de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Le discours de la méthode de Stanislavski

Le discours de la méthode de Stanislavski

On hésite toujours à s’emparer pour la première fois de ce que la rumeur désigne de longue date comme « la bible du métier » quel que soit celui-ci. C’est impressionnant ; on craint que la moindre critique ne soit prise pour un blasphème ; on anticipe une déception. Bref, on y va souvent à reculons. Mon cas lorsque j’ai reçu l’édition de poche de La Formation de l’acteur (traduit de l’anglais par Elisabeth Janvier, 352 pages, 9,10 euros, Petite Biblio Payot) de Constantin Stanislavski (1863-1938), d’après une traduction du russe en anglais, incomplète, largement amputée de pages sur les improvisations, mais il faut s’en contenter pour une sombre histoire de droits qui dure depuis un demi-siècle.

Ce fut « la » référence sur toutes les planches et dans tous les studios du monde depuis sa parution en russe en 1936. Aussi bien pour les conservatoires d’art dramatique que pour l’Actors Studio new yorkais (Lee Strasberg n’a jamais caché d’où il tirait sa méthode, au contraire). Et lorsqu’on a vaincu cette appréhension initiale, il nous encore affronter la préface de Jean « TNP » Vilar. Non qu’elle soit mauvaise mais il ne cesse de décourager le lecteur d’aller plus avant dans sa lecture, ce qui est assez inattendu : il le prévient, et le lui répète, qu’il va se perdre dans « le labyrinthe sans fin du système », grande machinerie explicative mise au point par l’auteur pour mettre de l’ordre dans l’inexprimable. Du moins est-ce ainsi que Vilar voit les choses. Or, dès que l’on y plonge, on est frappé au contraire par la rigueur de l’exposition, la clarté de l’explication, la logique de la démonstration. Un système ? Va pour « système », d’autant que l’auteur lui-même le revendique mais sans sa dimension maniaque. Il n’y manque rien de la plus grande vertu du comédien (le caractère) ni de son démon (l’inquiétude). Aussi on ne comprend pas vraiment ses réserves devant ‘homme qui, avant de mettre de l’ordre, effectivement, dans ses idées sur l’art et la manière de jouer, fut le premier interprète de Tchékhov et de Gorki, et créa leurs pièces au Théâtre d’Art de Moscou qu’il avait fondé.Konstantin Stanislavski as Don Juan

La forme du livre est particulière. Elle se veut vivante et pédagogique. Stanislavski la présente comme une demi-fiction dialoguée. Le personnage principal du nom de Tortsov incarne l’auteur en acteur accompli et professeur ; l’étudiant qui tient son journal et raconte ses échanges avec le maître incarne Stanislavski dans sa jeunesse. Un peu alambiqué mais fluide. C’est de Iago qu’il s’agit, le machiavélique et très bavard (1097 vers, un record !) officier au service du général vénitien Othello. Et quand on n’est plus dans Othello, on est dans Hamlet. Le plus important, ce sont les grands principes qu’on peut en tirer. Ils reposent pour l’essentiel sur l’émotion et les lois naturelles. Les voici en vrac :

 

–       Ne pas répéter sans cesse, ni trop longtemps à la même place, qui est devenu trop familier

–       Eduquer son appareil psychique pour créer la vie intérieure du personnage à interpréter, compter sur l’appareil physique pour en exprimer avec précision les sentiments.

–       Vivre son personnage intérieurement avant de donner de son expérience une manifestation extérieure.

–       Ne représenter extérieurement que ce que l’on a d’abord éprouver intérieurement.

–       Ne privilégiez pas la technique par rapport au charme personnel, ni l’inspiration aux dépens de la technique.

–       Ne pas travailler pas face à un miroir afin de ne pas s’observer de l’extérieur plutôt que de l’intérieur.

–       Ne pas exploiter ses capacités à des fins personnelles mais au service de l’art.

–       L’imitation n’a rien à voir avec la création artistique. D’abord assimiler le modèle.

–       Bannir les émotions théâtrales qui ne sont que des imitations artificielles de la forme extérieure et physique des sentiments.

–       Fuir le jeu mécanique à base de jeu outré

–       Nul besoin d’une vraie épée pour tuer le roi ; on peut même le faire sans épée. Pas davantage nécessaire d’avoir une allumette pour allumer le feu. C’est l’imagination du comédien qui doit brûler.

–       Ne pas oublier que seule le « comme si » permet de faire passer de la vie de tous les jours dans le domaine de l’imagination.

–       S’entraîner à résoudre le problème que tout comédien affronte, à savoir : s’exprimer dans un décor déjà préparé.

–       S’intéresser à quelque chose sur la scène (un détail, un objet) pour détourner son attention de la salle, la concentration est à ce prix.

–       Délimiter un champ d’attention (petit, moyen, grand)

–       Installer un objet imaginaire sur le quatrième mur pour éviter d’accommoder son regard sur des fauteuils d’orchestre.

–       Ne pas oublier que la tension musculaire empêche la vie intérieur de s’exercer normalement. Se détendre pour ne pas gêner le jeu.

–       Le talent sans travail n’est rien de plus qu’une matière brute.

–       Justifier son rôle, croire à la vérité de ses sentiments, ne rien sacrifier à la vie intérieure, toujours faire confiance à sa mémoire affective.

–       Réactiver les émotions déjà vécues.

–       Tenir la ligne de comportement (physique et psychique) du personnage.

–       Tenir la ligne de force de la pièce qui en est la continuité.

 

Il est vrai qu’après une telle leçon, on se fiche bien de savoir si la dague d’Othello est d’acier ou de carton. ; mais on se demande toujours comment un comédien s’y prend pour doter son personnage d’une âme. Ni du travail, ni de la technique, ni de l’expérience. Le secret est en soi. Stanislavski fait accoucher l’esprit du comédien. De la maïeutique appliquée à la scène. Un système ? Non : une méthode. Juste une méthode, mais universelle. Un brin austère, raide, sévère : Stanislavski attachait les mains des jeunes comédiens pour que leurs gestes ne viennent pas au secours d’une voix terne ou d’un regard vide). Un bréviaire mais qui tire sa beauté de son idéalisme même.

(« Illustration D.R. ; « Constantin Stanislavski en Don Juan en 1889 photo D.R.)

Cette entrée a été publiée dans cinéma, Théâtre.

583

commentaires

583 Réponses pour Le discours de la méthode de Stanislavski

la vie dans les bois dit: 7 juillet 2015 à 22 h 08 min

« Pourquoi sont-ils si dénués d’éloquence ? se disait Durtal. J’ai eu la curiosité d’en écouter un grand nombre et tous se valent. Seul, le son de leurs voix diffère. Suivant leur tempérament, les uns l’ont macéré dans le vinaigre et les autres l’ont mariné dans l’huile. »

closer dit: 7 juillet 2015 à 18 h 03 min

« Tout le monde s’exclame « La Grèce! la Grèce! La Grèce! », tout cela pour masquer que le problème c’est Bruxelles et l’Allemagne. »

Oui, sauf que l’Allemagne est aussi la solution puisque c’est elle qui a le pognon!

JC..... dit: 7 juillet 2015 à 17 h 42 min

C’est n’avoir rien compris à une économie moderne, c’est à dire libérale, que de souhaiter « taxer les riches » !

Soyons modéré : y a pas plus con que taxer les riches …

Il faut faire l’inverse pour garder l’argent dans le pays et l’emploi qui en découle, peu ou prou !

Sergio dit: 7 juillet 2015 à 17 h 31 min

Widergänger dit: 7 juillet 2015 à 17 h 14 min
on les voit les canons tout de même ! À la fin du film. Et puis bien.

