et nettoyer leurs déchets.
Puis ouverture de la RDL pour les voeux de bonnne année.

Pour le moment, excellente soirée à toute l’herdélie. Tchin !

D. dit: à

 je n’ai pas de descendant.s, car je n’ai jamais voulu engendrer, je l’ai déjà dit

Et le monde entier vous en est sincèrement reconnaissant.

Janssen J-J dit: à

Bis repetita, sorry…

-> je n’ai d’ascendant SUR quiconque ni ne veux en avoir, je l’ai déjà dit
-> je n’ai pas de descendant.s, car je n’ai jamais voulu engendrer, je l’ai déjà dit
-> je n’ai pas d’ascendance juive, juste une ascendance catholique, ou plutôt, vaguement chrétienne, je l’ai déjà dit.

Il me semble qu’on ne peut être plus clair et qu’à s’entretenir la confusion mentale, on ne fait que susciter le ressentiment antisémite, cet obscur objet du désir chez certain.es

@ la rhétorique hégéliano-marxienne n’a jamais été totalement éradiquée du plumier, ceme semble : (il dit) « Car que dire de leur tendance fondamentale qui consiste à voir dans les formes de la société existante la cause à peu près unique de tout le malheur et l’échec humains, ce qui n’est rien d’autre que de mettre joyeusement la vérité sur la tête et les pieds en l’air ! »…
Je la ressens ici, cette rhétorique formelle, comme un espoir, pas forcément comme un programme, mais il faut bien refaire le monde à la place de tous ces gens qui pensent mal. Comment le refaire ? ça, Alain Badiou ne nous l’explique jamais véritablement.

Chacun doit pourtant se consacrer à sa tâche, le soir du Réveillon de la nouvelle année de l’ère commune… Et rentrer en soi.

Avec quelques heures d’avance, je souhaite un bon anniversaire à notre ami Michel Onfray, le grand Michel Onfray.

(le 31.12.20_18.40, et les jours rallongent bigrement)

et alii dit: à

, si Dieu nous prête vie.
sur que ce n’est pas un usurier?

Jazzi dit: à

Jésus-Christ n’a pas eu besoin d’engendre pour avoir une nombreuse descendance, et alii. Certes, il avait une autorité spirituelle, et des ascendants juifs…

renato dit: à

D.,
« Ainsi, les diverses civilisations ne sont qu’une longue série de d’entreprises ratées. »
Robert Musil cité de mémoire

et alii dit: à

, on ne sait plus comment s’exprimer, comme si on devait toujours brandir cette affaire là (en plus ou moins valorisant) pour s’exonérer d’une différence de quelque chose.
personne ne vous demande de monter toujours sur vos ergots!

et alii dit: à

« On parle souvent de personnes à l’autorité naturelle. Cette caractéristique existe-t-elle vraiment ?

Non. L’autorité naturelle n’existe pas. Elle résulte toujours d’un registre de compétences. C’est pourquoi il ne suffit pas d’être un bon enseignant et de maîtriser sa discipline pour avoir de l’autorité. Il faut également avoir le sens des relations, connaître les mécanismes de la dynamique de groupe, savoir punir les élèves quand ils contournent les règles, mais aussi appuyer leur travail quand ils réussissent… L’objectif, c’est de capter leur attention et leur respect, pour qu’ils admettent votre ascendant.
et peut-être n’avez vous pas d’ascendant sur des « élèves » si vous parlez de sang juif par exemple

et alii dit: à

et peut-être n’avez-vous pas de descendant du tout, parce que les poules ça ne compte pas

et alii dit: à

non
, on ne sait plus comment s’exprimer,
vous ne savez pas :vous n’avez pas d’ascendants juifs à votre connaissance basta

Jazzi dit: à

« avec vous tout seul »

D n’est pas tout seul, JJJ, il est multiple être et pluri sexe.
Aucune unité dans sa tête, mais un seul corps.
Pour la fécondité, pas d’autre solution que la parthénogenèse propre à certaines espèces d’escargots !
Pas facile à vivre, c’est pourquoi on lui pardonne aussi…

puck dit: à

D. il faut bien voir que partout où la morale des esclaves arrive à dominer, le langage montre une tendance à rapprocher les mots bon et bête.

puck dit: à

D. tu parles comme ces philosophes nouveaux, qui approchent, ils seront plus que jamais des fenêtres closes et des portes verrouillées. Brièvement et brutalement dit, ils appartiennent à l’espèce des niveleurs leurs, ces esprits faussement qualifiés de ” libres “; ce sont des esclaves loquaces, des écrivailleurs au service du goût démocratique et de ses ” idées modernes “, des êtres dépourvus de solitude, de solitude personnelle, de braves lourdauds, certes courageux et de mœurs respectables, mais sans liberté et risiblement superficiels. Car que dire de leur tendance fondamentale qui consiste à voir dans les formes de la société existante la cause à peu près unique de tout le malheur et l’échec humains, ce qui n’est rien d’autre que de mettre joyeusement la vérité sur la tête et les pieds en l’air ! Ce qu’ils aimeraient réaliser de toutes leurs forces c’est le bonheur du troupeau pour tout le monde, le bonheur du troupeau qui pâture sa prairie, dans la sécurité, le bien-être, l’universel allègement de l’existence; leurs deux comptines et doctrines les plus ressassées sont ” l’égalité des droits ” et ” la pitié pour tous ceux qui souffrent “; la souffrance elle-même, à leurs yeux, est une chose qu’il convient d’abolir…

Janssen J-J dit: à

l’embétant c’est que l’ivraie survivrait avec vous tout seul, bin trop vieux pour la repeupler… le monde de la décadanse est si malfait. Et même pas de bon dieu pour rire de vos bonnes blagues…

remplacez donc la messe macronienne par celle de st nico du chardodo… elle est grande ouverte pour une jauge de 30, dès 20h ce soir parait’il, c près de la Mutu… Je serai de tout coeur avec vous, bin en pensée interplanétaire, hein, c qu’un bref moment à passer… Je crois sincèrement que vous êtes encore en âge de procréer, et que vous trouverez une bonne génisse pour ce faire. D. Il faut la chercher… La chasteté ça finit par monter à la tête… Et vous avez encore tout votre vit, plein de femmes prêtes à vous épouser ou vous accompagner dans la vie… Bonne année 2021 !

Jean Langoncet dit: à

A demain, si Dieu nous prête vie.

Jean Langoncet dit: à

(Le coït auto-reproducteur, une singularité de ces bois :

D. dit: à
C’est pour cela que je ne suis pas défavorable à une fin du monde, qui presenterait l’avantage de séparer définitivement le bon grain de l’ivraie.

