de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Ce qu’il en coûte de dénoncer « le rapport malade à la femme »

Ce qu’il en coûte de dénoncer « le rapport malade à la femme »

Depuis des années, Kamel Daoud, chroniqueur au Quotidien d’Oran et dans nombre de journaux algériens, français et autres, le martèle : ceux qui ne placent pas la question de la femme et du sexe au coeur de leur réflexion sur la place de l’islam dans les sociétés occidentales s’exposent à passer côté du problème. Le 5 février dernier, dans les colonnes du Monde, il réagissait à sa manière, donc dans cet esprit, aux violences subies par des femmes dans les rues de Cologne la nuit de la Saint-Sylvestre :

 « (…) Le réfugié est-il donc « sauvage » ? Non. Juste différent, et il ne suffit pas d’accueillir en donnant des papiers et un foyer collectif pour s’acquitter. Il faut offrir l’asile au corps mais aussi convaincre l’âme de changer. L’Autre vient de ce vaste univers douloureux et affreux que sont la misère sexuelle dans le monde arabo-musulman, le rapport malade à la femme, au corps et au désir. L’accueillir n’est pas le guérir (…)

C’est ce qu’il y écrivait notamment (la suite ici) en dénonçant en tant que musulman et en tant qu’ancien militant des Frères musulmans, une culture et une tradition répressives, donc génératrices de frustrations sur le plan sexuel, De quoi bousculer les tenants d’une vision angélique du phénomène, toujours prompts à maintenir dans son statut historique de victime tout ex-colonisé et à s’indigner dès que quiconque ose l’en sortir pour le placer, le cas échéant, dans une situation de responsabilité sinon de culpabilité.

La réaction à sa réaction ne tarda pas dans les colonnes même du Monde. Comme une allure de droit de réponse signé par quelque dix-neuf chercheurs en sciences humaines et sociales, anthropologues, sociologues, historiens ainsi qu’une politiste et un journaliste. Après l’avoir délicatement installé entre Ernest Renan et Gustave Le Bon, ils l’y accusaient de « recycler les clichés orientalistes les plus éculés » et de tenir des propos qui « ne font qu’alimenter les fantasmes islamophobes d’une partie croissante du public européen ». La litanie de leurs reproches : approche culturaliste, déterminisme abusif, anti-humanisme aggravé, essentialisme etc Air connu. Les membres de ce collectif donnent l’étrange impression d’enseigner tous la même chose dans la même faculté :

« (…) Psychologiser de la sorte les violences sexuelles est doublement problématique. D’une part, c’est effacer les conditions sociales, politiques et économiques qui favorisent ces actes (parlons de l’hébergement des réfugiés ou des conditions d’émigration qui encouragent la prédominance des jeunes hommes). D’autre part, cela contribue à produire l’image d’un flot de prédateurs sexuels potentiels, car tous atteints des mêmes maux psychologiques. Pegida n’en demandait pas tant (…) (lire la suite ici)

Et d’accoler également le nom brûlant de Pegida à Daoud, procédé pour le coup éculé. « Interdire » est le terme ultime de leur texte. De cette exécution publique, car il n’y a pas d’autre mot pour résumer le ton et l’esprit de leur philippique, un mot ressortait particulièrement : « islamophobe ». Le mot qui tue. Sous la plume des 19, il revient par trois fois. En France, il tue doucement, c’est à dire intellectuellement et socialement, en excluant de facto le délinquant moral du débat. En terre d’islam, le plus souvent, il tue directement. Ecoeuré, choqué de se voir ainsi livré en pâture à la haine locale “sous le verdict d’islamophobie qui sert aujourd’hui aussi d’inquisition”, Daoud a décidé alors de raccrocher les gants en se contentant d’honorer désormais son contrat hebdomadaire avec Le Point mais en se refusant d’intervenir dans tout autre média, et Dieu sait s’il est sollicité. Ecrivain, auteur d’un remarquable recueil de nouvelles Minotaure 504 et d’un roman Meursault, contre-enquête, finaliste du prix Goncourt avant d’être couronné du Goncourt du premier roman et de recevoir un accueil critique et public à la hauteur de son grand livre, notamment aux Etats-Unis, Daoud entend désormais se consacrer principalement à la littérature.IMG_4658

En lisant la diatribe des 19 chercheurs le clouant au pilori de l’opinion publique, j’ai repensé aux termes de l’entretien qu’il m’avait accordé peu avant, au cours d’une rencontre avec Mathias Enard pour le Magazine littéraire sur la littérature face au Mal absolu. Alors puisqu’il faut enfoncer le clou, enfonçons-le autant que nécessaire :

 « Je juge de la santé de l’humanité des peuples à leur rapport aux femmes. Là où elle est libre et acceptée, les gens auront un rapport sain à l’imaginaire, au désir, au corps. Ce que je jalouse dans l’Occident, la seule avance qu’il a par rapport à nous, c’est par rapport aux femmes. Quand mes amis me font remarquer que les occidentaux les réduisent souvent à un objet, je réponds que c’est préférable que d’être réduite en poussière. Si on ne libère pas la femme, on ne se libèrera jamais. La différence entre une émeute et une révolution, c’est que dans une émeute, il n’y a que des hommes ; ajoutez-y les femmes et vous avez une révolution. Quand on me dit que mes prises de position sont courageuses, je me trouve au contraire lâche relativement à l’attitude des femmes : il s’agit de leur corps, de leur vie, de leur statut. La bataille des femmes dans le monde arabe est beaucoup plus à admirer que tout le reste, franchement ».

et aussi :

