de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres

Les petits papiers de Jacques Drillon

N° 51 Caravage père et fils

N° 51 Caravage père et fils

Jacques Drillon

La trentaine de duels de Laurent Tailhade, à l’épée et au pistolet. * Les juifs et les chrétiens d’Alsace, qui pendant des siècles se sont partagé les mêmes lieux de culte. * L’indemnisation d’une victime d’accident aux États-Unis, négociée à la baisse par les assureurs, à la hausse par les avocats adverses (qui prennent dans ce cas 40% des sommes obtenues). Elle varie dans une proportion considérable (de 1 à 50) selon que la victime était saine ou malade, riche ou pauvre, citadine ou rurale, blanche ou noire, sportive ou sédentaire, fumeuse/alcoolique ou non, jeune ou vieille, mariée ou seule, […]

lire la suite .../ ...
N° 50 Le frawmage et la nouille de konjac

N° 50 Le frawmage et la nouille de konjac

Jacques Drillon

Le numéro 300 des « Cahiers du cinéma », dont Godard avait été le « rédacteur en chef ». Dans les articles, de grands blancs entourés d’un filet noir, et ainsi légendés : « Illustration habituelle ». * La Mer Baltique, que Céline trouvait « pas regardable ». * Ceux des professeurs qui sont perpétuellement scandalisés par l’ignorance de leurs élèves ou de leurs étudiants. * De la meilleure manière d’avoir tort dans tous les cas Féministe A : Il est presque impossible pour une femme de faire des films, c’est honteux. Féministe non-A : Il y a une quantité de femmes qui ont fait des films, et dont on ne […]

lire la suite .../ ...
N° 49 Le vrai genre d’Emmanuel Berl

N° 49 Le vrai genre d’Emmanuel Berl

Jacques Drillon

6

commentaires

Le torchon, qui brûle entre les lesbiennes et les transsexuels – autrefois unis comme les doigts de la main dans une même série de consonnes : LGBT et la suite. Les lesbiennes reprochent aux hommes devenus femmes de se jeter sur le maquillage, les jupes moulantes, les cheveux permanentés, les talons aiguilles, autrement dit d’entretenir les pires stéréotypes sexistes. Si c’est pour rester hommes, répliquent-ils·elles, c’était pas la peine de se faire opérer. En sorte que le torchon brûle aussi entre transsexuels : il y a ceux qui font tout pour avoir l’air de femmes, et ceux qui revendiquent une apparence de […]

lire la suite .../ ...
N° 48 Lady Di et la charge mentale

N° 48 Lady Di et la charge mentale

Jacques Drillon

La beauté inouïe de Sharon Stone, légèrement vieillissante, dans The new Pope, de Sorrentino. Noblesse, finesse, intelligence, féminité. Son accent américain, ignoble. * Le goût de Toulouse-Lautrec pour les rousses. * Pour avoir un peu moins de plomb dans la cervelle : * Liste complète, exhaustive et intégrale des aliments industriels supérieurs à leurs homologues faits maison : – La mayonnaise – La tarte au citron meringuée – Les pommes de terre chips. * Les Chinois, qui ouvrent des « Institut Confucius » un peu partout, pour diffuser leur langue. Il y en a 525 dans le monde, dont 14 en France. Et 650 […]

lire la suite .../ ...
N° 47 Ivresse de Depardieu, rareté de la mandarine

La musique des séries américaines et, partant, de deux films sur trois : longs machins étirés, absolument amorphes, plus ou moins gluants. Un type dénommé « compositeur » enfonce quelques touches de son clavier numérique, les bloque, va boire un café, revient, bloque deux ou trois autres touches, fume une cigarette, change de touches… * Texte intégral d’une ordonnance du Dr Destouches, alias L.-F. Céline : « Pas de tabac, pas de café, pas de vin. » * Les premiers mots d’un dinosaure, juste éclos d’un œuf miraculeusement conservé dans la glace : « Est-ce que Magda Tagliaferro joue toujours du piano ? » * « Avec le ministre, nous avons […]