D. dit: à
Quand le bien le mal se confondent dans la tête des gens c’est que la civilisation est foutue. Deux mille ans que ça aura duré, pour en arriver à ça. C’est pitoyable

D. dit: à
C’est fou de constater que les gens n’ont plus aucun principe. Quelle décadence civilisationnelle. Si l’Occident s’effondrait il l’aurait quand même bien mérité. C’est triste à dire.

D. dit: à
On ne se remarie pas à 80 ans ! Le mariage se relie toujours à la fécondité !
Pareil pour un homme. Même s’il était encore capable de procréer avec une femme plus jeune de plus de 40 années, il ne pourrait pas s’occuper de ses enfants. Correctement et assez longtemps.
En dehors d’une fécondité assumable, on ne se marie pas, on se fréquente chastement tout au plus.
En)

D. dit: à

C’est pour cela que je ne suis pas défavorable à une fin du monde, qui presenterait l’avantage de séparer définitivement le bon grain de l’ivraie.

D. dit: à

Quand le bien le mal se confondent dans la tête des gens c’est que la civilisation est foutue. Deux mille ans que ça aura duré, pour en arriver à ça. C’est pitoyable

D. dit: à

C’est fou de constater que les gens n’ont plus aucun principe. Quelle décadence civilisationnelle. Si l’Occident s’effondrait il l’aurait quand même bien mérité. C’est triste à dire.

D. dit: à

On ne se remarie pas à 80 ans ! Le mariage se relie toujours à la fécondité !
Pareil pour un homme. Même s’il était encore capable de procréer avec une femme plus jeune de plus de 40 années, il ne pourrait pas s’occuper de ses enfants. Correctement et assez longtemps.
En dehors d’une fécondité assumable, on ne se marie pas, on se fréquente chastement tout au plus.
En

D. dit: à

En tout cas on va se farcir Macron à la télé et ça ne rejouira personne. Sauf quelques uns qui ajouteront : « Foutez-moi la paix, je suis fou. »

Janssen J-J dit: à

mais Macha Méril (80 ans depuis quelques temps) n’a jamais rien eu d’une dinde… Je crois même qu’elle va se remarier à la fin du confinement. Je lui souhaite de nombreuses autres années de bonheur. De même qu’à toutes ces autres jeunes femmes éternelles : catherine deneuve, brigitte fossey, annie chancel, fanny ardant, annie duperay, DHH, marie-christine barrault ou françoise hardy, des icônes toujours actives pour les métrosexuelles. Ne les confinons pas aux seuls fantasmes des LGBGT, elles se sentiraient un brin trop à l’étroit…
(Pour qui aime les jeux de listes, veuillez compléter celle de nos sympathiques septuagénaires y compris étrangères, genre jane fonda, ursulla andress, puis patti smith ou victoria principal, etc.)

rose dit: à

Pkoi se refarcir une dinde ce soir ?

Pck’on ne s’en lasse pas. 😇

christiane dit: à

Jazzi dit:
« Hector, lui, il en pinçait surtout pour la rousse Angélique, Michèle Mercier. Il rêvait surtout d’être à sa place… »
Parfaite description du mimétisme amoureux : entrer dans le désir de l’autre pour se ressentir l’objet de son désir.

rose dit: à

Je crois à Swissmedic.
Ok renato
Moi je crois en dieu.

Pourquoi se refarcirine dinde ce soir.

Moi je vais me farcir une soupe de pois cassés en croûte.
Pck j’m :
La soupe
Les pois
Ce qui est cassé, que l’on a à réparer
Les croûtes, toutes, toiles pâtés etc.

Janssen J-J dit: à

@ rose et jzmn. Oui, jzmn dit juste. Mais pas de souci, rose… les affaires de famille des autres, c tjs un brin compliqué.

Merci jzmn pour vos propos touchants sur le pardon, vous êtes un vrai chrétien, car je me souviens bien, quoique mécréant, de ce passage de la prière universelle, de mémoire: « et pardonnez nous nos offenses comme nous les pardonnons à ceux qui nous ont offensés ».

@ txl, je crois que vous voulez nous enfumer avec tous vos liens sur ascendance/descendance… car vous avez très bien compris votre bévue… Je ne suis pas descendant d’une famille juive, ni par ma mère ni par rien du tout… « Je ne suis pas d’ascendance juive » n’aurait rien voulu dire à mon propos… pas plus que je n’ai pas « d’ascendance juive ». Et par ailleurs, je n’aurais aucun descendant de ce sang, de cette race, de cette religion ou culture, on ne sait plus comment s’exprimer, comme si on devait toujours brandir cette affaire là (en plus ou moins valorisant) pour s’exonérer d’une différence de quelque chose.
Bon, cétacé avec ça !… Gardez-vous bien jusqu’à demain, 15 Kislev 5781 !

renato dit: à

Errata corrige :

Au contraire des crétins QUI pataugent dans les infos propagées par les adeptes de la théorie de conspiration, je crois à Swissmedic, rose.

renato dit: à

Au contraire des crétins pataugent dans les infos propagées par les adeptes de la théorie de conspiration, qui Je crois à Swissmedic, rose.

rose dit: à

G cru le mari.
Je n’ai pas lu le frère jumeau.
Pas remonté le fil encore.

Nota bene : oui on est tjrs trahi par les siens.
Cf Brutus et César. Devenu depuis une salade au poulet. 🙃

Jazzi dit: à

« Que le père soit mort, c’est une chose. Que la mère lui survive 33 ans et plus encore. Même si c difficile qu’elle nous prenne pour le portier, ou le combattant de service. »

Pas le père, rose, le frère jumeau… Une amputation verticale !

rose dit: à

Renato
Vous êtes sûr de ça ?

renato dit: à

rose, il n’y a pas de lien de casualité entre le vaccin et le décès du nonagénaire de Lucerne.

rose dit: à

Moi, j’ai perdu Joseph Kessel.
Mais je l’aime encore.
Ça date. J’ai commencé à faire mon deuil.

À la fin de sa vie, Nijinsky « foutez-moi la paix, je suis fou. »

Que le père soit mort, c’est une chose. Que la mère lui survive 33 ans et plus encore. Même si c difficile qu’elle nous prenne pour le portier, ou le combattant de service.

rose dit: à

closer dit: à
« En des termes très diplomatiques mais dénués d’ambigüité sur le fond, l’Académie de Médecine dénonce le fiasco du début de la campagne de vaccination du pouvoir macronien. »
En Suisse, la nonagénaire première vaccinée vient de clamser, cinq jours après. Paix à son âme.

