de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres

Les petits papiers de Jacques Drillon

N° 66 Les mots empoisonnés

N° 66 Les mots empoisonnés

Jacques Drillon

Les deux auteurs les plus traduits en Italie : Shakespeare, puis Simenon. * Le joueur qui désire tomber sur un cinq ou un six, et lance donc son dé avec force ; espérant un as ou un deux, il le lance avec précaution. * Personne ne sait S’il est possible de se créer des défenses contre les mots empoisonnés qu’on vous force d’ingérer, et qui varient selon les besoins de l’État. En tout état de cause, il reste possible de les mâcher, et de les recracher discrètement. * (Suite) Par exemple l’expression « vacances apprenantes », promue par le ministre de l’Éducation nationale, qui paie […]

lire la suite .../ ...
N° 65 Pomme, poire et Bellucci

N° 65 Pomme, poire et Bellucci

Jacques Drillon

Aragon trouvant que dans Tristan et Iseult la plus « grande chose » est l’épée qui sépare les deux amants. Ajoutant : « Ça, c’est une trouvaille. On n’a pas recommencé, d’ailleurs. Tout le monde par la suite a craint de se blesser. » * « Toi, toi, toi ! répéta-t-il quatre fois de suite » (San-Antonio). * Désapprouver le féminisme maccarthyste fait de vous un machiste ou une esclave, selon votre sexe. C’est automatique, il n’y a pas à discuter. Voilà le point où nous en sommes, comme dirait Mandiargues. * La difficulté presque insurmontable qu’a le torero à enfiler sa foutue taleguilla (sa culotte), beaucoup trop […]

lire la suite .../ ...
N° 64 Une 2 CV pleine de phrases

N° 64 Une 2 CV pleine de phrases

Jacques Drillon

La 2 CV jaune panama en tôle à cinq nervures qui tient la vedette d’un James Bond, For your eyes only. Elle était dotée d’un embrayage centrifuge (dit « semi-automatique »). On ne pouvait donc pas la faire démarrer en la poussant, comme le réalisateur John Glen tente grossièrement de le faire croire au spectateur. * (Suite) La 2 CV Citroën nommée « Sahara », à quatre roues motrices, et deux moteurs : un à l’avant, un à l’arrière. Quelques dizaines d’exemplaires vendus en 1958. * Dusapin : Vous savez, Pierre, que j’ai un fils. Boulez : Non, j’ignorais. Félicitations ! Comment s’appelle-t-il ? Dusapin : Anton. Boulez : Ah, Webern ! […]

lire la suite .../ ...
N° 63 Christine Angot refroidit vite

N° 63 Christine Angot refroidit vite

Jacques Drillon

Personne ne sait Comment réaliser un crescendo sur une seule note de piano, ou sur un seul accord, comme le demande parfois Schumann. * Cette femme qui prétend s’être tapé tous les joueurs d’une équipe de rugby, l’un après l’autre, un soir de match, dans leur hôtel ; mais qui ne dit même pas s’ils étaient treize ou quinze. * La maison de Céline à Meudon : la Villa Maïtou. #Maïtou. * Le chaos qui règne dans l’esprit de Christine Angot s’exprimant oralement. Pas une phrase terminée, des bouts de mots, des idées qui s’entrechoquent avant d’être émises et qui ne le […]

lire la suite .../ ...
N° 62 L’obélisque d’Alphonse Allais

N° 62 L’obélisque d’Alphonse Allais

Jacques Drillon

Personne ne sait Combien il y a de femmes violées en France. Une source (CSF) annonce : 16% des femmes ; une autre (INED) : 3,7%. Personne ne sait Quelle proportion de femmes violées porte plainte. On parle pour 2018 (SSMSI) de 10%. Mais les services de police parlent, eux, de 16.400 plaintes enregistrées, ce qui porterait les 100% de femmes violées à 164.000. Or la source citée plus haut (CSF), la plus « pessimiste », parle de 93.000. Donc personne ne sait Combien il y a de femmes en France. * Alain Minc écrivant sur Eschyle. * Yes, le film de Sally Potter, intégralement […]