Möglich ! In cauda alors… Mais le film je l’ai vu qu’après très adulte ! Je devrais m’en souvenir donc… A l’époque là avant quand il est sorti c’était le grand Satan ! Parfaitement modéré… Au Rex ! Pas question que je rentre là-dedans pire qu’au casino…

theatre européen -Grèce dit: 7 juillet 2015 à 17 h 23 min

Bloom
brève synthèse
(…)le 4 août 1936, le général Ioannis Metaxàs s’empare du pouvoir. Admirateur de Mussolini, il exerce une dictature du même type sous l’égide de la couronne et avec un large soutien populaire.
Il n’en est pas moins affecté quand l’Italie envahit l’Albanie en 1939. À l’ultimatum italien du 28 octobre 1940, Metaxàs répond fermement « Ochi » (« non »).
Le petit royaume est aussitôt envahi par les troupes italiennes. À la surprise générale, les Grecs résistent avec une âpreté étonnante à l’invasion et parviennent à repousser les Italiens en s’appuyant sur les fortifications frontalières de la « ligne Metaxàs » ! Mussolini, de dépit, appelle à la rescousse son allié Hitler….…
Quand arrive l’heure de la Libération, en 1944, d’autres épreuves attendent les Grecs, non moins atroces, avec une guerre civile entre les deux mouvements de résistance, communistes d’un côté, libéraux et royalistes pro-occidentaux de l’autre. Winston Churchill, soucieux d’empêcher à tout prix la Grèce de tomber dans le camp stalinien, prend résolument parti pour les seconds et engage un corps expéditionnaire à leurs côtés.
Le président américain Harry Truman lance le plan Marshall dans le même but,« endiguer le communisme » en Grèce et accessoirement dans le reste de l’Europe. Les dollars de Washington vont utilement relancer les économies des pays occidentaux mais, en Grèce même, vont se perdre dans les maquis de la corruption et du népotisme…
La guerre civile ne va prendre fin qu’en octobre 1949, faute de combattants.
Après l’occupation allemande et la guerre civile, elle bénéficie du plan Marshall et tente de remonter la pente sous protectorat américain mais sans que changent ses structures clientélistes.
Elle a aussi la satisfaction de recouvrer en 1948 les îles du Dodécanèse et Rhodes, cédées à l’Italie après la Première Guerre mondiale. Elle entre au Conseil de l’Europe en 1949 et dans l’OTAN en 1951. Le conservateur Constantin Caramanlis (ouKonstantin Karamanlis) accède en 1955 à la tête du gouvernement. Il est battu en 1963 par le chef de l’opposition de gauche Georges Papandréou (ou Papandhréou).
Le fils de celui-ci s’étant compromis avec une organisation d’extrême-gauche, en pleineguerre froide, il s’ensuit une crise politique. Elle débouche sur un coup d’État militaire le 21 avril 1967. Le monarque, selon une habitude bien enracinée, ne tarde pas à prendre le chemin de l’exil. Ce « régime des colonels » s’effondre suite à l’invasion inconsidérée de Chypre le 15 juillet 1974.
Déconsidérés, les colonels remettent le pouvoir aux civils et, le 24 juillet 1974, Constantin Caramanlis reprend la tête du gouvernement. La monarchie est définitivement abolie par le référendum du 8 décembre 1974. Depuis lors, le pouvoir a été exercé en alternance par les deux grandes familles politiques du pays : les Caramanlis, chefs du parti conservateur Nouvelle Démocratie, et les Papandréou, chefs du parti socialiste Pasok.
http://www.herodote.net/La_Grece-synthese-619.php

Widergänger dit: 7 juillet 2015 à 17 h 22 min

L’Europe a raison d’exiger du gouvernement grec qu’il fasse payer ceux qui ne sont pas taxé : le clergé et les armateurs. On attendait ces mesures de gauche d’un gouvernement d’extrême gauche. Or, Tsipras n’a pas fait ces réformes jusqu’à présent. Qu’attend-il ?

Widergänger dit: 7 juillet 2015 à 17 h 18 min

Je suis un citoyen qui essaie de comprendre ce qui se passe, tenants et aboutissants. (Chaloux)
_________
Bel effort ! Mais les autres ont renoncé depuis longtemps…

Widergänger dit: 7 juillet 2015 à 17 h 16 min

Là, mes petits chéris, on ne peut qu’approuver Chaloux en grande partie. Chaloux est notre grand manitou.

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 16 h 37 min

Tout le monde s’exclame « La Grèce! la Grèce! La Grèce! », tout cela pour masquer que le problème c’est Bruxelles et l’Allemagne.

Eineu Grosseu problèmeu!

Sergio dit: 7 juillet 2015 à 16 h 25 min

Tiens ça me rappelle les canons de Navarone… C’est le seul film où on voyait pas de canons ! Sauf sur l’affiche, hein ! Alors là dis donc… Des maousses comacs !

giulietta massina dit: 7 juillet 2015 à 16 h 22 min

avouons que les conseils avisés de Benitoto Mentulus Fourbis, le pote d’Aube Dorée, manquent cruellement, il doit avoir son commis roupillant sur ses pruneaux

Bloom dit: 7 juillet 2015 à 16 h 09 min

Aspects des relations germano-grecques:

1941 April:
Wehrmacht invades Greece. Greek army overwhelmed, with German troops reaching the strategic town of Ioannina on 20 April, Hitler’s birthday. Athens capitulates the next day.

1941-44:
Brutal occupation by Germany ensues; 300,000 Greeks die of hunger in one of Europe’s worst famines; 130,000 are killed in reprisals (150 Greeks for every German soldier); hyper-inflation, five times worse than that seen during Weimar period in the 1920s, flourishes. more than 1.2 million Greeks made homeless; the Jewish community, one of the most ancient in Europe, is almost exterminated. National gold stock, in the form of a forced loan, is snatched from the vaults of the central Bank of Greece to finance Hitler’s campaign in North Africa.

1944:
Waffen-SS march into village of Distomo, near Delphi, on 10 June and kill 218 men, women and children in reprisal for guerrilla attack in which seven German soldiers die. Bodies are left dangling from trees in one of the most heinous atrocities of the second world war.

1950 onwards:
300,000 Greeks flock to Germany in search of work after country is ravaged by the 1946-49 civil war.

1953:
At the Conference of London, creditor countries agree to forgive West Germany’s massive debt. laying the ground for the country’s economic miracle. Greece is among the signatories.

le reste sur
http://www.theguardian.com/world/2015/mar/23/brief-history-german-greek-relations

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 15 h 02 min

Closer, si l’Allemagne remboursait sa dette astronomique – même en 70 ans- il n’y aurait pas de problème grec.

La dette de la Grèce est sentie comme scandaleuse mais le fait qu’on ait réussi à nous faire combler le trou béant creusé par des banques privées n’a semblé scandaleux à personne. Et pourtant on paye. Et par pour des pauvres gens, pour les ultra-riches qui n’y ont pas laissé une plume. Il y a tout de même un problème.

Ce qui pend au nez de Bruxelles, c’est que les citoyens européens refusent de payer pour les investisseurs occidentaux sur les marchés chinois.