En France, un adorable monsieur qui est venu faire le père Noël a emmené le covid 19 dans l’Ehpad : 18 morts.

Dans l’Ehpad de ma mère, fermeture des portes jour de l’an comme Noël : aujourd’hui, demain, et samedi et dimanche comme d’hab.
Entre deux visites se seront déroulés quinze jours, hors confinement.

et alii dit: à

larousse:
Ensemble des générations qui ont précédé une génération donnée : Ascendance maternelle, paternelle.
Origine, extraction : Avoir une ascendance terrienne.

et alii dit: à

larousse:

Ensemble de ceux qui sont issus de quelqu’un, sa postérité ; lignée, progéniture : Une nombreuse descendance.
Fait de se rattacher sur le plan des idées à quelqu’un : La descendance des symbolistes.

et alii dit: à

je crois que P.Assouline avait dit qu’il avait une pièce de dictionnaires

et alii dit: à

RENATO? LES DICTIONNAIRES font appel aux écrivains,ce sont leurs « images »

et alii dit: à

ROBERT
Il ne prépare pas de conserves alimentaires pour sa descendance ; il se nourrit lui-même de la proie saisie.Jean-Henri Fabre (1823-1915)

et alii dit: à

DIS MOI ROBERT
Hongrois d’ascendance transylvanienne, je suis aujourd’hui citoyen roumain.Europarl
Nous avons pu nous attaquer au problème de la transmission maternelle possible en retirant aussi les animaux qui pouvaient comporter un risque de contamination à cause de leur ascendance.Europarl

renato dit: à

Christophe Colomb ! il faudrait déjà savoir où il est né. Beaucoup de revendications : en Italie la liste est longue, puis il y a l’Espagne, le Portugal, la Pologne. Une hypothèse d’origine juive ne pouvait manquer.

Jazzi dit: à

« je m’appelle pas muguet ou pervenche, moi. »

Fosse à purin t’irait très bien, D !

et alii dit: à

4. Il avait cinq filles et quatre garçons, dont trois filles et trois garçons mariés, qui lui avaient déjà donné quatorze petits-enfants. Lorsque, au repas du soir, cette descendance se trouvait réunie, ils étaient, en les comptant sa femme et lui, trente et un à table. Zola, L’Argent,1891, p. 94.
− P. ext. Flaubert dit que toute la descendance de Rousseau, tous les romantiques n’ont pas une conscience bien nette du bien et du mal (Goncourt, Journal,1878, p. 1220).

et alii dit: à

CNRTL
: Ascendance [a) généalogie] action de la ligne ascendante dans les familles. Ascendance paternelle, Ascendance maternelle; [b)

et alii dit: à

ni de descendance juive…
VOUS VOUEZ SANS DOUTE DIRE D ascendance?

4. Ils sont pareils, ces gentilshommes de fortune, à leur pionnier Christophe Colomb, ce roturier qui se confectionna une ascendance et un blason avant même que d’avoir tenté la grande aventure. T’Serstevens, L’Itinéraire espagnol,1933, p. 195.
♦ [Avec insistance sur l’idée d’hérédité] :
5. La femme est la fille d’un fou et le mari, le fils d’un suicidé : ce sont de lugubres et redoutables ascendances. E. et J. de Goncourt, Journal,1883, p. 296.

Jazzi dit: à

Nous aimons beaucoup BB, JJJ.
Je la considérais comme la plus belle femme du monde

Jazzi dit: à

« « Je ne serai pas longue à te suivre »…, lui avait-elle dit, il y a presque déjà 33 ans. »

Terriblement cruel… pour vous, JJJ !
C’est pour cette double raison que je vous pardonnerai toujours…

D. dit: à

Jusqu’à preuve du contraire je m’appelle pas muguet ou pervenche, moi.

Janssen J-J dit: à

J’ai l’impression qu’avec hector babenco, vous n’avez jamais trop aimé Brigitte Bardot, jzmn. Pourtant…, c’était une jolie fille qui pense toujours bien, même encore à son âge (=86).

Jazzi dit: à

« Serons-nous alors bin crédibles ? »

D’autant plus crédibles qu’objectifs, JJJ.
Et alii pourra toujours se rabattre sur la mémoire culturelle des gays ?

closer dit: à

J’ai appris sur wiki que le père de RH était un azéri de religion zoroastrienne…Ça ne doit pas courir les rues.

Janssen J-J dit: à

@ Va falloir assurer l’intérim avec DHH…

Oui d’accord, jzmn, mais c’est un brin embêtant, car nous ne sommes ni lacaniens ni de descendance juive… Serons-nous alors bin crédibles ?

D. dit: à

) s’est améliorée. Et oui, Lavande (entre autres) manque à l’appel !

Je l’aime bien mais elle a un pseudo qui sent. Alors je m’en passe très bien. Je dis les choes comme je le pense.

Janssen J-J dit: à

Sauf qu’aucune d’entre elles ne sera enterrée à Paris ou en IDF…, pour autant qu’on le sache.

Moi, j’ai dû quitter Claire Bétecher, Tonnie Marshall, Suzy Delair, Gisèle Halimi, Diana Rigg, Annie Cordy, Juliette Gréco, Anne Sylvestre et Rica Zaraï. Je n’ai pas encore quitté ma mère, cette illustre inconnue, mais elle, oui. Elle me considère comme un étranger ni vivant ni mort. « Je ne serai pas longue à te suivre »…, lui avait-elle dit, il y a presque déjà 33 ans.

Jazzi dit: à

DHH : « et l’enfant de ce couple est une figure de la pensée juive orthodoxe , en France »

Oui, JJJ, et alii manque à tous ses devoirs ! Va falloir assurer l’intérim avec DHH…

Jazzi dit: à

Marina Vlady (82 ans), deux enfants avec Robert Hossein, est encore bien jeune, ouf !

Janssen J-J dit: à

@ j’ai un compte-rendu de lecture à terminer

On s’en pourlèche déjà les babines, moij du moinsse. Bon courage et bon réveillon, SV !