« Le problème soulevé par Abdelwahab Meddeb dans son essai « La maladie de l’islam » est toujours d’actualité. Mais depuis 2002, il a évolué. La maladie en est au stade des métastases. Meddeb avait eu la visibilité, l’art et la maitrise pour synthétiser ce que nous avions vu et vécu dans nos pays : l’impossibilité de réfléchir l’islam, la fermeture des portes à tout effort de réflexion (ijtihad), la wahabbisation du fait religieux dénoncée à ses débuts mais devenue aujourd’hui massive… L’Arabie saoudite consacre des milliards en propagande religieuse, ce qui est à la source de la radicalisation ; cela fait trente ans que nos intellectuels le disent et les occidentaux ont l’air de le découvrir. Abdelwahab Meddeb disait vrai, mais ça s’est aggravé et cela s’étend depuis. Le poète Adonis et le romancier Naguib Mahfouz avaient également alerté dans le même sens. »

(« Mariage collectif au Yemen » photo D.R. ; « Kamel Daoud » photo Passou)

Cette entrée a été publiée dans vie littéraire.

286

commentaires

286 Réponses pour Ce qu’il en coûte de dénoncer « le rapport malade à la femme »

oursivi dit: 10 mars 2016 à 15 h 50 min

Si la situation mondiale n’était aussi vilaine avec ces conflits généralisés qui touchent tous des pays musulmans de manière aussi diffuse que nationale, la mondialisation ayant mélangé les peuples en presque tous pays (l’Asie résiste), on pourrait rire de ces 19 crétins.

Le problème est qu’ils sont aussi présents ici dans la pseudo intelligentsia de séances hume haine qui voit le mal partout en nous et nulle part ailleurs, que leurs protégés sur tous les théâtres d’opération où on peut saigner pour les égarements religieux qui nous ont instruits au 18 et 19è siècle de commencer à prendre nos distance avec cela et de nous y tenir avec rigueur et pertinence.

Mais le nous n’est pas si unifié que cela, outre les bigots, sont aussi les sots (pas seulement leur garde).

Ouïr par exemple un de ces crétins venir se faire servir la soupe à FCult

http://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/le-culturalisme-en-proces

pour nous expliquer doctement (sic et resic) et ce le jour de soutien aux femmes mal traitées du monde entier (avec des vraies pépites drolatiques de Tauby grenouillant à chaque heure à en faire un effet boeuf sous La Fontaine), nous expliquer disais-je qu’il n’exclut pas que

« les événements de Cologne aient pu être une provocation de Pegida »…

…!

Non, vous ne rêvez pas, il suffit d’écouter.

On imagine la joie de ces quelques centaines d’Allemandes traumatisées.

J’aimerais voir cet ethnologue de mes fesses quand elles sont sales (c’est rare, je le con…fesse), déguisé en femme et attrapé par ces « allemands »-là.

Solidarité pleine et entière avec Daoud, il va sans dire mais encore mieux en le répétant.

Lui qui représente exactement ce que ces Orientalistes de mes dieux entendent défendre – comme musulman moderne et estimable – en attaquant si bassement justement un de ceux-là et… quand ceux qu’il critique courageusement appellent à son exécution !

Pauvres sciences so sales portées par de si parfaits connards.

AO

JC..... dit: 8 mars 2016 à 17 h 10 min

REVENONS A KAMEL DAOUD
« La justice algérienne a condamné ce mardi 8 mars à six mois de prison, dont trois ferme, un prédicateur salafiste ayant demandé l’exécution du journaliste et écrivain Kamel Daoud pour « apostasie ».

Le tribunal correctionnel d’Oran a également condamné à une amende de 50.000 dinars (450 euros) l’imam Abdelfatah Hamadache Ziraoui, poursuivi pour « menaces de morts ». (Figaro)

Quelle pitié ….!

François Delpla dit: 2 mars 2016 à 12 h 03 min

Autant je défends le procès de Nuremberg contre les sympathisants nazis ou leur idiots utiles qui crient à la « justice de vainqueurs » comme si seul le Liechtenstein avait été légitime pour fournir les magistrats, autant je reconnais que ces assises n’ont pas tout résolu : http://nouveautes-editeurs.bnf.fr/annonces.html?id_declaration=10000000228410&titre_livre=Nuremberg_face_%C3%A0_l%27Histoire_ .

On ne cherchait même pas à l’époque à analyser le nazisme, on ne faisait que combattre ses effets. Le travail reste largement à faire, et il a beaucoup à apporter aux débats les plus contemporains.

JC..... dit: 2 mars 2016 à 11 h 33 min

Delpla tu es ! Delpla tu resteras ! Et moi, tu ne me feras pas bouger d’un iota … Il y a un temps pour tout. Un pour la paix, un pour la guerre.

Et rien ne relie le passé de WWII à nos jours incertains, les « faits » ne sont que grossiers pantins de bois pour des marionnettistes habiles. Il va falloir innover aussi bien que les Barbares !

François Delpla dit: 2 mars 2016 à 10 h 55 min

extrait de ce que j’ai écrit hier à mes abonnés :

« Les propos de Hitler m’occupent à plein temps, et il serait bon que ce soit contagieux, tant ils offrent une voie royale pour la compréhension du personnage et de ses entreprises, et tant le chaos européen et mondial d’aujourd’hui doit être à la fois rapproché et distingué du cataclysme d’il y a trois quarts de siècle.

Le regain du racisme, les options sécuritaires opposées aux droits élémentaires, les débats grossiers et binaires, l’exaltation de la virilité guerrière, la brutalité intellectuelle et physique présentée comme une panacée, tout cela plonge certes des racines dans le terreau des années trente mais il faut se garder de crier au loup. Aucun chef comparable à Hitler n’est là pour orchestrer le mouvement et aucun pays n’est de près ou de loin dans la situation de l’Allemagne d’alors. Tout est plus éclaté et incertain, et le citoyen de base est mieux outillé pour agir. L’intellectuel aussi, tenu un peu partout à l’écart par des gouvernants primaires et leurs experts myopes, mais prié d’affiner contre vents et marées ses analyses pour le jour où on admettra d’avoir besoin de lui. »

texte complet : http://www.delpla.org/site/articles/articles-7-105+lettres-d-information-2016.php

alors, toujours convaincu que de ne donner ni dans l’extrémisme islamiste, ni dans l’exaltation d’un Occident de croisade, signifie nécessairement un entre-deux mollasson et un arsenal de « peut-être » ?