lire la suite .../ ...
N° 61 Vauban, De Gaulle et les langoustines cuites

N° 61 Vauban, De Gaulle et les langoustines cuites

Jacques Drillon

La panique des marchés, en cas de crise. Les banques centrales interviennent pour les rassurer. Si l’on veut nous rassurer, pensent les marchés, c’est que la crise est grave. Doublement de la panique. * L’universalité des instruments de musique : mêmes anches, mêmes cordes, mêmes peaux, mêmes tubes, sur tous les continents, à toutes les époques… Une invention strictement européenne : le clavier. * «  Où tu es, je suis avec toi » (Paul Claudel, Partage de midi) « Là où tu es, je ne puis être ailleurs » (Robert Bresson, Lancelot du Lac). * Les inventeurs de leur langue : Dante, Joyce. * Vauban : 60.000 […]

lire la suite .../ ...
N° 60 Passez en mode Dieu !

N° 60 Passez en mode Dieu !

Jacques Drillon

Personne ne sait Où est le centre de Los Angeles. * Musset, qui biffait les adverbes dans les manuscrits de George Sand, et les privait donc de ce qu’ils avaient de meilleur. * Les obsolètes : les bâtons de skis en bambou et osier.  * Où est-il, ce hautboïste qui joue son solo dans Beethoven ? On ne sait pas. Lui non plus. Il est dans un lieu où les lieux n’existent pas. Il n’a pas de nom, pas d’intelligence, pas de passé. Où il est, rien de ce qui existe n’existe plus. Ce n’est pas qu’il s’est évadé de sa prison, […]

lire la suite .../ ...
N° 59 Dorénavant, les robinets

N° 59 Dorénavant, les robinets

Jacques Drillon

L’Américaine qui envoie une newsletter à ses abonnés à chaque fois qu’elle pleure. * Personne ne sait Combien d’enfants a Lady Macbeth. * Personne ne sait Comment écrire « exhibitionniste » en écriture inclusive. * L’impression que donne toujours Arrau : qu’il joue le meilleur piano du monde. (Suite) Ce que savoir jouer du piano veut dire : * Quelques sous-titres de romans de San-Antonio : Foiridon à Morbac City : « Roman de classe internationale » T’assieds pas sur le compte-gouttes : « Roman de mœurs facilitant le transit intestinal » Faites chauffer la colle : « Roman adhésif » On liquide et on s’en va : « Roman de première classe et de […]

lire la suite .../ ...
N° 58 Valère Novarina retire ses chaussures de ski

La caméra subjective : filmer de l’intérieur d’un four, d’un réfrigérateur, d’une malle. Comme si le four, le réfrigérateur, la malle, étaient le narrateur. * Le beauf en gelée. * L’incomparable sensation de soulagement qu’on éprouve à retirer cette saloperie de chaussures de ski. * Ceux qui écrivent aux journaux (pour râler) : « Nous sommes un groupe de lecteurs… » * Les immenses verres dans lesquels les Américains boivent leur vin, si l’on en croit leur cinéma. * Les gens, parfois de haut niveau culturel, sachant distinguer le roman naturaliste du roman réaliste, reconnaître chaque apôtre dans la Cène de Léonard de […]

lire la suite .../ ...
N° 57 Les architectes mangent du homard

N° 57 Les architectes mangent du homard

Jacques Drillon

Le ministère de la santé, vu comme un ministère de la maladie. (Le ministère du travail comme celui du chômage, etc.) * Même Jouvet fut un nouveau-né : * Jean-Luc Godard : « … Mais vous les journalistes, vous voulez – j’ai même fait un film là-dessus – vous voulez toujours avoir le dernier mot. Olivia Gesbert : (rires) Godard : On dit quelque chose, pof vous dites : Ah bon, ça veut dire que. Moi je dis non, pas du tout. Gesbert : Vous voulez plus que je parle… Godard : Ce serait l’idéal. Mais que l’émission existe quand même. Gesbert : Comment faire pour la faire exister ? […]

lire la suite .../ ...