DHH dit: à

@ et l’enfant de ce couple est une figure de la pensée juive orthodoxe ,en France dans la mouvance de feu Benny Lévy

Jazzi dit: à

Pour les femmes, avec Hector nous avons évoqué Micheline Presle (98 ans), Anouk Aimée (88 ans), Marthe Villalonga (88 ans) ou encore Françoise Fabian (87 ans).
Longue vie à elles !
Moi, en tant qu’auteur du « Guide des cimetières parisiens », je me dois de tenir mes fiches à jour en vue des prochaines rééditions…

Janssen J-J dit: à

@ L’ambiance générale s’est améliorée.
Il faudrait en élucider, voire expliciter, les causes possibles, probables, spécieuses et invraisemblables, à supposer qu’on soit un brin consensuels sur le diagnostic. BàV,

Janssen J-J dit: à

Jzmn! Si vous commencez à nous faire la job de txfl, ça va pas la faire se reconvulser même avec vos ventouses. L’aura pu rin à copier-coller ! Epi, après, qui va devoir encore s’en tokuper pour la maintenir au bar des flots bleus, hein ?

Janssen J-J dit: à

@ « ils nous ont quitté »
Je n’ai jamais compris le sens de cette formule toute faite, alors que… « nous les avons quittés » serait sans doute plus décente conforme à la dette des survivants temporaires que nous sommes, à ces nouveaux morts que nous rejoindrons bientôt.
Il n’est pas question de laisser aux morts le soin d’enterrer les morts, Créon. C’est notre affaire de morts-vivants, Antigone !

Jazzi dit: à

« Lara dit: à
ROBERT HOSSEIN ÉTAIT SON NOM.
IL N’EST PLUS.
PAIX À SON ÂME. »

Et pas un peu pédophile, lui ?

Jazzi dit: à

« Caroline Eliacheff, née le 5 juin 1947 à Boulogne-Billancourt, est une pédopsychiatre, psychanalyste et essayiste française. Caroline Eliacheff est la fille d’Anatole Eliacheff, producteur de cinéma, et de Françoise Giroud, écrivain et femme politique. Elle quitte la maison familiale à 14 ans et se marie un an plus tard à l’acteur Robert Hossein… »
https://fr.wikipedia.org/wiki/Caroline_Eliacheff

Jazzi dit: à

La fille de Françoise Giroud était alors mineure, DHH.

Avant-hier, sur la tombe couverte de roses blanches de Claude Brasseur, nous en parlions de Robert Hossein, avec Hector (il revisionne sans cesse les Angélique, moi pas vraiment), mais aussi de Michel Bouquet, 95 ans, de Jean-Louis Trintignant, dont la fille est au Père-Lachaise, de Jean-Luc Godard, qui doit avoisiner les 9O ans…
Je lui ai dit qu’à la prochaine cérémonie des César, la rubrique « Ils nous ont quitté » risque d’être particulièrement longue !

Clopine dit: à

Moi aussi je signe la carte de voeux adressée à notre hôte. Je trouve qu’il y a eu bien du chemin parcouru depuis l’ouverture de la Rdl. Certains sont partis, mais l’ambiance générale (notamment les commentaires outrageusement sexistes, qui ont baissé en nombre de manière stupéfiante) s’est améliorée. Et oui, Lavande (entre autres) manque à l’appel !

et alii dit: à

et Barril ?
Guerres secrètes à l’Élysée, Albin Michel, Paris, 1996.
Paul Barril, L’enquête explosive, Flammarion, Paris, 2000.
Paul Barril, Les archives secrètes de Mitterrand, Albin Michel, Paris, 2001.

DHH dit: à

Les journaux ne manqueront surement pas de rappeler a l’occasion de la disparition de Robert Hossein qu il fut un temps le gendre Françoise Giroud

Sant''Angelo Giovanni dit: à

…jeudi 31 décembre 2020 à 13 h 05 min.

…@ , jazzi dit: Louis de Funès avec Yves Montant….La Folie des Grandeurs,…

…çà s’est rien,!…l’art de bander,…c’est savoir s’accommoder au monde,!…aux limites de la laideur  » actuelle « ,…

…tout reste de l’art du profit des laideurs!
…et du crime organisé de l’art,…courant,!
…tu a la côte,…résister aux condors d’art.

…en recherche, on reste parcimonieux, des œuvres, et  » trop de pucelles, sont déjà de grosses vaches « ,…
…le temps de m’en foutre,!…et s’en branler.

et alii dit: à

j’ai du rhum Dillon ;notre J.D METTRA L’air
La Canne rouge présente un taux de sucre particulièrement élevé et une grande intensité aromatique. C’est ce qui a amené Dillon à privilégier cette variété de canne dans l’élaboration de ce délicieux rhum parcellaire dont nous avons déjà pu apprécier l’édition 2018.

Nous en découvrons ici une nouvelle version : le Millésime 2019, qui bénéficie, comme son prédécesseur, du précieux label AOC Martinique.

Une réduction lente a permis de préserver les saveurs si caractéristiques de la canne rouge : un soin particulier qui témoigne une nouvelle fois de la recherche constante de qualité qui honore la Maison Dillon.

Notes de dégustation

D. dit: à

Les Misérables, Notre-dame de Paris, sont connus du grand public dans le monde entier grâce à lui.

Jazzi dit: à

« Robert Hossein, 93 ans, est décédé des suites du Covid-19
Au lendemain de son anniversaire. »

Il ne nous reste plus que Michel Bouquet !

D. dit: à

Autre très grand personnage. Même tonneau que Cardin. Hossein etait tout à fait digne de porter l’insigne de la Légion d’Honneur.

Lara dit: à

ROBERT HOSSEIN ÉTAIT SON NOM.
IL N’EST PLUS.
PAIX À SON ÂME.

Jazzi dit: à

« je n’ai pas pour industrie de faire des livres à l’usage des cuisinières hystériques. »

Sympa pour les lectrices ! La cuisinière hystérique est-elle l’ancêtre de la ménagère de moins de cinquante ans, Paul ?

Soleil vert dit: à

Paul Edel dit: à
Il y eut un certain 31 décembre difficile pour un certain Gustave Flaubert…

J’avais lu certaines critiques de l’époque. Des tartines imbuvables. Finalement les juges ont été les seuls à souligner le caractère unique, révolutionnaire de Mme Bovary. Désormais l’écrivain est seul maitre a bord

A part ça Robert Hossein est mort et j’ai un compte-rendu de lecture à terminer sur le prix Goncourt

D. dit: à

renato dit: à

« Y a t-il du vin ailleurs qu’à Bordeaux ? J’en doute. Je ne crois pas. »

Belle expression de la stupidité sous-jacente à l’esprit de clocher.

En effet, les Bourgognes sont très supérieurs aux Bordeaux. Je lâcherais 100 Petrus et 50 Margaux 61 pour un seul La Tâche 76. Ou 83 à l’extrême rigueur.

et alii dit: à

ah, je l’ai dans l’obs:!
Aux personnes qui se souviennent des habits qu’elles ont aimés, sur elles-mêmes et sur d’autres.