JC..... dit: 2 mars 2016 à 6 h 01 min

François, tu as raison, je suis impardonnable de parler comme je le fais : serais-je le Dolfie de Porquerolles, en train de lever une troupe avinée ? Mes SS (Singuliers Séniles) tueurs du bon goût, adeptes non-binaires du « Peut-être » qui endort le portier de nuit … ?

François Delpla dit: 2 mars 2016 à 5 h 29 min

Mammifère vindicatif et crasseusement binaire,

dans tes dix ans d’après-bac, voire bien avant, personne ne t’a fait remarquer que l’homme n’était ni ange ni bête ?

mais tu donnes l’occasion d’un progrès historique : à « qui veut faire l’ange fait la bête » il faut désormais ajouter : « et vice versa » !

Autrement dit : la crispation (ou crise-passion) identitaire ne règle pas plus le problème qu’un éventuel déroulage de tapis rouge devant les pas des tueurs islamistes, elle le laisse entier, et l’aggrave.

Entomologiste dit: 1 mars 2016 à 20 h 37 min

la vie dans les bois dit: 1 mars 2016 à 20 h 05 min
aller sur le terrain

La Tique est un insecte nocturne (le soleil et la lumière l’éblouissantt, elle s’épanouie généralement dans les marécages).
En journée elle se dissimule dans les fourrés d’épineux qui bordent les mares tourbeuses pour, à la nuit tombée, se vautrer dans la boue et la fange de son habitat favori, le cloaque.

christiane dit: 1 mars 2016 à 19 h 41 min

@Lavande dit: 1 mars 2016 à 11 h 23 min
Création sidérante. Tout est dit en quelques photos. Merci, Lavande.

la vie dans les bois dit: 1 mars 2016 à 19 h 27 min

à 17 h 05 min
Je ne comprends pas de quel contraste tu parles. Le livre de M. Houellebecq ne parle pas de l’Algérie française. Il romance tranquillement ce que Kamel Daoud idéologise dans le journal le Monde, le journal Le Point. C’est un monde que tu sois bouchée, komça. Je voulais te donner un extrait pour que tu comprennes bien, c’est pas un dessin de Bretecher pour des vieilles mules soixante-huitardes peace and love, tu vois.
Mais il y a un nouveau sujet.
Monsieur le Comte attend nos commentaires sur le temps et la lumière, sur les eaux claires du bassin méditerranéen. Je te laisse avec ton stock de draps et de sapes à deux balles, la panoplie baba cool ne m’intéresse pas, en fait.

Un révolutionnaire désoeuvré..... dit: 1 mars 2016 à 19 h 23 min

Promenons la Tique en haut de notre pique….!
(…je vous l’emballe ?…)

Entomologiste dit: 1 mars 2016 à 19 h 17 min

obs dit: 1 mars 2016 à 14 h 12 min
Pourquoi jeter ce venin lvdb?

Que peut faire d’autre un Tique vipérine ?

P.S.
La Tique vipérine est un insecte humanoïde rampant de la famille des Psykauraivoulumaikonpapu.

JC..... dit: 1 mars 2016 à 17 h 59 min

269
Le cœur de tous ceux qui aiment les femmes en liberté saigne : un billet pareil méritait mieux, et plus … Honte sur les peureux, les nonchalants, les désabusés, les collabos, contre ceux qui ne soutiennent pas un homme blessé, courageux, dont les propos sont justes. Merci à Passou.

DHH dit: 1 mars 2016 à 17 h 25 min

@SIGH
une question indiscrète:
votre pseudo est à la dernière lettre près le nom d’un village d’Algérie
pur fruit du hasard? ou lien autobiographique?

moderons dit: 1 mars 2016 à 17 h 05 min

lvdb C’était une copine à toi, t’as fait fac de médecine à Alger ? Tu es réfugiée politique?

non pas du tout – c’est le contraste,marrant

sigh dit: 1 mars 2016 à 17 h 03 min

DHH dit: 1 mars 2016 à 15 h 41 min
Pas de problème C’était clair, et intéressant- j’ai juste un peu précisé ( on n’en finira jamais avec cette période!!)

Sergio dit: 1 mars 2016 à 16 h 55 min

Toutes manières voilées non voilées des choses i s’en passe comme ailleurs, mais au moins c’est sur les terrasses, où les hommes, enfin ceux de la maison, ne vont guère.

Allez faire ça à Lille-Roubaix-Tourcoing !

la vie dans les bois dit: 1 mars 2016 à 16 h 22 min

À 14h32, je sais pas, le livre de M. Houellebecq, ‘Soumission’ ne traite pas des barricades d’Alger, c’est un roman, avec plein de personnages, des étudiantes voilées de l’université paris VIII, et de leurs professeurs. C’était une copine à toi, t’as fait fac de médecine à Alger ? Tu es réfugiée politique?

JC..... dit: 1 mars 2016 à 16 h 22 min

Delpla,
un coup je te vouvoie, un coup je vous tutoie ! On se tutoie, hein…. entre voyous BAC+10 sur le même tatami !

JC..... dit: 1 mars 2016 à 15 h 48 min

Il est exact que je préfère être « animaliste » pour une bonne part de moi-même et de mes choix simplistes, que humaniste boboïde comme tant de tarés bons à jeter qui pullulent le regard creux !

