de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres

Author Archives: Jacques Drillon

N° 70 L’encre des miroirs

Posted on by Jacques Drillon

  Celui qui fait le premier pas, presque toujours identifiable. Celui qui fait le dernier, presque toujours incertain. * Michaux refusant de se laisser photographier. Et puis photographié tout de même. « Cinquante procès ne me rendraient pas un visage d’inconnu. » Il se laisse donc approcher par Brassaï, Gisèle Freund, Paul Fachetti… * Les obsolètes : l’encre […]

N° 65 Pomme, poire et Bellucci

Posted on by Jacques Drillon

Aragon trouvant que dans Tristan et Iseult la plus « grande chose » est l’épée qui sépare les deux amants. Ajoutant : « Ça, c’est une trouvaille. On n’a pas recommencé, d’ailleurs. Tout le monde par la suite a craint de se blesser. » * « Toi, toi, toi ! répéta-t-il quatre fois de suite » (San-Antonio). * Désapprouver le féminisme maccarthyste fait […]

N° 61 Vauban, De Gaulle et les langoustines cuites

Posted on by Jacques Drillon

La panique des marchés, en cas de crise. Les banques centrales interviennent pour les rassurer. Si l’on veut nous rassurer, pensent les marchés, c’est que la crise est grave. Doublement de la panique. * L’universalité des instruments de musique : mêmes anches, mêmes cordes, mêmes peaux, mêmes tubes, sur tous les continents, à toutes les époques… […]

N° 59 Dorénavant, les robinets

Posted on by Jacques Drillon

L’Américaine qui envoie une newsletter à ses abonnés à chaque fois qu’elle pleure. * Personne ne sait Combien d’enfants a Lady Macbeth. * Personne ne sait Comment écrire « exhibitionniste » en écriture inclusive. * L’impression que donne toujours Arrau : qu’il joue le meilleur piano du monde. (Suite) Ce que savoir jouer du piano veut dire : * […]

N° 58 Valère Novarina retire ses chaussures de ski

Posted on by Jacques Drillon

La caméra subjective : filmer de l’intérieur d’un four, d’un réfrigérateur, d’une malle. Comme si le four, le réfrigérateur, la malle, étaient le narrateur. * Le beauf en gelée. * L’incomparable sensation de soulagement qu’on éprouve à retirer cette saloperie de chaussures de ski. * Ceux qui écrivent aux journaux (pour râler) : « Nous sommes un […]