de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres

Author Archives: Jacques Drillon

N° 97 La chasse d’eau de Marlène Schiappa

Posted on by Jacques Drillon

Le contrat que Debord avait signé avec Gallimard/Pauvert. Une clause stipulait que nul n’avait le droit de lui téléphoner, hormis Antoine Gallimard et Jean-Jacques Pauvert. * Contrario motu Doguereau, le « libraire » d’Illusions perdues. Il part voir Lucien de Rubempré pour lui prendre son manuscrit. Il pense lui en donner mille francs ; mais se ravise en […]

N° 95 La redondance du pape

Posted on by Jacques Drillon

Gary Cooper, qui est un James Stewart expressif. * Les obsolètes : Les femmes en peignoir, bigoudis sur la tête, cigarette aux lèvres, qui sortent prendre la bouteille de lait au seuil de la porte. * À l’armoricaine / à l’américaine (homard) Ce qui est dit « à l’armoricaine » devrait être dit « à l’américaine », qui devrait d’ailleurs […]

N° 94 La mode du beurre de cacahuète

Posted on by Jacques Drillon

D’après Straub, Leonhardt était incapable de mépris, pour qui que ce fût ; mais certaines personnes provoquaient chez lui des mouvements de « dégoût », des « haut-le-cœur ». Gombrowicz dit que « ce qui dégoûte est inassimilable ». Cela vous reste sur l’estomac, comme un bloc d’angoisse – dans certains cas jusqu’à la fin de vos jours. (Encore faut-il avoir un […]

N° 93 Poor Jude !

Posted on by Jacques Drillon

Présence réelle dans l’hostie. C’était une fausse publicité dans « Hara-Kiri » : un saucisson coupé en rondelles, « pur Dieu ». * (Fausse pub, suite) Il y en avait une autre, qui vantait une association anti-avortement nommée « Laissez-les vivre ». (Peut-être existe-t-elle toujours, on ne sait pas.) Le slogan était : « Ne jetez plus les génies, collectionnez-les ! » Et au-dessous, une collection […]

N° 89 Montaigne qui ne savait pas compter

Posted on by Jacques Drillon

Le sarrasin, qui n’est pas une céréale, pas même une graminée. * Les gens qui répètent ce qu’ils ont entendu la veille (« être sous emprise », « faire son deuil », « bi-polaire », « pervers narcissique », « sidération », « circassien », « mixité », « comportement citoyen »…), et dont ils n’avaient pas idée quelques jours plus tôt, ni du mot ni de la chose. * La […]

N° 88 Dieu et la ceinture de chasteté

Posted on by Jacques Drillon

La ségrégation raciale aux États-Unis : colonialisme à domicile. * Les géniteurs et les génitifs : la fille unique de la seconde épouse du mari de la masseuse de l’épouse du frère de Ravel était l’héritière de ce compositeur. * La charité, remplacée par la solidarité. * Le temps où l’on disait la pâssion, je pâssais, l’abnégâtion, […]

N° 87 Le Cadet des droits de l’Homme

Posted on by Jacques Drillon

Le silence le plus accompli : quand on arrête, d’un coup, le fracas de l’eau remplissant la baignoire. * Pierre-Laurent Aimard, qui, pour son enregistrement de L’art de la fugue, de Bach, a demandé (un an à l’avance) cinq réglages différents du même piano : « situation clavecin », « situation clavicorde », « situation orgue », « situation chambre » et « situation ensemble », en […]

N° 86 Du baiser (de paix)

Posted on by Jacques Drillon

Les mauvaises herbes dans les allées. L’eau bouillante, l’eau salée, le vinaigre, le bicarbonate de soude, la cendre, le désherbeur à gaz, à air chaud, à vapeur… * Beckett, qui allait voir des pièces de théâtre jusqu’à ce qu’il en écrive lui-même. * Un écrivain inattaquable : J. L. Borges. * Les couples d’homosexuels qui ne […]

N° 81 Daf et jupe

Posted on by Jacques Drillon

Le fouteballeur uruguayen que la nature a doté de ratiches de castor, et qui ne manque jamais de s’en servir pour mordre les joueurs de l’équipe adverse. * Les néoféministes, qui répondent par une phrase unique aux objections qu’on fait à leurs arguties : « C’est un argument qu’on nous ressert depuis cent cinquante ans. » Cette phrase […]

N° 80 La mort dans une douze-cylindres en V

Posted on by Jacques Drillon

« Joyeuses Pâques » (féminin pluriel), mais « Pâques est célébré un dimanche » (masculin singulier) ; « faire ses pâques » ne comporte pas de majuscule ; « manger la pâque » (l’agneau pascal) : masculin singulier sans majuscule  ; « la Pâque », fête juive, célèbre la sortie d’Égypte (féminin singulier, avec majuscule). * La laideur des livres anglais, avec leurs titres en relief, dorés, aux […]