JC..... dit: 1 mars 2016 à 15 h 45 min

Quand j’entend parler argumentation où on établit un début de comparaison entre moi, qui suis un angelot, et Dolfie P’tit moustache, le chancelier des méchants…. je vois rouge.

Vous me pardonnerez mes écarts de langage, Delpla, vous êtes assez à plaindre d’être historien marionnettiste !

DHH dit: 1 mars 2016 à 15 h 41 min

Sigh 14 h 15
effectivement je me suis exprimée maladroitement. Ce que je voulais dire c’est que dans l’esprit d’un « européen » d’Algérie une musulmane non voilée ne pouvait être qu’une grue ,de sorte qu’ils n’en auraient pas voulu comme bonne à tout faire si d’aventure une telle femme cherchait à obtenir cette place chez lui .En fait le cas ne devait pas se présenter; en cela vous avez raison

François Delpla dit: 1 mars 2016 à 15 h 34 min

JC est tombé au degré zéro de l’argumentation.

L’instinct animal de conservation sans doute ?

(modo : c’est pas moi, c’est lui qui s’est traité d’animal le premier !)

modérément dit: 1 mars 2016 à 14 h 35 min

William Legrand dit: 1 mars 2016 à 14 h 25 min

vous allez achever cette pauvre christiane, qui ne supporte pas qu’on critique sa bonne-oeuvre de pq (elle espère toujours faire un tour en scooter )

JC..... dit: 1 mars 2016 à 14 h 29 min

« tous mes posts sur l’Algérie sont censurés » (edouard)

Quelle perte …. ! Une tragédie … qu’allons nous devenir ?!

William Legrand dit: 1 mars 2016 à 14 h 25 min

Madame Verniglia nous précise que le « dojo » de JC est en réalité le bistrot « chez DOJO » tenu par ses potes DOminique et JOseph où il aime râler toute la journée contre tout le monde, surtout contre arabes et le invertis… souvent les gens ne rigolent pas car il devient de plus en plus timbré

sigh dit: 1 mars 2016 à 14 h 16 min

DHH « l’image déshonorante de la musulmane non voilée était aussi présente dans l’esprit des colonisateurs ;jamais en Algérie coloniale une respectable bourgeoise européenne n’aurait recruté comme bonne à tout faire une musulmane non voilée, parce qu’il se serait nécessairement agi à ses yeux d’une « grue »

sigh dit: 1 mars 2016 à 14 h 15 min

DHH « l’image déshonorante de la musulmane non voilée était aussi présente dans l’esprit des colonisateurs ;jamais en Algérie coloniale une respectable bourgeoise européenne n’aurait recruté comme bonne à tout faire une musulmane non voilée, parce qu’il se serait nécessairement agi à ses yeux d’une « grue »

je l’ignore mais doute que dans les villes il soit jamais arrivé à une musulmane de se présenter non voilée comme ‘bonne’, puisque les femmes musulmanes ne sortaient pas de chez elles non voilées – c’était sans doute ( ?) différent à la campagne (où, de plus, les enfants des employés algériens y compris jouaient avec ceux des ‘patrons’ colonisateurs, en général) et en Kabylie les femmes n’étaient pas voilées
Quant au « haïk », voile blanc, il me semble que les deux yeux étaient découverts ou que du moins rares étaient celles qui se couvraient un œil – il était inconfortable dans le sens où elles devaient le faire tenir sans fermeture mais c’était plus pratique, facile à mettre ou enlever, d’un geste ( ? ),et joli,pouvant flotter au vent parfois ?
Quant à la présence d’Algériennes non voilées et aussi d’Algériens dans la foule du 13 mai 58 .. comment savoir en fait, le pourquoi du comment, la situation a fluctué tout au long de ces années en fonction du rapport de force s de part et d’autre aussi sur le terrain

JC..... dit: 1 mars 2016 à 14 h 14 min

Rien de plus sympa qu’une population de Croyants, braves gens débiles qui ne pensent pas, puisque ce à quoi ils ne pensent d’ailleurs pas, voit les réponses émerger et les pbs résolus par voie divine !

Religion : mode d’emploi et vie pratique ! Consultez Vie Sainte et Cathéchisme…

Les Chrétiens crétins sont passés par là, il y a des siècles : guerres de religion, sunnites/chiites chrétiens sous la forme protestants/catholiques et Saint Barthélemy tous les jours … Ils ont inventé la liberté.

Qui gagne de l’enfer religieux ? La hiérarchie temporelle, les nobles, les riches, les instruits, ceux qui peuvent s’extraire de la bouse calmante, ceux qui profitent du calme du troupeau des adorateurs du Dieu, et naturellement la hiérarchie religieuse qui s’éclate dans les palais épiscopaux et les Papes qui font des enfants …

Rien n’a changé. Une religion en remplace une autre, le troupeau change… Mais une masse de Croyants est toujours aussi pratique. Masse encore plus bête car le populo idiot ne se sert pas des outils de révolte numérique qui n’existaient pas chez les ploucs du 17ème siècle.

Ecrasons l’infâme !

obs dit: 1 mars 2016 à 14 h 12 min

« la photographe yéménite de Neuilly. »

Pourquoi jeter ce venin lvdb?

La photographe en question a tout de même vécu 44 ans au Yemen et ne vit à Neuilly que depuis 2013…pourquoi pas?

la vie dans les bois dit: 1 mars 2016 à 13 h 41 min

Tiens le portrait d’une activiste qui a du inspirer la photo  » disparition », de la photographe yéménite de Neuilly.
Ses travaux ne semblent pas traduits en français. J’ai compris qu’elle a milité pour la suppression de l’enseignement religieux dans les écoles égyptiennes.

https://en.wikipedia.org/wiki/Nawal_El_Saadawi

la vie dans les bois dit: 1 mars 2016 à 13 h 30 min

C’est sûr, faut enfoncer des clous dans le coin de Neuilly.