Giovanni Sant'Angelo dit: 7 juillet 2015 à 14 h 57 min


…vivre c’est quoi,!…
…le capitalisme de,…( la patrie, la famille, la nation, le führer,…),…
…pour l’intérêt des violents riches, voleurs, bandits et escrocs à cols blancs,!…

…l’amour d’abrutis pour des doctrines, à la pensée unique,!…tous des nationalistes fascistes,!..ou est l’Europe,!…sur ton dos d’âne abrutis de concours et bacs,!…sans emplois,!…
…exister dans la dérision d’énigmatique pouvoirs occultes d’inquisitions d’économistes des forces barbares germaniques,!…

…pauvres allemands,!…avec ces oeillères dogmatiques,!…et à la cravache,!…toujours en concours,!…
…les best des best, toujours à la traine de vraie  » démocraties « ,!…
…Oui!…avec des extra-terrestres-bidons,!…Goth, goths, les poules aux pots,!…
…basse-court, quand tu nous tient,!…par la barbichette en coeur,!…

…tous des joueurs d’échecs avec leurs stratégies,!…les aux profits sur le dos à quiconque,!…du fric, du fric,!…Ollé,!…

…allez au Diable,!…Ah,!Ah,!…
…OH,!…mes châteaux, mes domaines, mes serfs abrutis adorés, mes milliards d’atomes,!…crochus,!…etc,!…

…ma police fédérale, au doigt et à l’oeil,!…K.K.K.,!…l’avenir des chiottes,!…d’amont en aval,!…
…les emplois féconds,!…encore, j’adore tout ce bordel d’usuriers,…je suis né comme çà,!…aux leurres des alambics,!…
…mes Pythons à l’heure,!…o’clock,!…
…etc,!…
…et sans Cointreau,!…minéralisé aux bulles d’esprits,!…etc,!…
…Oui,!…j’en ai une longue pour rien,!…
…pour faire court,!…

closer dit: 7 juillet 2015 à 14 h 53 min

Abdel, Chaloux, le contraire de la gestion de quincailler (mais évidemment il ne s’agit pas que de cela), c’est la gestion ultra libérale justement, celle de la génération de bulles financières ininterrompues qui explosent les unes après les autres et la planète finira par exploser avec elles. L’ultra libéral, c’est celui qui veut pérenniser la dette, la gonfler ad infinitum sans qu’elle ait le moindre rapport avec l’économie réelle. C’est cela que nous avons fait avec la Grèce et c’est cela que vous voulez continuer.

Bien sûr la City en vit et je comprends qu’Abdel veuille continuer dans cette voie.

A propos d’ultra libéralisme (puisqu’il vous plaît d’utiliser ce terme absurde), vous feriez bien d’observer ce qui est en train de se produire sur les Bourses de Shanghai et de Shenzen. C’est du lourd comme dirait Lucchini. Là aussi comme en Grèce on prête sur du vent. Le gouvernement vient d’autoriser les particuliers à mettre en garantie leur propre maison pour des emprunts spéculatifs. Quand ça pétera ce sera autrement plus grave que la Grèce les amis…

Mais au fond, c’est la même chose. Que l’on emprunte pour financer des dépenses courantes (salaires, retraites) ou des appels de marge sur des spéculations boursières, la situation est la même: il n’y a rien de tangible et de productif en face des emprunts.

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 14 h 46 min

chaloux closer fait sa crise dit: 7 juillet 2015 à 14 h 42 min

Votre genre de communication est complètement has been.
Il faut des arguments. Je suis un citoyen qui essaie de comprendre ce qui se passe, tenants et aboutissants.

Et vous n’êtes rien d’autre, c’est évident, qu’un petit surveillant politique délégué.

Développez des arguments valables sur la situation telle qu’elle est ou taisez-vous.

chaloux closer fait sa crise dit: 7 juillet 2015 à 14 h 42 min

Expert en communication dit: 7 juillet 2015 à 13 h 48 min

les gros petits génies dans votre genre qui à lonueur de blogs s’improvisent experts en tout et particulier en histoire et économie socio-politique et débitent débilité sur débilité c’est pitoyable et ridicule, même plus ni marrant

l'encrier de ma tante dit: 7 juillet 2015 à 14 h 39 min

j’ai l’air d’avoir les mods a mes trousses…comme je n’ai aucune envie de jouer avec eux au jeu du Moderateur et de l’Intru Arabe, je vais me faire rare… ciao baby…

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 14 h 29 min

Tout le problème de l’ultra-libéralisme, c’est qu’il ne prend en compte ni la géopolitique ni l’histoire, et qu’il se contente de regarder des lignes de profits. C’est pour cette raison qu’il n’est pas viable dans une période au cours de laquelle les données historiques et géopolitiques reprennent une importance extrême. De même, l’attitude intransigeante de l’Allemagne mène à se demander à qui appartient vraiment l’Allemagne du fait de ses dettes impayées.
Remonter à 1945 n’est en rien absurde puisque les grecs vont payer pendant soixante-dix ans.

l'encrier de ma tante dit: 7 juillet 2015 à 14 h 21 min

Dès qu’un type rappelle que les emprunts doivent être remboursés et que les dépenses doivent être couvertes par des recettes, on l’accuse d’être « ultra libéral »!

euh…c’est l’économie version Mme Thatcher…qui voulait gérer le pays comme son père gérait sa quincaillerie…malheureusement, elle a encore beaucoup de fans, parmi ceux qui ne comprennent strictement rien a l’économie mais a qui l’idée de gérer l’économie comme une épicerie, plait beaucoup…comme M. Micawber le personnage de Dickens…
Mr Micawber’s famous, and oft-quoted, recipe for happiness: Annual income twenty pounds, annual expenditure nineteen [pounds] nineteen [shillings] and six [pence], result happiness. Annual income twenty pounds, annual expenditure twenty pounds ought and six, result misery.

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 13 h 57 min

closer dit: 7 juillet 2015 à 13 h 37 min
Dès qu’un type rappelle que les emprunts doivent être remboursés

D’accord, mais TOUS les emprunts. Reprenons les comptes au 1er janvier 1945 et voyons ce que l’Allemagne doit encore à l’Europe.

Une fois ces petites formalités résolues, on parlera de la Grèce.

La seule façon d’apaiser vraiment l’histoire.

Tortue diamantifère dit: 7 juillet 2015 à 13 h 54 min

@20.26 « si vous retrouvez un ou deux mots de rares utilisés par Huysmans »,
OK, mais ceux-là sont pas dans le dico d’argot… Alors je vous les abandonne aux néons : monitoires, malacie, lendore, chlorose, eucolage, banc-d’eouvre, éréthisme, perspicuité, coruscations, mitrant, davier, vespétro, cacao-chouwa, roulader, ouwarovite, cymophane, moechialogie, diaconale…
Faites en bon usage sur ce blog farci d’intelligences pédantesques.

Expert en communication dit: 7 juillet 2015 à 13 h 48 min

ils devraient faire du théâtre dit: 7 juillet 2015 à 13 h 44 min

Sauf que ton mode de communication insultant et vide que tout le monde connait est vraiment has been.

ils devraient faire du théâtre dit: 7 juillet 2015 à 13 h 44 min

Le « niveau » Closer & Chaloux, c’est tout le problème, quand des nullités ignares dans leur genre se mêlent d’établir une morale à l’usage des bars, brasseries et magasins de bricolage.

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 13 h 40 min

Le « niveau », Closer, c’est tout le problème, quand une nullité ignare dans ton genre se mêle d’établir une morale à l’usage des bars, brasseries et magasins de bricolage.

closer dit: 7 juillet 2015 à 13 h 37 min

Dès qu’un type rappelle que les emprunts doivent être remboursés et que les dépenses doivent être couvertes par des recettes, on l’accuse d’être « ultra libéral »!

Terme que l’accusateur serait bien en peine de définir.

Le niveau mes amis, le niveau!

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 13 h 36 min

esprit de chaloux grand historien s’il en est dit: 7 juillet 2015 à 13 h 28 min

« ben voyons !! »

… N’est pas un argument historique.

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 13 h 33 min

esprit de … grand historien s’il en est dit: 7 juillet 2015 à 13 h 28 min

Impact historique : L’Allemagne a généré cinquante millions de morts. Et tu compares? Tes arguments sont tout bonnement révisionnistes et relèvent du tribunal correctionnel.

Fini de discuter avec des débiles menteurs.

