de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres

Les petits papiers de Jacques Drillon

N° 90 Films collectifs et films de Fellini

« Je ne vous demande pas votre prix, puisque vous n’avez rien à vendre. Je vais vous faire une offre : je vous donne quelque chose à vendre, et puis je vous l’achète », dit Mr Arkadin. * Les laboratoires où l’on cherche et compte les micro- et nano-particules de plastique dans l’eau, la terre, l’air, et où l’on a le plus grand mal à le faire, parce que les locaux sont eux-mêmes pleins de ces particules. * Ce que nous dit la Langue  Je suis l’éphémère éternelle ; je suis chute bouillonnante, qui pas un instant ne cesse son fracas, immobile en […]

lire la suite .../ ...
N° 89 Montaigne qui ne savait pas compter

N° 89 Montaigne qui ne savait pas compter

Jacques Drillon

Le sarrasin, qui n’est pas une céréale, pas même une graminée. * Les gens qui répètent ce qu’ils ont entendu la veille (« être sous emprise », « faire son deuil », « bi-polaire », « pervers narcissique », « sidération », « circassien », « mixité », « comportement citoyen »…), et dont ils n’avaient pas idée quelques jours plus tôt, ni du mot ni de la chose. * La moitié des musiciens qui disent acacciature, l’autre moitié acciacature. Avec deux c ici ou là, au hasard. * Le plus sous-évalué (le plus secret) : la puissance du désir sexuel féminin. Et le plus négligé : la capacité de le garder au chaud pour plus […]

lire la suite .../ ...
N° 88 Dieu et la ceinture de chasteté

N° 88 Dieu et la ceinture de chasteté

Jacques Drillon

La ségrégation raciale aux États-Unis : colonialisme à domicile. * Les géniteurs et les génitifs : la fille unique de la seconde épouse du mari de la masseuse de l’épouse du frère de Ravel était l’héritière de ce compositeur. * La charité, remplacée par la solidarité. * Le temps où l’on disait la pâssion, je pâssais, l’abnégâtion, et aussi le peilli pour le pays. * Personne ne sait Qui a prétendu le premier que Dieu nous voulait du bien. * On prétend aussi qu’uriner assis « est bon pour la prostate » ; mais ce sont les femmes qui font ainsi. Tout cela est mal […]

lire la suite .../ ...
N° 87 Le Cadet des droits de l’Homme

N° 87 Le Cadet des droits de l’Homme

Jacques Drillon

Le silence le plus accompli : quand on arrête, d’un coup, le fracas de l’eau remplissant la baignoire. * Pierre-Laurent Aimard, qui, pour son enregistrement de L’art de la fugue, de Bach, a demandé (un an à l’avance) cinq réglages différents du même piano : « situation clavecin », « situation clavicorde », « situation orgue », « situation chambre » et « situation ensemble », en fonction du caractère de chaque fugue. Curieusement, ces précautions étonnantes n’ont pas amélioré son jeu, docte et lourd. * Pour avoir l’air riche, croiser son écharpe dans l’encolure de son manteau, en évitant d’y faire trop de plis : Et le tour est joué. * […]

lire la suite .../ ...
N° 86 Du baiser (de paix)

N° 86 Du baiser (de paix)

Jacques Drillon

Les mauvaises herbes dans les allées. L’eau bouillante, l’eau salée, le vinaigre, le bicarbonate de soude, la cendre, le désherbeur à gaz, à air chaud, à vapeur… * Beckett, qui allait voir des pièces de théâtre jusqu’à ce qu’il en écrive lui-même. * Un écrivain inattaquable : J. L. Borges. * Les couples d’homosexuels qui ne veulent pas savoir lequel des deux sera le père dans une GPA, et qui donnent non pas leur sperme, mais leurs spermes, mélangés. * Depuis qu’il faut sortir masqué, on ne me demande plus d’autographes dans la rue. C’est bien agréable. * L’envahissement par les […]