Almutawakel was born in 1969 in Sana’a, Yemen, has moved to Paris from Yemen in 2013, and lives in Neuilly with her husband and their four daughters.

la vie dans les bois dit: 1 mars 2016 à 13 h 28 min

DHH doit courir les boutiques Jennyfer, rayon pantalons pour femmes.

« Toutefois, les Algéroises sont bientôt contraintes à se débarrasser du serouel bouffant, par économie. Elles se contentent alors de rallonger leurs voiles jusqu’aux chevilles. Cet appauvrissement du costume de sortie est à la mesure de l’étiolement du costume d’intérieur quotidien qui remplace les chemises et les tuniques traditionnelles par des corsages de style européen. L’effondrement du pouvoir d’achat de la population algéroise n’épargne guère le costume de fête. Vers le milieu du XXe siècle, la tenue nuptiale des femmes qui n’ont pas les moyens de se procurer un caraco se limite à un simple corsage, la camisora, sur un serouel satiné deux fois moins volumineux.
Au lendemain de l’indépendance de l’Algérie en 1962, le costume de la capitale réunit un caraco ajusté, entièrement boutonné devant, et un serouel dziri, typiquement algérois comme son nom l’indique, qui se caractérise par ses longues fentes latérales. La tonalité claire ou dorée de ce serouel moderne contraste avec les teintes profondes du velours de la veste. Seules les broderies au fil d’or réalisées suivant deux techniques anciennes, la fetla ou le medjboud, rappellent vaguement les caftans et les fastueuses vestes d’antan. Ainsi, quelques décennies ont suffi au costume d’Alger pour opérer un remaniement complet qui aboutit à la création d’une tenue traditionnelle originale et élégante, sans doute la plus innovatrice de l’Algérie actuelle. »
https://azititou.wordpress.com/2013/10/31/l-histoire-du-costume-algerien-a-travers-le-temps/

Je viens de relire qq pages de  » Soumission » de M. Houellebecq.
Entre lui et les articles de M. Daoud dans les médias français, y’a pas photo.

DHH dit: 1 mars 2016 à 13 h 27 min

@lavande
vous avez raison de nous remettre ces images sous les yeux avec cette scène initiale de bonheur, de maternité épanouie qui s’endeuille de cliché en cliché jusqu’à l’annihilation ultime de ces êtres déshumanisés embastillés dans les ténèbres de leurs vêtements
;il faut encore et encore diffuser ces images ,car il est des clous qu’il ne faut pas avoir peur d’enfoncer

merci Lavande

DHH dit: 1 mars 2016 à 13 h 15 min

DHH dit: 1 mars 2016 à 10 h 48 min

bien sûr ( mais la tenue actuelle comme une armoire ou un cercueil, est pire non? )
Du temps des « Français », l’ôter eut été dégradant, du dévergondage- cf paraît-il quand de G au balcon a sorti son je vous ai compris, celles qui dans la foule l’avaient ôté – »
Sur l’enfermement comparé du Hidjab(le drap) et de la burqua,je ne suis pas d’accord avec vous ;le drap dissimule autant les formes mais il est plus ,bien plus inconfortable car il ne permet le regard que d’un seul œil et surtout il mobilise pour le maintien du drapé un bras devenu de ce fait inutilisable pour porter un paquet par exemple
Par ailleur ,comme vous le notez , l’image déshonorante de la musulmane non voilée était aussi présente dans l’esprit des colonisateurs ;jamais en Algérie coloniale une respectable bourgeoise européenne n’aurait recruté comme bonne à tout faire une musulmane non voilée, parce qu’il se serait nécessairement agi à ses yeux d’une « grue »(sic)

une journée particulière dit: 1 mars 2016 à 12 h 35 min

Où l’on voit que JC est vraiment un fourbe : soi-disant pratique le dojo (méditation) ET l’invective et l’injure

JC..... dit: 1 mars 2016 à 12 h 28 min

Un jour, Delpla, tes neurones n’auront plus la capacité d’agiter en vain tes mains déformées de marionnettiste historien….

Alors tu finiras comme le lapin à pile morte de la publicité !

pardonne moi, François, tu portes un prénom exécrable, et j’arrive du Dojo, en pleine forme…)

JC..... dit: 1 mars 2016 à 12 h 19 min

Delpla,
Tu es monté toi-même sur le piédestal des Imbéciles en alignant des éléments de ta logique obscène…. tu mérites cette promotion intellectuelle.
Compliments !

JC..... dit: 1 mars 2016 à 12 h 17 min

Ce que ne supportent pas les couylles molles c’est d’être « comparés au précédent »…

Virginité ! Virginité ! … pauvres sectaires !…

JC..... dit: 1 mars 2016 à 12 h 14 min

Comment voulez-vous qu’il y ait une « révolution religieuse musulmane » !? Même les printemps politiques ont échoué… alors, les religieux !…

La parole divine est figée dans le C.oran ! et les propos « rapportés » du chamelier mediateur sont eux-mêmes exécutoires…

On pourrait, si la population des Croyants le voulait, interpréter, mais interpréter c’est trahir le message venu du désert, car le Texte est clair, hélas : c’est un boulet totalitaire.