Bonne journée,

closer dit: 7 juillet 2015 à 13 h 29 min

Mais Chaloux ne désespère pas que Podemos anéantisse lui aussi tout les efforts espagnols et se retrouve à Bruxelles dans quelques mois dans l’enviable position de son héros Tsipras!

esprit de chaloux grand historien s'il en est dit: 7 juillet 2015 à 13 h 28 min

entre autres choses- l’histoire du retour de Lénine en Russie-

ben voyons !!
quant aux bombardements fallait comprendre ceux des alliés
et toujours d’après chaloux le nationaliste chaloux, pas de fascisme ni d’antisémitisme pas de nazis en grèce ni avant ni après ni pendant WWII

closer dit: 7 juillet 2015 à 13 h 27 min

« Saluons les Portugais, qui ont affronté et affrontent toujours, avec courage et dignité, la période d’austérité dans laquelle ils sont plongés ! »

Oui Barozzi, saluons les portugais, les espagnols, les irlandais pour avoir remis de l’ordre dans leur gestion sans emmerder personne et qui commencent à voir les résultats, comme les grecs commençaient à les voir quand Syriza est venu anéantir tout ce travail en quelques mois…

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 13 h 26 min

closer dit: 7 juillet 2015 à 13 h 23 min

L’ultra libéral se détecte à ses propos de bar. C’est dire la misère et le désarroi où il est en train tomber.

closer dit: 7 juillet 2015 à 13 h 23 min

 » (et je n’ai jamais voté à droite, pas même au centre), »

Question: Chaloux a-t-il toujours voté à gauche parce qu’il est khon, ou est-il khon parce qu’il a toujours voté à gauche?

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 13 h 22 min

En tout cas, si les explosifs qui ont été volés servent, cela va ouvrir une crise de régime sans précédent en France.

joaquim dit: 7 juillet 2015 à 13 h 18 min

Attila

eux au moins ils s’écrachent chinon cha che chaurait (si on n’en parle même pas c’est qu’ils souffrent en silence, sûrement )

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 13 h 18 min

esprit de c.ul dit: 7 juillet 2015 à 13 h 13 min

Mémoire courte, la Grèce sous la botte allemande et italienne a vécu un véritable martyre, (bombardement de Janina etc.) en conservant un esprit de résistance extraordinaire.

esprit de chaloux dit: 7 juillet 2015 à 13 h 13 min

« au contraire de l’Allemagne, la Grèce n’a pas réduit l’Europe en cendres.  »

et elle n’a même pas encore été détruite sous les bombardements

Attila dit: 7 juillet 2015 à 13 h 12 min

Saluons les Portugais, qui ont affronté et affrontent toujours, avec courage et dignité, la période d’austérité dans laquelle ils sont plongés !

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 13 h 10 min

bon public dit: 7 juillet 2015 à 13 h 08 min mais piteux historien. Vois – entre autres choses- l’histoire du retour de Lénine en Russie- pauvre pomme.

bon public dit: 7 juillet 2015 à 13 h 08 min

Chaloux « la révolution russe est une oeuvre allemande destinée à saper la puissance montante de l’empire.  »

Ce Chaloux, quel grand humoriste!

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 13 h 03 min

L’ironie de mon propos paraît vous avoir échappé Chaloux.

Consolez-vous, Closer, j’ai trouvé tout votre post débile. Combien de neurones en action pour répéter les sornettes des journaux télévisés et les propos de Morano?

comme en 14 dit: 7 juillet 2015 à 13 h 03 min

WG Y commencent à nous pomper l’air, ces Bosch !

Pour WG le dénouement de la tragédie se fait trop attendre, il brûle d’impatience d’en découdre

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 12 h 55 min

Closer, au contraire de l’Allemagne, la Grèce n’a pas réduit l’Europe en cendres. Non seulement l’Allemagne n’a pas payé sa dette mais encore moins celle des pays qu’elle a laissé exsangues et en ruines. Le coût de la réunification est à mettre au compte du fait que la révolution russe est une oeuvre allemande destinée à saper la puissance montante de l’empire. L’attitude de Merkel montre à quels point les allemands sont incapables de regarder leur histoire en face.

Ce qui nous en arrive avec cette crise grecque, c’est que toute l’histoire du XXe siècle est en train de remonter à la surface. Tous les petits ultra-libéraux dans votre genre vont être balayés par cette complexité de nouveau assumée. A droite, le fossé qui est en train de se creuser entre d’un côté les discours de Juppé, Bayrou, Villepin, capables de prendre en compte des questions géopolitiques et historiques (et je n’ai jamais voté à droite, pas même au centre), et les ultra-libéraux qui se contentent de préparer une politique sans autre préoccupation que celle du profit qui mènera à tous les chaos de l’autre, montre à quel point les enjeux sont en train de changer. C’est un moment politiquement et historiquement très important (et en France probablement la conséquence de la disparition annoncée du parti socialiste).

la plume de mon grand-pere dit: 7 juillet 2015 à 12 h 51 min

L’Allemagne devrait assurer les fins de mois de toute l’Europe. Voilà une superbe idée! Je suggère que l’on fasse un référendum sur le sujet en Allemagne…

c’est la moindre des choses, quand on sait les degats qu’elle a cause…je ne vois pas Israel se plaindre de la rente reguliere qu’elle continue de recevoir de l’Allemagne…en fait, l’Allemagne a enfin reussi a dominer l’Europe, a travers l’Euro, chose qu’elle ne pouvait pas faire par les armes par deux fois le siecle dernier…mais c’est voue a l’echec…

closer dit: 7 juillet 2015 à 12 h 38 min

L’Allemagne devrait assurer les fins de mois de toute l’Europe.

Closer, votre méconnaissance des réalités est absolue.

L’ironie de mon propos paraît vous avoir échappé Chaloux. De la part d’un être aussi fin et subtil que vous, cela m’étonne, voire me peine…

closer dit: 7 juillet 2015 à 12 h 35 min

Piketty : «l’Allemagne est LE pays qui n’a jamais remboursé ses dettes»

Comparer des remises de dettes après deux guerres mondiales et des destructions gigantesques avec la situation actuelle de la Grèce est grotesque. Mais cela ne m’étonne pas de Piketty.

Au surplus, l’Allemagne a su utiliser cette remise et le plan Marshall pour construire l’économie industrielle que l’on sait. En passant, elle a aussi payé le coût énorme de la réunification, ce que tout le monde oublie aujourd’hui naturellement…

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 12 h 32 min

L’Allemagne devrait assurer les fins de mois de toute l’Europe.

Closer, votre méconnaissance des réalités est absolue.

closer dit: 7 juillet 2015 à 12 h 27 min

« je regarde la chose du point de vue du citoyen grec lambda… »

Facile depuis ta tour de la City Abdel…

Au fond la solution que préconise sans le dire (et sans en être conscients pour la plupart) tous ces braves gens avec des trémolos dans la voix est simple: « l’Allemagne paiera », puisqu’elle est la seule à en avoir les moyens. Ils oublient quelques détails, ses ressources ne sont évidemment pas illimitées et le peuple allemand a autant le droit de décider de son destin que les autres peuples. Accessoirement les autres fourmis de l’Europe ont aussi leurs droits (pays baltes, etc) ou les plus pauvres (leurs voisins bulgares par exemple, bien plus pauvres que les grecs, en ont plus qu’assez de ce cirque).

L’Allemagne devrait assurer les fins de mois de toute l’Europe. Voilà une superbe idée! Je suggère que l’on fasse un référendum sur le sujet en Allemagne…

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 12 h 27 min

C’est à cause de ce danger que représente la Grèce pour une partie de l’Europe du Nord que le chantage principalement allemand de ces dernières semaines s’apparente à une tentative de coup d’état pour évincer Tsipras. Les grecs n’ont pas cédé. C’est un grand moment d’histoire politique.

Widergänger dit: 7 juillet 2015 à 12 h 15 min

Ce qui est insupportable dans cette crise, c’est l’opinion publique allemande !

