de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

Littérature étrangères

« Hurlevent », conte brutal et amoral

« Hurlevent », conte brutal et amoral

Patti Smith

4

commentaires

(…)  Hurlevent s’ouvre par un double récit dans le temps réel du roman. Un certain Mr. Lockwood s’aventure dans les landes lointaines pour rendre visite à son nouveau propriétaire et se voit forcé de rester pour la nuit à cause de la météo capricieuse. Une atmosphère on ne peut plus lugubre règne dans cette maison où les jeunes gens, pleins d’amertume, restent tapis dans les coins. Heathcliff, seigneur du manoir qui tombe en ruines, semble hanter sa propre demeure comme un fantôme enragé et incurablement vivant. Lockwood, qui est extrêmement curieux, interroge Nelly Dean, sa gouvernante dévouée, qui a été, […]

lire la suite .../ ...
Dans l’ombre de Bruno Schulz

Dans l’ombre de Bruno Schulz

Carole Vantroys

3

commentaires

Elle et Lui …  Elle : 28 ans, professeur, cultivée, belle, beaucoup de classe, aimant la littérature et la marche à pied. Lui : 41 ans, artiste tourmenté, dessinateur de croquis bizarres, épistomane, amateur de fantasmes sexuels en tous genres, tendances masochistes et fétichistes certaines. Jozefina Szelinska et Bruno Schulz : la fiancée et le génie. Ils s’aimèrent passionnément, entre 1933 et 1937, à Drohobycz, ville provinciale de Galicie orientale, aujourd’hui située en Ukraine. Bruno était très épris de cette muse, cette déesse (il la surnommait Juna, d’après Junon), voyait en elle « l’être le plus proche » qu’il ait eu sur […]

lire la suite .../ ...
Mais où donc est passée la littérature ?

Mais où donc est passée la littérature ?

Sophie Benech

13

commentaires

Isaac Babel est un grand écrivain, il existait par et pour la littérature, écrire était sa passion et sa raison de vivre. Or la biographie que lui a consacrée Adrien Le Bihan Isaac Babel. L’écrivain condamné par Staline (343 pages, 22 euros, Perrin) traite presque exclusivement de sa personnalité, de sa vie privée et de ses positions politiques – du moins telles que les comprend l’auteur. Si, après bien des hésitations, je prends la plume pour parler de cet ouvrage, c’est parce que Babel lui-même n’est plus là pour se défendre contre le réquisitoire dont il fait ici l’objet, tant d’un point de […]

lire la suite .../ ...
L’évangile du foot selon Pasolini

L’évangile du foot selon Pasolini

Philippe Godoÿ

3

commentaires

  Pier Paolo Pasolini (1922-1975) est connu en France  comme cinéaste avec des films cultes comme L’Evangile selon Saint-Mathieu (1964), Théorème (1968) Le Décaméron  (1971) et bien d’autres. En Italie, il est reconnu avant tout comme poète, ce qu’il était. Ses contemporains n’ont pas oublié sa fin tragique. En revanche, sa passion pour le football, qui faisait partie de son être intime au même  titre que sa création et  sa vie privée, est occultée. Laurent Lasne a voulu explorer cette partie peu connue de sa vie dans Pier Paolo Pasolini. Le geste d’un rebelle (240 pages, 17 euros, éditions Le Tiers livre). Le […]

lire la suite .../ ...
« Beowulf » revisité par Tolkien

« Beowulf » revisité par Tolkien

Christopher Tolkien

1

commentaire

Tout le monde sait qu’il existe une traduction de Beowulf en anglais moderne et en prose, réalisée par J.R.R. Tolkien, et au vu de la réputation et de l’éminence de celui-ci dans le domaine des études littéraires et linguistiques vieil anglaises, le fait qu’elle soit restée inédite pendant de si nombreuses années est même devenu matière à reproche. C’est moi qui suis responsable de cette situation, et la raison ou explication première en est assez simple. Cette traduction fut achevée vers 1926, quand mon père avait 34 ans ; deux décennies d’enseignement de l’anglo-saxon à Oxford l’attendaient, deux décennies d’étude approfondie de la poésie […]