Jibé dit: 1 mars 2016 à 11 h 53 min

« Ils s’inscrivent dans une autre tradition de l’islam, celle des poètes rebelles et des penseurs du doute qui ont maintenu et maintiennent toujours allumée la flamme d’une civilisation musulmane en attente de la révolution qui la sauvera d’elle-même et des autres : la révolution religieuse et sa conséquence naturelle, la révolution sexuelle. »
(Fawzia Zouari – Ecrivaine franco-tunisienne)

Beau programme ou voeux pieux ?
C’est quoi la révolution religieuse ?
De quelle civilisation musulmane s’agit-il ?

edouard dit: 1 mars 2016 à 11 h 34 min

DHH dit: 1 mars 2016 à 10 h 48 min

bien sûr ( mais la tenue actuelle comme une armoire ou un cercueil, est pire non? )
Du temps des « Français », l’ôter eut été dégradant, du dévergondage- cf paraît-il quand de G au balcon a sorti son je vous ai compris, celles qui dans la foule l’avaient ôté –

inutile de préciser dit: 1 mars 2016 à 11 h 26 min

christiane dit: 1 mars 2016 à 10 h 38 min
je n’y crois pas une seconde !

trop bonne et naïve cricri, on sait bien qu’il ne vous est pas possible de croire un seule seconde que plusieurs personnes puissent critiquer les pq et bougroc.n dont les déglutitions sont pour vous parole d’évangile, source d’émoi et d’inspiration , d’espoir…

DHH dit: 1 mars 2016 à 10 h 48 min

edouard dit
En 1962 en Algérie, le jour de l’indépendance, les femmes ont arraché leur voile »
Voir les deux souvenirs dont j’ai fait état hier sous ce fil , montrant combien ce « drap » était vécu comme un enfermement douloureux par les femmes, qui payaient cher leurs tentatives de ne pas se soumettre à ce diktat vestimentaire

christiane dit: 1 mars 2016 à 10 h 47 min

@c’est comme ça dit: 1 mars 2016 à 10 h 16 min
Qui se ressemble, s’assemble (jusqu’à ne faire plus qu’un moulinet !)dans la bêtise obsessionnelle et l’étroitesse d’esprit… Vous voudriez que votre conversation soit lumineuse, érudite, passionnante… Pauvre(s) crécelle(s)ne répandant qu’une musique idiophone. Votre prochain pseudo ? brouan ou tartuleuil !
On l’utilisait aussi afin d’avertir du passage de personnes infectieuses, atteintes de maladies redoutées au Moyen Âge : la lèpre, la peste…
Ou encore :
« …de petits Italiens, portant de grandes boîtes de fer peintes en rouge où les numéros (…) étaient marqués, et jouant d’une crécelle, proposaient : « Amusez-vous, mesdames, v’là le plaisir. » Proust, La Prisonnière,1922, p. 119.

joe dit: 1 mars 2016 à 10 h 26 min

c’est comme ça dit: 1 mars 2016 à 10 h 16 min

il ne faut pas critiquer la chèvre de pq, cette pauvre cricri en mère teresa enivrée par son immense bonté d’âme ne saurait admettre que plusieurs personne osent commettre le péché de critique envers son admirateur

joe dit: 1 mars 2016 à 10 h 21 min

christiane dit: 1 mars 2016 à 9 h 37 min
Ah, vous vous cachez dans votre propre pseudo

non grande prêtresse malgré votre génie habituel, vous vous trompez, ou faites semblant: ‘c’est comme ça’ et ‘joe’ ne sont pas la même personne

François Delpla dit: 1 mars 2016 à 9 h 55 min

renato dit: 1 mars 2016 à 8 h 24 min

« Animaliste » (François Delpla dit: 29 février 2016 à 11 h 24 min) se réfère à quelqu’un qui milite pour une meilleure protection juridique des bêtes différentes des l’homme ou à la doctrine politique élaborée par George Orwell in Animal Farm?
===============================================

simplement aux crachats de JC sur l’humanisme et à sa fierté d’être binaire, en assimilant l’Occident qu’il prétend envahi et menacé à une bête tenue de déployer toutes les ressources de son instinct de conservation.

Sans vouloir faire moi-même un amalgame binaire, je suis en train de mettre en lumière une disposition d’esprit analogue chez Adolf Hitler.

Rendez-vous dans le poste en fin d’après-midi https://twitter.com/MKACITV5M/status/704547222793416704?cn=bWVudGlvbg%3D%3D&refsrc=email

christiane dit: 1 mars 2016 à 9 h 39 min

@edouard dit: 1 mars 2016 à 9 h 21 min
Oui, n’empêche que ces paroles croisées de femmes sont intéressantes.

christiane dit: 1 mars 2016 à 9 h 37 min

@joe dit: 1 mars 2016 à 9 h 13 min
Ah, vous vous cachez dans votre propre pseudo ! toujours autant de jalouse agressivité… Cool ma belle (?) jeunette…

edouard dit: 1 mars 2016 à 9 h 21 min

« En 1962 en Algérie, le jour de l’indépendance, les femmes ont arraché leur voile »

Celles qui l’avaient arraché de longue date et notamment étaient montées au maquis en ont été chassées par les c…-qui trouvaient « révolutionnaire » de couper les nez et le s mains de ceux de leurs « frères » qu’ils voyaient en train de fumer ou de boire du pinard, ça n’a fait qu’empirer sous le régime policier et militaire à partir de de 65, on connaît la suite

joe dit: 1 mars 2016 à 9 h 13 min

@c’est comme ça dit: 29 février 2016 à 11 h 56 min

ce qui est drôle c’est que c’est à vous et pas à la chèvre de pq, en qui elle croit voir un tremplin qui pourrait la mener loin, que cette pauvre Christiane conseille (le 29 février 2016 à 12 h 17 min) via Ionesco (excusez du peu) que seuls doivent parler et écrire ceux qui ont quelque chose à dire