Elle n’a pas de mémoire, comme dit Piketty. Les Allemands n’ont jamais remboursé leurs dettes, ni après WWI, ni après WWII en 1953.

Y commencent à nous pomper l’air, ces Bosch !

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 12 h 14 min

La situation mondiale devient très tendue un peu partout. Les « investisseurs » veulent jouer la sécurité c’est à dire pouvoir à nouveau investir dans des zones encore à peu près sûres, développées et dont le taux de profit à l’heure de travail soit fort. Avant cela, nos amis ultra-libéraux ont pour mission d’enchinoiser le droit du travail, sous prétexte de réduire le chômage mais en réalité pour permettre de maximiser les marges. Dans ce contexte, la révolte grecque tombe très mal : elle en augure d’autres, d’abord contre Bruxelles qui travaille contre les peuples. Ensuite…

le dalton méritant dit: 7 juillet 2015 à 12 h 13 min

« pas aux armateurs ni aux richards et autres oleogarches qui ne paient pas de taxes et qui ont de toutes facons fait fuire leur pognon en Suisse »

i manquerait plus que ceux qui gagnent leur fortune à la sueur de leur intelligence et d e leurs sacrifices de tous les instants comme il est révélé et écrit dans la sainte bible, se serrent la ceinture

Widergänger dit: 7 juillet 2015 à 11 h 56 min

Η Ευρώπη θα μάθουν από την ελληνική κρίση. Η Ευρώπη εκ των προτέρων και εκμεταλλεύεται την κρίση.

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 11 h 46 min

Σας ευχαριστούμε για Έλληνες αδελφοί μας για να ανοίξει αυτό το δρόμο.

Ένας Έλληνας dit: 7 juillet 2015 à 11 h 33 min

Μέσα στη χώρα μου, J.C είναι το σύμβολο της ανοησίας.

Parlons théâtre dit: 7 juillet 2015 à 11 h 22 min

De Stanislavski à la crise grecque, quel est lien ?
Le nouveau ministre des finances s’appelle Euripide.

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 11 h 21 min

Vu le niveau ici, je suis obligé de simplifier…

En même temps, Closer, tu ne pars pas de très compliqué…

S’agissant de la Grèce, il y a beaucoup de données qui ne sont pas d’ordre comptable. Faudrait voir à dépasser les arguments des punais microcéphales genre « droite forte » qui n’ont que les urnes pour horizon. Trop fort pour toi.

(Villepin excellent ce matin).

le jardin de ma tante belge dit: 7 juillet 2015 à 11 h 19 min

la plume de mon grand-pere dit: 7 juillet 2015 à 11 h 17 min
je vous offre des frittes avec?

D’accord, une fois !

la plume de mon grand-pere dit: 7 juillet 2015 à 11 h 17 min

closer dit: 7 juillet 2015 à 10 h 15 min
…Vu le niveau ici, je suis obligé de simplifier…

je regarde la chose du point de vue du citoyen grec lambda…c’est a lui qu’on demande de serrer la ceinture, pas aux armateurs ni aux richards et autres oleogarches qui ne paient pas de taxes et qui ont de toutes facons fait fuire leur pognon en Suisse…it was ever thus…c’est toujours les pauvres qui l’ont dans le #ul…donc, ma reponse est la meme…moi aussi je simplifie pour aller vite, je vous offre des frittes avec?

Rectificatif dit: 7 juillet 2015 à 11 h 13 min

Une histoire de cirrhose :

Un ami économiste amateur….. dit: 7 juillet 2015 à 10 h 52 min
car il est le petit fils d’un puissant bachaga, Mouloud Boualam, décédé en 82 lequel était bourré

closer dit: 7 juillet 2015 à 11 h 13 min

T’as pas tord rectificatif 11h06…sauf si c’est la troisième fois qu’il te fait le coup et qu’au départ tu lui avais prêté 3000, puis 5000 euros…Il y a un moment où il faut savoir prendre sa perte (qui d’ailleurs ne serait pas de 100%).

Vu le niveau ici, je suis obligé de simplifier…

Un ami débiteur des Grecs..... dit: 7 juillet 2015 à 11 h 10 min

Il suffit, pour recouvrer une créance d’annexer une cinquantaine d’îles grecques !

A quoi sert d’entretenir des militaires, si ce n’est pour qu’ils défendent la Loi, l’Ordre, et le Bon Goût ?

Rectificatif dit: 7 juillet 2015 à 11 h 09 min

Ça me rappelle cette formule : si tu dois 10 000 euros à ta banque et tu ne peux pas les rembourser, tu es très emmerdé.
Si tu dois 100 000 000 à ta banque et que tu ne peux pas les rembourser, c’est ta banque qui est très emmerdée.

Rectificatif dit: 7 juillet 2015 à 11 h 06 min

closer dit: 7 juillet 2015 à 10 h 20 min

Pas exactement, closer. Tu prêtes 10 000 euros à un type et il ne peut pas te les rembourser. Qu’est-ce que tu fais ? Soit tu rééchelonnes sa dette (essaie de me rembourser petit à petit, selon tes possibilités), soit tu perds tout.
On en est là : si la Grèce est en faillite, tu peux t’asseoir sur ta créance.

Un ami politicien..... dit: 7 juillet 2015 à 11 h 01 min

Pour être élu, Chaloux, il faut pourtant être au comptoir !

Et travailler le peuple aux papilles gustaviennes (90%), antichambre de la conscience politique (5%), en espérant atteindre les 5% de ne-sait-pas, qui font la différence ….

Un ami économiste amateur..... dit: 7 juillet 2015 à 10 h 52 min

L’économiste Abdel a eu un poste à la City car il est le petit fils d’un puissant bachaga, Mouloud Boualam, décédé en 82 lequel était bourré de pognon.

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 10 h 47 min

 » Le Premier ministre Manuel Valls n’a pas souhaité commenter ce vol très gênant en période de menace terroriste. »

Chapon braillard ne braille plus. Mais quand on s’aperçoit qu’on n’est pas taillé pour la fonction, on la quitte de soi-même.

(Closer, je ne discute plus les propos de comptoir. Trop de temps perdu.)

closer dit: 7 juillet 2015 à 10 h 43 min

Quant à ce pauvre Chaloux, j’ai déjà pu noter le niveau de ses interventions sur la crise grecque, nul, absolument nul…

Dommage, c’est l’un des rares ici à s’intéresser vraiment à la musique..

Personne n’est parfait…

closer dit: 7 juillet 2015 à 10 h 40 min

J’aurais du parler d’un million d’euros pour que cela signifie un tout petit quelque chose pour notre Cityman Abdel…

apollon dit: 7 juillet 2015 à 10 h 40 min

dommage que des esprits aussi brillants que closer jcd ueda wg, ne puissent se faire entendre des dirigeants de l’UE et du reste du monde-(heureusement talonnettes est là! à quelque chse malheur est bon )

apollon dit: 7 juillet 2015 à 10 h 36 min

Bloom dit: 7 juillet 2015 à 9 h 57 min

après WWII et la dictature des colonels (Au fait, « Z » de Costa Gavras)

Un ami mélomane..... dit: 7 juillet 2015 à 10 h 23 min

Le Petit Manuel me fait parvenir ce concert du Grand Michel, enregistré en 1988 dans sa bonne ville de Barcelone.

Coincé dans la difformité de ses formes, Petrucciani est ici, en présence de 52 blanches et 36 noires, au mieux de sa forme !

N’ayez pas peur d’aller jusqu’au bout ….

https://youtu.be/BFvAmN3Vp7w?list=RDBFvAmN3Vp7w

closer dit: 7 juillet 2015 à 10 h 20 min

La situation de la Grèce, Abdel, c’est celle d’un pote qui t’aurait emprunté dix mille euros, les aurait dépensé au casino et au bordel et qui ensuite viendrait t’insulter parce qu’il ne peut plus payer son loyer et que tu ne veux pas lui en prêter dix mille de plus…

Chaloux dit: 7 juillet 2015 à 10 h 19 min

Distribution de grenades et d’explosifs par la république française.

