de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres

Les petits papiers de Jacques Drillon

N° 100 Al Capone et les Chinois

N° 100 Al Capone et les Chinois

Jacques Drillon

La blague qui circulait, au moment de la publication de Le cru et le cuit, de Lévi-Strauss : « Chez moi, c’est plutôt Le cramé. » * Des vies qui se terminent par des obstructions, des autres par des fuites. * Roosevelt, qui veut aller à la radio déclarer la guerre au Japon, juste après Pearl Harbour. Pas de voiture blindée à disposition. Obligé d’aller récupérer celle d’Al Capone. * Les Chinois, qui vaccinent en priorité les actifs. Sans doute pensent-ils qu’un vieillard qui meurt six mois plus tôt est une moins grosse perte qu’un ouvrier ou un ingénieur de trente ans. * […]

lire la suite .../ ...
N° 99 Charlemagne et la Pall Mall sans filtre

N° 99 Charlemagne et la Pall Mall sans filtre

Jacques Drillon

Les contorsions intellectuelles qu’il faut faire pour trouver un début de commencement d’intérêt à la Lettre de saint Paul aux Éphésiens. * Le « genre », « genrer », « genré » Le genre masculin, le genre féminin, le genre humain. * La place Stanislas, plus facile à trouver dans Nancy que la place Stanislas Leszczynski. Le prénom seul épargne au promeneur « l’aspect de fortifications de consonnes par lesquelles la langue slave protège ses voyelles, sans doute afin de ne pas les perdre, vu leur petit nombre » (Balzac). * Pendant des siècles, Paris sans trottoirs. Les premiers : rue de l’Odéon, 1817. * Cet homme qui n’a […]

lire la suite .../ ...
N° 98 Les pas perdues de Michel-Ange

N° 98 Les pas perdues de Michel-Ange

Jacques Drillon

Les gens qui, à l’instar de notre éblouissant premier ministre, ne peuvent s’exprimer sur aucun sujet, la politique intérieure, la sécurité, la manière de déboucher un lavabo, sans que chacun se dise aussitôt, en levant les bras au ciel : Mais mon pauvre garçon, qu’est-ce que tu peux bien en savoir, de tout ça ? * Sarkozy et ses montres à montrer Deux Breitling Navitimer (5 000 et 10 000 €), une Rolex Daytona (13 000 € pour l’édition 1998 en or blanc), une Rolex Oyster (4 000 €), une Breguet Réveil du Tsar (25 000 €), une Pequignet Moorea (4 000 €), une Patek Philippe 3940 […]

lire la suite .../ ...
N° 97 La chasse d’eau de Marlène Schiappa

N° 97 La chasse d’eau de Marlène Schiappa

Jacques Drillon

Le contrat que Debord avait signé avec Gallimard/Pauvert. Une clause stipulait que nul n’avait le droit de lui téléphoner, hormis Antoine Gallimard et Jean-Jacques Pauvert. * Contrario motu Doguereau, le « libraire » d’Illusions perdues. Il part voir Lucien de Rubempré pour lui prendre son manuscrit. Il pense lui en donner mille francs ; mais se ravise en voyant l’hôtel où le jeune auteur est logé. « Il n’a que des goûts modestes. » Ce sera huit cents. Il monte au dernier étage, arrive dans une soupente. « Si ce jeune homme gagnait trop d’argent, il se dissiperait, il ne travaillerait plus. » Six cents. Il entre […]

lire la suite .../ ...
N° 96 Marguerite Duras au conditionnel

N° 96 Marguerite Duras au conditionnel

Jacques Drillon

Les gens qui pensent que vous employez des termes savants, et vous en veulent, alors que vous ne saviez pas qu’ils étaient savants. * Personne ne sait Si l’on devient ministre de l’Intérieur parce qu’on est un salaud, ou bien si l’on devient un salaud parce qu’on est ministre de l’Intérieur. * Le prix exorbitant des échalotes grises. * Personne ne sait si : 6÷2(1+2) = 1 ou 6÷2(1+2) = 9 * Les obsolètes : le four de cuisine Tito-Landi, espèce de cloche métallique qu’on plaçait sur un grill et le transformait en four. * Daniel Craig Jouer James Bond quand on […]