A ces personnes qui notent des détails, comme par hasard, toujours vestimentaires. Par exemple, qui pourrait vous dire, comme ça, presque sans y penser, que le chef d’orchestre Herbert von Karajan dirigeait ses répétitions en col roulé noir ? Ou que la robe rayée de Catherine Deneuve dans « le Sauvage » était blanc et marron (imaginée par la costumière Catherine Leterrier), mais semblait multicolore grâce à celle qui la portait.

et alii dit: à

Qui l’eût cru ! Steve Jobs a changé le monde des technologies mais a aussi maintenant mis sa petit touche dans l’univers fashion…

A chacune de ses présentations, Steve Jobs avait pour habitude de porter un col roulé noir St croix. Ce pull 100% cachemire coûte 127 euros mais les fans, déjà prêts à dépenser des fortunes dans les créations Apple en tous genres, n’ont pas manqué de reproduire le même schéma vestimentaire également !
je ne retrouve pas le chef d’orchestre célèbre pour sa tenue vestimentaire (renato saura peut-être à aix , on savait)

et alii dit: à

notez bie:j’adore l’été la marie brizard perrier;mais ni perrier, ni BRIZARD NE ME PAIENT POUR LE DIRE nulle part

Janssen J-J dit: à

Amélie Nothomb nous parle de son amour du champagne ici… J’aime bien Amélie Nothomb qui nous parle bien de son amour du champagne, jzmn https://www.dailymotion.com/video/x7yekqs
Ce soir, il y aura un blanc de noirs (un Feuillate) et un blanc de blancs (un Ruynart)
La lecture est une extase pure et simple. Dorian Gray.

Paul Edel dit: à

Il y eut un certain 31 décembre difficile pour un certain Gustave Flaubert…
Le mercredi 31 décembre 1856 à 10 heures du soir, Gustave Flaubert écrit à son ami, le dramaturge Emile Augier .
« Mon cher Ami,
Vous vous êtes donné la peine de passer chez moi, tantôt. Je vous en remercie. Voici ce dont il s’agit. Je suis accusé par le procureur impérial d’avoir par mes œuvres (la Bovary) attenté aux bonnes mœurs et à la religion. Si je passe en police correctionnelle, je serai condamné, cela est sûr, car on ne herche que l’occasion d’en finir avec la Revue de Paris
Quant à moi, on ne m’en veut nullement ni à ma personne ni à mon livre*. Mais je paierai pour la Revue. Toute la question est celle-ci : la sauverai-je ou m’entrainera-t-elle dans sa ruine ? On est embarrassé.
Comprenez-vous l’embêtement d’être condamné pour immoralité ?
On me reproche surtout une description de l’extrême onction qui est la paraphrase du Rituel. Tout cela est absurde et je m’y perds
J’ai remué pas mal de monde mais je doute fort du succès. Si demain aux Tuileries votre père trouvait l’occasion d’en parler, vous m’obligeriez infiniment ?
J’ai besoin surtout d’avoir des gens considérables par leur fonction qui affirment que je n’ai pas pour industrie de faire des livres à l’usage des cuisinières hystériques.(..)
Tout à vous »
Dans la marge Flaubert a noté : « C’est vendredi après demain que je dois être mis en accusation. Si d’ici là l’affaire n’est pas arrêtée, je suis flambé. «

*A noter que Flaubert se trompe sur deux points. 1) C’est bien au roman que le Parquet en avait, et pas du à la Revue de Paris-qui avait déjà censuré deux passages du roman avant la publication du roman en feuilleton…. même si cette revue était mal vue du pouvoir impérial.
2) On ne reproche pas à Flaubert « surtout une description d’extrême onction » Ernest Pinard, substitut du procureur impérial, voit beaucoup plus large dans son réquisitoire. Il demande au tribunal de juger, non pas des extraits précis, mais « un roman tout entier ».
Il conclut : « Des détails lascifs ne peuvent pas être couverts par une conclusion morale, sinon on pourrait raconter toutes les orgies imaginables, décrire toutes les turpitudes d’une femme publique en la faisant mourir sur un grabat à l’hôpital. »
Son réquisitoire est très précis :le vrai scandale de » Madame Bovary », c’est avant tout la nouvelle et stupéfiante précision « réaliste » de la langue pour de parler des choses du corps, du désir, de l’éducation bourgeoise, des relations conjugales, de la bêtise, de la déception et de l’ennui.

et alii dit: à

souvenir d’un barman de quartier qui me parla aussitôt d’un écrivain connu habitué je signale:

Lucien Dambreville raconte sa vie. Barman pendant une vingtaine d’années dans des hôtels de luxe, où « le bar ne ferme jamais », puis « ambassadeur » pour la marque de liqueurs Marie Brizard. Souvent témoin de couples illégitimes, il sait rester muet : « De cette atmosphère bourgeoise un peu coincée, il se dégage un parfum d’hypocrisie qui me faisait sourire », écrit-il.

C’est au Crillon, alors qu’il était encore barman, qu’il rencontre celui qui allait devenir son nouvel employeur : la huitième génération des descendants de Marie Brizard, un certain Paul Glotin. Lucien Dambreville entame alors vingt et un ans de travail de « mandataire. Je les représentais partout où j’allais », en tant qu’ambassadeur. Fort de son expérience de barman.

renato dit: à

« Y a t-il du vin ailleurs qu’à Bordeaux ? J’en doute. Je ne crois pas. »

Belle expression de la stupidité sous-jacente à l’esprit de clocher.

Janssen J-J dit: à

bonne année, Ed (TTLTM). Connaissez-vous la ville de Chicoutimi ? Ce soir, la romancière Alice Munro y séjourne. Il faudrait la recenser sur votre blog de grande lectrice. Cela manque.
Bàv,

et alii dit: à

S’il a accepté cette mission, c’est que Philippe Sollers vient de Bordeaux. « J’ai compris tout de suite l’importance du vin. Je regardais les vignes avec beaucoup de curiosité. Y a t-il du vin ailleurs qu’à Bordeaux ? J’en doute. Je ne crois pas. Il paraît qu’il y en aurait en Bourgogne, mais c’est de la propagande et de la publicité », s’exclame l’écrivain, fier, voire avide de se faire des ennemis. « Je suis un fanatique, pour moi, c’est le centre du monde », avance-t-il.
à la Cité du vin à Bordeaux, le romancier raconte l’art de se trouver au café. Et disserte sur le vin, de manière à dresser contre lui tous les

et alii dit: à

qui se prend pourtant d’amitié pour lui.
ne pas se prendre pour quelqu’un, même d’amitié:c’est ambidextre

et alii dit: à

ATTENTION AUX Hommes Politiques!Aventures de Robinson Crusoé
Robinson Crusoe, le roman de Daniel Defoe, va devoir être réimprimé en catalan à cause d’une simple formule du Premier ministre, Mariano Rajoy.