lire la suite .../ ...
N° 85 La mauvaise répudiation

N° 85 La mauvaise répudiation

Jacques Drillon

La bonne fortune des néologismes Le mot « complotiste », inventé par les comploteurs. * La Perfide Albion, la Cité des Papes, La Ville Éternelle, la Ville Lumière, la Cité phocéenne, la Capitale des Gaules, L’Empire du Milieu (ou Céleste), le Pays du Soleil Levant, la Ville Rose, la Cité des Doges, l’Enfer Vert, le Toit du Monde, Outre-Rhin, Outre-Quiévrain, le Plat Pays, la Venise du Nord, le Vieux Continent, le Nouveau Monde, Outre-Atlantique, la Grosse Pomme, l’Hexagone, la Botte, Outre-Manche, le Saint-Siège, la Sublime Porte, la Sérénissime, la Belle Province, le Caillou, la Fille aînée de l’Église… Et… le « Continent noir ». […]

lire la suite .../ ...
N° 84 La cohérence du tremble

N° 84 La cohérence du tremble

Jacques Drillon

La négligence spatiale unilatérale dont souffrait Fellini. À la suite d’une attaque, il ne se préoccupait plus de ce qui se passait à gauche, ne voyait plus ce qui était à gauche dans son assiette, ne dessinait que la partie droite d’un personnage, qu’il plaçait au centre. * Le mépris des aristocrates pour l’artiste, des Mortemart aux Guermantes. Ceux des  ducs et comtes du Grand Siècle qui ont écrit leurs Mémoires ne s’abaissaient pas au travail, nécessaire à la production d’une œuvre d’art. La particule nobiliaire efface jusqu’au mot travail, et dédaigne le mot génie. Saint-Simon lui-même, styliste entre les […]

lire la suite .../ ...
N° 83 Chaconne, Samson et ver blanc

N° 83 Chaconne, Samson et ver blanc

Jacques Drillon

La jolie vague de Hokusaï que Debussy a fait figurer au frontispice de La mer, et qui représentait un raz-de-marée, un tsunami. * Personne ne sait Pourquoi l’accueil des urgences est toujours l’endroit le plus sinistre, le plus délabré de tout l’hôpital. * (Suite) La jalousie incoercible que ressent le malade à l’égard du bien portant. Notamment du médecin, le mieux portant de tous. Être enfin celui qui porte la blouse blanche ! * (Fin) La seule manière d’apaiser cette jalousie : trouver plus malheureux que soi, plus mal en point. Un voisin de chambre comateux fait très bien l’affaire : on est […]

lire la suite .../ ...
N° 82 Laurel et Hardy chez les Impressionnistes

N° 82 Laurel et Hardy chez les Impressionnistes

Jacques Drillon

Le manque de sel dans les aliments, qui se ressent tout de suite, par le nez avant la bouche. * Les petits maîtres qui tentent de faire comme les grands. Comparer la touche de l’impressionniste Charles Fréchon (école de Rouen), bien alignée, bien rangée, bien régulière :  … avec celle de Sisley, audacieuse, inspirée, fantasque : *  L’impossibilité d’éternuer yeux ouverts – donc de se voir éternuer. * De la figure de proue à la tête de gondole. * « Mr Hardy was married. Mr Laurel was also unhappy » (Their first mistake, de G. Marshall, 1932). * La confusion de cet ébéniste […]

lire la suite .../ ...
N° 81 Daf et jupe

N° 81 Daf et jupe

Le fouteballeur uruguayen que la nature a doté de ratiches de castor, et qui ne manque jamais de s’en servir pour mordre les joueurs de l’équipe adverse. * Les néoféministes, qui répondent par une phrase unique aux objections qu’on fait à leurs arguties : « C’est un argument qu’on nous ressert depuis cent cinquante ans. » Cette phrase semble leur suffire. * Les obsolètes : les dériveurs, remplacés par les catamarans. * Le mobile home, pas mobile du tout. * Personne ne sait Combien de personnes confondent Kaurismäki et Kiarostami. * Rosa Bonheur, qui obtient du préfet l’autorisation exceptionnelle de se travestir en homme. […]

lire la suite .../ ...