lire la suite .../ ...
N° 95 La redondance du pape

N° 95 La redondance du pape

Jacques Drillon

Gary Cooper, qui est un James Stewart expressif. * Les obsolètes : Les femmes en peignoir, bigoudis sur la tête, cigarette aux lèvres, qui sortent prendre la bouteille de lait au seuil de la porte. * À l’armoricaine / à l’américaine (homard) Ce qui est dit « à l’armoricaine » devrait être dit « à l’américaine », qui devrait d’ailleurs être dit « à la méridionale ». * (Suite) L’enchère « à l’américaine », où chaque enchérisseur doit payer tout de suite la différence entre sa surenchère et l’enchère précédente. * (Enchères, suite) Google, qui vend ses pubs Adwords « à la Vickrey » : le dernier enchérisseur emporte la vente, mais […]

lire la suite .../ ...
N° 94 La mode du beurre de cacahuète

N° 94 La mode du beurre de cacahuète

Jacques Drillon

D’après Straub, Leonhardt était incapable de mépris, pour qui que ce fût ; mais certaines personnes provoquaient chez lui des mouvements de « dégoût », des « haut-le-cœur ». Gombrowicz dit que « ce qui dégoûte est inassimilable ». Cela vous reste sur l’estomac, comme un bloc d’angoisse – dans certains cas jusqu’à la fin de vos jours. (Encore faut-il avoir un estomac.) * « Cette classe de maternelle compte trente-deux personnes en situation de devenir. » * Coronavirus général « Dans un monde unifié, on ne peut s’exiler » (Debord). * Souvenir du mépris d’Obama pour le petit Sarkozy, qui s’agitait autour de lui, « Barak ! Barak ! », et tentait de décrocher […]

lire la suite .../ ...
N° 93 Poor Jude !

N° 93 Poor Jude !

Jacques Drillon

Présence réelle dans l’hostie. C’était une fausse publicité dans « Hara-Kiri » : un saucisson coupé en rondelles, « pur Dieu ». * (Fausse pub, suite) Il y en avait une autre, qui vantait une association anti-avortement nommée « Laissez-les vivre ». (Peut-être existe-t-elle toujours, on ne sait pas.) Le slogan était : « Ne jetez plus les génies, collectionnez-les ! » Et au-dessous, une collection de capotes, accrochées au mur après usage comme des papillons, et dûment étiquetées. Au premier rang : « Beethoven », « Mozart », « Einstein ». Dessous, il y en avait une, très pleine : « Victor Hugo », une autre, très, très longue : « Charles De Gaulle », et une dernière, minuscule et presque vide : « Marcel […]

lire la suite .../ ...
N° 92 La prostate de Godeau

N° 92 La prostate de Godeau

Jacques Drillon

La canne des vieillards, qui ne cesse de glisser et de tomber, par pure insubordination. * Personne ne sait Combien il y a d’accords de septième diminuée dans le Requiem de Mozart ; mais il suffirait de compter. * Les obsolètes : les concombres qu’on faisait dégorger dans du sel, et systématiquement trop salés. * De Gaulle après son opération de la prostate : « Avant j’étais la France, maintenant je suis un continent. » * Un unique psychothérapeute pour perroquets, pour tout le Royaume-Uni ! * Jean Gabin, qui a beaucoup souri, puis moins, puis plus du tout. * Les personnages du Faiseur, la pièce […]

lire la suite .../ ...
N° 91 L’achèvement de Saint-Simon

N° 91 L’achèvement de Saint-Simon

Jacques Drillon

Pas une faute de français dans les romans policiers de Fred Vargas. * Cette vieille Anglaise à tête de jivaro, à l’époque où l’on l’on se remettait à parler d’un possible tunnel sous la Manche : « Mais alors, en France et en Europe, vous allez devoir rouler à gauche ? » * Les 7000 pages des Mémoires de Saint-Simon à l’époque de Twitter. * (Suite) Saint-Simon, qui n’a été traduit intégralement dans aucune langue. (À jamais intraduit, doit-on supposer, au tour que prennent les événements.) On n’aimerait pas être étranger. * Les belles étymologies Un sarcophage, qui vient de sarx (la chair) et […]

lire la suite .../ ...