de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

Les petits papiers de Jacques Drillon

N° 22 Le langage perdu des fumeurs

Les fumeurs. Quand ils veulent discréditer un pays, par exemple la Russie soviétique, ou bien une catégorie de personnes, une famille, les cinéastes américains montrent les personnages en train de fumer. Et d’inhaler puissamment la fumée, tout au fond de leurs poumons ; ils sont assurés de provoquer dans leur public une réaction de répugnance, d’horreur. Autrefois, le méchant était mal rasé, il serrait les dents, avait une trogne impossible. Aujourd’hui, il fume. * Raymond Roussel, qui prenait ses trois repas d’affilée, pour perdre moins de temps. * Les belles étymologies Le fur, c’est le taux, la proportion, le prix. De […]

lire la suite .../ ...
N° 21 Nadal entre guillemets

N° 21 Nadal entre guillemets

La vente d’un emploi aux enchères inversées, en Allemagne. – Mise à prix : 2000 € mensuels ! – 1950 ! – 1900 ! – 1800 ! Etc. * Le « sale petit besoin d’être aimé » de Deleuze. * Les églises normandes, en Sicile. * Livre de Job * La photo d’Andy Warhol à genoux devant Hitchcock. * Au cinéma Pour qu’un personnage ait l’air romain, il lui faut une frange de cheveux sur le front. * La puissance insuffisamment analysée du guillemet de citation : il fait voir ce qui est, sans l’ironie qui lui est habituellement attachée. La chose placée entre guillemets s’autodétruit par leur […]

lire la suite .../ ...
N° 20 Stendhal et le sexe fort

N° 20 Stendhal et le sexe fort

Jacques Drillon

De l’inconvénient d’être un amant de premier ordre. Clémentine Curial à Stendhal : « Quant aux tours de force d’un certain genre, j’en profite, mais ne les estime point, et je te jure qu’il me semble que c’est parce que tu as été trop sublime sous ce rapport que je me suis senti du refroidissement. Il m’a semblé que c’était une manière trop vulgaire de me prouver ta tendresse. » Le fiasco, voilà qui est distingué et vous attache une femme. * Les joyeuses bêtises que se disent les amoureux dans un lit. * Sur un mur anti-bruit en béton ondulé, un tag : […]

lire la suite .../ ...
N° 19 La girafe de Sylvie Vartan

N° 19 La girafe de Sylvie Vartan

Jacques Drillon

Les sièges de toilettes connectés. Pendant que vous faites, la lunette prend votre pouls, votre tension, votre taux de sucre (dans les urines), votre poids – et transmet les informations à qui de droit, et même à qui de pas droit : on a détecté de nombreuses failles de sécurité dans le système. Les pirates pourraient aussi, s’ils le voulaient, fermer le couvercle inopinément, déclencher la fonction séchage trop tôt, ou vous envoyer un jet d’eau dans le derrière alors que vous n’avez rien demandé. (Il existe aussi des urinoirs qui projettent un jet d’eau savonneuse à bonne température et au […]

lire la suite .../ ...
N° 18 Le passé dans un trou

N° 18 Le passé dans un trou

Jacques Drillon

Stephen Wright, Canadien né en 1963, qui tient pour un « art sans œuvre, sans auteur et sans spectateur ». Cela devrait pouvoir se trouver sans trop de peine. * Les couleurs primaires, dans Godard. Dans Almodovar : rouge/vert. * « Je mets un soutien-gorge parce que je vais chez le médecin – où je le retire. » * Les cantiques (chantés lentement, très lentement, toujours), qu’on finit par savoir par cœur, enterrement après enterrement. * Les caméras thermiques, qui permettent de repérer des personnes dont la température corporelle est suspecte, par exemple dans les aéroports. * Les public schools anglaises, qui, justement, si l’on […]

lire la suite .../ ...
N° 17 Ma tante Hitler

N° 17 Ma tante Hitler

La série Dallas, entreprise par les producteurs américains comme un remake de Scènes de la vie conjugale, mais avec des personnages plus fortunés. * Les obsolètes : les paquets de Gauloises « troupe », ration gratuite de cigarettes distribuée aux militaires. Les paquets n’avaient pas de papier argent, et ces Gauloises étaient pleines de « troncs », grosses tiges qui brûlaient mal. (Il y avait aussi les P4, petits paquets de quatre cigarettes, vendues 18 centimes de franc.) * Sunset Boulevard, sa longueur (39 km), ses stars, ses nids de poule. * (D’après Philippe Muray) * Ce type qui veut régulièrement écrire à la RATP […]

lire la suite .../ ...
N° 16 La cuisse de poulet suisse

N° 16 La cuisse de poulet suisse

Jacques Drillon

La métaphore filée Encore meilleure quand il n’y a pas de « métaphore primaire », qui aurait dû donner naissance à la « métaphore dérivée ». Par exemple, au lieu de dire que la philosophie de Zola est une merde, formule qui sentait fort la facilité, Léon Bloy écrit qu’elle « trouverait aisément à s’ombrager sous trois poils du cul ». * Les gens qui tendent leur télécommande au maximum, à bout de bras, vers la télévision, pour que la bête entende mieux le message. * – Vous avez très mauvaise mine, et pourtant vous riez. – Je sors de l’hôpital. On m’a fait une coloscopie. […]

lire la suite .../ ...
N° 15 Les soixante-quatre ans de Maria Callas

N° 15 Les soixante-quatre ans de Maria Callas

Jacques Drillon

Les beaux clichés La Food and Drug Administration américaine, systématiquement précédée dans les journaux français de « toute-puissante ». Seule différence notable entre les supports de presse : le trait d’union, parfois omis. * Rousseau, inventeur d’un système de notation musicale (où des chiffres remplacent les notes sur la portée), dont il fut le seul utilisateur. * * Les films en 4/3 projetés en 16/9, avec des caches. La danse des petits pains sans les petits pains. * (Suite) Les compresseurs de son, à la radio, qui baissent les forte, remontent les piano (c’est bien la peine de faire des nuances), et […]

lire la suite .../ ...
N° 14 L’Ailier fou et Tête d’or

N° 14 L’Ailier fou et Tête d’or

Jacques Drillon

5

commentaires

Ce fort des halles catalan, dans le film de Bigas Luna, qui casse des noix dans le pli de son coude, rien qu’en repliant le bras. * Claudio Magris, qui raconte à propos de Sissi : « Il y avait aussi [en elle] la poétesse, auteur d’un grand nombre de poèmes délicats et vaporeux, dont les vers, boiteux, lui étaient selon elle dictés de l’au-delà par Heine, par l’entremise d’un médium dont elle utilisait les services. Ce qui avait inspiré à un conseiller de la cour cette remarque spirituelle, malheureusement restée anonyme : “Force est de constater que Heine écrit moins bien depuis qu’il […]

lire la suite .../ ...
N° 13 Le physique d’un enfant unique

N° 13 Le physique d’un enfant unique

Jacques Drillon

3

commentaires

Élie Faure sur Céline : « Céline est plein de la mort comme toutes les grandes âmes, et le goût lui en monte aux lèvres dans le vomissement et le sanglot. Comme toutes les grandes âmes, il ne peut croire à l’immortalité. Son pessimisme transcendant le rejette dans le vrai monde, dont l’horreur le renvoie à la mort, toujours à la mort. » * Les petites cuillers-souvenirs, dont le manche se termine par le blason d’une ville, d’une région. Il paraît que cela existe toujours, et que des gens les collectionnent. * Petit jeu. Qui a écrit : « Mon physique me dégoûte, et il […]

lire la suite .../ ...