Il a suffi que le chef du gouvernement, farouchement opposé à l’indépendance catalane, compare une éventuelle Catalogne indépendante à l’île sur laquelle s’est échoué Robinson pour que “de nombreux libraires appellent la maison d’édition La Galera pour commander de nouveaux exemplaires du livre en catalan”, révèle La Vanguardia. “Si les stocks s’épuisent, nous sommes prêts à réimprimer et les ouvrages seront en rayons dans quelques jours”, a rassuré l’éditeur.
IN
Espagne.Publicité indépendante in Courrier international

et alii dit: à

Aventures de Robinson Crusoé

Carte-réclame éditée par le chocolat Poulain
avec DEFOE

Daniel Defoe (1661-1731)

Lara dit: à

Ca y est je devine qui est D. : C’est pas Lara.

et alii dit: à

et le boug?
Surtout il y a Bougras, le vieil anarchiste Bougras, un septuagénaire misanthrope qui se prend pourtant d’amitié pour lui. Il lui apporte ainsi le partage, la chaleur et une sorte de figure paternelle qu’il recherchait. L’enfant l’accompagne dans

vanina dit: à

@ renato

merci, Arbasino, un phare de ma jeunesse, j’achetais tous ses livres, « Grazie per le magnifiche rose », »La narcisata »,..un grand moderniste qui a pratiqué la gita a Chiasso et, avec Ennio Flaiano, un écrivain qui nous a appris pas mal de choses sur l’Italie et les Italiens.

Jazzi dit: à

Qu’est-ce que tu as fait du corps de Sasseur, découpé en petits morceaux ?

Jazzi dit: à

Lara c’est toi, D !

D. dit: à

Lara dit: à

D.,
Tu manges quoi ce soir ?
Moi, j’vais m’farcir une dinde.
Ok, je sors…

Ca y est je devine qui est Lara : Clopin.

D. dit: à

« Fucking », village autrichien, devient « Fugging ».

C’est bien dommage.

et alii dit: à

à volonté
Gian Maria Volonté, né le 9 avril 1933 à Milan et mort le 6 décembre 1994 à Flórina en Grèce, est un acteur italien.
 » Il se fait d’abord connaître hors d’Italie pour ses rôles de « méchant » dans Pour une poignée de dollars et Et pour quelques dollars de plus de Sergio Leone, puis, à partir de 1970, par une série de performances étincelantes à l’apogée du cinéma politique italien. Sa composition dans Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon de Elio Petri est saluée par les critiques, et le film décroche l’Oscar du meilleur film étranger. Suivent Sacco et Vanzetti, L’Affaire Mattei, Lucky Luciano, Le Christ s’est arrêté à Eboli. La Mort de Mario Ricci lui vaut en 1983 le prix d’interprétation masculine à Cannes[réf. nécessaire].

Il meurt le 6 décembre 1994 d’une attaque cardiaque au cours du tournage du film Le Regard d’Ulysse de Theo Angelopoulos[réf. nécessaire].

christiane dit: à

DHH,
J’aime beaucoup la fin de votre commentaire. Une mémoire juste. Des voeux ? Un jour à la fois, c’est déjà une prouesse… Ce virus n’est qu’une des formes du destin… Belle journée à vous.

renato dit: à

vanina, si l’occasion se présente : Nuovi argomenti 50, aprile – giugno 2010 — 4 punti di vista su Arbasino.

et alii dit: à

et j’ai trouvé la norme:
assurance qualité afin d’assurer notamment la conformité avec la norme ISO 17025.

vanina dit: à

…une sauce véhémente…
Du pur Gautier, son Voyage en Espagne est une lecture profitable à tous points de vue, Gautier sait voir, et sait décrire les paysages et les oeuvres d’art, le Prado et Goya sont approchés en artiste, en expert de peinture, la couleur du ciel, et la qualité des repas obtiennent une attention toujours aussi vivace,carnale et spirituelle si j’ose dire.
Ses théspiens qui souffrent sur les routes de France tout en affirmant, dans leurs guenilles, la dignité de l’art, sa foie intarissable dans la beauté. Merci,cher maitre.
Quant à Sainte-Beuve, je me le réprésente comme un vieux chat malveillant, louche et foncièrement dangereux qui vous tue son homme à petits coups de patte, de la volupté dans le vénin. Il se fendait d’un éloge si le sujet était bien mort, depuis des siècles,et avait bien rhymés en exaltant des cafétières ou le passage des saisons. Vive Delille, à bas Baudelaire.
Qu’elle soit bonne, qu’elle soit heureuse,pour tous.

Janssen J-J dit: à

vous prenez trop de neige dès le matin pour tenir le coup de la solitude, c pas bien. Réveillonnez donc avec jissé, sa beuh est bien moins hallucinogène, et vous nous ferez des étincelles tous les deux, ce soir. Il ne faut pas rester seules. Bàv,

et alii dit: à

il y a quelqu’un que personne n’a nommé! il est vrai qu’il attend peut-être ,lui’,le « voeux à volonté  » de P.Assouline « pour se nommerici;
ce matin, anne lise m’a dit que son fils était dans « la recherche criminelle à Pontoise ;c’est l’homme qui vous manquera!toujours , c’est en 4 lettres! dirait J.Drillon pour vous aider!

JiCé..... dit: à

CONJUGALITE

Quand on se farcit une dinde tous les jours, pourquoi remettre ça ce soir ?

Lara dit: à

D.,
Tu manges quoi ce soir ?
Moi, j’vais m’farcir une dinde.
Ok, je sors…

JiCé..... dit: à

Il pleut ici, et j’ai horreur de ça, la pluie, les nuages noirs, la gueule masquée des parapluités : je préfère le soleil et le ciel bleu dégagé par le vent de mistral, même violent.
BàT

Janssen J-J dit: à

Et vous machinette, allez-vous devoir encore attendre longtemps sur le divan en peau d’lakan pour découvrir le continent noir de votre féminité ?…
Enfin, je demande ça, mais au fond, la réponse m’indiffère, tout comme votre vie qui ne m’intéresse pas vraiment… Elle est trois fois révulsée, ce matin, semble-t-il. Passerez-vous bien la nuit convulsionnaire pour accéder à la lumière blanche de l’aurore 2021 ?
https://www.en-attendant-nadeau.fr/2020/12/30/divan-attente-chabert/

D. dit: à

Tu t’ennuyes, hein, Jicé ? Comme moi.