Bravo, Chapon Braillard et Chapon Mou!

Bravo, vraiment…

closer dit: 7 juillet 2015 à 10 h 15 min

Economiste Abdel?

Le plan Marshall a servi à reconstruire une Europe détruite par la guerre et les fonds versés par les USA ont effectivement servi à cela. C’est facile à vérifier, en Allemagne notamment.

Les centaines de milliards prêtés à la Grèce ont servi à payer des fonctionnaires pléthoriques et clientélisés qui partaient à la retraite à 50ans et qq avec 95% de leurs salaires…Evidemment qu’ils ne peuvent pas rembourser puisqu’ils n’ont rien investi dans des projets économiques sérieux! Et il faudrait leur prêter plus?

Très fort « l’économiste »!

Bloom dit: 7 juillet 2015 à 9 h 57 min

9h29 cherchera lui-même réponse à sa (fausse) question; pour faire bref, wikidixit:

« Greek immigration to Australia has been one of the most important migratory flows in the history of Australia, especially after World War II. As of 2015, the flow of migrants from Greece has not stopped but has increased due to the economic crisis in the Hellenic country, with Australia as one of the main destinations for emigrating, mainly Melbourne where the Greek Australian community is stronger ».

Et Casavettes, caméra sur l’épaule, ça sonne un carillon…?

giulietta massina dit: 7 juillet 2015 à 9 h 43 min

Benitoto Mentulus Fourbus écrit : « ils ne représentent rien, extérieurement, car ils sont vides, intérieurement »…
tout a fait comme toi, vieux râleur impuissant

JC é dit: 7 juillet 2015 à 9 h 29 min

Bloom dit: 7 juillet 2015 à 9 h 05 min
Melbourne, Australie, est la deuxième ville grecque du monde.

pourquoi ? à case de la dérive des continents la Grèce s’est barrée dans l’Atlantique ??

de l' utilité du grec ancien dit: 7 juillet 2015 à 9 h 15 min

« Rester digne ? Parce qu’effacer la dette grecque est une attitude digne ? Pour lui reproposer juste derrière de nouveaux emprunts ? »

Quel drachme, leur proposer juste une obole!

( Les grecs savaient cela dès l’ antiquité…)

D. dit: 7 juillet 2015 à 8 h 41 min

Rester digne ? Parce qu’effacer la dette grecque est une attitude digne ? Pour lui reproposer juste derrière de nouveaux emprunts ?
La dignité, plus personne ne l’a ici, sauf peut-être JC, sur ce sujet bien précis, entendons-nous bien.

rien n'est gratuit dit: 7 juillet 2015 à 7 h 59 min

la plume de ma cousine dit: 6 juillet 2015 à 22 h 32 min
les allemands avaient bien profite du plan Marshall, eux…

c’était intéressé de la part des gentils donateurs

JC..... dit: 7 juillet 2015 à 7 h 57 min

Au fil des ans, j’étais, comme tout bon fasciste épanoui, ravi de voir l’Europe devenir le Gross Deutschland impérial, national, socialiste, sérieux, efficace, exemplaire dans la conduite de notre continent, petite péninsule de l’Asie.

J’avais même affectueusement surnommé la belle Angela, Adolphinette, c’est dire combien j’admirais notre Führerin, walkyrie bonnasse et remuante …

Quelle déception, ces temps derniers ! la fréquentation du Petit Bedonnant Synthétiseur lui a ramolli les ovaires …

Je suis déçu, au delà du Mélenchon, au delà de la marinade … Bonne journée, les bobos !

JC..... dit: 7 juillet 2015 à 7 h 36 min

Illustration « Constantin Stanislavski en Don Juan en 1889 »

Je l’entend se plaindre, notre héros tragique, plainte venue de l’intérieur naturellement :
« Horreur ! une mouette distraite a cagué sur ma cape…! »

Giovanni Sant'Angelo dit: 7 juillet 2015 à 7 h 10 min


…l’éternité pour Bruxelles la Grande Prostitué de l’Europe,…
…copier/coller,!…
…les A.D.N.,… » Oscar’s « , des invités à la table des négociations,!…
…de l’hydre, le homard, la méduse immortelle,!…
…éternité, quand tu nous tient,!…Dieu tu  » aura « ,!…
…ajoute, Ah,!Ah,!,…gentil,…etc,!…

JC..... dit: 7 juillet 2015 à 6 h 20 min

Un dernier fou-rire, double :

-Evo Morales félicite Tsipras
-Fidel Castro félicite Tsipras

« c’est au bord du précipice qu’il nous faut faire un bond en avant ! »…

Ueda dit: 7 juillet 2015 à 6 h 16 min

JC….. dit: 7 juillet 2015 à 5 h 42 min
La plume de ma cousine trempe toujours dans l’encrier de la mauvaise foi …

Ou de la prudence!
Il faut ménager les Frères, il le faudra de plus en plus…

JC..... dit: 7 juillet 2015 à 6 h 11 min

La pièce qui se joue actuellement à Bruxelles « La Mort de l’Europe » est interprétée par des acteurs européens qui appliquent parfaitement les recommandations de Stanislavski :

– Ne représenter extérieurement que ce que l’on a d’abord éprouvé intérieurement

Ils ne représentent rien, extérieurement, car ils sont vides, intérieurement !

Cependant le public américain et russe applaudit à tout rompre ce spectacle d’une déchéance prévisible.

JC..... dit: 7 juillet 2015 à 5 h 57 min

L’Europe n’est qu’un « machin » comme pourrait dire l’un des derniers hommes d’Etat lucide que nous ayons eu en France ….

Vous vous souvenez ? le type de Colombey les Deux Mosquées.

JC..... dit: 7 juillet 2015 à 5 h 50 min

La construction de l’Europe a été entreprise par le mauvais bout.

Un resplendissant toit-terrasse rococo, où tout le monde se pavane depuis des décennies, que l’on a posé sur des fondations en roseaux (non-pensants) au mépris de la singularité des peuples, des territoires, de l’Histoire passée …

On s’étonne ensuite que les peuples tenus à l’écart de la scène, ne partageant que les contraintes, ruent dans les brancards au premier referendum incompréhensible !

Giovanni Sant'Angelo dit: 7 juillet 2015 à 1 h 16 min


…les pays d’Europe soumis aux diktacraties du cirque U.S.A. & Chine-Russie-Japon ,!…des démocraties,…des violents riches du globes,!…
…cinéma économique, cinéma économique, pour larrons en foires,!…
…sucettes pour riches abrutis,!…
…rassurer of course aux Euro-bananes,!…
…Ah,!Ah,!…
…comme le niveau des intellos italiens aux stratifications de  » Forza Italia X Eglise « ,’…
…Salo d’abrutis,!…ou les 120 journées de Sodome,!…
…en manque d’Oscar,!…Lola-Gina-B.B,!…

…jamais, sans châteaux et caprices de Milliardaires,!…etc,!…
…Dagobert à nos Rubi-cons,!…etc,!…
…la veste du bon-côté,!…

D. dit: 7 juillet 2015 à 0 h 15 min

T’as t’ziki ? Oki, oki,C’est la loutre à kiki !
Pas Patras ! T’es conr, hein tiens…
Né, né, né les petits né-né.

Widergänger dit: 6 juillet 2015 à 23 h 01 min

Stanislavsky fait penser à Tchekov ; Tchekov fait penser à Stanislavsky, qui lui a inspiré La Cerisaie.

La Cerisaie, Les trois sœurs, des pièces évidemment admirables, naturalistes mais tellement admirables, qui font pleurer.