lire la suite .../ ...
Le Nobel à Svetlana Alexievitch, romancière de voix

1166

commentaires

Il sera difficile, pour ne pas dire impossible, de juger le jugement des membres du comité Nobel de littérature sur l’œuvre de Svetlana Alexandrovna Alexievitch (1948) sans garder à l’esprit le fait qu’elle est traduite dans une vingtaine de langues, qu’elle a été plusieurs fois distinguée (Prix de la paix des libraires allemands, Prix de la paix Eric-Maria Remarque, prix Médicis et Meilleur livre étranger de l’année par le magazine Lire) à commencer par le tout premier, le très officiel prix du Komsomol en 1986 (mais depuis, l’eau a coulé sous les ponts…), mais que certains de ses livres sont […]

lire la suite .../ ...
Coup de grâce de Javier Cercas à « ladite mémoire historique »

1106

commentaires

Le plus fascinant livre d’histoire de la rentrée est un roman de 400 pages L’Imposteur (El impostor, traduit de l’espagnol par Elisabeth Beyer et Aleksandar Grujicic, 400 pages, 23,50 euros,  Actes sud). Un récit réel qui a tout d’un roman sans fiction saturé de fiction. Auteur d’une œuvre déjà conséquente, notamment Les soldats de Salamine sur le destin d’un idéologue de la Phalange et Anatomie d’un instant sur le coup d’Etat avorté de 1981, Javier Cercas (1962) s’est laissé ensorceler non par son antihéros mais par son cas au sens pathologique du terme. A travers l’affaire Marco minutieusement démontée et […]

lire la suite .../ ...
Tout n’est pas toujours « traduisible »

Tout n’est pas toujours « traduisible »

Françoise Rétif

9

commentaires

(…) Le lecteur doit savoir que la traduction ne peut faire parfois autrement, au grand désespoir du traducteur, que de réduire la profondeur du texte et de l’amputer de certaines charges sémantiques ; tout n’est pas toujours « traduisible », transportable dans l’autre langue: il faut se résoudre à choisir entre un sens et un autre, entre une allusion et une autre, gommer un jeu de mots et trouver des équivalents approximatifs à des mots sans équivalent en français, comme dans le cas des mots « grenzen » ou « Grund » (…) sans parler de l’un des mots les plus chargés qui soient de sens et […]

lire la suite .../ ...
C’est (encore) les vacances, non ?

519

commentaires

Les Anglais ne sont pas des gens comme nous. On peut en juger par leur humour qu’ils qualifient eux-mêmes de « britannique » afin de ne pas vexer les autres. Non les étrangers mais les autres sujets de Sa Majesté. Prenez deux donc Britanniques au hasard, George Bernard Shaw et Winston Churchill par exemple. Un jour, le premier envoya au second deux places pour le théâtre accompagné d’un mot : « C’est pour la première de ma nouvelle pièce. Venez avec un ami, si toutefois vous en avez un. » A quoi l’intéressé répondit en renvoyant les places accompagnées d’un mot : « Merci mais malheureusement, je suis pris […]

lire la suite .../ ...
La parole retrouvée de la poésie slovène

La parole retrouvée de la poésie slovène

Françoise Siri

0

commentaire

On connaît peu la poésie slovène en France. L’occasion nous a été donnée de la découvrir en octobre, à la Sorbonne, où l’on recevait Barbara Pogačnik, lumineuse poète de quarante ans, ayant déjà trois recueils derrière elle et des traductions dans plus d’une vingtaine de langues. L’un de ses traducteurs français est un poète singulier et rare, Guy Goffette, qui retrouve dans la poésie de cette jeune femme un écho à sa propre mélancolie :  « Grand­mère est assise au milieu de sa chambre, / dans la lumière des tableaux peints par sa mère. / Le reflet de l’argenterie terne se pose […]

lire la suite .../ ...