D. dit: à

J’ai des flocons de neiges qui tombent abondamment dans ma maison alors que rien dehors. Dois-je m’en inquiéter ?

JiCé..... dit: à

Quand je me juge à la pleine lune, mon brave JiJi, je suis intraitable ; lorsque je me compare à certains bavards sans intérêt … je me réjouis grandement.

Janssen J-J dit: à

de gaité et d’esprit, jissé… non plus, ça ne vous nuirait pas…
Car Fléchier en avait de l’Esprit, le savez-vous bien ?… Lisez son discours à l’AF, comme nous l’avait suggéré notre ami Court, vous en serez con-fondu ! Ça vaudra largement celui de 20 heures, ce soir…
http://www.academie-francaise.fr/discours-de-reception-de-labbe-flechier
Bàv,

DHH dit: à

@Jazzi
Merci d’avoir corrigé une idée fausse enkystée dans mon esprit depuis bien plus de 60 ans
Dans la grande scène en sous-sol de ce merveilleux film que j’ai vu et revu maintes fois j’ai toujours (mal)entendu: M onsieur JanVier 45 rue Poliveau ,au lieu de Jambier
Et peut etre, puisque je doute maintenant de tout,y a-t-il dans ma tête aussi une erreur sur le numéro(43 ?45 ?,47 ?)
Avant des egarements ,qu’on peut pardonner au grand âge , ce cinéaste nous a donné des œuvres magnifiques Je pense notamment à Douce ,ce bijou, même si sa sortie en 1943 laisse interrogatif sur la bienveillance des autorités d’alors qui ont permis à ce film d’exister
Comme vous je m’associe aux voeux adressés à toute la RDL ,ces gens qui n’avaient aucune probabilité de se rencontrer et qui au bout de quinze ans ont pris un air de bande de copains
En souhaitant le retour de quelques figures qui nous ont marqués (Lavande, Sapience malivole WGG notamment ) et en espérant une « normalisation » générale des rapports entre nous

JiCé..... dit: à

Herdélique ta mère, mon brave JiJi, herdélique ta mère !!!
(…un peu de gaité, aujourd’hui, ne nuirait pas à l’ambiance, par Bayrou !…)

Janssen J-J dit: à

Non, justement je ne les confonds pas, pas plus que je ne vous confonds avec Didier l’Arabe du futur allemand, en dépit de l’étroitesse commune de votre cerveau sous le piké… Et j’aurais du mal à vous souhaiter quoi que ce soit de bien positif pour la très longue vie qu’il vous reste à vivre en pleine santé herdélique.

JiCé..... dit: à

JiJi, vous ne confondriez pas votre Léon Faucher avec Léon Faichier, nom véritable de l’alpiniste malgré lui, ce brave juif russe Léon Trotski ?

JiCé..... dit: à

C’est ce que j’aime chez LARA, ce ton digne d’un éboueur afghan …

On manque de personnalités franches de son style, sympathique et sincère, possédant de plein droit ce niveau de lucidité phénoménal !

Bonne Coronannus horribilis, chère Amazone !

Janssen J-J dit: à

Je ne pense pas que marie sasseur soit c.lara
Pour bien la connaitre et respecter son absence momentanée, jamais elle ne réapparaitrait avec des propos aussi stupides. Cherchez ailleurs !…
Bàv,

Excellent petit rappel de la carte bleue retrouvée depuis longtemps, mais un rien cruel. Bonne journée, Giovanni. Vous la souhaite de plus en plus garnie pour 2021, la CB. Couvez-la bien. Go…!

Lara dit: à

BONNE CORONANNÉE 2021 pleine de virus, de maladies et d’emmerdes pour tout le monde sauf MOI.

Janssen J-J dit: à

Bonne année sur « une bonne base » @ Jissé, Jzmn et Charoulet :

« En France, un agent de police voit ses devoirs bornés à la répression des délits et des contraventions ; il ne se regarde pas comme chargé d’un autre mandat. Protéger les honnêtes gens n’est pas son affaire ; les coquins tombent seuls sous sa juridiction. Il ne prévient et n’empêche aucun mal, il se borne à le réprimer en prêtant main-forte à la loi. De là son ton acerbe, son regard insolent et quelquefois provocateur ; de là l’épée qu’il porte au côté. C’est une machine à procès-verbaux et un instrument d’arrestation, rien de plus, mais aussi rien de moins »
(Léon Faucher, 1843, cité par Victor Hugo, in J-J. J. (dir.), Le goût de la police, à paraître au Mercure au chrome, 2021).

JiCé..... dit: à

C’est important de quitter 2020 sur de bonne base

JiCé..... dit: à

Un homme n’est pas un bouche-trou

Sant'Angelo Giovanni dit: à

…jeudi 31 décembre 2020 à 8 h 10 min.

…@ rose dit : à Sant’Angelo Giovanni.

…les connexions ne sont pas immédiates, alors j’en garde plus pour moi, et créer moins de suivis,!…

…il y a trop d’erreurs de jugements sur moi,!…mon absence, me conforte,!…

…trop difficile je suis, en plus d’être trop gentil,!…alors je m’éclipse un rien de trop,…
…joyeuse fêtes à tous,!…etc,!…
…et à quoi çà sert,!…
…quand tout est laid sur terre comme au ciel.

rose dit: à

Yasemin Cetindag.

😓😥😢😭😥😢😥

Une femme n’est pas un trou.
Non, elle ne l’a pas énervé.

rose dit: à

DHH

Je pense à Marot. Ds l’aprem, je compte.

rose dit: à

Sors ta carte bleue ????

Jazzi dit: à

rose dit: à
San Angelo Giovanni : « Sors ta carte bleue ! »

JiCé..... dit: à

La beauté anorexique de ce Préfet macronien me ravit. Il y en a dans cet adorable petit crane minuscule, blotti sous sa casquette doré ENORME !

Vive la Terreur Rouge ! Vive Trotski ! Vive Lallement ! Vive Stalin !

rose dit: à

San Angelo Giovanni

Jazzi dit: à

Les voeux trotskistes du préfet de Police Didier Lallement : « Je suis profondément convaincu, et les corbeaux auront beau croasser, que nous créerons par nos efforts communs l’ordre nécessaire. Sachez seulement et souvenez-vous bien que, sans cela, la faillite et le naufrage sont inévitables »

Pour JiCé et JJJ ?