christiane dit: 1 mars 2016 à 8 h 45 min

Trouvé dans le magazine Marie-Claire, cet entretien de Corine Goldberger (journaliste à Marie-Claire, spécialiste des articles psy et société) :
« Un an après avoir été aspergée d’essence en plein Paris avant qu’on ne lui jette une cigarette dans les cheveux, la comédienne et metteur en scène Rayhana est en tournée avec sa pièce, A mon âge je me cache encore pour fumer , et travaille pour l’adapter au cinéma. Rayhana a également écrit un livre, Le Prix de la liberté (Flammarion), dans lequel elle raconte son enfance et sa vie en Algérie, son arrivée en France, et ses combats de femme.
« Bien sûr qu’on peut être musulmane, féministe et j’ajoute laïque. J’ai lu le Coran. Je suis athée, et je serais assez pour la disparition de toutes les religions. Car toutes s’accordent pour dominer les femmes. Ainsi un musulman peut épouser quatre femmes, pas l’inverse. Mais bien sûr, j’espère qu’un jour, on verra apparaître des interprétations libérales de l’islam. L’intégrisme touche les trois grandes religions. Dès qu’il y a des dogmes, il y a toujours des gens qui veulent vous imposer leur façon de vivre. C’est pourquoi je suis totalement contre le voile, car il asservit les femmes, même si elles croient l’avoir choisi. Les filles voilées en France sont sincères. Mais leur voile choisi, c’est un appel au secours.
Le voile dit : « On me force à rester vierge jusqu’au mariage, – car il faut que je me marie- , on me dit qui je peux ou pas épouser. Je ne trouve pas de boulot parce que j’ai un nom arabe. Alors avec ce voile, on va me regarder. On va voir que j’existe ! ». « C’est inconscient. En 1962 en Algérie, le jour de l’indépendance, les femmes ont arraché leur voile. Et elles ont dansé avec tout le monde. Parce que c’était aussi leur révolution. Elles voulaient sortir, étudier, avoir les mêmes droits que les hommes. Les révolutions arabes en cours, se font aussi avec les femmes. Donc j’espère qu’elles vont faire réfléchir tout le monde, ici. »

la vie dans les bois dit: 1 mars 2016 à 8 h 27 min

Les Kamel Daoud ( sic)

« (Ils) s’inscrivent dans une autre tradition de l’islam, celle des poètes rebelles et des penseurs du doute qui ont maintenu et maintiennent toujours allumée la flamme d’une civilisation musulmane en attente de la révolution qui la sauvera d’elle-même et des autres : la révolution religieuse et sa conséquence naturelle, la révolution sexuelle. » F. Zouari dans une tribune de Libé.

yeah, des soixante-huitards du XXIème siècle. Princes des mille et une nuits, « liberté, égalité, sexualité ».

renato dit: 1 mars 2016 à 8 h 24 min

« Animaliste » (François Delpla dit: 29 février 2016 à 11 h 24 min) se réfère à quelqu’un qui milite pour une meilleure protection juridique des bêtes différentes des l’homme ou à la doctrine politique élaborée par George Orwell in Animal Farm?

ZEUS..... dit: 1 mars 2016 à 8 h 04 min

Nous assistons de notre Olympe, avec étonnement, à l’arrivée massive et illégale de plus d’un million de musulmans en Europe laïque et franchement sommes stupéfaits de l’attitude suicidaire de vos dirigeants, ô chers Terriens !

En effet, si vous connaissiez un peu mieux les dieux, vous sauriez que, si certaines religions sont uniquement religieuses, d’autres sont religieuses ET temporelles

L’islam fait partie des religions totales, totalisantes, totalitaires : spirituelle, religieuse et terriblement temporelle.

Il est donc inscrit dans cette religion qu’un bon musulman ne peut pas être laïc, son travail sur terre est d’installer une théocratie islamique qui supervise, contrôle, tolère les autres religions, dans le meilleur des cas. Et qui ne tolère pas l’agnosticisme… Sinon, c’est un mauvais musulman qui ne se soumet pas au C.oran !

Repentante pour le travail colonisateur des siècles passés, l’Europe actuelle, républicaine, démocratique, laïque, est devenue au fil des années … cancéreuse et les métastases se développent rapidement.

Bravo Merkel ! Bravo les peuples européens, ignares, inconscients, endormis par leur foi naïve dans leurs valeurs, soi-disant universelles, reconnues et admises par tout migrant.

FAWZIA ZAOURI..... dit: 1 mars 2016 à 5 h 49 min

« Oui il y a une psychologie de la foule arabe. Oui, les femmes sont perçues chez nous comme des corps à cacher. Oui, il y a, dans nos sociétés, un rapport pathologique à la sexualité induit par la morale religieuse. Oui, il y a une forme de racisme qui considère qu’on peut violer une juive ou une chrétienne parce qu’elle vaut moins qu’une musulmane. Oui, les intégristes sont dans la culture de la mort. Oui, les réfugiés en Europe doivent recevoir une éducation à l’égalité des sexes. Oui, il faut leur mettre un traité de laïcité dans la main. Leur enseigner le respect des femmes des autres religions. Des femmes tout court …/…Nous sommes de plus en plus nombreux dans le monde arabo-musulman et ailleurs à penser que le salut de l’islam comprend et exige la relecture de l’islam ».

Jibé dit: 29 février 2016 à 22 h 28 min

Le rapport malade de la femme à la guerre !
Ne sommes-nous pas déjà engagés sur le front en Syrie et ailleurs ?
La France, combien de divisions ?