La théorie et la pratique s’accordent bien. La belle traduction d’Elsa Triolet pour ces deux pièces de théâtre. Au-delà…?

la plume de ma cousine dit: 6 juillet 2015 à 22 h 32 min

les allemands doivent encore des gros sous aux grecs qu’ils refusent de rembourser, du temps ou l’Allemagne avait envahi la Grèce et exigé un ‘don’ de la Banque Centrale Grecque pour financer les projets d’Adolph… en plus, comme le rappelait quelqu’un plus tôt, les allemands avaient bien profite du plan Marshall, eux… Perso, si j’étais grec, j’aurais vote ‘NON et NTM’ – 2 pour le prix d’une… voila, ce fut la minute nécessaire d’Abdel, économiste de son état, sur l’économie politique…

Rusbrock l'Admirable dit: 6 juillet 2015 à 22 h 22 min

Dans la bibli latine des Floressas des Esseintes transportée à Fontenay aux Roses… « [qu’il feuilletait dans ses moments d’ennui], on trouvait des hagiographies telles que celles de Ste Rusticula et de Ste Radegonde, relatées l’une par Defensorius synodite de Ligugé, l’autre par la modeste et naïve Bandonivia, religieuse de Poitiers » (IIIe chap). Peut-être pas la peine non plus espérer y retrouver le Welbecque dans c’t’abbye – des plombes qu’il a fini d’y documenter les errances du François avant d’étendre le domaine de sa Soumission à Mohammed Ben Abbès ! Non, Ligugé…, c’est vraiment plus ce que c’était ! M’est avis qu’i vaut mieux remonter jusqu’à Fontevraud ou descendre jusqu’à Rocamadour, c’est tout comme du côté des cathéd. de Stbg ou de celle du métroplite d’Athènes, sûr qu’on a plus de chances d’y tomber sur des vierges noires de colère.

Widergänger dit: 6 juillet 2015 à 21 h 01 min

Aux prochaines élections, en France, il faut s’attendre à une alliance inédite Mélanchon/Marine. Deux pro Syrisa. Contre la finance internationale. Le plus beau, c’est qu’ils risqueraient de remporter ces élections, rendant la France définitivement ingouvernable.

D. dit: 6 juillet 2015 à 20 h 39 min

D.D. dit: 6 juillet 2015 à 19 h 04 min

La peur, correctement dosée est salutaire. Mais dosée par qui, au juste ?
_

Si on vous le demande, vous me l’envoyez et je lui expliquerez.

la vie dans les bois dit: 6 juillet 2015 à 20 h 26 min

@6 juillet 2015 à 19 h 00 min

Bel effort. Petit rappel appréciable que cette thèse de huit cents pages « vertiges des néologismes » consacrée à Huysmans.

Mais comme pense -entre lui- le professeur François en réponse à l’extatique moine Jean- Pierre Longeat qui lui enseigne la vie comme un constant échange amoureux:

« T’es hors sujet Ducon » ( ibid p. 218)

Néanmoins je ne peux que vous conseiller la fraîcheur des murs bordant le cloître de l’abbaye de Ligugé, située à peu près, au fin fond du marais poitevin, vous pénétrer du ryhme lent des chants grégoriens afin de finaliser votre dessein de pâtre grec, jamais abouti, et toujours à recommencer.

press F5
https://www.youtube.com/watch?v=zQzok2C907o

En bonus un baiser de la journée du même nom, à vous, si vous retrouvez un ou deux mots de rares utilisés par Huysmans ; vous pouvez vous aider du dictionnaire de l’argot théâtral paru en 1907, si vous le souhaitez.

@18.47 dit: 6 juillet 2015 à 19 h 34 min

… »les bouffons arrivés au pouvoir en Grèce » ne peuvent pas être plus pires que ceux qui se succèdent chez nous autres, et qui commencent à se demander s’il leur faudrait revenir en 17 comme des chiots accrochés aux diktats du plan B d’Angela.

D. Ph. Bilger dit: 6 juillet 2015 à 19 h 25 min

@dany LeVert c/o Bloume ? si vous répondez « oui »,…
mais ils ont dit « non » et maintenant,on va faire comme du temps de Fabius en 2005 qui avait appelé à voter non au traité. Et puis, le merdier aidant, on a trouvé le moyen de finir par leur faire dire oui. Tout cela est d’un grotesque.
Je suis pour que la Grèce reste dans l’euro mais ne rembourse rien du tout de sa prétendue dette dont elle n’est en rien responsable. Car c’est un pays magnifique dirigé par des hyper rationnels.

Bloom dit: 6 juillet 2015 à 19 h 18 min

Tes salons niquent ?

Jour et nuit, été comme hiver, quand ça pèle au Ponèse, afin de laisser le plus de thraces possibles…

Géobolitique dit: 6 juillet 2015 à 19 h 18 min

Il faudrait consacrer nos énergies socialistes à rénover l’Etat grec en l’aidant à entreprendre une vaste imposition de son clergé et de ses armateurs plutôt que de laisser Poutine leur tendre la main.

Bloom dit: 6 juillet 2015 à 19 h 13 min

« Si Angela Merkel et François Hollande avaient de l’imagination politique, ils diraient au peuple grec : si vous répondez « oui », nous nous engageons, dès lundi, à restructurer la dette. Lors d’une conférence internationale, l’Europe effacerait la moitié de ses créances, comme elle le fit pour l’Allemagne en 1950. Car la faute de la Grèce en 2015 est bien moins lourde que celle de l’Allemagne en 1945 ! Or, à cette époque, l’Europe a considéré que seule une annulation partielle de la dette allemande pourrait replacer la nation allemande dans le concert des nations. »
Dany le Vert. Le Monde

Bloom dit: 6 juillet 2015 à 19 h 06 min

Sur le strict plan de l’onomastique, l’équivalent français d’Euclide Tsakalotos, nouvel argentier hellène, serait quelque chose comme Descartes Gachassin.

A rebours et là-bas dit: 6 juillet 2015 à 19 h 00 min

Pour prendre quelque distance avec le plaisir procuré par le fabuleux crachat du peuple grec en riposte aux immondes soloperies bancaires de Bxl, je conseille la relecture de la vie extraordinaire de sainte Ludivine de Schiedam (Joris-Karl Huysmans), qui n’était pas autant soumise aux banquiers de Dieu qu’on aurait s’y attendre. A son époque pré-nietszchéenne, il y avait encore de la transcendance pour gouverner la vie forestière.
http://www.huysmans.org/lydwine/lyd6.htm

radioscopie dit: 6 juillet 2015 à 18 h 59 min

closer dit: 6 juillet 2015 à 18 h 47 min

Discours typique de la victime (consentante ou inconsciente) qui prend le parti des bourreaux.

Bloom dit: 6 juillet 2015 à 18 h 57 min

La nanoseconde de monsieur Jeu de mots: avec le roi Lear le festival d’Avignon va de mal en Py.

La devinette du 6 juillet 2015: quelle est, après Athènes, la ville où vit le plus grand nombre de Grecs?

giulietta massina dit: 6 juillet 2015 à 18 h 56 min

JC, le slave de Porquerolles ne se lave pas souvent avant de venir ici déverser ses débordements

D. dit: 6 juillet 2015 à 18 h 51 min

La peur, correctement dosée est salutaire. Seuls les fous n’ont pas peur. Et ne pas avoir peur d’une invasion certaine, c’est être absolument fou

closer dit: 6 juillet 2015 à 18 h 47 min

« Le NON des Grecs est la réponse à l’hubris d’une Europe sans foi ni loi que celle de l’ultralibéralisme financier. Comme de juste, cela méritait le châtiment du peuple. »

Je suppose que vous parlez du châtiment SUBI par le peuple, qui va être bien pire après l’anéantissement des efforts déjà faits qui commençaient à porter leurs fruits jusqu’à ce que les bouffons de Syriza arrivent au pouvoir?

