de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres

Les petits papiers de Jacques Drillon

N° 41 Le cinquième amendement de Nerval

N° 41 Le cinquième amendement de Nerval

Jacques Drillon

Dis-moi ce que tu portes, je te dirai ce que tu mets. * Les deux brosses à dents, tête en l’air, dans le verre. * Passage du bassin * (Suite) * Le Credo, dans toutes les messes de Schubert, amputé de « Et in unam sanctam catholicam apostolicam ecclesiam » (Je crois en l’Église, une, sainte, catholique et apostolique). * Ces deux petites filles qui s’embrassent comme des grandes, mais en interposant une main entre leurs deux bouches, parce que ça les dégoûte tout de même un peu. * Le goût pour Léo Ferré, qui vous quitte à la fin de l’adolescence […]

lire la suite .../ ...
N° 40 Place au staphylocoque

N° 40 Place au staphylocoque

Jacques Drillon

Les boutiques où l’on vous retire les sourcils pour vous en dessiner de faux à la place. * Stockhausen s’apprêtant à diriger une de ses œuvres dans une salle de la Cité Internationale, porte d’Orléans. Le silence se fait ; il reste mains en l’air, troublé par un bruit de fond, que les musiciens ne perçoivent pas. Avec beaucoup d’attention, on finit par identifier un murmure, venant de la circulation sur le boulevard périphérique. « Je veux bien payer, dit Stockhausen, mais il faut m’arrêter ça. » * Faire les mots croisés du « Parisien » comme entraînement quotidien à être pris pour un con. […]

lire la suite .../ ...
N° 39 Le baiser dans le cou

N° 39 Le baiser dans le cou

Jacques Drillon

(Selfies, suite) Les visiteurs du Belvedere, à Vienne, vont droit au Baiser de Klimt, et se prennent en selfie devant. La salle étant sombre, ils ont besoin d’un flash, dont la lumière abîme le tableau. Émue, la direction du musée a placé un panneau près du tableau : SVP, pour les selfies, suivez la flèche, une salle en bas vous accueille avec un Baiser factice grandeur nature et en pleine lumière.  * Personne ne sait D’où vient le « de » dans « pauvres de nous ! » * La Poste lance sa « néobanque », et l’a baptisée « Ma french bank ». Une telle cohérence est really […]

lire la suite .../ ...
N° 38 Les livres volés de Jean-Luc Godard

N° 38 Les livres volés de Jean-Luc Godard

Jacques Drillon

Les vieillards qui pètent. * Le condamné qui soudoyait le bourreau pour être étranglé avant d’être brûlé vif. * Les obsolètes : les gracieuses voix de sopranos d’avant-guerre, légères, au vibrato serré, un peu nasales, pointues, spirituelles : Yvonne Printemps, Suzy Delair, Annick Simon… Ce n’est pas seulement leur type de voix qui a disparu, mais un genre entier de féminité, celle qui s’attachait à cette voix. * Michel Piccoli récitant en quarante minutes la liste des communes du Var. * Les trente compositeurs ayant écrit leur premier morceau de musique entre trois et huit ans : Pistocchi, Schumann, Strauss, Purcell, Wieck, Busoni, […]

lire la suite .../ ...
N° 37 Le S.O.S. de Pavarotti

N° 37 Le S.O.S. de Pavarotti

Jacques Drillon

Les nazis en déroute, et qui savaient leur fin inéluctable, mais qui préféraient stopper des trains de matériel militaire pour laisser passer des convois de juifs vers Auschwitz. * Les obsolètes : le rite de passage de la culotte courte au pantalon. * L’économiste qui examine les conséquences de l’extension de la garantie. Garantir les objets dix ans, une voiture, un ordinateur, un moulin à café, asphyxierait l’économie mondiale. La panne est le ressort de la richesse. * « L’interprétation composée » de Hans Zender. Voir son Winterreise. * Mariage pour tous, procréation pour toutes, manif pour tous, le « pourtoussisme » de Michéa. * […]