Bihoreau, duc de Bellerente dit: 29 février 2016 à 22 h 27 min

The Telegraph (Londres) rapporte qu’une agence d’investissements vient de publier son classement des passeports les mieux vus – pas besoin de visa – et les pire. 28 pays se disputent les 10 premières places: aucun pays musulman. 23 se partagent les 10 dernières places, dont 14 pays musulmans. Une autre conspiration, assurément…

rose dit: 29 février 2016 à 21 h 19 min

Oui merci aussi pour le post consacré aux civilisations méditerranéennes.
Oui c’est ainsi que cela se passe : nous sommes brisées dès notre plus jeune âge. Et, quoique brisées, nous avons mission oh, esse esse 117 et des poussières, d’être des femmes fortes…
Et nous sommes ainsi contradictions assumées.
Avec l’âge, ô douceur, je réalise et comprends que, plus tyrannie il y a, qu’elle soit politique ou domestique ne change guère à l’ampleur des dégâts commis, plus derrière se cachent faiblesse et impuissance.
Le rapport malade à la femme, de qui que ce soit, n’est il pas d’abord un rapport malade à
soi – même ?
En effet, si l’on s’estime suffisamment soi – même a’t-on besoin de favoriser victimes autour de soi ?
La liberté de la femme, qui adviendra, passera par la liberté de l’homme.

rose dit: 29 février 2016 à 21 h 10 min

Merci à vous Gérard Jean pour l’analyse détaillée de Meursault contre enquête de daoud. Le lirai ultérieurement.
Ai lu attentivement votre critique avec grand plaisir.
Tout en étant en dehors du texte par manque d’intimité avec icelui, je crois pouvoir dire, de l’Etranger- et vous l’avez souligné m’a-t-elle semblé lire entre vos lignes- que ce n’était pas le propos de Camus : le colonialisme. Je crois aussi que sa.sa . douleur intime sur ce sujet, sa déchirure intrinsèque firent que ceci n’est pas traité par pudeur ; si ce mot a quelque saveur lointaine.
La puissance de l’Etranger réside aussi en la non explication des faits. L’Etranger c’est aussi l’étrangeté au sens de ce qui n’est pas explicable.

rose dit: 29 février 2016 à 21 h 03 min

Si l’on pouvait suggérer un rapport à la femme passant par la tête ?
Tout jeu de mots grivois serait superfétatoire.
ce que je dis là, je le dis gravement.

je suggèrerai aussi une chronologie temporelle : la tête, le coeur, le sexe.

et puis je me demande si la méchanceté est féconde en terme de relation humaine. Il me semble bien que non.

Enfin, je crois que, pour que la femme ait été l’avenir de l’homme, il eût fallu que celui ci ne soit point aveugle.

la vie dans les bois dit: 29 février 2016 à 20 h 02 min

« la wahabbisation du fait religieux dénoncée à ses débuts mais devenue aujourd’hui massive… L’Arabie saoudite consacre des milliards en propagande religieuse, ce qui est à la source de la radicalisation ; cela fait trente ans que nos intellectuels le disent et les occidentaux ont l’air de le découvrir » K.D.

C’est à dire qu’on l’a bien redécouvert l’été dernier en hollandie, lorsqu’une plage publique de la Côte d’Azur a été privatisée, dans l’opération  » dollars contre sable fin », opération menée avec brio comme on sait, toutes forces de sécurité mobilisées pour que cela se fasse dans le calme.

On se fout de nous, Kamel, et vous avez bien du courage. De faire Tintin au pays du niquetamère.

Cela dit, il faudra également vous mettre à jour, « rapport à » la géopolitique. C’est pas simple cette histoire de waahaha, de wouaah ahaha, enfin, l’histoire du pacte de Quincy.

http://www.geolinks.fr/grands-enjeux/les-consequences-du-wahhabisme-en-arabie-saoudite/

Sergio dit: 29 février 2016 à 19 h 29 min

Mais y a pas des mecs qui se gourent de femme, quand ils vont au marché (y compris l’argenterie, bien sûr, l’ofèvrerie) ou n’importe où en ville ?

Et çui qui se retrouve avec une super terrible, qui veut plus la rapporter !

la vie dans les bois dit: 29 février 2016 à 19 h 21 min

laurent ne fait pas la folle, le sais-tu ?

« Les conditions d’application de la loi du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans les lieux publics ont été précisées par la circulaire n°2010-1192 du 11 octobre 2010.

Depuis le 11 avril 2011, il est interdit de porter, dans les lieux publics, une tenue destinée à dissimuler le visage. Une interdiction qui s’applique à toute personne physique, quels que soient son âge, son sexe, sa religion, sa nationalité. Y compris donc aux touristes. »

M. Daoud a ouvert une tribune sur le site du journal Le Point. Laurent, tu es allé lui faire un bisou de ta part et de celle de « dommage » ce matin ?

christiane dit: 29 février 2016 à 18 h 13 min

@c’est comme ça dit:28 février à15h18 29 février 2016 à 10h10 16 h 48 /58… et j’en oublie !
Vous avez la parole grisâtre et répétitive. Vos interventions sont lassantes (sur ce blog ou en écho à vos lectures furtives sur celui de Sergio).
Bon, moi, j’arrête là. Vous ne cherchez pas le dialogue vous semez vos petites aigreurs n’apportant rien au débat brûlant lancé par ce billet. Qui est atteinte de gâtisme, d’étroitesse d’esprit, d’inanité ? Peut-être pas celles que vous appelez mémères ni ceux que vous trouvez vulgaire…
Et si c’était vous ? On dit que les défauts qui nous insupportent le plus chez les autres sont ceux qui nous révèlent une part cachée de nous-mêmes et que nous ne pouvons supporter. Un adage que vous devriez méditer…

une journée particulière dit: 29 février 2016 à 17 h 18 min

lever de bouguereau : ta gueule keupu
pet-dèj : ta gueule keupu
apéro midi : ta gueule keupu
goûter: ta gueule keupu
dînner: ta gueule keupu
souper : ta gueule keupu
coucher: ta gueule, j’en peux plus de ta gueule keupu
demain ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*