I-2-lettes dit: 6 juillet 2015 à 17 h 55 min

@J.C : « les petits slaves l’habitent! », je ne suis pas l’auteur de ce entre «  » de 4mots, qui précède, mais il n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.
Propos entendus au bar de l’étrier de chantilly. Tout peut servir, même les plus incroyables propos diffusés entre deux verres de bière. Qui l’eut cru, l’eusses-tu cru.final

I-2-lettes dit: 6 juillet 2015 à 17 h 45 min

JC….. dit: 26 juin 2015 à 10 h 39 min
Votre première partie de la réponse au camarade ueda est amusante : la « peur des migrants » expliquerait la montée du FN …

Vision étroite des choses, disons poétique de la migration humaniste, positive, enrichissante, …. rions un bon coup …. et n’en parlons plus !
Le discours de la méthode de Stanislavsky!
N’en parlons plus ou alors tout le monde à table et que la fête commence.

JC..... dit: 6 juillet 2015 à 17 h 11 min

JOURNEE INTERNATIONALE DU BAISER

En ce qui me concerne, le bilan est le suivant :

-34 gifles
-7 sourires amusés, genre « tu t’es vu ? »
-3 frenchkiss, francs et travaillés
-une promesse de gros câlin dans une semaine, par une jeune femme en indisponibilité temporaire

et , surprise …
-10 euros donnés par une vieille dame qui m’avait pris pour le curé

Rien que pour ces 10 euros, c’était une belle journée.

Widergänger dit: 6 juillet 2015 à 17 h 11 min

Naufrage de la Grèce, pas encore tout de même ! Ne précipitons pas la catastrophe, mes petits chéris.

De toute façon, l’alternative qui était posée (oui/non) était celle de la peste ou du choléra.

Prions saint Hollande qu’une telle alternative ne nous arrive pas !

radioscopie dit: 6 juillet 2015 à 17 h 07 min

« Ouaaaaaah ! »

Non, la véritable expression du mouton de Panurge est bbbêêêê ! Pour rappel, le panurgisme désigne un comportement passif et grégaire, autrement dit conformiste. Pendant que les truands truandent, les spéculateurs spéculent, les capitalistes capitalisent, le Français moyen joue au tiercé, un oeil sur « Plus belle la vie ».

JC..... dit: 6 juillet 2015 à 17 h 03 min

La marionnette Varouflakis, un p’tit tour puis s’en va !

On pouvait espérer mieux d’un peuple qui fut nid d’hommes illustres, devenu avec Syriza repaire de rats !

Et le peuple grec, imbécile, qui fête le naufrage de la Grèce … Pauvres gens.

Robespierre-scopie...... dit: 6 juillet 2015 à 16 h 32 min

le « NON » = « le châtiment du peuple » …. Ouaaaaaah ! Tu connais un peu la Grèce, Rob ?

Daaphnée dit: 6 juillet 2015 à 16 h 25 min

Y’en a qui ne suivent pas .
Ce lundi 6 juillet, c’est la journée mondiale du baiser.

C’est le Huff’Post qui le dit .

Sergio dit: 6 juillet 2015 à 16 h 25 min

Polémikoeur. dit: 6 juillet 2015 à 13 h 33 min
Trotsky, Dostoïevsky, Jetsky ?

Je me le demandais récemment, je ne sais plus pourquoi, Trotsky ce serait un pseudo qui viendrait de l’allemand trotzen ? C’est un peu comme widergehen alors ?

radioscopie dit: 6 juillet 2015 à 16 h 11 min

Le NON des Grecs est la réponse à l’hubris d’une Europe sans foi ni loi que celle de l’ultralibéralisme financier. Comme de juste, cela méritait le châtiment du peuple.

François Premier...... dit: 6 juillet 2015 à 15 h 54 min

D, radioscopie à 15h15 (Marignan) est sublime de drôlerie, j’en pleure de rire !

Comparer la FIFA et la GRECE, les crapules du foot, et les crapules d’un pays entier … il fallait le faire.

I-2-lettes dit: 6 juillet 2015 à 15 h 52 min

JC…… dit: 6 juillet 2015 à 13 h 25 min
WORLD NEWS

Pour CRISE GRECQUE : Taper 1
Pour TOUR DE FRANCE : Taper 2

Pour ENFANCE MALTRAITEE : Pas taper ! Pas taper !
Toujours aussi corps-Ô-ZIF ce J.C./

radioscopie dit: 6 juillet 2015 à 15 h 15 min

Tiens, rien sur les confidences de M. Blatter ! Qu’il balance Wulff, Sarkozy et son commis Platini pour leur tambouille qatari n’émeut personne ici. On préfère évidemment taper sur les Grecs et leurs petits arrangements avec le fisc qui, au total, ne pèsent rien comparativement à l’inconduite de ces escrocs. On désigne la paille, on élude la poutre.

point sur le i grec dit: 6 juillet 2015 à 14 h 55 min

pour les vieux qui tapent l’incruste sur la rdl, petit quizz:
Maurice et Léon Saslawski ou Saslawsky ?

rose dit: 6 juillet 2015 à 13 h 43 min

le régisseur.

Et toi Olivier Charraras, comment tu verrais la pièce de théâtre dont tu voudrais être le metteur en scène ou l’auteur ou les deux ?

JC...... dit: 6 juillet 2015 à 13 h 25 min

WORLD NEWS

Pour CRISE GRECQUE : Taper 1
Pour TOUR DE FRANCE : Taper 2

Pour ENFANCE MALTRAITEE : Pas taper ! Pas taper !

rose dit: 6 juillet 2015 à 13 h 17 min

par le traitement ; un de mes potes me racontait une histoire l’autre jour. C’était tellement incongru comme situation, alors que tragique de facto que j’ai éclaté de rire.
Je vais revoir un passge des Monthy Pythons le grotesque de l’ubuesque. Je verrai bien un truc comme cela excessif apocalyptique où les gens hurlent de rire dans la salle.
Ils sortiraient, ils seraient heureux et tout je le vois bien comme ça.
Je veux bien être la cantinière ; j’ai pensé à la salope mais j’ai peur que cela me chagrine. Je préfère cantinière. Je vous ferai des ratas de première catégorie.
Quand les acteurs se feront embaucher pour la pièce, ils demanderont qui est aux cuisines, le -je sais pas comment il s’appelle dirai c’est rose, et hop le tour serait joué. Ils viendraient pour la bouffe plus que pour la pièce.

Ouaip je vois bien une pièce comme ça. Qui rende les gens heureux, essorés mais heureux.

Polémikoeur. dit: 6 juillet 2015 à 13 h 14 min

Terminaison en « ski » ou « sky »,
forme de particule dont la noblesse s’est perdue.
Au-delà de l’origine géographique
et d’adaptations linguistiques liées aux migrations
et, aux erreurs de transcriptions près,
le choix de la graphie du patronyme,
lorsqu’il est connu, revient au porteur.
Nomdunepipement.

Widergänger dit: 6 juillet 2015 à 13 h 06 min

Le ministre grec des Affaires étrangères est en visite à Jérusalem, et la semaine prochaine le ministre de la défense grec.

Widergänger dit: 6 juillet 2015 à 12 h 52 min

On pourrait aussi écrire une nouvelle version d’Iphigénie où le rôle titre serait la Grèce sacrifiée sur l’autel du néolibéralisme européen. Ça pourrait faire un tabac…

Polémikoeur. dit: 6 juillet 2015 à 12 h 50 min

Tragédie (antique) pour faire rire ?
Si les figures en politique sont si médiocres à présent,
des situations n’en sont pas moins très classiques :
alliances, trahisons, ultimatums, crises, etc.
Bref, quand la question du rire est-elle posée,
Par un sujet ou son traitement ?
Eclatellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*