Jazzi dit: à

« Bonne année 2021 à Pierre ASSOULINE !
Bonne année, les amis. »

Je signe la carte de voeux itou, sans oublier les absents : Ch.aloux, Pablo75, le boug, Chantal, Lavande…

Jazzi dit: à

« Bonne année 2021 à Pierre ASSOULINE !
Bonne année, les amis. »

Je signe la carte de voeux itou, sans oublier les absents : Chaloux, Pablo75, le boug, Chantal, Lavande…

Jazzi dit: à

« c’est en vous observant interagir que je conçois à quel point toute cette « psychologie » me révulse (…) j’ai un jour su sortir d’une salle de cinéma pendant le film »

LAST EXIT OUT OF RDL FOR 2021 !

JiCé..... dit: à

Bonne année 2021 à Pierre ASSOULINE !

Âme noble chargée d’organiser le chaos littéraire, lui dont la patience attise la sympathie de nos compagnons lecteurs, ces immondes porcelets lubriques et ces tendres chevrettes insatisfaites !

JiCé..... dit: à

Jeudi 31 décembre 2020, 5h11, 6°

Il est significatif que ce dernier jour de l’année soit pire que les autres afin de ramasser en 24 heures toutes les saloperies que nous avons subies.

Muselière, confinement, couvre feu, dégradation économique, violence de toute sorte, crimes conjugaux, propos imbéciles sur les réseaux asociaux, religieux cinglés, ce fut parfait !

Dieu est en RTT depuis 1789, Satan mène le bal, Macron adore la pièce dans laquelle il joue, Personne n’est meilleur que lui dans le vaudeville des gérontophiles…et je vais me faire un bon café chaud !

Bonne année, les amis. Bras d’honneur aux méchants !

et alii dit: à

pas l’ombre d’un doute, les propos échangés n’éveillent en moi aucun désir ; au contraire; c’est en vous observant interagir que je conçois à quel point toute cette « psychologie »me révulse; et que je ne m’en sens pas partie prenante, pas plus des femmes qui se présentent comme des « autorités » -et qui elles sont disent-elles et leur « vrai soi que des hommes même s’ils font assaut ça là d’amitié ; c’est le « jeu » et son ton qui me révulse et que la « famille » erdélienne y consente
allègrement ; et ce (en dehors de mon éventuelle participation » : j’ai un jour su sortir d’une salle de cinéma pendant le film, même si je n’y étais pas allée seule )et ce sans opinion sur les acteurs de « la famille » que je les trouve « grossiers » ou pas, « racistes » en leur genre,
donc cela me révulse et j’ai peine à concevoir le plaisir que les uns et les autres trouvent dans ces interactions en dehors de ce qui saute aux yeux d’un lecteur même peu attentif « une sorte d’information » pratique , matérielle, pour ce qui le -la-concerne ; (« on ne parle pas de corde dans la maison d’un pendu  » ici ce serait l’inverse qui serait requis -à moduler bien sur- ) donc bonne normalisation pour l’après ;

Jean Langoncet dit: à

MKF > MFK (pourtant, ça a eu accroché, par le passé …)

Jazzi dit: à

puck, je veux bien croire que ta mère était plus « folle » que la mienne, vu le résultat !
Je crois que c’est moi qui, il y a un an tout juste, ai parlé de 20/20.
Comme quoi le pire est imprévisible…
Oui, bonne nuit, Lara.
Demain, réveillon ou pas, on enterre cette année mémorable !

Jean Langoncet dit: à

Fischer > Fisher

Lara dit: à

Va dormir ducon, demain sera un autre jour de merde pour toi, mon Jazzinounet.

Lara dit: à

Jazzi,
Arrête de piquer mes bons mots… Voleur !

Jazzi dit: à

Vous avez été plus rapide que moi, Lara. Je crois que B a vu juste sur votre identité…

Jazzi dit: à

Influenceuse ou flatulenceuse ?

DHH, c’est monsieur Jambier, comme jambon, et non Janvier, joué par l’odieux et néanmoins génial de Funès.

Lara dit: à

@ je prévois des raviolis Buitoni

Flatulenceuse

Jean Langoncet dit: à

(@ça fait péter

Le perlant d’un Vouvray ; je retiens la suggestion)

Lara dit: à

Jean Langoncet,
C’est quoi ce pseudo à la con…
Jeancul Langoncouille, c’est mieux non.

Lara dit: à

Fais gaffe, Bérénice, les raviolis Buitoni ça fait péter… Trozzzzzzz

Jean Langoncet dit: à

@ je prévois des raviolis Buitoni

Influenceuse

renato dit: à

« … un bistrot;il a pris comme enseigne :La traversée de Paris . »

Gestes et opinions du docteur Faustroll
Livre III
De Paris à Paris par mer ou le Robinson belge

DHH dit: à

Au coin de la rue Poliveau et de la rue Geoffroy saint hilaire au numero 45 il y a un bistrot;il a pris comme enseigne :La traversée de Paris .
je ne sais pas si le patron s’appelle monsieur Janvier

B dit: à

Donnez des armes à un ami, un jour il sera votre ennemi.

et alii dit: à

donnait l’illusion d’être quelqu’un pour avoir réussi à faire croire
ici, tant de gens essaient de faire croire que nul n’est plus crédible en rien ou presque;et si l’on veut sauver un peu de crédibilité en quoi que ce soit, ce n’est pas ici qu’il faut « échanger » ; on a vu où Cet entêtement a mené CLOPINE ;

B dit: à

Jean, je prévois des raviolis Buitoni pour demain, je ne les,aile pas et cela fait au moins trente ans que je n’en ai pas mangés. On est maso ou on ne l’est pas. Qu’en dites vous?

D. dit: à

J’ten foutrais des amputés congénitaux, moi…

Jean Langoncet dit: à

(Je précise au prince de ligne malouin que la requête vise un dîner)

B dit: à

D, je verrais plutôt ANSasseur. C’est son genre. Elle choisit bien les chocolats, sans hésiter.

Jean Langoncet dit: à

(Si Paul Edel a une recette d’huîtres gratinées, je prends ; une douzaine pour deux, même de beau calibre, c’est un peu chiche. Il faut garnir la coquille)

B dit: à

Aucune réclame pour le saucisson. Je n’aurais pas aimé être sur place. La tension est mise en musique.

B dit: à

TraverséE. Correcteur. Affreux de penser qu’ils ont dû endurer la scène du cochon. Quelqu’un sait quelquechose de ce tournage?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*