lire la suite .../ ...
N° 36 Le monologue de la tricoteuse

N° 36 Le monologue de la tricoteuse

Jacques Drillon

Les gens qui ont chez eux un tableau qui pend de travers. Insupportable. « Vous permettez ? » * Le ton compassé, en tout cas « soutenu », qu’on prend inévitablement lorsqu’on s’adresse au vendeur d’un magasin de luxe. * Se colleter / se coltiner. Se colleter avec une difficulté / se coltiner tout le boulot. * Cette très vieille dame, qui a promené un bloc de foie gras pendant trois ou quatre jours en pleine canicule. Il pue, il est vert, personne n’en veut. Elle se récrie, car elle l’a cuit elle-même. Les convives se bouchent le nez et tiennent bon ; elle le […]

lire la suite .../ ...
N° 35 Point d’ironie pour Abraham

N° 35 Point d’ironie pour Abraham

Jacques Drillon

Personne ne sait Si c’est Dieu ou le Diable qui gît dans les détails. * Le suppositoire, qu’il faut introduire par le côté plat, non par le côté pointu. Seule manière de lui faire entendre raison. * La police de caractères employée sur l’affiche de l’exposition Huysmans : du Rosarivo italique. On appréciera son empattement quelque peu effronté, et son y en chute de reins. * Le « sur-dieu » (Horowitz pour Gulda). * Tout ce qui met Proust et Céline face à face, ou dos à dos : la gigantesque autobiographie de l’un et de l’autre, le quasi livre unique explosé en une […]

lire la suite .../ ...
N° 34 Le sourire mystérieux de Stravinsky

N° 34 Le sourire mystérieux de Stravinsky

Jacques Drillon

Joyce à la censure anglaise : « Écrasez-nous, nous sommes des olives. » * Dans les séries américaines où il est question d’une famille, présence obligatoire d’au moins un adolescent en crise, odieux, à gifler. * Dans l’imprimerie ancienne, le premier mot d’une page, annoncé en bas de la page précédente – pour garantir le bon ordre des feuillets. C’était la réclame. * Quoi de plus beau, de plus rond, de plus sain, de plus fort, que les fesses d’un compositeur russe ?   * (Russie, suite) Bakhtine employant les feuilles d’un de ses manuscrits pour se rouler des cigarettes. On avait encore du […]

lire la suite .../ ...
N° 33 L’index de Marcel Proust

N° 33 L’index de Marcel Proust

Jacques Drillon

Aucune citation de Voltaire, de Diderot, de Rousseau, dans À la recherche du temps perdu. * L’embarras des pianistes face à la musique très ornée du XVIIIe siècle (celle du XVIIe, ils l’ignorent). Tous ces pincés, ces doubles cadences, tous ces tremblements avec terminaison… Quelles notes jouer ? C’est si compliqué, le code change d’un compositeur à l’autre… Et comment jouer ça sans faire un énorme caca trop visible, comme un vilain crapaud sur un granit funéraire…Et pourtant il est écrit, il faut bien le jouer, ce fichu tour-de-gosier ! La réaction du pianiste face à un ornement, lui qui n’aime que […]

lire la suite .../ ...
N° 32 Les ratiches à l’anglaise

N° 32 Les ratiches à l’anglaise

Jacques Drillon

Ceux qui ajoutent des tas de machins dans les tartes : de la confiture, de la meringue, de la pâte d’amandes, de la crème pâtissière… * Citez les dix plus grands harmonistes de l’histoire. – Bach, Mozart, Schubert, Schumann, Chopin, Liszt, Wagner, Debussy, Fauré. – Et le dixième? – Bill Evans. Ou Monk. Ou Bill Evans. Non, Monk. Non, Bill Evans. * Personne ne sait Pourquoi les voitures sont devenues de plus en plus grosses. * La maison de famille proposée en location sur Airbnb. * San-Antonio : à la fois le nom de l’auteur des « San-Antonio », série de romans policiers, et […]

lire la suite .../ ...