lire la suite .../ ...
N° 46 La machine à écrire de Roger Caillois

N° 46 La machine à écrire de Roger Caillois

Jacques Drillon

7

commentaires

L’histoire de Ruskin, effrayé par les poils pubiens de sa femme, le soir de leurs noces, parce qu’il n’avait étudié que des statues qui n’en avaient pas. C’est une légende, paraît-il. Dommage. * (Suite) Difficile de faire la différence entre noce et noces. Au pluriel, plutôt la célébration, les réjouissances, dans toute leur longueur, et plutôt dans un emploi ancien. Au singulier, plutôt l’assemblée, la compagnie, et dans un emploi moderne. * Jean Daniel, qui n’aura pas eu les 100 ans dont il était déjà si fier, à 99. Il avait la fierté absolument facile. À sa décharge, il était […]

lire la suite .../ ...
N° 45 Le dieu des traducteurs

N° 45 Le dieu des traducteurs

Jacques Drillon

Ces ouvrières qui travaillent à la chaîne dans une entreprise de désarêtage de sardines. Installées dans une atmosphère à 5° devant des tapis roulants, dos à dos : on leur interdit de se parler. * Marcel Proust jouant des coudes pour pouvoir assister au procès de Dreyfus. * (Suite) Marcel Proust stérilisant les lettres qu’il recevait, par peur des microbes des autres. * (Fin) Céleste atteste que les « paperoles » n’étaient pas les bandes de papiers collés, mais simplement des feuilles volantes (par opposition aux carnets). * * (Suite) «Vous ne me comprenez pas. Je ne me comprends pas non plus. Même […]

lire la suite .../ ...
N° 44 Le fonds de volatilité de Philippe Bouvard

N° 44 Le fonds de volatilité de Philippe Bouvard

Jacques Drillon

La drogue de Hitler : la préludine (amphétamine anorexigène). Chopin n’a jamais pris de préludine. * Les belles étymologies Le mot « théorie » vient du grec theôria, qui désigne un ensemble d’hommes qu’on envoie consulter un oracle, voir un spectacle religieux. Le mot dans Platon veut dire « contemplation » (le théoros regarde, contemple, réfléchit, spécule). De thea (spectacle) et de oros (qui regarde) vient le mot « théâtre ». En moyen français, « théorie » désigne la connaissance rationnelle, par opposition à la pratique. Au XVIIIe siècle, elle prend son sens moderne de système de concepts abstraits, sans doute élaboré après longue contemplation et intense réflexion. Théôria a […]

lire la suite .../ ...
N° 43 Les mordus de la mort due

N° 43 Les mordus de la mort due

Jacques Drillon

Les pompes funèbres américaines, qui proposent d’extraire le carbone du corps du défunt pour en faire un diamant. * Le Journal de Philippe Muray, intitulé Ultima necat. La formule reprend l’adage gravé sur les cadrans solaires : « Vulnerant omnes, ultima necat », qui signifie : Toutes [les heures] blessent, la dernière tue. V.O. et V.F :        * Charles De Gaulle, John Fitzgerald Kennedy, Adolf Hitler, Elisabeth II, que Roger Peyrefitte « dénonçait » comme juifs. * Toutes les Vénus callipyges préhistoriques montrent une femme aux gros seins et aux grosses fesses, très précisément représentés, alors que tête et bras sont à peine esquissés. […]

lire la suite .../ ...
N° 42 Les caramels consacrés de Ceaucescu

N° 42 Les caramels consacrés de Ceaucescu

Jacques Drillon

Les types, dans les clubs de parapente, qui refusent de faire le dernier vol du vendredi en fin d’après-midi, « parce que c’est toujours au dernier vol qu’on a un accident ». Et, dans l’autre sens, les ingénieurs du son qui disent au musicien : « On commence par la prise 2 ? » parce que la première n’est jamais bonne. * Sollers, qui va voir le directeur de Normale Sup, rue d’Ulm, et qui en profite pour faucher du papier à en-tête. * (Suite) « Pour me décider à prendre en main la réalisation d’un numéro de “L’Infini” sur la Révolution, il y a deux ans, […]

lire la suite .../ ...